Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les avis de la bedetheque

Visualiser les 46388 avis postés dans la bedetheque
    Yayayoute Le 08/04/2019 à 19:33:56
    Atom Agency - Tome 1 - Les Bijoux de la Bégum

    J'avais été plutôt séduit par la première et la quatrième de couverture : un dessin dans la mouvance de la ligne claire, dans une époque rétro polar des années 50.
    En fait coté album, le dessin est bien dans cette veine où officiait le Grand Maitre Tillieux.
    Malheureusement, n'est pas Tillieux qui veut ; il ne suffit pas de mettre en scène un détective aux abois financiers, un malabar pour servir de punching-ball, une minette aux formes sexy et un flic à la traine, pour s'approcher du Maitre. Le scénario part en diverses branches inventées pour les besoins de la cause, mais ça le rend peu crédible et peu cohérent (que vient faire la diaspora arménienne dans ce polar ?).
    En bref : BD correcte pour le dessin de Schwartz. De nos jours, c'est rare de voir circuler des "4 pattes" dans les BD.

    yopinet Le 08/04/2019 à 15:40:37
    Gung Ho - Tome 4 - Colère

    4ème tome, et lecture toujours aussi agréable. L'histoire avance, à grand pas, les personnage sont psychologiquement bien travaillés et le scénario est sans compromis, le sang coule, tout comme les larmes. Seul petit bémol, le dessin est parfois décevant avec des personnages avec des postures plutôt raides. Par contre les couleurs et les décors sont tops!

    yopinet Le 08/04/2019 à 15:34:00
    Promised Neverland (The) - Tome 7 - Décision

    Après 6 tomes palpitants, ce 7ème opus s'essouffle un peu. C'est très verbeux, l'intrigue n'avance pas énormément, bref, on s'ennuie un peu. La fin de l'album s'annonce un peu plus intéressante et on espère que cela rebondira pour la suite.

    Bourbix Le 08/04/2019 à 14:44:29
    VilleVermine - Tome 2 - 2/2 : le Garçon aux bestioles

    On nage ici en plein bizarre : un héros étrange, un gamin curieux, un méchant atypique... bref, cette VilleVermine renferme en son sein quantité de mystères, et c'est en compagnie de l'homme aux babioles que la visite s'effectue. Histoire et scénario solides dans un univers en parfait adéquation, je ne peux que vous encourager à vous rendre au plus vite dans la cité de VillerVermine !

    Shaddam4 Le 08/04/2019 à 13:57:47
    Alma Cubrae - Tome 1 - Le Collecteur d'Âmes

    Attention, grosse surprise que ce premier tome d'une saga de Dark Fantasy espagnole, dessinée par un impressionnant Sergio Sandoval, vétéran des collaborations graphiques au cinéma fantastique, notamment les films de Guillermo del Toro. Et outre les dessins (que l'on peut ranger dans la catégorie hyper-réaliste comme Christophe Bec ou Michael Lark), c'est surtout le design général de cet univers qui bluffe! Les auteurs prennent leur temps pour installer un univers cohérent, dès l'introduction en forme de genèse de ce monde barbare où une ancienne guerre a confronté les trois grandes Cités à des armées de monstres dirigés par les Druides. Comme pour Game of Thrones et la série BD Servitude, le principe est de bâtir un monde sophistiqué, cohérent, en plaçant des vestiges des temps anciens, plus mystérieux qu'expliqué mais participant grandement à l'intérêt de la série. Ce tome présente du reste l'itinéraire (un peu complexe niveau articulation temporelle) de la Garde blanche vers les marches du royaume où un baron semble devenu moyennement coopératif. On retrouve les grands marqueurs des deux œuvres citées, à savoir la trahison permanente, la menace maléfique invisible et l'intervention d'une puissance hors norme, incarnée ici par un chevalier qui ressemble fortement au Ginea Lord de la Complainte des Landes perdues.

    Vous l'aurez compris, hormis quelques réglages de déroulement, les dessins sont superbes (y compris leur mise en couleur), le design génial (je veux dire VRAIMENT génial et rarement vu en fantasy européenne), les scènes d'action barbares et dynamiques et les références à peu près parfaites. Une très grosse surprise pour ce qui peut devenir une série fantasy majeure des prochaines années et qui, j'espère s'étalera sur un certain nombre de tomes.

    Lire sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2019/04/06/bd-en-vrac-5-2

    Shaddam4 Le 08/04/2019 à 13:52:15
    Gung Ho - Tome 4 - Colère

    J'avais proposé il y a deux ans un long billet de synthèse sur la série que j'avais découvert et beaucoup apprécié. Je rappelle que Paquet propose chaque volume en intégrale et en version grand format divisée en deux tomes, ce qui revient quand-même à 50€ le volume 4 pour le grand format avec cahier graphique...).

    Le dernier volume se terminait sur l'exclusion d'Archer pour le viol de Céline et le départ des ado pour lui porter secours dans la zone de danger. On retrouve ici le même plaisir graphique avec essentiellement des paysages naturels (peu de séquences dans la colonie) et les tensions entre les deux groupes d'adolescents. La grande force de la série est ses personnages et là encore les "méchants" sont très travaillés et évitent le manichéisme. Holden, le blond agaçant de service fait des coups pendables mais toujours avec une raison et détaille sa vision divergente des frères Goodwoody. Progressivement malgré ces tensions (les auteurs n'hésitent pas à marquer les protagonistes dans leur chair) on voit se créer une opposition frontale entre les jeunes et les adultes, alors que la menace de renégats et des Ripers se fait plus menaçante. Bagster, le pourri de la série cristallise ces tensions autour de la fidélité de groupe plus que du statut d'adulte, remis en question par le contexte qui replace le statut majeur sur le critère de la capacité combattante plus que sur celle de la morale. Intéressant! Du coup on évite (par une description de contexte sérieuse) le simplisme méchants adultes contre gentils ado intelligents pour voir plutôt des oppositions de vision de cette nouvelle société. Je suis toujours aussi fan de ces contextes qui remettent en jeu les notions de base de démocratie, de violence légitime et de justice. Et avec ce traitement "série TV", ces superbes planches, et ce cliffhanger terrible Gung Ho est en passe d’acquérir le statut de série majeure de la BD franco-belge!

    Lire sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2019/04/06/bd-en-vrac-5-2

    Shaddam4 Le 08/04/2019 à 13:48:33
    Angel Wings - Tome 5 - Black Sands

    Je suis assez fan des BD de Romain Hugault, pourtant je n'avais pas démarré la série Angel wings (qui semble pourtant partie pour durer...), par crainte de redondance thématique. Mon billet sur le premier cycle (lien sur le titre de ce billet) suite à une lecture en bibliothèque m'avait pourtant séduit, tant graphiquement que pour le réalisme minutieux des auteurs. Paquet a la très bonne idée de proposer ses albums en format classique, grand format toilé et intégrale par cycles de trois albums. N'ayant pas lu le #4 Paradise Birds qui voit l'héroïne rejoindre l'OSS (ancêtre de la CIA) dans un contexte de préparation du projet Manhattan, je prends donc ce second cycle en cours de route. Cela ne m'a pas empêché d'apprécier encore et toujours les très grandes cases: Hugault dessine entre quatre et cinq cases par planches en moyenne, pour laisser la possibilité de panoramas, quand il n'envoie pas carrément des pleines pages d'un ciel écumé de chasseurs et bombardiers!

    Angela est en route pour l'ile d'Iwo Jima où elle va devenir sauveteur-aviateur, seule possibilité qu'on lui laisse de voler malgré son pedigree d'Angel Wing. Si elle reste toujours en retrait de grands événements qui permettent au duo de proposer toujours autant de scènes d'aviation magistrales, l'album n'en propose pas moins un vrai scénario proposant une histoire d'amour compliquée, les relations hommes/femmes toujours difficiles dans l'armée tout en continuant de suivre le déroulement stratégique des derniers mois de la guerre et de la capitulation du Japon après la bataille d'Iwo Jima. Je pense que je me procurerais l'intégrale du cycle en fin d'année lors de la sortie du troisième volume.

    Lire sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2019/04/06/bd-en-vrac-5-2

    Shaddam4 Le 08/04/2019 à 13:44:02
    Amazing Spider-Man (Marvel Now!) - Tome 3 - Spider-Verse

     Spider-verse est sortie en France sous l'excellente collection MARVEL NOW! (où vous trouvez déjà le génial Massacreur de dieux d'Esad Ribic), avec le numéro Amazing Spider-man volume 3. Il réunit des épisodes qui se suivent dans le périodique américain, ce qui permet une continuité de l'histoire et évite l'éternelle impression d'avoir raté quelque chose. L'histoire n'en comporte pas moins plusieurs ramifications dans d'autres publications liées au Spider-verse. Il est entièrement dessiné par Olivier Coipel (rhââ!) et Giuseppe Camuncoli. L'ouvrage comporte l'intro habituelle de l'éditeur (qui n'apporte pas grand chose), les couvertures originales (magnifiques!) entre les parties et les couvertures alternatives. Rien d'exceptionnel.

    La famille Morlun est composée de vampires multidimensionnels qui se nourrissent de l'énergie de toutes les incarnations Spider-man du multivers. Lorsque le patriarche déclare l'extinction des Spider-men, ces derniers se réunissent pour préserver leurs semblables dans une guerre entre époques et dimensions où la victoire n'a jamais été aussi improbable...

    Comme beaucoup d'amoureux du dessin j'ai été touché par l'exceptionnel buzz autour du Spider-man: into the spider-verse (Spider-man: New generation chez nous... allez savoir pourquoi!) sorti en fin d'année dernière. Découvrant à l'occasion de ce film dingue le concept de Spider-verse et adorant le principe de variantes (comme le Red Son pour Spider-man ou le crossover Looney toons/Batman), j'ai déniché le run de Dan Slott et Olivier Coipel en me demandant quelles étaient les inspi du film. Alors soyons directe, la couverture à elle seule justifie la lecture de cette histoire qui arrive largement au niveau des seules séries Marvel que je trouve accessibles aux non fanatiques, à savoir X-men.

    Ceci pour deux raisons. D'abord l'homogénéité du boulot et l'univers cohérent fermé: Spider-verse a un début, un milieu et une fin, avec une explication très simple de qui sont les méchants et de la problématique. Le Big Two oublie trop souvent que les lecteurs ne lisent pas QUE leurs publi et se noient littéralement dans leurs univers. Pourtant l'amoncellement des Spider-men et women avait tout pour me paumer, à l'instar du Secret Wars, puissant, ambitieux mais trop pointu et perturbant pour être lu paisiblement. La bonne idée (comme souvent) est l'humour. Le fait d'intégrer Spider-cochon (juste génial et bien plus présent que dans le film) permet plein d'interventions totalement décalées, mais il n'est pas le seul à ironiser sur le côté WTF de cette histoire. En effet, sans que l'on sache lequel à une origine dans une vrais BD (et on s'en fout royalement!!) les auteurs nous proposent aux côté des Spider-Gwen, Superior Spider-man, Spider-woman ou encore Miles Morales un spider-cheval, un loup-garou ou encore une araignée mutante, un robot (dont doit être issu celui du film) etc. La plupart ne sont que du décors ou de la chair à canon pour les Morlun qui vont en dévorer un bon paquet avant la fin du run. Le multivers étant infini en intégrant en outre le passé et le présent, les possibilités donnent le vertige...

    Mais tout ceci garde pourtant bien une structure, simple et relativement linéaire sous la forme d'une chasse à base de sauts entre différents univers (processus qui peut rappeler le Black Science de Remender). Assez vite on apprend que le groupe de base formé par Peter Parker et Superior Spider-man (originellement Dr Octopus) a la possibilité de se téléporter à volonté comme les Morlun et plusieurs Spider-team se réfugient en différents endroits de l'espace-temps. Dan Slott à la bonne idée de ne pas se perdre dans des analyses physico-philosophiques sur la trame du multivers pour rester dans le cœur: des spider-men partout, sous toutes les formes qui se frittent avec des méchants vraiment très très réussis!

    C'est ma deuxième raison, j'y reviens toujours, pas de bonne histoire sans bon méchant. Ici il y a toute une famille totalement réussie tant visuellement que dans leur écriture. Du patriarche au scaphandrier (qui aura un rôle particulier) on se régale de les voir intervenir tout en puissance devant laquelle les héros ne font pas le poids. D'ailleurs seule une pirouette finale un peu facile permet de résoudre cette intrigue mal barrée tout le long. A côté des Morlun, les séquences Spider-men sont structurées autour de la guerre de quequettes entre Peter Parker (l'original) et Superior qui revendiquent tous deux le leadership de la contre-attaque... mais bien d'autres spider sont vraiment cool, notamment le Spider-punk, Spider-UK et bien sur Spider-Gwen.

    Visuellement si Coipel dessine moins de planches que le très correcte Giuseppe Camuncoli, elles sont toutes absolument renversantes, peut-être plus encore que ce que fait Esad Ribic, mon chouchou de l'écurie Marvel, avec notamment un surprenant aspect subtilement sexy, tout en élégance et qui change des archétypes musculeux et gonflés...

    J'ai pris un grand plaisir à parcourir les dimensions en compagnie du Spider-verse et sachez qu'en lisant ce volume vous prenez le risque d'avoir très envie de revoir le film et de rechercher d'autres variantes (notamment le Spider-man noir). En raisons des problèmes du genre (éditeur, ficelles scénaristiques, changements de dessinateurs,...) il est compliqué de mettre 5 Calvin mais on en est très proche!

    Lire sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2019/04/03/spider-verse

    Shaddam4 Le 08/04/2019 à 13:33:05

    Le guerrier éternel a eu plusieurs vies. Au service du Géomancien pour protéger Terre-mère contre le Mal (et accessoirement les hommes), il a douté, eu des enfants, combattu... Entre l'antiquité, notre époque et le futur il a du faire des choix entre la violence, la mort et la vie, sa propre vie, pour peu que le destin lui permette d'en avoir une...

    Cela fait quelques temps que je n'ai pas lu de Valiant comics et j'attendais ce volume, d'abord car l'annonce des dessinateurs a attiré mon attention (Renato Guedes, Trevor Hairsine et Cary Nord) mais aussi car ce personnage m'intrigue depuis ma lecture de l'excellent The Valiant. Sur ce point je vous arrête tout de suite: Eternal Warrior est plus une chronique des différents doutes et périodes de la vie millénaire du guerrier immortel qu'une insertion dans la lutte contre l'Ennemi (qui faisait la force de The Valiant). Ainsi on tombe un peu dans les défauts de certains Valiant avec une perte du côté épique et de la portée des histoires. Le syndrome Superman en quelque sorte, quand le héros est immortel comment accrocher de l'intérêt? Et bien le scénariste y parvient notamment sur la première des quatre sections, illustrée par le très bon Hairsine, en nous présentant la trahison de sa fille et son renoncement au service des Géomanciens. C'est là la trame principale et l'arrivée d'un nouvel antagonisme, le culte maléfique de Nergal nous titille un peu et donne de l'intérêt aux combats. Malheureusement cette intrigue ne se termine pas vraiment (même si elle nous donne à voir une sorte de combats des Dieux au sein duquel est jeté Gilad) et les deux autres sections (dans un futur post apocalyptique puis à l'époque des invasions barbares) ont une ambition assez dérisoire. Étrangement j'attendais Guedes (qui m'avait subjugué sur X-O Manowar) et c'est Cary Nord qui rend la partition la plus chouette, inspirée par les tableaux antiques des peintres romantiques, les planches de Guedes étant avant sa nouvelle technique en couleurs directes. Au final cet album est très joli graphiquement mais inégal sur le plan du scénario et vaguement décevant pour qui pensait lire une continuité de la lutte entre le Bien et le Mal.

    Lire sue le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2019/03/30/sushi-baggles-12

    Shaddam4 Le 08/04/2019 à 13:30:32
    Basilisk - The Ôka Ninja Scrolls - Tome 1 - Volume 1

    Attention, si vous n'avez pas lu la série mère (Basilisk) passez votre chemin, vous ne comprendrez rien à ce premier volume... Pour cette suite d'un manga mettant en scène un tournoi devant départager deux clans Ninja, on entre directement dans une intrigue en cours sans mise en place, avec mille noms japonais et un univers fantastique qui rappelle par ses combats quasi magiques Cyber Weapon Z. Les dessins sont correctes mais je m'attendais à des combats d'arts-martiaux classiques plutôt qu'à une ambiance plus proche des histoires de fantômes chinois. Les morts revivent, on se téléporte et l'on ouvre des portails vers d'autres dimensions... bref, j'ai trouvé cela un peu too much pour une introduction qui en outre, à peine présentés les deux héros jumeaux, fait intervenir le grand méchant qui dévoile toute l'étendue de son pouvoir. Ce volume s'adresse donc exclusivement aux fans de la première série qui y trouveront sans doute leur content. Pour les autres vous devrez suivre les étapes et commencer par le début...

    Lire sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2019/03/30/sushi-baggles-12

    Shaddam4 Le 08/04/2019 à 13:27:32
    Demon (Shiga) - Tome 1 - Demon

    Créée par l'américain d'origine japonaise Jason Shiba, Démon est une série en quatre volumes parue entre 2016 et 2018 chez Cambourakis. C'est sur les conseilles de ma bibliothécaire que j'ai entamé ce qu'on peut définir comme un total délire sans bornes morales d'un auteur qui aime à réfléchir sur les casse-tête et jeux mathématiques. Jimmy Yee est suicidaire. Mais il ne peut pas mourir: il se réincarne aussitôt dans la personne la plus proche... Il va alors tenter mille et un stratagèmes pour parvenir à en finir et échapper au gouvernement, qui semble en savoir beaucoup...

    J'adore quand un auteur lâche la bride et qu'un éditeur lui permet de laisser libre court à son imagination. Ici Shiba joue avec son personnage en proposant une sorte de bible de toutes les façons possibles pour se suicider. Totalement immoral, d'un humour noir absolu, sanglant au possible. Cette BD n'est pas conseillée aux jeunes car aucune borne n'existe pour l'auteur, ni sexuelle, ni de violence, tout est voué à son jeu. Graphiquement c'est très simple mais amusant et assez bien mis en scène. Une super découverte humour noir qui se lit assez rapidement et que je vais enchaîner d'une traite!

    Lire sur le blog;:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2019/03/30/sushi-baggles-12

    Shaddam4 Le 08/04/2019 à 13:15:51

    Ouvrage grand format qui donne de l'espace à un découpage aéré. L'album se termine par quelques pages de repérages photos mis en regard des illustrations qu'ils ont inspirés. Album de facture classique, sans commentaire particulier.

    Sur la côté normande les falaises s'effondrent. Madeleine, nonagénaire et aveugle ne veut pas quitter sa maison dont la disparition est inéluctable, plongeant le maire dans une solution inextricable. Mais le ce dernier est un crétin et Madeleine n'a besoin de personne...

    J'ai découvert Dhuamel avec ma lecture surprise du Retour (... là aussi conseillé via le prix des lycéens, comme quoi les sélections locales ça donne de bonnes découvertes!) qui traitait déjà peu ou prou des mêmes thématiques: l'identité territoriale, le temps qui passe, la contestation radicale, l'humour... Si je devais résumer Jamais, nouvelle grande réussite de cet auteur donc, je dirais qu'on est au croisement exacte entre Le retour et les Vieux fourneaux, comme si Madeleine était le quatrième larron des affreux de Cauuet et Lupano qui se serait perdu sur la côte normande. Et ce sera le seul bémol éventuel que l'on peut trouver à cette BD qui est très proche de ce que Duhamel a pu faire. Mais quand c'est bien pourquoi se priver?

    Car l'auteur a un vrai talent de dialoguiste à coup de punchlines percutantes issues de la culture Audiard. Madeleine est une très forte tête, qui n'est pas là pour faire chier le monde comme une Carmen Cru mais est fondamentalement solitaire dans son monde de silence, accompagnée par son chat obèse et le fantôme de son mari. Elle ne demande rien à personne et seule la confrontation de deux mondes, celui du maire, moderne et réglementé, qui ne conçoit pas que les précautions de sécurité ne soient pas respectées (un vieux c'est dans une maison de retraite et les zones dangereuses on les évacue manu militari!) et celui de la mamie va créer le conflit.

    Graphiquement on est dans l'école Pilote avec des orientations semi-réalistes par moment, notamment au niveau du découpage et des effets graphiques inspirés (notamment ces pages de souvenir ou de visualisation de l'effet "Daredevil"...) qui peuvent rappeler Janry dans ses années Spirou. Ça n'a rien de révolutionnaire mais c'est très solide dans le style humour, accompagnant ce pour quoi on lit l'album, les dialogues.

    Dès la première page Duhamel nous place dans le contexte d'Astérix, avec une tordante variation des engueulades entre le forgeron et le poissonnier gaulois. L'esprit est posé et l'humour avec. On se poile tout le long, tant par les situations que par les tronches que tirent les personnages. Beaucoup moins mélancolique que son précédent album, Jamais est un cri d'amour à la liberté et l'on aimerait qu'il prolonge les aventures de Madeleine, un vrai bon personnage, attachant et fort.

    Lire sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2019/03/27/jamais

    kurdy1207 Le 08/04/2019 à 13:09:41

    J’apprécie beaucoup ces albums de la jeunesse de Thorgal qui me paraissent d’un meilleur contenu que les derniers albums de la série mère. Ce septième volet n’y déroge pas. Thorgal par monts et par vaux recherche son amour Aaricia. Pour ce faire il est prêt à tous les risques et toutes les aventures.

    Yann assure dans son scénario et sait manier le suspense à bon escient. Je trouve excellente l’idée de faire intervenir des ambassadeurs arabes qui souhaitent ouvrir un comptoir pour commercer avec les vikings. Sans être innovant, cela amène de l’exotisme. Ceux-ci vont certainement être mêlés à leur dépens à une histoire qui ne les concerne pas.

    En comparant avec le précédent tome, on constate que Thorgal retrouve une certaine prépondérance dans l’histoire ce qui est très satisfaisant. Il ne faudrait pas non plus prolonger les albums où à chaque fin d’histoire Thorgal rate de peu son Aaricia. Sinon, cela risquerait de devenir lassant.

    kurdy1207 Le 08/04/2019 à 13:06:40

    A l’opposé de ce que l’on s’accorde à penser, l’apocalypse n’est pas la fin du monde mais l’espoir d’un monde meilleur dans des instants devenus difficiles. Il s’agit plus du renouveau d’un monde que de la fin du monde. D’où l’absurdité d’aller chercher sous l’un des panneaux de la tenture de l’apocalypse une date précise de la fin du monde, thème de l’album. Seule une certaine illumination des personnages peut les pousser à une telle absurdité et à des actes irréfléchis.

    Le scénario de Rodolphe est des plus intéressant et le dessin de Lucien Rollin de bonne facture. Cela n’empêche pas l’ennui par un manque de rythme tout au long de la BD.

    Je me suis procuré cet album lors de la visite du château d’Angers et de la fameuse tenture de l’apocalypse qui est vraiment impressionnante. Son histoire et l’histoire qu’elle raconte sont des plus intéressantes. Le guide actuel vous captive réellement en vous comptant panneau par panneau, un peu comme une BD, l’histoire de la lutte du bien et du mal.

    TonicBD Le 07/04/2019 à 21:58:58
    Pepe Carvalho - Tome 1 - Tatouage

    Plus proche de Montalbano, effectivement puisque ce dernier est ainsi nommé en hommage à Manuel Vazquez Montalban , l'auteur de la série Pépé Carvalho. Cet intellectuel engagé, disparu en 2004, inventa ce personnage pour faire passer ses idées et critiques de la société des années 70 à 2000. Les enquêtes ne sont que des prétextes et cet esprit se retrouve dans cette adaptation à l'ironie et aux digressions cyniques fugaces et savoureuses. L'ambiance du post franquisme est réussie , ce 1° tome aussi . J'espère que la série est en cours ...

    judoc Le 07/04/2019 à 20:16:50

    Un drame de l'histoire raconté sous deux angles originaux. Le quotidien de ces hommes et femmes "oubliés" sur ce miniscule îlot de l'océan Indien au XVIII ème siècle et celui, de nos jours, d'une équipe d'archéologues, venu chercher des informations sur cette tragédie humaine.

    Les dessins sont précis et soignés, l'album est passionnant tout comme le dossier qui conclue l'ouvrage.

    A découvrir !

    pierren25 Le 07/04/2019 à 20:04:37
    Je suis légion - Tome 1 - Le faune dansant

    Un très bon premier tome muni d'un scénario complexe mais très bien ficelé liant fantastique, guerre et espionnage. Le dessin très réaliste et froid met parfaitement en valeur cette histoire.

    herve26 Le 07/04/2019 à 18:00:49
    Choc (Maltaite/Colman) - Tome 3 - Les fantômes de Knightgrave - Troisième et dernière partie

    Cette série s'achève en apothéose. Bien que j'ai eu l'impression que malgré ses 80 pages, cet opus se lisait plus rapidement que les deux premiers volumes, nous avons là les réponses à toutes les questions que l'on se posait.
    Le scénario relève d'un mécanisme d'horlogerie parfaitement huilée, jusqu'au final ou plutôt jusqu'au deux fins qui nous réservent de sacrés surprises.
    Et que dire des magnifiques planches de Maltaite qui traduisent parfaitement la violence de la guerre mais aussi le destin tragique du petit Eden. Ce dernier épisode s'éloigne de son enfance pour se consacrer à la naissance de Monsieur Choc.
    Très belle réussite en tout cas.

    herve26 Le 07/04/2019 à 17:13:39
    Choc (Maltaite/Colman) - Tome 2 - Les fantômes de Knightgrave - Deuxième partie

    Toujours aussi sombre et sanglante, cette deuxième partie de "Choc"
    Je reste encore scotché par le scénario parfaitement huilé de Stéphan Colman, qui outre les flash-back assez nombreux, retrace un passé lourd et dramatique du futur Monsieur Choc.
    Dans cet opus le lecteur voyage dans le temps mais aussi dans l'espace (Angleterre,Brésil,Macao,Belgique), avec un excellent dessin de Maltaite.
    On en apprend encore un peu plus sur le personnage mais j'espère que le troisième et dernier volume apportera les réponses aux questions que l'on se pose encore ( comme le port de ce fameux heaume).
    Superbe série, qui me fait complètement oublier la série "Tif et Tondu"

    kergan666 Le 07/04/2019 à 16:33:34
    Parallèle - Tome 4 - Atmosphère, atmosphère

    nous voici arrivé à le fin de la série.
    comme pour les autres albums les couleurs sont bien adaptées.
    le scénario est un peu compliqué mais se laisse lire sans trop de difficultés.
    les dessins ne sont pas assez détaillés à mon gouts avec en particulier des mains et des bras souvent mal dessinés.
    les découpages sont assez bons.
    dans l'ensemble cette série est donc assez réussie à défaut d'être parfaite.
    je précise que je suis un édinaute de l'album ce qui ne m’empêche pas d'avoir un sens critique bien au contraire.

    thieuthieu79 Le 07/04/2019 à 16:16:59
    Aristophania - Tome 1 - Le Royaume d'Azur

    Avec un duo tel que Dorison / Parnotte, impossible d'être déçu.
    Cette nouvelle série est très prometteuse avec un univers Héroic-Fantaisie surprenant car il se déroule dans le Sud de la France dans les années 1900.
    Le coté Fantaisie est intelligemment dosé pour ne pas écraser l'histoire afin que celle-ci reste complètement crédible.
    L'intrigue se met très lentement en place et Dorison prend son temps pour installer ses personnages dans ce nouvel univers.
    Néanmoins, à l'issue de l'album, on connait déjà le rôle de chacun d'eux, ainsi que le contexte (magie et guerre) sans lequel ils vont évoluer.
    Coté dessin, Parnotte s'en donne à cœur joie et livre de belles planches.
    Dans un Paris sombre, glauque et pluvieux ou dans un Marseille ensoleillé vert et apaisant, le dessin, mais surtout la mise en couleur, respire le vrai et la sincérité. Cela donne des ambiances remarquables dans lesquelles on se plonge facilement.
    Avec cette nouvelle série, les auteurs ont ouvert une porte sur un univers très très large dans lequel ils vont pouvoir développer beaucoup de choses. Et c'est bien là le grand danger. Il ne faudrait pas que la série s'éparpille trop au risque de devenir incohérente et indigeste.
    Attendons de voir ce que la suite nous réservera...

    omoide Le 07/04/2019 à 15:26:48
    Long John Silver - Tome 1 - Lady Vivian Hastings

    (unrefractaire: merci d'éviter les divulgâchages)

    Ce 1ier tome s'ouvre avec une double-plage somptueuse, évocatrice du milieu hostile que constitue la foret amazonienne pour les rares explorateurs qui s'y risquent. Ces hommes sont Lord Hastings et son équipage, guidés par un indien, qui remontent l'Amazone à la recherche d'une cité d'or.

    Puis l'histoire rebondit en Angleterre, et le reste de l'album suit Lady Vivian, femme du Lord et dévergondée, manipuler ses gens pour éviter d'être mise au couvent. A cette fin, elle approche le docteur Livesey, puis le défavorablement connu John Silver, et leur demande de trouver un navire pour se lancer à la poursuite de son mari et des cités d'or incas.

    Ce 1ier tome est un pari risqué : le lecteur s’attende à l'aventure, mais les auteurs le plonge dans de modestes manigances ménagères. Il faudra donc attendre la suite...

    Graphiquement, bien que l’évocation initiale soit magnifique, les planches suivantes sont dessinées de façon plus grossières.

    *:Hastings n'est pas un personnage de l' "Île au Trésor" de Stevenson.

    unrefractaire Le 07/04/2019 à 13:38:19
    Long John Silver - Tome 1 - Lady Vivian Hastings

    Cette longue histoire en quatre albums est une exploration des mythes de l'aventure autant qu'un récit d'aventure. Ainsi on retrouve des thèmes classiques (la cité perdue au trésor, le dieu monstre lovecraftien, les indiens sauvages et sorciers, la femme fatale perverse et victime, les pirates sans foi ni loi) mais traités sur un plan critique, plus qu'au premier degré et les personnages se révèlent bourrés d'ambivalence...
    Le scénariste se joue de nous: pour chaque album, la couv' et la double planche d’ouverture se font un plaisir d'être fortement évocatrices d'aventures lointaines… Puis on se replie dans des situations de huis-clos (que ce soit dans une maison, un navire ou la jungle), où les personnages s'affrontent avec leurs intérêts plus ou moins masqués, leur hypocrisie, leurs stratégies. Les relations venimeuses entre chaque personnage, chaque liaison grevée d'intérêt calculé, tient en haleine. Et chaque tome se clôt avec l'envie de continuer…
    À travers les personnages et leurs intérêts, ce sont les grands principes moraux qui s'affrontent : altruisme ou égoïsme, solidarité ou avarice, amour et haine, en un grand tourbillon…
    Chaque album organise un crescendo dans le suspense et la violence, avec une conclusion où la plongée dans le fantastique est une plongée dans la folie humaine (avec un petit quelque chose d'Apocalypse Now…)…
    Le dessin ne se perd pas en détails inutiles (sauf par moments, pour donner vie au navire), il est avant tout dédié à l'expressivité, que ce soit les atmosphères ou les visages, et à la narration.
    Un très bon moment et qui m'a donné envie de lire le roman de Stevenson, L'île au trésor, que je n'avais jamais lu !

    AstroNimes Le 07/04/2019 à 11:48:42
    Apocalypse sur Carson City - Tome 1 - Fuite mortelle

    A lire absolument...pour les amateurs du genre, bon album d'un point de vue de la concurrence sur le marché !

    J'aime le genre, donc forcément j'ai aimé ce premier Tome. Le scénario était forcément attendu [(labo militaire+savant fou+général autoritaire) x (fraterie badass+shériff) puissance toxine zombie = cervelle en morceau à chaque page !!]

    Mais finalement ce qui est important c'est le traitement de celui-ci, la mise en page et la bonne utilisation des "codes" du genre et sur ces points rien à redire ! Chaque page dégage une petit dose de plaisir, on dirait que le trait de G.Griffon était fait pour ce genre d'univers !!

    J'ai hâte d'enchaîner les tomes suivants pour boucler ce petit roadtrip zombie dans le désert américain !!

    judoc Le 07/04/2019 à 11:13:24
    Conan le Cimmérien - Tome 5 - La Citadelle écarlate

    Pas grand chose à dire sur les dessins qui sont plutôt réussis avec en point fort, le charisme que dégage les faciès des personnages et en point faible les fonds de cases un peu lisses ou manquant de détail.

    C'est au niveau scénario, que l'album n'a pas répondu à mes attentes, où le choix du scénariste représentait pourtant une réelle curiosité quant à sa capacité à adapter une aventure originale de notre héros. L'intrigue et les personnages manquent cruellement d'émotion et de profondeur (point fort des BD de Luc Brunschwig), le format one-shot est sans doute un peu court pour permettre de construire une histoire comme sait pourtant si bien le faire l'auteur de "Urban" et "Holmes".

    Une petite déception à mon niveau, l'attente suscité par la recomposition de l'équipe de "La mémoire dans les poches" pour cette adaptation était sans doute trop forte.

    yannzeman Le 07/04/2019 à 10:45:02
    Bob Morane 10 (Intégrale Le Lombard) - Tome 7 - Intégrale 7

    5 histoires, 5 ambiances différentes.
    Et mise à part la dernière histoire qui est un peu moins bien aboutie que les autres, ce sont des petits chefs d'oeuvres d'ambiance.

    L'ensemble est fabuleux.

    Vance est très bon pour créer des ambiances inquiétantes, alors qu'il ne disposait que de très peu de temps pour produire. Quand on compare avec le temps fou passé par beaucoup d'actuels dessinateurs, les années qu'il faut parfois patienter entre 2 albums, ce dessinateur génial donne là une sacrée leçon.

    Et que dire des scenarii de Vernes, qui nous régale en changeant totalement d'ambiance d'un album à l'autre. Il n'y a jamais de répétition, l'imagination est au pouvoir.
    Avec ce petit plus, ces dialogues tantôt surranés, tantôt proche d'un Audiard.

    Un chef d'oeuvre de la BD, que je connaissais très mal et que j'ai plaisir à redécouvrir.

    sebastien01 Le 07/04/2019 à 10:42:59

    Changement radical d’ambiance pour cette nouvelle origin story racontant la jeunesse de Laurie Juspeczyk et sa transformation en justicière (Before Watchmen: Silk Spectre #1-4).

    Laurie est une adolescente ordinaire qui en a marre d’être maternée par l’ex-justicière Sally Jupiter, sa mère. Outre l’obsession de celle-ci pour qu’elle reprenne son rôle de super-héros, Laurie subit également sa réputation héritée de son passé de danseuse exotique. Elle fugue donc en compagnie de son amoureux, direction la Californie, où elle découvrira la musique, le sexe et la drogue. Bref, la culture hippie des années 60. De découvertes en désillusions, Laurie se forgera le caractère et le personnage de Spectre Soyeux que l’on retrouve dans Watchmen.

    Sans être particulièrement haletant (déjà à l’époque le personnage n’était pas des plus passionnant), le scénario d’Amanda Conner et de Darwyn Cooke et le changement de personnalité de Laurie sont toutefois bien orchestrés. Le véritable bémol est à mettre au compte du dessin ; si la séquence psychédélique du troisième épisode est excellemment bien rendue, il est globalement difficile de s’immerger dans un style aussi lise et informatisé.

    sebastien01 Le 07/04/2019 à 10:42:11

    Après la mini-série "Lex Luthor: Man of Steel" et le roman graphique "Joker" – et avant le très attendu "Batman: Damned" – voici une nouvelle collaboration entre Brian Azzarello et Lee Bermejo autour d’un des personnages les plus emblématiques de Watchmen (Before Watchmen: Rorschach #1-4).

    Malheureusement, l’histoire est fort simpliste. Le scénariste semble n’avoir retenu de Rorschach que la brute extrémiste dépeinte dans le film de Zack Snyder. Ainsi, Rorschach tabasse, torture et tue les délinquants et criminels qui se mettent sur son chemin tout en justifiant maladroitement ses actes par son dégoût du monde qui l’entoure. En un mot, un sociopathe. Le basculement du personnage observé dans Watchmen a été oublié, son journal tapé à la machine à écrire n’est que haine et le commencement d’une relation avec une serveuse ne l’humanise pas davantage. Pour un titre s’intitulant pourtant Before Watchmen, il est dommage de ne rien apprendre de ses origines...

    Tout l’intérêt de cette mini-série réside en fait dans le dessin de Bermejo. Son dessin hyperréaliste et noir est particulièrement adapté à l’ambiance sale et poisseuse du récit. On pourrait lui reprocher un ombrage parfois trop appuyé, notamment sur les vêtements, mais cela caractérise son style immédiatement reconnaissable.

    ClarkBD Le 07/04/2019 à 10:20:34
    Star Wars (Panini Comics - 2019) - Tome 1 - Terrain dangereux

    Remise à zéro des compteurs pour le magazine tout en continuant la publication des éditions américaines. Avec trois couvertures au choix. Personnellement, j'ai pris celle avec Luke et Leia qui est vraiment magnifique. Avec cette impression mensuelle, Panini couvrira l'actualité concernant Star Wars, ce qui est une bonne chose car les fans français à ce niveau étaient plutôt délaissés. Une fois encore, du beau boulot et une franchise qui a de beaux jours devant elle depuis que Marvel a repris le flambeau ...

    Pulp_Sirius Le 07/04/2019 à 04:49:02
    La malédiction des sept boules vertes - Tome 3 - La poursuite

    "Le peuple crève de faim alors qu'au palais, une cour stupide et décadente se vautre dans un luxe insensé! Vive la révolution!"

    Après un deuxième tome qui se termine bien, nos amis se retrouvent bien malgré eux dans des péripéties qui les mèneront de nouveau aux boules vertes.

    Le troisième album des Boules vertes commence assez mollement. Comme tout va bien, l'auteur donne une excuse banale aux personnages (une expérience magique) pour qu'ils se retrouvent dans la grande ville d'Ondoria. Une fois arrivés en ville, c'est là que l'histoire trouve son souffle.

    Une révolution fomente et une véritable histoire d'infiltration et d'évasion nous est présentée. Il est excitant de voir Guilio se faufiler dans le palais et lentement préparer son coup.

    Ce tome n'est certainement pas mon préféré, mais la seconde moitié de l'album demeure absorbante.

    Il y a également un problème de cohérence que j'ai relevé dans cet album. Ozgur, en tentant de quitter son paradis par les grottes, dit : "Surtout avec cet océan en furie."
    Or, souvenez-vous qu'à la fin du premier album, ni lui ni Guilio n'avaient déjà vu l'océan, ils ne savaient même pas comment le nommer! Guilio appelle l'océan "un vaste étang", et Ozgur ne peut pas croire qu'un étang soit si gros. Comment peut-il alors connaître ce mot, alors qu'il n'a jamais vu personne depuis Guilio? Guilio lui aussi emploie ce mot dans cet album, mais on peut plus facilement l'expliquer grâce à son contact au monde extérieur, dont Odi, qui aurait pu le lui apprendre.

    Bref, c'est un détail qui ne manque pas de m'accrocher chaque fois que je le lis. Comment l'auteur ou l'éditeur ont-ils pu ne pas remarquer quelque chose d'aussi évident?

    Malgré tout, cela reste tout de même un très bon album qui mérite d'être lu si vous avez aimé les deux premiers.

    omoide Le 06/04/2019 à 22:57:06
    Gung Ho - Tome 4 - Colère

    (note:6/10)
    tome 4.1: épisode avec un peu d'action, mais dont on voit toujours aussi mal comment cela va permettre de conclure la série.
    Par un effet de manche, les auteurs tenter de justifier comment 2/3 de l'Humanité ont pu être éliminés par une invasion d'animaux féroces. De la même façon, un personnage féminin disparait car les auteurs ne savaient plus trop coin en faire.

    La psychologie des personnages m'a semblé aussi bancale, avec ses aller-retours entre personnages qui se haïssent, puis sont amis, puis etc.

    Le tirage limité contient un entretien avec Benjamin V.E. qui rapproche la BD du mouvement "Me too" (dénonciation des viols, etc), ou dénonce le complotisme chez les jeunes.

    Graphiquement, ce volume me parait beaucoup moins travaillé que les 2 premiers tomes.

    Yoda33 Le 06/04/2019 à 20:46:00
    (DOC) CAC3D - Tome 14 - CAC3D - Edition 2019 - Para-bd métal

    Complet et indispensable au collectionneur para bd
    La specialisation de ce tome sur le metal permet d etre plus exhaustif

    pysa Le 06/04/2019 à 20:45:59

    Ramon de la Fuente s'attaque au mythe de Robin des bois. Il n'a pas cherché bien loin pour son héros qui ressemble furieusement à Errol Flynn. Les dessins sont plutôt réussis. L'intrigue se détache sensiblement du film de Michael Curtiz mais les épisodes sont souvent invraisemblables.

    voltaire Le 06/04/2019 à 20:44:07
    Les timour - Tome 9 - Le cachot sous la Seine

    Parce qu’il a voulu sauver l’ambassadeur d’Austrasie de l’assassinat que projetait la reine Frédégonde, Bertfried est emprisonné dans un cachot sous la Seine. Mais Timour et Gondulf ne l’entendent pas de cette oreille et vont tout faire pour délivrer leur père.
    Mêmes défauts que d’habitude concernant dessins, scénario et couleurs ; toutefois l’histoire est assez enlevée et se laisse lire assez plaisamment.
    Le grand intérêt de l’album est de situer l’action durant le Haut Moyen Age, période peu usitée dans nos BD. A noter que Sirius met dos à dos Frédégonde et Brunehaut, dépeintes l’une comme l’autre comme particulièrement fourbes.
    Ceux intéressés par la période ont tout intérêt à se plonger dans Les Sanguinaires, série malheureusement inachevée ou Frédégonde dans Reines de Sang

    Yayayoute Le 06/04/2019 à 19:56:14
    Sara Lone - Tome 4 - Arlington Day

    Avis sur la saga (4 tomes).
    En général, les thrillers, policiers et grandes sagas ont pour héros un beau et grand garçon, musclé, bronzé, propre sur lui, qui se joue allègrement de tout piège et peau de banane.
    Avec Sara Lone, merci aux auteurs de nous sortir de ces codes traditionnels, en introduisant une jeune héroïne, certes mignonne mais avec ses faiblesses et ses coups de malchance.
    Le scénario exploite l'une des plus sombres affaires que les USA ont connues (et par effet colatéral, le monde entier), à savoir l'assassinat de JFK en 1963.
    Arnoux tisse un scénario original, complexe, de crédibilité acceptable. La série s'achève par des questions en suspend, ce qui n'est pas anormal vu le sujet traité. Il est recommandé de relire la série pour en apprécier les subtilités.
    Morancho au dessin et à la couleur nous propose un trait très réaliste; les personnages sont bien identifiés, les décors très précis. La colorisation tend vers le pastel ; un petit manque de lumière.
    Au final, une excellente saga bien conçue, bien réalisée et qui laisse même la porte ouverte à une suite (si les auteurs ne sont pas épuisés par leur périple chez Sandawe).

    judoc Le 06/04/2019 à 18:21:38
    Catamount - Tome 3 - La justice des corbeaux

    Un western de plus pour mon plus grand plaisir, et une excellente BD de plus également.

    Si le scénario est classique pour le genre sans que le suspens de l’intrigue n'en soit néanmoins altéré, le dessin, déjà très intéressant avec le premier opus, se gratifie au fil des pages (et des tomes) et verse dans le très haut niveau avec le 3ème album. Que ce soit pour retranscrire les paysages de l'ouest sauvage, la violence des combats ou les trognes des protagonistes, le trait (vif et abrupte) et la colorisation soignée nous immergent complètement dans ces contrées éloignées.

    A découvrir et dévorer !

    voltaire Le 06/04/2019 à 18:03:41
    Les timour - Tome 8 - Timour contre Attila

    Il s’agit de l’histoire publiée en 1958 dans Spirou sous le titre Le Fléau de Dieu.
    A dire vrai ce n’est pas très bien dessiné, le scénario est très linéaire et les couleurs sont à peine moyennes. D’ailleurs Timour, le héros, a selon les planches parfois les cheveux roux et un peu plus loin blonds. Mais l’intérêt de l’album n’est pas là. En fait c’est un livre d’Histoire, en tout cas telle qu’on l’apercevait alors.
    Ainsi les Huns sont tous Mongols, yeux bridés, teint jaunâtre, alors qu’en fait les troupes hunniques étaient certes composées de Turco-mongols mais aussi de Goths, des Alains, etc. qui avaient le type indo-européen. L’histoire regorge également de défis, genre jugements de Dieu, ce qui n’était pas si fréquent. De toutes les façons on a les plus grandes peines du monde à imaginer un prisonnier défier en combat singulier Attila lui-même. Bref, c’est du western !
    On mesure ainsi l’écart des connaissances des scénaristes d’alors sur la véracité historique.
    Voilà tout l’intérêt de l’album. C’est maigre, je sais !

    6350frederic Le 06/04/2019 à 11:16:54

    Je suis mitigé car si le dessin et les couleurs sont spéciales ( que du noir et dérivè de jaune ) , cela va parfaitement à l'histoire qui est intéressante mais top longue ( 67 pages ) , on se lasse , heureusement , il y a la fin .

    pysa Le 06/04/2019 à 11:05:11

    Frank Miller et David Mazzucchelli reviennent sur les débuts de Batman et sa relation avec le lieutenant James Gordon. La lecture est plaisante mais j'attendais sans doute un peu trop de cet album mythique. Les dessins ne m'ont pas toujours convaincu.

    AstroNimes Le 06/04/2019 à 10:41:42

    Un homme sans talent avatar d'un génie litéraire en perdition...

    Voilà une magnifique autofiction, j'ai été emporté dans la spirale infernale de mauvais choix que prend l'homme sans talent, mais est-ce que se sont des vrais mauvais choix ou seulement au yeux de la société moralisatrice et dictate de la réussite? Finalement ces projets ne sont pas mauvais, peut être à contre courant, mais pas inintéressant... Je n'arrive pas vraiment à exprimer mon ressenti tant ce récit est bouleversant ! Il retranscrit une forme de réalité, sa perception de sa vie...

    Un ouvrage qui place clairement le manga au rang de la grande littérature.

    AstroNimes Le 06/04/2019 à 10:20:40
    La cantine de minuit - Tome 1 - Volume 1

    Si vous avez déjà visité Tokyo, alors ce restaurant vous sera famillier et vous n'aurez aucune crainte d'en pousser la porte.

    J'ai adoré cette lecture, j'avais l'impression d'être au bout du comptoir et d'écouter les histoires de la nuit avec les quelques commentaires privés que m'adresse le chef ! Un panel de personnages qui nous renvoi à nos amis, nos voisins, nos collègues que l'on perse enfin à jour !

    Et que dire de toutes ces recettes qui m'ont mis l'eau à la bouche, la gastronomie Japonaise est vraiment de qualité (ne l'associée jamais aux restaurants à sushi métropolitain, bon ou mauvais).

    Et sinon, bordel, toi qui connais toute les histoires, toi qui est le confident de tous tes clients, qui es-tu? D'où vient cette cicatrice ? Quel est ton nom? Merde alors !! J'en reprendrai encore une louche !!

    AstroNimes Le 06/04/2019 à 09:51:15

    Une lecture agréable et fluide, j'aime bien le fait de partir d'une définition de "dictionnaire" (P.T.S.D.) pour construire une histoire. Toutefois j'ai eu du mal à ressentir le traumatisme présenté, quelques flash back, quelques tremblements, mais pas de noirceur, de haut et de bas et !Spoil...Début! surtout une guérison miracle sans réel raison, efin vraiment miracle !Spoil...fin!
    Sinon côté dessin Merci Guillaume Singelin, d'avoir ce petit truc qui fait de son dessin "grossier" un dessin au caractère authentique.
    Pas un mauvais moment, pas non plus le voyage dans les méandres de l'esprit attendu pour moi !

    ClarkBD Le 06/04/2019 à 09:18:34
    Tout Pratt (collection Altaya) - Tome 4 - Corto Maltese - Sous le drapeau des pirates

    Très belle collection : la qualité du papier, le dossier très intéressant en fin d'album et le choix des histoires en couleurs. Si on est fan de Pratt, on ne peut être qu'aux anges ....

    Ocatarinetabelatchixtchix Le 05/04/2019 à 23:23:09
    Spirou et Fantasio - Tome 29 - Des haricots partout

    Dernier album réalisé par Fournier qui termine plutôt bien sa période Spirou. Bien sur, cela n'atteint pas le niveau d'un Franquin mais cela reste plaisant à lire. Un bon tome dans son ensemble.

    kingtoof Le 05/04/2019 à 21:49:36
    Les ailes de Plomb - Tome 3 - L'affaire est dans le lac

    Bon 1er cycle en trois tomes.
    Un hommage aux films d'espionnage et de bandits des années 50-60.
    Des personnages hauts en couleur, de l'humour et des quiproquos, mais toujours bien dosés.

    minot Le 05/04/2019 à 17:39:08

    Zerocalcare parle à travers cette BD autobiographique de son succès qui le dépasse et qui l'éloigne indubitablement de ses amis. Il raconte ses angoisses de trentenaire liées à cette impression qu'il a de ne pas évoluer depuis son adolescence, alors qu'il voit certains de ses amis se marier, avoir des enfants, projeter de s'installer ou de monter un projet professionnel ...
    Un thème universel joliment traité, car si l'auteur le fait avec pudeur et sensibilité, il n'oublie pas non plus de manier avec brio l'humour décalé et second degré qui fait qu'on parcourt ce livre avec un large sourire aux lèvres, tout en s'attachant de plus en plus à sa personne à mesure qu'on lit ses ouvrages.

    thieuthieu79 Le 05/04/2019 à 17:08:15
    U.C.C. Dolores - Tome 1 - La Trace des nouveaux pionniers

    J'adore ce genre d'univers intergalactique, toujours très riche, qui nous offre très souvent de magnifiques paysages.
    UCC Dolorès ne dérange pas à la règle et livre de très belles scènes nocturnes, que ce soit dans l'espace ou au sol. La mise en couleur et ses très beaux jeux de lumières y sont pour beaucoup.
    Coté personnages, tous les protagonistes ont des "bonnes gueules" et tout le monde est bien identifiable. Les caractères sont forts et les échanges vifs.
    L'histoire, qui s'oriente vers une quête identitaire et familiale, laisse derrière elle beaucoup d'interrogations et de zones d'ombre.
    Il y a du rythme, des rebondissements et beaucoup d'enchainements. Mais l'ensemble ne perd pas en fluidité pour autant.
    Notre voyage dans l'UCC Dolorès avec Mony est vraiment plaisant et pour ma part, je prendrai plaisir à continuer l'aventure...

    Ocatarinetabelatchixtchix Le 05/04/2019 à 15:49:49
    Le vieux Nick et Barbe-Noire - Tome 19 - Sous la griffe de Lucifer

    Le vieux Nick et Barbe-Noire est une série ancienne qui est un peu tombée dans l'oubli. A tort selon moi car ces BD sont extrêmement drôles et les dessins de bonne qualité. Ce tome 19 est particulièrement réussi tant au niveau du scénario que de l'humour qui est omniprésent. On ne lasse pas des multiples gags hilarants entre Barbe-Noire et son Bon-papa particulièrement teigneux. A ne pas rater !

    Pulp_Sirius Le 05/04/2019 à 14:47:28

    "Enfin, si un jour tu avais vraiment besoin d'aide, souviens-toi de ce paradis."

    Le deuxième album commence par nous citer de nouveau la légende des sept boules vertes trouvée dans le premier album, sauf que cette fois, nous savons qui parle. Et c'est ainsi que Guilio et Ozgur poursuivent leur chemin pour aboutir dans une sorte de paradis caché. Mais Guilio, qui ne peut s'arrêter de bouger, décide rapidement de continuer son chemin, seul. Il fait alors la rencontre d'un nouveau compagnon, Odi. Ensemble, ils devront protéger la boule verte.

    Pour ce deuxième album, nous retrouvons un scénario un peu plus classique que celui que nous avions dans le premier. C'est une histoire de magie et de poursuite dans un monde merveilleux. Ce n'est pas que ce n'est pas bon, mais c'est un peu moins original.

    Les décors de Parcelier sont toujours aussi beaux et agréables à scruter. L'histoire s'enchaîne rapidement, et les personnages demeurent attachants. Il y a aussi une plus grande dose d'humour dans cet album, ce qui normalement ne me plairait pas vraiment, mais ici il est bien dosé et s'intègre bien au récit.

    Le deuxième album des Boules vertes est assurément moins bon que le précédent, si comme moi vous aviez aimé la fraîcheur du premier. Si, par contre, le premier vous avait un peu ennuyé, il est probable que vous préfériez ce deuxième tome, où tout va plus vite.

    Quoi qu'il en soit, c'est une très bonne suite et une belle expansion de son univers.

    fried Le 05/04/2019 à 13:35:50
    Lookbook - Tome 1 - Saison de fils de pute 2015/2016

    ( 10/10 ) Vraiment Super
    .. j'adore aussi l'avis du type qui s'est reconnu ...
    mort de rire : ) .........

    kurdy1207 Le 05/04/2019 à 08:38:27
    Sauvage (Meynet) - Tome 4 - Esmeralda

    Le capitaine de CastelBajac accepte une mission très compliquée et doit se séparer d’Esmeralda en l’envoyant dans un couvent où sont regroupées des orphelines.

    Deux choses importantes vont se passer dans ce tome. Le capitaine de CastelBajac à l’esprit chevaleresque va perdre, durant sa mission, tout ce qui faisait sa noblesse en donnant des ordres indignes du personnage des tomes précédents. Quant à Esmeralda, son amour pour le beau capitaine et son envie de liberté vont la pousser a des actes qu’elle pourrait regretter. Ses derniers mots dans cet album annoncent un tome 5 des plus sulfureux.

    Le dessin de Félix Meynet est toujours parfait mais il est dommage de nous faire plusieurs personnages aux visages si proches les uns des autres. Je trouve que cela apporte de la confusion.

    En revanche, et contrairement à l’avis de GimpUser, je trouve que cet album rehausse la série et que le scénariste a enfin trouvé sa trame. Il a su créer l’envie, en ce qui me concerne, de connaître la conclusion de cette série (ou du 1er cycle ?).

    italia Le 05/04/2019 à 00:03:04
    Dwarf - Tome 4 - Éra Drakka

    Cette série à tout pour plaire. J'ai adoré, seul bémol comme dans beaucoup de BD, les loups sont toujours méchants, mauvais et ils attaquent toujours les humains. Ha bon? C'est dans la lecture et bien entendu dans la BD que l'on peut faire passer de bons messages pour commencer à protéger dame nature et ses enfants. On verra peut être un jour nos amis loups jouer vraiment leur rôle.

    gazouz Le 04/04/2019 à 23:11:03
    Michel Vaillant - Tome 65 - L'épreuve

    Un bon album.

    Notons le calembour "exquis" de la case 1 de la page 38 que je vous laisse (re)découvrir !

    thieuthieu79 Le 04/04/2019 à 21:58:47

    Comme souvent avec Zep, on a un début d’album très captivant qui enchaine sur un milieu rythmé pour malheureusement finir sur quelque chose de pauvre, presque bâclé où aucune réelle réponse n'est apportée.
    Néanmoins, l'ensemble est très intéressant et le lecteur se laisse aisément embarquer dans l'univers.
    Le dessin de Bertail y aide beaucoup avec un graphisme sombre, brouillon et angoissant. Sa mise en couleur donne de belles planches même si certaines sont un peu compliquées à comprendre, notamment celles ou dans une même scène, il y a de la pluie et du soleil. Ces cases ne sont pas du tout lisibles et décrédibilisent l'ensemble.
    Mais ce n'est qu'un petit détail parmi tout le reste de l'album qui tient largement la route et nous offre un bon moment de lecture.

    kingtoof Le 04/04/2019 à 21:38:17
    Alcyon - Tome 2 - La tentation du Roi Midas

    Une belle aventure accessible dès 8-9 ans, qui donne des notions d'histoire grecque : royaumes, cités, peuples, mythologie...
    Les dessins sont agréables avec quelques références de type manga, notamment lors des scènes humoristiques.
    Un panel de personnages qui ont tous leurs places dans cette épopée.

    pierren25 Le 04/04/2019 à 21:24:50
    Alix Senator - Tome 7 - La Puissance et l'éternité

    Cet épisode clôt de façon assez honorable l'histoire commencée avec le tome 5 et la statue de Cybèle. Le dénouement de cette histoire est plutôt bien amené, ce qui fait que cet album est correct.

    pierren25 Le 04/04/2019 à 21:20:09
    Alix Senator - Tome 6 - La Montagne des morts

    Pour cet album, je trouve que le scénario n'est pas à la hauteur et que le dessin est beaucoup moins bien que dans les précédents épisodes.

    Pulp_Sirius Le 04/04/2019 à 14:39:02
    La malédiction des sept boules vertes - Tome 1 - Le voyageur imprudent

    Ah, Guilio! Pauvre petiot!

    J'avoue que je suis un peu partial quant à cette série. Dans ma jeunesse, je l'empruntais sans cesse à la bibliothèque. J'ai dû la lire au moins vingt fois. En vieillissant, j'ai voulu l'acheter, mais elle était devenue introuvable. Alors quand l'éditeur Paquet l'a republiée plus de 25 ans plus tard, quel bonheur! J'ai tout de suite sauté sur l'occasion de l'acheter. Malheureusement, le dernier album qui conclut véritablement l'histoire (Le lutin farceur) amorcée ici ne sera jamais republié.

    Ce premier album est pour moi un petit chef-d’œuvre que j'ai le plaisir de redécouvrir chaque année.

    Notre héros principal, un peu tête en l'air, un peu arrogant, un peu naïf, rêve de découvrir ce qui se cache au-delà de son royaume. Son royaume est entouré d'une immense forêt impénétrable, mais un seul chemin dont personne n'a jamais vu la fin semble traverser la forêt. Qu'y a-t-il à l'autre bout? Guilio, grâce à son fidèle oiseau, est entré en possession d'un objet jusqu'alors inconnu dans son royaume, mais que l'auteur nous garde bien de nous révéler. Piqué par la curiosité, Guilio décide de partir.

    À l'aide d'un compagnon rencontré à la dernière minute, le colosse Ozgur, nos amis se mettent en route sur le chemin... Arriveront-ils au bout? Ou la forêt les engloutira-t-elle?

    C'est cette quête, cette marche vers l'inconnu qui m'a toujours fait rêver, moi. Il faut dire que le dessin de Laurent Parcelier est sublime. Ce sont ses décors qui font sa force. Pas étonnant qu'il soit devenu peintre et qu'il a abandonné la BD. Les chaumières donnent envie d'y être. Les paysages donnent envie de les traverser. Les rochers, les broussailles, les bâtiments qui peuplent ses panoramas aux couleurs de l'automne rappellent un air de campagne plus pur, plus serein, plus paisible.

    Jamais je n'ai autant eu envie d'entrer dans une BD, c'est pour dire! Encore que, puisque j'ai découvert cette BD assez jeune, peut-être ces décors m'auront-ils plus marqué qu'autrement.

    L'aventure qui commence ici se lit très bien en elle-même, même si elle n'est pas "complète". Ces fameuses boules vertes, dont on nous expose l'histoire de façon sommaire avant même le début de l'aventure, deviendront au fil des albums le point central de l'histoire. Guilio en trouve une très tôt dans le récit, mais son rôle ici demeure minime.

    Il est vrai que notre héros est un peu pleurnichard, et qu'il fonce souvent tête baissée sans réfléchir. Cela fait parfois de lui un personnage agaçant. Par exemple, de lancer à son compagnon Ozgur avant leur départ, "Voilà deux jours que nous perdons en préparatifs inutiles!" C'est un chemin dangereux, dont personne n'a jamais vu la fin, et ces préparatifs sont "inutiles"? Et lorsque les provisions seront épuisées, qui s'en plaindra le premier, pensez-vous?

    Cela étant dit, Guilio reste attachant par sa persévérance, son courage et son désir d'aventure. C'est ce qui, au bout du compte, le mènera toujours plus loin. La fin de la l'album est également surprenante et simple, ce qui fait d'elle une agréable surprise.

    "Le voyageur imprudent" n'est pas un livre parfait. Mais c'en est un imprégné de rêves, de fantasmes et de légendes. C'est la déambulation d'un jeune homme qui souhaite découvrir le monde. Quelles merveilles se cachent au-delà de nos horizons?

    minot Le 04/04/2019 à 11:51:12
    Cosmobacchus - Tome 1 - Lucifer

    A l'heure où le monde viticole ne jure plus que par la biodynamie (pratique agricole largement valorisée en bande-dessinée d'ailleurs, avec des BD comme LES IGNORANTS, PUR JUS, etc.), cette BD a le mérite de balancer un grand coup de pied dans la fourmilière et de démystifier (c'est le cas de le dire) ce mode de culture. En effet, la BD prend le pari osé - mais intéressant - de ne parler que très peu des effets bénéfiques de la biodynamie (que tout le monde connaît car largement mis en avant dans les médias, la presse (spécialisée ou non) voire même la bande-dessinée comme dit précédemment) mais au contraire de dévoiler sa face cachée, en expliquant les liens (réels) qu'elle entretient avec l'anthroposophie (courant ésotérique créé par l'occultiste autrichien Rudolf Steiner au début du XXème siècle), considérée à ce jour comme une secte.

    Point positif, cette vision pessimiste de la biodynamie se fait toutefois sans accuser ou stigmatiser les vignerons qui adhèrent à ce type d'agriculture; les auteurs se contentant simplement d'exposer des faits et de poser les bonnes questions, laissant le soin au lecteur de se faire son propre avis sur la question.

    Le dessin, peu soigné, n'est pas le point fort de l'album, même si la bichromie en rouge et noir donne une ambiance satanique à cette aventure, qui va de pair avec le titre de l'album et le côté ésotérique relié à la biodynamie.

    En bref, une BD viticole vraiment à part et qui sort largement des sentiers battus, qui vaut le détour pour se faire une idée de ce à quoi est vraiment rattachée la biodynamie ... et peut-être ne plus dire forcément "Amen" à chaque fois qu'on vous servira un canon issu de la biodynamie.

    pysa Le 04/04/2019 à 10:21:26

    Steve Cuzor et Yves Sente évoquent les soldats américains noirs pendant la deuxième guerre mondiale à travers ce roman graphique très bien écrit. Les dessins sont classiques et réussis.

    sebastien01 Le 04/04/2019 à 07:59:49

    Au menu de ce comics, deux magnifiques épisodes de Batman signés Tom King et Lee Weeks (Batman 2016, Annual #2 et Batman / Elmer Fudd Special 2017, #1).

    La relation entre Batman et Catwoman est au cœur de la série régulière du premier. Cet épisode spécial – et hors continuité – propose de redécouvrir leur relation avec un postulat différent : Batman a dévoilé son identité secrète et son amour à Catwoman et, après s’être un temps courus l’un après l’autre, les deux vont mener une vie tranquille et vieillir loin de leur costume de super-héros. Il est plutôt rare de lire un aussi belle histoire, calme et remplie d’amour quand on lit du comics de super-héros. Qu’il s’agisse du scénario ou du dessin, tout concourt à faire de cet épisode une franche réussite.

    Le second épisode met en scène Porky, le chasseur des Looney Tunes, et l’amène à rencontrer Batman autour d’une histoire d’amour qui s’est mal terminée. Le rendu de Porky, et de Bugs Bunny, dans leur version mature est excellent et l’intrigue avec Batman plutôt bien pensée quoique fort simple. Un épisode détente et une lecture agréable mais qui ne restera pas à la postérité.

    Le gros point noir de cet ouvrage réside dans l’édition. D’une part, l’épisode "Batman Annual #2" avait parfaitement sa place dans la série régulière Batman Rebirth – tel que cela se faisait sur la précédente série Batman Renaissance – et non ainsi isolé dans un one-shot. D’autre part, le second épisode "Batman / Elmer Fudd Special #1" n’a absolument aucun rapport le premier si ce n’est d’en avoir les mêmes auteurs. Il existe, en VO, 11 numéros siglés "DC meets Looney Tunes", il aurait donc été plus intelligent de les regrouper plutôt que d’isoler l’un d’entre eux. Enfin, proposer ce comics à 13.50 € alors qu’il n’offre qu’une soixantaine de planches pour deux épisodes est abusif. En conclusion, lisez ce livre en librairie ou empruntez-le à la bibliothèque.

    Krompir Le 04/04/2019 à 02:58:03
    Billy Bis - Tome 13 - Prince-consort

    Un dessin efficace et compétent, très "agent secret des années '60". On feuillette les pages et la machine a remonter dans le temps nous fais découvrir l'antre hollywoodien de la méchante (tiens ! une femme dans le rôle de Blofeld !), l'île paradisiaque des Antilles, la base de missiles...
    Mais, survoler seulement, car le scénario n'a pas une once de crédibilité, avec un retournement à 180 degrés à toutes les deux cases.
    On salue le stakhanovisme du dessinateur, qui pond ses 135 vignettes à chaque mois.

    Arnusse Le 03/04/2019 à 20:50:05
    Avant - Tome 1 - Mumu la bâtarde

    Pas de chance pour "Avant", j'ai lu "Le retour à la terre" juste avant de lire ce tome-ci. Et la différence d'humour est flagrante. D'un côté, tout est léger, alors qu'ici tout est lourd comme un menhir qui vous tombe dessus. D'un côté, les dialogues sont fins, alors qu'ici ils sont taillés à la hache de pierre. D'un côté, les sentiments fleurent bon, alors qu'ici ils sont complètement forcés. D'un côté, tout est suggéré, alors qu'ici tout vous arrive à l'allure d'un troupeau de mammouths ! Au final, je mets quand même 2/5 pour les filles topless de Lereculey ;-)

    Arnusse Le 03/04/2019 à 20:35:55
    Le retour à la terre - Tome 6 - Les métamorphoses

    J'ai à nouveau ri, souri et été ému comme au bon vieux temps des tomes précédents. Quel plaisir de retrouver la galerie des personnages du Retour à la Terre ! A la fois, tout est comme avant, mais tout évolue aussi. De nouveaux personnages font leur apparition, et Philippe de Dargo en sort transcendé. Tout cela est fait en finesse, avec beaucoup d'émotion. J'en redemande encore !

    rayolette Le 03/04/2019 à 19:19:44
    Le retour à la terre - Tome 6 - Les métamorphoses

    10 ans après... Larcenet/Larssinet nous régale toujours autant avec son Retour à la Terre: une charge poétique forte (le dessin humoristique est plein de délicatesse), une touche onirique qui évolue (les atlantes se font plus discrets et sont remplacés par un père ombreux dans un dédale de cartons), des personnages jusque là secondaires s'affirment (Philippe des éditions Dargaud)...et encore une bonne dose d'humour et d'ornithologie!

    6350frederic Le 03/04/2019 à 18:03:06
    Sang-de-Lune - Tome 2 - Sang-Marelle

    Je ne suis pas fan de cette BD , les dessins sont mornes et manquent de relief , le scenario lui , nous maintient en haleine mais sans plus , je lis mais ne trouve pas cette série haletante

    kingtoof Le 03/04/2019 à 13:43:03
    Conan le Cimmérien - Tome 5 - La Citadelle écarlate

    Très bon album.
    En même temps avec Brunschwig et Le Roux à la baguette, nous pouvons y aller les yeux fermés.
    Excellente scène d'intro qui lance parfaitement l'histoire !

    martindrouil Le 03/04/2019 à 13:24:44
    Bolchoi Arena - Tome 1 - Caelum incognito

    un des meilleurs album de l'année.
    des décors fantastiques style manga
    un mélange de vie parisienne actuelle et de futurisme
    de l'action tranquille comme j'aime.
    je ne me lasse pas de cet album.

    6350frederic Le 03/04/2019 à 11:08:41
    Chats - Tome 2 - Adam et Rêve

    Je viens de lire les 2 premiers tomes de cette série car je suis fan de Convard mais je suis un peu déçu , elle n'a pas le niveau de " NEIGE " par exemple , si l'idée de départ est plutôt intéressante , les dessins sont corrects et la vue de Paris est surprenante , à lire mais pas un chef d’œuvre

    6350frederic Le 03/04/2019 à 11:01:05
    War and dreams - Tome 4 - Des fantômes et des hommes

    Je suis un peu déçu par ce dernier tome , ce n'est pas vraiment une BD , plutôt un livre , il nous manque donc les dessins et on perd un peu de la magie même si l'histoire est plaisante

    minot Le 03/04/2019 à 10:17:30
    Léo Loden - Tome 26 - Fugue en rave mineure

    LEO LODEN enquête sur la disparition d’un adolescent, pour le compte de ses parents qui n’ont plus eu de ses nouvelles depuis trois semaines. Fugue ? Enlèvement ? Pris à partie dans un règlement de comptes ? Une enquête difficile, qui mêlera Léo à l’univers des teufeurs et des raves party, et le fera arpenter de nombreux quartiers de Marseille, du Vallon des Auffes au plateau de Carpiagne, en passant par le quartier industriel des Arnavaux ou les bistrots étudiants autour du lycée Thiers.

    Un tome qui renoue avec l’esprit des premiers albums de la série, à savoir une enquête contemporaine se déroulant entièrement à Marseille. Dessin agréable, humour second degré amusant, bons dialogues avec comme toujours quelques répliques humoristiques bien senties … bref, un excellent LEO LODEN !

    kurdy1207 Le 03/04/2019 à 08:06:56
    L'ambulance 13 - Tome 9 - Pourquoi ?

    Un bon final avec l’arrêt des hostilités entre les allemands et les français qui va néanmoins entraîner quelques morts stupides supplémentaires. La haine entre les deux camps se fait ressentir à travers des soldats intransigeants mais l’équipe de Bouteloup fait son travail en aidant des blessés du camp adverse. Dans cet album beaucoup de comptes qui n’ont pu se régler durant les années de guerres trouveront ici une conclusion. Neuf albums qui rendent hommage à ceux qui ont sauvé des vies à leurs risques et périls. Ce qui fait, ma foi, une bien belle série sur un thème très dur.

    kingtoof Le 02/04/2019 à 22:56:46
    Katanga - Tome 1 - Diamants

    Et à la fin c'est toujours les méchants qui gagnent...
    Excellente série en 3 tomes : à découvrir absolument !
    Le meilleur exemple est le nombre d'avis déposés sur ce site concernant ce triptyque.

    Busch Le 02/04/2019 à 22:54:53
    Marc Jaguar - Tome 2 - Les camions du diable

    voir avis de François mais comme je dois écrire 100 caractères, je continue mais cet album n'en vaut pas 100 tellement il est nul

    Pulp_Sirius Le 02/04/2019 à 21:02:22

    Les négatifs :
    1) Alors oui, c'est un peu cliché, un peu niais, un peu facile comme critique de la société.
    2) Mathieu Bablet ne sait pas dessiner les femmes. Ce sont des hommes avec des seins, tout simplement.

    Les positifs :
    1) La trame narrative complète est excellente. Il y a des 'punchs' et des revirements de situation surprenants. Beaucoup d'idées intéressantes malgré les clichés. On s'investit dans la quête de Scott, qui ne sait plus vers qui se tourner. On retrouve ici une science-fiction assez captivante.
    2) Hormis les êtres humains, les dessins sont époustouflants. Des pages saturées de couleur, en bleu, orange, noir ou sépia, c'est à couper le souffle. Les détails dans les machines, les vaisseaux et les planètes sont sublimes. Un véritable paysage que cette BD.
    3) On ne s'ennuie jamais. Malgré les 222 pages, ça se lit d'une traite!

    Non, cette BD n'est pas parfaite. Mais elle mérite quand même 5 étoiles sur 5 selon moi.

    Sotelo Le 02/04/2019 à 20:24:15
    Berceuse assassine - Tome 3 - La mémoire de Dillon

    Fin de la trilogie, une fin assez surprenante puisqu'elle met en scène un personnage qui n'avait été qu'entraperçu jusqu'à maintenant : Dillon le Navajo. Son histoire va permettre de relier toutes les pièces du puzzle dramatique qui le lie aux époux Telenko. C'est toujours aussi bien écrit, toujours aussi beau, mais ça manque un peu de panache selon moi. Il n'en reste pas moins que "Berceuse assassine" est une superbe trilogie, un incontournable à posséder sans aucun doute.

    kurdy1207 Le 02/04/2019 à 14:05:09
    La grande Guerre des Mondes - Tome 3 - Les Monstres de Mars

    Un troisième et dernier Tome qui concentre l’histoire sur la destruction des martiens. Avec un final dans Paris et la tour Eiffel comme propagatrice d’ondes pour détruire les boucliers protecteurs des vaisseaux Extra-terrestres. Un album captivant avec un petit point négatif concernant le graphisme qui a perdu, je trouve, de sa superbe en comparaison du premier tome.

    voltaire Le 02/04/2019 à 13:29:21

    Claude Lorant, critique d’art, qui fait l’une des préfaces du livre a cette jolie formule : « L’aquarelle est, parmi les techniques picturales, l’une des plus exigeantes, en ce sens que s’effectuant dans la rapidité et sans guère possibilité de regrets, elle relève d’un talent sûr, d’une maîtrise du geste et de l’idée. » Tout est dit pour apprécier au mieux celles de Pratt.
    Edité un an après la mort du dessinateur, le livre est, de fait, le catalogue de l’exposition « Hugo Pratt, voyages littéraires ». Composé de 9 sections différentes qui appellent toutes à la rêverie c’est un must. Mais plus encore que le livre, le vrai must serait de posséder ces aquarelles !

    voltaire Le 02/04/2019 à 13:15:02

    Ce livre est composé de 8 témoignages de proches d'Hugo Pratt, dont son ex-épouse, sa fille, des amis d'enfance et de collaborateurs devenus des amis.
    Comme le dit l'un d'eux, Lele Vianello : "Hugo Pratt, c'était une maladie infectieuse, nous avons tous été touchés, certains ne s'en sont jamais remis".
    C'est évidemment passionnant. Outre le talent et la complexité de l'homme, charmant, blagueur et le voit devenir avec le succès imbu de lui-même, parfois cassant mais tous le pardonnent et lui reconnaissent du génie.
    Même si les attaques sont feutrées, Patrizia Zanotti en prend pour son grade. On peut même dire qu'elle est habillée pour de nombreux et longs hivers.
    Si ce qui est dit ou sous-entendu est vrai, le père Pratt n'a pas fini de se tourner et retourner dans sa tombe !

    minot Le 02/04/2019 à 11:28:06

    Mouche et Eustache, deux monte-en-l'air qui s'introduisent la nuit dans les demeures bourgeoises pour les délester de quelques valeurs, entreprennent de faire chanter un baron pervers. C'est le début de leurs ennuis ...
    LE RESEAU BOMBYCE est une série très réussie, un incontournable du genre steampunk. Tout y est: un scénario solide traitant d'un sujet de fond noir, très noir (voire carrément glauque), un dessin et une colorisation splendides, des héros complexes dotés de nombreuses fêlures auxquels on s'attache très vite, des méchants redoutables et sans pitié, un univers fantastique mélangeant art déco et ambiance à la Jules Verne ...
    Les scènes d'acrobaties nocturnes sur les toits ou celles de poursuites endiablées entre bons et méchants sont un pur régal. Bref, la lecture de cette série me paraît indispensable.

    voltaire Le 02/04/2019 à 11:20:30

    Curieuse BD que celle-ci.
    Comme le titre l'indique, il s'agit d'une sorte de variation avec le roman de Steinbeck.
    Ici aussi nous avons le combat ou plutôt la lutte entre deux frères, à ceci près qu'ils ne le sont pas génétiquement parlant.
    Un soldat anglais blanc est confronté à son double, un guerrier danakil noir . La BD bascule constamment du réel à l'irréel pour revenir au réel.
    Ce mouvement de balancier relativise donc ce qu'on croit être le bien ou le mal qui, quand ils ne sont pas absolus, sont toujours relatifs à un point de vue.
    Bref, une oeuvre philosophico-esotérico-fantastique qui n'est pas sans charme, qui apporte une bonne de mystère et qui retient le lecteur.
    Cela dit, je comprends qu'on puisse être désarçonné et ne pas aimer. Plus que d'habitude encore, une affaire de goût donc.

    TonicBD Le 01/04/2019 à 16:42:26
    Mattéo - Tome 3 - Troisième époque (août 1936)

    Comme un Tintin réaliste, Matteo témoigne à travers son destin personnel de l'Histoire du XX° siècle. Mais loin des héroïsmes manichéens, ce sont les doutes, les convictions, les illusions perdues, les amitiés, les trahisons, la vie qui guident le scénario. De l'Histoire incarnée.
    Cet opus 3, plus léger contexte oblige, reste subtil et contrasté, à l'image du dessin, entre ombres et lumières, magnifique.

    oneeyedshelton Le 01/04/2019 à 15:04:47

    Enorme surprise pour une première oeuvre. Un O.V.N.I de la bande dessinée. Difficile à décrire, on entre dans le rapport sensible au dessin, à l'image. Une bande dessinée muette, où on se surprend à entendre les sons de la nature en le lisant. Un personnage attachant, et des notes d'humours qui viennent rythmer l'histoire.
    A lire impérativement.

    kurdy1207 Le 01/04/2019 à 13:23:53
    Sara Lone - Tome 4 - Arlington Day

    Excellente série que Sara Lone ! Les éditions Sandawe offrent rarement des albums d’une telle qualité autant graphique que scénaristique. Même les couvertures et « l’objet » BD sont superbes. C’est alors normal que les albums se financent en moins d’une semaine.

    C’est vraiment dommage de voir s’arrêter là, pour le moment, les aventures de Sara. Erik Arnoux laisse entendre qu’une suite est toujours possible et la fin du quatrième album laisse à penser qu’elle se situerait au Vietnam.

    Je suis très satisfait d’avoir contribuer en tant qu’édinaute à cette série. J’en redemande et pense n’être pas le seul. Bravo messieurs Morancho et Arnoux.

    kurdy1207 Le 01/04/2019 à 08:15:47

    Une jeune femme débarque à l’aérogare de Newburyport pour obtenir un billet vers la planète Arkam. Les prix sont excessifs pour elle. Un seul moyen, faire une escale sur la planète Innsmüt.

    Mais il s’agit d’un subterfuge car celle-ci est un agent en mission d’observation suite à d’étranges événements survenus à Innsmüt. Elle va aller de surpises en surprises.

    Je ne connais pas la nouvelle de Lovecraft d’où est tirée la BD, mais celle-ci est plutôt bien réussie. Un bon one shot de science-fiction.

    kurdy1207 Le 01/04/2019 à 08:07:37
    Détox - Tome 1 - Tome 1

    Je ne sais que penser de cette BD outre que j’ai bien rigolé et que le graphisme sur tons sépia me plait beaucoup.

    Il s’agit en fait d’un monde de barges hyper connecté qui va à la rencontre d’un autre monde de barges hyper… hyper quoi d’abord ? Ces deux mondes me font peur. Le premier, je le connais très bien puisque j’affronte (oui il s’agit bien d’un réel affrontement) tous les jours ces êtres qui se pensent supérieurs à la recherche de l’économie réelle, sorte d’animal imaginaire qu’ils espèrent pouvoir dompter sans savoir vraiment à quoi il ressemble. Le plus souvent ces personnages sont odieux et tellement imbus d’eux-mêmes.

    Alors, moi le DSI d’un monde d’abrutis, dont hélas je fais intégralement partie, je ne suis pas très fier de mon PC, de mes deux portables, de mes tablettes et de mes smartphones (le pro et le perso). Car même si j’ai toujours refusé d’entrer dans le jeu pitoyable des réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram,..), je vois bien que le monde d’aujourd’hui m’a enchaîné. J’entends déjà les voix qui me susurrent, mais bédéthèque, c’est un peu un réseau social, spécialisé d’accord mais réseau social quand même. Comme quoi, impossible d’y échapper.

    Des Matthias d’Ogremont, il y en a beaucoup et je les fréquente de loin en loin. Ils pensent avoir le monde dans leurs mains alors qu’ils ne sont que des marionnettes dans d’autres mains. Certains sont prisonniers de leur patrimoine et du bien-être de ceux qui les entourent. Trop réfléchir à son état reviendrait à imaginer son monde s’écrouler comme un château de cartes. La déchéance et le regard des autres c’est cela qui nous pousse à ne jamais freiner. Et pourtant, combien aimeraient tout recommencer et combien… recommencent. Personnellement, exploser une salle serveur à coup de batte de baseball, quel pied cela serait (doux rêve).

    Quand tous ces jeunes défilent pour la planète, seraient-ils prêts à abandonner ordinateur, smartphones, jeux vidéo énergivores. La critique est facile mais où sont les solutions. Aucun état ne rétro pédalera. Ce serait céder sa place sur l’échiquier mondial.

    Et ce cher Christian, qui a servi de modèle pour l’histoire de Matthias a-t-il des enfants de 18 et 20 ans qui sont dans les plus grandes écoles parisiennes qui coûtent une blinde ? A-t-on le droit d’abandonner et d’aller à la « détox » en disant à ses enfants « désolé, je n’ai plus de quoi payer ». Car si on travaille comme des forcenés c’est aussi pour leur avenir. Spirale sans fin que l’on a peur d’arrêter.

    Quand je regarde les passages de la BD avec la tarte aux pommes et les senteurs de sucre caramélisé et de cannelle, les mêmes flashs me viennent à l’esprit. D’autres de bonheur simple s’entrechoquent et révèlent un monde disparu ou le temps durait plus longtemps (et oui c’est possible).

    Il faut quand même dire que ces satanés objets connectés nous ont pourri même les vacances. Alors aujourd’hui, même si les mails et les SMS s’accumulent pendant ces moments familiaux… c’est tant pis pour eux. La détente avant tout et nul n’est indispensable.

    Je suis très curieux de connaître la suite de détox. Cette BD me touche de prêt, me fait rire en me donnant envie de pleurer. Comme on ne pleure que sur soi-même autant avancer.

    pysa Le 31/03/2019 à 21:48:53

    Patrick Rotman et Benoît Blary décrivent pas à pas les mois qui ont précédé la révolution russe d'octobre 1917. Les personnages sont réussis mais les décors sont parfois trop simplifiés. Ce récit historique est intéressant sans être passionnant.

    Rody Sansei Le 31/03/2019 à 18:56:14
    Le retour à la terre - Tome 6 - Les métamorphoses

    Un tome dans la lignée des 5 précédents : c'est toujours aussi frais et je suis content de relire Larcenet sur ce genre d'ouvrage (je suis beaucoup moins fan de ses BD plus noires).
    Mais, quelques années après (bien trop longues), ça reste au final plutôt léger, et malgré ma lecture plaisante, je ne pense pas acheter ce tome (et donc continuer la série).

    voltaire Le 31/03/2019 à 18:24:46

    Nous sommes en 1959 et Hugo Pratt a quitté l’Argentine pour l’Angleterre. C’est là qu’il réalise les 3 histoires de cette Ann de la Jungle.
    Autant le dire tout de suite il y a une certaine condescendance colonialiste qui n’est plus de mise et qui gêne un peu aujourd’hui. Pour autant ce n’est rien comparé aux histoires du même genre publiées Outre-Manche à l’époque.
    Nous sommes donc au Kenya, le détail est donné dès la première planche avec le blason de l’East African Protectorate et ce même si le nom du poste militaire est Gombi situé, lui, au Nigéria.
    Nous l’avons compris nous sommes dans la haute fantaisie. Ce livre est donc un recueil de « westerns africains » où les tribus locales tiennent le rôle habituel des Indiens. La première aventure est axée sur la révolte des Wagaïas, guerriers aussi féroces que fictifs. Certaines péripéties semble directement héritées des films d’aventures, celle de l’arsenal est peu ou prou tirée des « Trois Lanciers du Bengale ».
    Si les trois autres histoires ont des prétextes et arguments différents, la présence de tribus révoltées sera toutefois toujours d’actualité.
    La deuxième histoire préfigure davantage Corto puisque nous partons à la recherche d’une cité égyptienne antique, avec cette fois une influence d’Edgar Rice Burroughs avec Tarzan.
    L’histoire suivante parle de réprimer un trafic d’esclaves organisé par un militaire britannique au profit de marchands arabes.
    Quant à la dernière histoire, elle reprend le fameux mythe du cimetière des éléphants. C’est d’ailleurs cette dernière aventure qui permet de dater l’ensemble de l’album à une période d’avant 1914 puisqu’il est question de la colonie allemande du Tanganyka.
    Aux limites précisées d’entrée, la mayonnaise de l’ensemble fonctionne assez bien pour peu qu’on ait envie de lire un bon album d’aventures. L’amateur verra surtout poindre ici et là les prémices d’œuvres plus ambitieuses, les aventures de Corto qui vont maturer quelques années encore.
    On aura tout dit quand on aura précisé que cette Ann, une jeune ado dans le livre, est le portrait d’Anne Frongier que Pratt avait connu gamine et dont il fera son épouse en 1962.

    keroro Le 31/03/2019 à 17:37:00

    Magnifique histoire sans paroles fantastico-préhistorique. Impossible de raconter ou résumer, il faut se plonger dedans et impossible aussi de décrocher. Le dessin et les couleurs sont bluffants. On vogue ici dans la BD très haut de gamme, dans les eaux du fantastique travail de Jens Harder.
    Seul et unique reproche : le format est bien réduit pour des planches aussi somptueuses.

    Yayayoute Le 31/03/2019 à 15:49:55

    Outre la corde "Le Chat", Geluck en a bien d'autres à son arc pour lancer ses flèches sur le politiquement correct, nos défauts, nos principes intangibles, nos petites vanités, nos méchancetés.
    Dans la lignée des Desproges, le trublion Geluck vise juste et bon nombre de bien pensants se verront ciblés.
    Texte et dessin : rien que du bon.

    herve26 Le 31/03/2019 à 15:27:37
    Détox - Tome 1 - Tome 1

    C'est avec surprise que j'ai découvert en librairie la dernière bd signée Jim. Alors que je l'attendais pour le fin du second diptyque d'"une nuit à Rome", voilà que Jim nous offre une grande bouffée d'air frais avec "Détox", dont il réalise le scénario et le dessin des personnages, avec Antonin Gallo qui assure la partie décor. Pour comprendre l'histoire de cet album,(scénario et méthode de travail) je vous invite à vous rabattre sur la version canalbd de cet album limitée à 1200 exemplaires).
    L'histoire? Elle est toute simple, un cadre sup au bord du burn out , part sur un coup de tête, rejoindre un stage de détox, où il devra abandonner notamment son "cordon du monde", son téléphone portable.
    Le scénario repose essentiellement sur le personnage de Matthias, cadre sup bourru et cynique, qui m'a fait songer , par son (mauvais) caractère à Gabriel , le grand père dans "l'adoption" de Zidrou & Monin. Les dialogues font souvent mouches et les situations cocasses.
    C'est drôle, émouvant parfois, et on regrette presque d'avoir attendre le tome 2 pour en connaitre la conclusion.
    Avec "Détox", Jim s'éloigne un peu de ses précédents albums qui traitaient de la crise du couple autour de la quarantaine, avec des personnages au physique plus commun.
    Côté dessin, je suis toujours aussi fan du dessin de Jim, avec une mention spéciale pour la mise au gris d'Antonin Gallo, qui donne à cet album un relief particulier.
    Un lecture très agréable

    thieuthieu79 Le 31/03/2019 à 12:29:28
    Le projet Bleiberg - Tome 3 - Le patient 302

    Un final pauvre en révélations (mis à part l'identité de ce fameux Patient 302 que j'avais déjà devinée dans le Tome 2).
    En revanche ce dernier tome fait la part belle à l'action, entrecoupée de Flashback du Patient 302.
    L'ensemble s'imbrique parfaitement bien et, grâce au dessin mais surtout à la colorisation de Peynet (qui réalise là encore un super boulot), les 2 époques se différencies au premier coup d'œil.
    Dans cet album, il ne faut donc pas chercher à trouver un scénario renversant, mais simplement profiter du bon moment que nous fait passer l'album.
    La série complète, qui est une fiction mais qui utilise des faits historiques réels, est largement convaincante et réussi à nous embarquer avec elle jusqu'à la fin, sans jamais s'essoufflée.

    Au Fil des Plumes Le 31/03/2019 à 12:06:28
    Yin et le dragon - Tome 3 - Nos dragons éphémères

    Suite et fin des aventures de Yin, jeune chinoise qui a sauvé un dragon d'or durant une pêche avec son grand-père.L'heure est grave, le Monde est menacé et sa survie dépend du dragon d'or que Yin a sauvé. Accompagné de la petite fille bornée et de ses amis, le dragon va devoir combattre Xi Qong, le dragon noir.Le scénario est plein de suspens et de rebondissements. Ce tome est centré sur la bataille finale. J'ai été tenue en haleine tout le long de ma lecture. J'avoue avoir vu arriver la fin de cette série avec beaucoup de tristesse mais ce dernier tome rend vraiment hommage à la série en clôturant de façon magistrale cette trilogie. Les amateurs ne seront pas déçus.Au- delà de l'histoire, j'aime le message que transmet cette BD. Le respect des anciens et des autres mais aussi de notre planète est au centre de cette trilogie.Les personnages connaissent une belle évolution. Yin se montre très courageuse et têtue. Le soldat et les enfants des rues vont devenir ses fidèles amis. Les relations qui se tissent entre eux sont fortes. Mais c'est le lien entre le dragon d'or et Yin qui m'a le plus attendri.L'esthétique est toujours aussi belle mais un peu plus sombre au niveau des jeux de couleurs.

    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    pierren25 Le 31/03/2019 à 12:04:35
    Alix Senator - Tome 5 - Le Hurlement de Cybèle

    Ce cinquième tome est en baisse par rapport au précédent, notamment au niveau du scénario que je trouve nettement moins bien. De plus, la castration de Khephren n'a rien à faire dans un album de cette série.

    herve26 Le 31/03/2019 à 11:58:38

    Quel raffinement dans cette bande dessinée pour adultes.
    Habitué du genre, je suis encore sous le charme de cette première intégrale qui avec un dessin très sensuel, est une véritable révélation. C'est en tombant sur la parution de la seconde intégrale, que j'ai finalement cédé à l'achat de cette série que je ne connaissais que de nom.
    Il faut avouer que les dessin sont somptueux Avec un choix de couleurs limitées (noir & blanc avec une pointe de rouge toujours très bien ciblée), les auteurs nous offrent une histoire très sensuelle malgré des scènes très hard classiques et des dialogues parfois très crus qui tranchent avec l'érotisme raffiné des dessins.
    Là où la plupart des bandes dessinées pour adultes ne sont qu'un catalogue de scènes hard, nous avons le droit ici à un scénario élaboré et crédible, avec des chapitres où l'on découvre le point de vue des personnages, Iris et Simon, le tout pimenté par les aventures saphiques (et terriblement excitantes) de Charlotte .
    Bref, une très belle réussite, et je me demande encore pourquoi je suis passé à côté de ce petit chef d’œuvre de la bande dessinée érotique.
    L'histoire se conclut par un cliffhanger qui ne peut que nous entrainer dans l'achat de la seconde intégrale.

    sebastien01 Le 31/03/2019 à 10:25:34

    Superman Doomed est un méga crossover, un brin bourrin, ponctué de quelques intrigues secondaires et qui laisse la part belle aux autres membres de la Ligue de Justice (Superman #30-31, Action Comics #30-35 + Annual #3, Superman/Wonder Woman #7-12 + Annual #1, Supergirl #34-35, Batman/Superman #11 et Superman: Doomed #1-2).

    Superman affronte une nouvelle fois Doomsday. Sorti vainqueur de ce combat, il est infecté par le virus de son adversaire et ne tarde pas à prendre l’apparence de celui-ci. Débute pour lui un double défi : lutter contre son démon intérieur qui le pousse à oublier son idéal de justice tout en se préparant à affronter une menace plus grande encore qui se profile.
    Au-delà du quota de baston réglementaire (et, autant être prévenu, il y en a pour des pages et des pages), l’histoire est intéressante pour la lutte que mène Superman contre lui-même, pour le rôle intriguant joué par Lois Lane et la galerie de personnages secondaires (Superman partage l’affiche avec Wonder Woman, Batman et bien d’autres encore). Malgré le look très réussi qui lui ait donné, Superman ne bascule jamais véritablement du côté obscur, son dialogue avec lui-même sonne juste et il parvient jusqu’à bout à garder la maitrise de son destin. Il faut lire cette histoire comme un bon gros défouloir, un blockbuster sans prise de tête, et porter plus attention au dessin qu’au scénario de Pak / Soule / Lobdell (les scènes d’action sont en effet par moments spectaculaires).

    Enfin, un très grand nombre d’auteurs aux styles variés se succèdent au dessin tout au long de la vingtaine d’épisodes que constituent cette histoire. Si certaines d’entre eux s’en sortent avec brio (tels Ken Lashley, Ed Benes ou Tony S. Daniel), d’autres sont moins époustouflant voire moyen. Il est évident qu’un crossover doive composer avec plusieurs dessinateurs – d’autant plus un crossover partagé entre six séries –, toutefois il semble exagéré de faire appel à vingt-six artistes... Malgré tout, l’ensemble reste cohérent.

    PS : Sauf à risquer une indigestion d’explosions et de coups de poing, il est déconseillé de lire d’une traite cet épais volume de plus de 500 pages.

    sebastien01 Le 31/03/2019 à 10:24:55

    En 2013, à l’occasion des 75 ans de la naissance de Superman, DC Comics publie une mini-série mettant le personnage à l’honneur avec deux de ses auteurs les plus en vue : Scott Snyder et Jim Lee (Superman Unchained 2013, #1-9).

    L’histoire débute de manière très intéressante avec la découverte d’un nouveau personnage – ou d’une nouvelle arme comme il faudrait plutôt l’appeler – dont Superman va bientôt faire la connaissance. Wraith, un autre surhomme, est plus grand, puissant, monstrueux et radical que Clark Kent et surtout inféodé à l’armée américaine. C’est de leur relation que l’histoire traitera tout du long, Superman incarnera l’espoir en l’humanité toute entière tandis que Wraith sera la défiance et la protection des intérêts des Etats-Unis avant toute autre considération. Un dialogue et une lutte somme toute classique entre le Bien et le Mal.
    A cette intrigue, viennent se greffer Lex Luthor, un groupe terroriste, le général Lane, sa fille Loïs, et les traditionnels alliés de Superman mais il ne s’agit que d’à-côtés, l’intrigue principale réside bien dans la relation Superman / Wraith. Cette relation justement aurait mérité d’être approfondie et leurs points de vue respectifs davantage justifiés. Les deux protagonistes passent trop rapidement d’alliés à ennemis et le sacrifice final de l’un des deux parait précipité (bien que l’on en devine la raison à la lecture des belles paroles qui l’accompagnent). Ceci dit, cela reste un très bon comics mais il ne faut pas en attendre un argumentaire digne d’un essai philosophique.

    L’histoire vaut le coup aussi, et surtout, pour le dessin de Jim Lee, un des meilleurs dessinateurs qui soit. Dix ans après sa précédente histoire de Superman – "Pour demain" – son coup de crayon n’a pas pris une ride (au contraire de Superman qui, lui, apparait ici bien plus jeune). A noter aussi la présence au dessin de Dustin Nguyen, dans des back-up sans véritable intérêt (si ce n’est peut-être de soulager Jim Lee, la VO ayant connu une publication chaotique avec neuf numéros distillés sur un an et demi).

    NB : L’édition d’Urban Comics est au top avec une soixantaine de couvertures variantes, les crayonnés des couvertures régulières et le script crayonné de l’épisode #1.

    kurdy1207 Le 31/03/2019 à 10:18:48
    Monument amour - Tome 2 - Femmes de pierre

    Une histoire poignante du sculpteur Camille LE MOALL de retour de la grande guerre. Il va tenter de reprendre ses activités avec pour désire secret de redonner la vue à la statue de sa femme. Celle-ci, grande déprimée, à juste raison, s’est crevée les yeux avant de se suicider par empoisonnement. Notre sculpteur lui a alors dédié une statue sur sa tombe dont la nudité va froisser les parents. La statue n’a pas encore ses yeux car Camille est à la recherche du regard de sa femme qui fuit son esprit. On va le croire fou et il sera interné. Mais tout ceci n’est qu’une manipulation due à son beau-père qui cache un lourd secret. Il réussira à sortir de l’internement grâce à des amis et…

    La suite fait très mal quand le secret du beau père est enfin dévoilé. Mais la fin de l’histoire est magnifique et certainement l’un des plus beaux hommages à ceux qui sont morts pendant la première guerre mondiale mais aussi à tous ceux qui ont survécu. Le titre de la BD prend alors tout son sens.

    Dans cette histoire, il y a beaucoup d’autres éléments poignants comme tous ces chiens estropiés de la guerre que Camille va adopter et qui sont omniprésents tout au long des deux albums.

    Je conseille la lecture de cette histoire, avec la cruauté comme toile de fond mais qui n’est qu’un hymne à l’amour.

    Krompir Le 31/03/2019 à 05:53:27
    Le guide - Tome 25 - Le guide de la soixantaine

    Cette série affiche une belle constance, et c'est tout à son honneur : la nullité totale, conne et irrémédiable. Ainsi on sait d'avance qu'il est illusoire de vouloir chercher un atome d'humour dans ce purin fétide. Versons une larme pour les arbres tronçonnés lors de l'impression de cette néantise.