Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
AD

Les avis de - herve26

Visualiser les 676 avis postés dans la bedetheque
    herve26 Le 18/06/2024 à 22:25:20
    XIII Trilogy - Jones - Tome 2 - Rouge Alcatraz

    J'avais modérément apprécié le premier volume de cette trilogie, qui à mon humble avis, partait un peu dans tout les sens.Avec ce second volume, Yann se reconcentre sur le personnage de Jones et l'intrigue que se noue autour de la prise d'otage d'Alcatraz. Les rapports entre Jones et le général Carrington évoluent de telle manière ici que l'on devine son dévouement dans la série mère.
    Le dessin de Taduc ne souffre d'aucun défaut et s'inscrit parfaitement dans l'ensemble de la série.
    Bref, un second album réussi, enlevé, bien rythmé, et je suis sûr que sans les errements du premier volume, l'intrigue aurait pu se conclure en deux tomes.

    herve26 Le 18/06/2024 à 21:47:56

    Avant tout, il faut souligner la qualité éditoriale de l’objet, une très belle couverture et un format un peu plus grand qu’à l’accoutumée. Casterman a, en cela, suivi les éditions Glénat avec '"1629, ou l'effrayante histoire des naufragés du Jakarta" scénarisé par un certain Xavier Dorison, qui est aussi aux fourneaux avec « Ulysse & Cyrano ». Le prix de cet album est certes un peu élevé, mais avec près de 170 pages, cela vaut vraiment le coût.
    Malgré les bonnes critiques lues ici ou là, je ne m’étais pourtant pas précipité sur cet album, le scénario surfant à première vue sur le monde des chefs cuisiniers, médiatisé à outrance dans les média et qui m’horripile à un point que vous ne pouvez pas deviner !
    Et puis, j’ai cédé à l’avis de ma libraire et j’ai bien fait. Il faut dire, que dans le climat morose que nous traversons actuellement, cette bande dessinée est un rayon de soleil, une récréation, une lueur d’espoir. Le temps s’est arrêté lors de la lecture. Que cela fait du bien !
    Je ne connaissais pas Stéphane Servain et j’avoue que son dessin est simplement lumineux, et cela va des décors aux personnages. Même les planches consacrées à la cuisine mettent en appétit. Certes le personnage bourru de Cyrano n’est pas très original mais il est terriblement attachant. On pourrait arguer que Xavier Dorison et Antoine Cristau surjouent de bons sentiments au cours de l’intrigue, mais qu’importe quand c’est bien réalisé.
    Sur fond de sombre histoire familiale, et d’apprentissage, les auteurs nous offrent une bande dessinée que j’ai dévorée d’une traite malgré ses 168 pages, et qui, je crois, tombe à pic pour s’échapper de la période trouble que nous vivons. J’ai suivi les aventures d’Ulysse avec délectation.
    Cette chronique m’a touchée et je ne manquerai pas de la relire, il va s’en dire. Prenante, émouvante parfois, amusante très souvent, ce récit ne peut que vous marquer.
    Une de mes meilleures lectures de l’année pour le moment.

    herve26 Le 25/05/2024 à 21:39:05
    Spirou et Fantasio - Classique (Les aventures de) - Tome 1 - La baie des cochons

    J'ai cessé depuis des années d'acheter et de lire la série "Spirou et Fantasio", trop de déchets , trop de séries dérivées, trop d'auteurs, une politique éditoriale incompréhensible bref la magie n'était plus au rendez-vous.
    Pourtant , j'ai cédé à la tentation avec cet album signé Elric, un ancien de bdparadisio, comme moi. La couverture est alléchante, mais je regrette que la maquette de reprenne pas celle de"Spirou chez les Soviets" (avec un dos rond), album qui m'avait agréablement surpris.
    Le scénario se voulait une suite du "prisonnier du Bouddha", tout un programme.
    Hélas, j'ai rapidement décroché. Le dessin est pas mal, mais le manque d'arrière plan sur de nombreuses cases, a gâché ma lecture. Et le style Franco-Belge est un peu trop grossier, les personnages deviennent trop caricaturaux (quelqu'un a -t-il reconnu JFK,?) , on se croirait le plus souvent dans un dessin animé que dans le monde de Spirou et Fantasio.
    Mais le grand reproche que je ferai sur cet album est cette idée stupide des dialogues en anglais, et des accents prononcés qui viennent vraiment gêner la lecture. C'est lourd et inutile!
    Mais tout n'est pas à jeter dans cet album. Le gag du T-Shirt du Che est très bien amené, l'idée de faire reposer sur nos 2 héros l'échec de l'opération de la Baie des Cochons est judicieuse, et j'ai été ravi de retrouver le Marsupilami.

    J'attendais beaucoup de cet album, et malheureusement j'ai été déçu. Autant, l'album de Tarrin et Neidhardt m'avait amusé, autant celui-ci est en dessous de mes attentes.
    Dommage, je n'étais pas au rendez-vous.

    herve26 Le 25/04/2024 à 23:11:04
    Sexual Housewives - Tome 1 - Sexual housewives

    avis portant sur les 2 volumes :
    Je rapproche le style d'El Bute de celui de Casotto.
    En effet, les premières histoires sont en noir et blanc, et les dernières en couleurs, mais dans le même mauvais ton des histoires mises en couleurs non par par Casotto, mais imposées à Giovanna Casotto. Tout cela pour dire que le noir et blanc sied beaucoup mieux aux histoires d'El Bute que la couleur.
    Mais ceci est un sentiment personnel.
    Par contre, comme dans les albums de Giovanna Casotto, j'ai beaucoup apprécié l'humour,la chute bien amenée de chaque histoire , presque au second degré. C'est souvent drôle comme dans "la maman et les papas", ou Revanche, choquant dans "le club libertin", voire peut-être autobiographique, avec "La Vie d'artiste" mais aussi mystérieux avec "une voisine surprenante" . Car comme dans les albums de Casotto, l'auteur n'hésite pas à se mettre aussi en scène .
    Côté dessin, c'est du porno pur et dur, avec une obsession de l'auteur sur la fellation. Niveau scénario, outre l'humour assez présent, les femmes sont dans la plupart des cas,non pas soumises, mais très -voire trop-faciles à séduire. Les dialogues sont le plus souvent très crus mais collent parfaitement à l'ambiance.
    Je découvre cet auteur avec cette intégrale et je dois dire que j'ai été séduit par son style.
    Dans les bandes dessinées pour adultes, cet album mérite toute votre attention.

    herve26 Le 25/04/2024 à 21:54:53
    Buck Danny « Classic » - Tome 11 - L'ombre rouge

    Au fil des années, cette série dérivée frôle l'excellence, dépassant même les qualités de la série mère.
    En s'inscrivant dans la période de la guerre froide, qui a donné tant de romans et de films exceptionnels, les auteurs nous offrent , en tout cas pour le vieux lecteur que je suis, un bol de nostalgie.
    Etant en outre, grand fan du cinéma américain des années 30 à 50, je suis sous le charme de cette "ombre rouge" où l'on côtoie Ava Garner (dont le nom est à peine dissimulé ici), John Wayne (où j'apprends la tentative assassinat dont il a fait l'objet par les services secrets soviétiques), un ersatz de James Stewart, et un Howard Hugues plus vrai que nature.
    Car nos trois héros, Buck Danny, Tumbler et Sonny vont se lancer dans une histoire d'espionnage dans le monde du cinéma. Le scénario est assez réussi, même si on peut regretter le manque de scènes aériennes dans cet album.
    Néanmoins, le dessin d'André Le Bras, est de très grande qualité et son côté vintage sied parfaitement à ce spin-off.
    Amateurs d'espionnage, cet album vous comblera., en plus ce premier volume de ce diptyque s'achève sur un cliffhanger insoutenable.
    Scénario prenant, dessins et couleurs très réussis, bref un album à lire!

    herve26 Le 24/04/2024 à 23:09:12
    Trois touches de noir - Tome 1 - Quelque chose de froid

    Je n'ai guère été convaincu par cet album, pourtant que j'attendais avec impatience.
    Au vu des auteurs, Pelaez qui a signé de très bon albums depuis quelques temps et Labiano, dessinateur emblématique de la série "Black OP" je m'attendais à un festival. J'ai même commandé la version n&b de l'album pour mieux en apprécier l'atmosphère de polar noir.
    Mais j'avoue ne pas avoir accroché à l'intrigue, Je ne sais si cela est dû à la voix off des premières pages qui alourdit le récit ou encore à un scénario assez bancal, qui en voulant trop rendre hommage au film noir américain, finit par se perdre voire perdre le lecteur, en tout cas j'ai eu du mal à finir cet album. Par contre le dessin de Labiano, dans la version grand format noir et blanc, ne souffre d'aucun défaut, au contraire, l'édition n&b vient renforcer la noirceur du récit.
    Bref, un avis assez réservé sur ce titre.
    Dommage.

    herve26 Le 24/04/2024 à 21:47:33

    Très belle découverte avec cet auteur que je ne connaissais pas du tout.
    Avec cette histoire d'échangisme, Andrew Tarusov nous offre un scénario solide basé sur un superbe dessin. En effet, les dessins de Tarusov sont tout simplement lumineux, à l'image de la couverture.
    Certes, l'auteur nous présente des scènes de sexe explicites sur un temps très court, celui d'une rencontre à la plage.
    J'ai littéralement été séduit par le style de Tarusov, qui illustre des corps parfaits de pin-up, des visages souriants, respirant la joie de vivre, bref l'auteur met en scène une partie de jambe en l'air joyeuse entre 4 adultes consentants. Un véritable hymne à l'amour libre sous le soleil.
    Une bande dessinée pour adulte rafraichissante qui mérite de s'y attarder.
    Une suite serait bienvenue, bien que l'histoire pourrait se conclure ici, mais le "à suivre" laisse présager de bonnes nouvelles.
    Un auteur à suivre, un dessin de très bonne qualité...bref, je recommande ce bouquin des éditions "dynamite".

    herve26 Le 21/04/2024 à 16:39:30

    En 1990, Beecher Moore, un homme d'affaire, vendit une grande part de sa collection de littérature érotique à un bibliophile collectionneur d'objets rares. Cette collection comprenait de nombreux dessins érotiques éminemment explicites, datant de 1948 à 1963, et réalisés par un artiste presque oublié Thomas Leyceser Poulton, né en 1897 et mort en 1963.

    Son œuvre érotique est remarquable.et ses carnets de croquis présents dans cet ouvrage méritent toute votre attention.
    Les thèmes abordés sont assez récurrents:
    - l’exhibitionnisme
    - les lesbiennes
    - les étudiantes
    - les couples
    - les cocus
    - le Harem
    - l'orgie.

    Les dessins au fusain de Poulton, dans un contexte de l'affaire Profumo, ont certes pu choquer l'Angleterre de ces années, marquées pourtant par une liberté sexuelle, mais ces esquisses sont tout à fait remarquables et ont toutes un point commun: elles illustrent une sexualité joyeuse,débridée et sans tabou.
    Cet ouvrage, à ne pas mettre en toutes les mains, est un des plus beaux livres que je connaisse sur l'érotisme , et qui mérite d'être feuilleté voire regardé comme un livre d'art.
    Un must dans le genre.
    Retenez le nom de Tom Poulton, si vous tombez sur un de ses ouvrages, ou une compilation de ses dessins, n'hésitez pas, jetez-y un coup d’œil, cela vaut le coup.

    herve26 Le 01/04/2024 à 15:38:02

    C'est certainement l'album que j'attendais le plus cette année.
    Certes, j'avais lu le roman il y a quelques années et je ne l'avais pas trouvé terrible à l'époque, mais j'avoue que j'avais hâte de découvrir la version de Larcenet. J'ai longuement hésité sur la version qu'il fallait lire, pour finalement opter pour les deux (la version n&b, et la version dite "couleur"), avec pour une fois, une préférence pour cette version courante qui met plus en valeur l'histoire, à mon avis. Le tirage limité (4000 exemplaires) étant plus difficile à déchiffrer.
    En adaptant cette œuvre sombre de Cormac McCarthy, Manu Larcenet réalise une nouvelle fois une prouesse. Avec "Blast", il m'avait époustouflé par son talent narratif, et là il renouvelle l'exploit du "Rapport de Brodeck", avec un graphisme magnifique. Son précédent album reposait sur le noir et blanc, et là Larcenet nous propose toute une teinte de gris, propre à l'ambiance du roman, avec ses pluies de cendres incessantes. L'auteur nous propose de nombreuses planches muettes, mais le dessin est tel, qu'elles méritent qu'on s'y attarde.
    Ayant relu le roman hier, (roman qui vient d'être réédité cette semaine, et illustré par Larcenet), je dois dire que j'ai retrouvé toute l'atmosphère lourde et glauque de Mac Carthy dans cette bande dessinée.
    Encore une fois une œuvre forte et puissante de Manu Larcenet, que je situe au même niveau que "Le rapport de Brodeck".
    Lue deux fois depuis sa sortie , dans les deux versions et relu le roman également en version poche , je suis resté scotché par cette adaptation de Larcenet.
    Certainement l'album de l'année.

    herve26 Le 20/02/2024 à 21:13:52
    Thorgal Saga - Tome 2 - Wendigo

    Avant tout, je me dois de préciser que j'ai lu cet album dans la version limitée et grand format avec une couverture que je trouve très en deçà de la couverture de l'édition classique, une des plus belles couvertures qui m'ait été donné de voir sur cette série, sublime couverture heureusement reprise dans le cahier graphique de l'édition limitée.
    Je connaissais Fred Duval notamment avec sa série "Mac Callum" mais aussi sa série assez méconnue et sous estimée "Nico". Quant à Corentin Rouge, je l'avais découvert très récemment avec "Sangoma" que j'avais lu aussi en grand format et noir et blanc, ce qui mettait en lumière son formidable dessin.
    Avec cette nouvelle aventure,qui se situe tout de même , au niveau scénaristique, bien au delà de la série mère telle qu'elle est reprise actuellement, les auteurs signent un très bon album .Mais avec "Adieu Aaricia", Robin Recht avait placé la barre très haute avec cet album d'une qualité graphique et scénaristique incroyable. Je dois dire que "Wendigo" se situe tout de même un peu en deçà de "Adieu Aaricia", qui avec le temps va s'affirmer comme un summum de la série Thorgal.
    Le dessin de Corentin Rouge ne souffre presque d'aucun reproche, sauf peut-être d'un manque de détails dans les arrières plans des cases (souvent vides) et le scénario repose sur les canons thorgaliens que nous connaissons depuis des années (une épreuve que Thorgal doit subir pour sauver un de ses proches, avec l'intervention de dieux ou déesse ), bref sur une intrigue un peu plus classique que celle développée par Robin Recht.
    Au final, un album très réussi, qui se démarque de la reprise de la série mère, mais que j'ai trouvé plus faible que la version présentée par Robin Recht.

    herve26 Le 20/02/2024 à 18:24:35

    Depuis plusieurs années, je ne pense pas avoir raté un seul album signé Jim, même lorsqu'il ne réalise que le scénario comme "l'étreinte", fort réussi au passage.
    Bien sûr, en débutant cette nouvelle aventure, on ne peut que songer à l'inoubliable "Une nuit à Rome", mais avec le personnage de Simon, qui, prend une place prépondérante, Jim réussi à nous entrainer dans son nouveau récit.
    Le ton de l'album est surtout humoristique, en particulier la scène du repas de famille de Simon qui est certes exagérée mais désopilante. Une galerie de personnages aussi folkloriques les uns que les autres vient évidement agrémenter la lecture.
    Même si l'on retrouve des thèmes chers à Jim : l'amitié, les retrouvailles et le temps qui passe, j'ai beaucoup aimé ce premier volume qui s'achève sur une révélation que j'avais tout de même vu venir.
    J'ai hâte de découvrir la suite des aventures de Zoé Carrington, personnage aussi déjantée qu'inquiétante.

    herve26 Le 25/01/2024 à 21:50:52
    XIII Mystery - Tome 14 - Traquenards et sentiments

    Je fais parti des fans de la première heure de la série XIII, je me souviens encore de la couverture du journal Spirou de juin 1984 où j'ai découvert ce mystérieux héros à la mèche blanche.
    Mon côté complétiste m'a poussé vers l'achat de ce qui touchait XIII; la série mère, sans ses auteurs fétiches mais aussi la série XIII mystery, avec ses albums plus ou moins réussis.
    Avec cet album célébrant le 40ème anniversaire signé Van Hamme, excusez du peu, je m'attendais à un feu d'artifice mais je suis tombé sur un pétard mouillé. Car le côté commercial assez minable en l'espèce l'a emporté sur la qualité éditoriale.
    En débutant la lecture de cet album, j'ai été déstabilisé par la forme. Je n'avais pas compris le lien entre les histoires, pensant naïvement , dans un premier temps, que les différents auteurs déroulaient une seule et même intrigue sur l'ensemble de l'album.
    En ne séparant pas chaque histoire, l'éditeur s'est vraiment foutu de la gueule du lecteur. C'est vraiment minable et cela vient gâcher la lecture.
    En outre, je dois dire que mise à part l'aventure se déroulant à Cuba où j'ai retrouvé avec plaisir El Cascador, j'ai eu du mal à trouver un intérêt à cet album. Philippe Xavier a un certain talent pour dessiner cette histoire, dans le style de Vance, mais j'avoue que Jigounov, Callède et Toussaint apportent leur professionnalisme à des intrigues sans trop d'intérêt.
    Et que dire des planches "hommages" à XIII complétement ratées-sauf celle de Marini, peut-être (et que diable vient faire cette adaptation manga dans cette galère) ?
    Bref ce quatorzième album de XIII mystery est l'album de trop.
    Dommage, car le titre choisi me rappelait le titre d'un hors série que j'avais acheté en janvier 2004, numéroté et signé par William Vance et Jean Van Hamme (tiré à 825 exemplaires), et qui m'avait laissé un bon souvenir.
    Je suis désolé de le dire mais ce dernier XIII mystery est à oublier, tant l'éditeur n'a pas respecté le vieux lecteur de XIII que je suis, ou que j'étais.

    herve26 Le 14/12/2023 à 21:53:28
    Bouncer - Tome 12 - Hécatombe

    C'est certainement une de mes plus belles lectures de cette année. Pourtant, j'ai acheté cet album dès le jour de sa sortie mais j'ai attendu plus d'un mois avant d'en débuter la lecture. Peut-être que la pagination inhabituelle de près de 140 pages me faisait peur.
    Je dois dire que j'ai aussi opté pour la version n&b grand format (en plus de l'édition courante) qui m'en a mit plein les yeux.
    Boucq nous offre un scénario en béton avec cet opus. Pour prendre la pleine mesure de cet album, il faut, à mon avis, avoir lu les précédents volumes depuis le tome 8.
    En effet, le lecteur ne peut qu'apprécier l'importance du devenir des principaux personnages de cet album, qu'à l'aulne de ce qu'il en connait. Car , comme le titre de l'album le précise "Hécatombe", il faut s'attendre à des surprises ! Il faut dire que cela flingue à tout va dans cet opus.
    Le paradoxe de cette aventure est que "le Bouncer" ne m'a jamais semblé aussi absent que dans les autres albums! Il m'a fait songer aux mythiques "Chien des Baskerville" de Conan Doyle ou encore de "l'Aiguille Creuse" de Gaston Leroux où leur héros respectif, Sherlock Holmes et Arsène Lupin ne font que des apparitions !
    Boucq arrive , dès l'incipit de l'album, à nous plonger dans une atmosphère lourde avec ces pluies torrentielles et interminables.
    La ville de Barro city devient ici un véritable décor de théâtre, avec des personnages que l'on suit depuis des années, et des nouveaux venus comme ce couple de magicien, qui viendra apporter le chaos dans cette cité.
    Le scénario est rempli de chausse trappes et de fausses pistes qui font de cet album une lecture captivante.
    J'ai certes opté pour les deux versions couleur et n&b , mais l'une comme l'autre mérite votre attention.
    J'ai adoré la version n&b, qui grâce à son format , met en valeur le travail de François Boucq. D'ailleurs , depuis quelques années, je m'attache à acheter la version grand format et n&b de Boucq comme "Un général, des généraux", "New York Cannibals".
    Mais la version courante en couleur est également de très bonne qualité.
    Je ne sais si cet album marque la fin de l'aventure du Bouncer, mais au vu des dernières interview de François Boucq , il semble que notre héros poursuive de nouvelles aventures dans les prochaines années.
    En tout cas, "Bouncer" est devenu au fil des années, avec "Blueberry", "Undertaker" "Comanche" un des meilleurs westerns adaptés en bd.

    herve26 Le 14/12/2023 à 16:13:19
    Tiffany - Tome 1 - Escrime et châtiment

    Très bon moment de lecture avec ce premier opus de cette série( abandonnée après deux volumes)
    Yann nous offre ici une intrigue policière originale , grâce son héroïne, lointaine descendante de Jeanne d’Arc, qui possède un don exceptionnel, sans pour autant être omniprésent dans cette aventure . Le récit est ponctué de bon mots et les dialogues font souvent mouches. Avec des clins d’œil non dissimulés(la rue Maurice Tillieux, par exemple), des personnages secondaires fort réussis, cet opus mérite vraiment qu’on s’y attarde. Le ton est certes léger mais le fond de l’intrigue reste assez sombre tout de même.
    Si le dessin d’Herval est parfait, le choix de couleurs pastels m’a quelque peu chagriné.
    Il faut souligner que cet album présente une histoire complète (tout comme le second -et dernier- volume)

    herve26 Le 12/12/2023 à 10:40:50
    Druuna au commencement - Tome 2 - Genesis

    Changement de dessinateur, changement de scénariste et presque changement de décor, j’ai envie de dire avec ce deuxième volume consacré au préquel de Druuna. Mais comment Serpieri a pu donner son aval à cette aventure de sa superbe créature, comme il le note dans la préface !
    J’avais apprécié le tome 1 « Espoir », dessiné par Eon , dont le travail était soigné avec un dessin assez proche de celui de Paolo Serpieri mais là, je suis plus que déçu. Même la couverture est trop sage !
    Le dessin des quelques pages couleurs de l’album est assez éloigné de ce que nous est proposé habituellement sur cette série ; quant aux pages centrales en noir et blanc, c’est une catastrophe !
    Le scénario n’est qu’un prétexte qu’à maintenir en vie une série qui désormais ne trouve plus guère d’intérêt pour moi. Quelle idée de retracer les aventures de la grand-mère de Druuna lorsqu’elle était jeune ? Un tome pour rien, je pense tant il n’apporte rien, pour le moment, au préquel.
    Ce préquel étant prévu en 3 volumes, j’espère tout de même que les auteurs remonteront le niveau de la série dans le prochain tome, que j’achèterai tout de même, n’aimant pas laisser une série inachevée dans ma bibliothèque.

    herve26 Le 18/11/2023 à 17:33:35
    Largo Winch - Tome 24 - Le Centile d'Or

    Ce volume vient clôturer en beauté l'aventure débutée avec "la frontière de la nuit".
    Et tout va vite dans cet album, voire trop vite pour un Largo Winch. A la lecture, je ne me suis pas ennuyé une seconde avec un scénario qui repose sur la finance(très peu) mais surtout sur des courses poursuites ,où l'humour reste tout de même présent.
    En se frottant à une course effrénée aux technologies nouvelles, notre milliardaire ne rencontrera pas que des amis, et le lecteur devinera rapidement et un peu facilement qui tire les ficelles de ce complot.
    Bien sûr Eric Giacometti (et Francq, qui co-signe le scénario) reste sur la continuité de Jean Van Hamme, en nous montrant quelques scènes osées avec Simon et ses conquêtes, ou encore en nous suggérant des amours saphiques .
    Le dessin de Francq ne souffre d'aucun défaut pour peu que l'on s'habitue à ses femmes longitudinales et anorexiques !
    Une intrigue qui va à cent à l'heure, qui se lit certes un peu vite, mais qui tient la route.

    herve26 Le 18/11/2023 à 16:00:47
    Gaston (2018) - Tome 22 - Le retour de Lagaffe

    Annoncé par surprise lors du dernier festival d'Angoulême,en janvier 2022, sort enfin le Gaston Lagaffe signé Delaf. Je passe sous silence les aventures éditoriales et procès, dont j'avoue ne pas avoir compris grand chose, et la controverse sur la reprise par Delaf, dans mon avis, pour ne retenir que l'album à proprement dit.
    Et bien, je dois dire que j'ai été assez bluffé par ces nouvelles aventures de Gaston. On retrouve évidement le style de Franquin (et pour cause ajouteraient certains...), et l'effet madeleine de Proust joue à plein dans cette reprise.
    Nous retrouvons ici l'ensemble des personnages de la rédaction de Spirou : Mlle Jeanne, M.Boulier, Prunelle évidemment toujours tendu comme la ficelle d'un string, mais aussi M. de Mesmaeker, Longtarin et Ducran et Lapoigne.
    J'avais le regret au fil des pages de ne pas revoir Fantasio, mais Delaf le fait apparaitre sur plusieurs pages, ce qui m'a ravi.
    Certains gags sont très bien amenés, d'autres plus faibles et on peut regretter peut-être l'abondance de jeux de mots un peu forcés.
    Mais je dois avouer avoir bien ri plus d'une fois en lisant cet album.
    J'ai juste été surpris par les dernières planches qui forment une petite aventure de Gaston, sur une dizaine de pages, un format dont nous n'avions pas l'habitude de lire pour cette série.
    N'en plaise aux gardiens du temple de Franquin et de Gaston, cette reprise est une réussite et atteint parfaitement son but, celui de divertir et de retrouver un personnage qui m' a accompagné depuis que j'achetais le journal Spirou lorsque j'avais à peine 10 ans, soit plus de 40 ans !

    Par contre, n'aurait-il pas fallu faire l'impasse sur la numérotation (n°22) ? En effet, vu la pagaille dans la numérotation des éditions et rééditions des Gaston Lagaffe, je ne connais pas un lecteur qui posséderait la série dans cet ordre.

    herve26 Le 12/11/2023 à 12:13:48
    Thorgal - Tome 41 - Mille yeux

    Après de désastreux tome 40 "Tupilaks", Yann reprend un tournant plus classique avec "Mille yeux". En effet, en nous présentant une aventure de Thorgal sur un seul album (encore que...vu la dernière case), Yann revient aux fondamentaux : une légende nordique, une magicienne, des enfants à sauver...bref que du classique, et cela fait du bien.
    Seule la narration m'a déstabilisé. Je me suis demandé s'il ne manquait pas des pages à mon exemplaire tant je n'avais pas les tenants et aboutissants de ce que je lisais.
    Ce parti pris scénaristique est certes surprenant mais, au vu du précédent album, il conviendra aux fidèles lecteurs de cette série.
    Par contre, pour une fois, j'ai trouvé le dessin de Vignaux en deçà de ce qu'il produit habituellement pour cette saga . J'ai trouvé Thorgal assez méconnaissable sur les premières pages (un peu trop jeune, il faut dire que j'ai relu il y a peu le très réussi "Adieu Aarica".)

    j'avoue ne plus ressentir d'émotion et surtout ce sentiment d'impatience dès l'annonce d'un nouveau Thorgal, la série devenant au fil des années une série comme une autre . (J'éprouve à présent cette même sensation presque blasée, pour la sortie des XIII par exemple, alors que pour la série "Blake et Mortimer", cette émotion demeure intacte.)

    herve26 Le 12/11/2023 à 11:44:27
    Buck Danny - Tome 60 - Air Force One

    j'ai souvent souligné que les couvertures des dernières aventures de Buck Danny étaient ratées, et bien pour une fois, je la trouve réussie. Tout comme cet album qui vient clore une intrigue débutée avec "Programme Skyborg".
    Tout va certes très vite, avec des retournements de situations, dont un que je n'ai pas vu venir, le tout sur un dessin très soigné de Gil Formosa,qui annonce en ouverture de l'album, son départ de la série mère.
    Je trouve que, pour le précédent volume, que le scénario donne la part belle à Sonny Tuckson, moins gaffeur qu'à l'accoutumée, et qui nous réserve une surprise de taille sur la dernière page.
    Bref un album qui , certes est plutôt basé sur des scènes d'actions sans pour autant oublier des scènes de combats aériens , qui ont fait le succès de cette série.

    herve26 Le 03/11/2023 à 16:34:46
    Astérix - Tome 40 - L'iris blanc

    Je vais être beaucoup moins enthousiaste que certains sur cet album, déjà adulé par nombre de média et de lecteurs.
    J'écarte de suite toute critique sur le dessin de Didier Conrad, qui maitrise parfaitement le style d'Uderzo, hormis César, qui ressemble plus à Vincent Cassel qu'au Jules César d'Uderzo. Comme d'habitude depuis quelques années, j'ai lu ce nouvel Astérix dans la version tirage de luxe, avec les crayonnés qui sont assez remarquables.
    Par contre niveau scénario, je trouve que Fabcaro puise un peu trop d'idées dans les albums de "la Zizanie" et du "Devin", surtout en se servant , une nouvelle fois, de Bonemine.
    Certes les jeux de mots de Fabcaro sont assez réussis et surtout un peu moins insistants que ceux de Ferri mais j'ai trouvé l'album un peu "verbeux", avec des scènes parfois longues voire inutiles. La page avec les pirates répond beaucoup plus aux exigences d'un cahier des charges qu'autre chose. L'épisode avec la trottinette ou encore avec la SNCF est certes drôle mais un peu insistant.
    Bien sûr, cet album s'inscrit dans l'air du temps avec une critique des bobos parisiens, de la cuisine nouvelle ou de la pensée positive, mais j'avoue que j'ai trouvé que nos deux héros ne jouaient pas un rôle primordial dans l'intrigue qui repose sur Abrararcourcix, Bonemine, et Vicévertus.
    Un album qui ne m'a guère convaincu finalement, malgré deux lectures successives.

    herve26 Le 26/10/2023 à 22:54:23

    Avant tout, je dois dire que je suis, depuis mon enfance, un fan absolu des aventures de Blake et Mortimer. J'ai apprécié certains albums de la période post Jacobs, d'autres beaucoup moins.
    Étonnamment, j'avais adoré "le dernier pharaon", qui explosait les codes de Blake et Mortimer, aussi bien sur le fond que sur la forme (d'ailleurs, je possède trois versions différentes de cet album, l'édition bibliophile, le format à l'italienne, et l'édition noir et blanc, tant cette adaptation m'avait enthousiasmé)
    Avec ce nouvel album signé Fromental et Bocquet, auteurs du très réussi " huit heures à Berlin", je ne pouvais que m'attendre à un scénario de qualité, et je n'ai pas été déçu, loin de là.
    Pourtant, lorsque j'ai ouvert cette bande dessinée, j'ai été très surpris par le dessin de Floc'h, au style très épuré, très simple, voire grossier par rapport à celui de Jacobs ou de ses repreneurs.
    Son style pique les yeux, à première vue. Nous sommes très loin du souci du détail de Jacobs ou encore des décors fouillés et précis auxquels nous étions habitués, pourtant, la magie "Blake et Mortimer" opère toujours.Déstabilisant de prime abord, on finit par s'habituer au dessin et aux couleurs de Floc'h au grès de la lecture.
    Car, c'est avec un plaisir sans limite que j'ai retrouvé nos deux héros britsh dans un New York où ils pourraient tomber nez à nez avec Mister Kaplan, de "la mort aux trousses".
    Avec une mise en page basée sur des grandes cases, les auteurs explosent le canon Jacobien, mais avec une intrigue sur 138 pages, l'un compense l'autre.
    Le scénario repose sur une enquête sur quelques jours , menée tambour battant et qui ne ménage pas son lot de surprises. Les auteurs renouent ici avec un classicisme qui fait du bien, sur fond d'un New York, que j'ai bien connu.
    Cette aventure, qui se situe après "la Marque Jaune", est, à l'aulne des événements actuels, d'une cruciale actualité avec le discours du Capitaine Blake à la tribune de l'ONU.
    Les gardiens du Temple crieront sans doute au scandale avec cette aventure de "Blake et Mortimer à New York", mais pour ma part, j'en recommande vivement la lecture.
    Je dois préciser que j'ai opté pour l'édition bibliophile , à 6500 exemplaires, pour découvrir cette bande dessinée.

    herve26 Le 21/10/2023 à 19:04:49

    Ce qui frappe tout d'abord en ouvrant l'album, c'est le magnifique dessin d'Alexis Chabert, qui ici, illustre de manière sublime le Paris de la fin du XIXème siècle. Les premières pages d'ouverture consacrées à l'Opéra Garnier rendent parfaitement hommage à cette période. Peut-être ici un peu mois de références à de célèbres peintures mais qu'importe le lecteur en a plein les yeux au fil de sa lecture. (d'ailleurs un amusant clin d’œil au Lotus bleu m'a fait sourire)
    Côté scénario, il faut dire que Philippe Pelaez lorgne beaucoup sur "le Fantôme de l'Opéra" de Gaston Leroux. Nous retrouvons le héros du précédent album "Automne en baie de Somme",l'inspecteur Amaury Broyan, mais un nouveau registre (soit dit en passant j'avais deviné dès l'apparition de Broyan, le rôle qu'il allait jouer dans cette intrigue)
    Comme sur le premier album, le scénario est assez bancal, le complot pour renverser la IIIème République, n'apporte pas grand chose à l'intrigue principale.
    J'avoue avoir été un peu troublé par le soupçon d'ésotérisme qui flotte sur cet album,
    Néanmoins, la lecture cet album, qui peut se lire indépendamment du précédent, est très plaisante.
    Tout comme "Automne en baie de Somme", c'est un livre que je relirai avec plaisir.
    J'ai d'ailleurs lu cet album, comme le précédent, dans sa version dos toilé, avec cahier graphique.

    herve26 Le 21/10/2023 à 18:23:52
    Corto Maltese (Quenehen/Vivès) - Tome 2 - La Reine de Babylone

    Je suis, loin de là, un spécialiste de Corto Maltèse, ne possédant que 3 albums signés Hugo Pratt, pourtant je m'étais précipité, non sur la reprise de Juan Díaz Canalès et Rubén Pellejero , mais sur celle de Bastien Vivès et Martin Quenehen en 2021. Et j'avais adoré.
    Je suis de nouveau au rendez-vous avec "la reine de Babylone" signé du même duo d'auteurs. Je trouve que le dessin de Vivès s'inscrit toujours autant dans celui de Pratt, sans pour autant le copier. Bastien Vivès conserve son style propre dans un univers qui n'est pas le sien.
    Par contre, j'ai trouvé que cela allait un peu vite dans l'intrigue, avec pas mal de scènes d'actions et de nombreuses cases muettes. Il manque peut-être un soupçon de poésie ou de quiétude pour que l'album soit parfait. On retrouve la patte de Quenehen dans cette nouvelle aventure avec un périple à travers l'Europe, des actes de piraterie , une dose de CIA et un trésor.
    Malgré l'épaisseur de l'album (180 pages), j'ai savouré cette aventure de Corto Maltèse ,dans l'édition de luxe, qui il faut l'avouer en dépit de son prix assez élevé, est superbe.

    herve26 Le 21/10/2023 à 17:40:31
    XIII Trilogy - Jones - Tome 1 - Azur noir

    J'avoue acheter et lire tout ce qui concerne XIII, la série mère comme ses dérivés, tant XIII a marqué mon adolescence lorsque je le lisais dans le journal "Spirou"
    Comme pour Thorgal, à force de tirer sur la corde, l'éditeur finit pas lasser le lecteur.
    Dans ce premier volume d'une trilogie consacrée à Jones (sous-lieutenant Jones pour le moment), l'intrigue est poussive. J'ai du mal à voir où Yann veut aller, tant les scènes, , se succèdent pour le moment,sans trop peu le lien entres-elles. A part Jones, le fil rouge du scénario est assez confus. Yann, déjà scénariste d'un XIII mystery , nous gratifie évidement de clins d’œil avec "little Jones".
    Côté dessin, Taduc assure vraiment sauf sur le personnage du Général Carrington, méconnaissable ici.
    Non, vraiment, j'ai eu du mal à adhérer à ce premier album tant cela manquait de fluidité entre les différentes intrigues ( la formation de Jones, l'épisode d'Alcatraz, l'histoire du capitaine McKaa, et les flash back ponctuant l'album).
    Cela se lit, certes, mais sans enthousiasme.
    Mais, je serai au rendez-vous pour le tome 2, cela va sans dire (c'est mon côté complétiste!)

    herve26 Le 08/10/2023 à 22:36:17
    Les aigles de Rome - Tome 6 - Livre VI

    J'ai évidemment relu les cinq premiers volumes avant d'entamer le sixième tome, vu le temps d'attente entre ces deux volumes...7 ans!
    Depuis des années, je suis fan de Marini, depuis "l'étoile du désert' à "Rapaces(je sais ça date !) et même "Noir Burlesque" m'avait conquis, pourtant je note là, une baisse de la qualité du dessin, j'ai en effet du mal à retrouver ce qui faisait la particularité de Marini, à savoir un trait précis avec des décors fouillés
    J'ai été étonné de découvrir un album de 84 pages, contre 62 habituellement, pourtant la lecture de ce dernier opus est assez rapide.
    En effet; au vu de la lecture des albums précédents, j'ai la nette impression que Marini s'offre de plus grandes cases (le plus souvent sur 3 bandes) au mépris d'un scénario qui tend à faiblir.
    Si on occulte les courses poursuites et les scènes de sexe, , il ne reste pas grand chose de cet album.
    Bref, l'intrigue principale n'avance guère malgré les 84 pages de cet opus.
    J'espère ne pas avoir attendre 7 ans pour connaitre la suite de cette aventure qui, malgré tout, me captive depuis 2007!

    herve26 Le 06/10/2023 à 22:10:40
    Tuskegee Ghost - Tome 2 - Tome 2

    Second volet d'un diptyque, ce volume met encore plus en lumière la ségrégation raciale dans les années 70, tout en retraçant le parcours de Robert Hoffman (le père) pendant la seconde guerre mondiale. Ce qui m'a attiré d'emblée dans cette série, c'est le dessin d'Olivier Dauger, un dessin net, clair, précis bref efficace.
    Le scénario de Benjamin Von Eckartsberg exploite avec habileté le parcours de deux hommes, Robert et son fils, confrontés tout deux au racisme, au Ku Klux Klan, à la guerre (la seconde guerre mondiale pour l'un, celle du Vietnam pour l'autre) sur deux périodes distinctes.
    Les éditions Paquet nous ont habitué à des séries d'aviation "pures", mais ici les auteurs plongent les lecteurs dans une Amérique profonde pas si éloignée de cela de notre époque.
    Cet album fait la part belle à une communauté à qui les États Unis doivent beaucoup.
    En lisant cette bande dessinée, j'ai fait le rapprochement avec "Cinq branches de coton noir", ce qui n'est pas un mince compliment.

    herve26 Le 05/10/2023 à 22:59:52
    La fortune des Winczlav - Tome 3 - Danitza 1965

    Dernier volet de ce préquel à Largo Winch.
    Malgré un titre assez inapproprié, et une couverture trompeuse, l'intrigue principale tourne essentiellement sur Nerio Winch, personnage qui s'avère au fil des pages, fourbe, antipathique et calculateur. En effet, on retrouve dans cet opus, le Van Hamme de la série mère, avec ses intrigues financières complexes menant à la chute de Gordon.
    Alors que les deux premiers volumes couvraient voire survolaient une période assez longue en seulement quelques pages, JVH, pour les intimes, nous offre ici,certes une histoire assez linéaire, avec quelques digressions ( les relations de Nerio avec son frère de lait, l'histoire d' Aliana et de Danitza) mais qui tient le lecteur en haleine sur 64 pages sur une presque et même période..
    Le final est tel que je me suis plongé dans les deux premiers volumes de Largo Winch, pour voir les éventuels erreurs de raccord entre le préquel et la série mère (et il y a en a , volontaire ou non)
    Je n'ai pas parlé du dessin de Berthet, auteur que j'adore depuis plusieurs années, qui finalement s'inscrit parfaitement dans le scénario de JVH.

    herve26 Le 15/09/2023 à 19:29:40
    L'ombre des lumières - Tome 1 - L'Ennemi du genre humain

    Je suis assez mitigé sur cette bande dessinée. Annoncée comme l'évènement de cette rentrée (au même titre que l'avait été "les Indes fourbes"du même Ayroles ), je me suis donc précipité sur cet album, dans sa version en noir et blanc.
    Si la première partie rend parfaitement hommage (même un peu trop) aux "liaisons dangereuses" de Choderlos de Laclos, à tel point que j'avais deviné la chute dès les toutes premières pages, la seconde partie m'a quelque peu désarçonnée. Je croyais suivre les aventures d'un libertin au sein de la cour de Louis XV, et nous sommes rapidement plongé dans des intrigues liées aux tribus du "Nouveau monde", où notre divin chevalier Saint Sauveur se retrouvera en mauvaise posture.
    Mais ce qui m'a dérangé le plus, c'est la forme narrative épistolaire choisie. J'ai du parfois revenir en arrière pour savoir qui parlait ou à qui s'adressait la lettre, tant j'ai trouvé peu d'adéquation entre les épistoliers et les pages censées illustrer la lettre.
    Par contre, Richard Guérinaud, avec ici un univers très éloigné des" stryges", tire parfaitement son épingle du jeu: personnages, costumes et décors, tout est parfait.
    L'intrigue étant prévue en 3 volumes, j'espère que le tome 2 me réconciliera avec cette série que j'attendais beaucoup

    herve26 Le 15/09/2023 à 18:53:23

    J'étais passé à côté de cet album lors de sortie en 2021. C'est par hasard que je suis tombé dessus, et mon libraire me l'a chaudement recommandé. Et il a bien fait! J'ai débuté la lecture et je n'ai pas lâché cette bande dessinée de 150 pages. Car cet ouvrage est imposant, surtout dans l'édition canalbd, grand format et noir et blanc !
    J'ai adoré le mélange des genres de Caryl Ferey. Son intrigue oscille sans cesse entre règlement de compte politique, secret de famille, magie noire, adultères, et enquête policière. Le lecteur ne s'ennuie pas une seconde . Et puis il faut souligner le cadre choisi, l'Afrique du Sud période post apartheid, , cadre rarement traité en bande dessinée, à ma connaissance.
    Mais ce qui m'a véritablement séduit dans cet album, c'est le dessin parfaitement maitrisé de Corentin Rouge, qui ressort encore plus dans l'édition noir et blanc. Ce dessinateur de talent se fait assez rare (un album de "XIII Mystery" ),mais il excelle aussi bien dans les scènes de fusillades que dans celles de poursuite en voiture.
    Un dessin de qualité, servi par un scénario original avec des dialogues bien ciselés, que demander de plus, sinon, une nouvelle aventure avec le lieutenant Shane Shepper et son improbable coéquipière.

    herve26 Le 12/09/2023 à 18:44:18
    Sigi (Arnoux/Morancho) - Tome 1 - Opération Brünnhilde

    Je ne comptais pas acheter cette nouvelle série d'Erik Arnoux et de David Morancho, mais seulement la découvrir à la médiathèque. En effet, je n'avais pas envie de me lancer dans une nouvelle série prévue en 4 volumes, alors que j'avais bien apprécié leur précédente collaboration "Sara Lone ".
    j'ai laissé donc passé la sortie du premier volume, quand je suis tombé sur le tirage grand format noir et blanc, paru quelques jours plus tard.
    J'ai tout de suite été séduit par le dessin réaliste de David Morancho. Pourtant peu porté sur les exploits sportifs en particulier, et le monde automobile en général, je suis resté scotché par le scénario d'Erik Arnoux, qui met tout de suite le lecteur dans l'ambiance.
    On oscille sans cesse entre défi sportif, montée du nazisme et western, dans ce premier opus. Un cocktail certes original mais assez explosif pour cette pauvre Sigi, qui cumule les ennuis dans un temps record.
    En tout cas, un très bon moment de détente.
    Vivement la suite.

    herve26 Le 11/07/2023 à 23:33:33
    Gone with the Wind - Tome 1 - Gone with the wind

    il faut que je l'avoue tout de suite, "Gone with the wind" est un des rares titres voire le seul titre qui m''émeut depuis des années. J'ai d'abord découvert , en tant que fan du cinéma américain des années 40,, le film de Selznick (pour faire court) avec Vivien Leigh et Clark Gable, que je revois au moins une fois par par an. Ce film fut pour moi Le Film , s'il n'en fallait qu'un, que l'on devrait retenir du XX ème siècle.
    Je possède d'ailleurs de nombreux ouvrages sur ce chef-oeuvre cinématographique, comme les "mémos" de Selznick, ou encore "les coulisses du films" qui reprend notamment un grand nombre de stoty-bord du fim, pas si éloigné de cet album, ill faut le souligner, et "la fabuleuse aventure d'un film" de Judy Cameron et Paul Christman, et d'autres ouvrages assez nombreux... sans oublier cette formidable adaptation cinématographique que je revois en VO-sans tout titre- tant je connais les dialogues par coeur (d'ailleurs "Gone with the wind "est avec "Casablanca" est un des rares films que je peux suivre en VO, tant je suis fan de ces films)
    En l'espèce, Pierre Alary s'est plutôt attaché à retranscrire le roman de Margaret Mitchell que de nous présenter une adaptation du film de Fleming (et de Georges Cukor, non crédité à la réalisation)
    Alors pour cet album, je suis resté scotché par cet album.
    D'une part, il faut souligner la qualité des couleurs employées, qui sont formidables. D'autre part, le dessin de Pierre Alary, que j'avais juste découvert avec "Belladone", a gagné en maturité et en apaisement, Scarlett étant ici l'héroïne, telle que Margaret Mitchell l'avait imaginé.
    L'auteur, ayant en plus réussi à se détacher du film mythique, à mes yeux, avec notamment la présence de Wade, l'enfant d'un premier mariage de Scarlett ( volontairement occulté dans l'adaptation cinématographique) et de Phiiip, premier et unique amour de Mme O'Hara , complètement oublié dans le film.
    Pierre Alary a réussi sur cet album à faire une chose surprenante pour quelqu'un qui a pour ce roman une appétence particulière (je possède les deux adaptations françaises de ce roman , celle de Gallimard (de 1938) et celle de Gallmeister (2020), traduction plus fluide et réaliste à mon avis)..En effet, outre son adaptation très réussie du roman, Pierre Alary nous enchante en nous présentant graphiquement les moments forts des aventures de Scarlett, à travers des hors titres consacrés au siège d' Atlanta et à la gare de triage d'Atlanta, avec son flot de blessés, comme Fleming l'avait réalisé dans le film, dans des scènes cruciales.
    J'ai oublié de souligner la qualité éditoriale de la maison d'édition "rue de Sèvres", qui avec un dos toilé, et un prix plus qu'abordable, nous offre un album que tout lecteur doit lire.
    Je n'ai pas encore parlé du dessin, des personnages (dont Pierre Alary arrive à faire vieillir intelligemment , comme Ashley Wilkes) mais qu'importe, je suis resté sous le charme de cette adaptation que j'ai dévoré.
    Bravo à l'auteur.

    herve26 Le 18/06/2023 à 18:01:32
    Les schtroumpfs par... - Tome 1 - Qui est ce Schtroumpf ?

    Je ne connaissais pas du tout l'auteur Tébo, qui signe là certainement une des meilleures reprises de héros de mon enfance.
    L'auteur apporte une touche nouvelle, bourrée d'humour dans l'univers des schtroumpfs sans pour autant dénaturer le monde imaginé par Peyo.
    Le dessin assez grossier, pourtant assez éloigné de celui de Peyo, renouvelle complètement la série mère, et devrait satisfaire autant les enfants que les parents
    C'est drôle, insolent parfois, avec pas mal de références
    Un souffle nouveau dans l'univers trop aseptisé des Schtroumpfs, qui fait du bien pour les vieux lecteurs comme moi.
    Une belle surprise en tout cas.

    herve26 Le 18/06/2023 à 11:44:25
    Kiff - Tome 2 - Félines et perverses

    Avec ce second volume, Max Sulfur continue de nous présenter des recueils d'histoires où les femmes prennent le pouvoir sur la gente masculine. Le dessin fort réussi d'ailleurs, fait la part belle aux femmes tout en rondeur (la couverture de cet album est éloquente sur ce point)
    Évidement, ce genre de bande dessinée n'est pas à mettre entre toutes les mains.
    L'auteur gagne à être connu et j'aimerai le revoir sur un histoire courant sur 48 pages que plutôt sur une succession de petits récits, qui trouvent vite ses limites dans ce genre de bd pour adulte.
    Auteur à surveiller.

    herve26 Le 18/06/2023 à 11:23:17
    Kiff - Tome 1 - Pulpeuses & généreuses

    Tout est dans le titre du premier volume de cette série :"pulpeuses et généreuses". La couverture ne fait non plus mystère de son contenu!
    Ici, ce sont les femmes qui sont à la manœuvre, en particulier une certaine Jessica, qui séduit de manière provocante un pauvre professeur de latin.
    Composé de courts chapitres,et entrecoupés de fausses publicités , cet album rend hommage aux femmes pulpeuses et décomplexées.
    Le dessin de Max Sulfur (quel pseudo!) est sans nul doute le principal attrait de cet album.
    A réserver aux amateurs de venus callipyges à forte poitrine, évidement!

    herve26 Le 18/06/2023 à 11:00:23
    Buck Danny « Classic » - Tome 10 - Molotok-41 ne répond plus

    Évidement, le titre de cet album fait écho au fameux "NC 22654 ne répond plus" de. la série mère. Ce volume vient clore l'aventure débutée avec "le vol du rapier", que j'avais aimé.
    Nous nous retrouvons ici en pleine guerre froide, mais l'intrigue donne trop de place, à mon goût, à de trop nombreuses courses poursuite. Nos héros empruntent tour à tour, avions, d'antiques camions ZIS 5,, canots de sauvetage, camionnette de livraison pour échapper à leurs poursuivants...c'est un peu répétitif niveau scénario.
    Par contre, le dessin de Le Bras reste impeccable, et il faut souligner l'heureuse idée d'abandonner, pour un temps, LAdy X, au profit d'une Miss Lee qui semble prendre du galon dans cet album.

    herve26 Le 18/06/2023 à 10:33:01
    Angel Wings - Tome 8 - Anything Goes

    Assez déçu par cette nouvelle aventure d'"Angels wings". Oh non pas que le dessin de Romain Hugault soit en cause, au contraire, les amateurs de Marilyn Monroe, comme moi, sont aux anges , mais niveau scénario cela vole assez bas!
    Ce troisième cycle "korea" semble une succession de one shot, sans trop de lien entre-eux et presque sans intérêt, on a du mal à distinguer un fil rouge.
    Même la sublime Angéla est en retrait dans cet album.
    Bref Yann n'est pas là à son top niveau avec ce huitième tome,qui n'est qu'un prétexte à dessiner de beaux fuselages.

    herve26 Le 23/03/2023 à 19:07:58
    Le rayon U - Tome 2 - La flèche ardente

    Après avoir relu," le "Rayon U", dans la nouvelle édition avec les couleurs de Bruno Tatti, mais aussi dans l'édition bibliophile (superbe au demeurant), je me suis lancé dans cette suite, signée Jean Van Hamme, et illustrée par Cailleaux et Etienne Schréder.
    Je dois dire que le résultat est assez mitigé. L'histoire m'a semblé bien naïve , mais c'est sans doute , enfin je l'espère, une volonté du scénariste de rester figé dans ce qui se faisait dans les années 40. Je ne crois pas qu'un tel album puisse attirer de jeunes lecteurs mais plutôt des vieux nostalgiques comme moi, des albums de Blake et Mortimer, signés Jacobs.
    Van Hamme use aussi de facilités dans son intrigue, en empruntant pour ne pas dire copiant des scènes des aventures de Blake et Mortimer ( "le piège diabolique" avec la poursuite de Dagon par un dinosaure, "le secret de l'espadon" avec l'arche en pierre , page 17) ,ou encore des références à l'"Enigme de l'Atlantide", voire à Thorgal, avec les vaisseaux volants en fin d'album.
    Côté dessin, j'ai trouvé les personnages un peu plus caricaturaux par rapport au" rayon U", avec un Lord Calder difficilement reconnaissable au début de l'histoire. Seul, le personnage de Sylvia semble assez réussie par rapport à l'album précédent.

    Les auteurs ont parfaitement rempli le cahier des charges, en donnant une suite au "Rayon U", mais l'intrigue reste tout de même d'un autre âge. Il faut tout de même souligner la qualité des couleurs de Bruno Tatti qui donnent un coté vieillot voire vintage à cet album.

    herve26 Le 02/03/2023 à 21:35:01

    Clap de fin avec ce 4ème volume d'une série qui restera pour moi une des meilleures séries érotiques que j'ai lues. Je dis bien érotique et non pornographique car, malgré des scènes très crues voire explicites, je ne vois aucune vulgarité mais plutôt un érotisme torride et raffiné.
    Après un 3ème opus assez sombre et désabusé, les auteurs nous offrent là une véritable renaissance des personnages. J'ai immédiatement songé à ce titre "renaissance" au fil de la lecture, jusqu'à ce que je tombe en fin d'album sur ces mots: "mourir un peu, renaître; meilleur; Et tout recommencer....une boucle d'agonies et d'extases, de petites morts et de renaissances."
    Car à travers les principaux personnages que nous suivons depuis presque 7 ans, Charlotte, Simon, Iris, nous assistons à un véritable tournant dans leur vie.
    Les auteurs, non seulement, nous offrent une bouffée d'espoir après un album très sombre, mais aussi un changement de style avec l'apparition de la couleur dans les dernières pages, comme un feu d'artifice ou un apaisement après une période assez dure vécue par l'ensemble des personnages.
    (Jean Louis Tripp avait utilisé le même procédé avec "Le petit frère")
    Il faut souligner en fin d'album , la présence d' un superbe cahier "art book" qui met en valeur le dessin de Raven.
    Une série érotique de qualité, reposant sur un dessin soigné, et un dessin d'une qualité rarement vue dans ce genre de bande dessinée.
    Bref une réussite complète.

    herve26 Le 25/02/2023 à 21:11:29

    Dernier volume d'une série qui s'est distinguée depuis le début par sa qualité graphique et scénaristique.
    L'auteur nous offre ici, certes une fin un peu précipitée, mais une conclusion qui se tient et qui pourrait même déboucher sur une nouvelle aventure.
    Di Caro a distillé tout au long des précédents albums des indices qui finalement prennent leur place dans cet ultime opus.
    Bien sûr, nous naviguons toujours entre ésotérisme et érotisme, mais il faut souligner qu'il est rare, dans les bandes dessinées dites pour adultes, que les scènes de sexe, très explicites dans cette série, soient au service d'un scénario très bien construit.
    Gabriele Di Caro nous a concocté une intrigue originale dans le Londres du XIXème siècle, le tout servi sur un dessin très soigné aussi bien au niveau des décors que des personnages , même si je regrette parfois des visages de loin floutés

    herve26 Le 24/02/2023 à 08:26:55

    Ce livre est le pendant pornographique de "Eros", autre artbook de Serpieri, publié le même jour. Là où "Eros" nous présentait des dessins plutôt soft consacrés à Druuna., ce présent opus est beaucoup plus explicite.
    Il faut souligner l'excellente préface qui remet en perspective l’œuvre de Serpieri avec notamment des similitudes avec celle de Tinto Brass, cinéaste italien, très attiré aussi par certains atouts féminins ( poitrine, mais surtout les fesses, "les fesses sont la plus pure expression du plaisir" dixit Serpieri )

    Ce recueil regroupe des dessins, croquis et études, parfois accompagnées de témoignage de l'auteur sur la genèse de tel ou tel dessin. Bien sûr, les illustrations de cet artbook sont explicites, crues mais dans la droite lignée de la série "Druuna"
    Je conseille ce livre aux amateur de cette série, devenue culte au fil des années.

    herve26 Le 23/02/2023 à 23:55:50

    Derrière une magnifique couverture suggestive, nous découvrons de superbes illustrations "soft" de Serpieri. J'avoue avoir été agréablement surpris par le format de cet artbook, habitué au format plus réduit des rééditions de Druuna proposées par "Glénat-Lo Scarabeo" depuis quelques années.
    Bien sûr cette nouvelle collection de Druuna nous proposait, à travers, les archives, présentes en fin de chaque album, des dessins le plus souvent inédits de Serpieri, mais là, je reste scotché par le talent de ce dessinateur de génie.
    Pour mieux apprécier les courbes des femmes par Serpieri, je vous invite à lire auparavant la postface "la forme de l'Eros"signée Stefano Priarone sur la distinction entre les bottomen et les bosomen, distinction que je trouve sujette à caution, à titre personnel, et sur l'origine de Druuna (inspirée par l'actrice Valérie Kaprinsky, pour ceux qui ne le savait pas encore).
    Presque qu'exclusivement consacré à Druuna, véritable Vénus callipyge, ce livre est un véritable hommage à cette héroïne qui nous a tous marqué.
    En tout cas cet artbook est indissociable de "Serpieri XXX" , paru ce même jour,autre artbook , véritable versant plus "hard" de Druuna.
    N'ayant jamais réussi à me procurer les anciens livres d'illustrations de Serpieri parus il y a plusieurs années, je ne sais si ce présent opus comporte ou non des dessins inédits.
    Je ne peux que conseiller cet album à tout amateur de Druuna, dont nous attendons toujours la sortie du prochain volume.

    herve26 Le 23/02/2023 à 22:30:13
    Tanguy et Laverdure (Une aventure "Classic" de) - Tome 5 - Le Mystère du Sabre jaune

    Je suis pas un grand amateur de la série mère, pourtant cette série dérivée continue de m'enchanter. J'ai toujours l'impression de revenir aux sources des aventures de Tanguy & Laverdure.
    En effet, le dessin de Durand lorgne habilement vers les premiers albums d'Uderzo, même si j'ai souvent tiqué dans cet opus sur les visages de certains personnages comme celui du commissaire ou d'autres personnages secondaires qui ne cadrent pas avec le style des autres protagonistes.
    Bien sûr que l'intrigue de Patrice Buendia repose parfois (voire souvent) sur de grosses ficelles scénaristiques (le braquage pendant la guerre de Corée, ou la cachette improbable du "sabre jaune" ou encore les postiches d'un autre âge portés par le pilote en fuite) mais l'ambiance est tel que le lecteur que je suis passe sur ces invraisemblances.
    Et puis, nous sommes plongés tout de même dans une époque que certains ont sans doute oublié, celle où les alliés possédaient encore des bases militaires sur le sol français avant que le Général de Gaulle ne les chasse. Je me souviens avoir effectué mon service militaire sur une ancienne base américaine, où l'on devinait encore les contours du terrain de base-ball..
    Bref, un bon album pour les nostalgiques de la bd franco-belge.

    herve26 Le 12/02/2023 à 15:11:49

    Un véritable OVNI que cet album !
    J'avoue l'avoir souvent feuilleté en librairie, puis reposé , assez perplexe quant à son contenu . Et puis, le festival d'Angoulême est passé par là en distinguant ce livre. Il faut remonter à 2016, avec "Ici" de Richard Mc Guire, également autre OVNI, pour qu'un lauréat du Fauve d'Or attise autant ma curiosité. Au vu des bonnes critiques lues ici ou là, et sur les conseils de ma libraire (pour qui , ce livre était son coup de cœur depuis sa sortie), j'ai enfin franchi le pas en l'achetant.
    En suivant les aventures de Simon, Martin Panchaud nous entraine à la fois dans un polar, un road movie, et une comédie extrêmement bien agencés. Le scénario repose sur un travail d'orfèvre, et une fois lancé dans la lecture, j'ai eu du mal lâcher ce livre.. C'est presque addictif.
    Mais ce qui fait la force de ce récit, c'est évidement sa forme En découvrant l'histoire de Simon du "dessus", le lecteur peut être à première vue être décontenancé voire déstabilisé, mais il n'en est rien, et je me surpris à découvrir un récit fluide, où la façon de représenter les personnages ne gâche en rien le plaisir de lecture, au contraire.
    Avec un dessin presque géométrique, presque tiré au cordeau, Martin Panchaud me fait curieusement songer à Chris Ware, ce qui n'est pas une mince référence.
    Découvrez donc le destin du pauvre Simon, si habilement mis en scène par Martin Panchaud.
    Ce livre relève à la fois de la pépite et de l'originalité.
    Pour une fois,depuis bien longtemps, je rejoins l'avis du jury du festival d'Angoulême.

    herve26 Le 07/02/2023 à 18:59:22
    Thorgal Saga - Tome 1 - Adieu Aaricia

    La série "Thorgal" est celle qui m'a fait découvrir un nouvel aspect de la bande dessinée. Habitué aux Tintin, Astérix et Gil Jourdan, je crois avoir dévoré les 15 premiers volumes de la série chez ma sœur au début des années 90. Depuis, j'ai acheté régulièrement les albums jusqu'à "Aniel" qui , après beaucoup d'albums faibles voire très faible, m'avait déçu. Finalement, on m'a offert les suivants et j'ai donc continué cette série (le dernier "Tupilaks" étant particulièrement indigeste). Alors quand j'ai vu que Robin Recht nous proposait son propre Thorgal, je n'ai pas hésité. J'avais adoré son style dans "le troisième testament-Julius'". Évidemment je me suis précipité sur l'édition augmentée qui présente au lecteur un double avantage: un grand format et un papier de qualité supérieur (je passe sous silence les "bonus" assez décevants hormis la reprise de la superbe couverture de l'édition courante). Le dessin de Recht est tout simplement magnifique. Quant au scénario, un voyage dans le temps grâce à l'anneau d'Ouroboros, il nous permet de voir la confrontation entre un Thorgal vieillissant et un Thorgal jeune et fougueux, En empruntant des éléments à "l'enfant des étoiles" et "Alinoë", Robin Recht nous a concocté le meilleurs des albums de la série depuis des années (bien cette aventure doit être considérée comme un album à part de la série).
    Pourtant, j'ai quelques regrets sur cet album. Avec 108 pages, je pense que le récit aurait gagné en intensité en réduisant la longue marche à la recherche d'Aarica (un peu trop longue à mon goût) , qui a comme principal intérêt de nous faire découvrir un Thorgal diminué physiquement, et j'ai un peu tiqué sur la violence des combats, qui n'entre pas dans l'univers de Thorgal (Dorison s'y était frotté avec "le feu écarlate", mais ce n'avait pas pris à mon goût).
    Et puis pourquoi ne pas avoir conservé la superbe couverture de l'édition courante qui nous rappelait celle de "l'enfant des étoiles".
    Sinon, c'est un sans faute pour Robin Recht, avec un album qui mêle à la fois de l'action, de la réflexion et une forte dose de nostalgie et d'émotion, une fois la livre fini.
    Le final est en effet surprenant mais quelle conclusion!

    herve26 Le 17/01/2023 à 21:23:55
    Le merlu - Tome 3 - Les Routes de la victoire

    Hasard de mes lectures, et de mes visionnages de séries, je suis plongé dans la période de la collaboration (je viens d'achever "Un allemand à Paris" de Gerhard Heller, "Une brève libération" de Félicitée Herzog, et je débute la série "Un village Français", avec beaucoup de retard, je sais) Et là, je découvre avec plaisir le troisième volume d'"Une aventure du Merlu" qui me replonge dans cette période sombre de l'histoire.
    Il fallait s'y attendre, après la période de la Résistance, nous sommes confrontés dès les premières pages à l'Epuration et aux derniers mois de l'Occupation.
    Le destin des personnages principaux est donc tracé dans ce dernier volume, avec des retrouvailles mais aussi des séparations, parfois brutales.
    J'ai beaucoup aimé l'atmosphère qui se dégage de cet album à la fois violente, mais aussi plus tendre.
    Bref, l' album des révélations, mais qui ne ferme pas la porte à une suite, si j'en juge la fin ouverte.
    Une série que je recommande.

    herve26 Le 29/11/2022 à 23:17:49

    J'avais acheté dans cette collection , le livre de Gibrat "l'hiver en été", un livre d'entretien illustré par de superbes planches de Gibrat.
    Avec ce nouvel album consacré à Ana Mirallès, j'ai retrouvé la qualité éditorial des albums de Daniel Maghen.
    Une quinzaine de pages de présentations sur le travail d'Ana Mirallès ouvrent cet art-book.
    Puis des illustrations, parfois inédites complètent cet ouvrage, avec des chapitres exclusivement consacrés à sa série Djinn , (Istambul, Afrique, Indes).
    Entre esquisses, planches définitives, et portraits sublimes, le lecteur que je suis reste ébahi d'admiration devant le travail d'Ana Mirallès.
    Je me suis rendu compte à la lecture de cet art-book, que je n'avais pas encore acquis le cycle indien de "Djinn", oubli que je vais sans nul doute réparer d’ici peu.

    Ce livre n'est certes pas indispensable pour certains, mais pour les amateurs de belles femmes, et d'exotisme, il est pour vous.

    herve26 Le 28/11/2022 à 23:07:08
    1629... ou l'effrayante histoire des naufragés du Jakarta - Tome 1 - L'Apothicaire du diable - Première partie

    La première chose que l'on remarque avec cette bd, c'est sa qualité éditoriale, une couverture remarquable, et un album de 135 pages qui pèse plus d'un kilo!
    Certes, le prix est assez élevé, et un choix éditorial autre à un moindre coût aurait pu l'emporter mais c'est vrai que cette option, assez luxueuse ,est discutable mais passons...
    Ce qui frappe en ouvrant cet album, c'est le dessin de Thimothée Montaigne. J'avais découvert cet auteur avec la série "le troisième testament-Julius" qu'il avait repris au pied levé avec un certain brio, il faut l'avouer. Certes son dessin lorgne sans ambiguïté aucune, vers celui de Mathieu Lauffray, avec lequel il avait collaboré sur "Long John Silver".
    Il y a rien à dire sur le dessin, c'est superbe,on en prend plein la vue avec quelques pleines pages ou doubles pages incroyables (je pense notamment à la découverte du Jakata, pages 22 et 23.)
    En débutant la lecture, j'ai immédiatement songé au personnage de Lady Hasting de "Long John Silver" avec Lucretia Hans, qui veut rejoindre son époux, au delà des mers.
    Je reste subjugué par la beauté des planches, malgré la noirceur de l'intrigue, au fil des pages.
    Le scénario de Xavier Dorison n'est pas en reste, l'intrigue est très sombre, les personnages très tourmentés, et ce premier volume retrace avec une efficacité remarquable, l'atmosphère qui règne sur un navire où une mutinerie couve....
    Parti d'un choix éditorial très discutable sur le coût, cet album rejoint, à mes yeux, un des meilleurs albums que j'ai lu cette année, bref un incontournable de cette année.

    herve26 Le 26/11/2022 à 18:54:26
    Blake et Mortimer (Les Aventures de) - Tome 29 - Huit heures à Berlin

    Les aventures de Blake et Mortimer avaient repris des couleurs avec "le dernier Espadon", et là les lecteurs ne seront pas déçus avec ce nouvel opus. Cette aventure coche en effet toutes les cases pour les nostalgiques d'Edgar Jacobs: un scénario qui mêle espionnage et science (on retrouve même dans l'album les souterrains chers au Maître du domaine du Bois des Pauvres), et un dessin époustouflant d'Antoine Aubin (enfin servi par un scénario digne de son talent) qui ,avec le regretté Ted Benoit , est à mes yeux le meilleur" repreneur" de la série. Non seulement les personnages sont réussis (Olrik est superbement dessiné, tant en uniforme, qu'en costard ), mais aussi Antoine Aubin soigne particulièrement les décors, surtout les automobiles de l'époque.
    J'ai juste un regret, que le personnage appelé "le Prince" (je ne veux pas spoiler) ne soit pas aussi maitrisé graphiquement.
    Il faut souligner donc la qualité du travail d'Aubin, presque 7 ans de labeur, sur un album qui a germé dans la tête des scénaristes depuis 2014 ( je vous invite,sur ce thème, à vous reporter à l'excellent livre "l'héritage Jacobs" de Jean-Luc Cambier et Eric Verhoest).
    Jean-Louis Bocquet et Jean-Luc Fromental nous offrent en effet, une intrigue passionnante, parsemée de clins d’œil à d'autres bandes dessinées (l'hôtel Cornavin de Genève ou encore l'accident de voiture, près du lac Léman, dans dans les décors à l'identique de celui de" l'Affaire Tournesol"), au cinéma ou au roman d'espionnage. J'ai retrouvé parfois l'atmosphère du "Coup de Prague", signé d'un certain Jean-Luc Fromental. Fort d'une amitié de plus de 35 ans, les deux co-scénaristes ont réalisé un album qui se hisse parmi les meilleurs de la période post-Jacobs, même si, à mon goût, la fin est un peu trop précipitée (peu d'explications par exemple sur les motivations du Général Carver)
    Il faut enfin souligner, enfin, un choix très varié dans la tenue vestimentaire de nos deux héros (Blake en Mr White est irrésistible!)
    Pour finir, je précise que j'ai lu cette aventure dans la collection "bibiophile" tirée à 10 000 exemplaires, et je regrette l'absence de hors texte, qui donne une respiration au récit, surtout lorsqu'il est dense comme c'est le cas içi.
    Passionné de "Blake et Mortimer", je n'ai pas fait l'impasse non plus sur le coffret édité par canal Bd, (4000 exemplaires) avec la version noir et blanc (magnifique au demeurant) qui présente une particularité, planche 32:l'inscription à laquelle fait référence Blake est absente!

    Autant vous dire que la dernière fois que j'avais acquis trois éditions différentes d'un même album que j'avais trouvé extraordinaire, c'était pour "le dernier pharaon" de Schuiten, Van Dormael,Gunzig et Durieux,c'est dire si je mets ce dernier album de "Blake et Mortimer" dans le panthéon de mes albums préférés de la série.

    herve26 Le 19/11/2022 à 19:05:14
    Buck Danny « Classic » - Tome 9 - Le vol du rapier

    En s'inspirant d'un mystère les plus troublants de l'histoire de l'aviation (la disparition des passagers du vol C-124 Globemaster le 23 mars 1951), les scénaristes Marniquet et Zumbiehl nous offrent une aventure palpitante de Buck Danny. Décidément cette série dérivée finit par dépasser en qualité, la série mère.
    Le récit oscille sans cesse entre le récit d'espionnage, celui d'aventure , sans oublier des scènes d'aviation.
    J'ai trouvé le ton de ce volume plus dramatique qu'à l’accoutumée, même si les auteurs n'oublient pas de nous présenter un Sonny gaffeur, qui finit par s'embarquer dans une histoire d'amour qui le mènera assez loin.....
    Un album qui, en tout cas, ravira sans nul doute, les nostalgiques de l'âge d'or des Buck Danny.

    herve26 Le 14/11/2022 à 23:36:18
    Noir Burlesque - Tome 2 - Noir Burlesque 2

    Le premier volume de ce diptyque m'avait beaucoup plus séduit par son dessin que par son scénario, que j'avais trouvé très léger. D'ailleurs , beaucoup de lecteurs avaient trouvé que la lecture ce de volume était trop rapide.
    Avec ce second volume, Marini semble avoir rectifié le tir, déjà avec une pagination plus importante, et surtout un scénario qui enfin prend son envol.
    Avec l'apparition de nouveaux personnages (notamment la fille du mafieux Zizi) l'histoire prend de l'étoffe et l'intrigue tant attendue finit par captiver le lecteur.
    A la lecture de ce volume, on sent que Marini a pris du plaisir à faire cet album, en nous offrant de superbes planches et une intrigue digne des meilleurs polars des années 50.
    Après un premier album de mise en place, nous sommes devant un album où la violence est certes présente, mais où l'humour souvent noir , domine.
    Un très bel hommage au cinéma et aux polars des années 50.
    Finalement, Marini nous a offert une très belle histoire, en mode diésel, lente à démarrer mais avec un final trépident, le tout avec un dessin où il se lâche complètement.

    herve26 Le 14/11/2022 à 23:04:06
    Thorgal - Tome 40 - Tupilaks

    Je dois avouer que le premier volume de ce diptyque m'avait vraiment enthousiasmé. Avec ce présent volume, l'intérêt pour cette série vient de retomber.
    En effet, en voulant trop faire références aux précédents et premiers albums de Thorgal "l'île des mers gelées" et "l'enfant des étoiles", Yann finit par perdre le lecteur que je suis.
    Bref, à vouloir trop recouper avec les aventures précédentes, Yann finit par embrouiller le lecteur.
    J'ai trouvé cet album trop tourné vers la science fiction, presque trop proche de "2001,'odyssée de l'espace" avec Neokora.
    Un album, à mon avis trop bavard,qui a fini par me lasser, à tel point que j'ai eu du mal à le finir.
    Par contre, il faut souligner le travail de Fred Vignaux, qui dans son dessin, s'approche de plus en plus de celui de Rosinski.
    Un avis donc très mitigé sur cet album.

    herve26 Le 15/10/2022 à 22:31:00
    XIII - Tome 28 - Cuba, où tout a commencé

    A une certaine époque, la sortie d'un XIII était un évènement très attendu dans le milieu de la bande dessinée.Depuis quelques années, j'ai le sentiment que cette série devient une série comme une autre. Même chez les libraires, un nouvel album de XIII n'est plus aussi mis en avant qu'auparavant.
    La faute à qui ?
    Un essoufflement sans doute de la série, qui a transformé, Jason Mac Lane , en un objet de jeu d'influence entre de mystérieuses sociétés plus ou moins occultes, sur un scénario d'Yves Sente, qui a du mal à retrouver le souffle épique des premières aventures.
    Pourtant, le dernier diptyque m'avait convaincu, et semblait renouer avec les exploits de XIII.
    Avec cet album, au vu de la couverture, je pensais retrouver une sorte de hors série sur la genèse de El Cascador, hélas, il n'en est rien.
    Nous retrouvons XIII (enfin ce qu'il en reste) au centre d'une nouvelle intrigue internationale où services secrets russes, américains et armée cubaine sont aux premières lignes, avec des gadgets dignes d'un James Bond.
    Certes, cela se lit bien (avec un début un peu laborieux), le dessin de Jigounov est parfait, mais je n'ai pu l'impression de suivre les aventures de XIII, même si Jones et Carrington sont présents en arrière plan.
    Bref, là où je pensais retrouver El Cascador, je lis , en l'espèce, les aventures d'un James Bond américain, d'où ma petite déception.

    herve26 Le 06/10/2022 à 22:15:35

    Derrière un titre assez bucolique, se cache un polar assez sombre qui se déroule à la belle époque, sous la présidence du fameux Félix Faure.
    Nous suivons l'enquête de l'inspecteur Amaury Broyan, rongé par un drame familial, sur le meurtre d'un riche industriel parisien.
    Si l'enquête ne m'a guère convaincue, j'ai été littéralement séduit par le dessin d'Alexis Chabert, auteur que j'avais découvert il y a plusieurs années avec "la prophétie des deux mondes", dont je louais déjà le dessin remarquable.
    Alexis Chabert nous offre un superbe portrait du Paris de la belle époque, avec des références aux tableaux de Gustave Caillebotte ou encore de Jean Béraud. Il nous fait parfaitement ressentir aussi bien l'atmosphère du Paris haussmannien des salons, que du Paris des bas-fonds.
    Si cette bd est scénaristiquement bancale, elle est graphiquement très réussie.
    J'ai lu cette histoire dans l'édition canalbd, tirée à 1500 exemplaires, dans laquelle Alexis Chabert nous confie, dans le dossier présent, les origines de ce projet et les peintres qui l'ont inspiré pour cet album.
    J'en conseille évidemment la lecture.

    herve26 Le 05/10/2022 à 22:29:17
    Le grand récit - Tome 3 - Beta... civilisations volume II

    En 2009, j'étais tombé en admiration devant un ovni, intitulé "Alpha...directions". Un projet dément de l'auteur, Jens Harder, de nous présenter l'histoire de l'Humanité.
    8 ans après le second volume, "Beta ...civilisations" vient poindre son nez, troisième album d'une série magistrale et ambitieuse qui prendra fin avec "Gamma...visions" prévu pour je ne sais pas quand.
    Ce pavé de 345 pages, mais que se lit avec avidité, va de l'Antiquité à l'épidémie de Covid.
    Mais ce que l'on retient surtout, ce sont les cases muettes qui illustrent cette période, cases qui reprennent le plus souvent des tableaux, des images pieuses, des extraits de bd (comme Astérix), des statues etc, bref Jens Harder s'inspire de tout les média pour nous offrir l'histoire du monde.
    Son dessin est précis, minutieux....un véritable travail d'orfèvre qu'il faut souligner..
    Les repères chronologiques en fin de chaque chapitre sont les bienvenus.
    Et que dire des couleurs presque métalliques qui donnent à cet opus un cachet particulier.
    Avant de me lancer dans la lecture de ce troisième volume, j'ai évidemment relu les deux premiers.ET à la lecture de ces livres, j'ai l'impression que cette série monumentale est l’œuvre d'une vie.
    C'est beau, instructif, grandiose, bref indispensable.

    herve26 Le 04/10/2022 à 22:49:06
    À prix d'or - Tome 1 - Tome 1

    Mon avis porte sur les 2 volumes.

    Car, je me demande pourquoi les éditions Glénat ont décidé de sortir le même jour les 2 tomes de ce diptyque , en lieu et place d'un seul album de 128 pages, comme l'ont fait, tout récemment, les éditions Le Lombard avec "le serpent et le coyote", avec un album de près de 140 pages.
    Mystère? mais mystère qui n'occulte pas la qualité de ces albums.
    En effet, malgré une couverture assez flashie pour attirer les lecteurs, l'éditeur a presque réalisé l'inverse de l'effet escompté. Mais derrière ces couvertures presque racoleuses, nous découvrons, en feuilletant l'album, un superbe dessin signé Bernard Khattou.
    Et que dire du scénario de Nathalie Sergeff, qui n'est pas en reste. Il fourmille de fusillades, de poursuites et d'histoires de familles ....un rythme fou qui ne faiblit pas au fil des pages. C'est très réussi, et les planches ont un côté cinématographique non dissimulées.
    Seule la complicité soudaine entre les deux héroïnes m'a intriguée, mais cette ellipse sera vite expliquée dans le second volumes.
    J'ai juste eu vent que si cette série avait le succès escompté, nous pourrions retrouver Betty et Ellie dans de nouvelles aventures. A suivre donc.

    Album(s) dépaysant(s) et décoiffant(s)
    Album(s) à découvrir

    herve26 Le 04/10/2022 à 21:13:38

    Avant tout, je dois préciser que j'ai lu cet album dans la version noir et blanc, sans pour autant avoir été attiré par l'achat de l'édition couleur.
    Les premières pages muettes, même en n&b, sont somptueuses. Et, je regrette presque de ne pas avoir acheter la série "Tango", en n&b, signée par les mêmes auteurs, mais je me suis juré, dans la mesure du possible, de ne plus me lancer dans les séries, privilégiant ainsi les one shot.
    Et en l'occurrence, quel one shot que nous offrent ici Matz et Xavier, dans la collection signé, qui a toujours été pour moi, gage de qualité.
    Les auteurs nous présentent un polar qui prend du temps à s'installer, mais avec justesse sur près de 140 pages.
    J'avoue, dans un premier temps, retardé la lecture de cette bd , devant le nombre de pages. Et puis, je me suis lancé, sans m'arrêter jusqu'à la fin pour qu'au final, je dise Waouh! quel album!
    Le scénario est parfaitement maitrisé par un Matz au mieux de sa forme (je l'avais rencontré il y a quelques années pour "Adios Muchachos", et le personnage m'avait bien séduit!) et le dessin de Xavier est parfait pour ce type de thriller.
    Nous suivons donc dans cette aventure, Joe, qui au fil des pages , n'est pas le personnage auquel on s'attendait.
    Malgré les flash-back qui ponctuent cet album, la lecture reste toujours fluide.
    En associant le programme de protection des témoins avec l'histoire personnelle du fameux Joe, Matz , sans oublier Xavier, nous offrent un des meilleurs albums de cette rentrée.

    herve26 Le 04/10/2022 à 19:57:34
    Tuskegee Ghost - Tome 1 - Tome 1

    J'ai acheté cet album pour deux raisons. D'une part car il est signé par Benjamin Von Eckartsberg, scénariste de "Gung Ho", série que j'avais bien appréciée, et d'autre part cette aventure est prévue en seulement 2volumes.
    Mais en feuilletant cette bd, j'ai été très surpris de voir que le dessinateur, Olivier Dauger, s'est rapproché étrangement du style de Thomas Von Kummant, dessinateur de "Gung Ho"
    Et j'avoue avoir très apprécié ce style.
    En retraçant le racisme dans le sud des Etats Unis dans les années 40, pendant la seconde guerre mondiale, et le racisme persistant malgré le vote du Civil Rights Act , à la fin des années 60 , toujours en Alabama, à travers l'histoire d'un père et d'un fils, tout deux très en avance sur leur temps, les auteurs nous offrent une aventure certes pas très originale, mais en tout cas très plaisante à lire.
    Et, j'ai hâte de connaitre la fin de cette histoire.

    herve26 Le 07/09/2022 à 23:13:16

    Bastien Vivès nous offre, après un très décalé "Burne-out", un ouvrage plus sage avec "Dernier week-end de janvier", très belle chronique sur fond de festival d’Angoulême.
    Sur près de 180 pages, Vivès prend le temps de nous présenter les personnages:un dessinateur assez blasé par les séances de dédicaces, un chasseur de dédicaces presque caricatural aussi bien sur le plan graphique (son visage, à la Largo Winch, tranche volontairement avec la galerie de portraits de l'album), que sur le plan personnel. Et surtout, une femme,Vanessa, fragile, attachante,complètement étrangère au monde de la bande dessinée, pour qui le lecteur ne peut que ressentir une certaine sympathie.
    Ayant fréquenté, à une époque de ma vie, le festival d'Angoulême,j'avoue avoir retrouvé à travers cette bd, l'atmosphère de cet événement.
    Vivès nous offre une histoire presque banale, digne d'un film de Claude Sautet, mais qui par son traitement graphique mérite de s'y attarder
    Car, il faut l'avouer que les planches sont magnifiques, avec mention spéciales pour les scènes de danse, qui sont parfaites
    Même les scènes d'amour au lit, que le lecteur attendait vu le précédent album sulfureux de Vivès, sont d'une sensualité et d'une délicatesse sans pareil
    Cet album va rejoindre des titres comme "Polina" ou encore " une sœur"que je relis régulièrement avec plaisir

    Un très bel album,
    une très belle chronique où on se demande où s'arrête la réalité et où commence la fiction

    J'en recommande évidemment la lecture

    herve26 Le 07/09/2022 à 22:31:20

    Après le très réussi "Itinéraire d'une garce", la collection Porn'pop dirigée par Céline Tran (ex Katsuni) nous offre une très belle surprise avec cet album.
    Les auteurs nous présentent les aventures d'un couple trentenaire (Anis et Adèle) en passe de pimenter leur vie sexuelle, pour rompre la monotonie du couple. Certes le thème n'est pas très nouveau mais le traitement fait ici est assez original. On oscille sans cesse entre l'enquête policière et des scènes assez explicites. Mais j'avoue que l'intrigue l'emporte sur le côté voyeur, qui est habituellement réservé à ce genre de bande dessinée, ce qui est assez fort quand même !
    Outre un scénario bien réussi et intriguant, il faut souligner la qualité du dessin de Duddy, que je ne connaissais pas, et qui m'a littéralement séduit.
    C'est par le plus grand des hasards que je suis tombé sur cet album (un article sur" sceneario.com"), qui est sorti à une période assez creuse sur le plan éditorial (mi-août)
    En tout cas une agréable surprise pour un album qui mérite de dépasser l'appellation bd pour adulte, comme l'était" Itinéraire d'une garce", qui s'apparentait plus à un roman graphique qu'à une simple bd de cul. En effet, nous suivons les aventures d'un couple qui est pris dans un engrenage, qui semble les dépasser.

    Bref, une petite pépite que vient d'éditer la directrice de la collection "Porn'pop", Céline Tran.

    herve26 Le 07/09/2022 à 22:25:53
    Spirou et Fantasio - Tome 56 - La mort de Spirou

    Le côté marketing de Dupuis a bien fonctionné puisque j'ai cédé à la tentation d'acheter ce numéro 56 de Spirou, rien qu'en découvrant le titre de cet opus. Bien joué! En effet, j'avais abandonné la série depuis "Spirou à Tokyo", soit plus de 16 ans. J'avais été très déçu par la tournant pris par la série, ayant déjà été assez mitigé par les albums signés par Tome et Janry, nostalgique que je suis de Franquin, voire de Fournier ou des albums de Nic et Cauvin, qui finalement n'étaient pas si mal.
    J'avoue que le nom de Schwartz était pour moi plutôt un gage de qualité, le considérant comme un héritier lointain de Chaland, qui avait lui aussi signé un Spirou , mais inachevé .

    Avec cet opus, les auteurs nous offrent une suite un peu trop modernisée du"repère de la murène" et de "Spirou et les hommes bulles". J'ai été séduit par l'incipit mais vite décontenancé par le côté futuriste que je ne m'attendais pas à voir dans l'univers de "Spirou et Fantasio" :tablettes,turbotraction électrique,ordinateurs, bref je n'ai pas retrouvé les personnages de mon enfance. C'est peut-être mon côté vieux lecteur, mais je fini par croire que l'éditeur de Blake et Mortimer a eu entièrement raison de cantonner ses héros dans les années 50, pour ne pas perdre de leur superbe et de leur magie.
    Le dessin de Schwartz est nullement mis en cause dans cet opus, au contraire, il contribue à un côté nostalgique, mais le scénario de m'a guère convaincu, malgré de belles trouvailles comme la similitude avec une page de "la vallée des bannis", un des meilleurs albums de la période Tome et Janry.
    Bref, pour moi, il y a ici un côté résolument moderne qui nuit à la lecture que j'ai des "Spirou et Fantasio", sentiment que je n'avais pas ressenti avec "Spirou chez les Soviet", album que j'avais adoré.
    J'achèterai tout de même la conclusion de cette histoire, rien que pour connaître la suite donnée aux aventures d'un des plus emblématiques personnages de la bd franco-belge.
    Alors "la mort de Spirou", formidable coup de pub ou véritable tournant pour une série mythique, où Seccotine supplanterait notre célèbre groom?
    Pour ma part, j'ai ma petite idée...
    Résultat des courses dans le prochain album.

    herve26 Le 19/06/2022 à 21:29:07

    Véritable claque que cette bande dessinée, faussement orientée vers le genre pornographique alors que le style "roman graphique" sied plus à ce one-shot.
    Tout d'abord, le dessin tout en retenue et en rondeur de Grazia La Padula est très loin des bandes dessinées dites pour adultes. Les couleurs choisies donnent en outre un côté classique à cette histoire hors norme, enfin pas tout à fait.
    Puisque l'héroïne, Elise 52 ans, découvre ou redécouvre sa sexualité en apprenant l'infidélité de son mari.
    Entre scènes de la vie quotidienne (rapport épouse/mari; enfant/parents) et scènes plus explicites, Céline Tran, que l'on ne présente plus, nous offre des réflexions sous la forme de pages dactylographiées qui épousent parfaitement le récit.
    J'ai été scotché par la révélation finale, qui remet tout en cause.
    C'est pour moi, un des meilleurs albums que j'ai lu cette année, et qui mérite amplement de dépasser la simple collection "porn'pop", certes de qualité, dans lequel il est cantonné.

    J'en recommande évidemment la lecture.

    herve26 Le 19/05/2022 à 22:19:47

    Jean Louis Tripp continue de m'étonner. Après "Extases", où l'auteur s'était mis littéralement à nu, il nous offre un nouveau livre autobiographique déchirant avec "le petit frère", un drame qu'il a vécu à 18 ans avec la mort de son frère, Gilles.
    C'est une de mes lectures les plus émouvantes et poignantes de cette année.
    A travers près de 330 pages, nous suivons une famille recomposée et aussi déchirée , par le deuil d'un jeune enfant, mais surtout la culpabilité ressentie par Jean Louis Tripp avec cette main lâchée, main qui reviendra comme un leitmotiv dans ce récit.
    L'auteur restitue parfaitement ce drame de cet été 1976, avec ce décalage avec un pays en grandes vacances: "les gens étaient heureux. Et nous , avec notre convoi funéraire, on était presque déplacés", écrit -il.
    Avec cet album, Jean Louis Tripp a choisi le dessin en noir et blanc sur I-pad, ce qui ne nuit nullement à la qualité graphique.
    Seules quelques planches en couleurs , vers la fin de l'album, viennent apporter un brin d'optimisme, comme si Jean Louis Tripp avait enfin tourné la page, et s'était enfin apaisé.

    Un album très fort, et qui rejoint dans mon panthéon personnel un album aussi fort dans l'émotion que "le journal de mon père" de Taniguchi..
    Bref, un petit chef d’œuvre à lire et à relire.

    herve26 Le 17/05/2022 à 22:47:37
    Buck Danny - Tome 59 - Programme Skyborg

    Je continue d'affirmer que les couvertures des derniers "Buck Danny" sont souvent ratées. Avec ce dernier opus, je n'ai pas changé d'avis ! C'est d'ailleurs le seul reproche que je puisse faire à cet album, car j'ai vraiment aimé le scénario.On ne s'ennuie guère au fil de la lecture. L'histoire est assez originale, avec cet affrontement entre les pilotes de l'US air force et l'intelligence artificielle, et le dessin n'est pas en reste . Je regrette juste que Zumbiehl insiste un peu trop sur Tumber et le devenir du métier de pilote face aux nouvelles technologies . Les scènes de combats aériens sont nombreuses et bien dessinées.
    Il faut souligner que le scénariste a eu la bonne idée ne pas introduire dans cette aventure, le personnage de Lady X qui était omniprésente dans les derniers albums, lui préférant Sato.
    Malgré le nombre d'albums déjà parus, je ne me lasse pas de cette série, qui semble avoir trouvé avec Formosa et Zumbiehl, sa vitesse de croisière.

    herve26 Le 05/05/2022 à 22:29:27
    L'or des Belges - Tome 1 - L'or belge en eaux troubles

    J'ai été attiré sur ce titre pour deux raisons: primo, il faisait écho au thème développé dans l'album "comment faire fortune en juin 40", secundo, la couverture très affiche cinéma des années 80 me faisait de l’œil.
    J'ajouterai que la série étant prévue en seulement deux volumes, m'a conforté dans mon achat.
    J'avoue que j'ai été très séduit par ce récit qui nous transporte d'un continent à l'autre, d'une façon assez désinvolte, même si parfois le dessin des premières pages m'a quelques peu rebuté notamment en raison de visages à peine ,voire pas du tout esquissés.
    Mais finalement, le ton humoristique , parfois cynique , finit l'emporter sur ces quelques imperfections.
    En y introduisant Léopold III, Churchill, Pétain et De Gaulle dans ce récit, les auteurs arrivent à brouiller les pistes entre la réalité historique et ce qui relève purement de la fiction. (D'ailleurs un dossier sur cette folle expédition de l'or Belge est présent en fin de l'album)
    Ce n'est sans doute pas la bande dessinée de l'année, mais en tout cas j'ai passé un très agréable moment de lecture.
    Le style est drôle, enlevé et l'histoire prenante, malgré une mise en place de quelques pages assez lente, il faut l'avouer.

    herve26 Le 27/04/2022 à 23:26:33
    Les arcanes de la Maison Fleury - Tome 2 - Les Coulisses

    Lorsque la bd érotique rime avec excellence, cela donne "les arcanes de la maison Fleury".
    Avec ce deuxième volume d'une série qui en comptera trois, Gabriele Di Caro nous offre une histoire qui ne cesse de balancer entre polar et érotisme.
    Après un premier volume salué par la critique, l'auteur continue à déstabiliser le lecteur aussi bien dans la résolution de ces crimes qui ne cessent de toucher la maison Fleury , que dans le destin encore énigmatique de Pearl.
    J'espère juste, au gré des éléments distillés au fil de cet opus, que le prochain volume ne verse pas vers un ésotérisme trop appuyé..
    Au niveau dessin, les amateurs de ce genre de bd ne seront pas déçus, l'auteur ayant une certaine prédilection pour les femmes aux fortes poitrines.

    herve26 Le 27/04/2022 à 22:51:29

    J'avais repéré cet album depuis un moment, intrigué que j'étais sur ce que nous préparait Arroyo, que je suis depuis les débuts de sa reprise des "Buck Danny".
    C'est un véritable défi que s'est lancé ce dessinateur avec cette bande dessinée à mille lieues des aéronefs de l'US Navy.
    Arroyo nous offre sa vision de Paris des années 50, et son trait et ses couleurs sépia nous replongent dans le cinéma des années 50, où l'on pourrait presque croiser Gabin à chaque page.
    Contrairement à certains, je ne rentrerai pas dans le débat des perspectives soit disant ratées, des anachronismes dans les véhicules, mais je ne retiendrai une seule chose, c'est l'ambiance que dégage Arroyo dans ces pages. On s'y croirait, les cabarets, les bougnats, les malfrats corses, les politiques corrompus, bref cette bd relate parfaitement une époque.
    Par contre, je suis assez déçu par le scénario de Christin, qui m'a habitué à mieux par le passé. Nous suivons la vie d'Antoine presqu'au jour le jour au fil des pages, mais au moment le plus intéressant, Christin préfère l'ellipse qui donne à cette bd un sentiment de frustration, un manque, qui font que l'on a du mal à s'attacher au personnage principal.
    Graphiquement réussi (la poursuite en voitures dans les usines à gaz de la plaine Saint Denis en est un exemple) mais un scénario qui me laisse sur ma faim me donne un goût d'inachevé à la lecture de cet album.

    herve26 Le 10/03/2022 à 21:41:02

    C'est un album surprenant à plus d'un titre. S'inscrivant dans la belle collection "porn'Pop" de Glénat , la couverture intrigue de prime abord, avec cette image presque subliminale en double fond. Et puis, le scénario est d'une originalité désarmante.
    En mettant en scène, deux femmes au caractère diamétralement opposé (une Charlie à la recherche du prince charmant, et une Mélina qui enchaine les coups d'un soir voire les coïts plus que furtifs), les auteurs nous entrainent dans une aventure qui dépassent les simples bd de cul auxquelles nous sommes habitués.
    Car, il faut l'avouer, même si les scènes de sexe sont, sans jeu de mots, assez crues dans cet album, le récit repose sur un postulat qui nous fait relire l'histoire sous un autre angle, une fois l'histoire finie.
    C'est très osé, très fort voire très dérangeant mais les auteurs exploitent à fond les phantasmes et perversions auxquelles je ne pensais même pas!
    J'avais découvert il y a quelques dizaines années Grégory Mardon, avec "Madame Désire?", et je trouve que son trait, loin du dessin réaliste, s’accommode parfaitement avec le scénario.
    Malgré une pagination assez importante (110 pages), j'ai littéralement dévoré (sic!) cette bande dessinée, réservée , il va s'en dire, à un public très très averti !

    herve26 Le 01/03/2022 à 22:20:18

    Depuis 2010, je suis de près le travail du duo Brugeas/Toulhoat notamment avec leur série emblématique "Block 109" et ses dérivés sur laquelle je m'étais enthousiasmé. J'avoue, par la suite, avoir été moins réceptif à "Ira Dei".
    Mais là, avec "la République du crâne" je retrouve toute mon âme d'enfance, même si ce one shot s'adresse à un public plus adulte, lorsque je découvrais les films de pirates à la télé.
    Hasard de mes les lectures, je viens de relire "le testament du capitaine Crown" et l'incontournable "Long John Silver" de Dorison et Lauffray est toujours dans mon esprit.
    Mais c'est sous un regard neuf et nouveau, que Brugeas & Toulhoat nous présentent cette histoire de pirates, loin des trésors enfouis dans des îles inaccessibles, mais plus proches des valeurs humanistes, le tout magnifié par le dessin parfaitement maitrisé de Ronan Toulhoat. Il restitue parfaitement aussi bien les combats navals, que les scènes nocturnes qui sont d'une beauté renversante. Son dessin est tout nettement flamboyant.
    Mais le point fort de cette bande dessinée réside sans hésiter dans son scénario. Autour de 4 personnages, Olivier de Vannes, la mystérieuse et intrigante Maryam, le flamboyant Sylla et l'insaisissable Abyeda, se retrouvent aussi bien la démocratie, le courage,la fierté, la loyauté et l'humanisme, des qualités souvent très éloignées du monde de la piraterie.
    En outre, le choix du livre de bord pour nous raconter ce récit est assez audacieux et un pari risqué mais très payant.
    Cet album de près de 210 pages se lit avec plaisir et envie, et on regrette d'arriver à la chute finale, abrupte et dure .
    Il faut que noter que l'album est suivi d'un dossier assez bien foutu sur l'histoire des pirates, qui m'a appris pas mal de choses.
    Ce one shot constitue pour moi une des meilleures lectures de cette année, et je suis sûr que je vais le relire souvent.
    Bref un incontournable que tout amateur de bd se doit de lire.

    herve26 Le 21/02/2022 à 22:30:17
    Druuna au commencement - Tome 1 - Espoirs

    Serpieri nous l'assure, il travaille actuellement au chapitre 10 de sa série. En attendant, il a confié à Allessio Schreiner et à Eon le soin de nous présenter un préquel à sa série fétiche, préquel prévue en 3 volumes.
    Eon se glisse dans la peau du maître ici, en nous offrant un dessin assez proche voire très proche de celui de Serpieri. Les adeptes de Druuna se seront guère perdu dans cette nouvelle série. Même le scénario, parfois confus, est digne d'un Serpieri (j'étais d'ailleurs parfois perdu dans la lecture).
    Par contre, les scènes de sexe, très explicites, et surtout les dialogues relèvent plutôt d'un film porno basique. Ces scènes sont la plupart du temps gratuites, et la scène de viol est particulièrement révoltante.
    Comme les autres albums de la série, l'album est complété par un cahier graphique de 14 pages, signé Serpieri.
    La ligne éditoriale de cette série est très soignée et, j'avoue que je serai au rendez-vous pour le deuxième volume de ce préquel.

    herve26 Le 10/02/2022 à 18:04:56

    C'est dans la version grand format , noir et blanc que j'ai découvert cette bande dessinée, et j'avoue que j'en apprécie autant le dessin de Boucq (j'avais d'ailleurs fait le même choix éditorial pour "New-York cannibals", pour mon plus grand bonheur)
    Je suis féru d'histoire et j'ai beaucoup lu et vu de reportages sur cette période trouble. Mais le côté grotesque voire guignolesque de la naissance de la Vème République, ne m'avait, jamais sauté aux yeux jusqu'à présent.
    C'est pourtant le parti pris certes discutable mais osé que prend Juncker pour nous relater les événements du 13 mai 58, pour la plus grande joie du lecteur.
    En effet, la lecture de cet album est véritablement jubilatoire. J'ai beaucoup ri au fil des pages. Les allers retours du général Massu dans le souterrain reliant son bureau et celui de Salan est un véritable running gag.
    Le tour de force de cette bd réside incontestablement dans les portraits ou plutôt les caricatures des généraux par un François Boucq en grande forme. On les reconnait tous ces généraux que tout le monde a déjà vu dans des documentaires : de Salan à Massu, en passant par Challe et De Gaulle, le seul à garder son calme dans cette tambouille politico-militaire.
    Car outre les dirigeants de l'armée, les hommes politiques de la IVème République ne sont pas non plus épargné dans ce que l'on peut qualifier de farce. On y trouve même Léon Delebecque, personnage qui a laissé un rôle ambigu dans ces évènements.
    Un scénario reposant sur des faits historiques (qui font d'ailleurs l'objet d'un dossier en fin d'album), un dessin formidable, bref une de mes meilleures lectures de ce début d'année.
    A lire sans modération!

    herve26 Le 30/01/2022 à 19:27:12
    Buck Danny « Origines » - Tome 1 - Le pilote à l'aile brisée

    Lorsque j'ai eu vent de ce nouvel univers autour de Buck Danny, j'ai été assez intrigué. Achetant tout ce qui touche au plus célèbre des pilotes, je n'ai pas attendu longtemps pour me précipiter dans la lecture de cet album.
    Il débute pour autant par une surprise car, tout comme la série assez réussie"Buck Danny Classic", cette aventure fait immédiatement suite à l'album "Les mystères de Midway". C'est donc un capitaine Buck Danny, sans Tumbler et Tuckson, qui évolue ici.
    Mais, Yann, grâce à des flash-back, nous plonge tout de même dans la jeunesse de Buck Danny, notamment dans les rapports difficiles que celui -ci entretenait avec son père dans les années 30, tout en nous entrainant dans un récit plus militaire avec un Buck Danny prisonnier de Japs.
    J'ai retrouvé le style des premiers albums de Charlier et d'Hubinon, à la fois dans des expressions dépassées comme "faces de lune", "bloody bastard", "gros singe", "brouteurs de riz" et j'en passe; mais aussi dans le dessin.
    En effet, Guiseppe de Luca, que je découvre ici, nous offre des planches qui lorgnent vers les premiers albums signés Hubinon.
    Il y a en effet, un côté retro au dessin et au scénario qui sied parfaitement à cette histoire.
    Une bonne surprise en tout cas, que les amateurs de Buck Danny doivent découvrir

    herve26 Le 18/01/2022 à 23:01:50

    Depuis longtemps, Gaston Lagaffe a accompagné ma vie. Je me souviens des albums qui trainaient ici ou là dans la maison familiale de vacances que je partageais avec mes cousins lorsque nous avions une quinzaine d’année, albums que l’on s’échangeait le soir.
    Avec le temps, j’ai acheté peu à peu les recueils de Gaston, mais dont les éditions ou les numérotations changeaient au fil des ans, si bien que j’avais une collection assez disparate des Gaston. Il a fallu que les éditions Hachette proposent une édition assez belle en 2015, avec frise et dos toilé, pour qu’enfin, je puisse acquérir la collection complète, collection qui a fini dans les mains de mon père qui ne se lassait pas de lire Gaston Lagaffe, et était assez admiratif de travail réalisé par les éditions Hachette.
    J’ai, à la mort de mon père, récupéré l’ensemble de la collection Gaston Lagaffe, mais je n’ai pas résisté à l’envie d’acquérir l’intégrale Gaston, qui vient d’être rééditée dernièrement sous une nouvelle couverture. Bien sûr, le format est plus petit, mais cela n’est pas dérangeant, et la présence de suppléments publiés dans le journal "Spirou " est un atout de cette édition.
    Avec Les Tuniques Bleues , Sammy ,ou Le Scrameustache, les pages consacrées à Gaston étaient celles que j’attendais le plus dans le journal Spirou dans les années 70.
    J’avoue avoir un faible pour les histoires de Gaston Lagaffe avec Fantasio, en particulier celles liées à la signature des contrats avec de Mesmaeker ou encore avec le gaffophone. Les planches de l’époque avec l’alter ego en latex de Gaston me font encore hurler de rire, même après moults lectures ! Au fil des pages, on se demande encore comment Franquin a pu produire tant de gags sur tant d’années, en multipliant les séries (Spirou et Fantasio, Modeste et Pompon)
    Au fil des albums et des années, le dessin de Franquin devient plus nerveux, ce qui coïncide presque avec l’arrivée de Prunelle sur le devant de la scène, et les décors plus fouillés. Les thèmes évoluent également avec le temps, de la flemmardise sympathique au bureau, Gaston devient un chantre de l’écologie avant l’heure et un adversaire acharné des parcmètres (c’est peut-être d’ailleurs, les gags qui avaient moins de résonances pour moi à l’époque –j’avais 13 ans- )
    J’ai relu les 913 gags de Gaston Lagaffe présents dans cette intégrale, et je suis toujours aussi admiratif du travail de Franquin, que je place au sommet de mon panthéon avec Hergé, Jacobs, Peyo, et Tillieux. Et on ne peut que souligner l’honnêteté et le courage de Franquin, lorsqu’il met en avant les noms de Jidéhem, ou d’Yvan Delporte sur la couverture de ses albums, à une époque où les co-auteurs n’avaient pas droit de cité
    C’est une série qui ne vieillit pas avec le temps, et qui traverse les générations, j’en suis la preuve.
    Avec des personnages secondaires à jamais gravés dans la mémoire des lecteurs, Mademoiselle Jeanne, Monsieur Boulier, Lebrac, De Mesmaeker, Labevue, Longtarin, Prunelle et Fantasio, Franquin a inscrit dans le monde du 9ème art, une œuvre inoubliable et magistrale avec son Gaston Lagaffe .
    Cette intégrale est une occasion unique, pour ceux qui ne connaissent pas encore l’œuvre de Franquin, et pour les autres aussi, de découvrir ou de relire les aventures de Gaston.
    En un mot, chef d’œuvre !

    herve26 Le 18/01/2022 à 17:55:23
    Thorgal - Tome 39 - Neokóra

    Déçu par les derniers albums de la série, j'avais cessé l'achat des albums depuis le tome 36 "Aniel".
    Et voici que l'on m'offre les trois derniers de la série dont "Neokora", qui ajouté aux deux tomes précédents, me réconcilie avec cette série que je suis depuis plus de 30 ans. Le dessin de Vignaux renoue en effet avec le trait des premiers Thorgal, même s'il n'en atteint pas encore la maitrise (mais il s'en approche), ce qui est bon signe.
    Yann, qui m'a parfois déçu, signe là un scénario intelligent et qui nous renvoie aux anciens albums. Le seul point qui m'a dérangé c'est la représentation de Kriss de Valnor ; Yann en fait une véritable hystérique !
    Mis à part ce reproche, cet album se présente comme la première partie d'un diptyque qui s'avèrera , je l'espère prometteur.

    herve26 Le 08/12/2021 à 18:16:01
    Negalyod - Tome 2 - Le dernier mot

    J'ai acheté cette deuxième aventure de Negalyod dès sa sortie, et puis devant certains avis négatifs lus ici ou là, j'ai hésité à me lancer dans la lecture .
    Quelle erreur !
    J'ai commencé à le lire et je ne l'ai pas lâché jusqu'à la fin.
    J'avais adoré le premier tome, avec une petite réserve sur un final un peu trop vite expédié. Et là, je suis resté sous le charme. Le dessin est toujours aussi bon, avec des pleines pages voire des doubles pleines pages d'une beauté renversante. Des scènes maritimes aux scènes aériennes, Vincent Perriot nous offre un magnifique travail.
    J'ai suivi les aventures de Jarri et de Korienzé , et de leurs enfants, avec intérêt. Même le côté chamanique développé ici ne m'a guère dérangé, contrairement à certains.
    Malgré une pagination importante (192 planches) l'histoire se lit assez vite, certaines planches étant muettes.
    Bref une suite réussie .

    herve26 Le 07/12/2021 à 18:51:06
    The kong Crew - Tome 2 - Hudson Megalodon

    Avec ce tome 2 , d'une série qui en comptera 3, Eric Hérenguel continue à nous offrir sa vision délirante mais jubilatoire d'un New York dévasté par notamment un King Kong qui défie toute l'armée américaine. Cela peut paraître glauque dit comme cela, mais pas du tout. Le récit est drôle, les dialogues bien enlevés et Eric Hérenguel nous présente ici un certain nombre de personnages et de telles aventures qu'on se demande comment il va boucler son récit. C'est un véritable feu d'artifice : de Spit,le teckel à Virgil, en passant par Jonas et Irvin, Betty, la fille du colonel, les mystérieuses amazones, sans oublier King Kong, nous suivons avec intérêt leurs aventures.
    Décomposé en 4 chapitres (dont les 2 premiers ont déjà été publiés en n&b et en anglais dans un format comics), cet album m'a enchanté.
    Un récit drôle, surprenant et intriguant, le tout avec un superbe dessin, bref que demander de plus , à part....la suite.
    Jubilatoire vous dis-je !

    herve26 Le 07/12/2021 à 18:21:05
    Buck Danny « Classic » - Tome 8 - Le repaire de l'aigle

    Cet album conclut un diptyque commencé avec "Sea Dart", paru en octobre 2020. Les auteurs tiennent donc la cadence pour nous offrir une suite dans des délais relativement rapides. Un petit coup de gueule contre les éditions Dupuis pour commencer. J'ai pour habitude d'acheter le coffret avec le second volume des aventures de " Buck Danny classic" mais là, vu le prix prohibitif dudit coffret, j'ai passé mon tour.
    Sinon, j'ai beaucoup aimé cet album, qui mêle adroitement l'Histoire avec un grand H, avec une histoire d'espionnage. Frédéric Marniquet et Frédéric Zumbiehl s'appuient en effet sur des faits avérés voire supposés pour étayer l'intrigue (la fuite de certains dignitaires nazis, et la préparation d'armes secrètes) Certes les ficelles sont parfois assez grosses mais cela se laisse lire avec plaisir. Les auteurs ont en outre réussi un équilibre entre les scènes d'aviation et les scènes d'aventures.

    Encore une fois, la collection "Buck Danny classic" arrive aussi bien sur la forme (une couverture digne des années 50) que sur le fond à contenter les nostalgiques de l'âge d'or de cette série.

    herve26 Le 20/11/2021 à 18:40:15
    Blake et Mortimer (Les Aventures de) - Tome 28 - Le Dernier Espadon

    Après le désastreux " Cri du Moloch" et une fin de diptyque décevante pour "La Vallée des Immortels" (scénaristiquement parlant), Blake et Mortimer reviennent aux fondamentaux avec ce nouveau titre.
    Jean Van Hamme est de retour, et quel retour ! Il signe là un de ses meilleurs scenarii (avec "L'Etrange Rendez-Vous" ) . Nous retrouvons un décor familier, celui du "Secret de l'Espadon" (la pyramide de Makran, la ville de Turbat ) et des personnages déjà croisés dans cette même histoire (le Benzendjas, Mohammed Wali), sur une intrigue riche en rebondissements.
    Le scénariste ne fait pas que nous offrir une aventure passionnante, mais apporte une touche plus sensible en nous présentant un Blake et Mortimer plus tourmentés qu'à l'accoutumée. D'autres points dénotent par rapport aux autres albums de la série : Van Hamme tourne en dérision la supposée amitié poussée de nos deux héros (dans la scène au Centaur Club), offre à Mrs Morisson un rôle inhabituel pour un album de "Blake et Mortimer", et on flingue à tout va dans cette aventure (les meurtres même les plus gratuits sont nombreux). Un regret, tout de même, le recours aux postiches finit-il peut-être par lasser au fil des aventures, mais passons...
    Au niveau dessin, Teun Berserik et Peter Van Dongen sont les dignes héritiers d'Edgar P. Jacobs. J'ai pu apprécier la lecture dans l'édition bibliophile (tirage limitée à 10 000 exemplaires) qui offre aux lecteurs de magnifiques hors textes sur double page (en particulier un dessin de l'Espadon passant près d'une épave, faisant songer au "Trésor de Rackam le Rouge"). J'ai lu dans un article la répartition des pages entre les deux dessinateurs, mais j'avoue ne pas avoir fait la différence. Par contre, j'ai trouvé à deux reprises un dessin un peu plus faible (notamment sur les visages de Blake et d'Olrik ) .
    Cet album ne peut que réconcilier les amateurs de Blake et Mortimer, canal historique (dont je fais partie) , et les nouveaux lecteurs de nos deux héros, qui ont été parfois malmenés par les repreneurs de la série.

    herve26 Le 07/11/2021 à 16:42:31
    Largo Winch - Tome 23 - La Frontière de la nuit

    Avec ce dernier opus, j'ai l'impression qu'Eric Giacometti s'est parfaitement accaparé le personnage de Largo Winch. On retrouve ici tout ce qui avait fait le succès de cette série : beaucoup d'humour, des répliques cinglantes, des retournements de situation, un soupçon de sexe , le tout reposant enfin sur un scénario simple qui prend de plein fouet l'actualité. Du mouvement #me too, aux préoccupations environnementales, au travail des enfants, en passant par le tourisme spatial et la concurrence entre les millionnaires dans ce domaine, cet album aborde tous les sujets, sans pour autant en faire une dénonciation trop appuyée ou caricaturale.
    Bref, j'ai adoré l'intrigue de ce volume.
    Le dessin de Philippe Franck est à la hauteur de ce que j'attendais, avec une mention spéciale pour le scène d'ouverture et la scène finale.
    Un début de diptyque très prometteur.

    herve26 Le 06/11/2021 à 18:32:17

    Un dessin parfaitement maitrisé, en bichromie.
    Un récit avec de nombreux personnages, avec des noms à rallonge mais la double page de présentation permet au lecteur de s'y retrouver....heureusement.
    Un scénario fouillé sur la vie des vikings, leurs us et coutumes, bien loin de l'image que nous avons tous , habitués à la série Thorgal, à travers la rivalité de deux familles.
    L'auteur , Erik Kriek, a réalisé un superbe travail de documentation (voir en fin d'album) pour nous livrer ce roman graphique.
    Malgré les 180 pages qui composent cet album, je l'ai lu d'une traite.
    Et la pointe de fantastique présent dans cette intrigue,ne vient pas , pour ma part, gâcher le plaisir que j'ai eu de découvrir cette histoire.
    L'auteur nous présente ici un univers rude que ce soit au niveau des paysages ou du caractère des personnages, et un monde régi par des lois ancestrales, et où les femmes, finalement, jouent un rôle prépondérant.
    Avec cette histoire de vengeance, Erik Kriek m'a littéralement séduit.
    Une très belle découverte en tout cas

    herve26 Le 05/11/2021 à 19:48:53
    Noir Burlesque - Tome 1 - Noir Burlesque 1

    J’attendais avec impatience la sortie de « Noir Burlesque » de Marini.
    Burlesque s’entend ici comme « strip tease » où des femmes comme Lili St Cyr ou la célèbre Tempest Storm s’effeuillaient dans les nigth-clubs de San Francisco dans les années 50 (pour aller plus loin, vous pouvez consulter le livre Strip-Tease de Rémy Fuentes aux éditions de la Musardine ). Marini, non seulement cite Lili St Cyr dans son récit, mais signe une très belle couverture non équivoque et qui donne la tonalité de cet opus : du polar et de la sensualité.
    Il faut avouer que j’ai adoré le dessin de Marini sur cet ouvrage, même s’il est moins soigné qu’à l’accoutumée .Mais il sait parfaitement camper l’atmosphère des années 50, que ce soit au niveau des décors (nigth-clubs, voitures ….) qu’au niveau des personnages. On aurait pu les rencontrer dans un film noir d’Otto Preminger ou d’Howard Hawks. En ajoutant une touche de rouge à cette garce de Debbie, Marini apporte une pointe d’originalité (qui n’en est d’ailleurs pas une, Raven, dans sa série « Amabilia » ayant déjà utilisé cette technique pour souligner le caractère érotique de ses héroïnes).
    Finalement côté dessin, ce premier volume est à la hauteur de mon attente, au vu des planches ou des illustrations présentés sur certains sites depuis plusieurs mois. Les pleines pages et double pages sont superbes.
    Le scénario, par contre, est plus classique, et n’évite pas les éternels poncifs du genre : le gangster, la garce, l’ami d’enfance flic, et la pègre locale. Nous avons l’impression d’assister au cours de ce premier opus à un long jeu de chat et de la souris entre le héros Terry B. Cole dit Slick et Rex Mckinty (ou plutôt avec ses sbires), où chacun cherche à casser la gueule de l’autre…c’est assez répétitif et ne fait nullement avancer l’intrigue qui finalement ne semble prendre corps que dans les dernières pages.
    En outre, le fait d’avoir des vignettes voire des pages quasi muettes donne le sentiment d’une lecture rapide .
    Bref, un dessin bien léché, mais un scénario qui manque d’originalité et de consistance.
    Je serai toutefois au rendez-vous pour le tome 2, qui marquera la fin de cette intrigue

    herve26 Le 04/11/2021 à 10:05:22

    J'avais feuilleté cette bd à la sortie mais le dessin ne me convenait guère , et c'est donc sous une édition noir et blanc (tirage limité) que j'ai redécouvert cette aventure. Et je dois dire que le dessin de Gaultier me plait beaucoup plus sous cette forme.
    Lorsque j'ai commencé à lire ce récit, j'ai immédiatement pensé au Voyage aux îles de la Désolation de Lepage. Tout le rappelle en effet, le "Marion Dufresne", les scientifiques, "les touristes", et le thème de l'équilibre écologique à rechercher dans ces terres.
    Malgré ces similitudes, j'ai été séduit par le récit du héros, Evariste, qui, par dépit amoureux, s'expatrie vers ces terres australes.
    Et puis, l'histoire prend un brusque tournant au fil de la lecture, tournant que je n'attendais pas du tout,à tel point que je pensais qu'Evariste faisait un cauchemar.
    C'est un récit surprenant , et le parti pris par Appollo amène le lecteur à réfléchir .
    Une belle surprise , en tout cas.

    herve26 Le 02/11/2021 à 23:32:43
    (AUT) Casotto - Tome 1 - Les Pin-Up de Giovanna Casotto

    Après une très belle intégrale des" Pin-Up de Lui" ,par Aslan parue en 2019, les éditions "Dynamite" nous offrent, dans le même format, un superbe recueil de Pin-Up , illustré par Giovanna Casotto, auteur que j’affectionne particulièrement à travers l’ensemble des albums que je possède que ce soit dans les très belles rééditions chez "Dynamite " ou encore dans la collection" Selen " chez « Vents d’Ouest », pour les albums originaux.
    Giovanna Casotto est surtout reconnue pour effectuer ses dessins à partir de photographies prises d’elle-même. C’est ce qui ressort du dossier de présentation signé de Bernard Joubert, auteur habitué des anthologies.
    Les Pin-Up chez Giovanna Casotto sont pulpeuses, sensuelles, bref très latines et pourvues de dessous affriolants. Comme dans ses albums, les Pin-up représentées ici sont souvent en bichromies (le rouge et le jaune étant les couleurs dominantes). On retrouve dans ce recueil le profil des femmes que l’on avait dans ses albums (je pense notamment aux illustrations des femmes dans la baignoire), mais nous retrouvons aussi des personnages plus célèbres comme les planches consacrées à Marylin Monroe (que l’auteur avait déjà esquissée dans « Casotto Sketch-book » en 2016) mais également des portraits assez dénudés consacrés à la mythique Bettie Page.
    Bien sûr, on sent à travers pas mal de portraits ici, le fétichisme des pieds qui revient souvent dans l’œuvre de Giovanna Casotto, et dans le dossier introductif, on nous apprend comment l’auteur Fanco Saudelli, l’a aidé dans la représentation des pieds des femmes. Le « bondage » n’est pas non plus absent de cet album.
    Mise à part quelques deux ou trois planches pornographiques, cet album est tourné vers un érotisme certes torride, mais un érotisme tout de même, il faut le souligner.
    La plupart des planches présentées dans ce recueil sont ancrées entre les années 2000 et 2007. Et j’ai d’ailleurs été surpris de découvrir en fin de l’album, la partie intitulée « l’atelier de Giovanna » où j’ai pu admirer quelques aquarelles de Giovanna Casotto, ainsi que quelques crayonnés plus récents (2014) de l’auteur, crayonnés qui nous renvoient au « Casotto Sketch-book » de 2016.

    J’avais été alerté depuis quelques mois, par la maison d’édition « la Musardine » de la sortie de cet album, et j’avoue nullement avoir été déçu, au contraire. Que ce soit sur la forme (la qualité éditoriale est au rendez-vous) que sur le fond (les dessins de Giovanna Casotto sont tout simplement sublimes)
    Je recommande cet album aux amateurs de Pin-Up et aux amoureux de Giovanna Casotto, ils ne seront pas déçus.
    C’est un recueil à la fois sobre dans sa présentation, mais très osé sur le fond, bref une réussite.

    herve26 Le 31/10/2021 à 14:43:45

    Profitant de ces quelques jours de congés de Toussaint, je me replonge dans ma bibliothèque pour redécouvrir des titres que je n'ai pas relu depuis leur parution, et cet opus de "Secrets" fait partie de ceux-là.
    Avant tout, c'est qui m'a émerveillé à la lecture, c'est le Paris de Montmartre, et de ses beaux quartiers du début du XXème siècle, parfaitement illustré par Ruben Pellejro, qui signe là un de ses meilleurs albums, à mon avis.
    Mais le scénario de Giroud et de Florent Germaine n'est pas en reste, tant il est prenant.
    En nous offrant une histoire s'étalant de la fin de la commune à 1921, il nous plonge dans un drame familial complexe mais facile à suivre, dans le milieu de la peinture qui va des bas fonds de Montmartre aux galeries des grands boulevards. Je n'ai pas lâché les deux volumes avant d'en connaître l'issue, pourtant je l'avais déjà lu en 2007, mais le charme opère toujours.
    Les dessins sont tout simplement somptueux, magnifiques, et l'histoire est passionnante, bref un titre phare pour cette série.
    A lire ou à relire en tout cas.

    herve26 Le 30/10/2021 à 18:49:26
    Belladone - Tome 3 - Louis

    Il faut tout d'abord noter la sobriété de la couverture de ce tome 3, qui attire vraiment l'attention.
    Si le début de ce troisième volume est vraiment prenant (les 10 premières pages) et spectaculaire, j'avoue avoir ressenti une certaine lassitude pour arriver à la fin de ce cycle, car on ne sait que devient la mystérieuse Marie à la fin de l'album.
    Le scénario semble prendre un tour plus classique avec une héroïne qui se retrouve seule contre tous, y compris ses propres amis, mais j'avoue ne pas avoir saisi les tenants et aboutissants de ce complot contre le Roi, ou plutôt les Rois, si l'on compte le roi de la Cour des Miracles.
    Reste un dessin dynamique qui donne un côté moderne à cette aventure.

    Bref, une série qui débute bien mais qui finit par s'enliser
    Dommage.

    herve26 Le 30/10/2021 à 18:10:53
    Belladone - Tome 2 - Maxime

    Alors que le tome 1 était fluide et alerte, le tome 2 prend un tour inutilement complexe avec un complot qui mêlent de nouveaux personnages.
    Les auteurs semblent s'embrouiller dans un scénario, qui parfois fait décrocher le lecteur. Les pages consacrées à la trahison du Chevalier de Fixeure tombent comme un cheveu sur la soupe, et n'ajoutent en rien à l'histoire, au contraire cela la complexifie inutilement.
    Ce deuxième tome s'ancre dans la révolte qui gronde dans les provinces contre le pouvoir royal, à travers la mission de Marie auprès d'un certain Vicomte, mission dont la finalité m'échappe encore.
    Par contre, je suis toujours aussi séduit par les scènes de combats illustrées par Alary.

    herve26 Le 30/10/2021 à 14:31:16
    Belladone - Tome 1 - Marie

    J'ai redécouvert cette série dans ma bibliothèque, et plus particulièrement le tome 1 ,en édition n&b dans la collection 2B de Soleil (avec les crayonnés). Pour tout vous dire j'avais lu cette série lors de sa sortie, et je ne me souviens plus de l'intrigue.
    Le dessin d'Alary est vif, alerte, dynamique et ses scènes de duels sont bien rendues, à tel point que parfois cela me fait songer à la série "Le Scorpion" de Marini et Desberg.
    Le scénario repose sur le personnage de Marie, espionne au service d'un certain Charles de Batz, plus connu sous le nom de d'Artagnan et emprunte pas mal d'éléments aux films de capes et d'épées des années 60 que je regardais avec ravissement (avec Jean Marais) ou de romance d'époque (style la série des "Angélique", avec la célébre Cour des Miracles), à la cour de Louis XIV.
    Nous baignons dans les complots, entre l'affaire des poisons et les soubresauts de l'époque (révocation de l'Edit de Nantes....)
    Cet album ne se prend pas au sérieux et pour le moment, il constitue un divertissement honnête.

    herve26 Le 21/10/2021 à 19:13:54
    Astérix - Tome 39 - Astérix et le Griffon

    Après le très décevant "La fille de Vercingétorix", le duo Jean-Yves Ferri et Didier Conrad reviennent en force avec ce nouvel album.
    J'ai beaucoup aimé cette histoire qui se situe dans les grands périples effectués par Astérix et Obélix.
    L'incipit de l'album est bien trouvé, même si je pensais y découvrir la planche bande annonce que l'on avait découvert en janvier 2021 avec Panoramix rêvant de son ami ""Cekankondine", à la manière de Tintin avec Tchang dans "Tintin au Tibet". J'ai eu l'impression que cette planche aurait été bienvenue pour souligner les propos de Panoramix (page 9), justifiant son voyage.
    Jean-Yves Ferri a imaginé des nouveaux personnages intéressants, en particulier le duo Terrinconus/Jolicursus ce qui nous offre des dialogues assez drôles.Le seul reproche que je pourrai émettre c'est les jeux de mots un peu trop nombreux par page, (surtout ceux à propos des Scythes), mais on reconnait là les travers de Ferri.
    Les dessins de Didier Conrad, dominé par le blanc de la neige, sont parfaits. Même les nombreuses femmes présentes dans l'album s'intègre parfaitement dans l'univers d'Astérix.

    J'ai opté pour le tirage de luxe pour lire cette aventure, édition qui a le mérite de présenter les strips publiés dans la presse, et la fameuse planche sur le rêve de Panoramix, mais aussi l'intégrale des crayonnés originaux.

    Un des meilleurs albums du duo Ferri/Conrad, à mon avis avec "le papyrus de César" .

    herve26 Le 18/10/2021 à 21:57:31

    Cinquantenaires de tous pays réjouissez-vous, Goldorak est de retour !
    Nostalgiques de RecréA2, je vous invite à découvrir le nouvel album de Barjam, Cossu, Dorison, Sentenac et Guillo qui nous font revivre une nouvelle aventure de Goldorak.
    Et quelle aventure !
    Nous retrouvons nos héros vieillis, (la patrouille des aigles) presque désabusés pour certains (Actarus, étrangement barbu, particulièrement éprouvé au début de cet épisode), appelés, encore une fois, à sauver leur pays contre les Golgoths ; mais aussi Procyon,Rigel, Mizar,Banta
    Le tour de force est tout de même de ne faire figurer Goldorak qu’à la moitié de l’album, qui compte 136 pages, sans pour autant dénaturer les souvenirs que l’on avait de ce dessin animé. Je dois avouer avoir eu des frissons, lorsque Actarus prononce le mythique « Goldorak Go ! », une véritable madeleine de Proust, vous dis-je, cet album. Et que dire du fameux « métamorphose ! », parfaitement dessiné par le trio Bajram, Cossu et Sentenac.
    Justement côté dessin il faut souligner la qualité du travail, mais aussi les couleurs en parfaites adéquation avec celles du dessin animé et des pages parfois audacieuses (page 64) au niveau du découpage. Quelques clins d’œil sympathiques égrènent la lecture de l’album, comme le disque 45 tours que sort Procyon (page 60).
    L’album est agrémenté d’un cahier de 16 pages sur la genèse de cette histoire, qui montre, s’il fallait encore le prouver, que les auteurs ont une passion dévorante pour Goldorak depuis leur plus tendre enfance. Cette passion s’est ressentie dans l’album qui, pour moi, est une de mes meilleures lectures de cette année.
    Finalement, je retire ce que je disais en introduction « cinquantenaires de tous pays réjouissez-vous, Goldorak est de retour !», mes enfants de 20 et 21 ans m’ont emprunté l’album en faisant un « Waouh ! », au vu de la couverture.
    « Goldorak » en définitive, n’appartient plus exclusivement aux gens de 50 ans ou plus, comme moi et tant mieux.

    Un grand merci aux auteurs.

    herve26 Le 10/10/2021 à 18:58:50

    Nous suivons les aventures du lieutenant Armand Colbert de la fin du consulat au début de l'Empire, avec un certain Pierre Cambronne, appelé à passer à la postérité.
    Il faut souligner la qualité du dessin, en noir et blanc de Venturi aussi bien dans les costumes,décors et uniformes de l'époque que dans les scènes de sexe.
    Car cet album, qui n'est pas à mettre entre toutes les mains, relate les exploits amoureux de ce véritable Don Juan du premier régiment des Hussard, qui n'hésite pas à se frotter à un général, en séduisant sa protégée.
    Avec un dessin réaliste, Venturi nous offre une histoire certes pour adultes, mais qui, ce qui est assez rare pour le souligner, repose sur un scénario léger mais crédible.
    L'histoire est rapide,à la hussarde, et bien dessinée, bref cela se lit bien.

    herve26 Le 10/10/2021 à 18:05:08
    Raven (Lauffray) - Tome 2 - Les Contrées infernales

    Autant j'avais trouvé que le tome 1 était bien rythmé, avec un début accrocheur, autant j'ai eu du mal entamer le tome 2 où l'intrigue (la recherche du trésor) met du temps à se mettre en place.
    Il faut arriver au milieu de l'album pour que l'action et l'aventure l'emportent sur des dialogues parfois inutiles.
    L'auteur prend le parti de nous offrir une histoire de pirates se déroulant sur la terre ferme comme dans le film "le corsaire rouge" ou plus récemment dans la bd "Barracuda"(Dufaux/Jeremy), mais cela ne me dérange pas..
    Le dessin de Lauffray nous fait oublier les petites faiblesses du scénario ou certaines facilités (comment le jeune Arthur a-t-il réussi à suivre le groupe de pirate dans la jungle hostile?), mais ne boudons pas notre plaisir avec cette série qui a le mérite de nous divertir.

    herve26 Le 15/09/2021 à 22:03:24
    Le dernier Atlas - Tome 3 - Tome 3

    J'ai été littéralement subjugué par le premier tome de cette série, qui, ouvrait de nombreuses portes.
    J'avoue avoir trouvé le second tome plus faible que le précédent mais là,les auteurs concluent avec maestria cette série. J'ai retrouvé le côté "page turner"du premier tome avec cet ultime volume. En associant encore plus le côté uchronie de l'histoire( ah! le président François Fillon qui reporte les élections présidentielles) avec la science fiction (avec la réapparition de l'UMO), et l'aspect policier, les auteurs ont réussi leur pari de construire une série prenante,à l'image de certaines série TV devant lesquelles on ne peut plus décrocher
    Beaucoup attendaient les auteurs (Tanquerelle, Blanchard, Vehlman, de Bonneval) au tournant, imaginant un final apocalyptique.
    En recentrant l'intrigue autour d'Ismael Tayeb, les scénaristes offrent aux lecteurs un final à la hauteur de leurs attentes.
    Je conseille tout de même de lire les trois volumes à la suite pour apprécier toutes les subtilités de cette série.
    J'ai lu l'ensemble de ces albums dans la version noir et blanc,ce qui m'a permis d'obtenir un superbe coffret chez mon libraire canalbd.
    Il faut saluer le travail des auteurs qui nous ont offert plus de 700 pages de qualités en 3 ans!

    herve26 Le 09/09/2021 à 18:49:56
    Corto Maltese (Quenehen/Vivès) - Tome 1 - Océan noir

    Les reprises ou les albums vu par....sont nombreux depuis quelques années. Si, à mon avis ,certains se sont révélés désastreux (comme la reprise de Spirou, série que j'ai abandonnée), d'autres comme le Lucky Luke de Mathieu Bonhomme ou certains Blake et Mortimer, voire la version de Sfar & Blain de Blueberry sont assez voire très bien réussies. D'ailleurs, la reprise n'a jamais été autant meilleure lorsqu'elle fait exploser les codes comme "le dernier pharaon" (Blake et Mortimer) de Shuiten, Van Dormael et Gunzig.
    Avec "océan noir', Vivès et Martin Quenehen arrivent à nous surprendre avec leur vision d'un Corto Maltèse, plus contemporain.
    J'avoue que je ne suis guère un grand fan des aventures imaginées par Hugo Pratt, et je ne possède que 3 albums (dont l'excellent "ballade de la mer salée"), mais j'ai été littéralement bluffé par cet album. Le dessin de Bastien Vivès est à la hauteur de l'enjeu, il a gardé son propre style tout en conservant l'atmosphère des albums d'Hugo Pratt; et mon dieu que Raua est jolie sous les traits de Vivès. Le scénario de Martin Quennehen ne trahit en rien l'univers de Corto Maltese: rencontres, silence, mystère, quête et voyages en bateau, même Raspoutine est présent !
    Très bel album que j'ai déjà lu deux fois.
    S'il fallait trouver une critique, ce serait sur le prix. En effet la version de luxe à 35 euros (celle que j'ai prise), et l'édition brochée à 22 euros, c'est abusé lorsque les albums brochés n&b de Corto Maltèse que je possède, m'avaient coûté 12 euros au début des années 2000!

    herve26 Le 03/09/2021 à 10:48:57

    Que vois-je, une BD signée Corbeyran dans laquelle on ne voit ni monstre, ni meurtre en série, ni cauchemar. Bref, un Corbeyran bucolique ! Pourtant, ce changement de cap ne me convient guère. Je trouve que l'histoire est un peu laborieuse au démarrage (l'explication entre Huguette et Paul -pages 11 à 15- est trop longue). En outre quelques personnages et intrigues auraient mérité un meilleur développement dans l'histoire (Tels quels, ils n'apportent en effet rien au scénario, sauf à rajouter quelques pages), comme l'aventure du châtelain et de son trésor, la romance de Marc et Amélie, le language du fada, la mésaventure des deux touristes...
    Quant à la chute de l'histoire, elle est en elle même superficielle. Cette conclusion deus ex machina n'apporte rien à l'ensemble.
    Une BD bien décevante au regard d'une idée de base originale de scénario. Le dessin pourtant colle assez bien à l'ambiance champêtre de l'histoire.
    Dommage....

    herve26 Le 02/09/2021 à 10:39:25
    Gabrielle B. - Tome 2 - Masque d'Argent

    Deuxième et avant dernier épisode de notre Surcouf en jupons, Gabrielle B. Après un premier opus réussi, j'ai été un peu déçu par celui-ci. Non, au niveau du scénario qui reste dans la continuité du précédent- encore qu'après un récit d'intrigues, celui ci fait beaucoup plus place à l'aventure -, mais par le dessin qui m'a semblé beaucoup moins fin, avec un encrage assez raté. Bref, Gabrielle B. a perdu le charme qu'elle avait dans "le guerrier aveugle".

    Reste une aventure originale d'une femme flibustière sous le consulat. Les fans de Vidocq et de corsaires ne seront certes pas déçus par cette série qui a pour principal atout, et ce n'est pas des moindres, de nous divertir.
    Décidément Bonaparte a le vent en poupe dans la bande dessinée. Il joue, en outre, tout comme dans" Double Masque" de Jamar et Dufaux, le grand maître des espions et des intrigants.

    Un épisode plus alerte, plus vif que le précédent, avec des rebondissements, mais un dessin un peu deçà, et je le regrette, que le premier volume .

    herve26 Le 21/07/2021 à 23:19:42

    J'avoue avoir acheté ce one shot sur le seul nom de Jim, auteur que j'adore, sans avoir fait attention au nom du dessinateur, Laurent Bonneau que j'ai découvert à cette occasion, avec un certain plaisir.
    Dès les premières pages, j'ai tout de suite songé au film "les choses de la vie", tant les similitudes se rapprochaient, jusqu'au prénom de Romy, héroïne malgré elle de cette très belle histoire.
    D'ailleurs les auteurs ne cachent pas cette référence dans le dossier de l'édition canalbd, édition superbe avec signet et limitée à 1200 exemplaires.
    Si le dessin de Laurent Bonneau peut déstabiliser certains comme moi, à la première approche, il s'avère d'une efficacité redoutable au fil de la lecture. Son dessin est certes très éloigné des albums que signe Jim en tant que scénariste, mais je suis resté scotché par son talent.
    Il faut dire que cette histoire est basée sur ce qu'on appelle sur le principe du "cadavre exquis" où, en l'espèce le scénariste s'inspire du dessin pour imaginer une histoire..
    J'ai été assez séduit par cette recherche de cette inconnue prise en photo sur une plage, alors que la femme de Benjamin, jeune sculpteur, est dans le coma.Le récit est très émouvant, sans fausse note, et au final nous prend aux tripes. Jim aborde ici ses thèmes de prédilections, la vie, la mort, le sens de la vie, l'envie sur des planches de Laurent Bonneau, qui subliment le scénario de Jim.
    Je vous invite à lire cet album de 300 pages, qui peut vous amener jusqu'aux larmes.
    Je regrette que cet album, qui pour moi s'avère un des meilleurs de ce premier semestre 2021, sorte à une période assez creuse voire reste inaperçu en cette fin de saison. Curieux choix de l'éditeur, alors que ce one shot méritait une meilleure exposition éditoriale..
    En tout cas, cet album mérite toute votre attention, tant il est remarquable aussi bien sur le scénario que sur le dessin.
    A lire et à relire.
    Remarquable à tout point.

    herve26 Le 22/06/2021 à 18:35:39

    Après avoir adapté "la pharmacienne", le roman d'Esparbec, Igor nous propose un album plus léger, toujours chez Dynamite
    içi, nous sommes beaucoup plus dans une succession de scènes drôles en suivant une journée de Clémentine à la plage, que dans une histoire scénarisée.
    Si le dessin est assez sage, pour une bd pour adulte, les dialogues eux, sont assez crus. Par contre, les dessins beaucoup moins aboutis qu'à l'accoutumée.
    Hasard des parutions, le final de cet opus fait écho avec celui d'"Une journée bien remplie", édité chez Tabou le mois dernier.
    Igor a signé de meilleurs albums auparavant.

    herve26 Le 10/06/2021 à 22:25:47

    J'ai découvert Axel avec "une femme fidèle' parue très récemment.
    A la lecture de ce dernier, j'ai eu envie de connaitre les autres livres d'Axel, un auteur assez surprenant. Certains m'ont conseillé "La tentation", et j'avoue de pas avoir été déçu par ce choix judicieux.
    On a pour habitude d'associer la bd porno à des pochades (comme le tout récent "Clémentine à la plage" d'Igor et Boccère), ou encore à des histoires courtes humoristiques ( la série des "Giovanna"), voire des adaptions de romans ou nouvelles ("la pharmacienne" d'Igor & Boccère, ou "les 110 pilules" de Magnus), mais là, Axel arrive à nous livrer une histoire plausible, avec des personnages qui sont très éloignés des bimbos ou des Apollons .
    C'est ce côté réaliste qui donne à cette histoire le rang d'une véritable scène de la vie conjugale .Les personnages sont crédibles, on ressent même une certaine empathie avec ce couple de cinquantenaire, qui part à la dérive suite à des jeux érotiques dangereux.
    Outre les scènes de sexe très crues et très explicites, mais nullement gratuites, Axel a un véritable don pour camper une atmosphère. On sent le soleil, la mer et la chaleur à travers les pages. Son dessin est vraiment lumineux sur cet opus.
    J'ai lu ces 64 pages avec délectation, regrettant juste que la fin de l'album n'appelle pas un tome 2, tant le lecteur est plongé dans la vie de ce couple, Gérard et Françoise.
    Une bande dessinée de cul émouvante, touchante, ce qui n'est pas donné à tous les livres du genre dite pour adultes.
    Une des meilleures bd porno que j'ai lu depuis pas mal de temps.

    herve26 Le 27/05/2021 à 21:56:13

    C'est la première fois que j'achète et que je lis une bd signée Axel, pourtant j'ai souvent feuilleté ses précédents ouvrages sans pour autant franchir le pas. Alors pourquoi celui -ci? Sans doute en raison d'une couverture plus sobre qu'à l’accoutumée, représentant une femme bien mystérieuse.
    Mais derrière cette couverture assez intrigante, se cache un récit où l'érotisme flirte plus avec la pornographie qu'autre chose. Axel sait mettre en lumière les scènes de sexe voire les sublimer.
    Mais avec cette histoire d'adultère partagé, Axel nous offre un schéma plus complexe que l'on y pense.. En 65 pages, qui se lisent certes très vite -les pages muettes y sont nombreuses-, le destin de Sophie ne nous laisse pas indifférent.
    Le dessin d'Axel m'a surpris de prime abord. Les personnages sont presque ordinaires, et Sophie ressemble à ce que Hugh Hefner appelait "the girl from next door", la femme d'à côté, ce qui donne à ce récit un aspect assez réaliste.
    En abordant différents thèmes, l'adultère, la maladie, le dévouement voire la soumission à un homme, Axel nous offre un portrait intéressant et assez ambiguë de Sophie, une femme "fidèle".
    Finalement, je vais sans doute me lancer dans la lecture de ses autres albums.
    Livre à ne pas mettre entre toutes les mains, il va s'en dire.

    herve26 Le 19/05/2021 à 22:26:07

    Les éditions Tabou ont publié en l'espace d'un mois deux bandes dessinées," Les Arcanes de la Maison Fleury", au scénario solide et mystérieux", et "une journée bien remplie", récit beaucoup plus léger, mais ce récit mérite toutefois de s'y attarder.
    Ici pas de surprise, la couverture annonce la couleur, ou plutôt les couleurs. L'auteur espagnol Juan SanMiguel s'amuse en effet au mélange des genres en nous proposant les aventures de la plantureuse rousse Rachel, de Clara, la black délurée et enfin de Kaori, une asiatique qui réserve des surprises au lecteur.
    Les amateurs du genre ne seront pas déçus., le ton est donné dès la première page avec une scène de fellation. Pas de temps mort au cours de ces 48 pages, qui s'achèvent par une partouze SM, avec une dernière page amusante.
    C'est bien dessinée, même si la poitrine de Rachel est furieusement imposante, tout comme la taille des sexes de hommes qui passent dans l'appartement de nos 3 colocataires.
    Je regrette juste que l'auteur, malgré un talent indéniable au niveau du dessin, n'ait pas proposé un scénario moins basique.
    Je pense que cet auteur a du potentiel pour nous offrir un album plus construit à l'avenir.
    A suivre donc.

    herve26 Le 19/05/2021 à 20:58:35
    Le merlu - Tome 2 - Les routes du sang

    Avec ce deuxième opus d'une série qui en comptera trois, Thierry Dubois nous plonge dans une ambiance plus sombre, d'ailleurs j'ai préféré cet album au premier, qui plaçait déjà la barre assez haut.
    Car nous plongeons ici dans le coeur de l'occupation, avec une description de la Résistance, vue au niveau local, avec ses différents réseaux que la France Libre veut réunifier. Il s'agit non seulement de la Résistance, menée par le Merlu, mais aussi la résistance passive .
    Le ton est plus dramatique dans cet album, même si le running gag de l'explication de Colin sur l'explosion du berlier fait sourire. "Les routes du sang", titre de cet album, passent donc par les traitres, les héros anonymes mais aussi par la torture, et les collabos.
    Si vous vous intéressez, comme moi à cette période trouble de l'histoire, lisez cette série. Ce second volume est encore plus prenant que le précédent.
    Vivement le prochain pour connaitre le dénouement de cette histoire imaginée par Thierry Dubois.