Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les avis de la bedetheque

Visualiser les 44143 avis postés dans la bedetheque
    Roudy Le 13/09/2018 à 17:19:13

    FLORILEGE DU TOME 1 :
    p37 : les bulles de la case 2 sont à inverser.
    p120 : 1er case, c'est l'inspecteur qui dit vous avez ma parole ??!!! Les deux bulles sont à inverser.
    p274 : ma préféré, la fille, dans le sens de lecture japonais, ... rentre sous la pile de livres ... alors qu'on contraire elle doit en sortir ... les 4 cases de la 3ème ligne sont à inverser (déjà la même erreur dans l'édition précédente).
    p312 : 1er case, dialogue à inverser.
    p390 : deux bulles seulement ... vous avez réussi à les mélanger... bravo.

    Il y en a autant dans le tome 2, j'ai arrêté de les comptabiliser, déjà que le boulot de traduction est médiocre (surtout dans l'intégrale 2).

    Roudy Le 13/09/2018 à 17:18:43

    La catastrophe de l'édition 90th osamu tesuka de l'histoire des trois adolf.

    Quelle honte de sortir une édition aussi pathétique de ce chef d'oeuvre.

    Pensé à renvoyer la personne payée pour relire et corriger, elle ne fait pas son boulot.

    FLORILEGE DU TOME 1 :
    p37 : les bulles de la case 2 sont à inverser.
    p120 : 1er case, c'est l'inspecteur qui dit vous avez ma parole ??!!! Les deux bulles sont à inverser.
    p274 : ma préféré, la fille, dans le sens de lecture japonais, ... rentre sous la pile de livres ... alors qu'on contraire elle doit en sortir ... les 4 cases de la 3ème ligne sont à inverser (déjà la même erreur dans l'édition précédente).
    p312 : 1er case, dialogue à inverser.
    p390 : deux bulles seulement ... vous avez réussi à les mélanger... bravo.

    Il y en a autant dans le tome 2, j'ai arrêté de les comptabiliser, déjà que le boulot de traduction est médiocre (surtout dans l'intégrale 2).

    6350frederic Le 13/09/2018 à 16:39:03
    Secrets - La corde - Tome 2 - Tome 2/2

    J'ai du mal avec les dessins , les personnages se ressemblent beaucoup , les décors très brutes , seul l'histoire passe , encore qu'elle soit très stéréotypée , pas le meilleur de la serie

    mandragore Le 13/09/2018 à 14:05:56
    Les gardiens de la Galaxie (Marvel Now!) - Tome 3 - La fin des gardiens

    Je ne comprend pas, le tome 2 contient les épisodes US "Guardians of the Galaxy (2013)" #4-10 et le tome 2 14 à 17. Où sont les numéros 11 à 13 ?

    kingtoof Le 12/09/2018 à 22:33:52
    Momo - Tome 1 - Tome 1

    Belle performance des auteurs.
    Un album jeunesse sur l'absence, le deuil, la liberté, l'enfance, l'adolescence... mais également la vieillesse...
    Tout cela avec beaucoup d'humour et de tendresse.
    Une ode aux créations japonaises et au début des années 90.

    biggyjay Le 12/09/2018 à 21:57:13
    Le club des cinq (Nataël/Béja) - Tome 1 - Le club des cinq et le trésor de l'île

    Une adaptation réussie.
    J’ai retrouvé dans cet album ce qui me plaisais dans Le Club des Cinq étant plus jeune.
    Le récit est bien écrit et bien rythmé. On retrouve, grâce au trait très « ligne claire » de Béja, beaucoup de clins d’œil à Tintin, tant dans les cases que dans les textes. Le dessin est très joli et convient à merveille au récit.
    On pourra trouver un côté un peu vieillot dans l’album, comme s’il avait échappé à l’adaptation. J’aurais tout autant apprécié un peu de modernité dans le récit de cet album car, en 2018 ça peut paraître décalé aux yeux de certains.
    Le Club des Cinq et le trésor de l’île demeure une lecture agréable alors profitez ou faites-en profiter !

    kingtoof Le 12/09/2018 à 21:16:47
    Le chat du Rabbin - Tome 8 - Petit panier aux amandes

    Encore un album très agréable.
    Ce nouveau Chat du Rabbin est un vrai rayon de soleil, avec sa belle couverture.
    Sfar continue de se moquer de sa religion et de ceux qui suivent (ou non) ses préceptes.
    Ce cher Joann est en train de revenir en grande forme, au top !

    Yovo Le 12/09/2018 à 20:10:51

    J’avais déjà fait l’éloge de Vincent Perriot dans mes avis sur Paci et Belleville Story, mais je ne l’attendais pas du tout sur de la SF et là, je dis bravo ! Non pas que "Negalyod" soit un chef d’œuvre absolu, mais c’est une excellente nouvelle pour la BD que des auteurs au talent si singulier s’emparent de projet aussi dense et ambitieux que cet album.

    Le résultat est là : 200 pages de bonne SF à l’ancienne, immersive, vraiment dépaysante et très originale, même si le jeu des références lui donne un petit air familier. Le dessin et les couleurs sont parfaits. Ici, pas de palette graphique ni artifice numérique, mais juste un trait posé avec maitrise et sobriété pour en prendre plein les yeux ! La beauté des planches devrait donc mettre tout le monde d’accord.

    Dans le détail, le scenario est globalement très très bon mais les personnages pourraient être un peu plus approfondis (on aimerait en savoir davantage sur la Rébellion ou sur l’origine des dons de communication de Jarri...) et certains dialogues m’ont semblé un petit peu simplistes.
    Mais ne vous arrêtez pas à ces défauts – vous en trouverez peut-être d’autres – je l’ai dit, ce n’est pas parfait, mais c’est une BD vraiment enivrante à lire absolument !

    Blueberry13 Le 12/09/2018 à 18:57:05

    Du grand art !
    La colorisation est splendide, Vincent Perriot s'est éclaté sur cette album et cela se ressent, on croque à pleines dents ce magnifique ouvrage.
    Des pleines pages, double-page, de grandes cases ... Une fluidité étonnante tant dans l'action que dans la lecture.
    Un mélange d'ambiance western et SF mâtiné d'aventure et la recette fonctionne merveilleusement bien.
    Une bonne édition de la part de Casterman.
    Comme beaucoup je relirais avec plaisir et je suis sûr de découvrir de nouvelles choses.
    A n'en pas douter, cet album sera un des tournants marquants de l'auteur. Bravo.
    A conseiller et à dévorer !

    loel Le 12/09/2018 à 16:03:02

    Les grincheux diront que ce merveilleux album plagie Gir/Moebius mais tous les auteurs s'inspirent de leurs prédécesseurs.
    En fait la critique négative précédente m'a convaincu d'acheter l'album.
    Editer les 206 pages d'un coup nous change du découpage habituel fait pour maximaliser les profits ou minimiser les pertes
    car de nombreux acheteurs s'arrêtent après le tome 1.
    Encore merci à l'auteur.

    Cellophane Le 12/09/2018 à 11:05:12
    Bug hunters - Tome 1 - Le prisonnier virtuel

    Je ne sais pas pourquoi cette BD ne fonctionne pas à plein.
    Les dessins sont très bons, précis, donnant à voir un monde original et crédible. Les personnages sont tous identifiables et les couleurs apportent une ambiance sympa.

    Les filles sont girondes, il y a de l’action, un poil de sexe, du mouvement dans le dessin, de la précision…

    L’histoire se tient plutôt bien, elle est cohérente, on suit en comprenant tout, il y a quelques traits d’humour…

    Et pourtant, ça n’est pas complètement prenant.

    On lit la BD avec plaisir, certes, mais pas délectation. L’histoire se déroule, c’est bien et quand c’est fini… Ben c’est bien aussi.

    Alors je ne sais pas, le danger ne se ressent pas totalement, le suspens non plus… On n’arrive pas complètement à s’attacher aux personnages : ils courent, tâchent de résoudre leur problème et avancer dans l’enquête mais on suit de loin, sans s’immerger totalement.
    Sans que je comprenne vraiment ce qui pêche…

    kurdy1207 Le 12/09/2018 à 08:19:20
    Brocéliande - Tome 5 - Le Miroir aux fées

    Je trouve la série un peu en perte de vitesse. Je n’ai pas du tout accroché à l’histoire de ce cinquième album. Le côté poétique est pourtant toujours présent mais les personnages principaux n’ont rien d’attirant. Quant aux fées elles n’ont rien de féerique, un comble ! Bref, j’ai lu cet album sans réel déplaisir et regardé les images sans réel intérêt. Espérons que les deux derniers albums retrouvent le niveau des trois premiers.

    PlastuProf Le 11/09/2018 à 11:58:31
    Cúchulainn - Tome 1 - Trois Corneilles

    Rencontre à Lorient pendant un festival avec l'auteur. Un vrai plaisir ! Graphiquement superbe ! Un pur moment de bonheur visuel. A découvrir...

    Shaddam4 Le 11/09/2018 à 09:30:36
    Cannibal - Tome 1 - Tome 1

    L'album a été lu en numérique, donc hormis la maquette reprenant l'habillage d'une bouteille de Whiskey, aucun bonus hormis les couvertures des épisodes, ce qui est rare dans les comics.

    Cannibal vous transporte dans l’Amérique profonde, celle que les scénaristes américains illustrent de plus en plus dans leurs récits de genre, en cette période de Trumpisme où une Nation s'interroge sur son sort et sur la viabilité à faire encore cohabiter des populations si différentes et notamment un Sud réactionnaire, violent, anti-autorité. Car sous un habillage d'histoire d'horreur se cache surtout la chronique d'une fratrie de la Louisiane, un endroit où le centre est le bar, où tout le monde se connaît et où on chasse les étrangers (entendre "étranger au comté"...) à coups de barres de fer. Surtout, un endroit où comme jadis dans l'Amérique pré-Union, les habitants se font justice eux-même en vague forme de milice et où le Shériff bien loin de sa tutelle ferme les yeux. Un univers où la petite amie est gogo-danseuse et où le héros défonce un concurrent juste au cas où...

    L'esprit des scénaristes n'est donc pas à dresser des proximités entre lecteur et personnages. Je ne sais si c'est le dessin ou la construction mais on a du reste un petit peu de mal à suivre qui est qui entre tous ces grands gaillards redneck. La seule once de fantastique reste cette rumeur lancinante qui revient discrètement qui nous fait comprendre que certains deviennent cannibals et l'album s'ouvre et se termine sur une telle scène. C'est tout. Pour une série titrée Cannibal on peut considérer qu'il y a tromperie sur la marchandise. Je ne dirais pas cela mais simplement que l'action tarde un peu à venir comme l'enquête de ce shériff noir très zen qui sait gérer sa population de sang chaud. Le cœur de l'histoire, très bien dessinée (un peu à la manière de Sean Murphy) est intéressant à suivre et l'on a envie de connaître la suite. Ce premier volume de Cannibal est à consommer tranquillement, au calme, sans s'énerver. Il ne vous retournera pas mais vous fera voyager dans un lieu où l'on a pas très envie de vivre et cette immersion convaincante justifie sa lecture.
    Lire sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2018/09/11/cannibales

    herve26 Le 10/09/2018 à 23:14:15

    S’il est un album incontournable pour cette rentrée, c’est bien « Negalyod », de Vincent Pierrot. D’une part cet opus est , graphiquement sublime. Avant de me lancer dans la lecture, j’ai passé du temps à feuilleter les pages, à rester bouche bée devant les pleines pages, les doubles pages, qui évidemment font furieusement penser au style de Moebius , voire de Giraud pour la partie « western ». Amateur éclairé des bandes dessinées en noir et blanc, j’ai appris qu’une édition en n&b de ce one shot était prévue, pourtant je pense que l’intérêt d’une telle bd réside dans les formidables couleurs de Florence Breton, un choix parfaitement assumé par l’auteur, puisqu’elle avait travaillé avec un certain Giraud.
    On sent que Vincent Perriot s’est fait plaisir avec cette bande dessinée, cela se sent, cela se voit à travers l’album (d’ailleurs j’ai trouvé que Jarri, le personnage principal, avait un côté très Cosey).
    Mais j’avoue avoir été bluffé devant la beauté des planches qui nous sont présentées, l’auteur nous offre ici des scènes fabuleuses : des scènes muettes avec des dinosaures, d’un dynamisme ébouriffant, qui oscille sans cesse entre la science –fiction (style Moebius) et le Western (style Giraud). Honnêtement, je crois que cela faisait longtemps que je n’avais pas pris autant de plaisir à seulement découvrir les planches de cet album, un album de près de 206 pages, à un prix très abordable, assez rare dans le monde de l’édition, ce qu’il faut souligner, signe d’une certaine confiance envers l’auteur. C’est un pari mais un pari réussi.
    Même si, d’autre part, le scénario peut, vers la fin, semble faiblir. En effet, à partir du moment où les ptérodactyles prennent un rôle majeur, le récit s’accélère de manière un peu trop précipitée et même si la finalité « du réseau » reste assez obscure (mais j’ai ma propre opinion : les personnes donnent au « réseau » ce qu’elles veulent voir réellement – l’espoir-avec la Nature- ou la mémoire- avec le souvenirs des morts-) , le lecteur aura toujours le loisir de donner à cette bd sa propre conclusion.
    Graphiquement superbe, d’un point de vue scénaristique partiellement imparfait, ce one shot reste néanmoins une petite perle incontournable de cette rentrée.
    Un grand merci en tout cas à mon libraire, Franck, pour avoir attiré mon attention sur cet album depuis quelques semaines.

    kingtoof Le 10/09/2018 à 20:26:41
    L'homme de l'année - Tome 14 - 09

    Bon album sur la bataille de Teutobourg, plus connue sous le nom de désastre de Varus.
    Arminius peut vraiment être considéré comme l'homme de l'année 9 après JC, car sa victoire / traîtrise arrêtera l'expansion romaine en Germanie. L'empereur Auguste et ses successeurs trouverons plus raisonnables de ne pas s'aventurer plus loin dans ces profondes forêts peuplées de tributs celto-germaniques.

    kergan666 Le 10/09/2018 à 20:23:46
    Zeppelin's War - Tome 3 - Zeppelin contre Ptérodactyles

    je n'ai pas l'habitude de donner de mauvaises notes car je suis bon public.
    pourtant j'aurais pu être beaucoup plus méchant.
    mais, là, je suis totalement en adéquation avec les autres avis.
    pourtant les uchronies peuvent être très sympas quand le scénario tient la route.
    qui ne s'est pas déjà demandé, et si...
    si Napoléon avait gagné à Waterloo, si Vercingétorix
    avait battu César ou encore si Hitler avait gagné la WW2.
    dans cet album il n'y a pas grand chose à sauver.
    les dessins et les couleurs sont passables.
    le scénario est indigent.
    Raspoutine est caricatural.
    le coté mystique de Hess ne transparait pas.
    Hitler se passe de commentaires car je risque d'être vulgaire.
    seul Göring passe encore car c'était réellement un pilote casse coup.
    bref, une bd qui ne restera pas dans les mémoires.

    6350frederic Le 10/09/2018 à 14:34:10
    Yttrium - Tome 1 - Les Chants cosmiques

    Tres confus et les dessins ne sont pas à la hauteur , on ne sait pas ou on va et on s'ennuie assez vite , dommage Makyo nous avez habitué à mieux

    6350frederic Le 10/09/2018 à 14:31:27

    J'aime bien les dessins qui collent parfaitement à cette histoire mais le scenario un peu trop stéréotypé nous laisse un peu sur notre faim , mais se lit quand meme avec plaisir sans être indispensable

    Shaddam4 Le 10/09/2018 à 09:50:16

    Le format comics léger et peu cher est inséré dans une jaquette couleur. La couverture est très attirante avec un dessin type manga. Une interview assez vide conclut le volume, où le principal intérêt (pour qui n’est pas un fanatique de l’auteur Tom De Longe) réside dans les illu de concept très sympa, De Longe ne disant que des platitudes qui ne nous apprennent rien sur la BD et sa réalisation. Étonnant…

    Le monde des rêves existe! Deux frères sont des Poets, dotés de la capacité de circuler entre les deux mondes et de « rêver éveillés ». Ils vont se retrouver au cœur d’une terrible machination du maître des cauchemars qui aspire rien de moins que semer le chaos sur le monde réel…

    Poet Anderson – the dream walker est un coup marketing réussi comme les américains en ont la science. L’interview de Tom De Longe reflète un projet multi-médias qui semble avoir été montée pour développer et vendre une création pensée comme un clip et non comme une BD. Attention, je ne dis pas qu’il s’agit d’une mauvaise BD, loin de là! Simplement la communication faite autour d’un objet très graphique est à l’échelle d’un gros projet ambitieux… ce que n’est résolument pas Poet Anderson, que je vois plus comme un sympathique one-shot. C’est dommage car le travail sur l’univers visuel est vraiment sympa, les design très réussis et l’idée d’un passage entre le monde réel et celui des rêves, si elle n’est pas franchement révolutionnaire, reste toujours sympathique avec beaucoup de possibilités (on se souvient de Matrix pour ne citer qu’un exemple). Le délai entre la première publication du tome 1 et un second volume qui ne pointe toujours pas le bout de son nez me laisse très pessimiste sur une suite à cette histoire. Personnellement je n’aime pas les histoires qui n’ont pas de fin et les auteurs (surtout réputés) qui ne respectent pas leurs lecteurs. Du coup je reconnais que j’ai un sentiment ambigu après la lecture de cet album…

    Mais concrètement qu’avons-nous? Comme dit en résumé, Anderson est le sauveur attendu pour équilibrer les deux mondes face à la menace apocalyptique d’une perversion du monde réel par l’entité maléfique issue des cauchemars. Les concepts et personnages lancés par ce tome sont nombreux et relativement riches, les thèmes archétypaux et mythologiques (le Mal, la fée,…) sont également toujours de bons points pour une histoire fantastique. Le drama est à la hauteur (bien que l’histoire avance très vite) avec dès la fin de ce premier volume, un danger bien palpable qui donne du corps à cet univers. Il y a bien quelques facilités de construction avec ces aller-retour des deux frères entre les deux mondes et la temporisation dans l’apparition des pouvoirs du héros, mais globalement on a un comic-manga très sympathique et visuellement assez réussi (très coloré).

    Je suis assez gêné car peut-être que dans cinq ans après la clôture de l’histoire en 3-4 volumes je serais dithyrambique sur un monde fantastique puissant et onirique, mais le risque d’un album mort-né me laisse sur mes gardes… L’impression que la BD n’est qu’un gadget autour d’un court ou long métrage d’animation fait craindre le simple objet promotionnel pour le groupe de rock de De Longe… Je vous laisse juges…

    Lire sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2018/09/10/poet-anderson/

    kurdy1207 Le 10/09/2018 à 08:36:19

    Je trouve que les auteurs ont fait très fort avec cette BD en nous livrant directement ce que l’on pourrait appeler une intégrale (204 pages correspondent peu ou prou à 4 BD). Le scénario est excellent et les dessins restent bons tout au long de l’album. Que de nombreuses scènes puissent provenir d’albums de Moebius ne me gêne pas tant que ça. Il faut le prendre plus pour un hommage que pour un plagiat. J’ai adoré !

    sebastien01 Le 09/09/2018 à 22:27:57
    Ultimate X-Men (Marvel Deluxe) - Tome 2 - Tournée mondiale

    Après un concentré d’action sur les deux premières histoires de ces nouveaux X-Men, ce deuxième Deluxe débute bien plus posément (Ultimate X-Men 2001, #13-25). Le professeur X disserte sur les relations humains-mutants, les X-Men s’attachent à réaliser de bonnes actions, Colossus exprime ses doutes quant à sa condition de mutant, on découvre le terrible fils de Charles Xavier, le tout saupoudré d’un brin de tendresse. Des aspects relationnels qui manquaient jusqu’alors et ne permettaient pas de voir les X-Men comme une famille.

    La seconde moitié est plus décousue, les séquences s’enchainent sans véritable fil conducteur : ainsi, une nouvelle recrue arrive à l’Institut Xavier tandis que les parents d’Iceberg veulent lui intenter un procès, Jean Grey revoit les visions du Phénix alors que Sebastian Shaw réveille le Club des Damnés et le Fauve drague en ligne provoquant le retour de Magneto. Un deuxième Deluxe qui se conclue par un épisode fill-in autour de Gambit et Hammerhead.

    Pour résumer, un tome qui développe la personnalité des personnages et de l’équipe en général à défaut de faire avancer l’histoire. A noter, un épisode #23 croustillant mais malheureusement dessiné par Kaare Andrews dans un style proche de l’illustration pour la jeunesse, bien loin du registre des autres épisodes.

    sebastien01 Le 09/09/2018 à 22:27:36
    Ultimate X-Men (Marvel Deluxe) - Tome 1 - Bienvenue chez les X-Men...

    La ligne Ultimate de Mark Millar devait rajeunir le lectorat des séries Marvel et lui en faciliter l’accès en se détachant de dizaines d’années de continuité scénaristique. Elle constitue aussi un lien avec l’univers cinématographique de Marvel ; là où la série "Ultimates" a inspiré le film Avengers, la série "Ultimate X-Men" s’est à l’inverse inspirée du premier film X-Men de Bryan Singer sorti en 2000. Du moins en ce qui concerne le look et la personnalité des mutants.

    S’agissant d’une série qui devait s’adresser à de nouveaux lecteurs, la première intrigue de ce premier Deluxe se contente de poser les bases (Ultimate X-Men 2001, #1-12) : recomposer une équipe de X-Men (Cyclope et sa confrérie, Tornade, Colossus, le Fauve, Marvel Girl, Wolverine et le petit nouveau Iceberg), identifier les antagonistes principaux (Magneto, les Sentinelles et le colonel Wraith) et surtout produire un scénario sans finesse (détruire ou ne pas détruire l’humanité...).
    La seconde histoire n’est guère plus subtile ; il est question d’unir les mutants bons et méchants autour du projet Arme X du colonel Wraith, un prétexte à beaucoup de castagne en définitive. Wolverine y est le personnage le plus approfondi, les autres mutants en sont réduits à faire de la figuration sans trop de développement psychologique.

    Et côté dessin, c’est ce que l’industrie du comics fait de plus mainstream ; Adam et Andy Kubert font du très bon travail (et il faut souligner les couvertures d’Adam Kubert et de Richard Isanove) mais leur dessin manque terriblement de personnalité. Quant au physique de leurs personnages, on ne sort jamais du registre de l’athlète et de la bimbo.

    kingtoof Le 09/09/2018 à 22:11:43
    Seuls - Tome 1 - La disparition

    Un album pour pré-adolescents...
    L'histoire est mystérieuse et bien construite.
    Mon garçon attend la suite pour en savoir plus...

    kingtoof Le 09/09/2018 à 20:02:16
    L'ancien temps - Tome 2 - Puisque tout le monde veut la guerre

    Neuf ans d'attente !!!
    Je suis tout de même heureux que Sfar ait pris le temps de continuer et je pense terminer cette série.
    Pour ce tome 2, l'auteur a souhaité nous offrir un hommage aux jeux de rôle et à l'Héroic Fantasy.
    Album sympa qui rappelle "l'Ancien Temps" à l'époque de Donjon et de ses nombreuses déclinaisons.

    Cellophane Le 09/09/2018 à 18:34:15
    Seuls - Tome 11 - Les Cloueurs de Nuit

    J’aime assez bien le personnage d’Yvan et j’ai été plutôt content de le suivre. Carré, logique, il se débrouille bien et ses décisions sont cohérentes, rendant l’ensemble plutôt sympa à suivre.

    Il y a un côté plus sombre, voire malsain, dans son histoire, ce qui est assez bien rendu dans les scènes, même si, restant une BD jeune public, ça reste tout de même assez soft.

    Mais l’ambiance change et le trait de Vehlmann s’accommode bien à l’histoire. Les couleurs rendent, elles, particulièrement bien l’oppression voulue par ce tome.

    Cela dit, les brefs passages sur les autres ne sont que des clins d’œil, peu utiles, juste histoire de dire qu’ils existent, et toute la trame autour des familles m’est passé au-dessus, tant je ne me souviens plus des enjeux qui m’avaient déjà un peu perdu.

    Agréable à lire, toutefois.

    Cellophane Le 09/09/2018 à 18:20:47
    Frnck - Tome 4 - L'éruption

    Les tomes se suivent et ne se ressemblent pas.

    J’avais aimé le premier, pas les deux suivants… Celui-ci réhausse mon opinion sur la série.

    Il y a déjà plus d’ambiance dans ce tome. D’abord parce que la situation est plus prenante avec l’éruption que la chasse aux lapins mignons.

    Ensuite, parce que les couleurs, les grandes cases, sont assez impressionnantes et nous plonge complètement dans l’histoire.

    D’ailleurs, celle-ci est plutôt bonne tout du long mais vaut surtout pour la révélation des dernières pages, bien trouvées et qui justifie le cycle de la BD !

    Cellophane Le 09/09/2018 à 18:10:44

    Il y a, d’un côté, le dessin. Lignes claires, épurées, simples. Les lieux sont dessinés avec simplicité et efficacité, et on se laisse guider dans l’histoire sans problème et avec plaisir.

    J’ai eu un petit problème à discerner parfois la nièce et la tante mais dans le contexte, on resitue assez bien.

    Pour l’histoire, en revanche, je mettrais quelques bémols.
    Certes, l’enquête du flic fonctionne plutôt bien mais un paquet de détails ne me convainquent pas.

    De la femme qui veut rentrer chez elle avec son mari au rêve prémonitoire qui n’apporte pas grand-chose, on a, ici et là, des petites touches qui ne sont pas mauvaises en soi mais dont on attend des résolutions qui ne sont pas à la hauteur, finalement.

    Pire : l’histoire n’est pas super prenante. D’accord, elle se tient, mais elle s’encombre de ces détails précédents qui alourdissent l’histoire et lui font perdre en efficacité.

    Pourtant, des dessins à certaines scènes, l’ambiance est bonne mais l’ensemble n’est pas aussi flippant qu’on aurait pu s’y attendre.

    Cellophane Le 09/09/2018 à 14:12:48

    Le concept est intéressant : montrer l’ennui qui habite une femme enceinte à rester alitée pendant 6 mois.

    J’ouvrais donc la BD, plein d’espoir et de confiance pour découvrir ce que vivent et ressentent ces femmes, ayant personnellement connu une qui fut dans ce cas.

    Las, la déception fut à la hauteur de mon attente…

    Finalement, cet opus est terriblement anecdotique.

    Découpé en petits moments d’une ou deux pages représentant une journée, on découvre une femme allongée sur son canapé, parfaitement entourée de sa fille, ses parents, son conjoint idyllique, une excellente copine, une sœur… Bref, plein de monde qui passe sans une once d’inquiétude.

    On parcourt l’album comme si des gens se retrouvaient et ressassaient leurs souvenirs heureux, leurs petits bonheur…

    Ce que je m’attendais à voir comme une terrible souffrance de l’ennui s’est révélé être des petits moments de bonheurs épars.

    Evidemment, il y a un drame dedans, même mais celui-ci (surtout celui-ci) passe comme une nouvelle anecdotique.

    Ici, rien n’est grave ou réellement désagréable et quand je m’ennuyais, ado, lors des longs dimanches sans fin, je n’avais pas plus de souci que cette femme…

    Des dessins simples aux couleurs douces permettent de s’immerger facilement dans l’œuvre mais le propos de celle-ci est hélas simpliste…

    Shaddam4 Le 09/09/2018 à 13:06:01
    Red Sun - Tome 1 - Mon frère

    La superbe couverture nous mets sous de bons auspices pour la lecture du premier album d’un nouvel éditeur à qui on pardonnera les quelques coquilles de textes. La maquette est simple, rien d’exceptionnel mais rien à reprocher non plus. L’album est annoncé en deux parties (j’aime ça) et les auteurs expliquent en fin d’album les découvertes des systèmes d’exo-planètes, réalité scientifique qui leur a donné l’idée de ce projet. C’est original et intéressant. Enfin, un making of des étapes conception d’une page par l’illustratrice clôture le volume, ainsi qu’un aperçu d’une page du prochain tome. On sent l’effort éditorial pour développer l’après-lecture et c’est très bien.

    En 2627 l’humanité a été asservie par un bloqueur génétique qui interdit toute violence, et donc toute révolte. Dans le système « Red Sun one » Cass et Bord’ sont frères et sœurs, mineurs travaillent dans des champs d’astéroïdes. Couvé par sa frangine, Bord’ ne rêve que de rejoindre la rébellion qui s’est émancipée du bloqueur génétique et combat pour la liberté des humains contre un mystérieux adversaire…

    Dans la série « une couverture c’est (très) important », Red Sun se pose là! Reprenant les codes de l’affiche de cinéma, avec des personnages forts et ses teintes chaudes solaires, l’album a l’une des plus belles couvertures de l’année. Tant mieux pour l’éditeur tant il est difficile de faire son trou. Là où ça devient intéressant c’est que la couverture est réalisée par l’illustratrice de l’album (assistée d’Antonio Di Luca mais l’on n’est pas dans la démarche commerciale utilisée par beaucoup d’éditeurs sur le modèle des comics US et que je trouve détestable)… et surtout qu’elle n’est pas trompeuse puisque les dessins intérieurs sont largement du niveau de la peinture de cette couverture. Comme on dit, « on ouvre un album pour ses dessins, on l’aime pour son scénario »…

    J’ai pris grand plaisir à la lecture de cette histoire SF qui sait instiller un mystère tenace tout au long du volume en induisant subtilement des informations sur les antagonismes. Les deux frangins sont attachants et crédibles par leurs options de vie opposés et les personnages secondaires (très peu développés, un peu dommage) appuient ce duo. L’intrigue progresse sans longueurs, essentiellement autour de ce frère que Cass va tout faire pour protéger et c’est justement au moment où l’on sent que l’on a besoin d’un événement pour progresser dans l’intrigue que survient la révélation finale. La tension est donc tout le long sur le fil et le côté tardif de l’accélération renforce l’envie de lire la suite. Gros cliffhanger, joli coup scénaristique, c’est très efficace.

    Niveau graphique, pour un premier album c’est déjà très fort. Le making-of explique la technique essentiellement numérique d’Alessandra de Bernardis dont la maîtrise anatomique (les postures des personnages dans toutes les situations sont sans faute) et la caractérisation des visages est vraiment intéressante. Le côté très numérique des couleurs et des textures peut paraître un peu lisse mais cela apporte aussi une ambiance typique de la SF spatiale. Peut-être un peu trop d’effets de lumières mais franchement, beaucoup de dessinateurs chevronnés ne s’en tirent pas mieux. Pour peu qu’elle progresse en publiant, on tient là l’une des illustratrices à suivre de ces prochaines années et qui pourra sans doute dessiner dans tous les styles tant sa technique paraît solide.

    Je suis vraiment content pour les auteurs et l’éditeur de parvenir à publier un premier album si costaud et qui pourra sans difficulté lancer une carrière à suivre.

    Lire sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2018/05/22/red-sun/

    mandragore Le 09/09/2018 à 12:12:07
    Star Wars Épisode 1 (Panini) - Tome 1 - Obi-Wan Kenobi

    Attention ils sont répertoriés panini alors que c'est Delcourt, j'ai eu un mal fou à les trouver sur le site.

    Rody Sansei Le 09/09/2018 à 07:09:26
    L'Âge d'or - Tome 1 - Volume 1

    Je ne suis pas fan du dessin de l’auteur (les « erreurs » de proportions et de perspectives à chaque page, certes voulues - du moins j'ose l'espérer -, me piquent les yeux), mais le travail sur les couleurs est phénoménal.
    Le scénario est quant à lui assez classique, mais la narration est très bien faite (j’adore notamment le déroulement d’une scène sur un même décor avec la répétition des personnages sur la même case : c’est visuellement superbe).
    Un bon 7/10 que je n’achèterai en revanche pas à cause du prix (je ne mets plus autant d’argent dans un livre).

    jmsimon Le 08/09/2018 à 21:11:18
    La cathédrale des Abymes - Tome 1 - L'Évangile d'Ariathie

    Un pur chef-d'oeuvre pour qui aime le style.
    Le scénario de Jean Luc Istin est à la hauteur de sa finesse.
    L'histoire d'un "destin" fantastique grandiose, c'est la recette du genre, mais menée avec brio, impossible de s'en lasser ici.
    Le dessin de Sébastien Grenier à la hauteur des 4 (!) années de travail investies.
    Chaque planche, on peut dire chaque case est un chef-d'oeuvre en soi, impossible d'en détacher les yeux.
    Un des meilleurs moments BD de l'année.

    biggyjay Le 08/09/2018 à 19:11:26

    La fresque de la vie d’un des plus célèbres criminels du début du XXe siècle : Jules Bonnot.
    Le scénario relate, les uns après les autres, les faits marquants de la vie de Bonnot. Hélas, ces événements s’enchaînent sans accroche, sans emmener le lecteur. Je n’ai pas trouvé dans cet album que les auteurs relataient la légende mais seulement les faits qui ont tissé l’histoire de La Bande à Bonnot. Peut-être le scénario est-il trop concentré sur Bonnot ? Je me suis ennuyé un peu du coup.
    Le dessin est bien mais pas exempt de reproches. Les couleurs donnent une atmosphère intéressante mais le trait semble un peu aléatoire quelques fois. Et, par exemple, les cases qui montre le vol de la voiture laissent le lecteur imaginer qu’elle roule très vite. Si cette voiture a pu dépasser le 50 km/h c’est tout ce qu’elle a pu faire. C’est pas très « raccord ».
    Dommage que le scénario ne donne pas plus dans la légende car la vie de Bonnot et l’époque dans laquelle se déroulent les fait peuvent donner de très belles aventures.

    kergan666 Le 08/09/2018 à 16:15:31
    Ekhö monde miroir - Tome 8 - La Sirène de Manhattan

    peut être que vieillir me rends mon bon public, du moins pour un certain type d'histoire.
    toujours est il que je n'ai pas spécialement aimé cet album.
    les dessins sont toujours très bons.
    les couleurs bien adaptées.
    mais le scénario n'est pas spécialement en adéquation avec les précédents tomes.
    Sigisbert n'apparait pas dans cette histoire alors que c'est une pièce maitresse des autres albums.
    quid également des transformations des Preshauns lorsqu'ils sont en manques de thé?
    j'ai quand même bien aimé centrale park dans un autre plan de la réalité.
    mais je n'ai pas du tout aimé cette pieuvre et toute cette histoire en général.
    j'ai l'impression que cet album montre bien le penchant d'Arleston à continuer à pondre des histoires dans un but uniquement mercantile.
    il faut savoir s'arrêter ou à défaut se renouveler.

    Docteur Jones86 Le 08/09/2018 à 15:31:26
    Ekhö monde miroir - Tome 3 - Hollywood Boulevard

    Le meilleur des trois premiers albums. C'est drôle et truffé de références plus fines qu'il ne peut y paraître. Le dessin est magnifique et l'écriture, si elle n'est pas super profonde, elle ne manque pas d'intérêt et de dynamisme. Plus j'avance dans les tomes et plus je trouve Ekhö génial!

    thieuthieu79 Le 08/09/2018 à 12:56:48
    Ninn - Tome 3 - Les oubliés

    Maintenant que le contexte du Métro Parisien et des Grands Lointains est installé, ce 3ème album nous raconte une histoire qui s’y déroule et qui y est beaucoup plus noire, sombre et complexe que dans les précédents opus. Il mêle personnages historiques, flashbacks, révélations et interrogations. Mais le tout reste tout de même largement accessible au lectorat auquel la série est destinée.
    Les mise en couleur est elle aussi volontairement assez sombre et froide pour coller à l'histoire. La patte graphique de Johan Pilet reste malgré tout largement reconnaissable.
    L'ensemble est rondement mené, relativement bien exécuté et fait du coup passez la série dans la cours des grands.
    Elle mérite que l'on y prête une grande attention.
    A n'en pas douté, partie sur cette lancée, elle va continuer de prospérer pour notre plus grand bonheur...

    Aswin Le 08/09/2018 à 11:45:31
    Mujirushi, Le signe des rêves - Tome 1 - Tome 1

    Un 1er tome d'introduction, dommage d'être coupé comme ça à la fin, surtout que le tome 1 manque d'action et donc on sait que tout se jouera dans le tome 2. J'ai été un peu déçu mais en même temps quand on sait que c'est un projet du Louvre et que donc l'auteur a eu certaines restrictions, on ne peut pas lui en vouloir niveau scénario! J'espère que le T2 relèvera la barre!

    Aswin Le 08/09/2018 à 11:42:07

    BD très divertissante sur 1959 et l'exode vers les Himalaya de nombreux Tibétains. Les personnages sont assez attachants, le dessin est sympa... L'histoire se base sur des faits réels et à travers cet Européen basé au Tibet on raconte l'histoire d'une date clé du Tibet.

    Cellophane Le 08/09/2018 à 10:13:06

    Un album de bonne qualité, même si c’est inégal.

    Le dessin de Ernst est simple, rond, agréable à regarder ; les couleurs aussi, généralement sur une nuance majeure et déclinées sur la page.

    Le tout donne une ambiance à chaque planche en 3 cases, généralement, et on s’y plonge facilement.

    Pour la teneur, cela varie et fera rire selon les gens…
    L’humour absurde n’est pas simple à faire mais pourtant, Ernst trouve toujours de bonnes idées – même si la statue de la liberté qui fait du bilboquet ne m’émeut guère…

    Le principe est souvent le même : une case pour poser l’ambiance, une case pour qu’on se demande ce qui se passe ou poser le problème, une case pour nous faire une chute en clin d’œil plus ou moins surprenante mais toujours décalée.

    Un album qui m’a un peu fait penser à du Mordillo mais avec un dessin moins rond.

    Sympathique moment.

    kingtoof Le 08/09/2018 à 09:00:17
    Jour J - Tome 34 - Le Dieu vert

    Dubitatif après avoir refermé cet ouvrage... La fin me laisse pantois... Je ne m'attendais pas à cela...
    Les dessins de Farkas sont très agréables, le scénario est bien huilé et nous raconte les péripéties de Jeanne la condottiere et d'Innana l'Amazone, qui vendent leurs services de "maîtres lames" entre l'Espagne et l'Afrique.
    Cet album permet aux auteurs de raconter leur histoire du monde au XVème siècle, ce qui fait que les aventures des deux héroïnes deviennent un prétexte pour raconter la Grande Histoire.

    herve26 Le 07/09/2018 à 23:35:05
    XIII Mystery - Tome 13 - Judith Warner

    C'est Jean Van Hamme en personne qui conclut (définitivement?)cette série de spin off consacrée aux personnages secondaires de la série XIII, et cela juste avant de nous offrir un second opus de "The XIII mystery, l'enquête".
    Cet album repose sur le nom de la jolie Judith, que l'on apercevait dans le diptyque "la nuit du 4 août", mais cet album aurait pu avoir comme titre celui de Jessica Martin, tant elle est présente dans les pages de l'album, tout comme dans le lit de Judith. Car Jean Van Hamme ne se refait pas: les scènes saphiques sont en effet nombreuses !
    Vieux briscard de scénarii, Jean Van Hamme use (ou abuse) des références de "The XII mystery", en nous vantant la couverture sur quelques cases (on dirait à de la publicité à peine déguisée) et réemploie un certains nombres de protagonistes de la série mère comme David Rigby, Danny Finkelstein, et l'inévitable tueuse Jessica Martin, s'offrant même le luxe de se référer à l'album "Colonel Amos".
    L'album est assez dense, avec comme à l'accoutumée des fausses pistes, des poursuites et de l'action. Seule le geste initial de Danny Finkelstein, à la fin de l'album, ne me semblait pas en adéquation avec son caractère.
    Côté dessin Olivier Grenson a fait un bon travail, avec un dessin encore plus réaliste que sur sa série "Niklos Koda".
    En tout cas, cet album s'inscrit dans les meilleurs de la série.

    philjimmy Le 07/09/2018 à 23:08:14
    Oliver & Peter - Tome 3 - Frères de Sang

    La fin d'un bien beau triptyque.
    Après la montée en puissance et la noirceur du tome 2, et une fois les protagonistes tous en place, les liens entre eux ayant été révélés, on se dirige hébété vers l'épilogue.
    Un scénario au cordeau, une vraie fin que l'on perçoit heureuse ou amère selon le point de vue des différents personnages et la boucle est bouclée. Un duo dessin-couleurs touché par la grâce.
    Reste-t-il quelque part un peu de poussière d'étoiles ?

    Yovo Le 07/09/2018 à 22:07:56

    Je trouve les avis à 2/5 un peu trop sévères... Certes, ce n’est sans doute pas complètement réussi ; je dirais qu’il manque quelques pages au milieu pour que le lien entre les 2 parties soit plus fluide. Mais la maîtrise technique de Varanda est admirable et ses dessins somptueux méritent la lecture à eux-seuls !
    Après, je comprends les réserves exprimées sur le scenario mais personnellement je l’ai compris comme une allégorie, un conte métaphorique dont la poésie sombre rappelle certains classiques anciens de la littérature fantastique comme Poe, Shelley ou Mérimée ; le titre "La mort vivante" y fait d’ailleurs écho.

    Il faut donc prendre cette histoire par son versant mythologique et ne pas y chercher des explications trop rationnelles puisque ce récit, court et cérébral, s’empare de questions existentielles sans chercher à y répondre. Les auteurs empruntent une piste déjà maintes fois explorée : une conscience, «quelque chose» ou quelqu’un pourrait-il un jour interrompre par sa seule volonté le destin de l’humanité et son œuvre destructrice…? Au lecteur d’écrire la suite…
    En bref, très très beau et pas mal du tout. Je ne regrette pas mon achat de la grande édition N&B, c’est un objet magnifique.

    Yovo Le 07/09/2018 à 21:45:28

    En jetant un regard à la couverture j’ai tout de suite eu envie d’ouvrir puis d’acheter ce que je croyais être un polar… Mais "Sudestada" s’est avéré finalement beaucoup plus atypique et complexe. En fait c’est un album assez fin, à la croisée de plusieurs genres.
    On y suit un vieux privé acariâtre dans une enquête des plus banales qui, pourtant, bouleversera sa vie de façon totalement inattendue…
    Le récit est brillamment écrit et le dessin, d’apparence modeste mais parfaitement mis en couleurs, réserve lui aussi des moments de grâce. La lecture, oscillant entre tension et poésie, est plutôt rapide mais très agréable.
    L’ensemble aurait peut-être mérité d’être un peu plus approfondi, notamment la chute, mais c’est une belle découverte qu’apprécieront ceux qui aiment les BD originales.

    TEDDY BULL Le 07/09/2018 à 20:34:25

    Le plagiat est plus courant dans la littérature que dans la BD ; cette anomalie est réparée ici. Ce livre est un plagiat éhonté de Moebius : la ville, et les scènes pseudo-mystiques sont copiées sur l'Incal, les dinosaures volants c'est Arzach, les randonnées dans le désert, c'est Le Garage hermétique...Le tout au service d'une histoire mal construite et sans surprise … C'est dommage car ce dessinateur a un vrai potentiel, comme le montre bien ses généreuses scènes de foule urbaine.

    pysa Le 07/09/2018 à 13:40:25
    Trolls de Troy - Tome 5 - Les maléfices de la thaumaturge

    L'univers de Lanfeust vu du côté des trolls. Au programme de ce cinquième opus, la science opposée à la magie. Les situations sont bien trouvées et l'album est à la fois plaisant et drôle.

    ALICECOOPER Le 06/09/2018 à 23:25:21

    Pour apporter un petit commentaire à cette bande dessinée, elle comprend quand même 96 pages. C'est quasiment le double des BD classiques (Asterix, Lucky Luck...) Il y a beaucoup de travail dans cette bande dessinée. Je dirai que c'est un bon polard, avec quelques mystères occultes et/ou ésotérique (je ne m'en souviens plus très bien) qui me fait un peu penser à première aventure de Jacques LEGALL. Il faut être honnête, cette bande dessinée est très sympa. Bravo aux auteurs.

    Bourbix Le 06/09/2018 à 22:34:37
    Universal War One - Tome 6 - Le patriarche

    20 années se sont écoulées depuis le premier tome et je découvre ce paradoxe temporel qu'est Universal War One. Un récit ingénieux sur notre avenir spatio temporel, alimenté par des protagonistes haut en couleur et un dessin inspiré.
    Un space-opéra grandiose à dévorer d'urgence et à conserver pour sa relecture future !

    yopinet Le 06/09/2018 à 21:05:04

    Comme lu plus bas, le thème est très alléchant, l'ambiance sombre à souhait, mais le dessin est plutôt répulsif.
    Les personnages sont parfois difformes et semblent griffonnés à la va vite. C'est tellement mal dessiné qu'on ne sait pas qui es qui, ce qui n'aide pas à comprendre cette histoire plutôt complexe. Après une soixante de pages, j'ai abandonné la lecture. J'ai adoré le Roy des Ribaud et je me dis que Toulhoat a progressé énormément en 5 ans...

    kingtoof Le 06/09/2018 à 20:44:27

    Magnifique histoire d'horreur qui rend hommage à Frankenstein.
    C'est de la SF et en même temps c'est baroque.
    Les dessins sont somptueux : Martha est magnifique et Ugo une superbe création...
    J'ai apprécié le scénario, le final donnant lieu à réflexion... la fin de l'histoire est à construire...

    Blueberry13 Le 06/09/2018 à 17:00:51
    Charlotte Impératrice - Tome 1 - La Princesse et l'Archiduc

    On ne présente plus Fabien Nury tant ses qualités scénaristiques sont énormes.
    Personnages ou faits réels, fiction ? Ne lisons nous pas de la bande dessinée pour être transporter dans une histoire ? Moi si.
    Celle ci est particulièrement réussit.
    On est emporté dans le flux de la vie de Charlotte sans temps morts ni ennuis.
    On est même pressé de tourner les pages, pour l'histoire mais aussi pour ce traitement graphique grandiose de Matthieu Bonhomme.
    On s'arrête aussi volontiers (même très souvent) sur des cases ou des scènes extraordinaires !

    Tout est plaisant dans ce bien bel ouvrage, la couverture, le cadrage, le lettrage, les couleurs splendides, les pages épaisses, effets vieux papiers de qualité surprenant... Et puis ... Et puis ... Il faut bien l'avouer... La beauté de Charlotte.

    Aswin Le 06/09/2018 à 16:30:19
    Dreams Factory - Tome 1 - La neige et l'acier

    Encore un album prévu en 2-3 où il se passe des choses sans avoir d'explication. Exemple: Je ne pense pas avoir sauté de page mais comment Olin se retrouve-t-il en prison? Qui est le monsieur qui vit avec Eliott et Indira? A quel moment dit-on que ça se passe à Londres? 1892? Quand dit-on que le prénom de Sachs est Cathleen? On est supposé le deviner? Où sont les adultes? On est tout le monde? La ville est déserte. Bref ça m'a dérangé de rien savoir et que tout soit juste présenté sans réelle introduction des persos et trame. Je sais que c'est prévu en 2 tomes mais ça veut pas dire qu'il faut tout révéler dans le 2 et juste poser des graines dans le 1. Sinon autant en faire une seule BD directement.

    davidj Le 06/09/2018 à 15:22:48

    Ayant lu la trilogie Paci de Perriot aux éditions Dargaud, ce livre est une véritable surprise : le style graphique n’y a rien à voir, plus proche d’une BD fantastique moebiusienne que de celui d’une histoire de voyous et de dealers.

    Dans cette dystopie où technologie, dinosaures et Hommes interagissent ensemble, c’est le Réseau, identité suprême, mystérieuse et autoritaire qui surveille et dirige ceux d’en bas.

    Graphiquement, Vincent Perriot signe un album de 208 pages tout à fait magnifique. En nous offrant des paysages somptueux et apocalyptiques, c’est une profusion de décors, de visages, qui s’enchaîne et qui nous propose une palette de graphismes assez incroyable à admirer.

    Les décors sont tous plus détaillés les uns que les autres. Ce souci du détail nous amène à nous projeter entièrement dans ce monde où, malgré le progrès technique, les hommes semblent avoir évolué vers un style nomade moderne. Le dessin de Vincent Perriot est plus abouti, plus affirmé et l’on sent que l’auteur prend du plaisir à nous offrir ces somptueuses planches, que nous recevons comme un cadeau pour les yeux.

    Critique complète sur mon blog :
    https://unebdsanssucre.wordpress.com/2018/09/05/negalyod-par-vincent-perriot/

    6350frederic Le 06/09/2018 à 12:00:42
    Champs d'honneur - Tome 2 - Castillon - Juillet 1453

    Je ne me suis pas ennuyé avec cette bd , le dessin est parfait et c'est sur pour les fans d'histoire mais pas que , le scenario ne laisse pas de temps mort même si on connait la fin on suit avec délectation le déroulement , à lire

    Aswin Le 06/09/2018 à 10:36:37
    Momo - Tome 1 - Tome 1

    Une des plus belles BD sur l'enfance que j'ai lue de l'année. J'ai accroché aux dessins, à Momo, son histoire... Rien à dire c'est très touchant.

    tomek14 Le 06/09/2018 à 09:44:20
    Il faut flinguer Ramirez - Tome 1 - Acte 1

    Bon... j'ai vraiment pas accroché...
    Des personnages qui se veulent décalés... mais qui ont l'air (trop?) stupide! Est ce que la caricature n'a pas été poussé un peu (trop?) loin pour les rendre "drôles" au détriment de la crédibilité?
    Pour notre héros, tout l'incrimine! Sauf que c'est tellement gros qu'on n'y crois plus/pas... Ce ne sont que des concours de circonstances afin d'aiguiller le lecteur d'une façon. Un stratagème qui m'a beaucoup dérangé et déplu.
    La suite sera sans moi...

    herve26 Le 05/09/2018 à 21:54:15

    La collection "ligne noire", dirigée par Philippe Berthet est depuis son lancement, un gage de qualité. Ce dernier opus, sur un scénario de Raule (scénariste de "Jazz Maynard")est encore meilleur que le précédent "Motorcity".
    J'ai trouvé le scénario plus dense, plus long à lire, bref un très bon one shot.
    Je connais assez bien Barcelone, où se déroule le récit, mais là, je découvre encore ici des endroits assez inattendus.(Merci Raule!)
    Cet opus qui mêle enquête policière,marché de l'art, et histoire familiale, est un régal de lecture.
    Même Berthet, dont j'adore le dessin, prend un parti pris très tranché avec le personnage de Sophie, l'ex femme de Philippe Martin, femme que l'on ne voit jamais réellement.
    Les dernières pages, sur un fond musical signé Jacques Brel, sont fort bien agencées.
    Comme les autres albums de la collection, voici un album que je relirai avec plaisir, gage d'une bonne qualité.

    Blueberry13 Le 05/09/2018 à 20:29:28

    J'avais toujours été attiré par les couvertures magnifiques de Thorgal et j'avais toujours reposé en rayon les premiers albums car la colorisation me rebutait.

    Avec cette splendide édition, les choses sont réglées, l'encrage des planches est superbe, le grand format est vraiment un plus très appréciable. Certaines pages, certaines cases sont bluffantes !
    Seul petit point négatif, la jaquette blanche bien trop fragile, à manipuler avec grand soin. Mais vu la taille de la bête, lire au chaud dans son lit relève du défi.

    Mais alors que dire des scénarios ? De la mise en scène ? Des décors ? Des personnages ? Des relations humaines ? Du bestiaire ? De l'imaginaire crée par la série ? Ces 6 tomes (plus 1 histoire courte) de Thorgal dans cette édition sont tout simplement une merveille.

    kingtoof Le 05/09/2018 à 19:09:08
    Orcs & Gobelins - Tome 4 - Sa'ar

    Un excellent album sur la construction d'un empire du crime.
    Le thème n'est pas inédit mais le scénario est bien construit.
    Très bon moment de lecture.
    Grâce à cet album, vous n'aurez plus tout à fait la même vision sur les gobelins.

    Blueberry13 Le 05/09/2018 à 18:45:12
    Buck Danny "Classic" - Tome 1 - Sabre sur la Corée

    Pour ma première incursion dans une série aéronautique, je ne suis pas déçu du tout...
    Bel objet, beau papier, couverture impeccable (j'ai pris la version bleu), les dessins et les couleurs sont très réussit !
    Une bonne dose d'humour avec Sonny, une intrigue qui évolue bien, pleins de détails 'historiques' renforçant l'immersion, un travail rondement mené.
    En espérant juste un poil d'action supplémentaire dans Duel sur MiG Alley.

    Je pense que les amateurs ne seront pas passés à côté de ce reboot... Mais si comme moi vous avez peu ou pas d'expérience dans ce genre de lecture et que vous voulez franchir le cap... Vous pouvez y aller les yeux fermés !

    Cellophane Le 05/09/2018 à 16:09:37

    Graphiquement, cet album est magnifique.

    Les décors, personnages, animaux, tout est excellement réaliste. Ajouté aux couleurs à tendance naturelles, on a vraiment l’impression de se croire au Far-West.

    Quelques cases larges nous plongent plus encore dans cet univers et c’est un véritable voyage dans l’ouest américain que l’on suit.

    Côté scénario, je suis un peu plus mitigé…

    Je n’ai jamais trop su où l’on voulait me mener. Une course-poursuite, qui tient de façon assez classique la première partie de la BD ? Une histoire d’initiation avec ce petit garçon recueilli ? Une histoire de vengeance ?

    On suit Sykes dans diverses aventures mais si la première est lente et posée, les autres vont à une vitesse impressionnante… Ce n’est donc pas vraiment sa vie que l’on raconte… Ou alors si ?

    Bien sûr, la boucle se boucle parfaitement à la fin mais j’ai eu l’impression d’être ballotté de droite à gauche sans trop savoir le chemin que l’on empruntait pour arriver au final.

    Dommage parce que l’ambiance est excellente !

    Shaddam4 Le 05/09/2018 à 13:33:00

    Sur le plan fabrication, on a droit à un très gros album au papier épais et à la très élégante couverture. L'album est découpé en chapitres ouverts par un poème, de Césaire ou de Hugo. L'ouvrage s'ouvre sur un avertissement concernant les éléments de fiction et ceux documentés et se termine par l'article dans la revue XXI qui a donné naissance au projet. Une excellente chose, qui aurait même pu être suivie par un entretien avec les auteurs sur l'adaptation... mais avec une telle pagination on ne peut pas trop en demander. Pour finir, je tiens à préciser que j'ai découvert cet album via un article de Mediapart et ne connaissais pas cet événement.

    En décembre 1944, l'armée française tire sur des tirailleurs sénégalais rassemblés dans une caserne de Thiaroye avant leur démobilisation, provoquant un massacre. L'historienne Armelle Mabon découvre cette affaire et tente de démontrer les falsifications et mensonges autour de ce qui s'avère un crime et une affaire d'Etat tachant l'honneur de l'Armée...

    Ce récit est une fiction. Un scénario basé sur des événements réels et sur l'histoire vraie d'une thésards hantée par ce drame depuis le jour où elle en a entendu parler. Que le format soit celui de la fiction ne recouvre pas l'objet de l'ouvrage qui est bien de dénoncer un mensonge d'Etat fomenté par l'armée coloniale. La grande force de ce récit est de montrer la démarcation très fine entre la recherche scientifique froide et argumentée et le travail journalistique, fait de conviction et de récits. Ici on est plus dans l'enquête journalistique, parue dans la revue XXI, qui pointera du doigt toutes les incohérences administratives du récit officiel vis a vis des réalités des témoignages. La BD montre les difficultés d'Armelle Mabon, ancienne assistante sociale et douée en cela d'un très fort esprit de compassion et de révolte... qui ne colle pas forcément avec ce qui est attendu d'un chercheur, comme le lui rappellent sans cesse sa directrice de thèse et son compagnon. La structure scénaristique vise à montrer la pugnacité d'une femme convaincue et seule contre tous, mais ne tombe pas dans le piège du manichéisme de l'institution forcément à côté de la plaque. La directrice lui pointe des réalités et le rôle de chacun, lui faisant comprendre qu'une fois sa thèse validée elle pourra se lancer sur des travaux de son choix, pour peu qu'ils suivent une démarche scientifique. Car en histoire seuls les faits basés sur des preuves comptent. Dans ce cas là cela ne suffit pas car les documents ont été falsifiés. Il faut alors démontrer l'incohérence des dates, des chiffres.

    Là dessus on est un peu en manque, l'album comme l'article de la revue nous présentant les découvertes de l'historienne sans forcément beaucoup de faits. Étonnamment, les témoignages de familles de victimes ont été cherchés mais peu ceux des militaires. Les reportages nous montrent pourtant souvent (comme chez Davodeau) que c'est du cœur du crime que vient souvent l'information cruciale. Mais dans le cadre d'un massacre impliquant l'armée, la grande muette a sans doute su faire disparaître ou taire toute voix qui puisse dénoter. Ceci transforme alors cet album plus en témoignage qu'en une enquête pointilleuse comme l'excellent album Cher pays de notre enfance chroniqué ici ou le Saison brune de Squarzoni. Il n'en reste pas moins passionnant et remarquablement structuré, autour des doutes, des convictions et des indignations d'Armelle Mabon. L'aboutissement de l'histoire (pour l'instant) est la reconnaissance par l'Etat (en la personne du président Hollande) de ce massacre, minimisé mais reconnu. Ce n'est pas assez pour Armelle Mabon et les descendants des soldats assassinés qui luttent en justice pour le rétablissement de l'honneur militaire de leurs pères ou grand-pères. L'un des protagoniste rappelle à Armelle Mabon que le seul soldat réhabilité de l'histoire s'appelait Dreyfus...

    Graphiquement l'ouvrage est très élégant. Le dessinateur Nicolas Otero n'est pas le plus technique du circuit mais son dessin est très propre, arborant des couleurs douces et qui habillent parfaitement les traits. Il y a beaucoup de visages dans ces pages et il sait produire des expressions vivantes et distinguer ses visages d'hommes noires sans qu'ils soient interchangeables comme dans beaucoup de BD. Je ne connaissais pas cet auteur et ai beaucoup apprécié ses découpages et cases graphiques intercalées entre les scènes de dialogues. La BD documentaire a cela de difficile que les dialogues sont rarement graphiques et tout l'art des dessinateurs est de rendre fluide la lecture. Les auteurs proposent ainsi de nombreuses scènes illustrant le passé, dans les camps de prisonniers allemands ou autour de l'évènement du premier décembre 1944.
    Cet album, outre être une très bonne BD, a le grand mérite de soulever une page noire de notre histoire a peu près méconnue du grand public. Il joue en cela parfaitement son rôle de documentaire en donnant envie de se renseigner plus avant sur cette affaire tragique.

    Lire sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2018/09/02/morts-par-la-france

    Shaddam4 Le 05/09/2018 à 13:29:56
    Je, François Villon - Tome 3 - Je crie à toutes gens merci

    Le triptyque de Luigi Critone sépare la vie de Villon entre ses premiers méfaits d'étudiant (Tome 1), sa vie de bandit (tome 2) et sa repentance (tome 3), de façon remarquablement équilibrée et logique. A la complexité des citations des poèmes en ancien français entre les parties répond une linéarité plaisante et l'élégance du trait.

    Ce dernier volume, après les horreurs passées, s'ouvre sur une séquence de théâtre où le public invisible est clairement le lecteur: Villon s'y confronte à ses démons, sa morale, son sur-moi avec qui il disserte de ce qu'il a fait et de ce qu'il doit faire. Cette introspection débouchera très rapidement sur l'emprisonnement et la torture, aussi abominable que les peines qu'il a causées. Là diverge la fiction des écrits de l'auteur où il se lamente longuement sur son sort et les malheurs que la Justice et quelques puissants lui ont infligé. Dans l'album pas de plaintes passée l'introduction: la dureté de la sanction semble lui mettre du plomb dans la cervelle et lui fait atteindre la maturité tant repoussée. La morale ne porte pas sur une sanction méritée, la BD a montré combien il n'y avait pas de morale en cette sombre époque. Simplement elle pose un principe de réalité à un personnage qui a tenté de s'en émanciper toute sa vie durant.

    L'épisode nous fait rencontrer Louis XI qui le libère après un long et joli dialogue où les crimes du poètes répondent aux crimes du roi, en écho. Si l'intermède du tome 2 avec l'humaniste Charles d'Orléans était un peu frustrante par sa brièveté (l'enjeu pour Critone était de montrer une nouvelle fois la trahison de Villon), les échanges prennent ici une grande force sur des considération philosophico-morales.

    La constance du personnage construit par l'auteur de BD est vraiment remarquable de cohérence tout au long de cette trilogie. Rarement un personnage de BD aura eu une telle épaisseur et le discours une telle solidité. Le travail tant graphique (superbe) que littéraire mérite toute l'attention des lecteurs et je recommande très chaudement l'achat d'une série que Delcourt a eu la sagesse d'éditer en intégrale.

    Lire sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2018/09/04/je-francois-villon-3

    Shaddam4 Le 05/09/2018 à 13:21:53
    Bloodshot Salvation - Tome 1 - Le Livre de la vengeance

    J'ai lu récemment l'intégrale Bloodshot et je précise qu'elle est suivie par deux séries: Bloodshot Reborn (relaunch) et Bloodshot USA, que je n'ai pas encore lues. Salvation fait suite à ces derniers et bien que leur lecture ne soit pas indispensable (on ne sent aucun manque grâce au travail du scénariste Jeff Lemire). La lecture du one-shot The Valiant est également intéressante mais plus par soucis chronologique que par ce qu'il apporte à Salvation. L'éditeur Bliss explique de toute façon cette chronologie comme d'habitude sur ses albums. Pour plus de précisions je vous renvoie vers le camarade de l'antre des psiotiques qui s'est fait une spécialité de l'univers Valiant fort bien décrit.

    Le Projet Rising Spirit qui a donné naissance à Bloodshot n'est plus. Ray Garrison est désormais libre et vit une vie paisible avec sa femme et sa petite fille. Mais le père de sa compagne, un dangereux gourou sudiste ne compte pas abandonner sa progéniture, ce qui va obliger Bloodshot à reprendre les armes...

    Pour aller droit au but, cet album est une sacrée claque qui confirme tout d'abord que la ligne graphique des relaunch des comics Valiant est d'un niveau très élevé qui place l'éditeur clairement au dessus de ses deux concurrents Marvel et DC sur ce plan. Si la salve donnée sur X-O manowar était pour moi inégale, ce n'est clairement pas le cas ici et on se trouve au niveau de qualité de Rapture, c'est à dire sans aucune planche réellement décevante. Deux illustrateurs officient, dans des styles très différents et de façon organisée puisqu'ils décrivent chacun l'une des deux trames temporelles de l'album (maintenant et le passé). On a donc une cohérence graphique totale sur les deux narrations parallèles et c'est très plaisant. Lewis LaRosa notamment, s'est fait la main sur des couvertures (très belles) des précédentes séries Valiant (Bloodshot, Harbringer ou X-O Manowar) et son style colle de près à celui des autres relaunch. Outre la qualité technique indéniable il produit des cadrages vraiment sympa et cinématographiques avec de larges cases qui déroulent la lecture. Du coup ce tome se lit assez vite mais avec grand plaisir.

    La très bonne idée de Lemire (qui pose très vite des liens avec l'univers Shadowman du monde des morts et le one-shot Rapture) est d'annoncer la mort de Bloodshot. Malin puisque ce personnage est depuis le début immortel, on se retrouve donc tout de suite avec deux anomalies: Bloodshot a eu une fille dotée des mêmes pouvoirs que lui et donc, Bloodshot est mort. Comment? C'est ce que va expliquer la série avec de premières révélations en fin de tome. L'autre élément sympa c'est la découverte que Bloodshot n'était pas tout seul à être équipé de nanites! Dans l'intégrale Bloodshot on avait déjà entre-aperçu la bande de bidasses dotés du fameux rond rouge... qui reviennent dans la trame du futur de cet album. Idem avec un chien qui semble avoir subi le même traitement aberrant que le super-chien de superman... un peu WTF mais ce n'a pas d'incidence sur l'histoire alors on oublie (cela est certainement relaté dans Reborn ou USA). Enfin, le méchant se nomme Rampage, un golgoth contaminé par les nanites et dont la trame du présent nous relate la naissance avant l'affrontement prévisible.

    Je ne sais pas si c'est le fait d'avoir manqué une étape mais j'ai beaucoup apprécié le vent de renouveau qu'apporte ce volume aux constantes de l'univers Bloodshot et sa mise en danger à trois niveaux: d'abord le fait d'avoir une famille, ensuite l'apparition d'un méchant digne de ce nom (le seul à l'avoir mis en difficulté jusqu'ici était rien de moins que Toyo Harada, le psiotique le plus puissant du monde), enfin une menace directe sur ses pouvoirs que je ne révélerais pas ici. Last but not least, une petite pincée de politique est apportée avec ce sud Redneck fanatique décrit via la secte du paternel et qui annonce du gros bourrinage dont le héros à le secret. Ce rafraîchissement doit donc beaucoup au scénariste, dont j'avais noté le travail très équilibré sur The Valiant et sur Descender. Salvation est du coup l'une de mes meilleures lectures Valiant pour l'instant et maintient un niveau très élevé des publications récentes de l'éditeur, avant des sorties très alléchantes comme Savage (du même dessinateur) en fin d'année et le relaunch de Shadowman (dont les premières planches sont superbes) en 2019. Je sens que je deviens accro...

    Lire sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2018/09/03/bloodshot-salvation

    Shaddam4 Le 05/09/2018 à 13:19:31

    Deux éditions de l'album sont sorties en simultané, l'édition normale colorisée (très légèrement) par Vatine avec l'assistance de la grande Isabelle Rabarot et une édition grand format n&b avec un cahier graphique de 16 p. Après lecture je ne saurais dire si le n&b est à préférer, je n'en suis pas certain tant la colorisation écrase sans doute un peu les encrages mais reste très légère et rehausse en revanche certaines cases peu dessinées. Le principal argument de l'édition spéciale restera sans doute le cahier graphique et le grand format (mais n'ayant eu sous la main que la première je ne saurais confirmer). L'album a un vernis sélectif sur le titre et des sections de la quatrième de couverture.

    La Terre après une contamination ayant poussé l'humanité à fuir vers Mars et les astéroïdes du système solaire. Tout ce qui a trait à l’ancienne Terre est prohibé, laissant la place à un juteux marché d'antiquités, au premier chef desquels les livres. Martha voit sa fille mourir accidentellement lors d'une fouille et fait appel à un grand scientifique pour l'aider dans un projet très personnel et terrifiant...

    Si un album a été attendu c'est bien celui ci! Cinq ans après le troisième tome d'Elixirs, la série fantasy qu'il dessine dans le monde d'Arleston, le virtuose Alberto Varanda dont on a pris l'habitude à imaginer le nombre d'heures passées devant chaque case d'une minutie délirante revient avec une nouvelle adaptation d'un roman de Stefan Wul, le dada d'Olivier Vatine depuis quelques années et son assez réussi triptyque Niourk. Pour le coup l'éditeur Comix Buro (en co-édition avec Glénat) a abandonné la ligne graphique de la collection pour offrir un ouvrage qui se veut une pièce de choix dans votre bibliothèque. L'évènement éditorial est donc reconnu (seule chose étonnante, la date de sortie...) et pour cause, les 68 planches sont, sans aucune exception, à tomber. C'est donc la première réussite de l'album, qui n'était pourtant pas évidente du fait de la nouvelle technique utilisée par l'auteur pour cet album. Varanda expérimente beaucoup depuis de nombreuses années, la sculpture, la peinture, et ici une simili gravure qui vise à rappeler Gustave Doré ou à Gary Gianni par moments. Son trait hachuré pourra vous sembler forcé, inadapté. Pourtant c'est bien le regard global de la case et de la planche qu'il faut privilégier. L’œil incrédule découvre alors des textures, des atmosphères uniques qui ne s'expliquent pas. Pourtant Varanda est un maître des contrastes et personnellement je craignais de perdre ces encrages très forts qui font la qualité de ses dessins. Alors oui, le style connu depuis Bloodlines ou Paradis Perdu a changé, plus doux, plus fort aussi. L'ambiance gothique de château isolé dans la montagne enneigée est absolument magnifique. L'ouvrage est tout simplement une œuvre d'art.

    Vient alors le scénario, élément qui n'est pas forcément le point fort de la biblio d'Alberto Varanda. Vatine avait montré sur Niourk sa qualité de narration (personnellement j'ai été assez réservé sur son Angela). Il propose ici une histoire de docteur Frankenstein, teintée d'une mélancolie qui colle bien à cette ambiance. On apprécie autant l'effort important de contextualisation de cet univers SF qu'on regrettera d'en savoir finalement si peu. Cette histoire aurait en effet pu se dérouler sur au moins deux tomes... en se heurtant à une impossibilité: il aurait fallu attendre cinq ans de plus pour que le maître réalise un autre album et il aurait été totalement invendable de refiler un autre volume à un illustrateur différent. Bref, il est vrai que la chute de l'histoire peut sembler brutale, trop rapide. Pourtant avec une telle pagination, on ne peut attendre à la fois des planches contemplatives, un rythme captivant et une histoire qui s'étire. J'ai trouvé la conclusion, si ce n'est extrêmement originale, très convaincante et cohérente. En outre, je ne connais pas l'ouvrage de Wul et ne sait dans quelle mesure les auteurs s'en sont éloigné. Le problème des adaptations...

    Je finirais cette chronique en disant que pour moi l'attente a été totalement récompensée, associée à une réelle surprise, aussi grande qu'une inquiétude réelle d'être déçu. Courez dévorer ces dessins sublimes, plongez dans cette ambiance sombre et mélodieuse et surtout, si vous ne connaissiez par Albeto Varanda, dépêchez-vous de rattraper votre retard!

    Lire sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2018/09/05/la-mort-vivante

    Ness0105 Le 05/09/2018 à 12:10:41
    Trop mortel - Tome 1 - Trop Mortel 1/2

    Je suis toujours enthousiaste quand il s'agit d'un Corbeyran, mais là je suis un peu mitigée, ça sent un peu le réchauffé avec un scénario de film d'horreur des plus classiques...mais ça se laisse lire sans déplaisir.

    Fabrice29 Le 05/09/2018 à 11:12:43
    Le chant des Stryges - Tome 18 - Mythes

    Un album final qui a le mérite de clore cette longue série. J’ai adoré les 1er albums, trouvé que l’histoire s’éternisait un peu et n’avançait pas beaucoup dans les albums intermédiaires. Heureusement l’histoire s’est accélérée vers la fin pour nous livrer une fin apocalyptique avec un « reboot » de l’humanité qui laisse quand même une note d’espoir….Avec cette fin je ne peux n’empêcher d’y trouver des similitudes avec d’autres séries, notamment Prométhée. En effet, le concept ou l’espèce humaine a besoin d’un « reboot » pour repartir sur de nouvelles bases semble être prisé chez plusieurs auteurs. Globalement j’ai apprécié cette série grâce à un scénario original et un dessin satisfaisant. Je relirai sûrement cette série dans quelques années avec plaisir….

    la9emebulle Le 05/09/2018 à 08:19:18
    Dreams Factory - Tome 1 - La neige et l'acier

    Série prévue en 2 tomes. S'adresse à un public de 10 ans et adulte, une belle atmosphère et des personnages bien mis en place.
    Une bonne histoire, un dessin très agréable .
    Que va t'il se passer pour ce frère et cette soeur séparése par cette mine et que se passe-t-il dans celle-ci. ..

    kergan666 Le 04/09/2018 à 10:23:33
    Charlotte Impératrice - Tome 1 - La Princesse et l'Archiduc

    très bon album avec des couleurs parfaitement associées et des dessins à l’avenant.
    la lecture de l'album m'a poussé à m'intéresser à une partie d'histoire que je ne connaissais pas.
    les seules évocations de l'empereur Maximilien du Mexique provenant de différents westerns...
    il semble donc que le scénario bien que romancé soit assez proche de l'histoire réel.
    celle-ci ne fut manifestement pas très drôle et la fin tragique aussi bien pour Maximilien que pour Charlotte.
    le prochain tome sera t'il aussi fidèle?
    si oui, à vos mouchoirs.

    kingtoof Le 04/09/2018 à 07:28:08
    Nains - Tome 11 - Torun de la Forge

    Ahhh la puissance d'un Seigneur de guerre nain !!
    Cette machine de combat est quasiment inarrêtable.
    Livre intéressant sur la formation des nains et sur leur "orientation", dans la recherche d'une caste / d'un maître.

    Spip 47 Le 04/09/2018 à 02:37:55
    Rona - Tome 6 - Le pays où les ruisseaux sont des fleuves

    j,AI ADORÉ LES 5 PREMIERS RONA QUI M'ONT FAIT SOURIRE PLUSIEURS FOIS,MAIS J'AI ÉTÉ TRÈS DÉÇU PAR CE SIXIÈME TOME QUI M'A ÔTÉ L,ENVIE DE LIRE LES 2 AUTRES quel PLATITUDE

    Spip 47 Le 04/09/2018 à 02:23:52
    Centaurus - Tome 4 - Terre d'angoisse

    Centaurus est un merveilleux labyrinthe plein de surprise et d'étonnement agrémentés de superbe dessins A mon avis LE MEILLEUR DES LÉO je SERAIS SURPRIS QUE CE SCÉNARIO TROP DENSE SE TERMINE APRES UN CINQUIEME TOME A MOINS DE FINIR EN PLATITUDE COMME ultime frontière En souhaitant qu'il y ai une sortie logique a ce fantastique labyrinthe

    pysa Le 03/09/2018 à 21:50:07
    Walking Dead - Tome 4 - Amour et mort

    Les survivants tentent de survivre à l'intérieur de l'ancienne prison mais les tensions internes sont de plus en plus vives. Les zombies sont en retrait dans ce 4e tome plaisant mais trop linéaire.

    Cellophane Le 03/09/2018 à 16:56:26

    Je n’ai pas réussi.

    Certes, les dessins sont assez esthétiques, dans un mélange Comics/Manga, pour le design dans le premier cas, pour le mouvement et le cadrage dans le second.

    Mais le résultat donne quelque chose d’étouffant, de moyennement lisible. Les cases vont vite, on ne comprend pas toujours où on est, qui est là, ce qui se passe, au premier regarde et assez vite, je me suis un peu perdu.

    Pour le scénario, c’est pire !

    Il y a 3 000 informations par page !

    Alors le monde et l’idée sont certainement bien construit mais on nous balance de nouvelles informations toutes les trois cases et rapidement, on se perd totalement dans l’histoire.

    Qui est où, pourquoi, à quoi sert qui et comment marche quoi ? Rapidement, le tout devient un mystère dans lequel chaque nouvelle info nous perd encore plus (pas toujours claires, qui plus est : le frère n’est jamais venu dans ce monde, deux cases après, si, il connaît tout mais ne voulait pas le dire – pourquoi, mystère)…

    Ajouté à cela que parfois, on passe d’un lieu à l’autre sans prévenir et il faut une page ou plus pour comprendre où on est et avec qui…

    Je n’ai pas réussi à me faire à ce marathon trop touffu.

    Krompir Le 03/09/2018 à 16:21:55
    Victor Sackville - Tome 15 - Le magicien de Brooklyn

    Un dessin statique, trop de détails d'arrière-plan qui nuisent à la lisibilité et contrastent furieusement avec les faciès simplistes - un style qui rappelle les Rochester et Caroline Baldwin; On aime ou pas.

    Le scénario n'a ni queue ni tête, littéralement : on ne comprend pas pourquoi il commence ainsi et il s'achève sur - rien ; avoir lu les albums précédents ne devrait pas être une condition sine qua non d'une BD, qui devrait se tenir debout sur ses valeurs intrinsèques.

    Cellophane Le 03/09/2018 à 15:33:32
    Les campbell - Tome 5 - Les trois malédictions

    Quel épisode !

    Parfois, quand je commence un Campbell, j’ai du mal à me remettre dedans, ne me souvenant plus forcément de tout ce qui s’est passé.

    Mais là, on par sur de nouvelles bases, quasiment, et ce fut super facile de se lancer dedans.

    J’adore toujours le dessin de Munuera, plein de vitalité, de souplesse, d’humour, de détails et de précision.

    Et cette épisode, que de révélation, de surprise, d’humour !

    Excellent opus

    kergan666 Le 03/09/2018 à 14:28:17
    eXilium - Tome 2 - Kayenn

    mes sentiments sont mitigés avec cette série car je la trouve un peu trop capillotractée.
    les dessins sont bons comme d'habitude avec Eric Stalner.
    les couleurs sont bien adaptées.
    le scénario????
    bref, je vais attendre le prochain et dernier tome pour me faire un avis définitif.

    Cellophane Le 03/09/2018 à 11:24:39

    J’ai globalement super bien aimé le principe de ce héros « simplet » à qui rien ne résiste et qui fait du bien autour de lui. C’est simple, efficace et plein de bons sentiments qui donnent la pêche.

    Après, il y a tout ce côté complot russe, qui est intéressant mais assez mal traité…

    Tout ce qui est posé au début, c’est la simplicité. La recherche de la mère, un gros méchant que Huck aurait du mal à combattre, comment faire quand plein de monde demande de l’aide, ça aurait suffi à l’album.

    Là, on entre dans un truc sombre et un tout petit peu compliqué qui m’a fait décrocher un peu…

    Le tout reste tout de même agréable à suivre parce qu’un héros positif comme ça, ça fait super du bien à suivre !

    Les dessins sont très sympas à regarder également. Evidemment, ils sont dans la veine Comics et ne diffèrent pas beaucoup d’autres du même genre, mais c’est agréable, fluide et plein de mouvement.

    Une BD qui se lit vite et donne le sourire.

    kurdy1207 Le 03/09/2018 à 08:35:04

    Je n’ai pas lu le roman de Stefan Wul mais j’ai bien aimé la version BD.

    L’idée que l’on ne joue pas aux apprentis sorciers me plaît grandement mais que serait l’humanité sans ces risques non calculés ? On peut comprendre le chagrin d’une mère (ou d’un père) lors de la perte d’un enfant. L’ordre des choses est inversé… Cruauté ultime !

    Mais si on pouvait se prendre pour un Dieu et ramener à la vie l’enfant perdu ou, comme ici, son clone ? Pourtant, dès le départ l’idée est truquée lorsque le poulpe géant, mutation provoquée par l’homme (voir Niourk), remet Lise à sa mère. Quelle modification dans ce corps d’enfant mort, dans son ADN ? C’est ce qui nous sera livré à la fin de l’histoire. Comme une vengeance des pieuvres géantes venue du fond des âges. Mars tu peux trembler !!!

    Voilà ce que j’ai compris et ressenti de cette histoire. Et j’ai adoré. Si ce n’est pas ça… tant pis. Par contre, j’ai trouvé fort de café que le nom de Stefan Wul soit écrit si petit. Pas très correct M. Vatine.

    kurdy1207 Le 03/09/2018 à 07:57:20
    eXilium - Tome 2 - Kayenn

    Heureusement que les planches sont belles car pour ce qui est de l'histoire. Simon et Stalner ont l'esprit vraiment torturé sur cette histoire . Je la trouve complètement incompréhensible et pourtant le tome 1 laissait entrevoir de belles choses. Ce n'étaient pas celles des auteurs. D'autres y trouveront peut-être leur compte. Pas moi. Déçu, déçu, déçu !

    Vip59 Le 03/09/2018 à 03:02:30
    Shi (Zidrou/Homs) - Tome 2 - Le Roi Démon

    Dessins formidables ... sombres et nous plongeant dans l atmosphère de londres du 19 Ieme siècle
    Scenario a couper le souffle - action et surprise de page en page
    On meurt d envie de voir la suite ...

    pysa Le 02/09/2018 à 21:53:26
    Fairy Tail - Tome 1 - Tome 1

    Lucy rêve de fréquenter la célèbre guilde magique de Fairy Tail. Elle rencontre Natsu, un magicien puissant qui contrôle le feu. La lecture est plaisante avec pas mal de gags et un rythme soutenu même si l'ensemble est assez convenu.

    jojo74 Le 02/09/2018 à 21:27:50
    Nains - Tome 11 - Torun de la Forge

    après le fabuleux, Redwin, le un peu moins passionnant (ce n'est que mon avis) Jorun voici le très bel et bon album sur Torun! une superbe lecture pour se changer les idées avant la reprise! Le dessin de Pierre Denis Goux est de plus en plus puissant! une tuerie et dans l'album il y en a!

    lilian47 Le 02/09/2018 à 19:17:02
    Les schtroumpfs - Tome 6 - Le cosmoschtroumpf

    belle histoire des schtroumpfs,pas trés compliquée et qui se lie tranquillement,album que j'ai lue en une journée et avec le talent de peyo

    biggyjay Le 02/09/2018 à 18:20:16

    Une claque ! Certainement LA claque de 2018.
    Impossible de résumer ce bouquin mais le lecteur y trouvera une histoire, une ambiance incroyable, une intrigue exceptionnelle et des personnages forts, bien écrits et qui se développent parfaitement au cours de l’histoire. Une fois la lecture terminée, on se prend à se demander si toute cette histoire pourrait être inspirée de faits réels...
    Il serait déplacé d’en dire plus sur l’intrigue et le scénario tant la lecture et la découverte de cet album se savourent finement.
    Le dessin est lui aussi maitrisé, la couleur ne manque pas et c’est tant mieux. Pour (vraiment) donner un petit point négatif, certainement cases manquent de clarté et sont un peu brouillon.
    Amateurs de récits et d’enquêtes, de légendes et de fantastique. Ce livre est fait pour vous !

    la9emebulle Le 02/09/2018 à 17:00:15

    Première moitié construite, sans intérêt sur la deuxième, dommage le dessin de Varanda méritait un meilleur scénario.
    Manque l'hommage à Stefan Wul sur la couverture.

    la9emebulle Le 02/09/2018 à 16:52:42

    Une très belle ambiance pour un très bon album .
    L'histoire se passe dans un village ou la mort du maire va entrainer ses habitants a des révélations des secrets bien gardés.

    herve26 Le 02/09/2018 à 14:12:05
    Gagner la guerre - Tome 1 - Ciudalia

    Le dessin de Genêt est formidable sur cet album, c'est d'ailleurs la grande qualité de cet ouvrage. En effet, j'en ai trouvé la lecture assez laborieuse.
    Avec ses trop nombreux flash-back , le récit oscille entre fantastique et semi-historique, j'avoue que j'ai été un peu perdu dans la lecture.
    Une narration plus fluide aurait sans nul doute émoustillé mon intérêt mais là, j'ai eu l'impression de passer à côté de quelque chose.
    Les amateurs de "Game of Throne" y trouveront sans doute leur compte entre les conspirations et la magie, moi pas.

    sebastien01 Le 02/09/2018 à 14:05:16
    Civil War (Marvel Deluxe) - Tome 2 - Vendetta

    Comme tout crossover, Civil War se dote d’une mini-série dédiée mais vient également impacter les séries régulières d’un bon nombre de super-héros. Dans ce deuxième Deluxe, ce sont Spider-Man et Wolverine qui sont à l’honneur.

    En ce qui concerne Spider-Man (The Amazing Spider-Man 1963, #532-538), on re-voit sa décision d’intégrer le camp des partisans du recensement, davantage motivée par son amitié envers Iron Man que par une réelle conviction. Ses doutes sont bien exprimés et son revirement n’est sera que plus naturel après qu’il eut à participer à des arrestations de super-héros et qu’il eut découvert la prison 42 et son business. Deux éléments viennent cependant ternir cette histoire. D’une part, sa crainte beaucoup trop appuyée quant à la sécurité de Mary Jane et de tante May ; s’il est classique chez Spider-Man d’avoir peur pour ses proches, ici le scénario surjoue de ce trait de caractère et à raison en définitive... D’autre part, le dessin de Ron Garney : du comics mainstream sans caractère.

    En ce qui concerne Wolverine (Wolverine 2003, #42-48), une fois que l’on s’est habitué au style manga et aux formes anguleuses du dessin d’Humberto Ramos, on se plait à suivre Logan dans une nouvelle quête de vengeance. Alors que celui-ci ne fait qu’une brève apparition dans l’intrigue principale de Civil War et n’y joue aucun rôle, le lien est établit par la recherche de Nitro, le surhumain à l’origine de la catastrophe de Stamford. Comme d’habitude, Wolverine ne fait pas dans la dentelle et justifie sans nuance toutes les brutalités envers Nitro, les Atlantes et Damage Control. A noter, un très bel épisode #48 où il est question de l’âme et des résurrections de Wolverine.

    sebastien01 Le 02/09/2018 à 14:04:48
    Civil War (Marvel Deluxe) - Tome 1 - Guerre civile

    Probablement l’event le plus connu de l’univers Marvel, que ce soit des amateurs de comics depuis 2006 mais désormais au-delà depuis le film Captain America 3 : Civil War sorti dix ans plus tard. Le pitch de Mark Millar est simple et efficace : après une catastrophe qui marque l’opinion, le congrès américain exige des surhumains qu’ils s’enregistrent. Ceux-ci se divisent alors entre partisans et opposants au recensement et finissent par s’affronter.

    Il n’y a rien de bien original dans les affrontements de super-héros, c’est même un ingrédient de base du comics, mais, sur ce sujet, il y aurait eu bien mieux à faire qu’un bête affrontement physique. En effet, les différents super-héros avancent ici leur opinion sans jamais les développer et, à peine sont-ils en désaccord, qu’il leur faut montrer les muscles. Venant d’un pays où l’immixtion du gouvernement dans les libertés individuelles est ardemment combattu, il y aurait eu matière à développer le combat idéologique et politique qui n’est ici que survolé. Par ailleurs, pour une guerre "civile", la population en est réduite à la mère d’une victime – évidemment peu objective sur le sujet – et à une poignée de citoyens qui précipitent à eux-seuls la fin de l’histoire...
    Mais il y a tout de même de bons points à distribuer : la constitution d‘équipes cohérentes qui évitent à Civil War de se résumer à un affrontement entre Iron Man et Captain America ; le revirement de Spider-Man ; le cas des Thunderbolts et du Punisher ; et la prison 42, ersatz de Guantánamo pour super-héros.

    En ce qui concerne la partie graphique, le dessin de Steve McNiven est très propre ; en revanche, la colorisation le dessert en abusant des reflets de lumière sur les visages et les costumes. Enfin, ce premier Deluxe est complété par cinq épisodes approfondissant les situations individuelles du Faucon, de Luke Cage, de Spider-Woman, de Sentry et d’un employé d’Iron Man (avec un très bon Jim Cheung sur ce dernier numéro). Pas indispensables mais pas inintéressants non plus, du développement plus posé de personnages de second rang que la mini-série principale ne permet pas (New Avengers 2005, #21-25).

    herve26 Le 02/09/2018 à 13:53:21

    Cinq ans après "Terra Australis", les mêmes auteurs se sont lancés dans un nouvel ouvrage, encore imposant -près de 350 pages- sur le thème de l'Australie.
    Cette fois-çi, nous suivons le destin de deux déportés,celui de Mary Bryant, petite volueuse, et celui Thomas Muir,déporté politique écossais dont le seul but était de fuir ce bagne à ciel ouvert.
    Malgré les 350 pages du volume, ce récit se lit très vite,tant le scénario est prenant. On y croise les révoltés du Bounty, l'amiral Nelson, des révolutionnaires français et d'autres personnages.
    C'est un livre beaucoup plus sur le périple des évasions de ces deux forçats que sur l'histoire de l'Australie à proprement dit qui est relatée ici, même si la partie intitulée "monologue" est centrée sur cette terre.

    Le dessin en noir et blanc de Philippe Nicloux est parfait pour ce récit, surtout sur les planches maritime.

    Un beau récit.

    docteur fil Le 02/09/2018 à 10:32:39

    Tout à fait d'accord avec Rody.
    La fin est totalement bâclée et vide, sans aucun intérêt.
    Cet album au graphisme magnifique me laisse l'impression d'un rendez-vous raté. Dommage !

    bouiboui Le 02/09/2018 à 10:30:45
    L'histoire de France racontée aux enfants - Tome 5 - De Napoléon à la Belle époque

    quelle horreur ! La "grande histoire" ? Prendre des personnages et faire un selfie avec napoléon bonarparte ? C'est 1- d'un mauvais goût, 2-un travestissement de l'histoire car napoléon n'est pas le gentil pere noel qu'on voit assis sur sa chaise dans les galeries commerciales.

    thieuthieu79 Le 01/09/2018 à 21:52:04
    Les aventuriers du Transvaal - Tome 1 - L'or de Kruger

    Histoire intéressante dans un univers qui ne l'est pas moins.
    Dommage que les évènements et les enchaînements soient un peu trop "amenés" sans aucune logique. On passe du coq à l'âne sans aucun lien.
    Au niveau du dessin c'est la même chose. Il est simple, concret, efficace mais parfois brouillon et bâclé. Mention passable pour les femmes qui sont horribles et très mal dessinées. On dirait tout simplement des hommes vieux et usés aux cheveux longs.
    Du coup cette nouvelle série mêle bonnes surprises et déceptions.
    Attendons de voir ce que donne la suite...

    Blueberry13 Le 01/09/2018 à 19:40:19
    Traquemage - Tome 2 - Le chant vaseux de la sirène

    J'ai vraiment apprécié le lecture de ces 2 tomes... L'humour y est travaillé, parfois subtil avec plusieurs lectures.
    Pour enfants mais pas trop quand même, il y a des scènes gores et pour adultes avec moult références.
    J'avancerai même (peut être à tort) qu'il y a du Gotlib dans le fond.
    La forme est très agréable à parcourir, de belles couleurs que l'on ne voit pas si souvent, qui donnent une entité particulière au tout.

    Un anti héros bourré de courage ou plutôt très naïf qui n'a pas idée de ce qui l'attends et qui pourtant arrive a ses fins contre son gré.
    Un petit groupe de bras cassé et plus qu'hétéroclite va se former au hasard des chemins empruntés.

    J'ai même été pris d'un énorme fou rire lors de l'épisode de la cabane dans les bois... L'humour se cache aussi dans les cases, en arrière plan, comme par exemple ce moment où suite à l'attaque d'un village, notre héros discute avec les rescapés, on aperçoit un paysan qui s'est juste fait mal au bras se faisant emmené par deux comparses qui veulent le lui scier.

    Bon dis comme ça ce n'est pas si drôle, mais l'on peut facilement passer à côté de la scène car elle en arrière plan.

    Une bonne lecture, divertissante, rafraîchissante, l'absurde se transformant en subtil.
    A découvrir.

    herve26 Le 01/09/2018 à 19:30:47

    Après nous avoir étonné avec "Une histoire d'hommes" et plus que séduit par "Un bruit étrange et beau", ZEP continue avec cet album de trancher avec l'univers que le grand public lui connait.
    Il aborde ici une fable écologique, avec des personnages convaincants et assez attachants.
    Cette enquête, parfois avec des fausses pistes, est assez bien écrite et débouche sur une fin surprenante.
    Zep adopte un dessin réaliste, sur un fond de couleur sépia, qui donne un cachet presque angoissant à l'intrigue.

    A découvrir

    biggyjay Le 01/09/2018 à 19:17:52
    Lady Killer - Tome 2 - Les Vices de Miami

    Ce deuxième cycle est une vraie réussite.
    Le contenu de ce deuxième album est de bien meilleure qualité que le premier. On retrouve quasiment les mêmes protagonistes mais le rythme de progression de l’histoire est plus vif et l’autrice se concentre sur l’essentiel. Je ne trouve rien à redire sur l’intrigue, c’est du tout bon.
    Côté dessin, Joëlle Jones fait du très bon travail. Son trait paraît plus élégant et mieux maîtrisé. Mrs. Jones travaille aussi ses cadrages et c’est très réussi. J’ai adoré le dessin et la couleur, elle aussi paraît plus maîtrisée.
    Bref, on a ici un super album, une très bonne suite qui a gagné en qualité avec ce deuxième cycle. J’attends le troisième album.

    Sekena Le 01/09/2018 à 18:00:59
    Les campbell - Tome 5 - Les trois malédictions

    Voici donc le cinquième et dernier tome de cette superbe série relatant les passionnantes aventures d'une famille de pirates.
    Genova, fille du célèbre et redouté pirate Campbell est désormais capitaine de son propre navire. A l'occasion de la prise d'un vaisseau britannique, parmi le butin acquis, elle découvre une statuette qui la replonge dans le passé...
    Elle n'était encore qu'une très jeune fille et naviguait aux cotés de son père et de sa sœur, accompagnée de l'équipage du défunt turc. Ils poursuivaient leur expédition à la recherche d'un fabuleux trésor.
    Campbell, munis d'une boussole Olmèque qui fut à l'origine du souvenir de Genova, accosta sur l’île de San Brandamo.
    Ils furent sèchement accueillis par des indigènes, qui avaient les visages masqués par des cranes et dont l'hostilité surpris nos explorateurs.
    Mais subitement, à la vue de la boussole, les assaillants se calmèrent et proposèrent même leur aide pour mener Cambell à la porte du temple de l'enfer.
    Mais il ne sera pas seul dans cette quête, le baron Inferno, toujours hanté par l'esprit de Fanny, sera lui aussi dans la course, tout comme Carapepino qui essayera maladroitement de s'infiltrer dans les rangs de l'équipe de Campbell.
    Humour et aventure sont au programme, les rebondissements et le découpage sont parfaitement orchestrés, on s'attache rapidement aux personnages et l'album se dévore avec une certaine délectation.
    L'histoire est égrainée de nombreux flash-back qui sont associés à des couleurs spécifiques, ce qui permet de se plonger dans le passé et de revenir dans le présent sans perdre le fil du récit.
    Ces aller-retour seront l'occasion d'éclaircir de lourds secrets et s'il y a un album à ne pas rater, c'est bien celui-ci car il délivrera de nombreuses révélations et pas des moindres !
    José Luis Munuera est l'auteur de cette série, ce talentueux scénariste et dessinateur espagnol nous délivre une oeuvre parfaitement réussie, tant au niveau du scénario qu'à celui des dessins.
    Le seul regret est que ce soit le dernier tome des aventures de la famille Campbell. On en voudrait encore, mais José Luis Munuera travaille actuellement sur un spin-off de Spirou et Fantasio en mettant en lumière le maléfique Zorglub.
    Peut être qu'un jour il reviendra donner une suite à cette pentalogie, tout du moins on l'espère.

    kergan666 Le 01/09/2018 à 15:41:33
    Il faut flinguer Ramirez - Tome 1 - Acte 1

    cet album ne m'avait pas vraiment interpellé au départ du fait de ses couleurs trop flashs à mon gout et de son style graphique très éloigné de la ligne franco-belge que j'affectionne.
    mais à force de lire des évaluations dithyrambiques j'ai fini par l'acheter.
    bien m'en a pris car il est littéralement bluffant que ce soit au niveau du scénario et des dessins.
    les couleurs étant pour le coup bien associées.
    le style, très cinématographique, est beaucoup plus proche de Tarentino que d'Edgar P. Jacobs.
    c'est une sorte d'OVNI dans le milieu de la bande dessinée.
    j'ai beaucoup aimé et l'attente va être longue avant le tome 2.