Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

Les avis de - BudGuy

Visualiser les 140 avis postés dans la bedetheque
    BudGuy Le 09/05/2022 à 19:33:47

    Deux frères un peu trop vieux pour ces c*nneries se lancent dans un 'road trip' à travers les Etats-Unis au volant d'une vieille auto. En chemin, ils vont tomber sur un dépanneur très susceptible qui va se mettre à les pourchasser.

    En quarante-huit pages, l'auteur raconte une histoire qui va à l'essentiel, enchaînant les situations les plus rocambolesques et parfois improbables avec une grosse pointe d'humour, pour le plus grand plaisir du lecteur. L'hommage avec le film 'Duels' d'un certain Steven Spielberg est plus qu'évident et la résolution est plus explicite dans ce cas présent.
    J'ai également bien apprécié le dessin et les couleurs mettant en valeur les paysages désertiques de certains coins des Etats-Unis.

    Je suis un peu déçu par le nombre de pages et en aurais souhaité un peu plus histoire d'étoffer l'histoire de ces deux frères au caractère bien trempé; il n'en demeure pas moins que c'est un très bon album qui se lit très vite au final.

    BudGuy Le 07/05/2022 à 17:14:43

    "Go West Young Man" est un magnifique cadavre exquis, réunissant seize dessinateurs spécialisés dans le genre du western sous la direction d'un seul scénariste, autant dire nous avons affaire à l'équivalent d'une superproduction hollywoodienne qui serait composée d'une équipe et d'un casting cinq étoiles !

    Quatorze histoires différentes qui se succèdent dispatchées sur plusieurs époques et relatant la longue et douloureuse histoire de la conquête de l'Ouest; le dénominateur commun à toutes ces histoires étant une montre en or, objet de bien des convoitises et autres passions, finissant généralement par des effusions de sang.

    Chaque dessinateur a relevé avec brio le défi et il n'y a aucun déséquilibre malgré les styles divers de chacun. C'est très beau et bien mise en scène. Mon seul reproche concerne le fait que certaines histoires soient trop courtes dans certains cas au regard de la richesse tant thématique que scénaristique de ce projet.

    Ce "one-shot" est un formidable hommage au western, ne tombant jamais dans le manichéisme ni un quelconque révisionnisme. Un grand bravo à tous les auteurs ayant participé.

    BudGuy Le 24/04/2022 à 10:41:43
    Hérauts - Tome 1 - La Brisure

    Voici un premier album qui augure de très bonnes choses pour la suite.

    Nous plongeons dans une enquête policière se déroulant au Moyen-Age, empruntant au 'Nom de la Rose' d'Umberto Eco et à Sherlock Holmes. Cette histoire se suit avec grand plaisir puisqu'abordant en parallèle l'art héraldique (les bannières des seigneurs de l'époque) de façon ludique et compréhensible.

    Autre point fort: les dessins et couleurs sont de très bonne facture pour une bonne immersion dans un Moyen-Age réaliste, sans quota déplacé ni progressisme révisionniste actuel.

    Enfin, l'enquête tient sur un album et est parfaitement équilibrée entre investigation, action, coup-fourrés et dialogues en vieux français.

    BudGuy Le 23/04/2022 à 20:44:36
    Deep - Tome 3 - Le nœud de Möbius

    Face à une humanité menaçante, Dame Nature contre-attaque ! Méduses, requins, insectes, baleines en veulent au genre humain et ça va faire mal !

    Le scénario global aurait très bien pu être écrit par Christophe Bec tant il ressemble à 'Carthago' par bien des aspects (nombre de personnages importants, action de par le monde, rébellion animale, rebondissements à foison et message écolo pas subtil du tout), en revanche dans ce cas présent, les auteurs ont eu la décence de s'arrêter à trois albums.

    Ce thriller écologique démarrait pourtant très fort avec des ambiances très réussies et de très belles double-pages: ce sont d'ailleurs deux éléments que l'on retrouvera dans les autres opus. Malheureusement, passé le deuxième tome qui tombe dans une surenchère de rebondissements et d'action, l'histoire va complètement sombrer dans de la Science-Fiction confuse avec paradoxes temporels et autres voyages spatiaux, pour finir en queue de poisson.

    Cela se laisse lire mais la conclusion est trop précipitée et difficile à saisir pour pleinement satisfaire. Un semi-ratage pour ma part.

    BudGuy Le 20/04/2022 à 17:40:06

    Première BD de son auteur, 'Satchmo' n'est pas une biographie stricto sensu sur Louis Armstrong mais une biographie très romancée par bien des aspects revenant sur sa jeunesse mouvementée à la Nouvelle-Orléans et Chicago entre 1917 et 1923.

    Je suis un peu mitigé vis à vis du scénario et de la tournure que prend l'histoire à un moment donné. Si l'essentiel est bien présent et historiquement respectueux (son insertion dans une maison de correction, sa rencontre et relation avec King Oliver), le reste avec sa mère et la Mafia m'a paru un peu lourd et parfois exagéré.

    Néanmoins, Léo Heitz s'en tire haut la main par rapport au rendu final et au style qu'il a adopté: les hommes sont associés à des rats anthropomorphiques. L'ambiance n'est pas en reste avec une bonne immersion dans l'Amérique des bas-fonds du début du XXe siècle.

    BudGuy Le 10/04/2022 à 20:40:31
    Yojimbot - Tome 2 - Acte 2 - Nuits de Rouille

    Toujours dans la lignée de son illustre prédécesseur au niveau graphique et couleur, ce deuxième opus est superbe.

    J'ai bien apprécié l'évolution du personnage d'Hiro qui perd son innocence et ses illusions d'enfant, le faisant entrer dans le violent et cruel monde des adultes. De plus, l'histoire avance toujours rapidement et ménage son lot de révélations et autres scènes de combat pour finalement s'achever sur un ultime rebondissement.

    Enfin clin d'œil à "Jin-roh la brigade des loups" avec le design du costume du méchant.

    BudGuy Le 02/04/2022 à 21:32:04

    Un épais one-shot retraçant la vie et les œuvres de l'artiste japonais Mishima, où on ressent un gros travail de documentation de la part de Patrick Weber. La présence d'une biographie en fin de volume vient compléter cette bande-dessinée.

    Ce n'est pas simplement la vie de Mishima mais également l'évolution du Japon avant et après la Seconde Guerre Mondiale avec son lot de contradictions et de progrès, qui est abordée.

    La lecture est à la fois très instructive et ludique de par son chapitrage et jeu de masques permanent puisque Mishima en aura porté des différents toute sa vie durant: écrivain, acteur, esthète fan d'arts martiaux, amateur de théâtres kabuki…
    Le dessin de Li-An flirte avec le style manga mais reste assez bien épuré et ne tombe jamais dans la caricature.

    Je retiendrai finalement que Mishima était un artiste qui chercha la perfection à travers ses écrits et son corps, et qui est allé jusqu'au bout de ses convictions (même si elles sont discutables), lui permettant ainsi d'accoucher son chef-d'œuvre ultime.

    BudGuy Le 01/04/2022 à 19:54:06
    Les enquêtes de Machiavel - Tome 1 - La voie du mal

    Récit prenant place à Florence en 1498, nous suivons une enquête policière entraînant le jeune Machiavel pas encore philosophe et penseur reconnu mais assurément très sûr de lui et incapable de rester en place.
    Ce polar mêle intrigues politico-religieuses, climat de suspicion, exécutions et autres coup-fourrés pour le plus grand plaisir du lecteur; cela m'a d'ailleurs fait un peu penser au "Nom de la Rose" par moment.
    "La voie du mal" est un premier opus intéressant mais bien chargé en terme d'informations et trop court pour développer l'enquête de façon plus approfondie.
    Au vu de la qualité globale, je suis quand-même impatient de lire la suite.

    BudGuy Le 20/03/2022 à 10:13:49

    Récit mettant en scène des Canadiens et Indiens durant la Grande Guerre en 1915, cette œuvre s'apparente plus à un western inspiré du vrai Odawaa qu'à une biographie scrupuleusement véridique du principal concerné.

    L'histoire est sombre dans tout les sens du terme et m'a fait penser au film "Stalingrad" de Jean-Jacques Annaud avec ce duel de snipers. Il y a également du John Ford avec "L'homme qui tua Liberty Valance" avec notamment ce rebondissement final: "Quand la légende dépasse la réalité, alors on publie la légende".

    Un très bon album bien dessiné très sombre et parfois bien sordide.

    BudGuy Le 19/03/2022 à 11:30:06
    Guerillas - Tome 1 - Volume 1

    L'innocence est la première victime de la guerre et c'est ce que va découvrir le personnage principal de cette histoire John Clayton, engagé volontaire dans l'infanterie au Vietnam en 1970.
    En effet, "Guerillas" est une plongée dans l'enfer dans la guerre du Vietnam, c'est à la fois direct et sans concession quelconque, doté d'un noir et blanc immersif et d'un encrage du plus bel effet.

    A l'image de l'excellent film "Platoon" dont il accumule les références au tout début, ce volume de 300 pages présente la guerre dans sa réalité la plus crue et la plus dure en mettant en exergue la violence, les exactions, les cadavres mutilés… Le tout entrecoupé de la voix off du narrateur, se demandant quel est sa place dans tout cela ?, comment cela va t-il se finir ? quel est l'utilité de tout ce conflit ? Si ce n'est satisfaire des politiciens et les très gros intérêts financiers inhérents à toute guerre.

    Jusqu'au chapitre 2, le récit suit une ligne réaliste avant de basculer vers un scénario de série B avec l'arrivée de ce commando de chimpanzés armés et dangereux et cette idée de scientifiques allemands lorgnant un brin du côté des nazis. S'ensuit une course poursuite dans la jungle avec un rythme qui reste très soutenu et qui enchaîne les morceaux de bravoure et autres scènes de combats bien violentes.
    J'ai déploré néanmoins des passages un peu brouillon qu'il faut relire afin de bien saisir ce qui se passe.

    Un premier tome qui nous immerge pleinement dans une histoire prenante et à l'atmosphère anxiogène.

    BudGuy Le 18/03/2022 à 17:57:19

    Un univers très coloré et original, des personnages bien croqués, de l'humour, des révélations, une ode aux rêves et à la liberté, une réflexion sur le deuil et la perte d'êtres chers.
    C'est à peu près tout cela à la fois "Lettres perdues", une œuvre à la pagination importante (200 pages environ) et remplie de qualités à bien des égards. Un régal.

    BudGuy Le 17/02/2022 à 20:41:33

    J'étais passé à côté de la sortie de ce one-shot à l'époque de sa sortie (14 ans déjà), il était temps que je le lise et voici finalement ce que j'en retiens:
    - Peu de dialogues (voire les quatre premières planches, tout passe par le dessin et le découpage)
    - Un scénario qui joue sur certains archétypes et s'avère plus malin et inattendu que prévu
    - Une psychologie bien fouillée
    - Une tension palpable au fil des pages
    - Des dessins corrects, un cadrage très cinématographique au service d'un rythme lancinant mais jamais ennuyant

    Un western résolument sombre, adulte et absolument non-manichéen, doté d'un ton et d'une ambiance plus proche d'un Sergio Leone que d'un Lucky Luke. Les auteurs ont su déjouer mes attentes et les codes du genre pour accoucher d'un excellent résultat.

    BudGuy Le 02/02/2022 à 21:47:09
    Mourir sur Seine - Tome 2 - Mourir sur Seine T2/2

    Après avoir lu avec grand plaisir le très bon "Un avion sans elle", je me suis dit que cela serait une bonne idée d'aborder une autre adaptation en BD d'un roman de Michel Bussi.

    Premier constat, le dessin de Salvo est très réaliste et tient bien la dragée haute, même si je préfère davantage celui de Nicolaï Pinheiro, qui a officié sur "Un avion sans elle".

    Ce diptyque est divisé en chapitres incluant des extraits du texte d'origine, des photographies prises à Rouen et ses alentours, des peintures… afin d'ajouter du visuel et des informations complémentaires bienvenues au regard du contexte et des références qui sont convoquées.

    Car en effet des références, il y en a à droite à gauche: Jean Fleury, la piraterie, Libertalia, Cortés, l'or des Aztèques, Victor Hugo et sa fille, l'or de la Noblesse à la Révolution, le cri de Munch, les Vikings, Rollon… J'ai eu la sensation que les auteurs ont voulu en mettre plein la vue sur l'aspect historique de cette région normande, quitte à trop en faire sans que cela n'apporte plus à l'enquête (toutes les références ne sont pas utiles à la résolution).

    Justement parlons de l'enquête, celle-ci est remplie de personnages haut en couleur ou totalement rock'n'roll (le "profiler" Joe Roblin m'a bien fait rire de par son look totalement improbable). Le suspense est bien mené, quelques fausses pistes bien amenées et les révélations distillées au compte goutte. J'ai néanmoins été plus circonspect vis à vis des cases présentant le tueur, on ne le voit pas mais cela est inutile dans le sens où on nous donne un gros indice sur le/les responsables, cela dessert le scénario et "détruit" une partie du mystère.

    Enfin dernier détail qui m'a gêné, une scène nocturne nous est présentée dans le tome 1 (p.63) puis quelques pages plus loin (p.65) nous avons le droit à un "pendant ce temps-là" qui se déroule en plein jour !?!

    Au final, une bonne enquête policière bien sympathique.

    BudGuy Le 29/01/2022 à 19:06:40
    Mémoires de la guerre civile - Tome 3 - Tome 3

    Comment remporter une guerre civile en trois tomes ?

    On réunit deux/trois péquenauds, de beaux discours, quelques morts, un bel emballage visuel et voilà le tour est joué !

    Plus sérieusement, il faut déjà apprécier le style visuel de Jean-Michel Ponzio, qui s'apparente très fortement à des images de roman photo retouchées numériquement. Le résultat est très réaliste mais devient assez lassant au bout d'un moment, d'autant plus quand le scénario s'amuse à effectuer des allers-retours sans prévenir.

    Le personnage principal m'a le plus énervé de par son comportement hautement instable et impulsif, de plus il ressemble par moment à l'ancien ministre et sinistre Manuel Valls le rendant encore moins sympathique. Les autres personnages restent corrects même si certains sont vides (par exemple Nadia pour ne citer qu'elle).

    Je ne mentionnerai pas la vulgarité excessive et gratuite, le manque d'approfondissement global, l'absence de méchant digne de ce nom et de suspense. En revanche, j'ai bien ri à la lecture de certains dialogues ampoulés de philosophie et tombant plus souvent dans le ridicule qu'autre chose.

    Une œuvre qui ne restera absolument pas dans les mémoires, c'est le cas de le dire !

    BudGuy Le 22/01/2022 à 21:47:23
    Durango - Tome 18 - L'Otage

    Durango est embarqué dans une histoire de chasse au trésor se déroulant au Mexique et absolument quelconque. Le scénario n'est pas particulièrement passionnant, accumule des poncifs éculés et autres passages obligés déjà vu ailleurs et en mieux.
    Le dessin ne relèvera pas non plus le niveau tant le trait est gros et pourrait être plus travaillé.

    Au final, un opus très moyen et parfaitement oubliable. Il serait temps d'arrêter les dégâts… au prochain tome par exemple.

    BudGuy Le 22/01/2022 à 21:09:00
    La venin - Tome 4 - Ciel d'éther

    Suite et bientôt fin de la quête vengeresse de la Venin.

    L'histoire est toujours divertissante à lire via les analepses toujours bien dosées. Néanmoins, le récit accumule (encore) des ratés avec notamment les retrouvailles avec la mère d'Emily totalement anecdotiques, le fait de voir Emily tomber amoureuse de sa prochaine cible et de la voir vite disparaître au détour de quelques planches (tout ça pour ça sérieusement…).

    Les hasards scénaristiques font bien les choses puisque tout le monde connaît tout le monde à croire que New York n'est pas aussi grand que cela. Ajoutons à cela le quota lesbien (était-ce vraiment nécessaire ?) et nous obtenons l'opus le plus "faible" de la série pour le moment.

    Je suis quand-même bien curieux de connaître le fin mot de toute cette histoire rocambolesque.

    BudGuy Le 14/01/2022 à 20:12:21

    Ladies with guns, tout est résumé dans le titre.

    Des femmes avec des flingues au Far-West américain, ou plutôt la rencontre et l'association improbable de femmes d'horizon divers et variées face à un unique oppresseur: le méchant homme hétérosexuel machiste, phallocrate, pervers, violent (rayez les mentions inutiles). Ouh qu'il est vilain ! Les quelques rares hommes qui ne sont pas pourris tombent comme des mouches ou ne sont rien d'autres que des idiots (le shérif en est le triste exemple).

    Si vous ne l'avez pas encore compris ce western est féministe revanchard tendance idéologique actuelle. Je suis bien d'accord pour admettre que le sort des femmes à cette lointaine époque était loin d'être exaltant mais je trouve que l'on en fait un peu trop: tout le monde n'était pas pourri jusqu'à la moëlle et ce, malgré un dialogue dirigé dans ce sens. C'est d'ailleurs à la mode d'être féministe et de le crier sous tout les toits afin de montrer que l'on est dans le camp du bien et que l'on milite pour de bonnes valeurs (sauf envers certaines religions mais je m'égare).
    Nous aurons donc le droit à la revanche des femmes/minorités (il ne manquait que l'asiatique pour que le quota soit complet) face au vile patriarcat blanc dominateur et belliqueux.

    L'album est généreux en castagne et autant dire qu'à ce niveau-là, on est servi: ça saigne, ça tabasse, ça gifle, ça plante, ça flingue, ça explose et brûle à tout va pour un spectacle que n'aurait pas renié un certain Quentin Tarantino.
    Le dernier tiers de cet album est effectivement explosif à tout les niveaux, que cela soit l'action, les jeux de couleurs, c'est à la fois vif, dynamique et un régal pour les yeux et pour le fan d'hémoglobine exacerbée.

    Le travail d'Anlor est très bon dans cet opus et j'apprécie de plus en plus son trait depuis 'Camp Poutine'. Le scénario est sympathique à condition de mettre de côté le tract politique un peu trop appuyé et quelques grosses facilités telles que, le coup de la dynamite qui ne tue personne, ou encore la gamine Abigail qui manie le revolver et s'en tire deux fois face à des adultes mieux entraînés !?! Blueberry peut clairement aller se rhabiller.

    BudGuy Le 13/01/2022 à 12:02:42

    Adaptation libre d’une œuvre de Jack London, « Fils du soleil » nous plonge dans les mers du Sud du Pacifique où il va être question d’une vente aux enchères un peu spéciale qui va susciter toutes les passions. Le héros, David Grief, va se retrouver mêler à cette histoire qui lui est plus personnelle qu’elle n’y paraît au premier abord.

    Voilà un très bon one-shot ! Les dessins d’Eric Hénninot sont sublimes et vendent du rêve avec ces paysages idylliques des îles du Pacifique. L’efficacité et le réalisme sont les maîtres mots pouvant définir le rendu final de cette œuvre.

    L’histoire est découpée en deux grosses parties bien distinctes, où la première installe les tenants et aboutissants de chaque personnage et plante le décor, avant une seconde partie plus prenante et plus rythmée jusqu’à ce final ébouriffant. Je suis un peu plus circonspect vis-à-vis de l’accélération du rythme en deuxième partie, j’aurais souhaité quelques planches supplémentaires afin de distiller davantage de suspense avant le grand final.

    Une bande-dessinée hautement recommandable pour celles et ceux qui recherchent une bonne aventure avec des décors dépaysant et doté d'un très bon dessin.

    BudGuy Le 11/01/2022 à 12:26:42

    J’avoue : j’ai bien ri à la lecture, pas forcément vis-à-vis des sujets abordées (certains sont quand-même haut perchés et pas défendables) mais plus par rapport à l’orientation politique et raccourcis de la journaliste et scénariste (je vais y revenir plus en détail).

    Commençons par cette expression déplorable : « fake news », combinaison de deux mots anglais directement transférée dans notre langue sans passer par la case traduction, désignant de fausses informations. Un bel exemple d'anglicisme déplacé dénaturant notre langue et ce n'est malheureusement pas le seul qui pullule dans cette œuvre ni dans notre société.

    Cette BD est la compilation ultime des théories du complot et autres vérités alternatives défendus par les méchants extrémistes de droite et autres nationalistes malveillants, au programme donc : le 11 Septembre, l’élection présidentielle de Biden, les réseaux pédophiles, les Illuminati, la Terre plate, Donald Trump… les auteures cherchant à montrer toutes les dérives et autres théories folles que l’on peut générer et trouver sur Internet, et ainsi les déconstruire avec des exemples à l’appui.

    Il est intéressant d’examiner ces sujets et les polémiques qui en découlent, malheureusement si certains sont tristes et désolants, d’autres sont biaisés voire non approfondis et c’est là où le bât blesse ! Je ne vais pas revenir sur toutes les pages où il y aurait quelque chose à redire, uniquement sur les points qui m’ont paru capillotractés à l’extrême et qui méritent d’être clarifiés:
    - Les réseaux pédophiles mettant en jeu des politiques haut placés sont une réalité (Epstein n’en était qu’un rouage et son « suicide » a arrangé beaucoup de monde)

    - Les irrégularités lors du dernier scrutin présidentiel aux Etats-Unis sont bien avérés, et il y en a toujours eu, même au temps d’Abraham Lincoln !

    - L’auteure aurait dû un peu plus se renseigner sur George Soros, sur ses activités et ses liens avec la Mafia Khazarde

    - Cracher sur Donald Trump est un sport international, on peut lui reprocher beaucoup de choses, sauf son bilan, qu’en est-il de celui de Barack Obama lors de ses dix années de présidence ? qu’en est-il de la momie Biden ?

    - Dieudonné se prend un crachat au détour d’une planche, c’est gratuit et sans aucun risque

    - "Le journalisme est de ne publier que des informations qui ont été vérifiées par diverses sources" sauf si le journal appartient à un puissant industriel ou à un homme politique voire à un parti politique. Les lignes éditoriales et la fiabilité des sources sont dictées par l’argent et l’influence des politiques qui gouvernent. Bienvenue dans la réalité Mme Bui.

    - Pourquoi les gens ne font-ils pas « confiance à la science » ? Parce que les scientifiques sont souvent surpris en train de mentir… avec de beaux conflits d'intérêt à la clé (coucou BigPharma)

    - Le summum étant atteint avec le discours sur la vaccination ! Cette BD en fait l'éloge au détour d'une planche « Bref vaccinez-vous » qu’en est-il des effets secondaires de la thérapie génique à travers le monde ? Qu’en est-il des mensonges du gouvernement français depuis plus de deux ans ? J’invite tout le monde à se renseigner sur les travaux et vidéos du Pr. Fourtillan et Pr. Perronne afin d’y voir plus clair dans toute cette hystérie collective.

    Il est très simple de taper sur ces conspirationnistes/extrémistes et les « fakes news », de même qu’il est simple de traiter les autres de « conspirationnistes », car oui, l’Histoire nous a prouvé qu’il y a toujours eu des conspirationnistes mais jamais de complots (comme c’est étrange !). J’aurais bien aimé que l’auteure aille fouiller en profondeur des sujets très sensibles et très intéressants (les réseaux pédophiles par exemple), au lieu de nous l’énoncer sans vérifier plus que cela (où est passé le journalisme dans ce cas-là ?)

    Enfin j’ajouterai que depuis le début de la crise COVID, les plus grands générateurs de « fake news » ne sont autres que les politiques qui nous gouvernent avec la complicité des médias qui nous servent leur soupe. Etrangement, l’auteure n’en a absolument pas parlé mais n’en oublie pas pour autant de nous vendre l’intégrité du journalisme… à croire qu’elle aussi « défèque des news » avec ce livre, comble de l’ironie !

    Une BD bien paradoxale, à la fois une grosse enquête de terrain, mais contrebalancée par des éléments impliquant de la naïveté, du manque d’approfondissement, voire de la malhonnête intellectuelle digne des gens de gauche qui vivent avec des œillères. Il existe des informations confidentielles, cachées voire censurées au grand public, quand ces dernières sont exposées aux yeux de tous, sont-elles toujours des « fakes news » issues de délire complotiste ?

    BudGuy Le 08/01/2022 à 11:00:25
    I.S.S. Snipers - Tome 2 - Khôl Murdock

    Changement d'auteurs pour ce nouvel opus mais toujours les mêmes problèmes que pour son prédécesseur, à savoir: vulgarité excessive, action épileptique et décousue, dessins à l'ordinateur qui gagneraient en qualité/détails, voix off trop présente, personnages pas développés en dehors des principaux (et encore je suis gentil sur ce point).
    Pas sûr que je lise le troisième opus…

    BudGuy Le 28/12/2021 à 20:53:44
    Blacksad - Tome 6 - Alors, tout tombe - Première partie

    Il y a de bonnes choses avec cet album qui reprend toujours les codes du film noir (syndicat de travailleurs, organisation criminelle, politiciens véreux, actrices de théâtre, tueurs à gage, petites frappes…)., pour un résultat bien copieux mais moins cynique et noir qu'à l'accoutumée. Ajoutons également que le rythme est assez lent et vous obtenez une histoire scindée sur deux albums, en lieu et place d'un album pour une histoire.

    L'amateur d'anthropomorphisme sera comblé puisqu'en effet, le bestiaire est très diversifié, tellement diversifié que j'ai ressenti une impression de surenchère, comme s'il fallait en mettre plein la vue après la déception du tome 5. Le niveau graphique a été également revu à la hausse pour le plus grand plaisir des lecteurs.

    Il y a également un message sur l'apparence et l'hypocrisie en société un peu TROP appuyé au détour d'un dialogue avec le journaliste (un beau cliché en l'espèce).
    J'ai enfin noté une grosse référence à Sammy Davis Jr. au détour d'une planche.

    Un album qui tente de renouer avec les excellents premiers opus sans forcément y parvenir mais bien meilleur que le précédent (en même temps, ce n'était pas très difficile).

    BudGuy Le 22/12/2021 à 17:52:36

    Nouvelle série post-apocalyptique où l'humanité a succombé à un virus très très méchant, les quelques survivants ont trouvé refuge dans une immense tour organisée selon le niveau social de chacun.
    Rien de bien original avec ce postulat de départ, empruntant au 'Transperceneige', à 'the walking dead' ou encore à 'je suis une légende'. Néanmoins, l'intérêt réside au niveau de l'IA protectrice et omniprésente à tout les étages de cette tour de Babel moderne et l'opposition entre les jeunes nés dans cette tour et les "vieux" qui ont connu l'extérieur. Autre intérêt, les décors de Mr Fab qui sont de bonne facture et qui contrastent avec le reste.

    Ce premier opus sert surtout d'introduction, que cela soit au niveau du contexte, des tensions entre les locataires, aux personnages principaux, il ne se passe pas grand chose.
    Cela reste correct et passable à lire et surtout, nous n'avons pour l'instant pas de personnage sous drogue ou autre mauvais délire psychédélico-mystico-chamanique, chose dont M. Kounen s'est rendu coupable par le passé (coucou Blueberry).

    BudGuy Le 21/12/2021 à 14:05:29
    Phobos - Tome 1 - L'envol des éphémères

    Tombé un peu par hasard sur cette bande-dessinée, j'ai par la suite découvert qu'il s'agissait de l'adaptation d'une saga littéraire à succès pour adolescent, à l'image de Hunger Games, le Labyrinthe et autre Divergente.

    Ce premier volet ne perd pas de temps et envoie notre héroïne dans l'espace en quelques planches, tout en lançant plusieurs intrigues impliquant plusieurs personnages sur Terre comme dans la station spatiale.
    Les planches sont de toute beauté ! Que cela soit au niveau des expressions faciales, au niveau des couleurs ou même du rendu général, les planches sont très agréables à admirer.
    Thématiquement parlant, cette œuvre entend critiquer les médias de masse, l'hypocrisie qui en découle, la télé-réalité de façon générale, les rencontres en "speed-dating"...

    Reste à voir comment les auteurs vont gérer tout cela sur la suite, tout en maintenant l'intérêt du lecteur. En effet, vu qu'il s'agit d'une adaptation pour ado, certains éléments de l'intrigue sont un peu téléphonés voire clichés et certaines ficelles sont aussi grosses que des cordes d'amarrage. J'attends enfin un peu plus de développement au niveau des personnages principaux.

    BudGuy Le 27/11/2021 à 12:00:00

    Après 'Shangri-La' que j'avais trouvé convenable mais sans plus, Mathieu Bablet nous revient avec 'Carbone & Silicium' et il y a beaucoup de choses à dire à son sujet.

    Graphiquement, les décors sont très beaux, bien fournis et les différentes parties du monde présentées sont bien rendues, de même que le futur au niveau artistique. La forme est bonne et le style des personnages ne m’a pas dérangé (même s’il y existe mieux, bien sûr).

    Le fond de l’histoire en revanche est bien plus problématique à bien des égards, puisqu’après un début très prometteur et excitant (la création des deux IA fortes), l'auteur va se perdre dans les méandres d'un futur où le wifi existe toujours même après l'Apocalypse (?!?) afin de nous enseigner des concepts philosophiques, teinté d'idéologies politiques très en vogue et tout cela de façon très sérieuse et pompeuse.

    La lourdeur du message est difficile à avaler tant il accumule les tares, passant d’une naïveté philosophique digne d’un lycéen au politiquement correct, d'ailleurs je retiendrai à ce propos :
    - Le proto Jean-Marie Lepen éructant son amour des migrants au cours d’un extrait télévisuel, suivi d’un dialogue bien moralisateur entre Carbone et Noriko.
    - L'Europe est xénophobe et remplie de gens très méchants
    - Tous les problèmes du monde sont dus à notre manque d'intelligence, car oui la philosophie a toutes les réponses !
    - Aucun mot sur les enfants, c’est sûr que ne pas en faire pollue moins la planète !
    - La vision géopolitique est absente
    - Les problématiques religieuses sont absentes

    A l’issue de la lecture, j’ai ressenti à la fois de la consternation mêlée à de la gêne. On peut traiter de philosophie et de métaphysique, encore faut-il bien s’y prendre et ne pas occulter une partie de la réalité, autrement on finit avec une vision partielle et lacunaire de la complexité de notre monde.

    Tant de pages pour arriver à ce résultat, c’est bien dommage.

    BudGuy Le 25/11/2021 à 20:40:14

    Après avoir lu et entendu beaucoup de choses très élogieuses au sujet de cette adaptation d'un roman de Michel Bussi, je me suis (enfin) décidé à lire les 180 pages qui composent ce one-shot.

    Incroyable. C'est le premier mot qui m'est venu à l'esprit à toute la fin de ma lecture.
    Puisque oui: le scénario est absolument incroyable, plus complexe qu'il n'y parait, riche en rebondissements, doté de personnages bien écrits, et ce, jusqu'à ce "twist" final que l'on ne voit pas venir.
    Le trait et les couleurs de Pinheiro sont au service de l'œuvre pour un résultat haut en couleur et vraiment très plaisant au niveau graphique.

    Cela faisait longtemps que je n'avais pas autant pris de plaisir à suivre un polar qui ne lâche pas le lecteur de la première à la dernière planche. Une œuvre qui mérite largement la note maximale.

    BudGuy Le 22/11/2021 à 22:09:36
    Blake et Mortimer (Les Aventures de) - Tome 28 - Le Dernier Espadon

    Après quelques albums de qualité très discutable, voici le dernier album de Blake et Mortimer et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il va mettre tout le monde d'accord au vu de ses (très) nombreuses qualités.
    Van Hamme nous revient avec un bon scénario efficace et bien ficelé dans la continuité du secret de l'espadon (au niveau chronologique) pour un opus qui ménage bien espionnage/action.
    Les dessins de Berserik n'ont pas à rougir et retranscrivent bien nos héros et autres personnages iconiques de la saga. L'ensemble de l'œuvre est de très bonne facture.

    Un des meilleurs albums post-Jacobs.

    BudGuy Le 11/11/2021 à 14:48:26
    Les dragons de la frontière - Tome 2 - Cuerno verde

    Suite et fin des dragons de la frontière à la poursuite du chef Tavibo Narigant afin de mettre un terme à ses agissements hostiles à l'égard de ses voisins espagnols.

    Un opus dans la continuité du précédent au niveau graphique: autant dire toujours du très bon.
    Les auteurs ont pris le parti de coller au maximum à la réalité historique des évènements de 1779 (alliance avec les Apaches, éradication des Comanches un peu trop belliqueux, reconnaissance des terres appartenant aux autochtones). Dans un souci de réalisme, des mots des dialectes amérindiens sont davantage utilisés et explicités en bas de page; de même que des indications historiques sourcées via certains dialogues.

    Je suis néanmoins plus circonspect vis à vis des scènes de bataille qui manquent de clarté et de développement, de même que certains personnages auraient mérité plus de pages. Il y a un peu de frustration dans le sens où le sujet est très intéressant et assez inédit à raconter mais peu de pages pour y arriver. Le fait d'utiliser un récit choral y est pour beaucoup, de même que le nombre de tome.

    Un très bon opus néanmoins j'en aurais bien souhaité un troisième pour plus d'équilibre.

    BudGuy Le 27/10/2021 à 12:46:37

    Après les "Décastés d'Orion", je me suis lancé dans la lecture de cette adaptation d'un autre roman de Julia Verlanger, et le moins que l'on puisse dire c'est qu'encore une fois, j'ai eu la sensation que l'œuvre a été raccourcie/tronquée afin d'aller à l'essentiel au détriment de l'œuvre d'origine.

    Difficile de se démarquer dans le milieu des œuvres post-apocalyptiques à la Mad Max, Jérémiah et autre Walking Dead. "L'autoroute sauvage" ne va sortir du lot que via son cadre: le récit prend en effet place dans une France futuriste dévastée, ce qui change des Etats-Unis.
    Pour le reste, cela sera l'autoroute des clichés pour celles et ceux qui auront déjà lu des œuvres similaires au genre, entre le costaud taiseux, le père qui se sacrifie, les méchants fanatiques religieux, la secte… tout y passe.

    J'ai également noté quelques scènes gore assez exagérées et des décors qui donnent le ton, bien mis en image par Xiaoyu Zhang.
    Un détail qui m'a paru étrange: la sœur d'Hélène au début de l'histoire paraît avoir 15 ans à tout casser, à la fin elle paraît en avoir beaucoup plus alors qu'il ne s'est passé que trois mois !

    La lecture est au final assez rapide et la fin inattendue. Ce n'est pas le haut du panier mais ce n'est pas non plus ce qu'il y a de pire, puisqu'il n'y a que trois tomes, là où d'autres se sont tirés une balle dans le pied depuis très longtemps (coucou Jérémiah).

    BudGuy Le 26/10/2021 à 11:50:12
    Rages - Tome 1 - Le Rideau de Titane

    Dernier album scénarisé par Philippe Tome, "Rages" nous plonge dans un univers post-apocalyptique anthropomorphiste où nous suivons l'itinéraire d'un jeune panda nommé Jin. Ce dernier va réussir à traverser le mur de titane séparant le Nord du Sud afin de retrouver sa fiancée, sans le savoir il va troquer un enfer contre un autre.

    Le scénario est assez basique dans son déroulé, la valeur ajoutée se situant au niveau de l'anthropomorphisme qui va décupler le niveau de violence de cet univers, avec notamment une longue séquence de jeu du cirque, bien gore et sauvage à souhait.
    L'action y est parfois brouillonne mais colle bien avec la sauvagerie et le désordre inhérent.

    Visuellement, le dessin de Dan est très bon et l'aspect global est résolument sombre et rugueux. Le découpage est dynamique et prend le temps de poser quelques ambiances. Enfin le bestiaire est bien garni et varié.

    BudGuy Le 22/10/2021 à 20:49:55
    Tango (Xavier/Matz) - Tome 6 - Le fleuve aux trois frontières

    On retrouve nos compères Tango et Mario, fidèle à eux-mêmes et toujours là où il y a des ennuis en Amérique latine. La recette reste la même: vengeance, exécution, bagarres entrecoupées de répliques qui font mouche.
    Cet opus fait référence au deuxième et cinquième via le retour de deux personnages sans pour autant gêner le récit dans son déroulé.
    Après autant d'albums, je pense que les auteurs ont fait le tour du sujet et qu'il serait temps de penser à conclure dignement les aventures de nos héros.

    BudGuy Le 20/10/2021 à 21:50:04
    Nautilus - Tome 2 - Mobilis in mobile

    Suite des péripéties de Kimball O'Hara cherchant à tout prix prouver son innocence et éviter une guerre entre l'Angleterre et la Russie. Il embarque cette fois pour de bon à bord du Nautilus en compagnie du Capitaine Nemo, ce dernier gardant toujours une forte rancune envers les Anglais.

    Ce tome est dans la continuité du précédent en terme d'action et de rebondissements. Mariolle continue de livrer un récit assez orienté espionnage avec son lot de manipulation et de retournement de situation, et ce malgré une voire deux facilités scénaristiques (les forces anglaises qui trouvent un des repaires de Nemo entre autre).
    Le Nautilus est magnifique et est enfin mis à l'honneur dans un opus qui ne va pas traîner en chemin. Le Capitaine Nemo va être également mis en avant via ses qualités de pilote, de stratège et d'inventeur, et même âgé il a toujours autant de classe.
    Un mot sur le dessin de Garbowski, qui est net et sans fioriture avec une colorisation majoritairement bleutée (vu que cela se passe sous l'eau).

    Un album bien divertissant et riche en action. Vivement le dernier tome.

    BudGuy Le 17/10/2021 à 14:16:38
    Les tuniques Bleues - Tome 64 - Où est donc Arabesque ?

    Ça y est le nouvel et dernier album des tuniques bleues (de Cauvin et Lambil) est sorti, est-ce que cela va être enfin l'armistice pour nos célèbres héros nordistes ?

    La réponse est non, et encore une fois, Cauvin ne s'est pas trop fatigué pour le scénario: Blutch part à la recherche de son cheval Arabesque qui s'est perdu, en compagnie de Chesterfield. Pas d'armistice en vue donc, et encore moins de sujet très passionnant pour ce nouveau tome…
    S'ensuit donc des rencontres et situations improbables, enjolivées de quelques dialogues et gags qui m'ont fait un peu rire.
    Pour le reste, Lambil fait comme d'habitude et reste fidèle à lui-même au niveau des dessins.

    Que restera t-il de cet album ? Pas grand-chose.

    Néanmoins, je retiendrai les dernières cases où l'on peut admirer pour la dernière fois nos deux compères encore en train de se chamailler. J'ai ressenti un doux parfum de nostalgie bien paradoxal: d'un côté je ne peux pas aimer cet album ni les derniers sortis depuis des années, d'un autre côté, cette fin s’apparente un petit peu au dernier tour de piste de vieux artistes avant de tirer le rideau : on a vécu de très bons moments avec eux et malgré le temps et les gadins en tout genre, ils sont toujours là et on les admire en se disant que c’est la dernière fois.

    Après des années de fidélité et de lecture, il est temps pour moi de tourner la page des tuniques bleues.

    BudGuy Le 13/10/2021 à 21:04:09
    West Legends - Tome 5 - Wild Bill Hickok, Forty Bastards

    Après un début laborieux, le scénario devient plus intéressant et l'on s'amuse à suivre cette chasse à l'homme impliquant Wild Bill Hickock au prise avec un capitaine de cavalerie, plus criminel qu'honnête. Le récit va emprunter la route du western mais également du "survival" avec un tempo mené au triple galop.

    Certains des personnages présentés sont intéressants (je pense au chasseur de prime noir, le vieil indien ou encore Wild Bill) pour le reste, les stéréotypes sont majoritairement de sortie (l'orphelin, le trio de truands, l'institutrice…).
    Le dessin de Laci est correct et est bien mis en valeur par les couleurs de Nanjan pour un rendu qui tient la route.

    J'émets également des réserves concernant plusieurs aspects:
    - le scénario accumule quelques évènements extrêmement classiques au genre (la gatling, le fort assiégé…)
    - les dialogues qui alternent entre quelques bonnes répliques bien cinglantes et la vulgarité la plus totale (le début est un festival en la matière !).
    - le discours féministe idéologique "tous les hommes sont des pourris", insufflé au compte goutte.

    Un divertissement correct et bien mené mais clairement pas le haut du panier.

    BudGuy Le 09/10/2021 à 11:33:24
    Marshal Bass - Tome 6 - Los Lobos

    Marshal Bass est une série d'albums de western que je lis depuis le début de sa parution et le principal reproche que je pourrais formuler serait le suivant: un album une histoire différente.

    Ce procédé met en relief certains défauts: les personnages secondaires possèdent peu de développement, parfois au détriment de leur importance sur le récit (notamment le méchant principal dans ce dernier opus), l'action est parfois bien trop précipitée et, enfin, chaque histoire aurait très bien être développée sur deux tomes voire plus.

    En dehors de ces défauts, les albums sont d'excellente facture possédant un ton désenchanté et grinçant, des personnages aux caractères bien trempés, des histoires passionnantes mêlant critique sociale, drame familial et codes du western.

    Une très bonne série qui rend bien plus honneur au Marshall Bass que le pitoyable album de Lucky Luke "un cowboy dans le coton".

    BudGuy Le 07/10/2021 à 21:16:28
    Raven (Lauffray) - Tome 2 - Les Contrées infernales

    Suite des aventures de Raven, flanqué de Darksee et de ses sbires, à la recherche du fameux trésor de Chichen Itza. Faux semblants, coups bas, trahisons, indigènes hostiles, exécutions, rebondissements et autres morts peu enviables sont au menu de cet album sur cette île pas fantastique pour un schilling.

    La caractéristique principale de cet album réside dans le fait qu'une très grande partie de l'action va se dérouler à terre, et nous permettre ainsi de suivre d'un côté Raven/Darksee et de l'autre Drago/le comte, chacun essayant de tirer son épingle du jeu, par le biais d'un rythme bien soutenu et d'un découpage dynamique.

    J'ai noté deux/trois facilités scénaristiques un peu grosses à avaler (Anne qui chevauche un vigoureux étalon noir sans arme ni équipement quelconque sur une île remplie de dangers, puis qui tombe sur Raven et Arthur par le plus grand des hasards quelques pages plus loin).

    L'auteur maintient le cap et remplit bien son contrat pour l'instant, à savoir, nous livrer un bon gros divertissement de piraterie à défaut de renouveler le genre.

    BudGuy Le 03/10/2021 à 15:10:47

    Un subtil mélange des genres (western, enquête policière, critique social, drame familial), un dessin au crayon qui renforce le côté brute de décoffrage, de l'histoire peu de couleur à l'exception du rouge pour le sang, un scénario ménageant habilement son suspense, des rebondissements au compte-goutte bien amenés, des personnages bien écrits.

    Christian De Metter réalise un très bon "one-shot" qui mérite plusieurs lectures afin d'en saisir toutes les qualités et subtilités. Un régal.

    BudGuy Le 30/09/2021 à 15:00:00
    Elecboy - Tome 2 - Révélations

    Un deuxième opus visuellement dans la continuité du précédent, c’est toujours aussi sublime que cela soit au niveau des décors qu’au niveau des personnages !
    Le scénario lève enfin une partie des mystères et éléments d’intrigue précédemment posés, c’est beaucoup plus intéressant et digeste au niveau du récit.
    Je ressens toujours cette sensation de trop plein, que cela soit par rapport aux références et aux idées qui se télescopent pour le meilleur comme pour le plus étrange des mélanges (Mad Max, Akira, les rites amérindiens, la mythologie grecque, les IA).
    Au demeurant un bon album qui en annonce un prochain qui sera sans doute dantesque à souhait.

    BudGuy Le 22/09/2021 à 20:43:33
    Médecins de guerre - Tome 1 - Ligne de vie

    Une bande-dessinée retraçant le parcours d'une jeune femme, Virginie, médecin militaire, engagée dans un des corps d'élite français les plus réputés et l'un des plus difficiles d'accès: le GCP ou Groupe des Commandos Parachutistes. Nous allons suivre son intégration à ses premiers pas au sein de cette unité où il n'y a aucune femme présente.

    A partir de cette trame, les auteurs vont alors imaginer un récit qui va alterner phases de combat/guerre et scènes de vie des membres du GCP sur le terrain: c'est à la fois instructif et divertissant, en cela bien aidé par un découpage dynamique et le dessin au carré de Laplagne.
    Dommage, toutefois, qu'il n'y ait pas plus de pages consacrés aux autres personnages pour plus de développement puisqu'en dehors de notre héroïne, c'est assez limité. Le personnage de Virginie est d'ailleurs tellement bien développé que les auteurs reviennent sur son enfance et les difficultés qu'elle a rencontrées pour s'intégrer (elle et ses parents étant d'origine vietnamienne), mais également sur ses motivations et son envie de se dépasser.

    Un premier tome qui est fort plaisant et efficace.

    BudGuy Le 22/09/2021 à 20:12:00

    Je rejoins totalement les avis précédemment postés qui d'ailleurs sont tous très positifs.
    Je me contenterai uniquement d'écrire que 'Jours de sable' est une œuvre à la fois belle, poétique, touchante, réaliste et historiquement très instructive.

    BudGuy Le 11/09/2021 à 22:49:53
    Les ombres de la Sierra Madre - Tome 3 - El Dedo de Dios

    « Les Ombres de la Sierra Madre » relate, sur la base d’une trilogie, l’histoire du jeune mormon Moroni Fenn envoyé au Mexique dans les années 20 afin de protéger la communauté mormone. En chemin, il croisera la route de Bui, une jeune Apache exposée telle une bête de foire, qu’il acceptera de sauver ; malheureusement pour lui, les évènements tragiques vont alors débuter.

    Daniel Brecht nous revient avec un nouveau western, un genre qu’il affectionne beaucoup au vu de ses œuvres passées (Death Mountains, L’Or de Morrison, Dirty Cobb) et il est toujours fidèle à lui-même au niveau de son trait.
    Au scénario, Philippe Nihoul s’est décidé à mélanger les destinées de personnes ayant réellement existé au service d’un récit qui ménage son lot de poursuites, rebondissements, fusillades, mises à mort et autres tortures indiennes peu enviables. Les péripéties s’enchaînent et cela se laisse lire sans de difficulté via un découpage dynamique.

    L’originalité réside dans le contexte temporel et historique invoqué : en effet au cours des années 20, une poignée d’Apaches a réellement semé le trouble aux abords de la frontière mexicaine afin de continuer à vivre librement malgré les traités et autres réserves naturelles leur étant destinés, à une époque où Hollywood commençait à tourner ses premiers westerns ! Le scénariste s’est inspiré de cet ultime baroud d’honneur afin de façonner son récit et délivrer une histoire teintée de violence, d'amour et de haine, pour un rendu âpre et sans concession.

    Une très bonne BD de western crépusculaire.

    BudGuy Le 30/08/2021 à 15:42:21

    Blue Note ou les dernières heures de la Prohibition relate le retour d'un boxeur déchu sur le ring et l'arrivée d'un bluesman talentueux dans un club huppé dans le New York ou Chicago des années 30. Nous suivons leurs chemins respectifs qui vont être amenés à se croiser à plus d'une reprise le tout sur fond de jazz, d'alcool et de gangsters teigneux.
    Graphiquement, le trait de Mikaël Bourgouin est très bon et retranscrit beaucoup d'émotions sur le visage des personnages. L'histoire étant sombre et peu joyeuse, la coloration et l'encrage sont par conséquent plus appuyés.
    Certaines planches représentant l'émotion suscitée par la musique sont de toute beauté et le découpage ne présente aucune faiblesse: c'est dynamique et parfaitement lisible. D'ailleurs mention spéciale à la double planche du premier combat de boxe sur fond noir et doté d'une seule phrase, tout passe par les cases et leur organisation: un régal !

    De multiples références sont amenées au détour de dialogues ou scènes avec notamment la lune du guitariste Emmet Ray, Lester Young, Al Capone…
    L'édition intégrale est dotée d'une très belle couverture et je recommande la lecture en écoutant un album de Duke Ellington ou de Fletcher Henderson.

    Une bande-dessinée d'excellente qualité où il n'y a pas de fausses notes à déplorer.

    BudGuy Le 25/08/2021 à 18:04:47

    Nouvelle adaptation du livre d’Orwell, cette ferme des animaux va immanquablement être comparée à la version « Le château des animaux » de Dorison/Delep, mais force est de constater que les auteurs L'hermenier/Labourot ont su brillamment relever le défi !

    Cet album « one-shot » est au départ destiné à la jeunesse, mais il est évident que les adultes prendront également du plaisir à la lecture grâce au sous-texte et intrigues politiques présentées.
    Les dessins sont détaillés et magnifiés par une belle palette de couleurs, au service d’un récit où l’on ne s’ennuie pas une seule seconde.

    Inutile d'écrire plus de lignes, je rejoins totalement l'avis d'Erik67: c’est une bande-dessinée hautement recommandable !

    BudGuy Le 24/08/2021 à 20:54:44
    Hell School - Tome 3 - Insoumis

    Hell School ou l'école de l'enfer correspond à un joyeux établissement privé et sélectif situé sur une île perdue près de la côte d'Azur: le rêve pour les parents, le cauchemar pour les adolescents.
    Nous suivons le destin de trois personnages (Bastien, Hina et Boris) marginalisés et harcelés par les autres élèves, pour avoir eu l'audace de refuser le traditionnel bizutage infligé aux nouveaux venus. Nos trois héros devront alors survivre dans un milieu hostile et anxiogène tout en enquêtant sur des activités louches et autres "accidents" ayant eu lieu par le passé sur cette île pas fantastique pour un iota.

    Je m'attendais à une banale histoire scolaire pour la jeunesse, c'est bien plus que cela: les auteurs osent aborder des thématiques sérieuses telles que le harcèlement scolaire, mais également les dérives liées au bizutage, les professeurs qui abusent de leur positions envers les élèves ou encore la manipulation des adultes.

    Ces thèmes sont brillamment illustrés via une histoire solide et efficace, qui se suit bien grâce à son cadre hors continent et ses personnages développés (le trio en tête). La mise en scène est tout aussi efficace, les dessins au service d'un récit à l'ambiance tendue et peu joyeuse.
    Le scénario maintient son suspense sur deux tomes mais se conclue de façon un peu simple, comme si les auteurs n'avaient pas voulu aller jusqu'au bout ou voulu verser dans le sanglant, alors que le sujet s'y prêtait parfaitement.

    Un très bon triptyque.

    BudGuy Le 21/08/2021 à 14:49:01
    Barbe-Rouge (Les nouvelles aventures de) - Tome 2 - Les chiens de mer

    Je vois beaucoup de notes très positives pour la suite des (nouvelles) aventures de Barbe-Rouge, est-ce vraiment justifié ?
    Afin de répondre à cette question, je me suis par conséquent lancé à mon tour à l'abordage.

    Cette reprise bénéficiait déjà d'un souffle épique indéniable et d'un ton plus moderne bienvenue dans le premier tome, ici le résultat est dans la continuité et achève une grosse partie de l'histoire tout en proposant un bon cocktail de péripéties, combats et autres retournements que n'auraient pas renié Charlier et Hubinon.
    Et effectivement, il y a beaucoup de rebondissements, de coups bas (les trahisons et retournements de veste sont légions pour beaucoup de personnages). Néanmoins j'ai quand-même senti une voire deux facilités d'écriture un peu grosse, le hasard fait parfois bien les choses…
    Kraehn est fidèle à lui-même au niveau des dessins et c'est toujours aussi bon, il n'a pas à rougir du résultat (certaines cases maritimes sont très belles). Le découpage est dynamique et maintient un bon rythme de croisière.

    Cette lecture m'a plu au point où cela m'a donné envie de me replonger dans les anciennes aventures de Barbe-Rouge, et rien que pour ce résultat, cet opus mérite une bonne note.

    BudGuy Le 19/08/2021 à 21:37:42

    Voilà un album à la fois passionnant, effarant, dur et percutant sur le génocide mené par les Khmers rouges à la fin des années 70.

    Nous suivons plus précisément le parcours d’un jeune peintre cambodgien, Vann Nath, qui va être arrêté et incarcéré, comme beaucoup d’autres innocents, dans des conditions inhumaines au sein de la prison de Tuol Sleng, plus connue sous le nom de S-21.
    La peinture deviendra pour lui synonyme de survie puisqu’il sera réquisitionné afin de mettre son talent au service de la dictature de Pol-Pot, sous la direction du "Duch", le tristement célèbre directeur de cet établissement.

    Au fur et à mesure que le récit avance, ce n’est plus seulement l’histoire de ce peintre mais également l’histoire du peuple cambodgien qui y est relatée.
    Les pauvres personnes incarcérées ont été soumis aux pires exactions et à la torture de gardiens cruels et sadiques. Ces derniers étant eux-mêmes des « victimes » du système, puisque recrutés dès l’enfance et programmés à la violence; tout cela pour le bien de la "révolution communiste".
    Ce régime de Pol Pot n'a jamais rien eu à envier aux méthodes de l’ex-URSS, de la Chine ou même de la Corée du Nord, car comme le résume si bien l'un des personnages: "Cela fait partie de la théorie révolutionnaire… il vaut mieux tuer par erreur que laisser en vie par erreur", d'où les charniers, les exécutions de masse et même les exécutions d'enfants…

    J’ai noté beaucoup de cases et planches sans dialogue, où tout passe par le dessin et l’expression des personnages ou le crayonné des lieux représentés. Les dessins, épurés et assez simples via une coloration sépia sombre à l’aquarelle, mettent davantage en avant la dureté de l’histoire et la réalité des faits rapportés. Il y a d’ailleurs la couleur qui disparaît pour laisser sa place au noir et blanc lors de cette plongée dans la prison de Tuol Sleng.

    Au-delà de sa portée biographique, c’est une vraie leçon de survie, un témoignage d’une importance capitale, un devoir de mémoire: n'oublions jamais ce génocide et n’oublions jamais la vraie nature du communisme, ainsi que ses dérives mortifères.

    BudGuy Le 17/08/2021 à 16:50:37
    I.S.S. Snipers - Tome 1 - Reid Eckart

    Toujours à la recherche d'une série B sympathique à lire, je me suis naturellement penché sur cette nouvelle bande-dessinée de science-fiction, qui a eu le mérite d'attirer mon regard par sa couverture où l'on peut apercevoir le "héros" Reid Eckart, qui ressemble très fortement à Judge Dredd (les références cinématographiques sont bien assumées puisqu’il y a du "Robocop", le film de 2014 et du "300" de Zack Snyder).

    Autant dire que les auteurs ont visiblement entrepris de transposer un film d’action des années 80 en bande-dessinée pour un résultat qui me laisse mi-figue mi-raisin, puisqu’en effet, Jean-Luc Istin et Erwan Seure-Le Bihan ont repris les qualités mais également les défauts qui sont inhérents à ce genre de film.

    Le scénario est par conséquent très basique et on devine très fortement certains passages ou révélations clés. Bien évidemment, cela bourrine et défouraille à tour de bras, chose que n’aurait pas renié un certain Arnold Schwarzenegger, pour le plus grand plaisir de l’amateur du genre.
    Néanmoins, les « punchlines » et beaucoup de lignes de dialogue sombrent régulièrement dans la vulgarité, au bout d’un moment cela en devient très lourd, de même que l’omniprésence de la voix du narrateur devient plus encombrante qu’autre chose.

    Visuellement, les dessins sont corrects même si réalisés sous ordinateur. Les auteurs ont également fait le choix esthétique de mettre les cases sur un fond noir, histoire de renforcer la noirceur des personnages ou du récit, j’imagine.

    En résumé, une grosse série B bourrine dans un univers de space opera, pas ennuyante une seule seconde mais qui pourrait être mieux. J'attends quand-même de voir si les auteurs sauront s'affranchir des écueils de ce premier opus pour les suivants.

    BudGuy Le 16/08/2021 à 09:50:16
    Les montefiore - Tome 2 - Contrefaçons

    Je suis surpris qu'il n'y ait pas d'avis sur cette bande-dessinée coscénarisé par Christophe Bec, pour laquelle il n'y a ni fantastique, ni suspense, ni action ou encore voyage stellaire, chose surprenante quand on connaît la bibliographie de cet auteur hyperactif.

    Les Montefiore relate l'épopée d'un grande maison de haute-couture italienne de nos jours avec comme point de départ la mort du président et créateur originel de cette société et l'accession de son successeur à sa tête. En parallèle, le récit va suivre le parcours de la nouvelle égérie de la marque et comme on s'en doute un peu, rien ne va être rose pour elle.
    L'histoire est intéressante puisque nous allons alors suivre les défilés et les coulisses de ces derniers, mais également les dessous de ce milieu avec toutes les magouilles et autres coups bas possibles pour acquérir le succès, la presse spécialisée et les contrats publicitaires au profit de la concurrence.

    Le scénario maintient bien l'intérêt et je n'ai pas ressenti d'ennui à la lecture. Je reproche néanmoins le manque de pages pour développer davantage cette histoire, une trilogie aurait été bienvenue au regard des rebondissements et du nombre de personnages assez conséquent.
    Autre point: le personnage de la journaliste intègre et honnête dans ses propos m'a bien fait rire, tant aujourd'hui ce n'est plus possible d'avoir ce type de journaliste à la télévision voire tout court !

    Le dessin de Del Vecchio est correct au niveau des personnages, mais par instant il est au fraise avec quelques visages à la ramasse. Les beaux décors de Toscane, Sibérie et les défilés de mode sont mis à l'honneur et bien restitués.

    BudGuy Le 08/08/2021 à 20:38:57
    Kurusan, le samouraï noir - Tome 1 - Yasuke

    Grand fan de l'Histoire japonaise et des samouraïs, je ne pouvais pas passer à côté de cette bande-dessinée consacrée à Yasuke, le samouraï noir.

    Se déroulant durant le Sengoku Jidai (guerre pour l'unification du pays), nous suivons l'arrivée au Japon et l'histoire personnelle de ce jeune africain qui va se retrouver au milieu du chaos politique ambiant, entre intrigues/complots/allégeances/trahisons et autres meurtres pour le pouvoir.
    Il y a évidemment une grosse part de fiction puisqu'officiellement on ne connait rien sur lui avant son arrivée au pays du soleil levant. Cependant c'est bien contrebalancée via les personnages et évènements historiques (Oda Nobunaga, Toyotomi Hideyoshi, le massacre des ikko-ikki…).

    Les auteurs ont su retranscrire l'atmosphère du Japon médiéval comme il fallait, entre les cases de vue d'ensemble qui font penser aux estampes d'Hiroshige et autre Hokusai, et les planches consacrées aux combats au katana: l'amateur du genre sera comblé.
    Le découpage des scènes martiales est de surcroît bien réalisé dans la mesure où l'on comprend l'action lisiblement (ce qui semble parfois échapper à beaucoup d'auteurs de BD actuels). Quelques passages auraient pu être davantage développés comme par exemple l'entraînement de Yasuke au bushido.

    J'ai hâte de lire la suite et j'espère que les auteurs vont continuer sur leur lancée et nous gratifier d'une suite digne de ce nom.

    Une très bonne surprise.

    BudGuy Le 06/08/2021 à 11:00:00
    Ghost war - Tome 3 - Machinen Krieg

    « Ghost war » est un pur produit que l’on pourrait associer par analogie à un gros « blockbuster » hollywoodien sur-vitaminé. En effet, il ne faut pas chercher la moindre subtilité ou développement de personnages, il n’y aura ni l’un ni l’autre, en revanche, l’action, les explosions, la violence, les gerbes de sang, les facilités scénaristiques et un peu de gore seront eux bien présents.

    Tome 1 :
    Le premier tome commence sur les chapeaux de roue : nous sommes directement propulsés dans de l’action tonitruante au bout de deux planches sans beaucoup d’introduction ; de surcroît le rythme va être maintenu à haut régime sans réel temps mort à partir de ce point-là.
    C’est à la fois bruyant mais également très bavard : les personnages jactent tout le temps et se balancent des vannes à tour de bras, pour un résultat qui ne vole pas très haut. De plus comme dit plus haut, ces personnages ne sont et seront pas plus développés que cela.
    Ce premier opus lance son récit et tente de mettre en place son histoire mais en oublie d’informer le lecteur sur le contexte et la position géographique. Pire, celui-ci va accumuler des tares difficilement buvables : par exemple, une bande de gamins tête-à-claque armés de bazooka qui détruisent des méchas surarmés après s’être entraînés sur… Call of Duty !?! Ces derniers vont ensuite conduire un vaisseau futuriste de l’armée comme s’ils avaient toujours fait cela.
    Un mot sur les dessins : les méchas sont bien dessinés et sympas à admirer, en tout cas mieux dessinés que les personnages en plan large et parfois même plus expressifs que ces derniers.

    Tome 2 :
    Le deuxième opus va commencer à un peu plus développer son intrigue et apporter quelques éléments intéressants (personnages qui collaborent, les autres qui résistent, la notion de « guerre en douce ») après un premier tome introductif et vitaminé à l’extrême.
    Martino nous régale de très beaux décors glacés illustrant les paysages hivernaux de Suède, en revanche, les dessins des visages sont encore au fraise par moment.

    Tome 3 :
    Toujours le même cocktail d’action et rebondissements. Martino s’est enfin amélioré sur les dessins de ses personnages et nous en met plein la vue avec des combats de méchas stylisés.
    Dernier tome oblige, le lecteur assiste à diverses révélations sur les méchants et leurs motivations.
    De plus, le récit s’accélère et enchaîne les péripéties pour terminer au plus vite, sans oublier les facilités et paresse d’écriture déjà présentes sur les opus précédents.

    Malgré tous les défauts énoncés ci-dessus, cela a été une lecture fort sympathique et sans prise de tête. Ce n’est clairement pas un chef d’œuvre mais un divertissement convenable, il ne faut pas chercher plus loin.

    BudGuy Le 05/08/2021 à 11:00:03
    Scotland Yard - Tome 2 - Poupées de sang

    Cet avis vaut pour les deux tomes de Scotland Yard.

    Avec ce diptyque, nous suivons une enquête mettant en scène l’inspecteur Gregson (de Scotland Yard donc) à la poursuite de deux tueurs en série sadiques dans le Londres de Jack l’Eventreur. Dans son périple, il sera épaulé du Dr. Seward, d’un gamin de rue et de Faustine Clerval, personnage féminin que l’on retrouve également dans le diptyque ‘Mister Hyde vs Frankenstein’.

    Les auteurs (Dobbs et Perger) rendent une très bonne copie avec cette histoire sombre, sordide et empreinte de références avec l’apparition de personnalités ayant existé (Bram Stoker, Elephant Man) ou célèbres dans la littérature grand public (Lestadre, le commissaire Fix, le Colonel Moran). Il est dommage que certains de ces invités prestigieux ne soient pas plus mis en avant quand ils ne sont pas purement figuratifs.

    Le duo Gregson/Seward m’a fait légèrement fait penser au duo Holmes/Watson par instant même si Faustine leur vole la vedette par sa présence et les mystères l’entourant. J’ai d’ailleurs trouvé dommage qu’elle ne soit pas plus développée, de même que l’histoire aurait pu bénéficier de davantage d’approfondissements et de rebondissements.

    Le trait est bon et mené de main de maître par Perger : certaines cases sont magnifiées par le choix des cadrages et l’emploi du clair/obscur, enfin les aquarelles sont sublimes pour un rendu mettant en exergue le côté glauque et instaurant une ambiance noire et malsaine. J’ai particulièrement apprécié les pages 19/20 du tome 2, où les cases se déforment et se déchirent entrant en adéquation avec le fond de l’histoire.

    Une très bonne enquête policière, par moment trop précipitée, mais efficacement bien menée et à l’ambiance oppressante.

    BudGuy Le 01/08/2021 à 21:40:28
    Nottingham - Tome 1 - La Rançon du roi

    Avec « Nottingham », les auteurs donnent une nouvelle lecture au mythe de Robin des Bois, plus centré sur les trames/complots politiques, plus réaliste (un peu comme le film de Ridley Scott), mettant plus en avant Marianne et imaginant le shérif de Nottingham comme étant… Robin des Bois lui-même !

    Passée la surprise de ce postulat de départ, que reste-t-il à se mettre sous la dent pour maintenir l’intérêt ?

    Les dessins et colorations sont de très bonne facture et immergent bien le lecteur dans l’hiver blanc de la forêt de Sherwood. En revanche, là où le bât blesse réside dans le fait que les personnages sont difficilement identifiables sur les planches mettant en scène les combats, d’ailleurs ces derniers sont beaucoup trop brouillons pour en apprécier pleinement les enchaînements.

    Là où le personnage de Robin (en costume avec capuche) est un combattant hors-pair et plein de classe tant sur la couverture que pour les séquences de combat, on ne peut malheureusement pas en dire autant du shérif ! Ce dernier manque cruellement de charisme (au niveau de la tête) et par conséquent difficile de passer après Erroll Flynn, Kévin Costner ou encore Russell Crowe.

    L’histoire n’est pas inintéressante en soi mais je n’ai pas eu le sentiment d’entrer pleinement dans le récit (flashbacks interminables qui font traîner l’histoire, découpage discutable, réécriture du mythe) ; seules les dernières pages sont plus rythmées et donnent enfin quelque chose de plus consistant au lecteur, dommage que cela n’arrive qu’à la fin…

    Ce n’est pas mauvais mais j’en attendais plus.

    BudGuy Le 21/07/2021 à 20:30:30

    Après l’excellente surprise du diptyque « Mort d’un banquier », je me suis procuré cet album correspondant à la huitième bande-dessinée de l’auteur suisse Matthias Gnehm, (dont seuls quatre opus ont visiblement été traduits en français).

    On retrouve bien le trait caractéristique très prononcé et difforme des personnages, dépeignant l’étrangeté et les dysfonctionnements de notre monde, avec un récit qui met en scène une ville « made in China » anxiogène, bétonnée à outrance et tentaculaire à souhait ; d’ailleurs les décors sont fourmillant de détails et rendent bien le côté grisâtre et urbain de cette nouvelle Zurich.

    Le personnage principal va se retrouver ainsi perdu dans un pays et une culture dont il ignore beaucoup de choses, mais également perdu au sein de ces villes géantes qui sortent de la terre telles des champignons. L’histoire est remplie de surprises, inattendue et manipulatrice à souhait pour le plaisir du lecteur jusqu’à cette conclusion glaçante.

    Comme pour la « Mort d’un banquier », Gnhem s’emploie à mettre en avant des thématiques intéressantes : il passe au vitriol l'industrialisation, les excès du capitalisme, de l’urbanisme de la Chine actuelle mais aussi de nos sociétés occidentales.

    BudGuy Le 28/06/2021 à 11:15:48

    Un polar bien noir doté d'un scénario qui réserve son lot de rebondissements au fur et à mesure du récit. Les dialogues m'ont fait penser à du Michel Audiard et l'époque est fidèlement retranscrite (voiture traction, jargon, décors…).

    Une œuvre glaçante à bien des égards, qui illustre les raisons d'état et autres magouilles politiques destinées à camoufler la cruelle vérité au profit d'un beau mensonge, pour sauver les apparences. Autant dire un one-shot qui n'a pas pris une ride.

    BudGuy Le 25/06/2021 à 14:04:14
    Les souris de Leningrad - Tome 2 - La ville des morts

    A partir d’un postulat intriguant et intéressant, nous suivons le parcours d’un groupe d’enfants russe durant la période de la Seconde Guerre à Leningrad. Entre les tickets de rationnement, les délations, le cannibalisme et les bombes allemandes, le quotidien n’est pas drôle pour nos héros qui vont être confrontés à des situations et choix parfois cornéliens, entre d’un côté les nazis d’Hitler et les soviétiques de Staline, la peste ou le choléra.

    Le scénario est tantôt froid (à l’image du climat), réaliste et sombre, mais également naïf et capillotracté sur certains aspects (l’épisode avec les soldats allemands et le champ de bataille). Il n’y a que deux tomes, ce qui est court pour une histoire qui aurait très pu tenir sur trois, d’où un sentiment d’accélération par moment.

    Heureusement, les dessins de Du Caju sont de très bonne facture, alliés à des couleurs permettant une immersion dans ce Leningrad qui a des allures de fin du monde.

    BudGuy Le 25/06/2021 à 10:22:40
    Sonora - Tome 3 - Le rêve brisé

    Cet avis prend en compte les trois tomes.

    Avec ‘Sonora’, les auteurs nous offrent un western mâtiné de vengeance se déroulant en 1851, où nous suivons Maximilien, un français recherchant les meurtriers de son frère, qui va se retrouver mêlé à des histoires politiques mêlant fusillades, exactions et autres exécutions. L’action va se dérouler respectivement en Amérique centrale avant de filer sous le soleil californien pour finir dans les plaines désertiques de Sonora.

    Le dessin peut rebuter de prime abord (notamment sur le tome 1), celui-ci va se bonifier au fil des albums, il en est de même pour les couleurs au départ assez sombres, qui vont s’éclaircir jusqu’à mettre en évidence les grandioses espaces mexicains.

    Le scénario est mené tambour battant et explore de nombreuses pistes (fraternité italienne, utopie socialiste française, clans de mineurs indépendantistes…) et déjoue ainsi nos attentes pour aller dans des directions inattendues. Cela en est à un tel point que l’on en oublie la quête vengeresse du héros au profil de l’histoire politique et de ses enjeux (cela tire cette BD de western au-dessus de la moyenne).
    Les personnages évoluent et ne manquent pas d’intérêt (Tortillard en tête) générant de l’empathie.

    Un bon western au postulat classique mais original par le cadre, le contexte et les personnages convoqués.

    BudGuy Le 23/06/2021 à 10:56:45

    Un des meilleurs réalisateurs de tout les temps a (enfin) le droit à sa bande-dessinée retraçant son incroyable parcours, de sa jeunesse à ses derniers instants.

    Le dessin est très sobre et en noir en blanc, ce qui est dommage au regard des films haut en couleur auxquels il a participé. Autre défaut, les personnages ont aussi tendance à parfois se ressembler apportant de la confusion au fil du récit.

    Pour le reste, c'est un régal pour tout amateur cinématographique ! Nous suivons le destin de ce réalisateur qui a participé à la nouvelle vague italienne de l'après-guerre, avec tout les acteurs, réalisateurs et scénaristes impliqués de près ou de loin (Pasolini, Bertolucci, Corbucci, Eastwood, Van Cleef, Coburn, Terence Hill, Morricone, Fonda, Cardinale, Bardot, Bronson…).
    Des anecdotes de tournage sont évoquées et apportent une autre lecture ou regard sur les films du maestro. Les auteurs ne sont pas tombés dans le piège de l'hagiographie et c'est tant mieux.

    Un bon album pour tout fan de Sergio Leone ou toute personne désireuse d'en connaître plus à son sujet.

    BudGuy Le 20/06/2021 à 18:53:16
    Conquêtes - Tome 7 - Tanami

    Les tomes de "Conquêtes se suivent et ne se ressemblent pas, certains se démarquent du lot et sont de solides divertissements (tome 1 et 2), tandis que d'autres sont truffés de défauts notables (dialogues très vulgaires, clichés, précipitation de l'intrigue afin de boucler sur un album…).
    Avec ce nouvel opus, je n'ai pas passé un mauvais moment, loin de là, en revanche cela m'a laissé une impression mitigée à bien des égards.

    Le début est bien prometteur et mystérieux à souhait (le thème de l'amnésie est bien amené et expliqué), les auteurs brouillant les pistes au sujet du narrateur et des personnages (qui est réellement qui ?). Les éclaircissements sont donnés au compte-goutte et entrecoupés de scènes de combat efficaces et sanglantes.
    Néanmoins, la conclusion m'a refroidi dans le sens où il y avait la promesse d'autres éléments scénaristiquement intéressants à explorer, malheureusement il y a un nombre limité de pages.
    J'ai également noté des références cinématographiques évidentes: Predators, la saga Terminator, Ironman et bien évidemment Space Killers.

    Dans ce volume, les auteurs se la jouent "justiciers féministes" avec la revanche de la femme violée envers son agresseur homme blanc hétérosexuel psychopathe (pléonasme !). En revanche pas un mot ou action au sujet de l'infidélité présentée, tout va bien à ce niveau-là… On n'oublie pas non plus le quota ethnique devenu obligatoire, puisqu'on est "progressiste" et politiquement correct.

    Les dessins restent dans la lignée des précédents opus et les planètes et environnements originaux sont bien restitués (il y a plusieurs doubles pages de belle facture).

    Un divertissement correct.

    BudGuy Le 20/06/2021 à 11:55:05
    Roger et ses humains - Tome 1 - Tome 1

    Une succession de scènes autour des soucis du quotidien des "geeks" et des histoires de couple, entrecoupées de gags faciles et peu drôles (c'est d'ailleurs à l'image des vidéos du youteubé scénariste de cet étron).
    Le dessin est moche et pas folichon (les personnages ont des yeux vides !?!), ce qui n'aide pas à tirer cette œuvre vers la haut mais au contraire à davantage la couler.

    Je n'attendais rien de cette BD mais je suis quand-même déçu.
    Direction la poubelle.

    BudGuy Le 18/06/2021 à 12:17:49

    "Pourquoi ne pas rêver d'un monde sans tyrans, sans chaînes, sans prisons ni bourreaux ?"

    C’est par ces belles paroles que nous est présenté Staline, pas encore leader suprême, mais déjà un fieffé hypocrite et prêt à toutes les bassesses pour arriver à ses fins. Ce dernier va manipuler un jeune soldat amoureux de l’une des filles de Nicolas II, Anastasia, tout en cherchant à provoquer la Révolution avec Lénine et d’autres agitateurs portés sur la violence et le sang.
    C’est d’ailleurs la couleur rouge qui va le plus ressortir de cette trilogie, rouge comme le sang de toutes les personnes qui vont être sacrifiés au nom d’intérêts politiques, rouge comme le symbole de cette idéologie mortifère.

    Je n’ai pas tellement accroché aux dessins et par l’absence d’encrage. Les scènes de combat sont trop brouillonnes, je comprends l’idée de présenter le chaos de ces évènements via le dessin et la mise en page, mais cela pose des problèmes de compréhension ou de lecture claire, la séquence d'exécution de la famille Romanov en est un bel exemple.

    Autrement, le scénario est prenant et synthétise bien des éléments et évènements (et il y en a eu durant cette période d’agitation !). Lénine est au départ présenté tel un homme proche et soucieux du peuple, chose qui sera vite évacuée pour nous montrer son vrai visage… Staline et Trotski ne sont d’ailleurs pas en reste et j’ai bien apprécié les quelques analyses politiques de Tatiana, l’une des filles du Tsar, qui résume la situation au détour d’un dialogue bien écrit.

    Les auteurs ont su habilement reprendre l’Histoire et la détourner afin de nous livrer une œuvre de bonne facture et pleine de rebondissements.

    BudGuy Le 16/06/2021 à 14:51:55
    Les ailes du singe - Tome 3 - Chicago

    'Les ailes du singe' est une trilogie relatant les mésaventures d'Harry Faulkner, un singe aviateur casse-cou toujours au mauvais endroit au mauvais moment, dans une Amérique anthropomorphique des années 30.

    Etienne Willem connaît son affaire puisqu'il nous délivre un joyeux cocktail mêlant action/acrobatie/humour/amour/gravité pour des dessins de très bonne facture avec un découpage efficace et serré.

    Il y a un côté 'Black Sad' avec tout d'abord l'aspect anthropomorphique évidemment, mais aussi avec la critique sociale de l'Amérique de la Prohibition (corruption, chantage, règlement de compte, ségrégation…).
    Néanmoins, l'œuvre se démarque de son illustre modèle de par ses personnages au caractère bien trempé et par la présence d'une légèreté par instant. Cela passe enfin par des dialogues bien écrits, teintés d'humour voire de doubles sens explicites. Pour autant, cela manque de développement de personnages et de profondeur par moment.

    Chaque tome recèle son lot de personnalités ayant réellement existé et adapté version animale (Théodore Roosevelt, Howard Hughes, Cecil B. Mille, Douglas Fairbanks, Al Capone…)

    Les trois tomes se suivent et il y a une touche de fantastique à partir du tome 2, bien plus présente dans le tome 3, ce qui s'est avéré inattendue.

    Une lecture très agréable.

    BudGuy Le 14/06/2021 à 10:26:11

    Le duo Hermann père et fils nous revient avec une nouvelle histoire ayant pour cadre une base russe en Antarctique dans les années 90.

    Le scénario lorgne du côté de "The Thing" de John Carpenter et mélange les paradoxes spatio-temporels avec des essais de bombes atomiques russes pour un résultat efficace mais en demi-teinte (la faute à un scénario qui va manquer de rebondissements).
    Si les vingt premières planches instaurent une ambiance glaçante et crédible, la suite va s'enchaîner de façon plus automatique jusqu'à cette fin digne des séries B voire Z d'il y a trente ans.
    La qualité des dessins d'Herman n'est plus à démontrer: les décors sont glaçants, les couleurs gris sombres sont en parfaite adéquation avec l'atmosphère anxiogène de l'endroit. De plus l'aurore boréale et les explosions atomiques sont magnifiquement mis en valeur via des doubles pages.
    La postface permet d'en apprendre plus autour des dits essais et de la genèse de ce projet.

    Un bon one-shot malgré quelques défauts.

    BudGuy Le 13/06/2021 à 21:15:19
    Time Lost - Tome 1 - Opération Rainbow 2

    Time Lost, c'est en quelque sorte un gros délire de "geek" qui s'assume complètement; d'ailleurs les auteurs ne mentent pas sur la marchandise puisque tout est présenté sur la couverture: place à l'action et au défoulement !

    Et le menu est largement copieux: des méchants nazis (pléonasme), des gentils soldats américains (re-pléonasme), des dinosaures, des jolies filles, des explosions, des méchas, de la violence et des fusillades pour un plat qui s'apparenterait à un gros burger de chez McDonalds dégoulinant de graisse par tout les pores.

    Les clichés sont foisons, la subtilité et la nuance aux abonnées absentes, les dialogues ne volent pas haut et c'est très convenu (pour l'originalité on repassera). Les références sont TRES appuyées lorgnant du côté de Jurassic Park, Jumanji, Avatar en passant même par les Village People !

    Khaled rend une copie correcte avec des visages et personnages réalistes, de plus les décors sont très beaux et immersifs, le tout est retouché numériquement pour un rendu honorable.

    A quand la suite de cette grosse tranche de rigolade ?

    BudGuy Le 12/06/2021 à 20:34:48
    Spirou et Fantasio - Tome 45 - Luna fatale

    Si je devais définir "Luna Fatale" vis à vis du reste des autres albums de Tome et Janry, c'est "Spirou à New York" mais en mieux !

    Retour à New York pour Spirou et Fantasio qui se retrouvent (de nouveau) mêlés aux rivalités entre triades chinoises et mafia sicilienne. Se retrouve aussi mêlée la fille de Don Cortizone, Luna, véritable dure-à-cuir mais également élégante demoiselle très intéressée par Spirou.

    Un opus qui ose des choses, joue sur le côté célibataire de nos deux héros et propose un cocktail d'action/humour/gravité bien dosé pour notre plus grand plaisir. Les auteurs prouvent que l'on peut prendre des personnages de jeunesse et les faire évoluer sur un terrain plus adulte sans les trahir ni les dénaturer. Les dessins sont très beaux et dynamiques pour une bonne intrigue.

    BudGuy Le 12/06/2021 à 14:37:33
    Spirou et Fantasio - Tome 46 - Machine qui rêve

    Tome et Janry signent leur dernier album consacré à Spirou et c'est un choc à différents niveaux tant c'est à la fois audacieux et déroutant.

    Il y a tout d'abord le choix esthétique de mettre un fond noir derrière les cases, cela instaure une ambiance oppressante et on sent que le récit va être plus sombre qu'à l'accoutumé. Le design des personnages est également plus "réaliste" que tout ce que les auteurs et leurs prédécesseurs avaient entrepris auparavant.
    Scénaristiquement, fini les aventures au quatre coin du globe, place à une histoire sérieuse qui flirte avec le polar noir et énervé. Les auteurs n'en oublient pas pour autant d'aborder des thématiques plus adultes et ancrées dans l'actualité (le clonage) et tentent une évolution relationnelle entre plusieurs personnages.
    Enfin cerise sur le gâteau: il y a un joli twist bien amené :)

    Un album de Spirou qui peut se lire en one-shot et qui est certainement un des meilleurs sortis à ce jour.

    BudGuy Le 11/06/2021 à 11:50:56

    C'est avec grand intérêt que je me suis plongé dans ce diptyque dont l'idée de départ était alléchante et prometteuse (un parasite tueur se retrouve au XIXe siècle à Londres via une machine à remontrer le temps).
    Le scénario promettait son lot de rebondissements et de paradoxes temporelles tout en jouant sur les différences d'époque et de mentalités, malheureusement rien ne s'est passé comme prévu :(

    Pour commencer, l'histoire a été scindée en deux tomes sortis quasiment en même temps, laissant peu de marge aux auteurs pour la finalisation (des décors ou les dessins de certains personnages). Le récit va également subir les affres du peu de temps imparti mais aussi de choix scénaristiques très DISCUTABLES.

    En effet, l'idée de mélanger les univers du XIXe, XXIe et XXVIe siècle n'est pas mauvaise en soi, encore eut-il fallu ne pas user de raccourcis scénaristiques et d'incohérences !
    Le récit s'emballe tel un moteur et accumule les rebondissements et l'action au détriment des paradoxes et autres problématiques temporelles habituelles associées au genre, ce qui est un choix que je peux admettre. Néanmoins, plus le récit avance, plus cela devient capillotracté à l'extrême !

    L'histoire va aussi accumuler pléthore de références à des œuvres cinématographiques préexistantes: Alien le huitième passager, le blob, The Thing (pour le chien aux yeux bleus).
    J'ai noté une assez bonne retranscription du Londres poisseux et brumeux de Jack l'Eventreur.

    Enfin, on a le droit à un tacle envers l'ancien président américain Donald Trump, c'est gratuit et totalement facile…

    On peut passer un bon moment de lecture si on met de côté les problématiques, mais je finirai par reprendre les termes de la critique du site au sujet du volume 2: "Promptement édité, hâtivement lu et prestement oublié, le diptyque n’entrera pas au panthéon des œuvres de la bande dessinée".

    BudGuy Le 10/06/2021 à 13:31:33
    Le mur - Tome 3 - Homo homini spes

    Cet avis prend en compte les trois albums de cette série.

    Mélange d'œuvres préexistantes (Mad Max, Walking Dead, Le labyrinthe), l'originalité n’est clairement pas la qualité première de cette trilogie.
    Les dessins sont esquissés tels des brouillons et délivrent un côté "sale" et rugueux à l'image du sujet abordé. De même que les couleurs ont des teintes orangées, grises sépias renforçant l'univers froid et aride de l'œuvre.
    Là où le premier volet lance une histoire post-apocalyptique à la Mad Max et réussit à maintenir le suspense, le deux part dans une direction inattendue plus vers de la science-fiction/transhumanisme. Le troisième opus est le plus rythmé et en même le temps le plus confus vu qu’il faut conclure et rapidement !
    Les séquences d'action sont brouillonnes à l'image du monde dépeint mais absolument pas agréable pour le lecteur ! Cela est trop découpé et finalement décousu pour être intéressant (il ne faut pas confondre vitesse et précipitation).

    Le prologue du tome 1 est intéressant et permet d'en apprendre plus sur les motivations de l'auteur d'origine, ainsi que son "pistonnage" auprès de la sœur de Vin Diesel afin de distribuer son œuvre.
    Les auteurs nous gratifient d'un beau discours très gentillet en filigrane au sujet des pauvres migrants qui traversent la Méditerranée afin de venir s’installer dans des pays tels que la France. De toute évidence, il manque des éléments ou des questions qui auraient pu apporter de la nuance vis-à-vis de cette thématique (Qui fait passer ces migrants ? Que deviennent-ils après être arrivés ? S’intègrent-ils de leur plein gré ? Quand est-il des terroristes qui passent via ces réseaux ?).

    L’œuvre globale est de facture correcte grâce au travail fourni par Mario Alberti. Ça se laisse lire mais c'est sans plus.

    BudGuy Le 09/06/2021 à 11:10:33

    N’étant pas un lecteur de comics, je n’ai pas pour habitude d’en lire ni d’en critiquer (à l’exception de « Gaijin Salamander »). Néanmoins, j’ai décidé de me plonger dans ce one-shot doté d’une histoire originale se situant dans un univers post-apocalyptique.

    Ce dernier puise ses influences chez Mad Max, Waterworld mais également chez Jules Vernes avec ces immenses forteresses « porte-avions » naviguant dans les nuages, afin d’échapper à la vie sur la terre ferme, synonyme de mort lente et douloureuse.

    Le dessin est très encré avec un côté « sale » et techniquement toujours bien découpé et en place. La pagination est importante (200 pages environ) et permet de lancer et conclure une histoire impliquant un clan de survivants armés face à un chef de guerre au motivation nihiliste. Que cela soit au niveau des séquences de combat avionique ou de combat en jetpack, les scènes d’action sont à la fois brutales, sanglantes, sales et majestueuses.

    Quelques éléments m’ont toutefois refroidi : la présence de quelques clichés bien américains et le fait que ce soit un one-shot ! Il y avait tant à développer sur cet univers, il est dommage que l’histoire se finisse aussi rapidement. Voyons le bon côté des choses, il y a au moins une fin et elle reste en adéquation avec son récit sans le trahir.

    Une très bonne bande-dessinée, offrant un courant d’air dans un milieu gangréné par les franchises super-héroïques interminables et interchangeables.

    BudGuy Le 08/06/2021 à 21:17:39

    Adaptation d'un roman de Julia Verlanger, "les décastés d'Orion" a pour objet l'incursion de personnages aux technologies futuristes sur une planète où les sociétés sont revenues à un système de castes, proche de celui du Moyen-Age.

    L’univers proposé était incroyablement prometteur, malheureusement, cela manque d’approfondissement des us et coutumes de ces colons, voire du système de castes tout court. De plus, l’intrigue avance TROP vite, on sent la volonté des auteurs ou la pression des éditeurs afin de boucler l’histoire le plus vite possible, d’où seulement la présence de deux tomes, là où il aurait pu y en avoir facilement trois !

    Les planches sont bien dessinées, les couleurs agréables et les personnages sont correctement esquissés.

    De la bonne science-fiction de série B, qui aurait mérité plus de pages et de développement par rapport à l’univers présenté, d’où mon sentiment mi-satisfait mi-déçu.

    BudGuy Le 08/06/2021 à 15:53:29

    Commencez par un dessin à tomber par terre, qui fait directement écho au courant impressionniste.
    Prenez une belle reconstitution du XIXe siècle et des références bien amenées.
    Ajoutez un scénario bien construit, plein de rebondissements et une fin incroyable avec son lot de révélations.
    Imaginez que cela soit raconté sur uniquement deux albums et vous obtenez une série de très grande qualité ni trop longue ni trop courte.
    Inutile d'en ajouter plus: jetez-vous dessus !

    BudGuy Le 08/06/2021 à 15:36:13
    Tango (Xavier/Matz) - Tome 5 - Le dernier condor

    Un tome plus sombre que les précédents, qui explore plus en détail le passé de Mario. C'est d'autant bien mené que les auteurs ont écrit un bon scénario qui mêle nos héros au passé peu joyeux de l'Argentine.
    La qualité visuelle est toujours présente et après quatre opus, les auteurs arrivent à ne pas tomber dans la répétition ni à provoquer une quelconque forme de lassitude.
    Autant dire que pour l'instant il n'y a pas eu de faux pas… de tango !

    BudGuy Le 08/06/2021 à 15:28:48
    Tango (Xavier/Matz) - Tome 4 - Quitte ou double à Quito

    Un quatrième opus toujours dans la lignée des précédents, avec de l'action qui est toujours percutante et bien dosée.
    Tango/Mario continuent d'aligner les problèmes malgré eux et révèlent un côté "robin des bois".
    Détail intéressant pour cet album: l'histoire se conclut sur la fin de quelques personnages.

    BudGuy Le 08/06/2021 à 15:23:35
    Tango (Xavier/Matz) - Tome 3 - À l'ombre du Panama

    Notre duo Tango/Mario se retrouve plongé dans une sombre histoire impliquant un ressortissant français un peu trop gentil pour être honnête, du côté du Panama.
    Comme toujours, les auteurs arrivent à alterner les séquences de dialogue, d'action, fusillades et de poursuites sans jamais lasser. Ils n'en oublient pas pour autant de continuer à développer le passé du duo principal.

    BudGuy Le 08/06/2021 à 15:18:15
    Tango (Xavier/Matz) - Tome 2 - Sable rouge

    Direction les Bahamas !
    On reprend les mêmes et on recommence (la surprise en moins).
    Les décors sont exotiques et paradisiaques à souhait. Le duo précédemment formé devient un trio bien bourrin et drôle le temps d'un album, où il y a un peu plus de légèreté.
    Ca se laisse lire comme on siroterait un verre de rhum à la plage sous un cocotier.

    BudGuy Le 08/06/2021 à 15:16:52
    Tango (Xavier/Matz) - Tome 1 - Un océan de pierre

    Le duo Matz/Xavier nous délivre un western moderne se déroulant au Chili avec des décors qui sont sublimes et bien colorés.
    Le scénario ménage son suspense et ses rebondissements au fil du récit, malgré quelques éléments cousus de fil blanc.
    il y a un côté Largo Winch qui n'est pas désagréable au niveau du personnage de Tango.
    Un premier opus très prometteur pour la suite.

    BudGuy Le 07/06/2021 à 14:33:41
    Labyrinthus - Tome 2 - La Machine

    Cet avis prend en considération les deux volumes.

    Nouvelle série de science-fiction scénarisée par le très productif Christophe Bec, "Labyrinthus" est un diptyque intéressant sur bien des points.

    Premièrement, la mise en place de l'histoire est carrée et le rythme est très bon: on ne perd pas de temps en fioriture, cela va à l'essentiel.
    En revanche là où l'efficacité est au rendez-vous l'originalité ne viendra que réellement dans le tome deux, la faute à un scénario en soi assez basique (pour résumer le postulat de départ, il s'agit d'une invasion extra-terrestre qui menace la Terre).

    Comme toujours avec Bec, les influences cinématographiques sont bien présentes (Cube, Sphère, Armageddon, Prometheus), d'ailleurs certaines têtes sont tirées d'acteurs connus (Morgan Freeman ou encore Dave Bautista par instant), voire de personnes réelles (Angela Merkel, Kim Jung Un ou le pape).
    Les dessins de Neaud sont solides et dimensionnés de telle sorte que l'on puisse nous mettre en évidence les variations d''échelle entre la Terre, les vaisseaux et Phobos. De plus, des doubles pages saisissantes et colorées viennent entrecouper les scènes de dialogue et/ou de révélations, on en prend plein la vue à ce niveau.

    La fin est inattendue et bonne pour une histoire qui est bouclée sur deux opus ! Autant dire que c'est un autre très bon point quand on connaît les interminables séries qui traînent dans la bibliographie de Bec.

    BudGuy Le 02/06/2021 à 17:46:48
    La venin - Tome 3 - Entrailles

    Après un premier tome intéressant et bien ficelé, un deuxième tome toujours bien mené, le troisième poursuit sur la même lancée avec toujours la même approche: nous suivons l'histoire principale axée sur la vengeance d'Emily, qui au fur et à mesure, l'amène à rencontrer divers personnages sur sa route, entrecoupée de séquences autour de sa très mouvementée jeunesse.
    Le procédé est bien dosé permettant un juste équilibre qui ne lasse pas, mais bien au contraire apporte encore plus d'intrigues ou de révélations au niveau du scénario.
    Les dessins d'Astier sont corrects et le découpage est astucieusement bien pensé pour alterner les séquences d'autres époques.

    Néanmoins, je dois émettre des réserves sur quelques points dans ce nouvel album. En effet l'accent est mis sur les inégalités sociales et "raciales" dans le sens où tel un collier de perles, l'auteur accumule les poncifs politiquement très orientés avec notamment:
    - Le cliché du méchant mâle blanc plein de concupiscence envers la noire, qui porte un long et gros cigare à la bouche pour en rajouter sans aucune subtilité
    - Le mot "patriarcat" qui est lâché gratuitement au détour d'un dialogue (correspondant à un des mots-clés du féminisme idéologique), c'est de l'opportunisme de bas étage
    - la revanche des opprimés/minorités

    C'est légèrement contrebalancé par "un peu" de nuances mais ce n'est pas assez pour faire passer la pilule justice socialo-féministo-correct. Déjà dans le tome précédent, la religion en prenait pour son grade et j'avais trouvé cela un peu facile et cliché.

    Reste un bon divertissement.

    BudGuy Le 01/06/2021 à 09:00:00

    Comme expliqué dans la préface, le scénariste Joe Haldeman est un ancien vétéran blessé au Viêt-Nam en 1968, qui est par la suite devenu écrivain et romancier de Science-Fiction. S'inspirant de son expérience sur le terrain, il en a tiré un livre: "la guerre éternelle" ou "the forever war", en VO. Cette œuvre a alors eu le droit à une adaptation en BD avec Marvano au dessin.

    Pour commencer, cette trilogie est toujours d'aussi bonne qualité malgré son âge (1988) tant scénaristiquement que graphiquement. La BD dresse la synthèse du parcours d'un soldat lambda entraîné et envoyé dans un conflit spatial dont personne ne connaît les ennemis et dont les enjeux géopolitiques échappent à beaucoup de monde. Ici le manichéisme n'existe pas, la frontière entre bien et mal est ténue, seuls les intérêts financiers et politiques priment au détriment de la morale et des vies humaines (comme pour toutes le guerres finalement).

    La guerre est présente dans toute son horreur dans le premier opus avec la scène de massacre des Taurans qui est glaçante et incroyable de par son découpage et sa précision, c'est violent et sans concession.
    La violence sera d'ailleurs présente tout au long de cette trilogie entrecoupée de thématiques futuristes intéressantes, telles que: la manipulation des informations, le retour des soldats au pays, les problèmes sociaux, le contrôle des masses par la censure, le contrôle des naissances via l'homosexualité, la création de soldats clonés..
    Le scénario est à la fois riche, palpitant et sans fioritures, par ailleurs j'ai bien aimé le fait que les gradés en prennent plein la figure en terme de dénonciation (lâcheté, déshumanisation, décisions absurdes et sans état d'âme).

    Les deux premiers opus se suivent bien, seul le troisième accélère les péripéties et le rythme afin de conclure, ce qui me fait penser qu'un opus de transition entre le tome 2 et 3 aurait peut-être été le bienvenue.

    "La guerre éternelle" est un sommet de la BD de Science-Fiction et mérite qu'on s'y attarde.

    BudGuy Le 21/05/2021 à 20:31:27

    Avec un postulat de départ digne des meilleures œuvres du théâtre de l'absurde, Turf se lâche avec au programme:
    - de l'humour absurde donc
    - des situations burlesques, ubuesques voire surréalistes
    - des jeux de mots
    - des personnages un peu tarés ou excentriques
    - des dialogues truculents
    - des références à tout va (Molière ou encore Tintin)

    Le dessin est incroyablement bien géré et original. Seule l'intrigue est un peu mince et manque de reliefs notamment dans le deuxième tome. Toujours dans ce dernier, le fond de l'histoire et la forme des cases entrent en symbiose ajoutant encore plus d'inattendu et d'originalité à cette œuvre.

    Un régal pour tout amateur de BD comique absurde et décalée.

    BudGuy Le 20/05/2021 à 11:00:33
    Nautilus - Tome 1 - Le théâtre des ombres

    Mathieu Mariolle (coscénariste de l'excellent 'Blue Note') nous revient en compagnie d'un dessinateur (Guénaël Grabowski) dont c'est la première BD visiblement, et nous plongent dans une histoire située au début du XIXe siècle en Inde, où une guerre secrète entre espions russes et anglais fait rage pouvant à tout moment dégénérer vers une guerre ouverte entre les deux puissances.
    C'est dans ce contexte géopolitique tendu que nous suivons les traces Kimball O'Hara, agent secret au services des Anglais, qui va se retrouver piégé et traqué. Son seul espoir réside en la personne du Capitaine Nemo, détenu dans une forteresse prison russe.

    Beaucoup de choses à dire sur cette œuvre et le moins que l'on puisse dire c'est que c'est bien mené et sans temps mort !
    La traque d'O'hara est remplie de rebondissements et d'actions, d'ailleurs j'ai noté de grosses références bien appuyées au film "Le Fugitif" d'Andrew Davis de 1993:
    - Une scène où Harrison Ford est poursuivi par Tommy Lee Jones et saute du haut d'un barrage pour lui échapper est exactement la même que dans la BD sauf que le héros saute d'un train pour finir au fond d'un ravin
    - Les deux héros sont traqués par un marshal/agent opiniâtre tout au long de l'histoire.
    - Hasard amusant: le héros se prénomme Kimball O'hara tandis que le personnage d'Harrison Ford se prénommait Richard… Kimball !

    Le passage dans la prison est mené avec suspense et intérêt, chacun cherchant à tirer son épingle du jeu pour s'en sortir au mieux.
    J'ai quand même noté quelques passages et transitions un peu trop rapides et scénaristiquement peu clairs (à deux/trois instants mais rien de vraiment très choquant).

    Enfin, soyons clair: le Nautilus n'apparaît que sur deux planches (en début et fin), il faudra donc attendre le prochain tome pour le voir véritablement en action, d'où une légère déception.
    Les dessins et les couleurs sont au top et rendent honneur aux œuvres respectives de Vernes et Kipling.

    Un bon album de mise en place, en espérant que la suite nous embarque pour de bon sur le Nautilus.

    BudGuy Le 16/05/2021 à 14:41:16

    'La foire aux monstres' ou 'Freak show' en version originale nous plonge dans une sombre histoire de monstres de foire donc, qui est à la fois glauque et sordide.

    Commençons par le dessin de Wrightson qui réussit parfaitement à restituer tout ces corps difformes et peu enviables, son trait permet de jouer sur le clair/obscur et les effets d'ombre afin de faire ressortir toute l'horreur et la terreur à la vue de ces monstres. Il y a un aspect conte gothique qui se dégage tant au niveau narratif que visuel, chose que n'aurait pas renié un certain Tim Burton.
    Cela a pris un petit coup de vieux à certains moments mais cela reste toujours aussi effrayant malgré son âge (1984 quand même).

    Au niveau du scénario, le suspense est bien tenu jusqu'à la scène finale glaçante. Nous avons le droit à l'opposition très classique du personnage laid physiquement mais bon intérieurement face à l'homme laid intérieurement, qui finalement est le vrai monstre de l'histoire; cette thématique est exactement la même que dans d'autres œuvres du genre (de "Freaks la monstrueuse parade" à "Elephant man" en passant par 'le Labyrinthe de Pan').

    Ce one-shot d'environ 50 pages est suffisant pour le sujet qu'il aborde, et je le précise bien: ce n'est clairement pas destiné aux enfants.
    J'ai bien vu les qualités de cette BD, mais n'étant pas un fan d'histoire gothico-sordide, je n'ai pas été plus emballé que ça.

    A réserver aux amateurs du genre.

    BudGuy Le 15/05/2021 à 20:53:06
    West Legends - Tome 3 - Sitting Bull, Home of the Braves

    Après Wyat Earp et Billy The Kid, voici Sitting Bull qui a le droit à son album one-shot.

    Cet opus est particulièrement bien mené et très bien écrit avec un subtil mélange entre violence, gore, fusillades et rebondissements. Le contexte géopolitique amérindien est bien posé et le lecteur est bien tenu en haleine sur une bonne partie de l'album avant les explications et la résolution.
    Le sang gicle par hectolitre pour une histoire où Sitting Bull est mis à l'honneur pour ses qualités de stratège, guerrier ou tout simplement visionnaire. Il forme un duo peu plausible mais intéressant en compagnie d'un ancien sudiste.
    Je trouve que le dessin est plus graphique, plus agréable et mieux géré au niveau du découpage que les deux volets précédents de la série West Legends.

    De loin, le meilleur opus de cette série pour le moment.

    BudGuy Le 08/05/2021 à 14:17:05

    Voici une BD dont je n'attendais pas grand chose, mais qui au final est plus riche qu'elle n'y paraît.
    Le postulant de départ n'est pas très original, il faut l'admettre, néanmoins le scénario s'avère plus intéressant, et ce jusqu'à cette conclusion inattendue et amorale à souhait.
    Les paysages représentant le bayou sont bien retranscrits: c'est sombre, plein de verdure, d'alligators et on ressent la moiteur de l'environnement.
    N'en déplaise à certains, la comparaison entre le gardien de prison et JM Lepen est très grossière et hors-propos.
    Un très bon one-shot.

    BudGuy Le 30/04/2021 à 10:39:14
    Julie Doohan - Tome 2 - Wild mustang saloon

    Suite des aventures de Julie Doohan qui se déroule chronologiquement quatre ans après le premier opus, on reprend les mêmes ingrédients et on recommence.

    Julie Doohan a toujours son caractère bien trempé et est plus revancharde que jamais, pour un opus où les règlements de compte et la violence sont omniprésents toutes les deux planches.

    De nouveaux personnages sont introduits (le pianiste, la chanteuse Lollybelle) et l'ambiance est résolument tournée vers le western avec notamment le saloon qui donne le titre de l'album. Cet aspect western apporte une plus value à l'histoire (très codifiée il est vrai) et tente le mélange des genres, chose qui me pousse à mettre une note correcte.

    Le rendu est toujours bien soigné et c'est divertissant.

    BudGuy Le 25/04/2021 à 20:45:46

    Ingrid Chabbert le précise dans la préface : Larkia est ouvertement inspirée du personnage de Furiosa de ‘Mad Max Fury Road’ et les références au film sont parfaitement assumées.

    Certains visuels sont très beaux et inspirés de Mad Max donc, mais aussi de ‘The Walking Dead’. Larkia est effectivement une dure à cuire à qui on ne l’a fait pas et qui sait manier le couteau, elle est aussi le seul personnage à avoir du développement et du charisme, j’ajouterai également que le côté punk de l’héroïne lorgne du côté de ‘Tank Girl’.

    Malgré les éléments suscités, les défauts sont légions:
    - Histoire post-apocalyptique où le contexte n'est pas clairement bien posé
    - Des raccourcis scénaristiques et séquences capillotractées à la truelle (Depuis quand sait elle conduire un hélicoptère ? et en plus dans cet état ?!)
    - Quelques bonnes idées scénaristiques sous-exploitées ou balayées vite fait
    - Le dessin ne m'a pas particulièrement marqué
    - Une histoire qui est expédiée en un seul tome

    C'est au final très moyen. Aussi vite lu, aussi vite oublié.

    BudGuy Le 25/04/2021 à 17:48:53

    Voilà une bonne BD de science-fiction qui devrait satisfaire les amateurs du genre et autres lecteurs cherchant du divertissement.

    L'histoire démarre au quart de tour avec un début alléchant et mystérieux à souhait, puis les auteurs réussissent à maintenir l'intérêt jusqu'à la dernière page. D'ailleurs, le scénario pose de bonnes questions sur le libre arbitre ou tout simplement l'humanité.

    En revanche là où je suis plus sceptique porte principalement sur le scénario qui aurait pu être encore plus développé. Certains passages vont trop vite et auraient mérité plus de d'exploration. Autre point décevant, les personnages manquent de personnalité et de profondeur.

    Heureusement, les décors et couleurs sont superbes et nous immergent bien sur cette île très mystérieuse et les dessins sont corrects.

    BudGuy Le 23/04/2021 à 22:00:03
    Les contes ordinaires d'Ersin Karabulut - Tome 2 - Jusqu'ici tout allait bien...

    Après les "contes ordinaire d'une société résignée", Ersin Karabulut revient avec une suite au vitriol tout aussi décapante que le premier opus.

    Nous suivons donc, à nouveau, différentes histoires indépendantes et réparties sur plusieurs planches qui dépeignent l'absurdité et les dysfonctionnements de nos sociétés occidentales (les réseaux sociaux, les couples, le sexe, l'éducation…). C'est tantôt étrange, ubuesque, vulgaire, violent, gore, caricaturé à l'extrême, fantastique mais surtout noir à souhait !

    Le dessin est très particulier et renforce encore plus le côté malsain/étrange des situations évoquées pour un rendu fourmillant de détails en arrière plan de chaque case. Ces corps déformés, ces étrangetés m'ont rappelé des œuvres cinématographiques d'auteurs tels que Lynch, Cronenberg voire Dali par instant.

    Néanmoins, qu'est-ce qui bloque ?
    L'une des histoires du deuxième opus ('le monde d'Ali') illustre parfaitement le problème du discours de l'auteur avec un cruel manque de nuance et de subtilité (les conservateurs sont tous méchants, les autres gentils !). A certains moments, les chutes d'histoire ne sont pas formidables, la dénonciation de l'auteur y est parfois appuyée de façon pachydermique, quant parfois elle est obscure.
    S'il n'y avait pas eu ce message politique surligné au Stabilo rose fluo et ce manque de clarté, cette BD se serait hissée vers le haut du panier des œuvres contestataires, mission à moitié remplie.

    Dans la lignée des idées noires de Franquin, les contes ordinaires d'Ersin Karabulut se laissent lire si on accepte de se plonger dans des histoires à caractère anticonformiste et que l'on apprécie l'humour noir.
    A ne pas mettre entre toutes les mains.

    BudGuy Le 18/04/2021 à 20:12:55
    Hard rescue - Tome 1 - La baie de l'artefact

    "Une équipe de mercenaires envoyée en Antarctique pour retrouver un artefact, convoité par le gouvernement américain".
    Voici le postulat de départ de cette BD et cela résume beaucoup de choses: c'est le genre de BD qui sent bon la sueur, la testostérone et la poudre; la subtilité restant au vestiaire pour laisser sa place à l'action et aux explosions !

    Le début est un peu long à se mettre en place mais une fois lancé, le récit prend sa vitesse de croisière et on suit les péripéties de ce groupe de mercenaires jusqu'à un "cliffhanger".
    Certains personnages sont un peu mieux développés que d'autres, même si cela reste assez basique, il faut le mentionner.

    Cela se laisse lire sans être désagréable, d'autant que la suite et fin est prévue pour le tome 2.
    Une bonne grosse série B.

    BudGuy Le 18/04/2021 à 13:37:29
    Europa - Tome 1 - La Lune de glace

    Léo et Rodolphe sont de retour ! Ils sont épaulés de Janjetov comme dessinateur et vont tenter de nous raconter une histoire futuriste comme ils avaient pu le faire avec "Centaurus".

    Ce premier opus lance l'histoire, sans perdre trop de temps en présentation, et nous propulse sur l'une des lunes de Jupiter à savoir Europa, en compagnie de l'héroïne Suzanne et d'une équipe de spécialistes, afin d'enquêter sur des évènements étranges qui s'y sont déroulés.
    On ne change pas une recette qui fonctionne, les ingrédients de Léo et Rodolphe sont de nouveau les mêmes:
    - Voyages stellaires
    - Planète avec environnement plus ou moins hostile
    - Personnages aux caractères bien trempés
    - Bestiaire inédit
    - Mystère et suspense

    La nouveauté réside dans l'ajout d'une dimension religieuse. En effet nous suivons, en parallèle du voyage vers Europa, une enquête menée par la police au sujet d'un meurtre ayant eu lieu à Rome et visiblement lié à une sombre organisation de fanatiques religieux (chrétiens forcément puisque toutes les autres religions sont blanches comme neige, c'est bien connu…).

    En tant que telle, l'histoire se suit bien et donne envie de lire la suite, en espérant que cela ne finisse pas en pétard mouillé (avec trop de bons sentiments ou trop de politiquement correct par exemple).

    BudGuy Le 18/04/2021 à 10:16:10
    Mort d'un banquier - Tome 2 - La mort est gratuite

    Affirmer que cette œuvre est originale, inattendue est un doux euphémisme tant elle accumule les qualités.

    L'auteur suisse Matthias Gnehm nous livre une fable qui étrille le capitalisme et ses excès, sans omettre une critique du monde des banquiers et de la finance.
    Le scénario est au cordeau et manipule le "héros" et le lecteur à souhait jusqu'à ce dénouement tant machiavélique que cathartique.
    Le design des personnages est assez particulier et cette étrangeté est mis en exergue par le dessin qui est intégralement crayonné.

    Ce diptyque est l'exemple parfait de la bande-dessinée d'auteur qui est excellente mais injustement méconnue. Un conseil, jetez-vous dessus !!!

    BudGuy Le 17/04/2021 à 15:46:03

    Gaijin Salamander ou Cold blood samurai en VO est un comics réalisé par des auteurs italiens se déroulant dans un Japon anthropomorphique au XVIIIe siècle. L'édition française réunit les six chapitres en un one-shot.

    L'histoire suit le parcours d'une salamandre "gaijin" (terme très familier signifiant "étranger" en japonais), qui va apprendre et suivre la voie du samouraï ou "bushido", tout en participant à une lutte face aux envahisseurs occidentaux (incarnés par des lézards, tandis que les samouraïs et autres japonais sont représentés par des batraciens).

    Commençons par le dessin et les couleurs: le résultat est solide et coloré.
    En effet, les auteurs se sont amusés à alterner dessins de représentation d'histoires anciennes tels des estampes, dessins jouant sur le clair/obscur, cases de transition avec des cerisiers en fleur… L'encrage est particulièrement très marqué afin de jouer sur les nuances clair/obscur et autres jeux d'ombres. On notera la présence d'onomatopées japonaises pour les bruitages empruntées au manga ^^

    Scénaristiquement, le schéma narratif est classique: nous suivons les pérégrinations du héros sans nom, tout en alternant, avec des flashbacks relatant son cheminement, ses motivations, ses doutes, sa tristesse…
    Le contexte géopolitique est bien exposé dès le début de l'histoire et prend de l'ampleur tout du long jusqu'à ce final qui aurait pu être plus sanglant à mon avis.

    Certains choix d'animaux m'ont paru étranges. En effet, pourquoi des crabes comme bandits ? pourquoi avoir choisi des batraciens et pas des chats par exemple ? pourquoi les fourmis sont utilisés comme montures ?... Autre défaut: certaines têtes ressemblent à celles des tortues ninjas.

    En conclusion: une œuvre qui ne réinvente pas la poudre mais qui l'utilise de façon efficace avec le respect des codes du chambara.

    BudGuy Le 16/04/2021 à 09:50:05
    Le ministère secret - Tome 1 - Héros de la république

    Imaginer Hollande et Sarkozy comme barbouzes à la botte des services secrets français est la seule bonne idée de cette BD.
    Pour le reste, des références à foison à tous les niveaux et quelques lignes de dialogues qui m'ont fait (un peu) sourire, pour un dessin très moyen et un scénario sans queue ni tête, accumulant les raccourcis et facilités scénaristiques en tout genre.
    Le résultat est très médiocre et justifie cette note.

    BudGuy Le 15/04/2021 à 14:00:06
    Chanbara - Tome 2 - les fleurs du massacre

    Ce deuxième opus n'a rien à voir avec le premier au niveau de l'histoire, seul le personnage d'Ichi est de nouveau présent et il est d'ailleurs relégué au second plan.

    Comme pour le premier, le scénario est classique et suit le parcours d'une dame qui veut se venger. Les références sont à chercher du côté de "Lady Snow Blood" et comme dans ce manga, c'est graphiquement violent et on ne lésine pas sur l'hémoglobine !

    Le dessin est les décors sont du même niveau que le premier volet, néanmoins j'ai trouvé l'histoire un peu en-dessous et me suis senti moins impliqué.

    BudGuy Le 15/04/2021 à 13:52:14
    Chanbara - Tome 1 - La rédemption du samouraï

    Hommage aux films de Jidai-kegi d'Akira Kurosawa et autres chambara de Kenji Misumi, cette œuvre en deux tomes indépendants est signée de la main d'auteurs italiens.

    Tout les codes et archétypes inhérents au genre sont présents (le ronin, le jeune idéaliste, le groupe de brigands...) et le scénario aligne les poncifs tels des perles, jusqu'à ce final sanglant et violent, clin d'œil évident aux "Sept Samouraï" bien sûr.
    Le dessin de Recchioni est bon et certaines cases ont été réalisées de telles sorte que l'on a l'impression de faire face à des estampes.
    Dernier clin d'œil: le personnage d'Ichi est bien évidemment une référence à... Zatoïchi !

    Un premier opus qui se laisse lire.

    BudGuy Le 14/04/2021 à 13:22:40
    Catamount - Tome 4 - la rédemption de Catamount

    A l'occasion de la sortie du quatrième opus, j'en ai profité pour relire les trois opus préexistants.
    Catamount, qu'est-ce ça vaut comme BD de western ?

    Commençons par l'aspect graphique: le dessin est correct et nous permet d'apprécier les vastes territoires sauvages et arides typiques de l'ouest américain, avant de nous plonger dans les froids hivers montagneux de certaines régions amérindiennes. L'encrage et les couleurs sont de bonne facture.
    J'ai noté la présence de double-pages absolument incroyables et saisissantes de par leur sauvagerie et de la violence qu'elles véhiculent; à ce propos dans le troisième opus, nous assistons à un "remake" de bataille de Little Big Horn dans toute sa splendeur (et son horreur).

    L'histoire suit la jeunesse et l'évolution du personnage de Catamount qui va passer par différentes étapes narratives très douloureuses. Le tout va être entrecoupé de fusillades aussi violentes que gores, puisqu'en effet ces dernières font toujours gicler le sang de façon très appuyée, ce que n'aurait pas renié un certain Quentin Tarantino.

    De mon point de vue, le plus gros défaut concerne les dialogues: certains sont basiques voire convenues, quand cela ne tombe pas dans la vulgarité la plus crasse :(
    Autre défaut, le politiquement correct instauré dans le tome 2 et 3. D'un côté les méchants blancs racistes esclavagistes (soldats, cavalerie, bandits), de l'autre les gentils racisés qui vont se venger (indiens, gitans), ce n'est pas subtil pour un iota.

    Pour info, le premier opus peut se lire en one-shot, ce qui n'est pas le cas des deux opus suivants. Le quatrième et dernier opus à ce jour peut se lire à part sans en avoir lu un seul.

    Catamount est un western très classique dans son approche, efficace et bien troussé mais plombé de défauts.

    BudGuy Le 10/04/2021 à 12:00:00
    Elecboy - Tome 1 - Naissance

    Jaounen le mentionne avant les remerciements d'usage, il a mis dix-huit ans pour accoucher de cette œuvre, et effectivement la passion et le travail transpirent sur chaque page de cet album.

    Le dessin est très beau et léché avec un bon dosage des couleurs: les paysages de cette terre futuriste sont à tomber (on sent qu'il y a du Mad max Fury Road derrière).
    Concernant l'aspect visuel donc, il n'y a pas grand chose à reprocher tant le rendu est très bon, à l'exception de quelques cadrages discutables.

    En revanche, le scénario est un peu plus problématique.
    Nous suivons un groupe d'humains cherchant à survivre dans un futur post-apocalyptique, dont le contrôle est géré via un système de castes par des amérindiens un peu revanchards envers les blancs.
    Malgré ce postulat intéressant, l'histoire est par moment assez brouillonne, c'est un mélange d'influences diverses (Mad Max, robots tueurs, fantastique…). Je sens bien que l'auteur a eu envie de composer un univers touchant à différents domaines mais il aurait fallu garder un peu de mystère pour l'opus suivant et peut-être en faire moins !
    Par exemple le méchant suprême ressemble à Zeus et contrôle des robots à partir d'un "temple" grecque situé dans une station spatiale en orbite autour de la Terre, kamoulox !

    Certains éléments sont peu clairs pour l'instant au niveau enjeu (le début, quel est son lien avec l'histoire actuel ?). D'ailleurs la couverture n'est pas présente dans les dessins de cet album :(
    Pour finir certains personnages sont clichés et mériteraient plus de nuances. Je précise enfin qu'il y a de l'émotion qui se dégage à certains moments clés et c'est toujours bienvenue.

    Reste à voir ce que donnera la suite.

    BudGuy Le 09/04/2021 à 13:19:31

    Cette suite one-shot se déroulant vingt ans après la série Chinaman, est un régal pour tout fan de la première heure ou tout fan de western.

    Le dessin de TaDuc s'est encore amélioré et atteint ici son paroxysme. Le scénario de Le Tendre est bien ficelé, doté d'une solide intrigue et de bons personnages.
    La fusillade sous l'orage est saisissante et bien gérée niveau découpage. Les couleurs et l'encrage sont de très bonne facture.
    Chen Long a toujours la classe malgré les années passées, et c'est en quelque sorte son chant du cygne.

    Un très bon western, une très bonne conclusion à Chinaman, un chef d'œuvre tout simplement. Bravo aux auteurs !

    BudGuy Le 09/04/2021 à 10:47:26
    Jeremiah - Tome 38 - Tu piges ?

    Oh misère, c'était très mauvais…

    Le "scénario" est semblable à ceux des productions Luc Besson, à savoir qu'il tient sur un morceau de papier toilette (Jeremiah et Kurdy protègent une femme à moitié folle contre des méchants qui en veulent à ses émeraudes).
    Une grosse partie de l'action se déroule dans un quartier sombre et brumeux où spatialement, narrativement et niveau action, il n'y a absolument aucun sens.
    Les dialogues ne volent pas haut et on assiste aux jérémiades (mdr) de la demoiselle en détresse plus insupportable qu'autre chose.
    Jeremiah est devenu monolithique et tueur sans état d'âme, pendant que Kurdy fait son Kurdy.

    Finalement je peux répondre à la question du titre "tu piges ?": Oui, j'ai pigé qu'il fallait arrêter cette série !!!

    BudGuy Le 04/04/2021 à 14:40:30
    On Mars_ - Tome 3 - Ceux qui restent

    Suite et fin de cette série et, comme dit dans un avis précédemment, c'est une tuerie (dans tout les sens du terme !).

    Le dessin de Grun (Metronom') est toujours excellent, les couleurs et filtres permettent une immersion totale au cœur de l'action, le découpage est au service d'un récit dynamique qui ne va pas traîner en chemin.
    Car en effet, ce dernier opus enchaîne les phases de combat, d'action et de violence, où toutes les forces en présence vont en prendre plein la figure, et ce jusqu'à cet épilogue totalement surprenant.
    Pour dire les choses: cela a été tellement prenant que je ne me suis pas arrêté avant de connaître la fin de cette histoire !

    En résumé, 'On mars' est excellent ! Jetez-vous dessus si vous cherchez de la bonne BD de science-fiction.

    BudGuy Le 04/04/2021 à 13:40:20
    Barbe-Rouge (Les nouvelles aventures de) - Tome 1 - Pendu haut et court !

    Je rejoins les avis précédents: une très bonne reprise d'une BD culte !
    Le scénario ressemble à du Charlier de la grande époque, le dessin est beau, le découpage efficace. Plusieurs références à certains titres de la série mère sont évoquées sans pour autant gêner l'intrigue ou le lecteur.
    Vivement la suite !

    BudGuy Le 03/04/2021 à 18:18:39
    Yojimbot - Tome 1 - Acte 1 - Silence métallique

    Après les batraciens samouraï de 'Gaijin Salamander', voici les robots samouraï de 'Yojimbot' (jeu de mot sur 'Yojimbo' signifiant garde du corps et 'bot' pour robot).

    Nous avons ici une œuvre qui rend donc hommage aux samouraïs en reprenant les codes inhérents au Japon médiéval et les appliquant à des robots, dans un monde post-apocalyptique. Il faut aussi ajouter, d'autre part, que l'auteur s'est inspiré de l'esthétique visuelle des mangas, pour un très beau rendu au final.

    Le nombre de pages est conséquent pour une œuvre qui est dotée d'un univers riche et très colorée. Le scénario n'est pas avare en action, émotion et rebondissements, même s'il est très codifié par les différents genres qu'il convoque, la greffe prend bien et le tempo va crescendo pour aboutir à un final tonitruant.