Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

Les avis de - Erik67

Visualiser les 6687 avis postés dans la bedetheque
    Erik67 Le 30/09/2022 à 07:51:46
    Hellbound - L'enfer - Tome 1 - Tome 1

    La religion est faite pour des hommes qui ne sont pas en relation directe avec le seigneur. Il est clair que dans ces conditions, les sectes ne peuvent que croître surtout s'il y a un événement mystérieux. C'est ce qu'on appelle la réinterprétation.

    En l’occurrence, Néo véritas donne un sens au jour de la damnation où des démons venus de l'enfer massacrent des individus qu'ils ont quand même préalablement prévenu dans un message subliminal. La question reste de savoir si c'est bien la seule explication valable à ce phénomène extraordinaire ?

    J'avoue qu'avant de lire ce manga, j'avais vu la mini-série sur Netflix. J'avais été impressionné par le début en fanfare mais moins par la suite qui s'est révélée un peu décevante. On assiste par conséquent à l'ascension d'une secte avec également toute la dérive des réseaux sociaux. Ce sont des thèmes très intéressants et le récit les exploitent au mieux.

    Le propos demeure intelligent et c'est vraiment bien amené. Il y a des scènes parfaitement similaires à ce que j'avais vu dans la série. Bref, il n'y aura pas de grosses surprises c'est à dire des différences flagrantes. Cela reste une adaptation plutôt fidèle.

    Le thème reste celui du dogme religieux avec la création du bien et du mal. On se rend compte que le pêché n'est qu'une construction humaine et que les vices de la société sont bien pires. Les vrais monstres ne sont pas ceux que l'on croit.

    Evidemment, le scénario paraît génial et cela sort des sentiers battus. Il y a certes un côté assez horrible dans la violence et angoissant dans cette inéluctabilité. Cela manque parfois de finesse, c'est certain. Cependant, l'intensité sera de mise pour notre plus grand plaisir de lecteur.

    Un dernier mot sur le graphisme en noir et blanc pour dire qu'il est tout à fait réussi notamment dans ses plans urbains réalistes qui nous font entrer en immersion avec ce récit horrifique et terrifiant. La partie éditoriale est remarquable, concise et précise.

    Attention toutefois de ne pas vous damner pour Hellbound. Une bonne série entre croyances et manipulations dans une vraie remise en question morale et religieuse !

    Erik67 Le 29/09/2022 à 08:00:16
    In the Land of Leadale - Tome 1 - Tome 1

    C'est un manga plutôt léger destiné à un public d'enfant ou d'adolescent jouant aux jeux vidéos sans vouloir catégoriser péjorativement cette BD. Certaines BD sont plutôt conçues pour un public particulier ce qui n'est ni bon, ni mauvais en soi. C'est juste un fait commercial.

    En effet, nous avons une héroïne Keina qui se retrouve projeté dans une réalité virtuelle après un accident mais 200 ans plus tard dans l'univers de ce jeu de rôle. Elle se retrouve dans le corps d'une elfe (ce qui est mieux que rien).

    Le concept n'est pas nouveau dans le genre du héros qui se retrouve réincarné dans une autre réalité. Tout les clichés du genre seront réunis, il faut quand même le dire. Cela reste classique.

    Un bémol concernant le fait qu'il n'y a pas vraiment d'intrigue dans ce premier tome introductif. L'héroïne se demande ce qu'elle fait là et découvrir ce qui s'est passé durant ces 200 dernières années. A noter qu'il y aura peu d'interaction avec sa vie réelle ce qui est un peu dommage pour la compréhension de ce récit.

    A mes yeux, le gros point fort est le dessin car il est lisible, fin et détaillé. C'est un style graphique tout à fait appréciable qui s'inscrit bien dans cet univers de fantasy.

    L’ensemble est plutôt agréable à parcourir et bien réalisé. Mais il manque clairement un truc pour me captiver et se démarquer. La scène de combat avec l'ours ne m'a pas trop captivée. Malgré tout, cela reste assez sympathique à lire.

    Erik67 Le 28/09/2022 à 07:31:14
    Hercule Poirot - Tome 3 - Mort sur le Nil

    Mort sur le Nil est sans doute mon histoire préférée de la célèbre romancière de polar Agatha Christie. Je me rappelle durant ma jeunesse du fameux film avec Peter Ustinov en 1978 qui était parfait dans le rôle du détective belge moustachu. Les remakes ultérieures font d'ailleurs assez pâle figure en comparaison.

    Après, il faut aimer ce genre où l'on recherche l'assassin d'un crime. C'est toujours le suspect le plus improbable qui est finalement le tueur au terme d'une enquête à rebondissement avec une sombre machination à la clé.

    Dans cette collection d'Hercule Poirot destinée principalement à la jeunesse, ce titre est plutôt bien réussi avec un dessin lumineux qui met en valeur l'architecture égyptienne et les paysages du Nil.

    Bref, il n'y a plus qu'à se laisser emporter sur le fleuve pour revivre un classique de la littérature policière totalement dépaysant. Au moins, Agatha Christie ne se retournera pas dans sa tombe tant l'ouvre est fidèle à sa patte et à son esprit.

    On voit la volonté de l'auteur de rester classique bien qu'une touche de modernité aurait sans doute procuré un certain plaisir. Il y a toujours une certaine exubérance mais elle reste contenue. L'énigme policière est en effet alambiquée à souhait pour mieux nous perdre.

    Au final, une BD plutôt réussie qui rend hommage à l’œuvre de la romancière. Cela ne manque pas de charme. Meurtres, suspense et rebondissements seront au programme pour notre plus grand plaisir de lecteur.

    Erik67 Le 27/09/2022 à 07:29:08

    C'est une BD sur un fait réel survenu en Galicie à la fin du XIXème siècle. Cela raconte l'histoire de deux femmes Elisa et Marcela qui s'aiment et qui vont devoir se battre envers et contre tout afin de pouvoir vivre de leur amour en paix.

    La Galicie est la province espagnole située juste au-dessus du Portugal ayant pour capitale Saint-Jacques de Compostelle. Le mariage gay n'était de loin pas encore entré dans les mœurs de la société. C'était même considéré comme un sacrilège. Mais comment peut-on interdire à deux êtres de s'aimer ? Telle est la question.

    Une idée a alors surgit à savoir que l'une des femmes se transforme en homme pour pouvoir se marier. Mais bon, les villageois ne sont pas dupes et les autorités s'en sont mêlés pour poursuivre les deux contrevenantes aux mœurs.

    En réalité, Elisa était hermaphrodite et de sexe masculin. Les journaux de l'époque ont beaucoup glosé sur les faits que reprend l'auteur en prévenant toutefois qu'il ne s'agit sans doute pas d'une version fidèle à 100% de leur histoire. Oui, vaut mieux prendre des précautions.

    J'ai bien aimé le dessin tout en finesse ainsi que ce récit court mais bien mené. Ce n'est certes pas un chef d’œuvre mais cela se laisse appréhender sur un sujet autrefois polémique. Moi, j'ai trouvé cela très touchant.

    Erik67 Le 26/09/2022 à 07:32:38

    C'est un personnage tellement fascinant qu'il inspire encore aujourd'hui que ce soit dans la littérature ou bien dans la bande dessinée. L'année dernière, j'avais gagné dans le cadre d'un masse critique « le petit Léonard de Vinci » où il était dans une phase d'apprentissage par rapport à de multiples inventions.

    Là, malgré le fait que c'est également destinée à la jeunesse, cela m'a semblé plus mâture et plus proche du réel. Heureusement, il ne s'agit pas d'une simple répétition des faits mais d'une phase bien précise dans la vie du jeune Léonard qui décide d'accompagner son père à Florence afin d'apprendre un métier. Il décide de devenir peintre puisqu'il ne pourra devenir notaire pour suivre la tradition familiale.

    Cependant, il est tout de suite fasciné par une coupole resté inachevée et qui a été construite par le grand Brunelleschi malheureusement décédé. Il n'a pas laissé de plan et beaucoup d'ingénieur se demande comment il a pu réaliser une telle structure imposante qui tient en équilibre. C'est un mystère que le jeune Léonard va tenter de résoudre à travers cette BD.

    J'avoue avoir beaucoup aimé cette angle d'attaque malgré une petite introduction assez classique. Léonard de Vinci est vraiment l'homme de la renaissance. C'est un véritable génie qui a été repéré par l'ami de son père à savoir le maître Verrocchio.

    Au rayon de ce que je n'ai pas trop aimé, nous avons un dessin assez classique qui magnifie les rues de Florence qu'on a l'impression d'être dans un parc d'attraction sans aucun déchet. Bref, cela fait trop carte postale et cela ne reflète sans doute pas la réalité de l'époque.

    Pour autant, j'ai vraiment apprécié cette lecture qui m'a véritablement apporté quelque chose de nouveau sur ce personnage célèbre. Je n'étais pourtant pas le public visé. C'est tout bon !

    Erik67 Le 25/09/2022 à 09:23:26
    Neptune (Leo) - Tome 2 - Épisode 2

    Voici l'épisode 2 de Neptune qui réunit Kim et de Manon qui se retrouve ensemble dans cette série pour de nouvelles aventures collectives. Visiblement, j'apprends par un petit stickers collés sur la couverture que c'est déjà la fin du cycle. On peut dire que c'est la parution la plus courte des cycles du Monde d'Aldebaran.

    Mais bon, parfois, plus c'est court, meilleur est la consistance. J'avoue que je ne suis pas trop fan des séries à rallonge. J'ai par conséquent bien aimé ce cycle qui répondra à toutes les questions sur ce mystérieux vaisseau ayant parcouru la galaxie à la recherche d'un monde habitable à savoir le nôtre. Actuellement, ce vaisseau cylindrique tourne en orbite autour de la planète Neptune d'où le titre de la série. Mais bon, cette planète également bleu ne jouera pas de rôle déterminant.

    Kim entraîne Manon dans une mission périlleuse de sauvetage des êtres humains capturés par ces extra-terrestres. On se rend compte que la menace se situe autour d'un ordinateur assez puissant pour contrôler des robots destructeurs et surtout des nanorobots mortels pour notre organisme.

    S'il y avait un match entre Kim et Manon, c'est cette dernière qui remporterait la mise. On se rend compte que Kim a passé l'âge pour toutes ces conneries. Kim a manqué de discernement et cela aurait pu lui coûter la vie. Visiblement, c'est Manon qui va prendre la relève. Côté cœur, Kim a retrouvé sa relation avec Marc ce qui renoue avec les débuts de cette saga. La boucle est bien bouclée.

    C'est toujours de la bonnes science-fiction qui a le mérite d'apporter de la crédibilité grâce à une intelligence des mises en situation. Tout est expliqué et cela tient debout comme par exemple les soucoupes volantes de forme ovale que nous avons beaucoup vu dans les années 50 en matière d'ufologie ou encore les enlèvements par des extra-terrestres. Je pense d'ailleurs que c'est l'un des meilleur scénario de toute la saga. Il est vrai que cet univers me fascine depuis des années déjà.

    Et puis, au niveau du dessin, tout est parfaitement maîtrisé. C'est du grand art.

    On ne peut que remercier Léo pour ce diptyque très réussi.

    Erik67 Le 24/09/2022 à 17:07:59
    Bem - Tome 1 - Tome 1

    Je n'ai pas été convaincu par ce titre un peu particulier. BEM est en fait un shonen inspiré de la série TV culte « Yokai Ningen Bem » diffusée pour la première fois au Japon en 1968 et qui est considéré comme un chef d’œuvre du genre, rien que cela !

    BEM commence comme une série policière avant de se terminer par des combats de monstre pour le contrôle d'un quartier d'une ville Libra City où se concentrent les riches et les pauvres d'un côté avec une mafia qui règne sans pitié. Des humains dit améliorés sèment la terreur avec leurs pouvoirs démoniaques.

    On pourrait alors s'attacher aux personnages principaux mais l'alchimie ne se produit pas faute d'une mauvaise exploitation du récit par l'auteur. On s'ennuie ferme au point de ne pas savoir où il veut en venir au juste. Rien n'est vraiment crédible. Je n'ai pas pris de plaisir à cette lecture.

    Le dessin est tout juste convenable et il n'apporte rien de particulier. Graphiquement, ce n'est pas au top question finesse. Tout semble être concentré sur l'action. Par ailleurs, certains phylactères sont agencés bizarrement ce qui complique inutilement la compréhension du récit.

    Ce manga semble mélanger les genres entre le polar et le fantastique sans arriver à joindre les deux bouts. Bref, je ne suis pas preneur et je passe mon tour. C'est une mauvaise pioche pour moi. Cependant, ce manga pourra quand même plaire car il a encore ses adeptes au Japon avec son univers particulier.

    Erik67 Le 24/09/2022 à 08:54:57
    La véritable histoire du Far West - Tome 1 - Jesse James

    J'ai beaucoup aimé de découvrir la véritable histoire de Jesse James qui est une légende du Far West. Il faut savoir Jesse James est un célèbre hors-la-loi sévissant aux États-Unis dans la seconde moitié du XIXᵉ siècle, meneur du gang James-Younger.

    On découvrira que des nordistes ont pendu son beau-père sous les yeux de la famille fermière lorsqu'il était adolescent au cours de la guerre de Sécession. On comprend que cet enfant va avoir de la rancœur et un sentiment de vengeance envers les autorités fédérales. Cela va le conduire dans une très belle carrière criminelle où il deviendra un héros surtout pour les sudistes nostalgiques.

    On va assister à ses succès de hold-up qui vont contribuer à sa notoriété d'autant qu'il voulait contrôler son droit à l'image en correspondant par exemple avec des éditorialistes de journaux. Bref, il voulait capitaliser sur une opinion sudiste avide de revanche dans un contexte tendu d'occupation des troupes nordistes après avoir libéré les esclaves noirs.

    Je n'ai pas la même vision de glorification de ce personnage défendant la cause des sudistes qui ne me tient pas à cœur malgré le romantisme d' « Autant en emporte le vent ». Je ne goûte pas trop au charme du Sud et des texans par exemple. Jesse James avait la gâchette possible et il lui était possible de tirer de sang froid sur un pauvre homme désarmé en le confondant avec un autre (oups!).

    Il connaîtra également un triste destin à savoir abattu par ses propres hommes dans le dos alors qu'il n'avait que 34 ans. Bref, c'est âpre et violent comme un bon western à la Clint Eastwood.

    Un petit mot sur le dessin pour dire que je l'ai également grandement apprécié avec un trait vif et puissant. On notera également une excellente colorisation.

    Comme dit, c'est une BD intéressante à découvrir pour se rapprocher de la réalité loin des fictions qui ont été maintes fois déployés dans des films de western.On sera loin du sensationnel, de la légende et du mythe. La réalité est parfois bien plus triste et convenu.

    Erik67 Le 23/09/2022 à 07:41:54
    Astra Saga - Tome 2 - Le sang des dieux

    Dans ce second tome, le scénario virevolte avec brio en passant d'une date à l'autre à la façon d'un puzzle pour nous amener à mieux comprendre les enjeux. Il n'y a pas de répit dans l'histoire.

    Cela revêt une dimension géopolitique vraiment captivante. Certes, on pourrait regretter une certaine confusion mais il s'agit de bien suivre pour ne pas perdre le fil.

    La beauté du dessin est toujours aussi transcendante que dans le premier volume. Le style du dessin ainsi que les couleurs respectent parfaitement l'ambiance de l'histoire. J'ai vraiment passé un bon moment devant ces magnifiques dessins, c'est vraiment un régal visuel.

    La réussite est toujours au rendez-vous et le plaisir de lecture est pour ma part un vrai plaisir. Cela se termine par un nouveau cliffhanger un peu mystérieux. A suivre par conséquent.

    A découvrir de toute urgence pour ceux qui aime la SF.

    Erik67 Le 22/09/2022 à 07:42:38
    Astra Saga - Tome 1 - L'Or des dieux

    Après Vinland Saga, voilà Astra Saga qui se passe dans un futur très éloigné vers l'an 3525. C'est un mélange de space-opéra avec les légendes nordiques. Le procédé n'est pas nouveau car Valérie Mangin l'avait déjà expérimenté au début des années 2000 avec la série « Le fléau des Dieux ».

    J'avoue que j'aime bien ce genre de transposition de mythologies avec le space-opéra façon Crisse. Je retrouve également un air de « Dune » avec toutes ces maisons de baronnie et d'un empereur régnant sur la galaxie. Certes, il faut adhérer à cet univers hybride.

    On est tout de suite plongé dans l'action façon bataille spatiale. Cela me rappelle l'introduction du premier Star Trek de J.J. Abrams. Cela nous permet de vivre intensément l'aventure en faisant connaissance avec les différents protagonistes dans cette grande épopée intergalactique.

    J'ai également trouvé les dessins spaciaux de grande qualité car ils sont ultra détaillés. On notera que chaque personnage à un trait du visage qui lui est propre ce qui n'est pas pour me déplaire. Juste un bémol pour la couverture qui me rappelle étrangement celle du Château des étoiles dans son concept graphique. Pour autant, visuellement, c'est superbe, avec certaines planches sortant vraiment du lot.

    Il est vrai que l'intrigue se dévoile petit à petit après un départ plutôt confus. On sent que cela risque de devenir assez intéressant avec cette lutte de pouvoir. Bref, il y a incontestablement une richesse scénaristique. On a hâte de voir la divinité en action retrouvée pleinement ses forces. Là aussi, dommage que le dos de couverture nous dévoile tout de suite son identité.

    Au final, j'ai passé un très bon moment avec cette BD ambitieuse qui sort un peu des sentiers battus. Une série que je conseille vraiment aux amateurs de beaux dessins et de nouvelles expériences.

    Erik67 Le 21/09/2022 à 07:20:54

    Je n'ai pas trop aimé cette BD cyberpunk dont l'action se situe dans le futur.

    Le dessin est déjà très spéciale avec ses couleurs criardes et son trait anguleux. Il faut vraiment aimer ce style graphique datant des années 70. J'ai eu vraiment beaucoup de mal.

    Par ailleurs, au niveau du scénario, nous avons un récit assez chaotique qui met en scène des personnages assez bizarres dans un monde en perdition et profondément injuste. Le ton est assez décalé avec un peu d'humour malgré tout.

    Le thème est celui du tourisme spatial qui peut détruire l'environnement. C'est une île où les habitants semblent être dépossédés de leur coin. Le responsable est un puissant lobby qui œuvre à l'aménagement du territoire pour son plus grand bénéfice. On peut dire sans se mouiller que c'est une transposition de ce qui se passe en Corse.

    Je préfère pour une fois passer mon tour. On ne peut pas tout aimer dans la BD. C'est ainsi.

    Erik67 Le 20/09/2022 à 07:33:49
    La belle espérance - Tome 1 - Le Temps des fruits verts

    Cette BD va nous montrer la France du fameux Front Populaire en 1936 alors que des ligues fascistes ont marché sur l'Assemblée nationale dès 1934 suite à l'affaire Stavisky, un escroc d'origine russe qui a eu de nombreuses relations dans les milieux politiques mais également de la plolice, de la justice et de la presse.

    La Nouvelle Union populaire écologique et sociale initiée en 2022 semble s'inspirer de ce mouvement dans la contestation des injustices qui ne font que s'aggraver dans notre société devant un capitalisme sans foi, ni loi. En 1935 déjà, il y avait 200 familles de multi-millionnaires qui tenaient la France face à des milliers de miséreux au chômage victime de la crise de 1929.

    Le principe est de construire une fresque historique à travers le destin individuel de certains personnages comme Roger, ce jeune breton qui avait de si belles ambitions et qui se retrouve soudainement ouvrier dans l'usine Renault du fait de la mort brutal de sa mère, seul parent qui lui restait. Si seulement l'oncle cupide n'avait pas mis la main sur l'argent !

    C'est intéressant de voir une BD qui s'interresse à ce mouvement qui a marqué une période de l'histoire française juste avant l'abominable Seconde Guerre Mondiale. Je me souviens de ces français se déplaçant en masse avec leurs familles dans les trains pour voir pour la première fois la mer.

    J'avoue que j'ai eu un peu de mal avec ce dessin qui m'a paru assez approximatif dans l'approche avec un trait pas très maîtrisé. Mais bon, il faut bien faire ses armes et évoluer. Cela reste asse simple mais quand même soigné.

    Cela se laisse lire très agréablement d'autant qu'on s'attache vraiment à notre couple qui quitte le giron familial malsain pour tenter l'aventure.

    Erik67 Le 19/09/2022 à 07:41:18

    Nous suivons le parcours d'une femme maîtresse de maison dans la Hollande du XVIème siècle où naît véritablement le capitalisme avec ses marchands qui sillonnent le monde jusqu'à Batavia.

    Amélie est une femme qui est plutôt du genre inventive mais elle est dominée par un mari dans une société qui n'accorde que peu de droits aux femmes. Hans n'est pas méchant, il est plutôt bel homme mais Amélie n'est guère satisfaite de sa condition et se rebelle tout doucement.

    Il va partir pour un long périple et revenir avec une esclave asiatique avec laquelle il entretiendra des relations plus intimes. On pourrait penser à un triangle amoureux mais il y a encore la belle et jolie servante un peu écervelée qui n'a d'admiration que pour Hans.

    C'est clair que c'est un mariage arrangé car elle est issu d'une noblesse désargentée. Mais comme dit, l'argent ne fait pas le bonheur conjugal, loin de là !

    La couverture laisse à penser à un rapprochement intime entre deux femmes mais il n'en n'est rien. Ce rapprochement se fera par la découverte de l'autre pour se rendre compte qu'entre une femme et une esclave, il n'y a pas beaucoup de différence à cette époque. En effet, la maîtresse de maison devait également s'occuper des courses et nettoyer la maison afin que cela soit parfait pour le mari qui rentre du travail. Oui, c'est bien une triste époque.

    On ne connaît pas l'auteure Yudori qui est coréenne et qui livre là son premier roman graphique. Sur le plan de la forme, c'est une belle parution plutôt soignée. Il y a même un marque-page intégré sous forme de petit ruban bleu.

    Je dois dire qu'on est assez éloigné du genre de manga habituel. En effet, la mangaka apporte réellement une autre touche de sensibilité mais également d'intelligence dans le propos. C'est loin d'être par exemple stéréotypé. Cela fait du bien de s'éloigner de ces standards classiques.

    Un petit bémol concernant certains personnages qui se ressemblent d'où des confusions possibles. Dans l'ensemble, l'aspect graphique est totalement bien maîtrisé dans une véritable précision du trait qui concourt par exemple à la beauté des paysages

    On découvrira subtilement le rapport entre les classes sociales mais surtout la condition féminine qui doit lutter pour sa survie. Cela rappelle que ce combat doit encore continuer dans certains pays peu ouvert à la liberté des femmes et ce pour parvenir à une égalité de traitement. C'est véritablement un album assez engagé.

    Erik67 Le 18/09/2022 à 08:25:15
    Colère nucléaire - Tome 1 - L'après catastrophe

    Je dois bien avouer que j'en ai parfois un peu marre de toutes ces personnes qui sont systématiquement contre. En l’occurrence, notre héros est totalement contre le nucléaire d'où sa grande colère. J'ai eu l'impression de lire une BD qui utilise une catastrophe exceptionnelle pour faire un pamphlet en défaveur de cette énergie qui nous apporte également des bienfaits quand tout est sous contrôle. C'est assez orienté et plutôt simpliste.

    On peut être également pour car le nucléaire permet de lutter contre le réchauffement climatique. Cela serait l’énergie la plus saine pour l’environnement car une centrale nucléaire n'émet ni dioxyde d'azote, ni dioxyde de soufre, ni particules fines ni poussières, qui contribuent à la pollution de l'environnement (air, eau et forêts). On peut être également pour car cela procure une indépendance énergétique au pays ce qui n’est pas rien face aux monarchies du Golfe à l’origine de la crise de 1973 quand ils ont coupé les vannes ou plus récemment à la Russie despotique de Poutine. On peut être pour car en l’état actuel, les énergies renouvelables ne permettent pas de remplacer l’énergie nucléaire et cela permet également d’économiser les autres ressources naturelles de la planète (gaz, charbon, pétrole) qui s’amenuisent. On peut être pour car cela crée des emplois ce qui est toujours un atout positif pour la société. On peut être pour car on sait gérer le nucléaire ou ses déchets avec un haut niveau scientifique sur notre territoire national. On peut également déplorer le risque nettement exagéré (d’après l’OMS, Tchernobyl n’a fait que quelques dizaines de morts avérés). Maintenant, je ne serai absolument pas contre une autre énergie de substitution comme les éoliennes ou le solaire. Cependant, il en faudrait partout et que cela soit assez rentable pour la population mondiale qui ne cesse de croître. Les choses sont loin d’être aussi simples et évidentes quand on voit les levées de bouclier contre l'installation d'une éolienne dans un champ.

    Par contre, il est vrai que le lobby nucléaire a souvent entrainé les gens sur le terrain de la désinformation ou du mensonge par omission. Ce manga dénonce clairement la gestion de la crise de Fukushima où nous suivons un héros qui se pose beaucoup de questions plutôt pertinentes. Les conséquences d’une telle désinformation peuvent être graves pour les gens qui vivent à proximité des zones contaminées.

    Pour autant, il faut être convaincu comme le héros que le seul objectif est la sortie coûte que coûte du nucléaire pour éviter une nouvelle catastrophe. Ou faut-il accepter de vivre avec le nucléaire ? Je dirai que c’est un peu la même chose avec les voitures qui font un million de morts par an dans le monde et là, on ne se pose pas réellement la question. Idem pour la cigarette. On peut également vivre en dehors des zones côtières tout en évitant la montagne qui présente également des dangers. Et puis, il faudrait éviter de vivre en Californie en raison de l’imminence du Big one. Bref, le risque zéro n’existe pas. C’est comme en matière de terrorisme.

    Nous avons un manga avec un héros très grande gueule et plutôt vulgaire par rapport à des opinions contraires (il dit d'ailleurs merde à la France pour ses choix). D'ailleurs, ce manga porte très bien son titre car le héros est constamment en colère. Mon avis un peu plus tempéré est d'ailleurs également une forme de réponse franche et honnête. Pour le reste, je ne sanctionne pas les avis divergents bien au contraire. C’est important de pouvoir s’informer et d’avoir le maximum d’information sur des sujets aussi graves. Chaque point de vue mérite que l’on s’y attarde. Dans le même genre, j’ai avisé il y a très peu de temps la série « Au cœur de Fukushima » sur exactement le même sujet mais traité de manière assez austère. Là, nous avions un auteur beaucoup plus mesuré sur les responsabilités. En l'occurrence, l'auteur va plus loin sur un mode alarmiste sans doute pour faire évoluer les mentalités.

    Je considère que le risque que nous fait courir le nucléaire est bien proportionné par rapport aux bénéfices surtout si on compare avec d’autres industries comme le chimique ou les autres modes de production d’électricité (le barrage des Trois Gorges en Chine destiné à utiliser une énergie propre et renouvelable a nécessité le déplacement de plus d’un million de personnes afin de noyer la vallée). C’est dommage tout simplement que l’auteur ne s’est pas posé toutes ces questions qui aboutissent au constat que produire beaucoup d’énergie avec des combustibles classiques ou renouvelable présente plus d’inconvénients que le nucléaire civil. Après, c’est plutôt un choix idéologique du style à revenir sur notre mode de consommation capitaliste. Et ceci est un autre débat.

    C'est la lecture récente du « Monde sans fin » qui m'a convaincu de publier cet avis car il faut aller au-delà des attertoiements idéologiques de principe en se posant toutes les bonnes questions. Bien entendu, la précaution absolue doit rester la règle de base. Si on pouvait s'en passer du nucléaire, on le ferait mais ce n'est actuellement pas possible à moins d'accepter de ne plus consommer.

    Erik67 Le 17/09/2022 à 10:03:03

    Cet ouvrage raisonne comme un avertissement que le monde va mal à cause du changement climatique. Même les plus sceptiques ont réalisé au cours de cet été les effets ravageurs de ce bouleversement entre les canicules à répétition, les immenses et destructeurs incendies, les violents orages et autre cyclone. Les températures ont été maximales en battant des records absolus. Jusqu'où cela va aller ? 50 degrés à l'horizon 2050 sur Paris et l'Est de la France?

    Et puis et surtout, il y a le problème de l'énergie. Les centrales nucléaires sont à l'arrêt, le gaz avec la Russie est coupé, les éoliennes ne produisent pas assez quand on n'a pas une manifestation dans un champ pour interdire leur installation. Il y a également le coût de l'essence qui ne cessent d'augmenter. Bref, il n'y a plus assez d'énergie pour tout le monde. C'est la fin de l'ère de l'abondance (et surtout pour les pauvres qui ne devront plus aller à la piscine municipale).

    C'est vrai qu'il y a 300 ans, toutes les énergies étaient renouvelables entre les chevaux qui ont été remplacé depuis par les voitures ou les moulins à vent et autre voiliers parcourant les mers pour transporter des marchandises. La question est de savoir si on a envie de retourner au Moyen-Age voir à l'âge de pierre ? Je sais qu'une bonne partie de la population serait sans doute tentée par cette expérience originale et enrichissante afin de sauver la planète. Il faut peut-être étudié d'autres possibilités plus réalistes et moins pénibles pour l'homme...

    Après l'exposé d'un monde dépendant des énergies fossiles qui va mal à cause du réchauffement climatique, l'auteur aborde différentes options afin de remédier aux conséquences. Il n'y aura pas de solution imposée mais une réflexion à mener.

    C'est le genre d'ouvrage assez utile pour se poser les bonnes questions et avoir un constat objectif des événements. Je dois dire que Blain a tapé très fort son coup de pied dans la fourmilière. Il réalise avec « le monde sans » fin son meilleur ouvrage de BD. C'est certain. Que de chemin parcouru depuis « Isaac le pirate » !

    Je partage pleinement le parti pris assez courageux par l'auteur en ce qui concerne le nucléaire qui serait l'énergie la plus efficace. Je pense que c'est aux hommes de bien maîtriser cette source d'énergie (et non d'envoyer stupidement des roquettes dessus) comme cela semble être le cas en France de par la nature des réacteurs utilisés. Il est clair que ce n'est pas l'énergie dont tout le monde raffole. Mais bon, on serait bien content si nos centrales fonctionnaient en ce moment à plein régime afin d'éviter les futures coupures. Il faut juste des garanties de sécurité absolues. J'aime bien quand on va au-delà des craintes et du dogmatisme. Oui, il faut choisir son inconvénient avec l'énergie qu'on utilise à 8 milliards d'êtres humains sur terre.

    J'ai beaucoup aimé un passage où il est dit que c'est dérisoire que l'on se focalise sur le particulier qui va oublier d'éteindre sa lumière pour économiser l'énergie ou s'il utilise des tasses à café recyclables. On ne regarde sans doute pas vraiment du bon côté pour faire des économies d'énergie significatives.

    Par ailleurs, j'aime bien la petite réflexion concernant les véhicules électriques qui ont été abandonné au début de la construction automobile car il était plus difficile d'emporter avec le véhicule l'énergie nécessaire qui lui permet d'être autonome.

    Et puis, ce coup de griffe à l'éolien où il faudrait quadriller le territoire tous les kilomètres pour fournir la totalité de l'énergie en France.

    Au niveau du dessin, il est clair et maîtrise. Au niveau des explications, elles sont assez simples et pédagogiques. Bref, sur la forme, c'est également très bon car c'est accessible à tous avec d'ailleurs de belles illustrations. Et puis, c'est une véritable mine d'informations à prendre. Cette BD constitue manifestement un très beau travail. Evidemment, je suis preneur !

    Erik67 Le 16/09/2022 à 07:34:22

    Des années après ces deux chefs d’œuvre du genre que sont « Tirésias » et « La gloire d'Héra », Le tendre revient avec un nouveau dessinateur Frédéric Peynet pour nous raconter l'histoire de Pygmalion et de la vierge d'ivoire qui est également tiré de la mythologie grecque.

    Je ne connaissais pas cette histoire dans laquelle un jeune sculpteur Pygmalion tombe amoureux de sa création à savoir Galatée, une statue rendue vivante grâce à Aphrodite, la déesse de l'amour. Il faut dire qu'aucune femme ne trouvait grâce à ses yeux. Sans doute est-ce lié lié au drame ayant pour origine l'infidélité de sa mère durant son enfance.

    Jouer les pygmalions consiste à façonner une personne pour la conduire au succès. Cela désigne précisément la personne qui aide un artiste pour faire évoluer sa carrière. C'est tout le rapport entre un créateur et son objet de désir qui prend vie dans son esprit.

    Cela me rappelle un peu « Pinocchio » qui suit le même procédé de création. C'est un thème assez récurrent dans la littérature.

    Parfois, on ne voit pas non plus l'amour qu'on a sous les yeux alors qu'on idéalise dans des fantasmes impossibles à atteindre. La pauvre Agapé en sait quelque chose. Mais bon, tout a un prix à payer.

    Encore une fois, j'ai bien aimé ce récit qui est magnifiquement dessiné et qui nous réserve de bonnes surprises. Cela a pour cadre la belle île de Chypre. Certes, ce n'est pas tous les jours qu'on peut tomber amoureux d'une statue d'ivoire.

    Au final, on risque également de tomber sous le charme de cette BD où l'auteur donne sa propre version du mythe.

    Erik67 Le 15/09/2022 à 07:34:40

    Parfois, il ne vaut mieux pas poser de question à un oracle. Celui de Delphes prédit à Œdipe qu'il tuera son père puis il épousera sa mère. Triste destinée que celui de ce garçon promis pourtant à un bel avenir de roi. La Pythie a parlé et c'est sans pitié. 

    C'est une tragédie grecque sans nom qui touche le pauvre Œdipe qui ne contrôlera pas du tout les événements qui vont lui tomber dessus. Pourtant, il s'est assez bien débrouillé avec la créature du Sphinx qui menaçait Thèbes en répondant correctement à la fameuse énigme dont la réponse était l'homme.

    Certes, il y a l'explication freudienne du mythe d’œdipe où le fils doit tuer le père pour posséder entièrement la mère. Mais bon, en l’occurrence, Œdipe ne savait pas qui était réellement ses vrais parents puisque les parents adoptifs lui avaient caché la vérité.

    Une autre thématique est celle de se dire qu'on ne mérite pas toujours les malheurs qui nous tombent dessus. Les guerres et les catastrophes naturelles peuvent toucher les hommes indifféremment, qu'ils sont bons ou mauvais. Il n'y a pas de malédiction, juste le hasard. Bref, il ne faut point sombrer dans la superstition religieuse. Comme dit, il faut parfois faire avec. Nous ne maîtrisons simplement pas les événements, pas toujours du moins.

    J'ai bien aimé ce récit tiré de la mythologie grecque qu'a remis à l'honneur Luc Ferry dans cette fameuse collection « la sagesse des mythes ». On a toujours quelque chose à apprendre de ces mythes et qui peut nous servir à affronter notre propre destin.

    Erik67 Le 14/09/2022 à 07:59:04

    Voici un album qui se concentre sur l'histoire d'amour entre Perséphone et Hadès. Dernièrement, je l'avais découverte en lisant « les enfers – au royaume d'Hadès » dans la collection « la sagesse des mythes ». On peut dire que le dieu de la mort est vraiment à la mode actuellement !

    Il est vrai que le personnage d'Hadès nous est présenté sous un jour plus clément qui ne plaira pas aux féministes. On se surprend à aimer le maître des enfers car il tombe amoureux progressivement de la jeune et belle Perséphone. On est très loin du viol originel !

    On ne verra pas toutes les subtilités de cette histoire car en réalité, la mère Déméter ne comptait pas lui laisser sa fille car elle y est beaucoup trop attaché. Mais bon, parfois, il faut laisser les enfants vivent leur propre histoire. Du coup, on se diot que le mythe n'est pas complet car il manque l’élément essentiel et fondateur de ce récit mythologique. C'est quand même problématique.

    Non, ici le focus se fait uniquement sur leur relation amoureuse. Il ne se passera pas grand chose. C'est assez contemplatif avec un découpage simple et fluide. Le dessin se confond très bien dans l'ambiance de la Grèce antique ce qui n'est pas pour déplaire aux lecteur.

    Au final, cette nouvelle adaptation du mythe grec de Perséphone est plutôt une bonne surprise dans l'ensemble grâce à une autre approche assez originale mais qui n'aura pas que des adeptes.

    Erik67 Le 13/09/2022 à 07:29:48

    Dans cette BD tirée de la collection « La sagesse des mythes », on retrouve un peu des histoires qui ont déjà fait l'objet d'une publication. C'est comme si c'était une sorte de best of où l'on découvre les pans les plus emblématiques de ces récits mythologiques.

    Pour autant, la thématique est celle du royaume des enfers qui est bien complexe. Il nous sera expliqué les enfers dans le moindre détail avec le personnage d'Ulysse comme témoin. Beaucoup de gens croient actuellement au paradis et à l'enfer. Certains sont même prêts à tuer aveuglément pour se retrouver avec 72 vierges car c'est un lieu de plaisirs infinis. Bref, c'est un mythe fondamental de nos sociétés. Il faut bien une carotte !

    J'ai été assez étonné de voir des lieux paisibles comme les Champs-Élysées qui regroupent les hommes méritants mais également les îles fortunées qui sont un véritable havre de paix et de bonheur.

    Et toujours en fin d'album, on retrouve le dossier de Luc Ferry qui est comme toujours très bien fait avec ces nombreuses illustrations et explications. Un mot pour dire que j'ai également apprécié le dessin lumineux et maîtrisé de Diego Oddi qui rend la lecture assez agréable.

    Bref, on peut dire sans trop de mal que c'est plutôt une réussite dans cette belle collection qu'est la sagesse des mythes.

    Erik67 Le 12/09/2022 à 07:35:55
    Châteaux Bordeaux - Tome 12 - Le Sommelier

    Châteaux Bordeaux devait se terminer avec le neuvième tome mais il a fait une saison de plus avec trois tomes supplémentaires. Celui-ci est le dernier de cette saga familiale dans le Médoc à moins qu'une troisième saison ne redémarre.

    Cependant, on ressent comme une espèce de lassitude, de poésie qui marque la fin d'une époque pour Alexandra Baudricourt dans le monde impitoyable du vin. C'est la fin des illusions avec son divorce qui est désormais inévitable.

    C'est également les poursuites en justice qui ne se concluront pas forcément par une victoire car il faut bien apprendre de ses erreurs. Et puis, il y a les réconciliations qui sont impossibles avec certaines familles de vignerons face à des rancœurs trop anciennes.

    J'ai bien aimé le ton de ce tome qui me semblait plus réaliste. Tout ne sera pas forcément rose. C'est un peu doux-amer comme certains vins. L'intrigue ne décolle pas vraiment car c'est plutôt le moment des révélations.

    On retrouve encore une fois une grande quantité d'information sur la vie d'un vignoble. Je regrette un peu que le sommelier qui porte le titre de ce tome soit juste un peu évoqué sans réel approfondissement.

    L'essentiel est la transmission de la passion du vin, d'une génération à l'autre. C'est ce que semble opérer Alexandra avec son fils qui est pour la première fois sur la couverture.

    A noter également un dessin qui est toujours aussi séduisant pour notre plus grand plaisir de lecteur. C'est précis dans un certain classicisme. L'élégance du trait se ressent à travers de magnifiques paysages de la région de Bordeaux.

    J'aimerais à titre personnel que cela soit la fin définitive pour terminer sur une bonne note et ainsi éviter la lassitude. Bref, une lecture à déguster mais avec modération !

    Erik67 Le 11/09/2022 à 07:58:27
    L'institutrice - Tome 1 - Première partie : Ne fais pas à autrui...

    Je suis un peu mitigé après cette lecture non pas que le sujet ne soit pas passionnant. Il s'agit pour une institutrice Marie-Noelle de sauver un élève d'origine juive que menace une milice bretonne nationaliste qui aide les nazis dans leur sinistre entreprise d'extermination. A noter que l'action se situe en juin 1944 en Bretagne alors que les américains viennent de débarquer en Normandie.

    Elle va entraîner toute une classe dans une fuite peu commune. Il faudra également faire avec un élève qui se situe clairement du côté des allemands et qui n'hésitera pas à la dénoncer à la moindre occasion. C'est un peu irresponsable comme attitude de la part de l'institutrice un peu rebelle mais c'est pour la bonne cause.

    J'ai été étonné qu'elle donne une écharpe et un bonnet à des élèves pour un petit tour dans les bois car il fait un peu frais en cette fin du mois de Juin. Cela aura toute son importance car c'est cette écharpe égarée qui va guider les chiens dans leur traque.

    Il y a également un côté extrêmement moralisateur à travers des fables pour enfants mais c'est rempli de bon sens pour respecter son prochain. Je ne suis pas certain que tout les lecteurs puissent adhérer à cette manière de faire. Je dois dire que j'ai déjà trouvé plus de subtilités dans d'autres œuvres du même acabit. Qu'importe car c'est également une manière de combattre l'antisémitisme et la haine de l'étranger.

    J'ai bien aimé le dessin qui est parfaitement lisible. Les couleurs donnent une véritable consistance et le décor est magnifique.

    Pour le reste, cela reste une première partie tout à fait convenable en attendant la suite et fin. C'est une très belle histoire sur le fond avec le combat juste d'une femme ayant de bonnes convictions.

    Erik67 Le 10/09/2022 à 08:57:18

    Voici une BD qui se concentre sur ce célèbre quartier de Paris connu pour sa légèreté et son sens du spectacle. Un jeune provincial agriculteur, qui n'a jamais vu du pays, y débarque un beau jour de 1950.

    Passé le moment de la découverte, Antoine va s'impliquer dans les affaires louches de son patron de cabaret d'origine corse qui ne fera pas que dans la dentelle. Evidemment, cela le conduira à avoir affaire avec la Justice qui ne fait pas toujours très bien son travail.

    Je pense que cette BD a quelque part loupé le coche. Je n'y vais pas par quatre chemin pour le dire. Il y avait de la matière pour explorer ce quartier de Paris mais on se perd dans des péripéties qui n'apportent rien. Le personnage principal aurait gagné en maturité à être exploité sous un angle plus intimiste. Il est vrai qu'il reste assez niais même quand
    il va s'engager dans des actions de grand banditisme.

    Par contre, j'ai trouvé le graphisme assez somptueux car cela reflète à merveille le décors de ce quartier populaire comme par exemple le funiculaire de Montmartre. A la fin de l'album, on aura droit en bonus à de larges vignettes nous offrant un magnifique panorama de ces lieux.

    On va assister à l'évolution de ce quartier sur une trentaine d'années. Il est vrai que le Pigalle de nos jours n'a plus rien à voir avec cette époque. Bref, en résumé un apprentissage de la vie en passant par ce quartier où l'on peut aisément se brûler les ailes.

    Erik67 Le 09/09/2022 à 07:45:06
    Danger Girl (Editions USA) - Tome 1 - Danger Girl

    Danger girl est ce qu’on appelle de la bd pop-corn mettant en scène trois gazelles hyperbranchées et espionnes à leurs heures perdues entre deux safaris au Congo ou une partie de pêche au Costa Rica après une nuit d'amour torride.

    Je me suis ennuyé dans l’enchainement de ses péripéties sur fond de dessins cartoonesques. Cela en devient presque pathétique à l'image de nos héroïnes racoleuses. Entre boire ou mourir, il faut choisir.

    Erik67 Le 08/09/2022 à 07:49:02

    Frédéric Bihel parfois sorti de véritables chef d’œuvre dans le passé. Je pense à des titres comme « Exhausse-nous ». Il a rarement été un auteur complet à savoir dessinateur et scénariste. C'est le cas ici avec cette adaptation du roman d'Anne Laure Bondoux.

    Je n’ai pas aimé ce titre plus que cela. Il y a une première partie que je qualifierai d'excellente mais la seconde semble être totalement déconnecté bien que cela ne soit pas le cas. Je n'ai pas aimé la direction prise avec d'ailleurs un final assez confus. Cependant, l'ensemble demeure correct.

    Visuellement, c'est une très belle œuvre magnifié par un dessin de toute beauté avec un coup de crayon un peu charbonneux. Les paysages même souterrains, les sous-bois de cette forêt profonde, la steppe désertique, puis le bord de mer, que de beauté qui nous sont confiés ici par l'artiste.

    Même les visages des différents protagonistes sont expressifs et profonds. Bihel a véritablement un don particulier pour donner vie à ses personnages en leur conférant parfois une certaine maturité de vie.

    Il y a certes un côté poétique qui raisonne comme un véritable hymne à la vie et à l'amour même dans un contexte de pauvreté et de guerre. La thématique est celle du choix que l'on a pas forcément.

    C'est un peu dommage que ce conte philosophique soit passé si inaperçu par le grand public. Ce roman graphique ferait certainement des adeptes surtout avec de si belles illustrations.

    Erik67 Le 07/09/2022 à 07:35:48

    J'ai toujours un peu de mal avec les BD d'Arnaud Floc'h car le style ne m'attire guère. Ce n’est pas sa première BD qui porte sur l'Afrique et ses problèmes. Voir par exemple « la compagnie des cochons » que je n'avais pas vraiment aimée, désolé de l'avouer.

    Il faut dire que l'auteur a longuement vécu en Afrique subsaharienne à savoir au Cameroun plus précisément. On le voit au travers les dialogues de vie quotidienne de ses différents protagonistes qui sonnent vrai.

    Encore une fois, l'auteur va prendre son temps pour développer cette histoire de passeur musulman en proie à un événement tragique dans le passé lorsqu'il était enfant. A noter que ce récit se passe en Guinée à Conakry en octobre 2001 soit tout juste après l'attentat du World Trade Center.

    Au niveau du dessin, c'est toujours la ligne claire façon Hergé qui prévaut. Comme dit, ce n'est pas ce que je préfère surtout au XXIème siècle mais bon. Il faut reconnaître que c'est efficace surtout grâce à l'utilisation de couleur à bon escient. Je me souviens qu'il avait autrefois un trait plus charbonneux qui était assez imprécis. Du progrès par conséquent.

    Sinon, au niveau du récit, pour une fois, j'ai réussi à tenir jusqu'au bout. Il y a de l'humanité dans ses personnages, c’est incontestable. Il se sert également du contexte géopolitique avec l'arrivée des chinois qui font la pluie et le beau temps en Afrique. Oui, c’était avant l’arrivée des russes et de leurs milices armées.

    On verra également des questions liées à la religion notamment le financement des mosquées qui se fait parfois au détriment des orphelinats pour enfants. Il est vrai que cela prend parfois des allures assez sectaire. Le détournement des fonds a toujours existé mais nous sommes en Afrique qui n’est malheureusement pas réputée pour sa bonne gestion financière au niveau de la corruption.

    Bref, une histoire de passeur qui aide les gens à fuir clandestinement l'Afrique en ne critiquant surtout pas cette « noble » profession qui aide son prochain. Ce n'est pas très vendeur mais c'est toujours bien de montrer cette réalité en dénonçant certains dangers. Et puis, pour une fois, cela se termine bien ! Que demande le peuple ? On s’en fout de la mort !

    Erik67 Le 06/09/2022 à 18:38:02
    Louisiana - Tome 3 - La couleur du sang

    Louisiana évoque ce territoire ayant appartenu jadis à la France où de riches familles ont pratiqué l'esclavage pour la culture de la canne à sucre. Cependant, l'esclavage avait également d'autres avantages pour les patrons de ces domaines. Ce titre nous plonge dans le passé d'une famille qui a de lourds secrets à cacher.

    C'est le dernier tome d'une trilogie évoquant une histoire sombre et triste d'une dynastie familiale non loin de la Nouvelle-Orléans. Louise Soral est la descendante de cette famille de planteurs. Elle est à la fin de sa vie et de ce récit qu'elle raconte à une servante de couleur. Elle est la narratrice de cette histoire assez prenante qui trouvera son lot de rebondissement.

    On se rend compte des erreurs de sa grand-mère Joséphine qui vont lui coûter encore plus cher après son père, sa mère, son frère, son mari. Il ne restait plus que le fils qui n'est plus que l'ombre de lui-même après la guerre de Sécession où il a été forcé de commettre des exactions pour le Sud dont il haïssait les valeurs.

    Et dire que tout est parti d'une malédiction vaudou. Comme quoi, il ne faut pas jouer avec le feu. Parfois, en voulant le bien des gens, on fait des choses horribles.

    Je n'ai pas trop aimé le changement de caractère de Joséphine d'un album à l'autre ainsi que celui de son fils Jean. On voit que chacun reproduit les mêmes erreurs que les aînés.

    Les thèmes abordés sont l'esclavage mais également la souffrance de la femme dans une société machiste et raciste. Par ailleurs, le dessin est quant à lui très beau et colle parfaitement à l'ambiance. Certes, c'est classique mais c'est bien traité.

    Pour être vraiment dans le bain et pouvoir apprécier à sa juste valeur cette saga familiale , il faut relire d'une traite les trois volumes.

    Erik67 Le 06/09/2022 à 07:52:10

    Je ne vais pas faire semblant ou être complaisant : quand je n'aime pas une BD et bien ma note le reflète. Certes, je pourrais faire abstraction d'en parler à vous futurs lecteurs et passer à autre chose. Mais bon, la réalité est qu'on aime et parfois on n'apprécie pas une œuvre. Il faut juste le reconnaître.

    Après, il faut savoir expliquer pourquoi, on n'accroche pas. En effet, le sujet avait pourtant l'air assez intéressant avec cette histoire de marin affecté sur un étrange paquebot en plein cœur de la Seconde Guerre Mondiale.

    Il est vrai qu'on passe d'une époque à l'autre de manière assez saccagée. On alterne entre un lit d’hôpital et une aventure maritime sans la moindre finesse de plan. Je n'ai pas du tout accroché à ce récit de marin traumatisé. Je me suis perdu dans les méandres du scénario alambiqué.

    Au niveau graphique, c'est surtout largement informatisé ce qui fait perdre la grâce du trait. Cela demeure également assez classique dans le traitement. Cela parait assez impersonnel.

    Et puis, il y a ce titre qui me dérange un peu. Les baleines sont loin d’être maudites quand bien même il s’agirait de la dénomination d’un navire.

    J'aime pourtant la BD italienne comme par exemple le récent « Nocturne vénitien » mais cela dépend des auteurs et des œuvres car c’est comme tout. Bref, ce n'était pas assez stimulant pour moi. Pour d'autres, cela peut avoir tout l'effet inverse telle une révélation où l’on peut crier au chef d’oeuvre. Comme dit, cela sera sans moi.

    Erik67 Le 05/09/2022 à 07:40:34
    Les mémoires du Dragon Dragon - Tome 1 - Valmy, c'est fini

    Voici un titre plutôt osé et irrévérencieux ayant pour cadre le début de la jeune République française avant le régicide. La France fait face aux armées autrichiennes et prussiens. Le destin du pays va se jouer à Valmy. C'est là qu'intervient un soldat du nom de Pierre-Marie Dragon qui va changer le cours de l'Histoire.

    Je le dis tout de suite, ce titre ne plaira pas à tout le monde pour son caractère plutôt lubrique et potache. Il faut dire que le sieur Dragon est plutôt libertin au point de s'envoyer en l'air avec tous les généraux de l'armée. Il a même les bonnes grâces d'un certain Danton ce qui peut aider surtout face à l'incorruptible Robespierre.

    Certes, l'ensemble demeure rocambolesque et léger mais on ne s'ennuie pas avec de telles réparties. Même le scénario se suit avec plaisir d'autant qu'il y a de véritables enjeux politiques pour la survie de la famille royale par exemple. On sait que cette victoire inespérée a permis l'abolition de la monarchie dans notre pays. On va découvrir qu'à la manière d'un match de boxe, les batailles peuvent être truquées.

    C'est une BD à découvrir pour une relecture de l'Histoire de manière assez originale. Capri, c'est fini mais Valmy aussi !

    Erik67 Le 04/09/2022 à 16:10:02
    Ténébreuse - Tome 2 - Livre second

    Si le premier tome m'avait séduit avec ses codes du médiéval fantasy, cette seconde partie qui clos ce conte m'a littéralement scotché. Au début, c'est léger et enchanteur mais cela vire vers un récit presque apocalyptique avec une certaine noirceur.

    Mais quelle fin absolument puissante et magnifique ! Il est vrai que cela devient une histoire d'amour qui sort des sentiers battus entre une princesse monstre capable des pires destructions et un chevalier déchu en proie au déshonneur.

    Il faudra tout le courage d'Arzhur pour démontrer qu'on peut sortir quelque chose de bon dans ce qui est perçu comme mauvais. Il faut dire qu'une puissante entité a prit possession du corps de sa douce aimée. Il s'agit de lutter contre ses démons intérieurs pour retrouver la liberté de choix et celle d'aimer malgré tout.

    Ce titre est bien plus qu'une ode à la rédemption. Il est vrai que sa conclusion est totalement bouleversante à l'image de la mort brutal du scénariste Hubert qui délivre là une œuvre testament. Comment peut-on défier la mort ? C'est une question qui reste en suspend.

    Le dessin de Mallié avec son trait précis et dynamique parvient à sublimer ce récit à des niveaux rarement atteint. Le plaisir de lecture est décuplé grâce à cette maîtrise du graphisme qui restitue une ambiance de magie noire. Certes, c'est sombre mais c'est beau. On ne peut s'empêcher de penser à la quête de l'oiseau du temps mais en version plus moderne.

    C'est un diptyque que je recommande chaudement. Je qualifie cette BD de surprenante. Attention, elle peut devenir culte.

    Erik67 Le 04/09/2022 à 07:59:02

    C'est une BD sur 140 pages sans la moindre bulle ou narration. C'est toujours un exercice difficile mais qui est plutôt réussi en l’occurrence. Je n'ai pas eu du tout de problème de compréhension ce qui est assez rare pour être souligné dans ce type de BD.

    Par ailleurs, il y a un graphisme assez doux qui donne du plaisir à la lecture ce qui constitue toujours un bon point pour tout lecteur.

    Oui, le sujet porte sur la cigarette qui tue chaque année. C'est une drogue dont on ne se passe pas dans la grande majorité des cas à moins d'avoir une volonté de fer. La première cigarette intervient toujours à l'école en cachette pour jouer aux adultes.

    La ligue contre le cancer signe un texte en fin d'album qui nous apprend que depuis 2020, le tabagisme gagne à nouveau du terrain après un déclin amorcée en 2014. Il y a encore 75000 décès en France dont 45000 des suites d'un cancer lié au tabagisme.

    C'est une cause de cancer évitable pour peu qu'on abandonne la cigarette mais bon, cela ne sera pas le cas de notre protagoniste principal. On va suivre son parcours de fumeur jusqu'à la fin inéluctable. On croit à une seconde chance mais on retombe vite dans les travers de cette puissante addiction.

    Bref, c'est une vie qui part en fumée. A découvrir mais certains ne seront pas ravis du caractère moralisateur. Pour ma part, je déteste la cigarette et je ne m'en porte pas plus mal. Ce projet des auteurs visent à obtenir un jour une génération sans tabac à l'horizon 2030 ce qui est toujours louable.

    Erik67 Le 03/09/2022 à 08:32:13
    Le grand récit - Tome 3 - Beta... Civilisations Volume 2

    Beta civilisations est en fait la suite du projet Alpha directions initié en 2009 par un auteur allemand Jens Harder. Il nous présente dans une BD faisant office d'encyclopédie les origines de notre planète en s'appuyant sur des connaissances scientifiques.

    Après nous avoir raconté en image l'évolution de la vie depuis le big bang, il se penche dans Beta sur le développement des premières civilisations humaines. C'est un vaste sujet mais je suis plutôt satisfais par le traitement assez pédagogue réalisé par l'auteur entre créationnisme et parfois mysticisme avec ses réflexions spirituelles.

    Certes, on peut y voir un étalement des connaissances par quelqu'un qui n'est au départ d'un profane non scientifique. Il y a également un mélange savamment orchestré entre l'art, la religion, la science. Ce n'est pas exempt de défaut et de prétention mais cela a le mérite d'exister. Peu de BD ont jusqu'ici aborder un pareil sujet.

    Beta s'est subdivisée en deux tomes alors qu'au départ un seul était prévu mais il y avait tellement de choses à monter dans l'ordre chronologique. Il m'a fallu attendre 8 ans. J'ai de la chance d'avoir encore une suite de mon vivant. Cette seconde partie couvre de l'antiquité jusqu'à nos jours : c'est un vaste programme !

    Cette suite n'est pas désagréable à lire avec cette iconographie iconoclaste dans des cases parfaitement détaillées. J'aime toujours ce dessin très évocateur. Les explications me semblent très utiles pour illustrer la succession d'images représentant l'histoire des hommes. Il y a toujours des passerelles entre les époques qui peut donner à réfléchir. On observe également une certaine prédominance de la culture judéo-chrétienne.

    Cela reste un ouvrage qui possède une place centrale dans une collection de BD car c'est quand même l'origine du monde et de nos civilisations qui est abordée. Je n'ai pas hésité à l'acheter le jour de sa sortie, c'est dire. Je conseille vivement cette anthologie titanesque à tous mes amis bibliothécaires par exemple.

    Au final, cela reste une très belle odyssée sur les grandes civilisations humaines parfaitement illustré en suivant une chronologie rigoureuse. C'est un magnifique ouvrage que je qualifie de culte !

    Erik67 Le 02/09/2022 à 18:26:33

    L'auteur Ignace a publié des petits strip d'une case ou deux entre décembre 2020 et décembre 2021 sur le thème de la « dictature sanitaire » qui s'est mise en place selon lui pendant la période dite du COVID. Il y a eu certes le confinement mais également des mesures attentatoires aux libertés sous couvert d'amende et à cela s'ajoute une forte incitation à se faire vacciner plusieurs fois.
    Oui, il se déchaîne tout en humeur contre le harcèlement sanitaire avec des phrases chocs. Visiblement, cela a fait plus de mal que le COVID lui-même. Certes, un bon dessin vaut mieux qu'un long discours. Evidemment, Emmanuel Macron et son ministre de la santé Olivier Véran en prennent pour leurs grades. On se rappelle également du fameux astrazénéca et ses effets secondaires.
    Je ne vais pas juger les idées car on peut être pour ou contre tout en refaisant l'histoire. Ce n'est pas ce qui m'intéresse dans l'absolu. Je m'oriente plutôt sur le fait qu'on peut combattre en utilisant le dessin avec un objectif à la fois humoristique et polémique.
    Il y a quand même des choses qui laissent à réfléchir dans la gestion de cette crise sanitaire sans précédent. Je trouve que le procédé est plus acceptable que toute autre forme de violence dans la contestation.
    Bref, un cocktail d'humour sur un sujet pourtant grave. On a désormais un peu de recul pour avoir un autre regard. On aime ou on déteste, mais ça reste une BD forte sur un sujet qui divise.

    Erik67 Le 02/09/2022 à 07:50:58

    A la base, c'est une idée de Griffo qui ne se définit pas comme un scénariste et qui va faire appel à Rodolphe pour mettre en scène ce scénario avec de la technique et un certain professionnalisme. Je dois dire que c'est plutôt réussi dans l'ensemble avec une narration adéquate et tout à fait lisible. Je précise également que Griffo est originaire de l'île de la Palma où il vit.

    Le sujet porte sur les Guanches qui était un peuple autochtone vivant sur les îles Canaries avant de se faire massacrer par les conquistadors espagnols. C'est pour cela que les Canaries sont espagnols et se voit déverser des millions de touristes qui ne se doutent de rien. Ce n'était pas leurs terres et les espagnols d'antan ont procéder à un véritable massacre pour ne pas dire génocide.

    Les Guanches avaient la particularité d'être de couleur blanche ce qui surprenait un peu car ils étaient restés à un niveau plutôt primitif vivant avec des lances en bois pour pouvoir chasser ou pêcher. Ils étaient d'origine berbère (et plus précisément de Libye) et avait émigré dans ces îles bien avant la conquête musulmane, sans doute durant l'Antiquité ou peut-être la Préhistoire. Ils étaient alors coupés du monde en vivant en paix dans un milieu naturel magnifique. Certains prétendent qu'ils avaient pour origine les fameux Atlantes mais ce n'est que pure spéculation.

    En 1493, La Palma est conquise par Alonso Fernandez de Lugo au profit de l'Espagne. Les Guanches furent éliminés et les survivants ont été vendus comme esclaves assez loin de leur île afin de les couper de leurs racines.

    Le scénario pose le postulat suivant : si on pouvait remonter le temps en sachant que l'avenir ne nous est pas favorable, peut-on éviter un massacre ? C'est tout le sens de l'aventure d'Alex qui fut autrefois Bencolo le puissant guerrier guanche qui a combattu pour la liberté de son peuple.

    Il n'y a pas que la couverture qui est magnifique mais également ces pages qui nous transportent dans un passé encore inexploré dans le monde de la bande dessinée. C'est un bien bel objet que cet album. Les couleurs sont d'ailleurs superbes. Le dessin est dynamique avec un trait fin et précis. J'ai d'ailleurs toujours aimé le travail de Griffo depuis la fameuse œuvre culte « SOS Bonheur ».

    C'est l'une de ces BD à savourer d'autant qu'il est vrai que le sujet des Guanches m'a passionné que ce soit leur histoire, leurs coutumes et leur spiritualité. Ce peuple pratiquait la momification sans doute lié à leur origine pro-égyptienne. Il faut savoir également que le terme « canari » (en latin « canis ») signifie gros chien. Le titre Iruène fait référence à l'esprit des volcans qui était à la fois le bien et le mal.

    Cette BD est un véritable coup de cœur pour moi que j'aimerais vous faire partager le cas échéant si vous le souhaitez.

    Erik67 Le 01/09/2022 à 07:42:23

    On va suivre les aventures un peu rocambolesque du Comte de Dardille qui aura fort à faire avec sa jeune épouse qui souhaite divorcer et obtenir vénalement la moitié de sa fortune à l'occasion d'un congrès où elle compte bien prouver l'impuissance de son mari. Il faut dire qu'entre guerroyer et faire l'amour, il faut choisir ! Pour certains hommes, c'est un véritable dilemme !

    Cet ancien officier chef d'armée ne peut plus sabrer et il demande de l'aide à un marquis afin de trouver une solution. La mie est pourtant gracieuse, agréable à la vue et au toucher. Mais bon, cela ne veut pas.

    L'auteur Aurélien Ducoudray nous avait habitué à des titres assez éloignés de l'humour et de la farce exceptée « Lucienne ou les Millionnaires de la Rondière » que je n'avais d'ailleurs guère apprécié malgré son hommage appuyé à la campagne.

    En l’occurrence, on revient aux joutes jubilatoires d'un dialogue assez ciselé par rapport à des situations plutôt coquasses pour ne pas dire coquines. Bon point est accordé sur le fait qu'on ne tombe jamais dans le vulgaire bien que cela soit contraire à la bienséance. Bref, le scénariste ne s'est pas trop mal débrouillé cette fois-ci. Cependant, il faut aimer Molière, Racine et les jacasseries théâtrales.

    Le dessinateur Nicolas Dumontheuil a fait un effort particulier sur le décor de cette France du siècle des lumières. Son style chargé et parfois tordu peut heurter mais je le trouve particulièrement réussi dans le trait et les couleurs. II garde toujours ce côté un peu excessif notamment avec les physionomies des personnages. C'est truculent et cela se marie bien avec ce genre de comédie.

    Evidemment, je retiendrais avec délectation cette petite effronterie sans retenue ou cynique qui choque et qui indigne. Bref, ce n'est pas qu'une histoire de fesse qu'on confesse.

    Erik67 Le 31/08/2022 à 07:29:51
    Cosaques - Tome 1 - Le Hussard Ailé

    Le récent conflit en Ukraine nous a fait découvrir un pays que peu de gens connaissaient vraiment. Cette BD plonge dans le passé de cette nation dont le territoire est actuellement revendiqué et envahit par la Russie, le peuple dont il est pourtant le plus proche.

    On revient en 1634 à l'époque des cosaques qui étaient des guerriers semi-nomades ivres de libertés se donnant au plus offrant afin de pouvoir survivre dans un monde morcelé et convoité par de grandes puissances.

    On suit le parcours d'un jeune lituanien plutôt idéaliste qui va rejoindre leur rang après avoir trahit son régiment. D’un autre point de vue, on peut dire qu’il change de camp pour commettre des exactions qu’entrainent nécessairement la guerre. Cependant, c’est bien l’indépendance et la liberté qui l’attirent.

    On se rend compte que ce pays slave était déjà fort convoité par trois puissances : La Russie, la Pologne ainsi que l'Empire Ottoman. C'est intéressant de voir ce type d'intrigue dans un cadre historique non connue des occidentaux. On nous reproche souvent de juger sans connaître les fondamentaux d’une situation géopolitique. Certes, ils ont servi les tsars mais ils se sont également rebellés contre eux dans un désir insatiable de libertés qu’on observe d’ailleurs encore aujourd’hui et qui forcent l’admiration.

    C'est l'occasion de voir de belles scènes d'action militaire avec les chevaux et les épées à la main. Il faut dire que le dessin retranscrit merveilleusement bien le cadre.

    A noter qu’il n'y a pas que la guerre mais également une histoire d'amour naissance entre notre valeureux et ténébreux guerrier Karlis et une belle et mystérieuse tatare Zahra. C’est bien la quête de l’aventure qui va dominer.

    Bref, nous avons un premier chapitre assez réussi qui est déjà prometteur. Il est vrai que ce tome est une histoire à part entière et que cela pourrait très bien s'arrêter là si les ventes ne suivent pas. Cependant, je doute que les auteurs ne poursuivent pas en si bon chemin.

    Erik67 Le 30/08/2022 à 07:31:49

    Je voulais lire cet album depuis des mois car il a décroché le fauve d'or du meilleur album à Angoulême. Or, les prix et autres récompenses ne veulent parfois rien dire. Je n'ai pas aimé et croyez-moi, si j'étais membre du jury, ce n'est pas l'album que j'aurais choisi même parmi la sélection. Bref, j'ai l'impression de m'être fait avoir en beauté. Du même auteur, j'avais déjà détesté « Tungstène » et cela aurait dû me mettre sur la piste.

    Sur le plan graphique, la colorisation est assez repoussante. C'est une véritable débauche de couleurs qui privilégie les orangés et les jaunes fushia. Cela donne un effet assez patchwork à l'ensemble de l'album. Il faudra que vos yeux s'y habituent. Allez-y en douceur !

    Passons à l'intrigue maintenant : elle est totalement inexistante et on se perd dans des dialogues fort ennuyeux. Il n'y a rien pour susciter la curiosité si ce n'est la personnalité de cette femme brésilienne Marcia, aide-soignante, qui se bat pour sa famille dans les favelas de Rio. Oui, ce sont des vies désabusées dans un environnement urbain hostile : bienvenue dans le Brésil de Jair Bolsonaro !

    Notre héroïne aura d'ailleurs fort à faire avec sa fille totalement irrespectueuse mais également avec des patients à l'hôpital qui se comportent comme des chefs de gang mafieux. On a droit à un portrait du Brésil tel qu'il est aujourd'hui. Cela ne donne pas très envie d'y habiter et d'y vivre, c'est certain. On est loin de la carte postale de ces jeunes et belles filles sur les plages qui se trémoussent lors des carnavals.

    Bref, une chronique sociale de plus mais qui ne m'a pas particulièrement marqué. Point de poésie ou d'émotion. Rien que le vide. Bref, je n'ai pas trop envie d'écouter cette Marcia. Rendez-nous Marcia Baïla sur du satin, de la rayonne !

    Erik67 Le 29/08/2022 à 07:32:07
    Les gouttes de Dieu - Mariage - Tome 21 - Tome 21

    Il faut savoir que mariage est le spin-off de la fameuse série « les gouttes de Dieu » qui nous permet d'explorer le monde de l’œnologie qui est élevé au rang d'art à travers le duel de Shizuku et Issei.

    C'est assez utile de savoir quel met se marie avec tel vin. On a tous eu ce type de réflexion lorsque l'on reçoit des invités autour d'un bon repas préparé avec soin. La bouteille de vin constitue alors l'élément déterminant qui va apporter une plus-value au dîner.

    Dans les gouttes de Dieu, on avait découvert quels étaient les douze apôtres à savoir 12 vins exceptionnels. Cependant, on ne connaît toujours pas l'identité de Dieu à savoir les fameuses gouttes constituant le nectar ultime.

    Ce tome fait directement suite à l'intrigue du précédent où Shizuku essaie d'aider un restaurateur en perte de vitesse lors d'un duel pour le moins truqué par des adversaires tenaces. C'est la première fois que notre héros va combattre le sommelier Ruriyama qui est un véritable tricheur ce qui met un peu de piment à l'intrigue. Comme dit, le vin est bon mais le sommelier manque trop de professionnalisme.

    On est dans une intermède assez intéressant dont la moralité nous indiquer que ce ne sont pas forcément les vins les plus chers qui vont le mieux de marier à de la cuisine traditionnelle. En cette période où l'on fustige les propriétaires de piscines privés, de jet privés et accessoirement joueur de golf, cela fait plutôt du bien de l'entendre.

    Bref, une intrigue toujours aussi bien mené qui a du rythme et qui propose une variation inhabituelle d'un duel gastronomique. Il y a toujours une grande part d'expertise qui reflète la qualité de cette série dans son ensemble. Et le renouvellement des idées par l'auteur est incontestablement assuré.

    A noter, une parution régulière d'un tome tous les trois mois ce qui permet de bien suivre la série sans perdre le fil.

    Au final, on continue à prendre du plaisir mais on sent que la fin approche. Un dernier mot enlevant un verre : « Tchin tchin et à votre santé ! ».

    Erik67 Le 28/08/2022 à 10:04:37

    On connaît bien le journaliste-reporter Mathieu Sapin comme proche de François Hollande pour avoir plusieurs fois brossé le portrait : « Campagne présidentielle », « Le château, une année dans les coulisses de l'Elysée » et enfin « Comédie française, voyages dans l'antichambre du pouvoir ». 

    Voilà qu'il s'essaye à Emmanuel Macron qui ne le laisse pas s'approcher de lui pour un interview par exemple. Tout est verrouillé autour de lui car il se méfie des médias depuis qu'il a été à Bercy mais par contre, il sait très bien les manipuler. Il les choisi tout d'abord à l'occasion de chaque voyage présidentiel.

    L'auteur, qui a désormais ses entrées dans le monde politique, va nous décrire la ferveur qu'il y a dans les départements et territoires d'outre-mer. Le voyage à Saint-Denis de la Réunion était par exemple très tendu. On apprendra que quand il va dans un quartier de Marseille juste avant les élections, la zone a été sécurisé et nettoyée avant et que ce sont ses partisans qui assistent en majorité à ses discours. Rien n'est laissé au hasard.

    Le président a besoin des médias pour monter qu’il n'est pas resté isolé dans sa bulle de l'Elysée et qu'il garde le contact avec le terrain. Mais ce faisant avec ces procédés pour le moins douteux, tout est biaisé et cela ne reflète pas vraiment la France d’aujourd’hui qui est bien fracturé.

    On verra également que les détracteurs les plus virulents qui le sifflent sont ceux qui se prennent à vouloir faire un selfie avec lui lors des déplacements. Ils deviennent mielleux devant la fonction présidentielle. Et le président de chaque français veut serrer toutes les mains tendues. Bref, rien n'est simple dans le comportement.

    Il y aura également une critique à peine voilée de Jean-Luc Mélanchon qui en déplacement à Marseille aura un sage discours de respect devant les journalistes à propos du Président de la République avant de faire son show de principal opposant à l'antenne. Tout cela n'est qu'un jeu de manipulation et de dupes qui nous ne fera pas aimé davantage la politique.

    Sinon, malgré un côté assez bavard et des cases trop surchargées en dialogue, cette BD retranscrit bien ce qu'est un voyage présidentiel. Mathieu Sapin a également prévu des interludes entre chaque chapitre afin d'expliquer le contexte. C'est assez bien réalisé.

    J'ai crû que j'avais déjà lu cet album mais ce n'était pas le cas. En fait, il y a certains passages qui figuraient déjà dans l'album précédent. Du coup, on peut se sentir un peu déçu en tant que lecteur acheteur.

    A noter que le sujet ne porte pas sur Emmanuel Macron mais bien sur la perception des médias à travers la communication politique. Cela permet d'avoir une approche différente et un autre regard sur son premier quinquennat marqué par la crise des gilets jaunes puis du COVID. A découvrir pour les passionnés de politique car les autres pourront voter blanc et s'abstenir.

    Erik67 Le 27/08/2022 à 08:26:18

    C'est clair que ce n'est pas le genre de BD pour connaître le divertissement et la joie. C'est plutôt le contraire dans un nécessaire rappel historique de ce que fut l'un des plus grands procès de crime contre l'humanité qui a eu lieu en France durant ma jeunesse.

    Il faut dire que Klaus Barbie est l'archétype du nazi zélé qui prenait plaisir à voir la souffrance des gens qu'il torturait que cela soit des hommes, des femmes et des enfants. Or ce genre de personnage trouve toujours des soutiens pour s'enfuir auprès de dictatures notamment sud-américaines. Il va d'ailleurs faire une brillante carrière en Bolivie en proposant ses funestes services.

    Il aura fallu le combat courageux des époux Beate et Serge Klarsfeld qui signent d'ailleurs la préface. Ils ont été mis à l'honneur dernièrement dans une autre BD pour se pencher plus précisément sur leur histoire. J'ai cru déceler une petite pique quand ils parlent de la mise en lumière des criminels et d'une sorte de fascination. Pour autant, ils admettent que c'est sans doute nécessaire pour parler également des victimes qui ont tant souffert sur plusieurs générations.

    Klaus Barbie, ancien patron de la Gestapo à Lyon, s'était illustré en 1943 en arrêtant Jean Moulin qui avait réussi à unifier la résistance française sous l'égide du Général de Gaulle. Il connaîtra une fin atroce avec d'autres résistants également arrêtés.

    A noter une grossière erreur de datation concernant le Général Delestraint qui est arrêté en 1943 et qui meurt dans le camp de Dachau en avril 1945. Il est précisé que Jean Moulin annonce la mort de ce vaillant patriote au Général de Gaulle dans un courrier. Or, cela ne se peut car Jean Moulin a été arrêté en 1943 et qu'il meurt la même année. C'est le genre d'erreur qui me fait un peu bondir car il faut tout de même de la rigueur dans ce genre de publication. Je pense que l'auteur a confondu l’arrestation avec la date du décès. Malgré cette réserve, je reste satisfait par cette lecture assez abondante en informations.

    On va suivre l'itinéraire de ce sanglant bourreau qui malheureusement fera beaucoup de dégâts. Sous ses ordres, des milliers de gens vont mourir dans des conditions plus qu'inhumaines. Le Reichsführer-SS Heinrich Himmler lui-même a exprimé sa gratitude à Barbie dans une lettre personnelle qui le félicitait pour la qualité de son travail dans la recherche des criminels et la lutte contre la Résistance.

    Bien sur, il y a eu l'aide inopinée des américains qui avaient besoin des anciens nazis pour lutter contre le communisme devenu le grand ennemi. Cependant, c'est un homme serpent qui a voulu échapper à ses responsabilités en changeant à de multiples reprises d'identité pour nier les faits le plus graves. Il faudra avoir recours à de grands moyens pour le capturer.

    De ce procès qui sera évoqué dans la dernière partie, il se murera dans un silence plus qu'assourdissant laissant la vedette de son procès à un avocat Maître Vergès qui a accepté de le défendre. Pour lui, c'était des actes de guerre et la guerre était terminée depuis longtemps.

    Je me rappelle que beaucoup en France était compatissant en voyant ce vieil homme se faire condamner pour des crimes commis plus de 40 années auparavant. Cependant, certains crimes sont imprescriptibles quand ils portent atteinte à l'humanité toute entière. Il a d'ailleurs été le premier homme à être jugé pour crimes contre l'humanité et à avoir été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité.

    On espère que d'autres bourreaux suivront et seront condamnés comme par exemple le dictateur sanglant Kim-Jong Il qui a fait dévorer son oncle par 120 chiens affamés sous le regard amusé de la junte militaire. Il faudra également réserver une place de choix à l'autocrate Vladimir Poutine responsable de milliers de morts en Ukraine après avoir fait tenter d'empoisonner son principal opposant politique. Mais bon, ceci est une autre histoire.

    Au final, c'est le genre de BD qu'il faut lire pour bien comprendre ce qui s'est passé en France durant l'Occupation.

    Erik67 Le 26/08/2022 à 07:32:34

    Voici un titre dont le sujet est plutôt sérieux puisqu'il traite de la vieillesse et de la maladie d'Alzheimer avec ses atroces pertes de mémoire. Mon film préféré sur ce sujet est sans aucun doute « N'oublie jamais » avec Rachel McAdams et Ryan Gosling. Rien ne peut détruire l'amour !

    En l’occurrence, je dois bien avouer que l'on est très loin du compte notamment dans le développement de cette intrigue qui part un peu dans tous les sens avec ce côté militant en faveur de l’immigration.

    Le final ne m'a pas du tout paru convaincant malgré des éléments incitant à l'émotion. Que dire également de la gestion désastreuse de l'EPHAD où Pierre s'enfuit ?

    Je sais bien que ce type de sujet est plutôt difficile à traiter notamment en bande dessinée. Cependant, un titre comme « la tête en l'air » m'avait beaucoup plus marqué en son temps. Dernièrement, il y a eu le fameux « Ne m'oublie pas » qui a marqué tout les esprits. Bref, ce titre souffre incontestablement d'une comparaison qui n'est pas à son avantage.

    Bref, je préfère passer mon tour sur ce road trip aux effets nostalgiques.

    Erik67 Le 25/08/2022 à 07:32:49

    C'est un comics assez intéressant qui mêle une histoire de vampire à l'implantation de colons via la Compagnie des Indes sous l'égide de la couronne d'Angleterre. Calicut est alors un port assez prospère situé sur la côte de Malabar en Indes.

    Il y a une belle histoire d'amour et de guerre mais surtout une dénonciation à peine déguisée du colonialisme et de ses effets pervers. On se rendra compte également qu'il existe en ce monde des créatures qui sont parfois plus dangereuses que des vampires notamment des rakshasas à la morphologie multiforme pour posséder des êtres humains.s

    J'ai beaucoup aimé le graphisme qui est assez coloré mais surtout d'une précision remarquable dans le trait. Il y a manifestement de la beauté dans les paysages mais également dans les personnages. C'est un plaisir à la lecture. Ce dessin contribue donc énormément à créer une atmosphère mystérieuse tendance hindoue assez réussie.

    Un bémol cependant avec une narration parfois trop lancinante et ennuyeuse. Il faut alors s'accrocher au récit pour bien le suivre. Le lyrisme n'a pas que des adeptes.

    Bref, c'est un beau voyage dans l'Inde du XVIII° siècle avec un effet dépaysement garanti. Un comics inhabituel à découvrir !

    Erik67 Le 24/08/2022 à 07:32:22

    C'est une histoire tragique de la Seconde Guerre Mondiale qui nous est raconté. Nous suivons le jeune Andrea Goldstein qui vivait des jours heureux et insouciant à Trieste au bord de la mer adriatique en cet été 1938.

    Cependant, comme il était juif et que le gouvernement italien était clairement fasciste, cela ne pouvait coller ensemble. Le roi d'Italie Victor Emmanuel III (et accessoirement empereur d'Ethiopie) a promulgué sous l'influence de Mussolini des lois hostiles à cette catégorie de la population qui perdait subitement ses droits au nom d'une haine raciale non fondée. Cela va clairement changer la vie paisible d'une partie des habitants de ce pays.

    Le père de famille prend la décision de confier ses enfants à des parents aux Etats-Unis afin de les protéger de cette folie qui s'est emparée de l'Europe et qui va l'amener vers la guerre et la destruction totale.

    Cependant, même si le jeune Andréas trouve dans les Etats-Unis une vraie patrie d'adoption, il souhaite se battre pour conserver ses idéaux alors que des sous-marins torpillent des pétroliers américains près des côtes. Oui, les Nazis étaient tout près de New-York...

    Malheureusement, le jeune Andréas qui a désormais 22 ans en mars 1945 trouvera la mort lors de la reconquête du pays par les alliés. C'est tragique dans le sens où il était à l'abri mais a préféré prendre les armes au nom de ses idéaux de liberté. C'est surtout très courageux de sa part. Il n'y a rien de plus noble que de se battre contre une dictature.

    Le propos tout comme les images sont d'une grande sobriété et parfois d'une grande mélancolie. Il s'agit juste d'apporter un témoignage sur cette époque et sur la condition des juifs en Italie. C'est un pari réussi pour l'auteur dont c'est sa première œuvre.

    Erik67 Le 23/08/2022 à 07:36:47

    Le fils du chien Théodore est âgé quand même de 50 ans et a trois enfants, une épouse aimante ainsi qu'une maîtresse. A la mort de sa mère, il apprend qu'il a un autre père car il est né d'une relation pour le moins adultérine. Du coup, quand ce vieil homme prend contact avec lui, Théo lui fait la morale alors qu’il ne se comporte pas d'une différente manière dans sa propre vie.

    Il est vrai que j'ai trouvé le personnage principal pas très sympathique. J'ai un peu de mal avec les hommes qui trompent délibérément leur femme. En effet, je suis très attaché à une valeur aujourd'hui désuète qu'on nomme la fidélité que ce soit en amour ou en amitié. Mais bon, ceci est une autre histoire. Quoiqu'il en soit, l'auteur a fait le choix de nous le présenter comme très attachant même s'il a fait de mauvais choix.

    J'aime beaucoup ce qu'a déjà fait l'auteur à savoir « Pour la peau » ou encre « Love story à l'iranienne ». Il a un trait de dessin assez doux que j'apprécie énormément. On retrouvera quelques fantaisies graphiques qui servent parfaitement le scénario. A noter également une colorisation qui fait des merveilles pour nous mettre dans l'ambiance des vacances balnéaires en famille.

    J'ai un peu moins apprécié la fin qui ne semble pas marquer une conclusion finale à ce récit. C'est comme si on avait assisté à une tranche de vie charnière pour le moins originale dans les péripéties familiales d'un cinquantenaire qui se cherche encore.

    Il est vrai que ce pauvre homme doit gérer sa jeune et belle maîtresse envahissante, son nouveau père mourrant ainsi que toute sa famille sur le lieu de vacances, cela fait beaucoup ! Mais bon, on ne va pas le plaindre pour autant.

    Cette BD assez légère dans le ton n'apporte pas grand chose au final. C'est moins fort que les autres œuvres que j'avais précédemment cité. Cela se laisse tout de même lire assez agréablement surtout si on est en vacances pour entrer un peu dans l'ambiance.

    Erik67 Le 22/08/2022 à 07:55:59

    Je n'ai pas du tout aimé cette lecture. Cela arrive parfois surtout quand on lis beaucoup de BD. Il n'y a pas que des bonnes pioches. Il faut s'y faire également.

    Je n'ai pas apprécié par exemple la multitude de dialogues dans des langues différentes (le russe, l'allemand, l'italien...) et qui ne sont pas traduit. Il faut savoir bien maîtriser ces langages pour une bonne compréhension du récit qui tourne autour de trois évadés d'un camp russe en pleine Seconde Guerre Mondiale. L'idée soi-disant audacieuse des auteurs étaient de nous montrer les effets de l'incompréhension.

    Certes, la particularité de ces évadés et qu'ils viennent de trois pays différents mais ils ont le même objectif à savoir s'échapper de ce pays glacial qu'est la Russie. C'est une quête tout d'abord pour la liberté.

    Le thème est intéressant en soi car il s'agit d'unir ses forces malgré la diversité culturelle pour affronter les difficultés de la nature à commencer par un froid mordant. Il faut être concentré et attentif pour ne pas se faire larguer. L'ennui peut vite guetter également.

    Le dessin tout en aquarelle restitue à merveille ces paysages russes dans l'immensité des steppes. Pour autant, là encore, je n'ai pas été plus séduit que cela.

    Mais comme dit, il y a des dialogues verbeux qui ralentissent le rythme et qui confèrent à l'ennui. Il faudra s'accrocher. Je n'ai pas été pris par cette BD mais cela ne signifie pas que cela soit également votre cas. Je pense que c'est à chacun de faire sa propre expérience de lecture en la matière.

    Erik67 Le 22/08/2022 à 07:19:38

    Cocteau se définirait comme un mensonge qui dit toujours la vérité. Bref, il a de suite une très haute opinion de lui-même et se soucie de ce qu'on pense de lui et de son œuvre. Il va devenir l'un des plus grands écrivains de la première moitié du XXème siècle célébré par toute l'académie. On dira de lui que c'est un génie de l'écriture.

    Il est vrai que je goutte assez peu à ces grands hommes qui se dandinent dans leur intellectualisation dans les milieux branchés bohème de la capitale où l'alcool coule à flot. Il va s'essayer à différents courant afin de surfer sur toute les tendances : cubiste, futuriste, avant-gardiste, opportuniste...

    C'est une biographie que j'ai trouvé trop peu intéressante en ce qui me concerne malgré ce côté enfant terrible. Certes, il y a une certaine célébration de la poésie sous toutes ses formes. Mais bon, c'est sans doute trop détaché de moi. Cela m'a réellement paru insaisissable !

    Par contre, j'ai trouvé intéressante sa relation avec Raymond Radiguet qui va mourir à 20 ans d'une fièvre typhoïde le laissant dévasté. L’ambiguïté de la relation sera à peine esquivée. Et puis, il y aura toute ces rencontres avec des célébrités que cela soit le peintre Pablo Picasso ou l'acteur Jean Marais pour ne citer que deux exemples.

    L’œuvre qu'il a produite est manifeste et incontestable. Au-delà de sa mort, il reste avec ses lecteurs comme c'est indiqué en épitaphe sur sa tombe.

    J'aurais voulu aimer cette biographie mais elle m'est apparue assez absconde. D'autres fans de l'auteur pourront sans doute y trouver du plaisir. A essayer d'abord en bibliothèque pour les non-initiés.

    Erik67 Le 21/08/2022 à 09:01:57

    J'aime beaucoup le travail de Cyril Bonin dont j'achète régulièrement les dernières œuvres. Cette fois-ci, il délaisse les œuvres originales pour faire une adaptation d'un roman de Sawako Ariyoshi. C'est un exercice difficile en l’occurrence et on le ressent bien.

    C'est pourtant une trame assez classique pour décrire la trajectoire de trois femmes de générations différentes. Cependant, en réalité on va surtout intéresser à Hana qui va fonder une famille à l'aube du XXème siècle dans un Japon qui hésite entre modernisme et poids des traditions.

    J'ai beaucoup de mal avec cette société qui n'accorde que peu de place à la femme malgré certaines apparences trompeuses. On sait que cela fut le dénominateur commun de beaucoup de civilisations dans le monde. Bref, c'est un portrait de femme qui va être obligé de se marier à un homme qu'elle ne connaît pas afin de maintenir son rang dans la société.

    On peut parfois tiquer un peu par rapport à ces traditions d'un autre temps mais il y a une intelligence du propos et surtout chez cette femme qui est remarquable. On se rend compte que c'est elle qui domine d'une certaine manière. Et puis, il y a ces superstitions comme le fait qu'une femme doit toujours descendre le fleuve pour se marier et non le remonter.

    C'est une maîtresse de maison et une épouse dévouée qui nous est décrite. Cependant, c'est surtout une femme d'une rare élégance et d'un esprit fin. Sa fille Fumio ne le comprendra pas forcément mais Hana pourra à nouveau se relier à sa petite fille moins rebelle.

    Le trait graphique est toujours aussi maîtrisé rendant absolument divin les personnages et assez charmant le cadre de ce pays avec ces cerisiers en fleurs. Une mention spéciale également pour la colorisation qui apporte une tonalité particulière dans la délicatesse.

    Au final, une adaptation plutôt réussie pour un roman des années 50 décrivant une autre culture sur la condition féminine dans un Japon qui fut ravagé par la Seconde Guerre Mondiale. On pourra lire ce one-shot avec intérêt.

    Erik67 Le 20/08/2022 à 09:22:51

    Il faut assumer ce que nous sommes. Tel est un peu le message laissé par l'auteur de Titeuf qui s'essaye encore avec ce genre de titre à portée humaniste voire philosophique.

    Il faut dire que la société du futur sera celle d'un homme augmenté grâce à la technologie qui nous permettra d'accumuler instantanément une tonne de savoir sans faire l'effort d'apprendre. Il est vrai qu'on vivra des émotions dans des mondes virtuels à l'aide de casques connectés.

    Entre l'humain augmenté et l'humain assisté, il n'y aura pas de véritables frontières. Fort heureusement, notre jeune héros sera sauvé par une femme qui va lui montrer le bon chemin de la vie et de l'existence.

    Cette vision de l'auteur de cette société du future où une minorité a le contrôle des ressources énergétiques fait un peu froid dans le dos mais est totalement crédible surtout au vu des évolutions actuelles.

    J'avais adoré « un bruit étrange et beau » où l'auteur était sorti des sentiers battus. Encore une fois avec ce titre, il prouve qu'il est un véritable auteur ayant une réflexion intelligente sur le monde. Bref, on est très loin d'un Titeuf. Certes, le succès commercial ne sera peut-être pas au rendez-vous mais c'est une très belle réussite.

    Bref, on réfléchira à deux fois avant de nous proposer d'augmenter nos capacités cognitives en étant totalement dépendant des nouvelles technologies. Une lecture qui nous fera réfléchir et qui est une vraie réussite dans le genre conte futuriste.

    Erik67 Le 19/08/2022 à 07:30:01

    L'auteur imagine une société où un variant d'un virus décimerait une bonne partie de la population mondiale. Il faudrait un sauveur comme le patron de Facebook (Fatalbook dans la BD) qui prendrait le contrôle du monde de manière démocratique après avoir mis la main sur les données personnelles des gens.

    Pour asseoir ce nouveau pouvoir, il faudrait détruire la culture en n'instaurant qu'une langue commune mais surtout en détruisant les livres ainsi que les écoles. Des robots instructeurs assureraient la relève de nos chers professeurs. Certains diront qu'ils coûtent moins chers et qu'ils sont plus efficaces. Mais bon, le résultat serait désastreux pour la culture. Bref, qui contrôle les livres contrôle le monde. Contrôler le savoir, c'est contrôler le pouvoir.

    A travers cette peur de la disparition des livres papiers au profit du numérique dont les données sont beaucoup plus contrôlables, les auteurs veulent sans doute pousser à la réflexion en noircissant le trait. Il est vrai que les citoyens deviennent de simples consommateurs d'objets technologiques qui sont esclaves des marchants du numérique. C'est bien une tendance actuelle qui s'observent à travers l'émergence des GAFA(M).

    Pour ma part, j'ai toujours préféré les BD en papier au format numérique. Idem pour les CD ou les Blu-ray de film que j'aime bien. Il est clair que la nouvelle génération se passe de tout support physique au profit du numérique pour des questions de coût, d'écologie et de gain de place.

    J'ai trouvé que ce plaidoyer était bien réalisé même si certains faits évolutifs ne sont pas très crédibles. Mais bon, nul ne sait de quoi l'avenir serait fait dans 100 ans. Il est vrai que certains régimes comme les soviétiques ont réécrit l'Histoire en supprimant tout contenu dangereux ou soi-disant malsain. Plus proche de nous, un dictateur russe a embrigadé tout un peuple pour lui faire croire à une dénazification de l'Ukraine pour justifier une guerre sanglante et destructrice ce qui est proprement scandaleux.

    Evidemment, cette BD peut être le cauchemar de bibliothécaire et de libraire dont les métiers vont disparaître. Mais bon, l'espoir renaît avec ne certaine résistance pour la conservation du dernier livre sur la planète. On aura un passage très intéressant sur les différentes cultures qui ont fait émerger l'écriture puis le livre comme mémoire de l'humanité. Il a joué un rôle très important dans les différentes civilisations qui se sont succédées.

    J'ai trouvé certains points intéressant comme le fait de matraquer d'information anxiogènes à longueur de temps les gens qui cesse d'être humain comme en se précipitant sur le papier-toilette dans les grandes surfaces. Il s'agit de triompher de l'ignorance mais également du fanatisme. Une autre idée que que personne ne naît méchant ou malheureux. La racine du mal, c'est bien l'absence d'amour. Je suis totalement en phase.

    Une lecture d'anticipation qui pourra s'avérer utile pour voir la place qu'occupe les livres sur un site comme BD Gest' par exemple. On peut tous contribuer à résister afin de sauvegarder la culture et ceci pour une société éclairée.

    Erik67 Le 18/08/2022 à 07:33:51

    Tiburce Oger a réuni différents auteurs et dessinateurs de BD afin de réaliser une petite fresque sur la conquête de L'Ouest. On va suivre le parcours d'une montre à gousset de 1763 à 1938 qui va beaucoup voyager de propriétaire en propriétaire. Parfois, elle ne sera pas acquise très légalement...

    Sur le plan graphique, les différents style de dessin s’accommode bien de cette exercice qui est toujours un peu périlleux du fait de sa variété qui casse une certaine uniformité. Je n'ai pas trop souffert de ces changements incessants. Il y aura tout de même 14 petits récits dont la longueur varie également.

    D'un point de vue scénaristique, il y a de grands sauts dans le temps et parfois de petites éclipses. Comme dit, il y a un point commun mais ces récits sont censés nous présenter la conquête de l'homme blanc qui détruit la civilisation indienne. Evidemment, l'esclavage et la guerre de sécession seront également évoqués. Certains récits demeurent toutefois assez légers en consistance.

    Le titre fait référence au célèbre conseil qui fut donnée par les autorités américaines concentré dans l'Est du pays à savoir: "Go West young man and grow up with the country". Des milliers de pionniers qui souhaitaient trouver une vie meilleure l'ont suivi et parfois à leur dépend entre nombreux périls et épreuves.

    L'ensemble demeure cohérent et de bonne qualité mais point marquant. Cela reste un hommage au genre western où Tiburce Oger a plutôt bien excellé ces dernières années pour notre plus grand plaisir. En tout cas, cette BD mérite d'être découverte.

    Erik67 Le 17/08/2022 à 07:40:16
    The ex-People - Tome 1 - Volume 1

    Ce n'est pas la collection des « Sept » mais cela aurait pu l'être car nous avons bien sept pèlerins en route vers la Terre Sainte pour retrouver ce qu'ils ont perdu. Encore faut-il que Dieu accepte d'exhausser leurs vœux !

    La moralité de ce récit est basé sur l'argent qui doit être acquis honnêtement. En effet, la rédemption ne s'achète pas par de l'argent mal acquis car cela ne ferait qu'empirer les choses.

    Le ton est léger et cela donne un caractère assez humoristique à ce récit se passant durant l'époque des croisades. Cela fait un peu fable pour petits et grands avec des thèmes qui demeurent universels comme la vie, la mort, la rédemption, l'injustice, la tolérance.

    Les sept personnages aussi divers soit-il (quatre humains, un cheval, un perroquet et enfin un chat) sont en quête initiatique pour construire un avenir serein ou pour le moins une vie restaurée. Il faut dire que l'époque n'est pas facile pour les pauvres gens surtout s'ils sont différents. On peut vite terminer sur un bûcher.

    L'auteur va faire référence indirectement à une doctrine selon laquelle une même âme peut animer successivement plusieurs corps (humains ou animaux). Bref, c'est un transvasement d'une âme dans un autre corps qu'elle va animer. D'où un chat ou un perroquet et un cheval qui parlent.

    Le graphisme est assez particulier avec un dessin composé de couleurs assez vives et parfois chaudes qui donnent une autre impression du Moyen-Age. Le rendu est assez surprenant car c'est un mélange de pastel et de gouache. On appréciera le charme tendre de l'ensemble ainsi que la beauté des planches de ce premier tome introductif.

    Le scénariste Stephan Desberg s'éloigne un peu de ses standards habituels pour nous faire une autre proposition de récit onirique. C'est assez sympa si on aime le genre médiéval fantastique.

    Au final, un album qui a une véritable consistance spirituelle derrière une apparente légèreté.

    Erik67 Le 16/08/2022 à 07:30:14

    Cette BD est d'une tristesse infinie dont le thème est l'acceptation de la mort de son partenaire de couple. Il n'y a rien de pire que de séparer deux êtres qui s'aiment. La maladie peut tout emporter. Il est alors question d'acceptation.

    Le mode sera uniquement narratif. Pas de dialogues. C'est comme un poème langoureux et méditatif. Ce long monologue pourra éventuellement avoir raison de notre patience de lecteur à moins de se laisser aller par cette évocation.

    Il est question d'une introspection d'un pianiste en mal d'inspiration depuis qu'il a perdu sa moitié qui était également passionnée d'art.

    Le cadre de ce roman graphique sera celui d'une ville magique comme Venise qui constitue un magnifique décor entre ses canaux, ses gens masqués et ses ponts. Cependant, en l’occurrence, cela résonne plutôt de tristesse suite à ce deuil.

    A noter un dessin en aquarelle tout à fait splendide qui se fond dans cette ambiance nocturne de la lagune vénitienne. Les nuits de la sérénissime peuvent être assez mélancoliques.

    Pour le reste, il faudra affronter la perte, la peur, le désespoir et la mort. Il n'est pas certain que cette œuvre puisse trouver son public. Il faudra s’accrocher pour ne pas partir à la dérive. En même temps, on sort des sentiers battus pour quelque chose de plus personnel, de plus intense également.

    Une œuvre manifestement mélancolique et triste sur un sujet qui peut nous toucher également en plein cœur. Un album sans doute essentiel pour les amateurs de BD italienne.

    Erik67 Le 14/08/2022 à 22:06:42
    Petit traité d'écologie sauvage - Tome 2 - La cosmologie du futur

    L'auteur Alessandro Pignocchi est un ancien chercheur en sciences cognitives et de philosophie. Il s'essaye à la BD d'humour sur un mode totalement décalé mettant en scène des hommes politiques dans des situations cocasses pour parler d'anthropologie de la jungle amazonienne. Certes, voir Macron et Trump à la pêche avec un trident vaut son coup d’œil.

    J'avoue ne pas avoir aimé ce petit cocktail assez déluré qui commence d'ailleurs par un dialogue entre mésanges punk. N'est pas Fabcaro qui veut, je dirais. Cela n'a pas pris en ce qui me concerne mais je doute fort que cela plaise au plus grand nombre. J'étais pourtant assez enthousiaste en commençant cette lecture mais j'ai très vite été déçu. Parfois, on tente des expériences en sortant des sentiers battus mais ce n'est pas toujours gagnant.

    Au niveau graphisme, c'est un peu comme des images figés répétitives avec différents dialogues. Là, je dois dire que c'est un long discours ennuyeux sur un mode écologique qui ne fait pas mouche. Sans doute ais-je été décontenancé par ce mélange de genres. Cette cosmologie du futur n'est pas pour moi. Bref, sourire non garanti...

    Erik67 Le 14/08/2022 à 09:13:53

    La force d'un amour ne se juge pas à l'épaisseur d'un portefeuille. Il y a manifestement de la répartie dans cette œuvre bien intéressante à de multiples égards et notamment par son côté assez militant.

    J'ai beaucoup aimé non seulement l'intelligence du propos mené par des personnages de caractère mais la manière dont va se terminer cette enquête suite à un meurtre tout à fait odieux. On se rend compte que les apparences sont souvent trompeuses et qu'il faudrait sans doute faire plus attention.

    Bien que cette BD nous montre une scène déterminante en baie de Somme, l'essentiel du récit se passe à Paris dans les années de fin du XIXème siècle. Il y a de très belles retranscription de ce qu'était Paris auparavant et notamment à la belle époque.

    Je garde par exemple une très belle image du parc des Buttes-Chaumont surmonté du temple de la Sibylle. Je retiens également celle de Montmartre avec son moulin encore en fonctionnement. C'est tout simplement magnifique dans les décors. Il s'en suit que l'ambiance un peu bohème est vraiment prenante. Ce qui accentue et sert parfaitement cette ambiance parisienne envoûtante, c'est incontestablement le dessin superbe d'Alexis Chabert.

    On verra que les femmes ne sont pas en reste pour se battre en utilisant deux armes à savoir l'argent et la séduction. On se dit également que leur combat est louable dans une société machiste qui ne leur fait pas de quartier. Reste à savoir si la fin justifie les moyens.

    Le dénouement est assez surprenant mais il m'a bien plu même si la morale ne sera pas sauve. Au final, c'est un polar de la Belle époque à découvrir !

    Erik67 Le 13/08/2022 à 09:39:05
    Elfen Lied - Perfect Edition - Tome 1 - Volume 1

    Dans le genre, mutant version homme amélioré de pouvoirs extraordinaires mais destructeurs, c'est plutôt bien conçu. On ne s'ennuie pas une seconde car les révélations vont se faire progressivement ce qui ne gâche pas le plaisir.

    Le début est vraiment une merveille de réussite dans le genre terreur avec une inspiration digne de « La mutante ». On a du mal à voir par la suite cette redoutable guerrière se transformer en petite jeune fille toute mignonne. J'ai adoré le paroxysme de ces situations bien qu'il y ait manifestement de l'exagération.

    Il y a une grande férocité dans les combats mais également une part d'histoire d'amour inavoué qui est plus intimiste. On alterne entre scènes violentes avec des corps pulvérisés et scènes mignonnes. Par ailleurs, il a une grande variété de personnages qui ont leur caractère. Bref, c'est un très bon cocktail assez bien dosé.

    Un mot sur le graphisme pour indiquer qu'il est correct. Dommage également que les personnages féminins se ressemblent beaucoup.

    L'intégrale de ce premier tome est plutôt dense au niveau du scénario. Cette série a été publié au Japon au début des années 2000 avant d'être adapté en anime. Il a eu un certain succès surtout auprès des adolescents et des jeunes adultes. C'est donc une publication bien tardive en France mais dans un écrin de luxe comme pour se faire pardonner. Par ailleurs, je dois dire que cela a plutôt bien vieilli car on ne voit pas la moindre différence.

    On pourra cependant regretter le rôle des femmes qui sont soit soumises, soit destructrices. Bref, il y a tout un côté assez manichéen dans l'ensemble avec des méchants cruels sombrant dans la folie.

    Mais comme dit, l'efficacité sera de mise pour une lecture divertissement qui ira du gore et du sanglant au mignon tout plein. Je rajoute qu'il y a bien une profonde réflexion sur la nature humaine et sur les effets pervers de la discrimination. Si vous cherchez une série sortant un peu du lot, Elfen Lied pourrait bien faire l’affaire...

    Erik67 Le 12/08/2022 à 08:40:47

    C'est toujours un plaisir pour moi de poster une série émanant du célèbre Will Eisner, l'un de mes auteurs préférés. Ici, il est question d'évoquer sa vie lorsqu'il a débuté dans le monde de l'industrie du comics des années 30. Il va faire de nombreuses rencontres tout au long de son parcours et pas des moindres comme Bob Kane, le créateur de Batman. Il le connaissait déjà car ils étaient au lycée ensemble. Il y aura également Jack Kirby (X-men, les 4 Fantastiques) et bien d'autres...

    C'est intéressant également de voir comment évoluait la bande dessinée américaine avec un rapport évident à l'argent et quelques fois à la facilité. J'ai bien aimé le passage où Will (qui se fait appeler Billy dans ce récit) refuse de dessiner des versions pornographiques des comics strip connus (du genre Popeye au lit !) qui étaient vendus clandestinement par la Mafia durant l'époque de la prohibition. En effet, ce type d’œuvre violaient les lois du copyright et de la marque déposée. Résultat des courses: il se fait virer. Bref, il n'a jamais renoncé en vendant son âme de rêveur. On apprend qu'il a dû se battre durement avant de réaliser son rêve.

    Cet ouvrage, c'est l'âme même du comics par l'un des plus grands créateurs de la bande dessinée moderne. Inoubliable pour les amateurs et les amoureux du genre.

    Erik67 Le 11/08/2022 à 20:03:56
    Izunas - Tome 1 - 1/2 : Kamigakushi

    C'est actuellement à la mode de faire référence à une série mère dans des produits dérivés du genre le monde des nuées écarlates ou le monde de Thorgal. Pour autant, il faut dire qu'il y a un grande différence de notoriété entre les deux. Pour autant, cette série n'a rien à envier aux autres.

    Tout d'abord, le graphisme est l'un des plus beaux qu'il m'ait été donné de voir. C'est du grand art dans les décors et dans les personnages. Les Izunas sont de belles mais redoutables créatures.

    On va vivre une aventure dans un monde fantasmagorique du Japon ancien avec un couple de héros attachants. On est littéralement envoûté tant c'est d'une beauté extraordinaire. Les couleurs sont éclatantes pour un rendu visuel au-delà de ce qu'on peut espérer. Une véritable claque !

    Lorsque le scénario tient la route et qu'il est accouplé avec ce magnifique graphisme, cela ne peut que me plaire. Il reste juste à faire découvrir le talent de cet auteur hors norme.

    Par conséquent, voilà un conte onirique à lire de toute urgence.

    Erik67 Le 11/08/2022 à 09:14:02

    Les tuniques bleues font partie de ces séries qui m'ont donné goût à la bande dessinée en étant plus jeune. Elle a donc une place particulière. C'est vrai que mon exploration m'a conduit à des BD plus mâtures.

    Cependant, il n'y a pas de mal à lire les tuniques bleues sur un mode plus léger que celui du divertissement. Pourtant, le sujet est grave car il s'agit de la guerre civile qui a frappé les Etats-Unis de 1861 à 1865 en faisant de nombreuses victimes.

    Cette fois-ci, ce sont un collectif d'auteurs plus ou moins connus qui font revivre les aventures du caporal Bluch et du sergent Chesterfield. Il est vrai que le style graphique est très varié ainsi que la tonalité de ces petites histoires.

    J'avoue avoir nettement préféré certaines qui sortent du lot: tireur au flanc, la cicatrice, le garçon au tambour, la dernière balle. Ma meilleure est certainement mon cousin américain par rapport à sa chute. Il y a un côté également plus engagé dans la lutte contre l'esclavage.

    Par contre, je n'ai pas trop aimé : Les bleus en font des caisses, les mots bleues, des bleues en rose et blanc. Il faut dire que le style graphique était assez enfantin. J'avoue avoir une nette préférence pour un style plus mâture.

    Au final, un bel hommage rendu par ces 19 auteurs à l'occasion de la parution du 60ème album.

    Erik67 Le 10/08/2022 à 20:26:28

    C’est un hors-série de la série Bone que j’avais grandement apprécié lors de ma lecture il y a déjà plusieurs années. C’est plus précisément un spin-off car l’action se situe avant les événements contés dans la série mère.

    Encore une fois, j’ai beaucoup aimé les aventures de l’intrépide Big Johnson accompagné de son âne et de son singe dans une vallée où les rats-garous sèment la terreur.

    On retrouve avec joie ce qui a fait les merveilles de cet univers avec sa faune et sa flore. Le dessin reste toujours dans la simplicité et tout en rondeur.

    Cependant, le scénario m’a tout à fait convenu avec son lot de surprises. On aura un bon one-shot qui est à conseiller aux fans de Bone.

    Erik67 Le 10/08/2022 à 08:21:20

    Rien ne sera jamais assez pour rappeler un passé peu glorieux dans l’histoire de notre pays. Entre 1942 et 1944, près de 12000 enfants juifs ont été déporté sur les 72000 que comptait notre pays en 1939. Il n’y a pas eu que la rafle du Vel d’Hiv mais beaucoup d’autres plus sournoises et individuelles et ceux depuis 1941. Cette collaboration avec l’ennemi a conduit à l’ignominie et l’infamie la plus totale.

    Cette bd raconte le témoignage d’enfants qui ont vécu la disparition de leurs parents et qui ont dû se cacher pour échapper à ce funeste sort qu’est la déportation dans les camps de concentration. On parle des 60000 enfants qui ont survécu à l’horreur mais au prix de beaucoup de sacrifices et de souffrances. Ces mots d’enfant décrivent une page de l’Histoire et tous portent en eux une grande charge émotionnelle qu’il convient de comprendre pour ne pas faire de mauvais choix dans les valeurs.

    Il n’est jamais inutile de montrer que les parcs d’enfants parisiens portaient l’écriteau « interdit aux chiens et aux juifs ». Il faut savoir que les dénonciateurs étaient partout dans une sorte d’hystérie collective à balance ton juif. Horrible société et on dit souvent que c’était mieux avant. Je ne partage pas vraiment cet avis.

    Pour en revenir à la BD, j’ai été particulièrement sensible à ces neufs récits qui démontrent l’horreur de cette période qu’on a peu à peu oublié. A force de stigmatiser une catégorie à cause d’une histoire de religion, on finit par perdre son humanité. Les temps sont difficiles pour tout le monde et ce contexte ne pousse pas à la générosité d’esprit. L’espoir en l’homme doit toutefois perdurer.

    Erik67 Le 09/08/2022 à 22:30:32

    Je dois dire que j'ai été fort étonné dans le bon sens du terme par ces contes et légendes du Moyen-Age. J'accorde les 4 étoiles bien mérités ce qui est plutôt rare pour un conte. En même temps, il y a tout de ce qu'il faut pour remplir le cahier de charge. Ces contes assez moralisateurs peuvent nous donner de bonnes indications sur la manière d'agir dans notre vie et c'est plutôt intemporel.

    Cela démarre fort avec cet homme qui sauve la vie d'un autre mais qui n'a droit à aucune reconnaissance mais à un procès. Le récit concernant le mouton qui s'habille en loup m'a bien fait rire car l'habit ne fait décidément pas le moine. J'ai également beaucoup aimé les interludes qui nous apprennent beaucoup de choses sur les coutumes au Moyen-Age.

    Bref, une lecture à la fois divertissante et instructive.

    Erik67 Le 09/08/2022 à 08:59:27

    Je suis plutôt dans la catégorie du public visée par cette collection le meilleur du droit. C'est écrit par une avocate junior qui nous fait part de son expérience dans le métier d'avocat. Il faut dire que ces derniers mois, je me suis tapé les sept saisons de Suits, avocat d'affaire sur Netflix avec la célèbre Megan Markle qui a épousé un prince charmant. Bref, tout cela pour dire que je suis dans le bain.

    Je vais commencé par dire que je ne suis pas très content d'une faute de frappe concernant le doit au lieu du droit dans la préface signée par la directrice de cette collection. Par pitié, lorsqu'il s'agit d'un ouvrage qui va être édité en des milliers d'exemplaires à l'attention du public moyennant un prix d'achat de 17,95€, ce genre de faute ne pardonne pas et décrédibilise l'ensemble. Pour autant, je maintiens ma note à 4 étoiles car j'ai bien aimé dans l'ensemble.

    A noter que je ne suis pas rancunier et plutôt indulgent de nature. On pourrait me rétorquer que je fais également des fautes de frappe quand je tape mes avis sur ce présent site. Certes, c'est vrai mais il ne faut pas payer pour me lire et c'est sans doute là toute la différence. Ce qui n'excuse pas mes fautes. A noter également un renvoi systématique à un glossaire situé en fin d'ouvrage sauf que certains mots ont été tout simplement oublié au niveau de la définition ce qui n'est pas très pratique. A croire que personne ne relit avant la publication pour éviter ce genre de couac.

    Sur le fond de la BD, le titre est bien entendu une ironie car c'est loin d'être un métier de rêve. Il faut travailler beaucoup et donner ses soirées à son employeur qui en profite pour aller au théâtre ou à l'opéra pendant que l'avocat junior travaille pour un salaire approchant généralement le SMIC. Oui, un simple ouvrier (sans vouloir dénigrer cette honorable profession) est nettement mieux payé qu'un avocat. Je ne peux qu'approuver ce qu'indique l'auteur dans de nombreuses pages car j'ai vécu moi-même cette expérience du déclassement professionnel dans ce milieu juridique.

    J'ai bien aimé cette Charlotte qui débarque dans ce cabinet après avoir obtenue son diplôme. C'est assez instructif sur ce métier que j'ai moi-même renoncé de faire. J'avoue qu'après cette lecture, je ne regrette pas mon choix. Elle va rencontrer la pression du chiffre et une vie personnelle chaotique. Oui, ce monde est assez particulier dans une France qui travaille et qui fait des efforts.

    Une œuvre plutôt drôle avec un coté pédagogique et qui constitue un bon témoignage pour prévenir les futurs étudiants en droit.

    Erik67 Le 09/08/2022 à 08:38:41

    Je ne suis guère friand de ces BD parodiques qui installent une ambiance du swinging London mais qui sentent réellement la french touch ce qui provoque un sérieux décalage.

    On retrouve les clichés habituelles à savoir les Beatles contre les Rolling Stones. On se concentre sur sur la modernité et l'hédonisme de cette ville devenue capitale de la culture pop.

    J'avoue avoir eu un peu de mal à suivre cette histoire au début surtout la partie la plus intéressante de la rencontre dans le bal où j'ai crû à une répétition faute d'avoir loupé un détail d'importance. Bref, il faut vraiment suivre pour ne pas perdre le fil.

    Il y a un mélange de genre entre la pièce de théâtre et une affaire polaresque de mallette au contenu mystérieux. Bref, on mélange plusieurs ingrédients pour rendre le tout attractif. J'avoue ne pas être tombé sous le charme des trois principaux protagonistes. C'est trop surjoué pour être crédible. Et la fin de ce tome est plutôt sur un mode grand-guignolesque à la mode vaudeville.

    Mais bon, il n'en demeure pas moins une lecture assez agréable grâce à un graphisme plutôt avenant. A essayer surtout si on aime Londres !

    Erik67 Le 08/08/2022 à 09:32:56
    Les strates - Tome 1 - Les strates

    Pénélope Bagieu signe ici l'une de ses œuvres les plus marquantes de ces dernières années. Il est vrai que j'ai cottoyé le meilleur (la page Blanche) mais parfois certaines déception. Les Strates sont un recueil autobiographique avec de petits passages de sa vie notamment de sa jeunesse.

    J'ai beaucoup aimé deux nouvelles à savoir la première sur son expérience avec son chat et celle avec le froid qui a parfois cottoyé son existence notamment durant l’année londonienne. Il y a des réflexions et des situations qui me parlent.

    Après, c'est délicieusement croqué dans un style assez girly, bobo et parisien qui a d'ailleurs inspiré une certaine Margaux Motin. Généralement, je n'aime pas trop mais je dois reconnaître qu'il y a quand même un peu de profondeur dans ces moments du quotidien. Bien entendu, l'humour est présent avec un coté autodérision assumée.

    On a souvent reproché à l'auteure d'habiller du vide mais je pense que cette légèreté est parfois assez rafraîchissante dans un monde qui en a besoin.

    Erik67 Le 07/08/2022 à 09:55:11
    Cadres noirs - Tome 1 - Avant

    C'est l'histoire d'un cadre de 57 ans, père de famille, qui se retrouve au chômage depuis 4 ans et qui a craqué face aux pressions d'une société déshumanisée.

    Si on repoussait l'âge de la retraite à 65 ans, cela n'irait sans doute pas dans le bon sens pour l'emploi des seniors qu'on ne veut plus pour des raisons de productivité. La main d’œuvre jeune coûte moins cher et elle est beaucoup plus maniable. Bref, c'est aussi tout le débat du management toxique de certaines grandes entreprises entre manipulation et coup bas.

    Il est question d'une prise d'otage dans une Tour de la défense mais également d'un détournement de 10 millions d'euros. Des humiliations répétées peut naître une certaine forme de violence. L'auteur dénonce également des comportements les plus abjects de collaborateurs en quête de reconnaissance prêts à tout pour garder un poste ou se voir promu.

    Cette BD est l'adaptation d'un best-seller de Pierre Lemaître qui semble être fidèlement retranscrit.

    Notre héros a accepté des petits jobs démoralisants alors qu'il était auparavant cadre. C'est tout le phénomène du déclassement social. Malheureusement, il va être prêt à tout pour retrouver un emploi ce qui va le conduire sur une pente très glissante. Cela manque parfois de crédibilité car l'auteur a choisi manifestement la route de l'extrême.

    Au final, on suivra ce récit plutôt bien construit et qui dénonce les limites bien réelles de notre société capitaliste.

    Erik67 Le 06/08/2022 à 09:15:36

    Une BD sur le temps qui passe. Quand on est au crépuscule de sa vie, on se rend compte que tout est passé si vite. Les gens qu'on a aimé ont disparu depuis longtemps. Il ne reste que les vieux souvenirs et des fantômes qui nous hantent.

    Le temps est un joueur avide qui gagne toujours à la fin. Notre principal protagoniste Hippolyte est un horloger à la retraite qui sait bien que chaque seconde compte au regard du drame vécu.

    J'ai eu beaucoup de peine pour ce vieil homme qui vit seul depuis le décès de son épouse. Il a bien un fils mais assez ingrat qui souhaite le mettre dans une résidence de style EHPAD où l'on maltraite généralement les pensionnaires. Hippolyte n'a plus de décision à prendre depuis que la tutelle a été confié à son fils qui s'empresse de faire vendre la maison familiale par un agent immobilier afin de s'acheter une voiture de sport à la mode.

    La clef de Sid va pouvoir lui donner la voie qu'il attend à travers la rencontre de cette jeune soignante à domicile qui remplace momentanément une collègue souffrante. Cette BD est une véritable histoire humaine entre un vieil homme et une jeune femme Sidonie qui débute dans la vie. Le regard de la personnage âgé est lucide bien qu'amer.

    J'ai évidemment été touché par cette triste histoire qui ne se termine pas aussi mal que cela. On espère tous une douce délivrance à un moment donné.

    Le graphisme en noir et blanc est tout à fait impeccable. Il y a de magnifiques vues sur Paris et notamment sur un très jolie parc qui est une sorte de refuge amoureux. Le trait est fin et dynamique, c'est parfait pour ce type d'histoire sur le troisième âge.

    C'est vrai que le récit est plutôt très simple mais j'ai adoré car cette simplicité confère une certaine authenticité. Il y a non seulement de la beauté mais de la justesse à travers des thèmes difficiles: la solitude, l'ingratitude des enfants, la maladie, la vieillesse...

    Pour le reste, je ne peux conseiller de lire ce petit bijou avec des auteurs assez peu connus et une petite maison d'édition indépendante.

    Erik67 Le 05/08/2022 à 09:29:23

    Cette BD est le résultat de plusieurs enquêtes réalisées par Médiapart entre 2014 et 2021. elle s'appuie sur des faits et des déclarations réelles et publiques des hommes et des femmes politiques.

    Il faut savoir que cette œuvre a été publié en février 2022 soit trois mois avant l'élection présidentielle de mai de la même année. L'objectif de l'auteur Hervé Bourhis était d'alerter l'opinion sur le fait que les idées d'extrême-droite s'installent en France et que c'est un danger pour notre démocratie.

    Avec le recul, je dirai que c'est le cas depuis presque une trentaine d'années et cela a commencé sous la présidence de François Mitterrand pour des fins électorales. Il y a en effet une accélération depuis la présidence du FN par Marine le Pen en 2011, la fille du fondateur de ce parti d'extrême droite. Elle a adopté une stratégie de dédiabolisation c'est à dire une banalisation des idées de ce parti xénophobe afin de présenter une image inoffensive et présentable aux yeux de l'opinion publique.

    Cela fonctionne plutôt bien puisqu'elle a tout de même recueillie plus de 13 millions de voix lors de la dernière élection présidentielle en se qualifiant haut la main pour le second tour. Cela fait trois fois que ce parti accède ainsi en pôle position depuis 20 ans. Un jour, on se dit qu'il dépassera le plafond de verre. La faute à qui ?

    L'auteur pointe du doigt les médias que cela soit les journaux ou les chaînes d'actualité en continu qui diffusent ces idées racistes et ces discours anti-immigration qui semblent confisquer le débat public. Moi, je crois plutôt qu'il faudrait rechercher du côté de nos hommes politiques qui gouvernent ce pays depuis 30 ans et qui n'ont pas arrangé la vie des millions de concitoyens. La pauvreté engendre souvent le repli et la haine de l'étranger. Quand on a de l'argent, on peut se permettre d'avoir des discours généreux.

    L'auteur s'attarde sur les affaires de malversation et de détournement de fonds pour alimenter les caisses de ce parti. Certes, ce n'est pas bien mais cela reflète avant tout un problème structurel de financement des partis. Malgré beaucoup de voix au niveau des différentes élections qui se sont succédées, ce parti n'avait pas beaucoup d'élus et donc un véritable problème lié à son financement. Je ne retiens pas cet argument qu'on pourrait d'ailleurs retourné contre bon nombre de politiciens qui ont été condamné. Je pense à un ancien Président de la République et également à son Premier Ministre.

    Il y a une véritable attaque en règle qui nous révélera que ce parti manque de cadres intelligents ne tombant pas dans le piège du racisme. Il y a également beaucoup de divisions internes qui font fuir les nouveaux élus. Bref, un turnover sans comparaison possible avec les autres partis. On se souvient de Florian Philippot qui a construit son propre parti et qui était pourtant le n°2. Et puis, il y a également la nièce Marion Maréchal qui a préféré investir dans un Eric Zemmour.

    On nous parlera également de la connivence de ce parti sous de mauvaises influences étrangères à commencer par l'autocrate Vladimir Poutine ou encore Steve Bannon qui fut la tête pensante de l'accession au pouvoir d'un certain Donald Trump. Que dire également des Emirats Arabes Unis dont un obscur fond soutien financièrement le Rassemblement Nationale (nouveau nom du FN) ? Et puis, il y a ces liens avec Viktor Orban ou encore Jair Bolsorano au Brésil.

    Bref, c'est intéressant de voir ce reportage même s'il n'y a pas d'informations nouvelles. C'est bien construit et argumenté pour convaincre les indécis tout en restant sur le registre de l'humour. On pourrait se dire que c'est un album de circonstances, certes mais cela va rester encore d'actualité jusqu'à la prochaine élection à la succession de Macron qui ne pourra plus se représenter en raison de la Constitution.

    Erik67 Le 04/08/2022 à 08:15:15

    J'ai beaucoup aimé l’introduction qui nous fait penser que les choix amoureux peuvent parfois être lourd de conséquence sur notre destinée. Choisir par exemple une femme plutôt qu'une autre.

    Par la suite, cela va virer à un thriller sur fond d'acte destructeur de certains projets soi-disant environnementaux. Il est dommage de se perdre avec un aspect plus économique et politique alors qu'on partait d'une histoire d'amour.

    L'ambition de l'auteur est également de nous projeter dans une société du futur qui donne une belle place à de nouveaux véhicules plus intelligents.

    Certes, il va y avoir une lente évolution jusqu'au final où tout pourrait recommencer. C'est parfois trop long pour ce résultat. Pour autant, cela se concentre sur la psychologie des personnages ainsi que leur évolution pour faire face aux difficultés de la vie.

    Cependant, j'ai aimé non seulement ce graphisme moderne mais également le style de l'auteur qui signe pourtant l'une de ses premières œuvres en matière de roman graphique. C'est déjà une belle réussite.

    On pourra se laisser séduire par cette lecture pour une œuvre forcément un peu originale qui fait dans la finesse à tout les égards. A découvrir !

    Erik67 Le 03/08/2022 à 08:50:38

    C'est un drôle de titre pour une BD un peu « underground » qui sort un peu des sentiers battus.

    Le thème sera celui de ces victimes oubliées car sans papier qui ont travaillé dans le World Trade Center au moment de leur atroce démolition. Il faut savoir que le Window on the world était un restaurant de luxe situé au sommet de la tour qui employait dans ses cuisines toute sorte de personnel et pas forcément des travailleurs déclarés.

    Je ne suis généralement pas fan de ce style de BD mais je dois bien dire que j'ai bien aimé. Il faut parfois prendre des risques pour découvrir de belles lectures ce que je n'hésite pas à faire ponctuellement.

    Un jeune homme mexicain part à la recherche de son père dans le New-York meurtrie par ces attentats. Cela ne sera pas facile quand on est totalement démuni. Il y a quelque chose qui m'a séduit en voyant une certaine solidarité pour l'aider dans cette quête fort légitime dans une Amérique qui ne fait pas de quartier aux pauvres et aux étrangers. Il y a de belles valeurs comme le devoir, la famille ou l'amour.

    Et puis, il y a cette fin à laquelle on ne s'attendait pas et qui demeure assez poignante. C'est vraiment un beau récit dans lequel on se laisse embarquer au milieu de toute cette violence sociale. C'est réellement une fenêtre sur le monde tel qu'il est.

    Erik67 Le 02/08/2022 à 09:13:41
    No Zombies - Tome 1 - Le livre de Joseph

    Le scénario est signé par Olivier Peru. On va voir la quête d'un homme qui recherche son frère par delà la mort afin de le faire ressusciter. Mais bon, il y aura beaucoup d'embûches. Et parfois, il faut regarder également dans son propre camp pour parer à des difficultés. On n'est par exemple jamais à l'abri de jumeaux maléfiques. Pour ceux qui connaissent bien l'auteur, on sait que ce scénario n'est pas anodin.

    J'avais peur de relire un autre Walking Dead mais il y a une variante qui rend ce titre intéressant à savoir l'existence d'un antidote qui permettrait de les ramener à la vie à condition qu'ils ne soient pas dévorés vivant par leurs congénères. Bref, les zombies sont juste des malades qu'il faut soigner un peu contre leur gré au moyen d'un vaccin. Cela ne vous rappelle rien ?

    Au niveau du graphisme, c'est un style assez réaliste qui me va bien surtout pour ce type d'histoire. Les décors sont soignés notamment la cité de New Olympus. Par ailleurs, les personnages sont parfaitement reconnaissables. Par conséquent, cela rend la lecture assez fluide ce qui est appréciable.

    On va faire la connaissance d'un ersatz d'Elon Musk (Dylon Tusk dans la BD) qui a inventé les voitures intelligentes et des système de propulsion pour aller dans l'espace mais qui a également inventé la ville de l'avenir à savoir New Olympus qui va être le théâtre des opérations.

    Au final, une bonne série dans le genre survival et post-apocalyptique qui apporte un peu d'espoir. On comprendra vite que les zombies ne sont pas la principale menace, loin de là.

    Erik67 Le 01/08/2022 à 10:29:15
    Ys la légende - Tome 1 - Trahison

    De mieux en mieux pour Jean-Luc Istin: je n'ai pu mesurer que ses progrès au fil des années et des séries qui se succèdent depuis les années 2000 à un rythme frénétique. On a atteint avec celle-ci un véritable point de maturité dans la construction de cet univers celtique. Ce n'est pas naïf, ni enfantin. C'est même assez inventif et dynamique.

    Les légendes nordiques ont été employé pour construire quelque chose qui tient la route. Même le graphisme semble être à la hauteur avec certes une qualité inégale selon les planches. Cela rappelle singulièrement Conan le Barbare et même un peu Thorgal.

    J'ai bien aimé la narration à la première personne. C'est une sorte d'auto-biographie du grand chef guerrier breton Gradlon qui évoque sa jeunesse, puis ses combats pour bâtir l'île cité d'Ys. C'est assez passionnant. Je ne me suis guère ennuyé avec tout ces rebondissements. J'ai même été agréablement surpris par cette maîtrise et cette originalité qui apporte un vent nouveau sur ce type de récit épique.

    Erik67 Le 31/07/2022 à 09:34:54

    C'est un récit fantastique complet qui met en scène une jeune musulmane Aisha qui a été victime du racisme et qui vit dans un étrange immeuble à problèmes raciaux avec son petit ami, son enfant et sa belle-mère.

    Elle va être la victime de puissantes hallucinations de monstres mais on se rend compte qu'il ne s'agit pas d'un cauchemar mais de la réalité. Cela se transforme en véritable récit d'horreur avec des scènes assez angoissantes dans un climat terrifiant.

    Visiblement, ces entités ne se nourrissent pas de la peur mais de la xénophobie et de la haine. En tout les cas, elles font très peur. A noter un magnifique graphisme qui arrivent à retranscrire ce récit d'épouvante avec une maîtrise absolue.

    C'est un comics qui a une portée philosophique large à savoir qu'il faut accepter les différences culturelles et ne pas sombrer dans le rejet et la crainte. L'auteur nous présente les enjeux de la diversité culturelle et l'objectif de surmonter les problèmes liés. Certes, il y aura une dimension quelque peu métaphorique.

    Au final, un bon divertissement sur fond d'incompréhensions culturelles. Les conventions de l'horreur sont utilisées pour distiller le malaise social. C'est une réussite qui fait dans l'originalité comme par exemple avoir une héroïne de comics musulmane et pratiquante. A découvrir pour avoir une autre approche.

    Erik67 Le 30/07/2022 à 11:11:54
    Wallman - Tome 1 - Volume 01

    Encore un titre totalement bourrin destiné à une certaine clientèle. La phrase prononcée dès les premières pages par l'héroïne hyper sexy et un peu allumeuse: c'est trop choupi ! Je n'invente malheureusement rien. Nous avons à faire à deux locataires dont un grassouillet qui font de la colocation.

    La nouvelle arrivée se présente: elle est tueuse à gage. Ils sont obligés de lui laver ses petites culottes et de faire tout ce qu'elle désire. Bref, on est dans la bd à l'humour potache et aux situations les plus imbéciles avec en prime un scénario particulièrement creux.

    J'arrête là mes commentaires pour ne pas être désagréable. C'est quand même une oeuvre mais on ne pourra pas affirmer avec certitude que le niveau monte.

    Erik67 Le 30/07/2022 à 10:38:31
    Terrarium - Tome 1 - Tome 1

    C'est un monde post-apocalyptique bien triste qui nous est décrit-là. Il ne reste visiblement plus que quelques humains sur la terre et surtout beaucoup de robots encore en activité malgré des centaines d'années après une guerre destructrice.

    On va suivre qu'un seul être humain accompagné d'un robot lors de ce premier tome qui font une mission d'exploration de ce qui reste de ce monde en déclin.

    Le thème sous-jacent est de savoir combien d'années faudra t-il encore aux humains pour devenir meilleurs ? Je pense que cela ne suffira pas avant l'extinction finale. Mais bon, il faut espérer dans la réussite de la mission de Chico, la technologue d'investigation.

    J'ai bien aimé cette atmosphère crépusculaire avec des dessins aux décors magnifiques notamment ce parc d'attraction abandonné depuis tant d'années. C'est lent dans la progression et assez contemplatif mais cela me convient. Je n'aime pas trop en règle générale la surenchère de l'enchaînement des événements.

    C'est un titre de science-fiction intéressant qui semble sortir du lot pour nous proposer quelque chose d'originale qui pousse à la réflexion sur le devenir de l'humanité et de notre rapport avec les robots. A suivre par conséquent !

    Erik67 Le 29/07/2022 à 09:04:33

    C'est un roman graphique hors du commun que nous avons là sur un mode totalement introverti. Les petites bizarreries qui ponctuent la vie semblent être le sujet principal de cette œuvre. Le graphisme est d'une simplicité enfantine alors que le propos l'est moins. Il y a un sérieux décalage que je n'ai pas forcément apprécié. Oui, c'est déroutant à tous les niveaux entre dérision et exagération. J'avoue ne pas avoir compris les analyses psychologiques assez profondes de l'auteur qui se morfond dans une espèce de sublimation du quotidien. La véracité des propos reste toutefois à confirmer. L'humour est présent comme une arme anti-névrose. On aurait pu tomber plus bas, c'est vrai. Je ne suis tout simplement pas entrer dans l'univers un peu étrange de cette jeune femme dépressive.

    Erik67 Le 28/07/2022 à 09:23:14
    Biomega - Tome 1 - Tome 1

    Encore une infâme daube sans âme avec pour décor un monde post-apocalyptique dans lequel on ne s'immergera point. La faute à une mise en scène qui a sacrifiée l'essentiel pour privilégier l'action à l'état pure. Le style est d'ailleurs totalement irritant. On ne comprendra pas grand chose au début. C'est assez incohérent et parfois ridicule comme la scène avec l'ours qui parle. C'est assez mal interprété. Il faut accepter les délires de l'auteur qui a ses fans depuis le célèbre Blame ! Par ailleurs, le dessin est plus que ringard avec un trait totalement noirci. Bref, on s'ennuie lamentablement. On en redemande pas !

    Erik67 Le 27/07/2022 à 20:55:41

    On a moins de scrupule à laisser 1 étoile surtout quand on n'est pas le seul. Dire que je me suis ennuyé serait un doux euphémisme. L'auteur a puisé dans l'univers onirique japonais pour nous offrir une histoire à dormir debout sans vouloir être hermétique. Le graphisme est froid et presque figé. Même la colorisation ne parvient pas à donner de l'éclat bien au contraire. C'est vieillot et désuet. Les personnages sont peu expressifs. Le public visé sera celui des enfants et encore. Il n'a pas cette passion qui ferait qu'on serait emporter par ce conte. C'est totalement vide de sens à moins de respecter les portes-bonheur.

    Erik67 Le 27/07/2022 à 10:26:56

    On dit généralement qu'il ne faut pas prendre les gens pour des cons. Mais il est vrai également qu'il ne faut pas prendre les cons pour des gens car où irait le monde sinon ?

    J'ai bien aimé l'enchaînement de ces strips qui décrivent les travers de notre société actuelle avec un humour noir assez féroce et parfois désopilant.

    Il est vrai que ce type d'humour n'est pas à réserver à tout le monde. Il faut parfois prendre un peu de recul. Car, oui il y aura certains dérapages. On ne peut pas faire de l'humour avec tout les publics. Je pense notamment aux religieux de tout bord qui ont le point commun d'être particulièrement intolérants. Mais bon, la connerie humaine n'a pas de limites.

    Pour ma part, j'ai bien rigolé intérieurement avec un excellent démarrage et une suite un peu plus convenue. Cela reste décalé et cynique avec un humour assez grinçant.

    Je vous déconseille par exemple d'offrir cette BD à quelqu'un de plutôt coincé. Comme dit, il faut aimer. En tous les cas, cela fait beaucoup réfléchir sur le genre humain...

    Erik67 Le 26/07/2022 à 09:26:28
    Molly West - Tome 1 - Le diable en jupons

    Molly West est une femme qui vient du Nord des Etats-Unis et qui va s'installer dans le Sud afin d'éduquer des enfants de texans peu après la fin de la guerre de Sécession. C'est vrai qu'il y aura du boulot ! Cela tombe bien car elle est bibliothécaire aussi élégante qu'instruite.

    Mais bon, Molly cache derrière ses manières raffinées de lady une violence sourde et lourde liée à un passé traumatisant. Bref, c'est le diable en jupons comme l'indique le sous-titre de ce premier tome où l'on fait connaissance.

    J'ai trouvé que c'était un peu surjoué et pas très crédible. Par ailleurs, il y a des scènes de lâcheté absolue qui ne m'ont pas trop plu sous des couverts de drôlerie. Je n'aime sans doute pas la justice expéditive. C'est un western violent qui ne fera pas dans la dentelle malgré un graphisme enfantin et assez avenant.

    L'ensemble se défend plutôt bien. La lecture reste plutôt accrocheuse grâce à un découpage dynamique. Cela reste un album qui nous fait découvrir une belle héroïne à la personnalité assez forte mais on ignore encore ses réelles motivations même si on peut deviner une histoire de vengeance. A suivre si on a accroché.

    Erik67 Le 25/07/2022 à 08:58:56
    Les damnés de l'or brun - Tome 1 - Salvador, 1822

    Didier Alcante nous propose une saga familiale dans la tradition de Jean Van Hamme qui signe d'ailleurs un petit texte assez sympa dans la préface. Cela rappelle en effet l'époque des « Maîtres de l'orge ». On retrouve d'ailleurs le dessinateur Francis Vallès dans cette aventure brésilienne sur fond d'exploitation du cacao (l'or brun) et surtout sur fond d'esclavage.

    Il y aura en tout 3 volumes sur 3 époques différentes : 1822 à Salvador, 1850 à Sao Tomé et enfin 1878 à Paris. Le premier tome arrive à tenir la plupart de ses promesses. A noter que le Brésil était sous domination portugaise en 1822 avant de faire une révolution pour son indépendance comme beaucoup d'états d'Amérique Centrale et d'Amérique du Sud.

    Dès le début, j'ai accroché au graphisme de Francis Vallès. Je le trouve certes classique mais fluide et souvent franchement élégant. J'aime ce genre de dessin plein de personnalité et de maîtrise. Les protagonistes sont vraiment réussis avec de bonnes expressions compréhensibles. Les ambiances sont bien rendues et les décors brésiliens sont superbes.

    On pourra seulement regretter des personnages peu attachants notamment les deux frères qui se déchirent brutalement. Pourtant, cela avait bien commencé avant de se dégrader presque de manière artificielle au gré des événements. Il est vrai que cette accumulation n'est pas très crédible mais bon, passons.

    En résumé, une histoire qui reprend nombre de clichés mais qui se laisse lire plus ou moins agréablement.

    Au final, je suis tombé à moitié sous le charme de cette chronique familiale. Cela devient un petit phénomène de mode sur le mode de la gastronomie associé à l'histoire d'une famille. Quand on dégustera du chocolat, il faudra se rappeler de toutes ces plantations et de ses esclaves y travaillant sans relâche. Chocolat et esclavage ont toujours fait bon ménage. C'est vrai que ce n'est certes pas la première idée qui nous vient à l'esprit.

    Erik67 Le 24/07/2022 à 08:03:38
    West Legends - Tome 1 - Wyatt Earp's Last Hunt

    Voici une série qui va nous présenter durant chaque tome les différents hommes qui ont fait le mythe de l'Ouest. On va d'ailleurs commencer ce premier tome par Wyatt Earp que Kevin Costner a rendu célèbre dans un film en 1994.

    C'est un homme qui est craint à cause de sa réputation de franc-tireur surtout depuis sa prestation à OK Corall. C'est également un justicier qui n'hésite pas à rendre coup pour coup surtout envers la racaille. Bref, on a affaire à une icône emblématique de l'Ouest américain.

    J'ai adoré la scène d'introduction qui produit véritablement son effet au démarrage de cette lecture. C'est véritablement du grand art. Par la suite, on continue sur le mode enquête policière dans le milieu du western.

    Le récit est sérieux, appliqué et soigné. Il y a une volonté de la part des auteurs de reconstituer le mieux possible l’Ouest américain de cette époque dans lequel va évoluer Wyatt Earp. Je dois dire que le graphisme y contribue également et de manière fort éclatante.

    Il est clair qu'on ressent tout de suite le décalage entre la modernité de San Francisco et les bouseux de cow-boy que représente notre héros lorsqu'il arrive en ville avec son cheval. Il ne passera pas inaperçu. Cependant, l'appât du gain dans une ville aussi civilisé peut également réveiller les plus mauvais instincts.

    Quand c'est bon, je ne me prive pas de mettre 4 étoiles. C'est une série de qualité qui démarre assez fort et qui se termine de manière âpre et violente comme un bon vieux western mais sans spaghettis.

    Erik67 Le 23/07/2022 à 10:07:41
    Partitions irlandaises - Tome 1 - Premier couplet

    J'adore ces histoires à la Kris avec des dialogues qui détonnent pour marquer une belle histoire d'amour sur fond de guerre de religion en Irlande. Cela donne un véritable goût d'authenticité.

    Par ailleurs, on aime tout de suite les deux principaux personnages qui ont une véritable consistance. D'autres auteurs devraient sans aucun doute s'inspirer de ce style. C'est réellement dans la mouvance de l'humain avant tout.

    Le Brexit a entraîné le retour de valeurs identitaires en Irlande ce qui n'est pas une bonne chose pour la paix des peuples. Voici la guerre irlandaise ravivée sur fond de tension entre deux communautés que tout oppose.

    J'aime beaucoup ce graphisme qui est sublimé par l'aquarelle. Cela rend les décors réellement magnifiques avec toute cette palette de couleurs. Les personnages prennent véritablement vie. J'ai pu également remarquer des efforts réalisés quant à la netteté du trait.

    Les deux auteurs semblent très attaché à la cause irlandaises. Ils avaient déjà produit ensemble « Coupures irlandaises » sur cette guerre civile qui n'en finissait pas. J'ai toujours pensé que les différences peuvent constituer une source de richesse pour peu que l'ouverture d'esprit existe. Mais bon, c'est un autre débat.

    Le thème est celui de l'amour qui peut être plus fort que la guerre. Il faut aller au-delà des préjugés et des différences, voir des douleurs du passé afin de pouvoir construire un avenir radieux. Cette ballade irlandaise m'a pris en plein cœur.

    Ce premier couplet est un sans faute. Il y aura une suite à découvrir. Je peux allègrement conseiller la lecture de cette BD, qui sous le couvert de l'amour entre deux êtres que tout sépare, nous offre un regard sur une période toute récente de l'Irlande.

    Erik67 Le 22/07/2022 à 12:33:09
    Le meilleur de Batman (2022) - Tome 10 - Curse of the white knight

    Découvrez le meilleur de Batman avec la sélection d'Urban Comics composé de 10 récits à 4,90€. C'est l'idéale pour découvrir le mystérieux Chevalier Noir de DC Comics.

    Ce titre qui compose le dernier de la collection spéciale est assez récent. Il nous permet d'explorer les origines de Gotham et de la famille Wayne.

    C’est innovant dans sa façon d’aborder ces personnages que nous connaissons déjà bien. On ne retrouvera plus le célèbre majordome Alfred qui est mort et que Bruce regrette énormément. Au final, c'est une réinterprétation du mythe avec un nouveau regard de la part de l'auteur Sean Murphy.

    Ce titre est également une suite à White Knight. Il semble impératif de découvrir le titre initial avant de découvrir celui-ci ce qui n'est guère une bonne surprise dans la collection proposée par Urban Comics pour nous faire découvrir le meilleur des Batman. Il aurait été plus simple de nous proposer la première partie. Mais bon, passons !

    L'auteur nous propose un récit mature et passionnant. On aura droit à une intrigue assez dense qui est riche en action avec des révélations stupéfiantes et également un final à couper le souffle. C'est sans aucun doute à découvrir d’urgence, autant pour son scénario de haut vol que pour son superbe style graphique soigné et envoûtant.

    Une excellente lecture pour les nouveaux lecteurs. Résolument moderne, accessible, et rapidement devenu culte ! Une lecture indispensable pour les fans du batverse. Bref, un des meilleurs comics Batman !

    Erik67 Le 22/07/2022 à 08:02:08
    Le meilleur de Batman (2022) - Tome 9 - Année zéro

    Urban Comics propose la collection parfaite pour découvrir Batman pour la première fois. Ainsi avec l'année zéro, on part véritablement du début pour découvrir l'univers de la célèbre chauve-souris.

    Les menaces les plus visibles ne sont pas forcément les plus dangereuses. Batman va apprendre cette leçon à ses dépend. 5 ans après avoir disparu, il revient dans sa ville natale afin de combattre le gang de Red Wood.

    Gotham va être plongée dans les ténèbres suite à un blackout savamment planifié. Dans une ville devenue sauvage, Batman devra faire preuve de beaucoup d'intelligence pour la sortir de ce mauvais pas et combattre le Sphinx, bien décidé à faire plier la cité et son nouveau protecteur.

    A noter qu'il s'agit du préquelle à l'année un de Batman. Il est beaucoup moins connu que le précédent qui avait eu un certain succès. Le problème est qu'il souffre de cette comparaison qui ne tourne pas en son avantage.

    Encore une fois, plusieurs intrigues se rejoignent pour un final explosif. Côté dessin ,j'ai apprécié le charme qui se dégage du trait avec de magnifiques couleurs.

    Pour autant, ce titre reste correct sur le fond et la forme sans rivaliser avec le meilleur. Ce titre est assez clivant parmi les fans de la chauve-souris : soit on aime ou pas.

    Erik67 Le 21/07/2022 à 12:47:12
    Le meilleur de Batman (2022) - Tome 8 - Sombre reflet

    Parmi les dix albums proposés en souple à 4,90€ par Urban comics dans le cadre de sa collection le meilleur de Batman, il y a sombre reflet. C'est un choix plutôt discutable à mon humble avis.

    En effet, ce titre de la collection est le moins accessible au nouveau lectorat. Il ne faut pas oublier que la cible est de conquérir des personnes qui n'ont jamais lu de Batman.

    Ce récit se concentre sur la famille du commissaire Gordon et notamment son fils James qui a un trouble marquant de la personnalité. Il y a un travail sur la psychologie des personnages qui est tout à fait remarquable. Cela demeure un récit d'enquête plutôt sombre comme l'indique le titre et particulièrement violent.

    J’avoue que malgré un gros buzz positif autour de cette œuvre, je ne suis pas preneur. C’est plus une histoire de ressenti. C’est sans doute bon objectivement parlant mais je n’ai pas trop adhéré en raison d’un scénario alambiqué et d’un dessin plutôt décevant car peu lisible.

    Objectivement parlant, sombre reflet dévoile tout de même une des intrigues les plus marquantes de la dernière décennie.

    Erik67 Le 21/07/2022 à 07:40:05
    Le meilleur de Batman (2022) - Tome 7 - Terre-un

    La sélection d'Urban Comics permet de découvrir à moindre coût quelques grandes histoires autour du Chevalier Noir. Batman - Terre-un en fait partie.

    Avec ce titre, on se plonge dans les premières années de Batman où il est question de voir quelles étaient ses motivations qui vont faire de lui le justicier. Il se construit petit à petit en devenant non seulement un bon enquêteur mais également un très fin stratège.

    Il s'agit d'une lecture plus moderne de ses personnages emblématiques. L'objectif est bien de revisiter leurs origines. On aura un Bruce Wayne plus humain et faillible avec une relation assez intéressante avec son majordome Alfred qui se substitue à la figure paternelle.

    J’ai beaucoup aimé le graphisme qui est saisissant de beauté. Par ailleurs, on évite les bavardages inutiles pour se concentrer également sur l’action. C’est assez bien mené sur le fond et la forme.

    Le scénario va se concentrer sur la vengeance d’un homme, celle d’un orphelin pour un père et une mère assassinée. Batman n'est pas encore un super-héros, c'est juste un humain en quête de vengeance ce qui le rend très vulnérable. La colère n'est jamais bonne conseillère.

    C'est une histoire bien plus accessible pour les nouveaux lecteurs. A noter que ce titre a bien vieilli malgré les années. En effet, le récit est très accessible et l’œuvre de grande qualité. Un très bon album pour partir à la découverte de Batman et sur les débuts de la légende de ce chevalier noir.

    Erik67 Le 20/07/2022 à 13:41:03
    Le meilleur de Batman (2022) - Tome 6 - Le coeur de silence

    Tous les fans de l'univers DC Comics vont très certainement apprécier l'arrivée d'un très beau pack qui comprend pas moins de 10 récit complet des comics Batman à tout petit prix. A ce propos, c’est juste dommage le tarif apparaisse dans un gros macaron noir dans le coin supérieur droit de chacun des livres qui compose cette collection.

    Même si toutes les séries présentent dans ce pack ne sont pas des chef d'œuvres, il vous permettront de vous plonger dans l'univers de la chauve-souris. Le cœur de silence n'est pas le titre le plus emblématique mais il constitue une très bonne surprise.

    Batman va avoir un adversaire assez coriace à savoir Silence qui va s'attaquer à ce qu'il a de plus cher à savoir la belle Selina Kyle. Le titre faisant référence au cœur n'est pas anodin.

    A noter que ce titre est en soi une suite qui remet en avant le personnage de Silence qui fut le meilleur ami de Batman. C'est toujours difficile quand on doit combattre quelqu'un qu'on considérait comme un proche et qui s'est éloigné, rongé par la jalousie.

    On relève un excellent dessin qui fait dans la classe la plus absolue avec une beauté irréprochable de certaines planches. Par ailleurs, la narration est impeccable également.

    Chaque chapitre donne des indices à la manière d'un puzzle qui se rassemble pour le final tout aussi époustouflant.

    Mon cœur balance également pour ce titre qui m'a séduit grâce à un scénario brillant. C'est un album essentiel aux ambiances de polar réalisé par un auteur très inspiré.

    Erik67 Le 20/07/2022 à 07:32:05
    Le meilleur de Batman (2022) - Tome 5 - Le fils de Batman

    Si vous n'avez jamais lu un Batman, Urban Comics propose une collection dite parfaite. On pourra même y découvrir le fils du célèbre chevalier noir. Eh oui, Batman a réussi à procréer un fils !

    En effet, Bruce Wayne va découvrir qu'il a eu un enfant suite à sa liaison avec Talia Al'Ghul qui était la fille de son adversaire Ra's Al Ghul (qu'on a aperçu d'ailleurs dans le film « Batman Begins »).

    Cela ne sera pas facile pour lui que d'élever cet enfant assez effronté qui se croit tout permis. Il a sans doute été trop gâté par sa mère. Batman devra apprendre à sa progéniture tout un code de bonne conduite et il y aura du boulot !

    J'ai bien aimé la relation entre Bruce et son fils Damian. Batman décide de prendre le jeune homme sous son aile et un nouveau duo se forme pour protéger Gotham City des criminels qui la hantent.

    A noter que ce titre s'intègre dans une immense saga avec diverses suites. Pour autant, c'est toujours intéressant de voir quels ont été les premiers pas de Damian Wayne.

    J'ai trouvé le dessin assez réussi car le trait est dynamique. Par ailleurs, la colorisation colle bien à ce type de récit. C'est assez accrocheur.

    Au final, c'est plutôt une bonne découverte mais ce n'est pas le titre le plus caractéristique de la saga Batman.

    Erik67 Le 19/07/2022 à 14:33:17
    Le meilleur de Batman (2022) - Tome 4 - Batman aventures

    Urban Comics renouvelle son opération d'été avec une collection de dix titres cultes dédiés au chevalier noir à un prix défiant toute concurrence à savoir 4,90€. Et il y en a pour tout les goûts. Ce titre est plutôt destiné à un lectorat encore jeune qui ne dispose pas forcément de beaucoup de pouvoir d'achat.

    En effet, Batman Aventures est un hommage direct à la série animée signé Ty Templeton et Dan Scott. Il se situe dans un registre cartoon accessible aux plus jeunes.

    Bref, c'est un titre plus léger car plus enfantin basé sur des récits plus accessibles. Des aventures mettant en scène Batman (avec ou sans Robin ou Batgirl) confronté à chaque fois à l'un de ses ennemis favoris : Joker, Killer Croc, Catwoman, le Sphinx, le Pingouin, Poison Ivy...

    Le dessin reprend le graphisme du dessin animé pour ne pas perdre le public visé. Par ailleurs, des intrigues trop simplistes qui se lisent trop vite.

    Bref, ce n'est pas le meilleur de Batman contrairement au concept de cette collection. Je le redis : c'est une lecture plutôt pour les jeunes enfants fan de ce super-héros. Il faut également de tout et pour tout les publics.

    Erik67 Le 19/07/2022 à 07:31:04
    Le meilleur de Batman (2022) - Tome 3 - Arkham asylum

    Toujours parmi la collection proposée par Urban Comics afin de permettre à des néophytes de découvrir l’univers de la chauve souris à tout petit prix (4,90€ pièce), voici Batman – Arkham Asylum. Bienvenue dans l'asile de fous de Gotham City ! Voici un album décapant de l’univers Batman.

    En effet, le délirant Arkham Asylum de Grant Morrison nous offre une plongée en enfer dans la psychologie de Batman. On observera une ambiance graphique assez gothique entre décadence mentale, traumatisme et folie.

    Je n'ai pas trop aimé ce titre trop psychédélique où il faudra bien analyser les comportements des personnages pour en extraire leur sens et leur compréhension. C'est un conte psychologique assez sombre où Batman devra également affronter ses propres démons intérieurs.

    C'est également assez intéressant de voir comment Batman livre un duel psychologique face à son ennemi juré, le Joker. On s'apercevra que pour chasser les monstres, il faut également en devenir un. Est-ce vraiment la place de l'homme chauve-souris que d'être parmi les monstres ? Est-ce que tout homme peut basculer dans la folie ?

    A noter un graphisme tout à fait étonnant qui concoure à rendre l'ambiance encore plus glauque. C'est une véritable plongée en enfer dans une folle expérimentation. Il faut savoir que c'est le récit qui a lancé la carrière du scénariste Grant Morrison. Il y a une grande intensité narrative et son approche artistique est assez avant-gardiste.

    Batman devra réprimer une émeute enragée qui se déroule à l’asile d’Arkham. Il faut savoir que le jeu vidéo « Batman : Arkham asylum » se base sur le scénario de cette BD.

    C'est le roman graphique sur Batman le plus étonnant de la série qui n'a pas que des inconditionnels car trop atypique et torturé. Oui, c'est plutôt destinée à un public de fans avertis.

    Erik67 Le 18/07/2022 à 14:43:13
    Le meilleur de Batman (2022) - Tome 2 - Année un

    Il faut savoir que Batman est de loin le personnage le plus populaire de DC. Urban Comics ne s'y est pas trompé en proposant une collection constituée du meilleur de Batman.

    Batman – année un est sans doute le récit de Batman le plus marquant par Frank Miller qui propose une réécriture des origines de notre héros masqué. Il revient après un long voyage initiatique dans sa ville natale bien décidé à la nettoyer au karcher.

    Il faut dire que la pègre est partout et que les autorités de la ville ont été gangrené dans la corruption. Fort heureusement, il existe encore des flics intègre comme le lieutenant James Gordon avec qui l’homme chauve-souris va faire une alliance.

    Bref, ce titre se concentre sur la première année d'activité du Chevalier Noir et cela ne sera pas triste. C'est parfait pour commencer l’univers Batman pour les néophytes !

    A noter une mise en scène ainsi qu'un découpage qui font merveille. L'univers devient réaliste dans son austérité. Mazzuchelli rend les personnages humains et expressifs. Le dessin est véritablement soigné. On observera également une mise en page superbe.

    C’est un récit mythique sur le Chevalier Noir, qui inspire encore aujourd’hui des œuvres cinématographique, comme encore récemment avec « The Batman » de Matt Reeves dans le genre thriller psychologique noir et haletant.

    Ce titre est à la fois un classique et un incontournable de la saga des Batman. C'est en tous les cas le récit fondateur de l’ère moderne de Batman qui servira de base à tous les supports qui suivront. Un consensus de lecteurs semble dire que ce serait un des meilleurs albums de Batman. C'est l'album à découvrir !

    Erik67 Le 18/07/2022 à 07:32:00
    Le meilleur de Batman (2022) - Tome 1 - The dark knight returns

    Urban Comics a proposé au cours de l'été 2022 une nouvelle opération, le meilleur de Batman soit un ensemble de dix albums à 4,90€ pièce qui vous permettent de découvrir une sélection de récits emblématiques sur le Chevalier noir.

    Parmi cette sélection figure le chef-d’œuvre culte de Frank Miller qui met en scène un Bruce Wayne aigri, alcoolique et sur le déclin. C'est une vision assez brutale et sans concession de notre héros. Certes, on a pu dire que c'est assez grisant mais c'est incontournable dont la modernité ne cessent de séduire même trente ans après !

    Nous avons un Bruce Wayne qui revient de sa retraite pour combattre le crime dans Gotham City. On retrouve le Joker mais également Double-Face avec une confrontation contre l’homme d’acier, fidèle pion du gouvernement.

    J'ai aimé cette part de l'obscur chez Batman qui semble nécessaire à l'accomplissement de la justice. Certes, les défenseurs des droits dans une démocratie libérale crieront au scandale. Chaque être humain aussi malfaisant qu'il soit a droit à une justice équitable qui le présume innocent. Batman s'affranchit de ses règles. La police tue, Batman également.

    Un mot sur le dessin pour indiquer qu'il est puissant et dur ainsi qu'efficace. Il ne laissera pas indifférent. Il y a également une audace de cases absolument remarquable. On voit que Miller a véritablement innové comme jamais.

    Je conseille toutefois au lecteur qui découvre Batman de ne pas commencer forcément par ce titre qui porte pourtant le n°1. De toute façon, chaque tome est totalement indépendant. Ce titre est très abouti. Il faudrait le découvrir plus tard dans l'absolu.

    C'est certainement le récit le plus emblématique qui a contribué à la construction de la mythologie de Batman. Il a révolutionné totalement le comics, c'est certain. Il y a eu un avant et un après Dark Knight. Un incontournable car Frank Miller offre une vision bluffante du Dark Knight et qui reste toujours d'actualité malgré les années qui passent.

    Erik67 Le 17/07/2022 à 08:17:28

    Je ne suis pas objectif lorsqu'il s'agit de Fabcaro. C'est un auteur que j'ai découvert il y a près de 15 ans lorsqu'il était totalement obscur. Depuis, il y a eu le succès avec « Zaï Zaï zaï zaï » et d'autres titres qui ont suivi sur cette vague.

    Je ne suis pas un grand fan de la BD d'humour mais j'apprécie depuis toujours le style Fabcaro qui me parle littéralement. Il y a toute cette autodérision mais également ce regard acerbe sur le monde d'aujourd'hui. Il fait preuve d’imagination avec une certaine audace de cases.

    Que dire de ce titre ? Il est à l'image de ce que j'aime mais avec une intrigue en toile de fond à savoir qui a commis l'horrible crime sur la joue de l'actrice Hollywood. Les chutes de gag sont toujours aussi désopilantes. C'est drôle et jouissif à la fois avec des répliques qui font mouche.

    Bref, c'est vraiment tout ce que j'aime dans cette forme de BD qui porte incontestablement sa signature. C'est un génie de la parodie en l'occurence l'âge d'or d'Hollywood. Il se moque mais il le fait dans la retenue et une certaine forme de tendresse.

    On ne peut que conseiller Moon River pour passer un bon moment de détente absolue.

    Erik67 Le 16/07/2022 à 09:50:19

    Quand les narcos attaquent la forêt vierge au Honduras, cela donne jungle beef. Il faut comprendre que ces mafieux vendant de la drogue veulent faire des ranchs afin de produire de la viande de bœuf alimentant les fast food du monde entier où il y a encore plus de frics à se faire. Il s'agit également de faire blanchir leur argent sale.

    Le problème est bien la destruction de tout un écosystème nécessaire à la vie sur la planète. Il faut savoir que le Honduras détient sur son territoire un des rares vestiges de la forêt tropicale humide d'Amérique centrale qui abrite depuis des millénaires certaines tribus indiennes dont les Pech et les Mosquito.

    Les narcos sont un véritable fléau pour la région car il usent de la corruption, des assassinats et surtout d'une exploitation forestière illégale. Il faudrait détruire ces narcos qui transforment des pans entiers de jungle en vulgaire pâturages. Evidemment, cela passe par une volonté politique et bien des gouvernements ont essayé et se sont cassés les dents.

    J'ai beaucoup aimé la démarche de cet auteur qui raconte sur exploration du Honduras à la manière d'un reportage afin de nous sensibiliser sur ce phénomène local qui a des conséquences pour tous.

    Cependant, je n'ai pas vraiment aimé l'énorme raccourci nous indiquant que nous étions des narcos car on achète du nutella afin de tartiner pour nos enfants. Oui, indirectement, nous sommes responsables du massacre des paysans, des villages et de leur tribus ainsi que de la destruction de la jungle car nous allons au Mac Do pour nous régaler de steak hachés. On répète après moi : « nous sommes tous des narcos, nous sommes tous responsables car consommateurs qui achetons sans réfléchir dans nos supermarchés ! ».

    Excusez-moi si je n'adhère pas trop à ce discours même si je comprends les enjeux. Je ne sais pas mais il faudrait sans doute envoyer l'armée, les renseignements secrets, la police en aidant le gouvernement du Honduras le cas échéant pour faire face. Certes, la fin de la civilisation maya est lié au décalage entre la gestion de l'environnement et l'économie ce qui devrait nous servir comme une leçon de l'Histoire.

    Sinon, sur la forme, j'ai beaucoup aimé le graphisme de cette BD qui magnifie les paysages. J'ai beaucoup aimé l'exploration de la jungle avec ses toucans qui sortent des arbres et l'on se croirait véritablement au paradis. C'est magnifique et cette nature est absolument à préserver, on est d'accord.

    C'est encore un de ces titres qui est passé inaperçu au moment de sa sortie mais qui mériterait une attention particulière par le sujet qui reste d'actualité plus que jamais.

    Erik67 Le 15/07/2022 à 14:02:46
    Maux mêlés - Tome 1 - Tome 1

    Il est question d'une lycéenne Tsukasa Ayase qui souffre d'androphobie c'est à dire qu'elle a peur des hommes. Parfois, on se dit que c'est quand même justifié au regard de toutes les horreurs commises mais bon, nous ne sommes pas dans un tel degré dans ce lycée japonais.

    Visiblement, elle ne sait pas bien doser la distance qu'elle doit mettre entre elle et les garçons. Il ne s'agit pas de harcèlement scolaire bien au contraire puisqu'un de ses camarades a le béguin pour elle.

    Elle va se retrouver dans une situation d'aubergiste où elle est obligé d’accueillir deux garçons sous son toit dans le cadre d'une pension. Cela sera pour elle le moment de faire un apprentissage des relations humaines. Allo, ici la Terre !

    Bien entendu, ces deux garçons cachent également certaines blessures internes qu'on va découvrir certainement dans le second et dernier tome. L'un est totalement renfermé alors que l'autre est exubérant et léger. La thématique est intéressante puisqu'il s'agit de la communication.

    Pour autant, on ne peut qu'admirer le trait graphique de la mangaka qui fait dans la poésie de l'âme et la délicatesse ainsi que la bienveillance.

    Bref, c'est un peu le genre de titre à la mode pour passer une lecture apaisante entre douceur et parfois mélancolie.

    Erik67 Le 15/07/2022 à 12:13:33
    Boys Run The Riot - Tome 1 - Tome 1

    Encore un manga de lycéen ! Il faut dire que je les collectionne. Parfois, j'aimerais juste qu'on change de registre car c'est à croire que tout n'arrive qu'aux lycéens au Japon ! Où sont donc passés les adultes ?!

    Ceci dit, nous faisons connaissance de Ryo qui a un corps de femme mais qui a décidé d'être un homme. C'est comme cela et il faut s'y faire. Dans peu de temps, on pourra définir nous-même notre genre en fonction de ce que l'on ressent. On appelle cela l'évolution de la société et on n'y peux rien.

    Evidemment, Ryo se sent mal dans son corps et adopte un look de mec pour refuser l'uniforme de jeune fille qu'on tente de lui imposer. Elle va faire connaissance d'un autre lycéen, nouveau dans l'établissement et lui est plutôt cool. Ensemble, ils ont décidé de se lancer dans une aventure de montage d'un magasin de vêtement en ligne ainsi de lancer leur propre marque.

    Voilà, on est au cœur de ce sujet à savoir deux adolescents qui tentent de sortir des sentiers battus et du conformisme de la société en proposant leur propre gamme de vêtement. On est assez loin de l'esprit Hugo Boss ou encore Chanel.

    Visiblement, quand elle (ou il) porte des fringues qu'elle aime, c'est le seul moment où elle peut se regarder sans se détester. Voilà pour toute la philosophie qui reste quand même assez sommaire dans l'argumentation. Ah, si seulement j'étais né dans le bon corps.

    Ce titre ne m'a pas totalement convaincu même si certaines idées sont là pour les défendre comme le thème de la transidentité. Cela manque encore sérieusement de maturité.

    Erik67 Le 15/07/2022 à 09:05:14
    Tower of God - Tome 1 - Tome 1

    Parfois, j'aimerais apprécié un peu plus que cela certains titres mais je n'y arrive pas. Ce manhwa coréen en fait partie. Il est vrai que je ne l'ai pas trouvé transcendant.

    On retrouve toujours le même schéma un peu simpliste : un joueur non initié qui défie par amitié ou amour les lois de la mort dans un combat sanglant qui ne fera pas de quartier. Il y a d'autres joueurs qui ont été choisi et qu'on nomme les réguliers. Notre héros est un irrégulier qui a réussi à ouvrir par lui-même la porte de la Tour et de son univers étrange.

    Il faut savoir qu'à la base, Tower of God est un webtoon sud-coréen. La série est traduite dans 28 langues et a collecté au total 4,5 milliards de vues dans le monde. Bref, c'est un succès. Pour autant, je ne conditionne pas mon ressenti sur une œuvre à son succès planétaire.

    Visiblement, il faut réussir une épreuve pour pouvoir monter d'un étage de cette tour. Je préfère annoncer la couleur : il y a pas moins de 135 étages dont certains peuvent faire la taille du continent américain. Il va falloir s'accrocher !

    Je n'ai pas aimé car je trouve que cela manque singulièrement de crédibilité. Il est vrai que l'auteur ne donne quasiment pas d'information ce qui jette un trouble. D'autres pourront y voir une certaine force du récit. Il y a certainement une montée en puissance mais il faut lire plusieurs tomes. Moi, je préfère arrêter les frais après ce premier tome.

    Bon, ce n'est pas parce que je n'ai pas accroché que cela sera également votre cas. Faites-vous une idée par vous-même le cas échéant.

    Erik67 Le 14/07/2022 à 12:10:31

    Le parcours d'André Devigny a été intéressant à suivre dans cette BD. Il s'agit d'un résistant français qui s'est mis à combattre le gouvernement inique de Vichy et les nazis dans un choix clairement assumé.

    Il sera capturé et emprisonné à la prison de Montluc à Lyon pour être condamné à mort sans le moindre procès. Fort heureusement, il ne se laissera pas faire et tentera une évasion le 24 août 1943 qui nous est minutieusement racontée dans cette œuvre.

    L'auteur s'est basé sur une documentation historique composée de témoignages et d'archives. On ne tombera pas dans l'anecdotique, ni dans le trop rigide. C'est assez plaisant à suivre. Pour autant, c'est qu'un épisode de la vie assez tumultueuse de ce résistant qui finira général de brigade.

    C'est un véritable exploit que de réussir cette évasion qui n'a été possible qu'avec l'aide des autres. On observera un rôle assez ambigu joué par le jeune Antoine Gimenez qui l'a accompagné au dernier moment dans cette évasion.

    A noter qu'il s'agit d'un album entièrement composé par un agrégé d'histoire qui s'est également mis au dessin. C'est quand même un exploit tout à fait remarquable de la part d'un autodidacte. J'ai trouvé le trait assez lisible ce qui constitue l'essentiel.

    Par ailleurs, j'ai toujours de l'admiration pour ces hommes qui combattent l'oppression en prenant des risques et surtout leur destin en main. J'ai trouvé que cela se termine assez abruptement alors qu'il y avait encore des choses à raconter. On a l'impression d'avoir vécu juste le moment de l'évasion qui se termine sur une bonne poilade du fait de l'absence de chaussures.

    Au final, je retiens une belle histoire d'évasion, de solidarité également et surtout de courage.

    Erik67 Le 14/07/2022 à 10:56:17
    I'm standing on a million lives - Tome 1 - Volume 1

    Il y a manifestement des mangas que je lis et que je n'aime pas au bout de seulement quelques pages. On comprends vite quand un récit plonge dans le loufoque sans le faire exprès en se prenant des airs de sérieux. Les histoires de catapultage dans un monde virtuel où il est question de compétitions et de bastons ne retiennent guère mon attention.

    Va commencer un long calvaire de lecture sur une thématique existentialiste du style peut-on sauver des millions de vies en mode solo ? Et cela concerne notre héros, un collégien en troisième année qui n'a que d'horizon sa console de jeu vidéo. Fort heureusement, il sera aidé par deux filles de sa classe afin de jouer la partition en gamer et non en solo. Cependant, tout tourne quand même autour de lui.

    Il est question de logique dans une quête parsemé de dangers dans ce monde alternatif qui ressemble à un jeu. A noter également qu'il y a fort heureusement un lien entre le monde alternatif et le monde réel. On comprendra que le maître du jeu qui vient du futur souhaite entraîner ces trois collégiens pour une bonne raison à savoir sauver le monde.

    Je n'ai guère été convaincu par ce concept et je préfère largement passer mon tour.

    Erik67 Le 13/07/2022 à 08:02:48

    S'il y a une série manga qui m'avait marqué en son temps dans le genre thriller psychologique, ce fut bien Death Note dont je possède bien évidement les 13 tomes. J'avais également aimé le fait que ce n'était pas une série à rallonge qui surfait sur la vague de son succès. Cela rendait le récit d'autant plus attrayant.

    Death Note avait un concept original à savoir tuer n'importe qui et n'importe comment juste en écrivant son nom dans un petit carnet de note. On avait surtout retenu le combat de deux génies dans des camps bien opposés et qui reste le plus beau et le plus intense de toute la bande dessinée. Et puis, il y a cette réflexion sur le droit de tuer sous prétexte de construire une société idéale débarrassée de ces malfrats.

    Le Death Note revient plus d'une dizaine d'années après par ce tome unique d'histoires courtes afin d'explorer en profondeur cet univers si particulier. J'ai bien aimé la première nouvelle bien que la chute soit expéditive et pas très crédible. J'ai surtout aimé la seconde nouvelle A Kira avec cette idée intéressante de mettre en scène une sorte de Donald Trump s'emparant de ce Death Note au nom de la raison d'état. Il fallait oser.

    J'ai retrouvé un véritable plaisir de lecture en suivant ces petites séquences ponctuées de surprises. Les personnages sont toujours aussi charismatiques notamment L. Le graphisme demeure impeccable.

    Au final, c'est un petit complément réservé surtout aux fans de la série initiale dont je fais incontestablement partie. Ce spin-off n'est pas essentiel mais il constitue un petit bonus appréciable.

    Erik67 Le 13/07/2022 à 07:26:10
    10th : À couper le souffle - Tome 1 - Tome 1

    A couper le souffle traite d'une relation triangulaire un peu spécial dans le genre, deux gars et une fille mais trois possibilités. Chacun est libre d'aimer qui il veut, c'est le principe admis en postulat de départ.

    Je suis désolé de casser un peu l'ambiance mais ce titre ne décolle pas vraiment. Il est vrai qu'après avoir lu « Heartstopper » dans le même genre, ce n'est pas au même niveau, très loin de là !

    Je me suis un peu ennuyé à cette lecture de relations purement platoniques. Par ailleurs, le personnage de Také n'est guère sympathique. Il souffre d'asthme d'où le titre clin d’œil à couper le souffle.

    On pense suivre une relation triangulaire mais celle-ci semble s'élargir à d'autres personnages qu'on croise avant d'avoir fait connaissance avec nos trois principaux protagonistes et qui seront plutôt difficile à cerner. Bref, on se perd un peu avec toute cette confusion. Les enjeux demeurent assez flous au niveau de l'intrigue.

    Reste le dessin qui est parfaitement exécuté tout en délicatesse. Mais bon, ce titre peine à convaincre dans l'ensemble. La suite se fera sans moi.

    Il n'en demeure pas moins qu'il y a de belles valeurs et de la bienveillance dans ce manga qui pourra tout de même plaire. On observera une certaine naïveté et une sensibilité très touchante. Cependant, je n'en n'ai pas le souffle coupé.