Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les avis de la bedetheque

Visualiser les 59159 avis postés dans la bedetheque
    monsieur burp Le 14/05/2021 à 16:00:44

    Par le plus grand des hasards, une petite fille seule va se lier d'amitié avec un énorme ours d'Alaska...
    Nous suivons leur parcours et leur évolution dans ce coin perdu.
    Une histoire simple et gentille pour les petits et les grands, renforcée par de beaux dessins à l'aquarelle.

    Une belle histoire d'amitié à découvrir.

    Dr_Olive Le 14/05/2021 à 14:58:18
    Valhalla hotel - Tome 1 - Bite the bullet

    Un petit air de "il faut flinger Ramirez", mais ici le principal intervenant à troqué son aspirateur par des raquettes de tennis de table et accessoirement un magnum 357...

    C'est décalé, explosif, mais on reste un peu sur notre fin. La suite est prévu en juin... A suivre

    Reginhard Le 14/05/2021 à 11:26:55
    Le génie des Alpages - Tome 2 - Comme des bêtes

    Dans cette série merveilleuse, j'ai une faiblesse pour ce tome 2.
    Trois double-planches s'y orientent vers le parfait de l'inspiration et de l'humour.
    Celle ou F'murr fait intervenir le facteur temps, bien sur.
    Celle où le troupeau crise et puis celle de la caverne.
    Ce qui est splendide avec F'murr c'est qu'il est impossible de savoir quel genre d'humour il va utiliser. Il en change à chaque case, à chaque coin de case.
    Album(s) à lire et relire.

    minot Le 14/05/2021 à 10:40:57

    La lecture de cet album ne m'a pas franchement emballé, pour deux raisons :
    - l'absurdité totale de scénario, auquel je n'ai pas accroché, bien que la pirouette scénaristique en fin d'album explique le pourquoi de toute cette absurdité (et pour le coup c'est plutôt bien vu et amusant, même si le procédé apparaît très facile).
    - le dessin de Panaccione dont je n'ai jamais été un grand fan. Comme à son habitude, le dessinateur livre une partition peu soignée et manquant de rigueur, où les contours des personnages ne sont pas fermés, les décors d'arrière-plan à peine esquissés et limite "flous" ... Bref, je n'accroche pas à ce style minimaliste particulier. Seule la très classe colorisation trouve grâce à mes yeux.

    Au final, malgré un ou deux passages amusants, c'est vite lu et vite oublié.

    Erik67 Le 14/05/2021 à 07:40:36

    Les crocodiles de Thomas Matthieu avait abordé exactement le même sujet à savoir le harcèlement de rue qui touche principalement les femmes. Or, je suis l’œuvre de Yatuu qui a déjà réalisé « Moi, 20 ans, diplômée, motivée... Exploitée ! »ainsi que Génération mal-logée !. Ce titre est sa dernière production. le principe est celui d'une fille qui se fait aborder lourdement dans la rue par un ou plusieurs mâles en chaleur.

    C'est tout de même à lire car c'est abordé de manière différente et sous l'angle assumé de l'humour. L'auteure semble être une spécialiste pour tourner en dérision certains problèmes de société pourtant difficiles. Les hommes sont traités comme des primates qu'il faut éduquer même si cela parait mission impossible. Elle ne tombe pas dans le stigmatisme car elle a inversé les rôles au cours de deux-trois gags ce qui donne une situation désopilante qui nous fait prendre conscience du phénomène. Par ailleurs, il y a encore des garçons bien mais ils payent pour tous les autres relous. Bref, la manière de lutter de l'auteure, c'est le gag et même s'il paraît agaçant à la longue.

    J'ai bien aimé le jeu « chercher le non relou » à la manière d'où est Charlie ? J'avoue ne pas avoir trouvé. Heureusement qu'il y a la réponse en fin de BD. J'apprécie toujours également la même fraîcheur du trait même si le décor est plutôt minimaliste. Bon point également pour retranscrire le doux langage des cités et de montrer certains hommes dans toute leur bassesse lamentable. le rappel de la loi en fin de volume paraît dans ce contexte assez adéquat. C'est visiblement l'application qui semble poser problème.

    Les critiques n'ont en général pas été tendres avec cette œuvre qualifiée de parution estivale féminine revendicatrice. D'autres y ont vu une forme de trivialité confinant au malaise (sic !). Le pire étant toujours lorsqu'il s'agit de plume critique féminine traîtresse. Au contraire, j'ai trouvé cette BD décomplexée et assez intelligente dans le concept même si cela paraît moins élaboré que Les Crocodiles pourtant écrit par un homme.

    Erik67 Le 14/05/2021 à 07:39:11
    Les fleurs du Mal - Tome 1 - Tome 1

    Je n'étais pas franchement persuadé par ce titre non pas que je n'aime pas Baudelaire bien au contraire. J'avais peur d'un récit à la sauce nippon c'est à dire jeune collégien empruntant l'un des plus beaux monuments de la poésie française pour en faire n'importe quoi. Il faut dire que l'exploitation du thème a été plutôt efficace et cela fonctionne plutôt bien.

    L'exploitation des trois principaux personnages est plutôt une réussite surtout sur les différents tomes qui prennent le temps de les exposer. le scénario est même assez surprenant par moment nous révélant quelques bonnes surprises. Bref, je n'ai pas bouder mon plaisir des fleurs du mal. On est toujours tenter par des choses plus ou moins interdites.

    Jurin Le 13/05/2021 à 22:02:46
    Ennemis - Tome 1 - Noir

    Sans être grandiose le dessin est correct, si l'idée de base n'est pas mauvaise son exploitation est affligeante.
    La lecture est laborieuse et sans intérêt.

    hfauve Le 13/05/2021 à 18:14:35
    Les aigles décapitées - Tome 22 - Sigwald

    Je commence à m'ennuyer ferme dans cet interminable cycle des aigles décapités.
    Dans un album Hugues sauve son fil, dans le suivant le fils sauve sa sœur, puis à nouveau le père sauve le fils, ici le fils sauve le père...
    Cet album propose l'ultime confrontation attendue d'El Mansour et du père et du fils de Crozenc. Quelle déception, j'attendais quelque chose de grandiose... Tout est bouclé rapidement en quelques cases!

    JohnSheldrake Le 13/05/2021 à 17:51:17

    Une histoire pleine d’aventures qui se déroule à l’époque où Napoléon est premier consul et s’achève lorsqu’il est sacré empereur. Mais le héros de cette histoire, le personnage sur lequel Napoléon va s’appuyer pour différentes missions, est un homme du peuple peu recommandable, ce qui permet aux auteurs de nous plonger dans les fastes de la cour Napoléonienne mais aussi dans les bas-fonds de Paris. Les intrigues des différents albums sont prenantes mais l’histoire fil rouge, teintée de fantastique, est peu crédible et nuit à l'ensemble (alors que dans une œuvre comme les 7 vie de l’épervier par exemple, cela fonctionnait très bien). L’autre point faible est le dernier épisode qui, s’il apporte une conclusion aux diverses intrigues et sous-intrigues de l’histoire, ne développe pas d’histoire et n’a donc aucun intérêt lu seul.

    Nattorres68 Le 13/05/2021 à 13:18:38

    Dernière intégrale et fin de l'arc New 52 de la Justice League.
    La première partie est consacrée à "la ligue d'injustice", l'histoire est centrée autour d'un Lex Luthor essayant d'intégrer la Ligue. Un court récit d'introduction sur la Doom Patrol permet de découvrir cette nouvelle équipe de méta-humains.
    La seconde partie traite du "Virus Amazo". Un récit que vous aimerez si vous êtes amateurs d'histoires de Zombies.
    Puis enfin la dernière grosse partie (et celle qui constitue le bouquet final de la série) : La guerre de Darkseid !
    Un ultime affrontement au scénario incroyable qui restera dans les mémoires. Des retournements de situations à foison, des révélations complètement folles, le tout magnifié par les dessins de l'excellent Jason Fabok. Quelle fin réussie pour cette Justice League version New 52 !

    Je recommande vivement cet arc sur la guerre de Darkseid qui est un incontournable de la Justice League !

    Rene Coty Le 13/05/2021 à 12:53:51
    Ric Hochet (Les nouvelles enquêtes de) - Tome 5 - Commissaire Griot

    Ah cette scène de RH avec un arc pour enfant ...
    Et cet ersatz de porsche !
    Bref : toute série qui se poursuit approche de sa fin (et c'est triste)

    noubealitas Le 13/05/2021 à 10:19:21
    Jeremiah - Tome 38 - Tu piges ?

    En effet le titre à lui seul est une énigme. Piger quoi ?

    Tout est dit dans les avis précédents, pas besoin d'en rajouter.
    J'ai rouvert des pages des dix premiers albums de la série, et je me suis dit: ah mince, c'était autre chose !!
    D'où cette nostalgie sans doute, qui me contraint malgré moi à continuer de lire une série qui me répugne carrément...

    Erik67 Le 13/05/2021 à 09:50:10

    Voilà une belle et magnifique mélodie
    Scipion Nisimov, volatile en sursis
    Il se promène souvent dans la nature
    En quête de nouvelles aventures.

    Il croisa la roulotte d'un gitan
    Tchavolo Naguine, voyageur bien vivant
    Il vient de l'Inde et va à la rivière
    Tantôt pêcheur, tantôt musicien fier.

    Infidèle Daphnée qui préfère le taureau au poisson
    Coup de massue et déprime sur la raison
    Rien de mieux que de se mettre au violon
    Refaire surface et être au diapason.

    Souhaite-t-il jouer de cette musique ?
    Il lui faudra beaucoup de pratique
    Le camping n'est pas le terrain idéal
    Reprendre la route et être en cavale.

    Du ramoneur sur un toit brûlant
    A la quête d'un ami passionnant
    Mais au final, cela fera bien des émules
    Que cette mélodie au crépuscule.

    Erik67 Le 13/05/2021 à 09:48:35

    C'est réellement une agréable découverte à laquelle je ne m'attendais pas avec un titre pareil. Certes, le scénario est classique et un peu digne des grandes sagas familiales à travers les épreuves historiques du temps. Néanmoins, en l'espèce, c'est rondement bien mené. On est très vite happé par le récit et on a envie de découvrir la suite avec impatience. L'Histoire et la bande dessinée font quelquefois fois très bon ménage ensemble!

    On s'attache à l'histoire d'un immigrant russe de confession judaïque qui fait fortune en France dans l'acier, juste avant la seconde guerre mondiale. J'ai bien aimé le début car on découvre la genèse de l'histoire en Bessarabie en 1905 au moment des pogroms puis la fin un peu tragique du magnat en 1965 au moment de l'élection présidentielle. Il est vrai qu'on est facilement ballotté d'une époque à l'autre avec de nombreux flash-backs. Cependant, je trouve qu'ils sont savamment orchestrés d'autant que cela va être de plus en plus limité par la suite.

    Bref, la réalisation de cette bd est tout à fait convenable tout comme le dessin. Il faut dire que le dessin de Sylvain Vallée avec son style réaliste ne décrédibilise pas l'ensemble. Je suis véritablement conquis! Par contre, je pense que la filiation revendiquée avec Sergio Léone est pour le moins hasardeuse sauf à revendiquer un côté fresque. Que dire également des différentes couvertures qui se succèdent et qui respectent un cadre bien précis ! C'est réellement du très bon travail !

    Le second tome traite de la période de la seconde guerre mondiale où il n'était pas bon d'être un juif dans un pays conquis. Aussi cet homme va tout faire pour sauver sa famille et son entreprise jusqu'à renier ses propres origines et se compromettre avec le mal. Fera t-'il acte de résistance ou bien de collaboration avec l'ennemi pour consolider son empire dans la sidérurgie? On tient là une grande série qui ne fait pas de complaisance.

    Le troisième tome est un peu celui de la consécration. La série se poursuit toujours avec brio grâce aux talents des deux auteurs. On est au cœur de la Seconde Guerre Mondiale avec la période de l'Occupation où Joseph Joanovici navigue entre des affaires douteuses qui marchent bien et une collaboration de circonstance avec les nazis. Pour autant, il sent le vent tourner et investit peu à peu dans la Résistance. C'est difficile de jouer sur deux tableaux : c'est ce que semble démontrer cette série qui nous dépeint un homme pas complètement pourri.

    Le quatrième tome est sans doute le plus fort car c'est le temps du passage à l'acte afin de sauver les meubles devant le débarquement alliés. Jamais notre homme ne sera autant au bord du gouffre avec son double jeu ! Cependant, il arrivera à s'en sortir non sans de terribles sacrifices. On découvre dans toute sa splendeur l’ambiguïté de ce personnage qui a pactisé avec le diable. La sympathie qu'il inspirait va s'effacer peu à peu. Reste à découvrir ce qu'il l'attend au tournant.

    Le cinquième tome fait un retour sur le petit juge de Melun qui avait un peu disparu de l'intrigue. le personnage de Joseph devient de plus en plus détestable car sans moralité. J'en arrive même à espérer que le petit juge qui lutte contre un puissant réseau qui le protège pourra le coincer. Néanmoins, il faut se dire que c'est toute une époque troublée qu'il faudrait juger où des dignitaires ont d'abord collaboré avec l'ennemi avant de retourner leur veste.

    Le dernier tome est l'heure pour notre anti-héros de payer l'addition remplie par une vie d'excès et d'argent facile. Les sombres prédictions se réalisent. On en vient à avoir de la compassion pour Joseph malgré tout ce qu'il a pu faire. Cette œuvre se termine de façon magistrale. J'ai franchement bien aimé.

    Un dernier mot pour dire que la narration est d'une remarquable fluidité malgré la complexité de l'histoire de ce personnage. C'est ce qui me fait dire que Fabien Nury est certainement l'un des scénaristes les plus doués de sa génération. Je crois que cette bd fera un jour un très bon film de cinéma ! Tout y est pour notre plus grand plaisir dans cette intégrale !

    Reginhard Le 13/05/2021 à 07:42:10
    Tonton Eusèbe (Les aventures de) - Tome 1 - La planète bouboule

    L'inventivité de J. Lebert dans ses machines futuristes ou délirantes fait de cet album une pépite rare. Pour le reste (scénario, personnages, couleurs, ...), on ne s'étendra pas.

    Strictly Sequential Le 13/05/2021 à 01:41:20

    Si seulement ça avait un sens, ce serait 5/5.

    Pure folie.

    Horreur de terreur.

    Je recommande seulement à ceux qui ont les constitutions les plus fortes.

    TDH75 Le 12/05/2021 à 19:53:34
    Hulk (Marvel Monster Edition) - Tome 1 - Montée en puissance

    Mon sentiment sur « Hulk, tome 1, montée en puissance » est plutôt partagé.

    La première partie avec l’Homme Absorbant est fantastique, avec la révélation d’un nouveau et effrayant pouvoir de Creel ainsi que d’une certaine intelligence tactique qu’on ne le lui connaissait pas jusqu’alors.

    Les dessins de la paire Deddato Jr-Fernandez sont superbes, mélangeant puissance et noirceur dans un New York gothique enveloppé d’un froid polaire.

    La deuxième partie ne m’a pas en revanche passionnée.

    Intrigue trop complexe, thème rabattu du complot pseudo gouvernemental, et pas d’ennemis réellement à la hauteur de Hulk.

    Un demi plaisir donc ce qui après tout n'est déjà pas si mal.

    Plus sur ce lien : https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2021/05/hulk-tome-1-montee-en-puissance-bruce.html

    Nettoyor Le 12/05/2021 à 19:07:32

    Depuis l’âge de dix ans (j’en ai soixante-sept) je m’abreuve de SF sous toutes ses formes et si j’en ai fatalement avalé de particulièrement indigestes, ce spécimen-là, décidément, ne passe pas.
    Pas la moindre lueur d’originalité. Un scénario d’une platitude navrante, qui ne parvient à crédibiliser ni les personnages ni l’idée fondatrice ... elle-même d’une inconsistance ahurissante sur l’origine de ce fameux pouvoir qui fait le titre ! Ajoutez à cela un graphisme de Marchal honteusement dégradé par rapport à « Namibia » ou « Amazonie ». Que reste-t-il ? L’aura des auteurs ? Elle est ouvertement mise à caution par la préface de Léo, d’une complaisance à peine voilée ! Et que dire de celle du comité de lecture de Dargaud ?... Une tromperie caractérisée envers les amateurs du genre !
    En résumé : une œuvre bâclée et sans intérêt, inadmissible dans une bédéthèque qui se respecte. Aussitôt acquise, aussitôt rendue. Rarissime de ma part ...

    Celan Le 12/05/2021 à 18:26:34
    Akim l'integrale - Tome 1 - Akim (1958-1959)

    C'est horriblement dessiné, incroyablement naïf, et absolument délicieux ! A réserver aux nostalgiques de plus de 60 ans...

    Dunyre Le 12/05/2021 à 16:08:06

    Dans la droite ligne de la série-mère, cette trilogie nous offre encore un peu de notre lieutenant préféré.

    Chronologiquement situé dans les premières années de Blueberry à Fort Navajo, entre les 2 premiers cycles des guerres indiennes, ce récit entre en résonance avec le tome 6 de la série-mère, où Blueberry devait déjà devenir marshal par intérim dans une petite bourgade.

    Mais la ressemblance s’arrête ici : la situation de Blueberry n’est pas dans cette trilogie d’être un simple shérif (comme dans l’homme à l’étoile d’argent) mais bien d’enquêter sur une sombre affaire de trafic d’armes entre les Etats-Unis et le Mexique, mettant en péril la région.
    Le tome 1 de cette trilogie débute au fort où est cantonné Blueberry, lieutenant toujours aussi rebelle, et qui subit les foudres d’un assaut. A la fin du tome, Blueberry apprend qu’il va être chargé d’une mission par le général Sherman en personne, et qu’il devra être incognito pour cela : d’où la couverture de shérif.

    Les tomes 2 et 3 relatent de l’enquête de Blueberry et de ses activités de shérif, avec les échecs et les réussites, les embûches et les traquenards. Tous les ingrédients d’un bon western bien sombre sont réunis, à la fois le lieu, le temps et les personnages secondaires, qui jouent tous leur partition.

    Seul bémol néanmoins et pas des moindres : des erreurs scenaristiques grossières, des oublis et des confusions. Exemple frappant : dans le tome 2, Red Neck vient voir Blueberry pour l’informer que des documents ont été retrouvés dans l’arsenal de Newman (l’un des acteurs du trafic d’arme, présenté dès le tome 1). Mais dans le tome 3, lors d’un dialogue dès les premières pages, Red Neck demande à Blueberry ce qu’il s’est passé et quand ce dernier parle de Newman... Red ne sait pas qui il est !
    Autre exemple : dans le tome 2, Blueberry ne connaît pas les demoiselles du ranch... alors qu’au début du tome 3 il parle de « l’ange blanc » en disant à Red qu’il l’a connaît depuis la guerre de sécession...

    Cela m’a fait grincer des dents mais pour autant bloquer ma lecture.


    Voilà pour le scénario. Du côté des dessins, les 2 premiers tomes de William Vance sont bien différents du style Giraud... mais cela fonctionne ! L’éditeur parle en présentation d’un « western crépusculaire ». Je valide totalement cette expression, tant les graphismes de Vance sont sombres et inquiétants, dans cet environnement de montagne enneigée, d’hiver froid et poisseux. Tout est remarquable à ce niveau-là et nous donne une nouvelle vision de Blueberry.

    En revanche le tome 3, dessiné par Michel Rouge, revient sur des graphismes plus classiques, mais en moins bien que Giraud. Avec le scénario qui débute mal du fait des petites incohérences, cela m’a gêné. Mais passé les 5-10 premières pages on s’y fait et au final l’histoire se termine de manière cohérente.

    Ce qui donne une trilogie très plaisante, qui mérite de faire partie de l’univers global de la meilleure série Western de l’histoire de la BD.

    Darathor Le 12/05/2021 à 12:28:43
    Alter (Orellana/Nau/Mathieu) - Tome 1 - MacLean Dilemma

    Le style graphique est plaisant mais le manque de finesse du trait gâche un peu certaines planches voire les rend peu lisibles.

    Côté scénario on est sur une début vraiment intéressant mais l'absence de suite coupe tout brutalement. C'est dommage, il y avait un bon potentiel.

    Darathor Le 12/05/2021 à 12:22:43
    Zak Blackhole - Tome 1 - Star Epidemy

    Ce premier tome sera le dernier suite à l'abandon de la série (mais je savais à quoi m'attendre quand je l'ai acheté pour une bouchée de pain) et me laisse une impression mitigée.

    Côté scénario on démarre faiblement avec un groupe de bras cassés très caricaturaux et des dialogues pas très fins puis ça s'améliore nettement quand l'histoire prend un peu d'ampleur. Le problème étant que l'abandon de la série coupe tout ça en plein élan, du coup...

    Côté graphisme par contre c'est plutôt bon voire très bon et on a plein de références plus ou moins évidentes (impossible de rater Hulk, Ben Grimm, E.T., Jabba le Hutt ou encore Tessa l'agent intergalactique mais d'autres sont plus discrets), l'occasion de se lancer dans une petite session de "Où est Charlie ?" sur de jolies illustrations ^^

    gal1975 Le 12/05/2021 à 11:53:13
    Kebek - Tome 2 - Adamante

    Superbe réussite pour ce deuxième tome !!!
    Comme diraient les amateurs du ballon ovale, l'essai est transformé !
    Après un premier tome très prometteur, Philippe Gauckler nous offre une suite et une fin pleine de poésie dans un univers SF à l'esthétique merveilleuse !

    yannzeman Le 12/05/2021 à 09:56:15
    Jari - Tome 1 - Jari et le Champion

    Péché de jeunesse, ce 1er album a les défauts de ses qualités, et inversement.

    C'est du pur FB de l'age d'or, paru dans le merveilleux journal de Tintin de la grande époque.

    Ce n'est pas encore le souffle de la grande aventure, mais une présentation des personnages.

    J'aurais aimé posséder cette édition, qui semble mieux coloriée que la réédition BD Must.

    TDH75 Le 12/05/2021 à 09:20:50
    Daredevil (100% Marvel - 1999) - Tome 16 - À chacun son dû

    Ce « Daredevil : a chacun son du » présente une intrigue complexe, dense et sombre avec l’instrumentation par un maître stratège d’une force de la nature, le Gladiateur dans un but inconnu.

    Cependant je n’ai pas été séduit par le style fin de Lark et n’ai jamais trouvé que le Gladiateur, ennemi finalement assez simplet aux armes primitives était un adversaire à la hauteur de Daredevil.

    J’ai donc éprouvé quelques difficultés pour me passionner pour l’intrigue.

    Coté cœur, les problèmes conjugaux de DD, me sont apparus également un peu « bateaux » tant on pouvait se douter sans peine des difficultés à vivre avec un justicier menant une double vie.

    La suite sera sans à mon avis plus intéressante avec l'entrée en lice de Mister Fear, ennemi beaucoup plus retors et difficile à combattre qu’une brute épaisse et limitée comme le Gladiateur.

    Plus d'infos ici :
    https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2021/05/daredevil-chacun-son-du-vol-4-ed.html

    yannzeman Le 12/05/2021 à 08:49:07
    Jari (BD Must) - Tome 1 - Jari et le champion

    Entièrement d'accord avec biggyjay.

    C'est de la pure BD FB de l'age d'or, avec ses défauts et ses qualités. Cependant, ce 1er album montre que Reding cherchait sa voie ; il va progressivement la trouver, dans le dessin (qui était déjà très bien) mais surtout dans les scenarii.

    Ce "Jari et le champion" est donc un 1er essai, pas encore totalement tourné vers l'aventure.

    Comme je possède l'édition dont il est ici question, j'en touche deux mots. Le papier est formidable, digne de l'édition luxueuse des "Blake et Mortimer", et justifie un prix assez exorbitant.

    Cependant, la qualité des planches n'est pas du même niveau. Certains visages sont méconnaissables (Jimmy Torrent, notamment), et j'ignore si c'est du à un mauvais scan ou si les planches d'origine sont ainsi.

    Je ne reconnais pas non plus la colorisation d'origine, lors de sa parution dans le journal de Tintin.

    J'espère une amélioration dans les tomes suivants.

    Erik67 Le 12/05/2021 à 08:11:57

    Ce n'est pas la première bd que je lis sur la fameuse crise de 2008 qui perdure jusqu'à ce jour. C'est encore un documentaire traité de manière parfois humoristique avec un léger sens de la dérision. le fond est tout de même très sérieux. le message à faire passer également. Il y a un réel effort de pédagogie afin que le lecteur lambda puisse comprendre les mécanismes parfois compliqués du monde des affaires.

    Par ailleurs, j'ai bien aimé le graphisme, l'agencement des cases ainsi que la mise en scène sous forme de procès à la finance. Les banquiers sont effectivement sur le banc des accusés ou plutôt leurs traders qui sont alors les parfaits boucs émissaires. Il y aura des passages de témoins à la barre et c'est reparti pour des explications afin de lever le voile.

    La lecture fait froid dans le dos surtout quand on travaille pour une grande banque. On se dit que c'est solidement argumenté. L'auteur va jusqu'au bout des choses dans la démonstration pour ne rien laisser au hasard. Ainsi, et je ne le savais pas, la plupart de nos économistes sont des proches des grands milieux d'affaire et donc plutôt prompts à la protection de leurs intérêts financiers. C'est nouveau pour moi car j'avais une autre idée des économistes. Pour autant, il est vrai que sur ce point, l'auteur ne cite aucun exemple.

    Mais bon, l'idée des économistes est que nous le peuple, on doit toujours faire des sacrifices pour que le système puisse bien fonctionner. On se rend compte que les hommes politiques qui véhiculent ce genre de programme ne sont pas moralement irréprochables dans leur vie de tous les jours même si c'est légal.

    En conclusion, les mécanismes bancaires n'auront plus de secret pour vous à l'issue de cette lecture. N'allez toutefois pas cacher votre argent en Suisse !

    Erik67 Le 12/05/2021 à 08:10:17

    Je suis toujours choqué que dans les relations entre enfants, il y a déjà autant d'inégalités (de richesse). Ainsi, notre petite héroïne d'origine russe Véra est invitée à un anniversaire par une fille gâtée de riches Américains. En retour, elle ne recevra que du mépris et de la méchanceté. Cela nous fait d'emblée de la peine.

    Elle va croire que la solution pour passer de bonnes vacances est un camp russe de scouts. On pourrait penser que ce n'est sans doute pas le meilleur moyen de s'adapter à un nouveau pays. Elle connaîtra en effet les mêmes difficultés d'intégration qu'elle finira bien par surmonter d'une manière ou d'une autre.

    Il ne se passera pas des choses extraordinaires mise à part l'apparition d'un élan en pleine forêt. Cependant, il s'agit d'un témoignage d'enfant déraciné et solitaire assez touchant. On est tout de suite immergé dans cette ambiance de scoutisme en pleine nature.

    Erik67 Le 12/05/2021 à 08:08:36
    Au nom de tous les miens - Tome 1 - Les fourmis

    Quand je juge de la qualité d'un ancien titre, je me dis souvent que mes notes sont en général très sévères car celles-ci s'inscrivent dans le cadre d'une époque aujourd'hui révolue où la bd avait ses règles. La bd moderne me plaît énormément et en comparaison, cela fait parfois pâle figure.

    Pourtant, cette œuvre ancienne qui est restée inachevée m'a passionné. Non pas que je ne connaisse pas le célèbre roman dont elle découle puisqu'il s'agit de l'adaptation de la vie de Martin Gray. Bien sûr que l'histoire de ce jeune juif qui a vécu pendant l'enfer nazi du ghetto de Varsovie est plus que bouleversante. Au-delà de cet aspect, il y a tout d'abord le souci d'une vérité historique très bien retranscrite par le scénariste en herbe qu'était Patrick Cothias à cette époque.

    Je ne cache pas non plus pour mon admiration pour le dessinateur Paul Gillon. C'est un grand nom de la bd qui a contribué à pas mal de grandes œuvres novatrices. Son dessin me séduit au plus haut point quand je vois que d'autres ne sont même pas capable de réaliser un visage correct.

    Il n'était pas facile de retranscrire en dessin toute l'horreur de l'extermination. On ressent véritablement toute la souffrance d'un peuple à travers celle d'un homme qui a tout fait pour survivre. Magnifique sur le fond et la forme ! Une véritable perle !

    Néanmoins, je ne conseillerais pas l'achat car l’œuvre est restée inachevée. Or, à quoi bon commencer une série dont on ne verra jamais la fin ? Heureusement, il y a toujours le livre !

    Romu_ Le 11/05/2021 à 19:38:10
    Liberty Bessie - Tome 2 - Sur les traces des Maylaros

    (valable pour l'ensemble des deux tomes)
    Une belle histoire, des beaux dessins, de belles couleurs, de beaux avions, j'ai bien aimé. Pourquoi seulement trois étoiles ? parce que ça se veut plutôt réaliste avec des références historiques, mais que les ressorts de l'action sont quand même assez invraisemblables.

    Pongo Le 11/05/2021 à 18:56:50
    Zéro pour l'éternité - Tome 1 - Tome 1

    Des petits enfants (déjà adultes!) qui découvrent leur grand-père, aviateur lors de la guerre du pacifique, et qui veulent en savoir plus sur lui.
    Cette façon de raconter cette histoire grâce à des témoignages, des restes de mémoires enfouis, des vestiges du passé ... Cette découverte par bribe ... Ces petits enfants, ça pourrait être vous, ça pourrait être moi, ça pourrait être sur notre grand-père ou même sur notre arrière-grand-père pour certains ( le temps passe vite !) que nous enquêtons. On s'identifie facilement aux personnages.
    Franchement, cette série est vraiment captivante, touchante, émouvante même (mais combien de larmes ai-je versé !!?? Bon Ok, je suis un sentimental et un émotionnel, mais quand même !) ...
    A découvrir absolument !

    Et puis la guerre du pacifique ... ce n'est pas forcément quelque chose que l'on a bien appris à l'école et ça nous éclaire sur beaucoup de points.

    dgege Le 11/05/2021 à 18:37:35

    Tout comme j'avais adoré "Nymphéas noirs" adapté d'un roman de Michel Bussi par Fred Duval, j'ai également beaucoup aimé "Un avion sans elle" dont le titre original inspiré d'une chanson de Charlélie Couture attisait déjà ma curiosité.
    Ce polar se déroule fin 1998, au 18e anniversaire de Lylie dont le détective Crédule doit livrer les conclusions de son enquête aux familles sur l'identité de cette jeune fille ayant atteint sa majorité, seule rescapée du crash de 1980.
    L'histoire alterne le présent et les différentes étapes chronologiques de son enquête traversant les montagnes Jurassiennes ou les plages Dieppoises, ainsi que quelques événements historiques (Mitterrand arrivant au pouvoir en mai 81 ou le 1/4 de finale de la Coupe du Monde de foot France-Brésil en juin 86...) en semant des indices et des rebondissements chers à tout thriller qui se respecte !
    Le tout m'a tenu en haleine jusqu'à la révélation finale où tout s'explique, sous le charme de la beauté graphique aux superbes couleurs des personnages et décors du jeune auteur talentueux brésilien Nicolaï Pinheiro.
    Bref, un vrai régal que je recommande chaudement aux amateurs !

    herve26 Le 11/05/2021 à 18:15:09

    Après un récit complet « symposium », qui fut toutefois assez remarqué par la critique, Chéri, pseudonyme sous lequel se cache l’auteur, nous offre, cette fois ci chez Glénat (collection porn’Pop) des nouvelles très sensuelles autour du thème de la sève, c'est-à-dire du plaisir féminin.
    J’avais écrit à propos de son premier album, que Chéri était un ou une auteur à suivre, tant son talent à la fois de scénariste et de dessinateur pointait sous les planches de « symposium ». Les défauts que j’avais soulignés à l’époque à propos d’un dessin parfois approximatif sont gommés dans cet album.
    Il faut souligner tout d’abord la qualité éditoriale de l’ouvrage, avec une couverture soignée et un papier de qualité, et surtout un riche cahier de recherches d’illustrations en fin d’album.
    En prenant le parti de proposer des nouvelles, l’auteur nous fait voyager dans son monde très onirique, très poétique, comme le souligne Céline Tran, dans la préface. Avec, « le ruisseau » la première des six nouvelles, l’auteur nous plonge dans le thème de « la sève », qui ne nous quittera pas tout au long de la lecture. Ma préférence va tout de même au récit intitulé « Cime » (où la marque des bouteilles d’eau distribuée aux passagers de l’avion s’appelle, de manière à peine insolite « sève »), récit le plus explicite sur le plan des scènes de sexe, mais aussi original en raison du tournant donné au bout de 9 pages.
    Il faut aussi souligner une nouvelle muette (« Essence ») qui intrigue par son mystère, sa sensualité et son aspect onirique.
    Enfin « le lac » vient enfin clore cet album, en réponse au « ruisseau » qui ouvrait cet opus, révélant ainsi que l’auteur n’a pas fait qu’offrir aux lecteurs une succession de scénettes, mais a pensé l’album dans sa globalité.
    Un album, certes réservé aux adultes, mais qui se démarque de la production dans ce domaine, par sa sensualité et son dessin.
    Une belle réussite.

    docteur fil Le 11/05/2021 à 14:23:34
    Les lumières de la France - Tome 1 - La Comtesse Éponyme

    Beaucoup de paroles pour ne rien dire...
    D'ailleurs, l'éditeur a laissé tomber cette série après ce premier tome sans suite...
    Tant mieux.

    Erik67 Le 11/05/2021 à 08:08:57

    Je suis très enthousiaste au sortir de cette lecture qui m'a franchement ému. Enfin, j'arrive à lire une œuvre d'une intensité peu commune et avec une originalité à dépasser les bornes.

    En effet, qui pourrait penser un jour que de simples poulets pourraient devenir des citoyens humains avec les mêmes droits que nous ? Attention, je ne fais pas référence aux forces de l'ordre : pas d'amalgame ! Dans la réalité, on se rendra compte que c'est un peu plus compliqué que cela en raison du lourd poids d'un passé meurtrier.

    C'est l'idée même qui est intéressant même si elle paraît peu crédible. Pourquoi la race humaine devrait dominer dans le futur la planète et ne pas partager le pouvoir de la civilisation avec une espèce qui se révélerait doter d'une âme et d'une intelligence peu commune ? Les dinosaures ont bien dominé notre monde jusqu'il y a 66 millions d'années. Certes, ils étaient peu intelligents pour la plupart. La planète des singes racontent également l'avènement de la race des singes. Cependant, cette dernière est obligée d'anéantir la race humaine et la réduire en esclavage. Que dire alors d'une invasion extra-terrestre qui nous prendrait pour des termites ?

    Là, le concept sera différent puisqu'il s'agit d'une coexistence entre deux espèces différentes. C'est presque une allégorie à construire un monde meilleur en surmontant la haine de l'étranger. Bien des peuples devraient s'inspirer de cette œuvre étrangement humaniste malgré son inspiration aviaire. Une vraie métaphore sur la différence.

    Quand j'ai lu le mot de l'auteur (un philippin), il m'est apparu comme franchement sympathique. On voit qu'il a eu beaucoup de mal à percer sur le marché de la bd. Ceci est sa première œuvre qui a eu de la chance d'être publiée en France. Je suis généralement touché mais sans plus car je m'intéresse surtout à l’œuvre. Et celle-ci ne m'a pas déçu bien au contraire. On s'intéressera par conséquent à sa carrière qui ne fait que de débuter à 42 ans mais qui malheureusement s'est terminée tragiquement à 51 ans seulement. Le destin peut parfois frapper dramatiquement.

    Elmer est une œuvre forte qui mêle droits civiques, holocauste et droit à la reconnaissance. A découvrir absolument !

    Erik67 Le 11/05/2021 à 08:07:03

    Cette aventure n’est qu’un épisode dans la longue vie de Wolverine, l’un des mutants préférés des lecteurs. C’est surtout le Brésil qui est mis à l’honneur au travers de ses favelas ou ses superstitions.

    Il s’agit de faire la lumière sur un homme qui guérit les pauvres gens. Les motivations ne sont pas aussi humanistes qu’on pourrait bien le croire.

    Certes, il n’y a aura pas de réelles surprises dans le déroulé de ce récit qui demeure très classique. La fin est un peu douce amer dans la mesure où notre héros y laissera quelques griffes.

    Erik67 Le 11/05/2021 à 08:04:54

    J'aime bien ce genre de bd d'humour féminin comme il en existe tant actuellement. C'est le genre d'album dérivé de blogs d'humeur. Pour autant, je n'ai pas adhéré à cette succession de situations humoristiques qui décrit une femme de caractère dans la trentaine hyperactive qui ne mâche pas ses mots quitte à être parfois assez vulgaire. Ce n'est guère ma tasse de thé car cela ne fait pas dans la finesse et la grâce.

    J'avoue avoir parfois souri car certaines références me parlent. Cependant, l'ensemble est un peu trop long dans un thème qui est celui de la mère, de l'épouse et de l'amante. Du déjà vu.

    Au niveau du style graphique, je n'ai pas réussi à retrouver de l'originalité. Bref, dans ce genre girly, j'ai lu beaucoup mieux. Cela reste néanmoins assez plaisant à lire dans l'ensemble.

    Dernièrement de la même auteure Margaux Motin, j'ai nettement préféré « Le printemps suivant ».

    Strictly Sequential Le 11/05/2021 à 05:42:41
    Les terres creuses - Tome 1 - Carapaces

    ( Il ya aussi une cinquième édition p.v.p. 55f dans le mélange )

    C’est sans limite déroutant quand on peut à peine lire dans Français mais l’art en vaut toujours la peine !

    Strictly Sequential Le 11/05/2021 à 05:30:46
    Les terres creuses - Tome 2 - La terre creuse

    ( Il ya aussi une impression Septembre 1985 dans le mélange )

    C’est sans limite déroutant quand on peut à peine lire dans Français mais l’art en vaut toujours la peine !

    Strictly Sequential Le 11/05/2021 à 01:44:49

    Collection Atomium #8

    Il s’agit d’un serré 160mm x 245mm.

    Près de la moitié du dialogue est écrit en allemand.

    C’est une histoire très rapide avec peu de mots.

    Il n’y a que 3 scènes.

    1. Club de striptease dans la section américaine de Berlin
    2. La chambre de Lola au-dessus du club de striptease
    3. Conduire à Berlin communiste et exporter un professeur à travers le ciel dans un planeur construit.

    (Clement aime les planeurs parce que vous verrez le tueur les utiliser avec la même furtivité dans « Rimbo »)

    Mais quelque chose de fou arrive ici pour mettre fin à l’histoire en état de choc!

    sibe Le 11/05/2021 à 00:42:56
    L'emprise - Tome 2 - L'affrontement

    Très belle découverte de cet auteur que je ne connaissais pas. Style léché. beaucoup de grâce dans le dessin et un scénario très intéressant.

    thieuthieu79 Le 10/05/2021 à 14:54:28
    Tarzan (Bec/Subic) - Tome 1 - Tarzan

    Une très belle adaptation de Tarzan pleine d'humanité, aussi touchante que puissante.
    La somptueuse et très longue séquence muette qui retrace la jeunesse de tarzan est grandiose, puis laisse intelligemment de côté l'enfant au profit de l'adulte et de sa voie off qui prend le relais, pour nous amener enfin vers le cœur du récit.
    Le graphisme exceptionnel de Stevan Subic respire la nature, la liberté mais aussi le danger et l'insécurité.
    Et que dire de cette colorisation dépaysante et maitrisée..
    Un ouvrage plein d'humilité, très classique mais droit et sans aucune fausse note si ce n'est celle d'avoir trop vite terminé la lecture.

    thieuthieu79 Le 10/05/2021 à 14:45:28
    Ravage - Tome 3 - Tome 3/3

    Très très déçu de cet ultime tome qu'on aura attendu tout de même près de 3 ans...
    3 ans qui en disent long et qui témoignent que les cœurs n'y étaient pas et qu'il a fallu finir pour finir mais sans réelle motivation et implication.
    On se contente simplement de suivre les protagonistes en mode Survival jusqu'au terme de leur voyage, sans autre explication.
    Combats et hémoglobine facile sans aucun sens et qui n'apportent rien à l'histoire...
    Pourquoi diriger une partie du récit vers le fantastique / ésotérisme avec ce labo aux expériences folles ??? Aucun intérêt !!
    Les enchainements sont maladroits et le rythme essoufflé.
    Gros gros soucis avec le placement des bulles qui est complètement décalé sur les pages 7 & 8. Certaines d'entre elles sont sans leurs extension dirigée vers les personnages, et d'autres ont de gosses erreurs de syntaxe et d'orthographe.
    Le tout avec un final autour de Blanchette archi bâclé qui nous laisse avec une seule pensée : Tout ça pour ça ???!!!
    Dommage car il y avait pourtant matière à faire quelque chose d'extraordinaire. Heureusement que le graphisme vient un peu sauvé tout ça.
    On termine cette série avec le sentiment triste d'avoir eu entre les mains quelque chose au gros potentiel mais qui n'a pas su être pleinement exploité...

    thieuthieu79 Le 10/05/2021 à 14:25:17
    Le mur - Tome 3 - Homo homini spes

    Un final un peu décevant qui nous laisse sur notre faim. C'est trop rapide, trop facile et au contraire pas assez surprenant.
    Plusieurs petites incohérences scénaristiques viennent gâcher la lecture.
    Le manque de lisibilité graphique de certaines scènes rendent compliquée la bonne compréhension de l'histoire et ternissent la fluidité.
    Mais au delà de ça, on prend tout de même plaisir à suivre la conclusion de cette série. Les révélations disséminées ici ou la permettent de fermer la dernière page sans le sentiment d'avoir loupé quelque chose.
    Le triptyque complet donne un ouvrage graphique intéressant qui à réussi à nous divertir.

    minot Le 10/05/2021 à 12:30:08
    Les petits hommes - Tome 6 - Le vaisseau fantôme

    LES PETITS HOMMES affrontent un vaisseau fantôme qui semble sorti du fond des âges et qui est responsable de multiples actes de piraterie au cours des dernières semaines.

    L'une des meilleurs aventures des Petits Hommes ! L'ambiance fantastique est parfaite, avec une atmosphère assez lourde et beaucoup de mystère. On va de surprises en surprises, tout plein d'énigmes se juxtaposent (les squelettes, l'amnésie des victimes, les apparitions fantomatiques du vaisseau en pleine mer et ses brutales disparitions, etc.) et le dessin de Seron est magistral (ses illustrations de navires, anciens ou modernes, sont très réussies).

    minot Le 10/05/2021 à 12:24:42
    Les petits hommes - Tome 5 - L'œil du Cyclope

    Des bandits ont inventé une technologie qui projette des décors virtuels plus vrais que nature et s'en servent pour dérouter les policiers et couvrir leur fuite après chacun de leurs braquages. Renaud et LES PETITS HOMMES vont tenter de les mettre hors d'état de nuire.

    Un scénario un peu trop tiré par les cheveux (en même temps, c'est un peu la marque de fabrique avec cette série ...) auquel je n'ai pas plus accroché que ça. La lecture n'est pas déplaisante (d'autant que les dessins sont comme d'habitude excellents) mais on est assez loin des meilleurs albums de la série.

    minot Le 10/05/2021 à 12:20:18
    Les petits hommes - Tome 15 - Mosquito 417

    L'album (paru en 1984) regroupe quatre histoires courtes des PETITS HOMMES parues dix ans plus tôt dans "Le journal de Spirou". Chaque histoire est trop courte et pas assez développée pour rendre ce tome vraiment intéressant, seulement sauvé par le très bon dessin de Seron, comme toujours.

    L'histoire "Mosquito 417" voit Renaud partir explorer les fjords de Borvège (!) pour découvrir ce qu'il est réellement advenu d'un aviateur disparu là-bas trente ans plus tôt. L'occasion pour Seron de dessiner de beaux paysages enneigés et des séquences d'aviation palpitantes.

    "Le manoir de la dent verte" est une histoire banale d'enlèvement et de demande de rançon. L'intérêt premier - outre les dessins - réside dans la bêtise des deux bandits.

    "Les corsaires du XVIIème siècle" met Renaud aux prises avec des corsaires eux aussi miniaturisés. L'histoire est courte et n'a pas grand intérêt, si ce n'est celui de nous faire admirer les prouesses graphiques de Seron (très habile pour dessiner les galions du XVIIème siècle) et de nous apprendre que la météorite responsable de la miniaturisation des Petits Hommes allonge aussi l'espérance de vie de plusieurs siècles.

    Shaddam4 Le 10/05/2021 à 11:55:05
    La dernière Ombre - Tome 1 - Chapitre I

    L'intrigue de ce premier tome est assez simple, sa linéarité temporisant l'émergence d'une véritable tension dramatique. Si l'on nous présente rapidement une intéressante galerie de personnages tout à fait identifiables (l'officier froid et martial, l'adjoint rebelle, le médecin idéaliste et ses deux filles, le groupe d'enfants,...), le mystère peine à s'installer malgré quelques visions fantastiques dont nous n'aurons l'explication que dans la conclusion du diptyque. En dévoilant trop (les enfants) ou trop peu (les créatures), Denis-Pierre Filippi semble partir sur un tempo de série longue alors qu'il devra résoudre ce qui a à peine commencé dès le prochain tome. On est du coup un peu sceptique sur les possibilités d'accroche sur le seul volume deux...

    Reste une atmosphère feutrée loin de la fureur des tranchées, un monde des rêves que l'on soupçonne au travers de ces quelques visions fantasmagoriques non expliquées et des personnages nombreux qui permettent une avancée rapide et au lecteur de rester au contact en savourant chaque case. Ayant la forme d'un préambule, La dernière ombre ne convainc pas totalement (comme le récent Elecboy) tout en évitant de nous ennuyer, grâce à des dessins superbes, un art du dialogue très pro de Filippi et une once de mystère qui suffit à nous donner envie d'attendre les révélations du prochain opus.[...]

    Lire la suite sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2021/05/05/la-derniere-ombre-1/

    Shaddam4 Le 10/05/2021 à 11:45:41
    L'Île entre deux mondes - Tome 1 - Tome 1

    L’ile entre deux mondes est entre le feel-good album et le contemplatif onirique, de ces créations japonaises qui rappellent la richesse des traditions dans la culture et l’identité d’un peuple schizophrène toujours tiraillé entre une hypermodernité mortifère et un passé animiste proche de Gaïa. Sur des planches sublimes tant par les encrages subtiles que les blancs lumineux l’artiste Asuka Ishii (dotée d’une formation artistique solide et également peintre) s’insère dans une atmosphère proche des films de Naomi Kawase où la spontanéité des relations interpersonnelles tranche avec la rigueur sociale habituelle du Japon et où les ambiances, les odeurs, les sensations priment. Sa maîtrise graphique parvient à nous immerger dans ce paradis insulaire fait de langueur et de communion, elle nous fait ressentir la chaleur du soleil, le bruissement des feuils, toutes ces sensations universelles qui ressurgissent ici des pages du manga. [...]

    Lire la suite sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2021/05/08/manga-en-vrac-10/

    Shaddam4 Le 10/05/2021 à 11:41:26
    Egregor : Le souffle de la Foi - Tome 6 - Tome 6

    Comme attendu, ce tome marque une certaine pause en concluant les multiples combats entamés précédemment et en reprenant l’itinéraire des jeunes héros de cette saga foisonnante. On l’avait déjà constaté, Jay Skwar a une ambition très élevée pour sa série et a tendance à se noyer (et nous avec) dans une intrigue qu’il maintient toujours très cryptique et une ribambelle de personnages que l’on finit par avoir du mal à identifier malgré l’indispensable dramatis personae d’introduction d’album. De même pour une fort jolie carte (conçue par l’auteur d’Albator) pas assez détaillée pour nous assister dans la géographie d’Egregor. L’action continue installée depuis le début permettait de maintenir une accroche, malheureusement lors des pauses on souffre un peu à la lecture de dialogues parfois très « djeun’z » et qui manquent de relecture. Si les dessins restent tout à fait agréables à l’œil et assez lisibles avec des designs toujours réussis, ils ne suffisent pas à compenser une histoire qui peine à s’installer. Du coup on espère la prochaine scène d’action en attendant que les auteurs nous aident à nous attacher un peu à quelques personnages dans ce maelstrom permanent.

    Lire sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2021/05/08/manga-en-vrac-10/

    Shaddam4 Le 10/05/2021 à 11:35:29
    Alpi the Soul Sender - Tome 4 - Tome 4

    Petit accident dans ce quatrième volume qui passe un peu à côté avec cette histoire de bibliothécaire fou qui entraîne 2/3 de volumes en mode slasher gentillet et pas très intéressant… Cela permet tout de même d’approfondir de futurs antagonistes mais on lit ce volume en baillant et en attendant le retour des beaux dessins et un approfondissement de l’univers des soulsenders. C’est dommage car le volume précédent nous a renseigné sur les capacités martiales d’Alpi… qui seront finalement bien peu utilisées et son caractère qui a muri après le récit de Sersella ne semble pas avoir évolué ici. Cette intrigue un peu simpliste a tout de même le mérite de nous parler des traditions de colportage (que Magus of the Librarian traite plus en profondeur). C’est bien maigre et la quasi-absence d’Esprit divin sur ce tome est fort surprenante quand on se rappelle de la structure assez géométrique des tomes jusqu’ici avec deux esprits à chaque fois. On reprends espoir avec la confirmation d’un groupe désirant la suppression de toute religion en se disant que ce quatrième opus n’était qu’une introduction à un grand arc plus solide…

    Lire sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2021/05/08/manga-en-vrac-10/

    Shaddam4 Le 10/05/2021 à 11:32:41
    Jylland - Tome 1 - Magnulv le Bon

    L’originalité de ce premier tome est le traitement de la christianisation pour ce peuple attaché aux traditions. L’itinéraire de ce second fils revanchard fait se rejoindre la jalousie familiale et le rejet de la nouvelle religion pacifique. Le scénariste lance des pistes intéressantes sur la sédentarisation et le passage de ce peuple de pilleur à un peuple commerçant, qui sera peut-être développé dans la suite de l’histoire. D’une lecture agréable, ce premier Jylland est donc une plutôt bonne surprise qui parvient à nous intéresser dans un océan d’albums sur les navigateurs de drakkars.[...]

    Lire la suite sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2021/05/09/bd-en-vrac-19/

    Shaddam4 Le 10/05/2021 à 11:27:32
    Ira Dei - Tome 4 - Mon nom est Tancrède

    Si la stratégie machiavélique ravira les amateurs, le déroulement de ce tome reste un peu chaotique en ballotant le lecteur qui ne sait pas trop pourquoi on nous présente telle scène et pourquoi tel personnage disparaît soudain. Ce volume manque un peu de continuité, ce qui participe à l’inconfort sans doute recherché. La conclusion anticipée de la série a probablement joué également pour précipiter une fin un peu au milieu du gué qui ne résout vraiment rien. On sort ainsi de ces deux cycles (qu’il vaut mieux voir comme une vraie quadrilogie tant les quatre albums sont liés) vaguement déçu avec l’impression d’avoir participé par une fenêtre à une séquence historique sans début et sans fin. Un peu frustrant même si la qualité de ces albums restent dans le haut du panier en matière de bd médiévale.[...]

    Lire la suite sur le blog: https://etagereimaginaire.wordpress.com/2021/05/09/bd-en-vrac-19/

    Shaddam4 Le 10/05/2021 à 10:52:36
    Le moine mort - Tome 1 - Le manuscrit condamné

    Le récit prend la forme désormais classique du narrateur monastique modèle Le Nome de la rose qui témoigne de la croisade fondamentaliste d’une Église imaginaire mais bien inspirée du pire de notre Histoire. Sous des pinceaux réellement inspirés du jeune ScieTronc (qui avait déjà impressionné sur le premier Boris Vian, déjà scénarisé par Morvan), on en restera donc là après 48 pages où l’on ne fait que découvrir l’univers tout en architectures et contre-plongées visiblement inspiré par les dessins du Piranese (qui donne son nom au héros). C’est beau mais c’est maigre. C’est vraiment dommage car graphiquement l’univers mis en place accroche réellement notre intérêt en s’appuyant peut-être sur le design semi-historique de la série Game of Thrones, mais surtout sur un sens du cadrage qui permet de donner un cachet fou à la plupart des cases. Il n’aurait fallu que quelques séquences de plus pour semer l’envie de découverte au lieu de quoi l’effet retombe un peu comme un soufflet en oubliant l’envie. Difficile donc de se prononcer sur une série pas vraiment commencée. Il faudra donc attendre le second tome pour se faire réellement un avis.[...]

    Lire la suite sur le blog: https://etagereimaginaire.wordpress.com/2021/05/09/bd-en-vrac-19/

    minot Le 10/05/2021 à 10:26:40
    Les petits hommes - Tome 22 - L'ermite de Rochafleur

    Recueil de quatre histoires courtes, dont la première (qui donne son titre à l'album) est particulièrement ridicule, en plus d'être totalement inintéressante. Les autres histoires sont du même acabit. Bref, ça sent le remplissage et le dessin "alimentaire" pour Seron, en plus du coup marketing pour Dupuis (on prend quatre petites histoires des PETITS HOMMES parues dans "Le journal de Spirou" qui n'ont aucun lien entre elles et on les regroupe en un seul album pour faire un peu plus de blé ...).
    Seul l'excellent dessin de Seron explique ma note de 1/5.

    minot Le 10/05/2021 à 10:17:31
    Les petits hommes - Tome 4 - Le lac de l'Auto

    LES PETITS HOMMES découvrent par hasard une base secrète située au fond d'un lac perdu au milieu des bois. Quels secrets cache-t-elle ?

    Malgré un petit côté "Le repaire de la murène" (Franquin), l'histoire est originale et l'album se lit avec plaisir. Tous les ingrédients de la bonne petite aventure à suspense sont là : gangsters, trafic louche, repaire secret, technologie de pointe qui apporte un petit côté fantastique à l'histoire ... Un bon album, d'autant que le dessin "gros nez" de Seron est comme d'habitude impeccable et particulièrement plaisant..

    minot Le 10/05/2021 à 10:05:48
    Tif et Tondu - Tome 45 - Le mystère de la chambre 43

    Dernier tome de la série, "Le mystère de la chambre 43" est un très bon album. Un mystère initial des plus énigmatiques, une ambiance oppressante flirtant limite avec le fantastique, des décors de station de ski superbes, des dessins très dynamiques, une enquête assez corsée ... Dommage que la série se soit arrêtée car depuis le tome 42, le duo Lapière/Sikorski faisait vraiment du très bon boulot.

    minot Le 10/05/2021 à 10:01:43
    Tif et Tondu - Tome 44 - Fort Cigogne

    Une bonne aventure de TIF ET TONDU au goût de mélange entre "L'île noire" (Hergé) et "Le repaire de la murène" (Franquin). Pas très original, mais ça se laisse lire avec plaisir. Les séquences de bagarres sous-marines sont accrocheuses, il y a un bon petit suspense, mais la résolution du mystère manque un peu de clarté. Les dessins sont très bons.

    minot Le 10/05/2021 à 09:57:10
    Tif et Tondu - Tome 43 - Les vieilles dames aux cent maisons

    Dans un petit village de la campagne belge, trois vieilles peaux que tout le monde déteste, riches comme Crésus, sont retrouvées assassinées. TIF ET TONDU mènent l'enquête.
    Un pur polar au scénario très bien tourné, des dessins impeccables et quelques séquences mémorables (dont une course-poursuite en voiture qui s'étale sur sept pages entières !). Un très bon album, pour moi le meilleur de la période Lapière/Sikorski.

    minot Le 10/05/2021 à 09:52:31
    Tif et Tondu - Tome 42 - L'assassin des trois villes sœurs

    L'un des meilleurs du duo Lapière/Sikorski. Les décors et le climat de cet album sont particulièrement plaisants : la Haute-Normandie hors-saison, la météo pourrie, les hautes falaises sur la mer, l'ambiance du port ... TIF ET TONDU enquêtent sur une série de meurtres dans un petit village du bord de mer, qui semblent trouver leur cause dans un fait divers survenu vingt trois ans en arrière.
    Les dessins sont bons et l'album se lit avec plaisir.

    minot Le 10/05/2021 à 09:39:48
    Tif et Tondu - Tome 41 - À feu et à sang

    Banale histoire d'incendie à laquelle sont mêlés nos héros, sans enquête particulière. Ou plutôt, l'enquête que mènent TIF ET TONDU part en fumée dès le début de l'album pour trouver sa conclusion à la toute dernière page de manière extrêmement fortuite. Bref, le scénario n'est pas hyper passionnant mais l'album se laisse quand même lire, notamment parce que les dessins sont bien maîtrisés, dans un style franco-belge pur et dur (plus "ligne claire" que "gros nez") agréable.

    minot Le 10/05/2021 à 09:35:00
    Tif et Tondu - Tome 40 - Prise d'otages

    Avec le tandem Lapière/Sikorski, finies les enquêtes exotiques à l'autre bout du monde, les aventures teintées de fantastique, la lutte acharnée contre la redoutable organisation de la Main Blanche ... Place désormais à des enquêtes de terrain plus réalistes, où les héros ont des préoccupations plus terre à terre et les méchants sont des criminels ordinaires. Ce recentrage de la série vers une ambiance polar plus réaliste n'est pas pour me déplaire, même si l'humour en pâtit forcément.

    Ce premier tome du nouveau duo d'auteurs est toutefois très décevant. Déjà, il s'agit de quatre histoires courtes réunies en seul album, et non d'une grande aventure de TIF ET TONDU. Surtout, l'ambiance est particulièrement glauque : ça parle de prise d'enfants en otage, de maltraitance de nourrisson avec tentative d'assassinat puis abandon dans un sac poubelle sur l'autoroute (!) ... La lecture m'a même dérangé par moments. Quand je lis un TIF ET TONDU, c'est pour me détendre avec une petite histoire policière légère et pas prise de tête, avec de l'action amusante agrémentée d'un peu d'humour. Pas quelque chose qui va me flinguer le moral.

    Bref, je n'ai pas du tout accroché à ce premier Lapière/Sikorski, d'autant que le dessin est loin d'être pleinement maîtrisé. Heureusement les albums suivants seront bien meilleurs.

    Erik67 Le 10/05/2021 à 08:00:07

    J'aime bien la bande dessinée espagnole. Elle a le vent en poupe depuis quelques années. c'est une oeuvre d'une très grande maturité intellectuelle. Rien n'est laissé aux hasard dans le destin de ces personnages qui s'entrecroisent. le moindre petit détail anodin parsemé au fil de ce récit aura toute son importance dans la révélation finale.
    C'est une oeuvre très dense. Cela fait très gros pavé avec 400 pages sur un grand format.

    Pour autant, la mise en scène est parfaite et la fluidité entre les scènes est très inventive. On est pris dans l'intrigue pour ne plus la lâcher. Les personnages sont très bien exploités avec une grande crédibilité. Bref, c'est surtout l'histoire d'un homme brisé qui cherche à fuir son passé et à se faire oublier. Cependant, on est toujours rattraper par son passé.

    L'auteur dont c'est la première oeuvre réussit un véritable tour de maître. le talent est indéniable. Bravo ! Comme disait le Figaro, il entre directement dans la cour des grands.

    Erik67 Le 10/05/2021 à 07:58:43

    Dans la même collection que Phantasia à savoir Tapages Nocturnes, on trouve quelques pincées de désir. Je dois dire que ce titre m'a plutôt bien convaincu bien que cela soit assez irrégulier.

    En effet, nous avons 7 nouvelles différentes réalisées par 5 autrices totalement différentes : Marie Avril et Marine Tulmelaire (France), Megan Rose Gedris (USA), Niki Smith (Allemagne) et enfin Ariel Vittori (Italie). C'est un regard érotique féminin et pour le moins très intéressant avec une vision positive du corps et de la sexualité.

    J'avoue avoir totalement craqué pour le travail de Marine Tumelaire qui dessine les corps presque à la perfection : voir « So real » ou encore « Lien végétal » qui donne à réfléchir.
    On regrette presque qu'il n'y ait pas un ouvrage entièrement réalisé par cette dernière qui enseigne d'ailleurs le dessin d'observation dans une école de cinéma de la région parisienne après avoir mis en couleur le travail de nombreux auteurs pour Dargaud.

    Erik67 Le 10/05/2021 à 07:57:05

    Je ne savais pas ce qui m'attendait en lisant une telle oeuvre démystifiant le mythe de Superman. C'est toujours une bonne surprise de voir qu'on est embarqué dans quelque chose qui dépasse toutes nos espérances. Cela ne payait pourtant pas de mine sur la forme. Or, il ne faut jamais se fier aux apparences...

    Certes, il est question d'un auteur de comics qui se voit proposer de reprendre la série mythique Superman. Il a eu plutôt une mauvaise expérience avec ce super héros lors d'un épisode de son enfance assez douloureux. Superman sera comme un miroir à la découverte du monde et surtout de soi-même. Oui, c'est un véritable voyage introspectif sur fond de maladie héréditaire. On partage les angoisses et les névroses de l'auteur en tirant une réflexion vraiment intéressante sur le monde fictif et le monde réel.

    La lecture ne sera pas des plus faciles mais ce qui est au bout en vaut la peine. C'est véritablement en rapport avec la perception même de la bande dessinée : veut-on rejoindre un monde mythique et irréel pour fuir la médiocrité de la vie ? Une oeuvre remarquable et indispensable pour tout bdphile qui se respecte. Une approche en tout cas originale et intelligente. On ne verra plus jamais Superman de la même façon...

    Reginhard Le 09/05/2021 à 20:59:11

    Pour ceux qui ont eu la chance de le voir, le film est quasi culte (qui dit 8ème dimension dit aussi humour au huitième degré).
    Le comix (copyright Century Fox, personne n'a osé le signer) est peut-être encore pire.
    Pour connaisseurs pervers.

    JeanneD Le 09/05/2021 à 20:42:20
    Les contes de la Pieuvre - Tome 3 - Célestin et le cœur de Vendrezanne

    Incontestablement le meilleur des 3 volumes des Contes de la Pieuvre. Avec en bonus un soupçon de féminisme.

    A lire, même si on n'a pas lu les précédents.

    Reginhard Le 09/05/2021 à 19:50:53
    Jack Palmer - Tome 1 - Pétillon

    Quand Pétillon était encore influencé par Mad, avant d'être tenté par la ligne claire. Influence au niveau des scénarios (ça fuse de partout) et du graphisme hachuré et détaillé à l'extrême.
    Pour ceux dont c'est le "genre de prédilection", vous allez tomber sur l'archétype du genre. On va rire.

    Reginhard Le 09/05/2021 à 19:26:44

    Un Forest pas comme les autres.
    Un gamin d'une famille déchirée sur une péniche qui parcourt l'Europe du temps de la guerre froide. Une narration sensible et réussie. Une intrigue juste comme il faut. Et chapeau pour les couleurs, parfaites ce qui sur des dessins de Forest n'est vraiment pas facile.
    Et puis "un Hydragon, ça sait l'heure et c'est toujours présent au rendez-vous (au grand rendez-vous des rêves)."

    Reginhard Le 09/05/2021 à 19:16:21

    Toute la sensualité et la cruauté de Forest en histoires courtes, voire très courtes. Quelques poèmes illustrés aussi.
    Je constate avec tristesse que l'album n'est pas coté alors que les foules devraient se battre et se déchirer pour avoir la chance d'en consulter ne fut-ce qu'une page.
    Mais au fond j'm'en fous, je n'suis pas vendeur.

    Reginhard Le 09/05/2021 à 19:06:00

    L'Ile mystérieuse de Jules Vernes revisitée par Forest. Pour qui aime les deux c'est un plaisir jubilatoire.
    Dialogues et graphismes splendides.
    Certains personnage resserviront (ou ont déjà servi) dans l'œuvre de Forest.
    Les couleurs de l'édition Dargaud ne sont pas un plus. (litote)

    Reginhard Le 09/05/2021 à 18:54:42

    Mieux qu'un grand scénariste et un grand dessinateur nous avons ici un grand narrateur et un grand graphiste.
    C'est probablement le meilleur de Forest.

    TDH75 Le 09/05/2021 à 18:54:24
    Daredevil (L'intégrale) - Tome 2 - Daredevil : L'intégrale 1982

    Cette intégrale brille surtout par l’enchaînement des deux premiers épisodes mêlant le quatuor mythique, Daredevil, Elektra, Bullseye et le Caïd.

    Dans l’univers glauque et oppressant des bas quartiers du New York des années 80, Frank Miller imprime une atmosphère crépusculaire, étouffante et d’une noirceur sans nom à cette tragédie moderne ou chacun des protagonistes montre des fêlures d’une complexité exceptionnelle.

    Une tueuse prises de remords et hantée par son amour passé, un justicier friable, fidèle en amitié et en amour, un impitoyable caïd de la pègre capable de plier dans l’espoir de revoir sa femme transformée en clocharde et un tueur malade, instable, instinctif, aussi mortel que génial composent donc le formidable univers imaginé par Miller.

    La partie avec le Punisher est également d’un bon niveau, Murdock étant véritablement déchirant dans son refus de la mort d’Elektra.

    On recommandera aussi le « Et si …Elektra n’était pas morte », nerveux et émouvant, créant pour une fois une belle happy-end entre DD et Elektra.

    En résumé, pour ces quelques raisons « Daredevil : l’intégrale 1982 » est un album culte, totalement, indispensable pour le fan de bande dessiné moderne, amateur d’univers sombres et de personnages aussi complexes que torturés !

    Critique complète sur mon blog : https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2021/05/daredevil-lintegrale-1982-frank-miller.html

    sebastien01 Le 09/05/2021 à 18:47:46

    Je poursuis la lecture de quelques comics ayant inspiré des films de super-héros et, cette semaine, c’est après avoir revu "X-Men : Le Commencement", réalisé par Matthew Vaughn et sorti en 2011, que je me suis replongé dans ce comics (X-Men: Magneto Testament 2008, #1-5).

    Seule la scène d’ouverture, où l’on découvre le jeune Magnéto emmené dans le camp de concentration d’Auschwitz, est ici considérée et il s’agit de l’unique référence que le film fera à ce comics. Sur un scénario de Greg Pak et un joli dessin de Carmine Di Giandomenico (dont le trait m’a fait penser à celui d’Yslaire), le comics opte en effet pour quelque chose de très différent : il suit la fuite à travers l’Europe d’un jeune juif, Max Eisenhardt, et de sa famille, jusqu’à sa déportation dans l’enfer d’Auschwitz et ce qu’il doit y endurer pour survivre à tout prix.

    Autant le dire d’entrée de jeu : il ne s’agit pas d’un comics de super-héros. Si l’on excepte le nom de famille du personnage principal – que seuls les germanophones comprendront – et le collier de pâtes en morceaux de ferraille que celui-ci offre à sa copine, il n’y a même rien qui puisse faire penser au personnage de Magnéto. Et cette histoire n’éclaire pas non plus davantage son avenir de super-vilain.

    Il est toujours délicat d’avoir une opinion négative sur un sujet aussi dramatique mais je trouve que le titre de l’album est trompeur ; je ne l’aurais probablement jamais ouvert sans ce titre et ce logo Marvel en couverture. Il y a tant de bandes dessinées européennes traitant plus subtilement de ce sujet (par exemple, Auschwitz de Pascal Croci). Toutefois, pour le lecteur américain habitué aux aventures tonitruantes des X-Men, ce comics aura au moins eu le mérite de l’exercice du devoir de mémoire et de proposer une lecture différente de l’ordinaire.

    Reginhard Le 09/05/2021 à 13:03:14
    Zig et Puce (Hachette) - Tome 7 - Zig, Puce et Furette

    Du bon Saint-Ogan. Plein de rebondissements. Le scénario, plus tard, sera repris par Greg pour les mêmes personnages.

    Reginhard Le 09/05/2021 à 12:52:54
    Jack Palmer - Tome 6 - Le Prince de la B.D.

    Le passage de Jack Palmer par le festival breton de bande dessinée de Plumor-Tumeur mérite de rester dans les annales. Une grande enquête digne (enfin presque) des "Disparus d'Apostrophe".

    hectorvadair Le 09/05/2021 à 12:26:40
    Fantastic Four (Éditions Héritage) - Tome 123 - Mission pour un homme mort !

    Ce n'est pas John Buscema, mais John Byrne qui signe ces épisodes. Cela se voit d'ailleurs clairement sur l'extrait publié :-(
    https://www.comicsvf.com/us/1.php

    yannzeman Le 09/05/2021 à 11:49:36
    Tounga (Intégrale) - Tome 3 - Intégrale 3

    Aïe...

    Ca y est, le dessin se dégrade...

    C'est vraiment dommage car les histoires sont très sympas et n'ont pas pris une ride. A condition d'accepter les incohérences des gorilles qui grimpent aux arbres ou le fait que Tounga change de continent en quelques jours !

    Vraiment, quel dommage que le dessin s'enlaidisse et devienne si banal, après avoir été si beau aux débuts...

    yannzeman Le 09/05/2021 à 11:44:51
    Tounga (Intégrale) - Tome 2 - Intégrale 2

    Ce volume 2 est un peu préservé des méfaits d'un coloriste hasardeux, et c'est tant mieux.

    Le style de Aidans évolue doucement vers le moche, mais demeure encore très beau et puissant dans les histoires parues dans ce volume.

    Il faut en profiter, c'est sublime et prenant.
    Le souffle de la grande aventure, dans un monde où le danger compose avec l'amitié et l'héroïsme.

    Reginhard Le 09/05/2021 à 11:41:59
    Mickey (Hachette) - Tome 14 - Mickey chez les pirates

    Extrait:
    Mickey s'apprête à remonter à la surface, lorsque tout à coup il sursaute: "Mon moteur est arrêté, l'appareil échappe à ma direction et je vais droit sur le sous-marin!" Et, épouvanté, il voit la monstrueuse griffe magnétique du sous-marin se poser sur le submarplane...

    Reginhard Le 09/05/2021 à 11:33:27
    Mickey (Hachette) - Tome 10 - Mickey Jockey

    C'est beau la culture.
    Mais l'album indique bien "Illustrations de Walt Disney". Cet imposteur mériterait d'être cité quelque part dans la présentation de l'ouvrage.
    Sinon, c'est album Hachette classique, avec bulles effacées, texte en dessous et couleurs bleues et orange.

    Reginhard Le 09/05/2021 à 11:24:26
    Félix le chat (Hachette) - Tome 2 - Félix au pays de l'ogre

    Plaisir nostalgique d'une époque où on ne respectait rien. Les strips sont redécoupés, le phylactères remplacés par un texte, mi-pompier, mi-gnagnan, écrit en dessous.
    Et cette fabuleuse bichromie bleu-orange des albums Hachette.
    Bon, d'accord, on perd beaucoup de la poésie de Sullivan. On peut pas tout avoir.

    Reginhard Le 09/05/2021 à 11:04:53

    Un humour vulgaire, scatologique et pornographique sournoisement dissimulé sous une ligne claire impeccable.
    En plus le titre ne ment pas, ce sont quelques unes des meilleures aventures de ce répugnant personnage.

    Reginhard Le 09/05/2021 à 10:57:09

    On disait déjà du mal des Russes avant Poutine (et avant Lénine).
    Gustave Doré le fait ici avec une mauvaise foi et une violence délectables. Et comme en plus il est le plus grand graveur de son siècle....

    Reginhard Le 09/05/2021 à 10:39:58
    666 - Tome 2 - Allegro demonio

    Ca ne s'arrange pas.
    Ni pour le père Carmody. Ni pour l'humanité. Ni pour le scénario de plus en plus gore, ni pour le dessin qui parvient à donner l'impression d'être simultanément parfaitement maitrisé et totalement bâclé.
    Bref, le début d'une longue et jubilatoire descente aux enfers.

    Reginhard Le 09/05/2021 à 10:30:12
    666 - Tome 1 - Ante demonium

    Génial. Hilarant. Glauque. Kitsch. Vulgaire. Cultivé et cultissime.
    On sent le plaisir que les auteurs ont à en rajouter encore et encore.
    Tout à fait le genre à générer des critiques aussi acerbes que celles que vous pouvez lire ci-dessous.

    Reginhard Le 09/05/2021 à 09:41:12

    Onirique, plus une histoire illustrée qu'une BD.
    Graphisme imparable, impeccable. L'utilisation narrative que fait Renard de la monochromie (jaune) et du losange me fascine.
    Petit plaisir sans cesse renouvelé.

    Sergent Garcia Le 09/05/2021 à 09:32:07
    Imbattable - Tome 3 - Le cauchemar des malfrats

    Toujours aussi original et créatif, Pascal Jousselin continue de jouer avec les codes de la BD et nous régale avec ses mises en scène étonnantes, drôles, voire émouvantes. La variété des pouvoirs permet un renouvellement efficace et agréablement insolite.

    Erik67 Le 09/05/2021 à 08:59:52

    Il s'agit d'une belle bd se basant sur un fait divers survenu durant les guerres napoléoniennes et qui souligne l'absurdité et la bêtise humaine. Visiblement, aucun des deux camps qui s'opposent ne sera épargné par cette folie aveuglante.

    Nous avons un capitaine de navire français qui fut autrefois un négrier et qui n'hésite pas à sacrifier un jeune moussaillon au seul tort qu'il a eu une nourrice anglaise lui apprenant des chansonnettes de la perfide Albion. de l'autre côté, nous avons une population tellement emplie de haine qu'elle ne sait pas faire la différence entre un français et un singe.

    J'ai bien aimé la démonstration faite par les auteurs car au-delà d'un conte aux allures naïves, il y a une réelle critique du racisme pouvant conduire à l'absence de discernement. C'est dans les situations de guerre ou de crise que la population cherche un bouc émissaire et déverse sa haine sans essayer de comprendre. Notre pauvre petit singe en a fait les frais. Mais demain, à qui le tour ? Aux étrangers ou assimilées comme tels ? Aux fainéants qui sont au chômage ?

    Bref, c'est une bd dont les réflexions non dites sont à méditer.

    Erik67 Le 09/05/2021 à 08:58:26
    Luminary - Tome 1 - Canicule

    Cela tenait visiblement à coeur à l'auteur de développer cette histoire qui s'inspire d'un super-héros rencontré au fil d'une lecture durant sa jeunesse, comme il l'explique en détail dans le dossier consacré en fin de volume. Voilà son souhait exaucé avec ce premier volume, avec la bénédiction de son inspirateur, le célèbre Ciro Tota.

    Le résultat est tout à fait convenable, mais sans surprise dans le traitement. le récit reste classique et parfois prévisible. En même temps, on observera une certaine simplicité du scénario qui donne de la fluidité à ce récit lumineux.

    Au niveau du graphisme, cela fait très comics. J'ai plutôt bien aimé le rendu avec de superbes couleurs assez flashy voir incandescentes.

    Je retiens surtout une exploration d'un comics à la française par un scénariste non habitué du genre. On retrouve cependant des thématiques déjà développées dans le Pouvoir des innocents avec cette histoire d'attentat à New-York accusant la communauté noire.

    Maintenant, le savoir-faire est présent pour le plus grand bonheur des lecteurs.

    Erik67 Le 09/05/2021 à 08:57:09
    Pico Bogue - Tome 1 - La vie et moi

    J'aime beaucoup Pico Bogue comme j'ai eu l'occasion de le dire en direct aux deux auteurs que j'ai pu rencontrer lors d'un rare festival de bd auquel j'ai assisté à Strasbourg. Le dessin est illustré par Alexis Domal, le fils trentenaire de la scénariste Dominique Roques. Pour un premier coup dans la bande dessinée, c'était plutôt une entrée remarquée. Je dois également avouer qu'il est rare de rencontrer un tel duo « mère-fils » dans le monde de la bd qui connaît, il est vrai, quelques fratries.

    Cet album respire bon la fraîcheur car il conte une tranche de vie d'un garçonnet, Pico, de sa soeur, Ana, des parents et des copains d'école. Au premier abord, cela m'a fait penser à Calvin et Hobbes pour son côté strip de 6 cases ainsi que pour l'aspect purement philosophique. J'ai apprécié tout particulièrement cet humour fin qui en découle. Rien n'est lourd et tout est parfaitement dosé pour faire passer une idée simple. L'alchimie entre le futile et les sujets plus lourds se passe à merveille.

    Il y a de bons sentiments et le côté mièvre pourra en agacer plus d'un qui ne trouveront rien de nouveau. Cependant, on pourra toujours admirer les superbes réparties entre les personnages.

    Quant au dessin, je l'adore véritablement. La couverture est sublime quant à sa beauté. Elle est aussi très évocative sur le monde de l'enfance et le fossé avec celui des adultes. On trouve d'emblée le personnage de Pico très attachant avec sa tignasse de cheveux ébouriffés. Etait-ce une boutade de l'auteur quand il a évoqué le fait de s'identifier à ce personnage ? Je ne pourrais le dire avec certitude.

    Bref, j'ai passé un pur moment de bonheur et de régal. C'est toujours bon à prendre dans ce monde de brutes.

    Reginhard Le 09/05/2021 à 08:26:56

    Du Fred.
    Pas forcément le meilleur, en vrac et de toutes les époques. Histoires courtes et dessins d'humour. Pilote, Hara-Kiri (les premiers), etc.
    Se laisse lire quand même. Surtout si on aime les conclusions de récit du genre "Il faut toujours se méfier des baignoires d'occasion."

    Reginhard Le 09/05/2021 à 00:38:09
    Ardeur - Tome 4 - Berlin Strasse

    "Une histoire absurde où le héro se jette avec une inconscience rare dans les pires situations. Cela pourrait s'intituler Justin ou les malheurs de la vertu."
    Sinon, c'est du Varenne. On aime ou on aime pas.
    Moi, ça dépend des jours.

    Reginhard Le 09/05/2021 à 00:25:18
    Vortex - Tome 1 - Tess Wood, prisonnière du futur - 1

    Le titre et la couverture suffisent pour comprendre de quoi il s'agit. Second degré et caricatural mais pas que et on se laisse prendre au récit. Surtout si en parallèle et avec l'autre œil on lit l'autre tome 1er de la série. On comprend mieux, mais pas tout, bien sur.

    Reginhard Le 09/05/2021 à 00:12:41

    Aventures d'un mâle reproducteur qui tente de survivre dans un monde de salaisons.
    Au travers de sa condition porcine, c'est la condition humaine que les auteurs interrogent.
    Ou alors, ils ont fait ça juste pour déconner.
    De toute façon, on ne s'ennuie pas.

    Reginhard Le 09/05/2021 à 00:04:28
    Edmond le cochon - Tome 3 - Le continent mystérieux

    Aventures d'un cochon reproducteur en fuite et en terre d'islam. Et puis après, juste en Afrique.
    C'est lourd, c'est vulgaire, c'est délirant.
    C'est bon.

    Reginhard Le 08/05/2021 à 23:56:35
    Edmond le cochon - Tome 4 - Le mystère continental

    Tiens, Rochette a changé de style. Minimaliste.
    Tiens, Veyron sais toujours pas où il va.
    Tiens, c'est toujours bon. Mais on sent qu'il était temps que ça s'arrête.

    Reginhard Le 08/05/2021 à 22:58:18
    Tarzan (Intégrale - Soleil) (1993) - Tome 7 - Intégrale 7

    Le meilleur de Hogarth.
    Fin de l'épisode des Ononoes, vignettes culte, mise en page explosée. Une jungle torturée et des mouvements excessifs.
    Et puis soudain, au sommet de son art, Hogarth pose le pinceau et est relayé par le piètre Bob Lubbers (les quatre dernières planches). Aaargh! Sob! Sigh!

    Reginhard Le 08/05/2021 à 22:46:36
    Tarzan (Intégrale - Soleil) (1993) - Tome 6 - Intégrale 6

    Incontournable. En tous cas pour les amateurs de BD de l'âge d'or.
    Dans cet album, la planche culte avec les seuls animaux de la jungle tandis que Tarzan se meurt.
    Et deux grand épisodes." Tarzan et N'ani" et surtout le début du fabuleux "Tarzan et le Ononos".

    Reginhard Le 08/05/2021 à 22:45:35
    Tarzan (Intégrale - Soleil) (1993) - Tome 4 - Intégrale 4

    Pour amateur d'âge d'or américain.
    J'en suis.
    Ces années 1943-45 ne sont pas encore les meilleures de Hogarth. Il reste toujours prisonnier de récits d'une mise en page assez traditionnelle mais ça commence à craquer. Les visages s'animent, les mouvement s'exacerbent.
    Pour les connaisseurs, on trouve dans cet album l'épisode avec le dinosaure, genre T-rex.