Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les avis de - Au Fil des Plumes

Visualiser les 223 avis postés dans la bedetheque
    Au Fil des Plumes Le 05/09/2021 à 12:19:00

    Maintenant, rentrons dans le vif du sujet. Je pense qu'il faut avant tout prévenir que ce comics s'adresse à un public averti car il est plutôt violent. Le lecteur se retrouve plongé dans le SPI (Service Postal Intergalactique) dans lequel les employés n'hésite pas à se tirer dans les pattes pour livrer les colis. En effet, chaque colis a une valeur différente et si les facteurs veulent pouvoir gagner de l'argent, ils doivent s'arracher les colis des mains (et aussi quelques membres au passage). 

    Le comics est vraiment bien construit car dès les premières pages, la situation nous est présentée. Le lecteur comprend très vite que tout peut très vite partir en cacahuète et c'est d'ailleurs ce qu'il va se passer. Entre lutte des egos, complots en entreprise, alliances et trahisons, le scénario ne nous permet pas de nous ennuyer. Les rebondissements sont nombreux et l'ensemble se déroule à un rythme effréné.

    Les personnages sont nombreux mais chaque chapitre met en avant l'un d'entre eux, ce qui permet de mieux les connaître. J'ai vraiment apprécié cette construction qui permet ainsi à chaque protagoniste de s'exprimer pleinement. Chaque personnage a son propre caractère et sa spécificité ce qui est vraiment agréable.

    Esthétiquement, j'ai trouvé l'ensemble très chargé. Les pages fourmillent de détails et de couleurs. Les couleurs sont très tranchées et les traits vraiment nets et noirs. Les codes du comics sont respectés mais j'aurai néanmoins espéré un ensemble un peu plus aéré.

    Bref, si vous aimez les récits musclés, Space Bastards est pour vous!

    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 30/08/2021 à 13:16:21
    Les carnets de l'apothicaire - Tome 1 - Vol. 1

    Bienvenue dans le quartier des femmes en pleine cité impériale! Avec ce manga, le dépaysement est garanti. Nous suivons donc Mao Mao qui est une jeune femme qui travaillait dans le quartier des plaisirs et s'est faite enlever pour aller travailler dans le quartier des femmes. On découvre donc sa vie dans ce palais aux décors sublimes. Anciennement au service d'un apothicaire, Mao Mao va se démarquer et être promue.

    J'ai adoré ce scénario qui est inspiré d'un roman de Natsu Hyuga qui a connu un vrai succès au Japon. Le premier volume pose parfaitement l'intrigue de fond et installe cette atmosphère si spécifique à ce manga. Ce tome un nous livre de beaux rebondissements et nous présente des personnages qui seront présents dans les futurs volumes. Des pointes d'humour jalonnent le récit ce qui rend l'ensemble d'autant plus agréable.

    Mao Mao qui est le personnage principal est une protagoniste très intéressante. On la découvre ainsi qu'un pan de son passé. Cette jeune fille a un fort tempérament et a une intelligence d'une réelle finesse.  Très attachante, son caractère affirmé a su me séduire dès les premières pages.

    L'esthétique est très caractéristique des mangas. Les personnages sont élancés. Leurs traits sont fins. Les yeux sont très expressifs. J'ai particulièrement apprécié le travail de l'illustrateur sur les cheveux, les détails des tenus et des décors. Le quartier des femmes de la cité impériale nous apparaît merveilleux. Bien que l'esthétique soit en noir et blanc, les illustrations ne nous laissent aucun doute sur la splendeur des lieux. J'ai également particulièrement apprécié les drapées des tenus. On découvre alors une multitude de tissus plus riches les uns que les autres.

    Bref, Les Carnets de l'Apothicaire est un véritable enchantement tant pour son récit que pour ses illustrations. C'est un dépaysement délicieux.

    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 29/08/2021 à 16:17:35
    The killer Inside - Tome 1 - Volume 1

    Si vous me suivez depuis un petit moment sur ce blog, vous devez connaître mon attirance pour les récits noirs et parfois un peu tordus. Je l'avoue, entre la couverture, le titre et le résumé, j'avais très peu de chance d'être déçue.

    D'emblée, le lecteur est confronté au personnage de Eiji, qu'il découvre comme un pauvre empoté. Dès les premières pages, je me suis attachée à cet héros timide, maladroit et quelque peu obsédé. Une fois le personnage installé, très vite, tout bascule. En effet, Eiji se réveille à côté de la plus belle fille de la fac mais n'a aucun souvenir de ce qui a bien pu se passer. Ainsi, il découvre que pas moins de deux jours lui ont complètement échappé. 

    Il n'en fallait pas plus pour lancer une intrigue qui tout au long de ce volume 1, va gagner en intensité. Ainsi, Eiji aux apparences si banales va finalement devenir mystérieux en dévoilant son terrible secret! Il est le fils d'un terrible serial killer. Mais le proverbe "tel père, tel fils" va t'il avoir lieu d'être dans ce manga? Et bien, toute la question est là!

    Ce premier tome instaure donc une bonne base qui se déroulera en 11 tomes. Au fil de la lecture, le récit gagne en intensité pour nous laisser avec une fin qui nous tient tout simplement en haleine, appelant désespérément la lecture du tome suivant.

    D'un point de vue esthétique, nous retrouvons tous les codes du manga. Ainsi, les personnages ont de grands yeux, des traits fins et délicats. Certaines vignettes sont très sexualisées et d'autres très violentes. Ce n'est donc pas à mettre entre toutes les mains! J'ai trouvé en revanche que certaines planches manquaient un peu de finesse, ce que j'ai trouvé dommage.

    The Killer Inside est donc un manga qui se déroule sur un rythme haletant et donne envie de savoir la suite.

    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 21/08/2021 à 11:44:06

    Je me suis donc plongée dans cette lecture sans en connaître réellement  le propos. Grosso modo, je suis partie à l'aventure, la fleur au fusil, en espérant être surprise de mon choix. Dès les premières pages, le ton est donné. Nous voilà dans les années 30, Violette Nozière, une jeune femme, vit une vie dissolue. Courant les amants, mentant à ses parents, la jeune femme n'a pas froid aux yeux. Malgré la syphilis, elle continue à voguer de lit en lit. Mais lorsqu'elle tombe amoureuse, elle n'hésite devant rien pour satisfaire son amoureux. Elle ira même jusqu'à envisager le pire.

    Eddy Simon nous narre donc l'histoire de cette terrible femme. Très vite, il nous montre la noirceur de sa personnalité, ainsi que son fonctionnement. Le lecteur se retrouve alors dans les coulisses de toutes ses combines. On voit l'envers du décor, le pourri sous le vernis. Savamment racontée, l'intrigue est addictive. L'ensemble monte en puissance au fil de la lecture, jusqu'au moment du procès. La fin a su me surprendre car Violette a beaucoup changé entre le début et la fin du récit.

    Il faut dire que Violette Nozière est vraiment fascinante. Cette jeune femme au rouge à lèvres provocateur, attire les regards. Ses grands yeux séduisent quiconque la regarde et sa personnalité machiavélique a su prendre dans sa toile de nombreux hommes. Mais, suite à son procès, son comportement change. Elle gagne en humilité et en sagesse. Son évolution est impressionnante! 

    La fin de la BD propose un dossier avec des photos du procès. J'ai trouvé que cela donnait une autre dimension au scénario. Tout à coup, tout devient réel, palpable. Elle se tient là devant nous, plus présente que jamais. Cet ajout est donc très pertinent.

    D'un point de vue esthétique, j'avais été emballée par la couverture et le contenu ne m'a aucunement déçu. L'esthétique est sublime. Camille Benyamina transforme Violette en une créature envoûtante. L'ensemble nous apparaît dans des nuances sépias qui collent parfaitement avec les années 30. Il y a pleins de petits détails dans les vignettes. Le travail est soigné et poétique. Les choix esthétique de l'illustratrice permettent de créer une ambiance vraiment particulière.

    J'ai donc vraiment apprécié cette incursion dans la vie de Violette Nozière. J'ai été séduite tant par le scénario que par l'esprit graphique de cette BD envoûtante.

    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 17/08/2021 à 10:22:28
    Irena - Tome 5 - La vie après

    La série Irena qui est composée de cinq tomes, nous plonge tout droit dans les horreurs de la Seconde Guerre Mondiale. Nous y découvrons une jeune femme, Irena Sendlerowa qui n'aura de cesse de se battre pour sauver des vies. Ainsi, grâce à son courage et sa force de caractère, Irena va faire sortir des enfants du ghetto de Varsovie. Résistante et profondément humaine, Irena est une véritable héroïne. Bien que n'étant pas citée dans les livres d'Histoire, elle est une figure majeure de cette période.

    Jean- David Morvan et Stéphanie Tréfouël, ont eu la lourde tâche de raconter son histoire. Irena a eu une vie tellement riche, qu'il devait être compliqué d'en capter les moments clés. Pourtant, les deux scénaristes ont su narrer avec brio cette histoire très touchante. Tout ceci aurait pu très vite sombrer dans le sordide mais ce n'est pas le cas ici. L'ensemble est raconté avec beaucoup de pudeur. Irena est d'ailleurs la narratrice principale. Le scénario la présente comme une femme humble, sensible et pleine de pudeur. Il aurait donc été de mauvais goût de verser dans des démonstrations explicites de violence. Pourtant, cette dernière est bel et bien présente. Mais, elle est toujours sous- entendue, ce qui la rend d'autant plus insupportable car notre imagination a tôt fait de remplir les manques. 

    Une telle histoire, se devait d'avoir une esthétique à la hauteur. Le challenge a été relevé par David Evrard et Walter Pezzali. Irena présente une esthétique qui pourrait s'apparenter à du dessin pour les plus jeunes. Les personnages ne revêtent pas de multiples détails et pourtant... Avec ce dessin en apparence simple, David Evrard colle parfaitement à l'idée de la pudeur. Il ne tombe pas dans un ultra réalisme qui pourrait vite paraître sordide. Au contraire, son esprit graphique traduit parfaitement l'indicible par des traits simples et clairs. À plusieurs reprises, des gros plans sont faits sur des regards qui se troublent. Là aussi, point de détails mais cela suffit à faire passer le message. Quant aux couleurs, elles évoluent selon l'époque, selon les lieux. Je suis très sensible au travail de la couleur. Ces dernières sont ici très tranchées mais traduisent parfaitement une atmosphère spécifique.

    Irena est donc une série de BD émouvante, mettant en avant une héroïne de la guerre trop peu connue à mon goût.

    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 12/08/2021 à 13:02:47

    Il y a des hasards qui sont heureux. Je ne devais pas repartir avec cette BD, pas du tout. Elle était là sur le présentoir de ma médiathèque, m'attendant sagement. Elle m'a vu passé à de nombreuses reprises avant que je pose un regard sur elle. Et puis, tout à coup, je ne sais pas... Le titre, la couleur, les notes qui virevoltent, tout cela semblait m'appeler. Alors, sans même lire le résumé, Ballade pour Sophie a rejoint le reste de mes emprunts. Et puis, au bout de quelques jours, je me suis saisie de cet ouvrage et je l'ai dévoré. Dès les premières pages, je me suis sentie propulsée dans l'histoire. 

    Nous voilà devant une grande maison, en compagnie d'une jeune fille rousse. Elle toque, on lui ouvre. Cette porte qui s'ouvre, c'est tout un univers qui s'offre à nous. Celui de Julien Dubois, un ancien pianiste prodige, une ancienne star de la musique, qui va se livrer à cette journaliste après des années de silence. Au rythme des interviews, le passé se découvre. L'enfance de Julien Dubois se déroule sous nos yeux, puis son adolescence, sa rivalité avec Frédéric Simon (un autre pianiste de renom), son succès et enfin sa descente aux enfers. 

    Les évènements s'enchaînent et virevoltent devant nos yeux tels des notes de musique. Toute la symphonie d'une vie s'écrit. Le scénario est vraiment sublime. Je me suis complètement laissée emporter. Dès les premières planches, la magie a opéré. Prise dans ma lecture, les 320 pages ont défilé à une allure folle. Au-delà de tout cela, Melo Filipe nous livre des personnages d'une beauté qui m'a subjuguée. Julien Dubois, ce vieil homme malade, a eu mille vies en une seule. Sous ses airs bourrus et ses répliques parfois cinglantes, un homme sensible, amoureux et parfois pétri de remords apparaît peu à peu. Quant à la jeune journaliste, Sophie, elle est d'une sensibilité à fleur de peau et cache un secret que nous découvrirons à la fin du récit.

    Juan Cavia quant à lui, nous livre un roman graphique d'une beauté époustouflante. Son trait fin et léger m'a envoûtée. Chaque vignette fourmille de détails. Les expressions de Julien Dubois sont vraiment réalistes. Les couleurs explosent sur certaines planches et s'assombrissent sur d'autres selon le propos. L'esthétique complète parfaitement le propos et crée un ensemble magnifique.

    Ballade pour Sophie est un petit chef d'œuvre tant sur le point du scénario que celui de l'esthétique.

    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 08/08/2021 à 11:22:54

    J'ai vu passer de nombreuses fois cette BD sur la blogosphère et il faut avouer que les avis étaient plus que positifs. Lorsque je suis tombée sur ce roman graphique à la médiathèque, je n'ai donc pas hésité une seconde et je l'ai rajoutée à mon panier.

    Dans cette BD, nous découvrons donc Clémence qui se voit confronter à la perte de mémoire de sa grand-mère. Cette dernière n'arrête pas de s'échapper de sa maison de retraite, essayant de rejoindre sa maison d'enfance.. Clémence n'en pouvant plus de voir sa mamie dans cet état, elle décide de l'enlever et de l'amener à destination. Voilà la jeune fille et son aïeule sur la route du passé.

    Le scénario nous narre donc ce road trip hors du commun. Entre souvenirs, réminiscences du passé et trou de mémoire, Clémence se retrouve face à la maladie de sa grand-mère. Les moments que les deux passent ensemble sont terriblement précieux. Tout au long du road trip, Clémence se questionne également autour de sa relation avec sa mère, de ces moments passés ensemble et dont on ne profite pas forcément assez...

    J'ai été bouleversée par ce scénario. La maladie d'Alzheimer y est tapie dans l'ombre tel un prédateur silencieux. Les souvenirs nous prennent aux tripes et contrastent avec ces moments d'oublis qui blessent les proches. Certains passages sont vraiment intenses émotionnellement et j'ai eu peine à retenir mes larmes.

    Alix Garin accompagne son récit d'une esthétique en toute simplicité. L'accent est mis sur les visages. Les traits sont plutôt simples et il y a très peu de détails. Il y a très peu de décor et l'accent est mis sur les personnages. Les couleurs sont douces et créent une atmosphère protectrice autour des personnages. Alix Garin fait également des gros plans sur les visages ou des parties du corps. Cette façon de cadrer renforce l'aspect émotionnel. On y voit des mains qui se triturent, des lèvres qui se serrent, des regards embués mais aussi des corps qui vieillissent, qui se meurtrissent. Bref, on y voit la vie qui nous saute au visage et nous émeut de plein fouet.

    Ne m'oublie pas est un roman graphique fort qui m'a bouleversée tant du point de vue scénario que du point de vue graphique.

    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 07/08/2021 à 15:19:39

    Je ne connaissais pas du tout Bela Lugosi. Grâce à ce roman graphique, j'ai découvert cet homme qui a incarné avec brio le grand Dracula. Vous l'aurez compris,  cette BD est en fait une biographie d'un acteur mondialement connu. Ainsi, le lecteur découvre l'enfance de Bela Lugosi, son conflit avec son père, son départ pour les États-Unis, le début de sa carrière, son succès et enfin, son déclin.

    Le scénario alterne entre différents moments de la vie de Lugosi. Tantôt en plein succès, tantôt en pleine déchéance l'acteur s'avère être une véritable force de la nature, déterminé mais surtout accro au succès et à certaines substances illicites au passage. Koren Shadmi nous dévoile ainsi tout un pan de l'histoire de l'acteur. Sa vie personnelle s'avère être un véritable chao. Il enchaîne les mariages et devient un vrai tortionnaire pour l'une de ses femmes. 

    Ce roman graphique m'a permis de découvrir cet acteur mais aussi tout un pan de l'histoire du cinéma américain. À ce titre, la BD est une véritable mine d'informations et a le mérite d'être instructive. Bien documentée mais également bien construite, j'ai vraiment apprécié cette lecture. 

    D'un point de vue esthétique, Koren Shadmi a opté pour des nuances en noir et blanc. Les traits sont clairs et précis. L'ensemble est vraiment propre et net. Je trouve que de temps à autre, les expressions faciales sont figées et que certaines vignettes manquent un peu de nuances.

    Pour conclure, j'ai vraiment apprécié cette lecture qui a su m'apprendre beaucoup de choses.

    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 04/08/2021 à 13:31:22
    Sacha et Tomcrouz - Tome 1 - Les Vikings

    Dans cette série jeunesse, nous découvrons un duo de choc, Sacha (le petit garçon) et Tomcrouz (le chihuahua). Ces deux petits personnages, se voient transporter dans diverses époques. Dans chaque époque, ils vivent une nouvelle aventure palpitante. On ne s'ennuie pas avec les deux acolytes. Trois tomes ont déjà vu le jour. Le premier se passe à la période des Vikings. Le deuxième à la cour du Roi Soleil et le troisième chez les Shaolin.

    Chaque aventure est portée par un scénario pleins de rebondissements. Je ne me suis pas ennuyée une seconde et les touches d'humour qu'Anaïs Halard dissémine tout au long des BD rendent cette lecture vraiment agréable. De plus, les personnages principaux sont vraiment attachants. Sacha est un petit garçon qui pourrait paraître comme loufoque mais qui sait se montrer courageux et sensible. Quant à Tomcrouz, ce petit chihuahua s'avère être pleins de surprises.

    J'ai également apprécié les fiches que l'on trouve en fin de tome. L'une a un pan plus historique et est proposée par la maman de Sacha, qui est antiquaire. La deuxième a un pan plus scientifique et est proposée par Sacha (il tient de son père).

    D'un point de vue esthétique, j'ai complètement accroché à l'univers de Bastien Quignon. J'ai aimé ces traits fins et vaporeux. L'ensemble pourrait paraître "simple" de prime abord mais la complexité des jeux de couleurs révèle véritablement la beauté des planches.

    Bref, Sacha et Tomcrouz est une bonne série de BD jeunesse tant drôles qu'instructives. Les scénarios aux multiples rebondissements sont mis en valeur par les superbes planches. Anaïs Halard et Bastien Quignon constitue au duo qui fonctionne. Espérons que leur collaboration durera longtemps et qu'ainsi ils nous livrerons de nouvelles aventures de nos deux héros favoris.

    Au Fil des Plumes Le 31/07/2021 à 16:17:06

    J'avais lu de très beaux avis sur cette petite BD jeunesse et j'avoue que je me suis montrée impatiente à l'idée de la découvrir.

    Nous découvrons donc l'histoire de Grand Frère qui se voit un beau matin orné de jolies fleurs sur la tête. Alors, au départ, il n'est pas vraiment ravi, d'autant que ce type d'attribut est peu commun. Et pourtant, en se montrant attentif, il va peu à peu écouter ses fleurs qui vont devenir un vrai atout.

    Ce scénario en apparence tout simple, livre en réalité un message bien plus complexe. En effet, beaucoup de thème sont abordés, et pas des moindres. La différence, la tolérance, le regard des autres et l'acceptation de soi sont autant de sujets dont traite cette BD. 

    En abordant tout cela du point de vue du petit frère, Gaëlle Geniller se met à la hauteur de ses plus jeunes lecteurs. Les mots sont simples, les situations claires, permettant ainsi de toucher de son message de tolérance, le plus de monde possible.

    D'un point de vue esthétique, c'est tout simplement beau. Les traits sont d'une finesse inouïe. J'ai aimé la sensibilité qui se dégage des planches. Et puis, il y a ces couleurs, si belles et si enveloppantes, qu'elles créent comme une espèce de bulle entre le lecteur et les personnages.

    Les fleurs de grand frère  livre donc un beau message de tolérance et d'acceptation de soi. L'esprit graphique m'a complètement transportée.

    Au Fil des Plumes Le 31/07/2021 à 15:41:03

    Pour ceux qui me suivent depuis un petit moment, vous connaissez mon amour pour Jirô Taniguchi qui est selon moi le meilleur mangaka de tout les temps (oui, je n'y vais pas avec le dos de la cuillère!).

    Dans Les Années Douces, nous rencontrons deux personnages, Tsukiko et un homme plus âgé qu'elle appelle Professeur (tout simplement parce qu'il l'a été il fut un temps). Ces deux personnages, se retrouvent fortuitement au moment des repas dans un café. Puis, ils se parlent, se découvrent. Au rythme des repas, la douce jeune fille et le veuf vont se lier d'amitié. Puis timidement, des sentiments beaucoup plus forts vont s'insinuer en eux. Alors que Tsukiko s'avoue assez facilement son amour, le Professeur résiste. En effet, que vont penser les gens d'un homme mûr fréquentant une jeune fille.

    Les amis, les mots me manquent pour décrire la puissance de ce scénario. La pudeur et l'intimité en tout sensualité se mêlent aux ambiances de café. Les personnages sont délicats jusque dans leurs sentiments. Les non- dits sont nombreux, mais les regards échangeaient ne mentent pas. Un geste, une parole discrète suffisent à dévoiler des émotions qui tentent pourtant de se cacher.

    Avec subtilité, Jirô Taniguchi s'approprie l'œuvre de Hiromi Kawakami. Ces illustrations fines, détaillées et pleines de délicatesse, complètent à merveille ce récit. Si vous n'avez jamais lu le fameux mangaka, je vous conseille vivement de vous plonger dans cette lecture qui regroupe toutes les caractéristiques de son art. Les vignettes fourmillent de menus détails. Rien n'est laissé au hasard. L'ensemble est d'un équilibre quasi parfait. L'esthétique est en noir et blanc, ce qui n'enlève en rien à la beauté des personnages dont les expressions faciales sont criantes de vérité. Et puis, il y a la nourriture...En effet, les aliments sont souvent très présents dans l'œuvre de Jirô Taniguchi notamment dans Le gourmet solitaire. Les plats s'enchaînent dans le petit café où se retrouvent nos personnages. D'ailleurs, la plupart de leurs conversations tournent autour de ce thème. Le mangaka a l'art de mettre en valeur la culture culinaire dans son pays et je pense que l'on pourrait même écrire une thèse du type "La nourriture dans l'œuvre de Jirô Taniguchi".

    Je pense que vous l'aurez compris sans mal, voire dès les premières lignes de cette chronique, mais Les Années Douces furent pour moi un véritable coup de cœur. Comme à chaque fois, Jirô Taniguchi a su me captiver, m'émouvoir et me faire tomber en pamoison (oui, tout cela en même temps).

    Au Fil des Plumes Le 19/07/2021 à 18:08:45

    Encore une fois, Cyril Bonin a su véritablement me séduire avec sa BD. Dans cet opus, on découvre Walter Benedict, un photographe à succès qui va avoir en sa possession un objet lui permettant de remonter le temps et ainsi de défaire ses "erreurs".

    Le scénario prend le temps de s'installer doucement mais sûrement. Peu à peu, l'histoire prend son envol. À travers les péripéties de Walter, le lecteur s'interroge sur sa propre vie. En effet, et si nous avions l'occasion de changer notre passé, de refaire les choses indéfiniment, le ferions nous? La question de la destinée se pose clairement. Le scénario est donc vraiment prenant. Je me suis laissée prendre au jeu et les pages ont défilé à une vitesse folle.

    Walter Benedict est un personnage qui est légèrement antipathique. Sa volonté de tout avoir absolument me laisse parfois quelque peu perplexe. Walter veut tout, l'amour, le succès, l'argent...Quitte à se brûler les ailes, il va sans cesse modifier son destin.

    Esthétiquement, Cyril Bonin arrive toujours autant à me séduire. Les traits sont fins et délicats. Les vignettes fourmillent de détails. J'aime particulièrement les regards des personnages qui sont si expressifs. L'ambiance des couleurs donne une atmosphère un peu rétro. Ouvrir cette BD, c'est être transporté dans un autre univers.

    Pour plus d'avis: http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 16/07/2021 à 14:04:10

    J'ai vu passer cette BD, il y a un petit moment sur les blogs. Je n'ai pas franchement été déçue de cette attente car ma lecture fut un véritable plaisir.

    Le scénario raconte l'histoire de Béatrice, une vendeuse qui trouve un sac à main rouge. Ce sac à main va complètement bouleverser sa vie. En effet, Cette découverte va la transporter vers un autre temps, vers une autre vie!

    L'histoire de Béatrice m'a tout simplement transportée. Cette BD sans parole m'a séduite dès les premières planches. Tout comme l'héroïne, je me suis lentement laissée dériver. Les pages ont défilé à une vitesse folle et ce fut une superbe aventure. Le quotidien de Béatrice nous est présenté de façon simple. Et puis ce sac, qui attend dans un coin et qui devient très vite un élément central. Ce sac qui va tout changer. J'ai adoré suivre les changements qui vont opérer dans la vie de Béatrice mais qui vont également la changer petit à petit. L'évolution de notre héroïne est fascinante. 

    Esthétiquement, c'est sublime! J'ai eu un vrai coup de cœur pour l'esprit graphique de cette BD. Le crayonné est envoûtant. Les traits sont précis et les expressions des personnages sont tellement pleine de vie. Les couleurs donne une ambiance un peu vintage. J'ai adoré la façon dont on bascule peu à peu dans un monde en noir et blanc. Tout est fait de façon naturelle et subtile. Cette BD m'a subjuguée tout simplement et c'est un véritable coup de cœur!

    Pour plus d'avis: http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 10/07/2021 à 13:58:17
    Ma vie de maman - Tome 1 - Tome 1

    Si vous me suivez un peu sur ce blog et sur les réseaux sociaux, vous savez que je suis maman. J'étais donc curieuse de voir ce que cette petite BD avait à offrir. 

    Nous avons donc un recueil de planches humoristiques qui mettent en scène des moments de la vie du quotidien. L'ensemble est centré autour du personnage de la maman. Certains gags sont un peu téléphonés, mais j'avoue que j'ai eu le sourire aux lèvres tout au long de ma lecture car certains passages me faisaient penser à ma propre vie. On sent donc bien que les auteurs ont analysé et mis en avant les situations les plus cocasses.

    L'esthétique est de mon point de vue un peu grossière mais reste fidèle à un style humoristique. Les couleurs sont tranchées et colorées. Il y a très peu de décor et l'ensemble est plutôt sobre.

    L'ensemble donne une BD vraiment drôle et qui m'a fait passer un véritable bon moment.

    Au Fil des Plumes Le 28/06/2021 à 10:48:28

    Je ne connaissais absolument pas Duhamel et j'avoue que mon incursion dans son univers fut un vrai plaisir. J'ai découvert avec plaisir l'histoire de Doug qui photographie un monstre et publie sa photo sur le réseau social Twister. De cette simple publication vont découler des évènements totalement rocambolesques qui vont échapper au contrôle du pauvre Doug.

    Le scénario de cette BD nous révèle tout simplement les vices et les conséquences que peuvent avoir nos publications sur les réseaux sociaux. C'est une vraie déferlante qui va s'abattre sur cette petite région peu habitée. J'ai vraiment adoré la façon dont Duhamel met en avant toutes les dérives de cet accès permanent à l'information. Les camions des chaînes de télé qui débarquent de partout, la horde de touristes, l'invasion de drones, tout cela est mis en scène de façon truculente. Tout au long de ma lecture, j'ai eu le sourire aux lèvres, fascinée par la façon dont Duhamel a mis en scène cette situation. Certaines scènes pourraient paraître presque poussées à l'extrême mais j'ai trouvé à titre personnel que au contraire, cela donnait du poids à la situation.

    Le personnage de Doug est tout simplement dépassé par les évènements. Il ne pensait pas à la portée que pourrait avoir son geste et il va le payer très vite. Pour cet homme isolé, l'invasion de personnes qui va suivre sa publication, est un vrai choc. Il est entouré de personnes qui au contraire voient d'un bon œil, l'arrivée de tant de gens qui vont pouvoir remettre en route l'économie de la région.

    Duhamel nous offre donc avec son scénario une analyse fine et drôle de l'impact des réseaux sociaux mais également de l'accès sans réel filtre de l'information. Il accompagne son histoire d'illustrations très colorées. Le paysage des Highlands éclate de beauté sur chaque vignette. En revanche, je suis un eu moins conquise par l'esthétique des personnages que je trouve un peu grossière. 

    J'ai donc vraiment apprécié le contenu de cette BD plus que son esprit graphique mais cela reste néanmoins une bonne analyse de notre société actuelle.

    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 08/05/2021 à 11:49:53
    Les sœurs Grémillet - Tome 2 - Les amours de Cassiopée

    Bienvenue dans la famille Grémillet! Je vous présente dans cette jolie petite famille, la mère, qui élève seule ses trois filles: Sarah, Cassiopée et Lucille. Dans ce premier tome, le lecteur va suivre en priorité l'aînée de la sororité, Sarah. Cette dernière fait des rêves étranges. Elle voit toutes les nuits des méduses qui flottent autour d'un mystérieux arbre. Ce rêve devient très vite une obsession et elle va décider de mener l'enquête à l'aide de ses sœurs. Très vite, elles vont découvrir que ce rêve a un rapport avec leur mère.

    Le scénario de cette BD nous entraîne donc dans une enquête. Suspens et rebondissements sont au rendez-vous et rythment le lecture. Au détour de quelques disputes entre sœurs, le mystère se dévoile peu à peu. J'ai vraiment adoré cette histoire qui m'a d'emblée conquise. Le livre s'ouvre sur le rêve de Sarah et le lecteur se retrouve donc directement dans le vif du sujet.

    Les personnages sont également très marqués. J'ai adoré cette sororité. Chaque sœur a son caractère bien marqué et sa personnalité. Sarah a un caractère de meneuse et lorsqu'elle a une idée en tête, elle n'en démord pas. Quant à Cassiopée, elle voudrait elle aussi mener la danse et s'imposer, ce qui crée des tensions avec sa sœur. Quant à la douce Lucille, elle navigue entre ses deux aînées.

    D'un point de vue esthétique, c'est en revanche un véritable coup de cœur. C'est juste superbe! Les illustrations sont magnifiques et poétiques. L'ensemble est dans un style un peu romantique. Les personnages ont de grands yeux qui semblent s'inspirer du manga. Les couleurs sont véritablement superbes. L'ambiance est magique et onirique.

    Je suis donc totalement conquise par cette lecture!

    Plus de chroniques sur: http:aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 27/03/2021 à 13:23:17

    Avec Les Oiseaux, le lecteur renoue avec le personnage qu'il avait côtoyé dans Mon Voisin Raymond. Cette fois ci, notre rêveur, partage ses réflexions entre le Liban et la Dordogne. À travers des moments de vie, mais aussi ses dialogues avec les oiseaux, Troubs, analyse la nature et son environnement. En Dordogne, les forêts s'étendent et pourtant, les oiseaux se font rares. Paradoxalement, à Beyrouth, là où la guerre avait tout détruit et où désormais d'immenses immeubles s'élèvent, les oiseaux ont su s'adapter. Troubs réfléchit, observe et essaie de comprendre. Ce livre se contemple, tout comme le personnage principal contemple la nature environnante.

    Au travers de magnifiques planches, le lecteur découvre de superbes paysages. Le contraste entre les deux pays est frappant. J'ai passé de nombreuses minutes à regarder les planches. J'ai été séduite par les décors de la Dordogne, les arbres, la forêt. Troubs arrive à la perfection à nous faire sentir la fraîcheur des feuillages, la touffeur des branches. Et puis, quelques pages plus loin, Beyrouth s'étale à nos pieds. Et là, on se sent écrasé par la chaleur. Ce livre multiplie les paysages et les sensations. 

    Finalement, lire cette BD, c'est réfléchir sur notre impact sur la nature mais c'est aussi en prendre pleins les yeux.

    https://aufildesplumesblog.wordpress.com/2021/03/31/les-oiseaux/

    Au Fil des Plumes Le 13/03/2021 à 13:47:06
    Le printemps suivant - Tome 1 - Vent lointain

    Je suis Margaux Motin sur Instagram de façon assidue. J'adore son esprit, sa bonne humeur et surtout son talent.

    C'est donc avec beaucoup de plaisir que j'ai découvert son nouvel opus, Le Printemps Suivant. Dans ce premier tome, nous découvrons l'histoire de Margaux qui aménage avec son amoureux. Au fil des pages, le lecteur découvre le lent apprivoisement des lieux communs. Comment arriver à trouver sa place dans le nid conjugal? Comment ne pas devenir trop envahissant? Comment vivre ensemble, tout simplement? 

    Margaux Motin nous retrace donc son périple, car, oui, c'est un vrai périple! Le livre s'organise autour de plusieurs situations de la vie quotidienne. Il y a de l'humour mais aussi beaucoup d'émotions. J'ai vraiment adoré cette histoire. Certaines situations ont fait écho à des situations que j'ai moi même connu. J'ai eu le sourire aux lèvres tout le long de ma lecture. J'ai adoré le personnage de Margaux qui a une passion pour les cailloux, la nature mais qui a tendance à s'imposer un peu trop. Pacco, qui est donc son amoureux, incarne donc la force tranquille. J'ai aimé voir la façon dont la cohabitation évolue. La fin du tome 1 m'a laissée sans voix et je ne dirai rien de plus de peur de vous spoiler. 

    D'un point de vue esthétique, j'ai juste adoré! Le trait de Margaux Motin est reconnaissable. J'adore les expressions faciales des personnages car cela est très expressif. J'aime également ces traits tout en rondeur. Les décors sont sublimes. Les couleurs sont magnifiques. Bref, c'est un vrai plaisir pour les yeux.

    Le Printemps Suivant est donc une lecture très agréable. Je n'ai qu'une hâte, lire le tome 2!

    Lien: https://aufildesplumesblog.wordpress.com/2021/03/17/le-printemps-suivant/

    Au Fil des Plumes Le 06/03/2021 à 13:16:45

    Cette petite bande dessinée nous fait rentrer directement dans la tête d'un chat. Autant vous dire qu'il s'y passe énormément de choses et qu'ils ne semblent pas nous vouloir que du bien. Le livre présente plusieurs petits sketchs tous plus drôles les uns que les autres. Pour l'anecdote, j'ai dévoré Putain de Chat durant un temps calme pendant la classe. Comme c'est un moment où tout le monde est censé lire, je montre l'exemple. J'ai tellement ri durant ma lecture que j'ai perturbé tous les élèves qui me regardaient avec des yeux ronds. Et oui les enfants, un livre peut nous faire pleurer de rire!

    Vous l'aurez compris, le propos m'a tordue en deux et je vais certainement regarder mon chat différemment (Pépito, mon chat, est noir comme celui de la BD). D'un point de vue esthétique, tout est en noir et blanc. Les traits sont plutôt sobres, tout comme les décors. Il y a très peu de détails. Néanmoins, Lapuss' réussit à rendre expressif ce diabolique chat.

    J'ai donc adoré cette lecture! Je la recommande à tous les propriétaires de chat(s)!

    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 23/02/2021 à 14:20:37

    J'avais beaucoup aimé le travail de Claire Fauvel dans La guerre de Catherine et c'est donc avec beaucoup d'enthousiasme que je me suis plongée dans cette lecture.

    Le scénario nous présente l'histoire de Nawel, une jeune fille qui a pour rêve de percer dans le monde de la musique. Tout au long de ce roman graphique, nous suivons donc ce personnage dans divers moments de sa jeune vie d'adulte. Nawel va vivre les montagnes russes sous nos yeux. Elle va passer d'un bonheur intense à une détresse sans pareille. Je me suis très vite prise à cette histoire. Le personnage de Nawel est très attachant et émouvant. Elle respire l'humanité. Malheureusement, sa recherche de succès dans la musique, va la faire se confronter à des personnes pas toujours bienveillantes avec elle. Nawel a la rage de vaincre et elle n'hésitera pas à tourner le dos à sa famille mais aussi à tout plaquer pour se consacrer à sa passion. Un choix audacieux et risqué dont les conséquences seront terribles. Cette BD nous dévoile également un petit de l'envers du décor du monde musical.

    Vous l'aurez compris, j'ai juste adoré cette histoire et ce personnage. Mais, qu'en est-il de l'esthétique? Là aussi, Claire Fauvel fait un carton plein et me séduit totalement .Son trait délicat, et le visage de Nawel en particulier m'ont particulièrement séduite. J'ai également adoré les couleurs qui sont plutôt vives et tranchées mais qui collent parfaitement avec l'univers que nous présente Claire Fauvel. Le monde de la nuit est décliné dans de superbes nuances et c'est un vrai plaisir pour les yeux.

    Bref, j'ai adoré La nuit est mon royaume, tant pour le scénario, pour la force de son personnage principal que pour son esprit esthétique.

    Blog: https://aufildesplumesblog.wordpress.com/2021/03/01/la-nuit-est-mon-royaume/

    Au Fil des Plumes Le 20/02/2021 à 13:06:10

    J'avais vu passer à plusieurs reprises cette BD sur les réseaux sociaux et elle avait su attirer mon attention. Je me suis donc lancée dans la découverte de Beate et Serge mais surtout dans celle de leur combat. Le scénario est basé sur la vie de ces deux protagonistes. Autant vous dire que leur vie a été palpitante! J'ai pris une vraie claque! Beate et Serge se battent pour une cause, la justice. En effet, ils veulent que les nazis qui ont exterminé des milliers de gens paient pour leurs crimes. J'avais entendu parler de ces grands dirigeants nazis, qui, suite à la Seconde Guerre Mondiale ont poursuivi leurs vies tranquillement sans vraiment être punis. Je n'en réalisais pas l'ampleur. Serge et Beate se lancent donc à la poursuite de ces personnes, estimant qu'ils doivent se confronter à la justice et payer leurs crimes. Beate est particulièrement investie et j'ai eu beaucoup d'admiration pour cette femme qui n'a pas froid aux yeux. Je suis restée sidérée en constatant qu'elle avait parfois (souvent) été traitée comme une criminelle alors que certains grands tortionnaires vivaient leurs vies aux yeux de tous! 

    L'histoire est donc fascinante et met bien en avant les différentes injustices. Les personnalités de Beate et Serge Klarsfeld sont tout simplement fascinantes. J'ai une immense admiration pour leur pugnacité et leur courage. Et quelle satisfaction, en constatant que au prix d'un dur labeur, leur combat aboutit par une condamnation. Notons également le travail de Pascal Bresson qui a su avec brio condenser en quelques pages une vie si riche en rebondissements.

    D'un point de vue esthétique, j'ai trouvé les traits un peu abrupts au départ. J'ai trouvé que cela manquait de rondeur. Mais, finalement, l'esprit graphique a su me séduire et j'ai vécu une véritable immersion dans l'après guerre. Les couleurs choisies confèrent à l'ensemble une atmosphère particulière que j'ai énormément apprécié.

    Bref, j'ai adoré cette lecture tant pour son histoire que pour son esthétique.

    https://aufildesplumesblog.wordpress.com/2021/02/24/beate-et-serge-klarsfeld-un-combat-contre-loubli/

    Au Fil des Plumes Le 15/02/2021 à 13:32:22
    Passepeur - Tome 1 - Rue de la Trouille

    Passepeur est une BD jeunesse qui prend sa source directement dans la collection Bigs des éditions Kennes. Ce premier tome s'inspire donc du roman Qui va dérouler la momie? de Marilou Addison et Richard Petit.

    La BD reprend donc ce roman et nous présente les personnages de Frédo et Matéo, deux terribles jumeaux. Les deux garçons passent une commande sur internet mais ils vont être surpris lors de la réception du colis. En effet, au lieu du produit attendu, c'est une momie qui sort de la boîte. Les voilà donc entrainés dans une aventure rocambolesque aux multiples rebondissements.

    Le scénario nous embarque donc dans le sillage de Frédo et Matéo, et au passage nous fait découvrir des personnages plus drôles les uns que les autres. L'histoire a su m'embarquer et je ne me suis pas ennuyée. J'ai apprécié l'humour de cette BD. Les jumeaux ont l'air d'être de sacrés chenapans (mention spéciale pour le personnage du maire qui est bête comme ses pieds). Le dénouement est surprenant et la dernière page laisse une porte ouverte vers un deuxième tome.

    Esthétiquement, j'avoue que ce n'est pas vraiment ce que je préfère. Le graphisme colle bien au public visé: les enfants. Les personnages sont sympas mais je n'ai pas apprécié plus que cela. Les décors ne m'ont pas non plus séduite car j'ai trouvé que cela manquait de finesse. Les couleurs sont criardes et très tranchées. Là aussi, pas du tout ce que je préfère...

    Bref, si le scénario a su me séduire, ce n'est pas le cas de l'esprit graphique de cette BD. Dommage...

    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 14/02/2021 à 13:06:44
    Anatole et Léontine - Tome 1 - Suspends ton vol

    Autant vous dire que avec Anatole et Léontine, on ne s'ennuie pas une minute! Ces deux petits vieux aux caractères bien trempés, en font voir de toutes les couleurs au personnel ainsi qu'aux résidents de la maison de retraite "Le dernier voyage" (le nom de cette résidence me fait mourir de rire).

    Nous suivons donc au fil des pages, Anatole, dans un premier temps. Chaque page renferme un sketch qui s'avère être comme un petit bonbon acidulé. J'ai énormément ri en découvrant les facéties d'Anatole qui est un personnage aux multiples ressources et à l'humour grinçant. Léontine apparaît vers la fin de la BD et vient rajouter la patte féminine. Alors, elle aussi, elle déménage! D'ailleurs, une guerre ouverte semble démarrer entre les deux personnes âgés.

    J'ai apprécié la montée en puissance du scénario. J'ai trouvé intéressant d'introduire le personnage d'Anatole puis celui de Léontine. Les sketchs sont horripilants et bien pensés. J'adore ce style d'humour noir et grinçant.

    Les deux personnages principaux sont délicieusement ignobles. Ils regorgent de bonnes idées pour enquiquiner le reste de l'humanité. Ils n'hésitent pas à déployer des trésors de méchanceté pour rendre la vie de leurs congénères, affreuse.

    D'un point de vue esthétique, j'ai adoré du premier coup d'œil la couverture. L'intérieur est très fidèle à mes attentes. Les dessins sont doux, ce qui contrastent avec le ton des dialogues et les situations qui nous sont présentées. J'ai vraiment adoré la façon dont les personnages sont dessinés, ainsi que l'atmosphère. Une tendresse se dégage de ce livre qui nous montre les personnes d'un certain âge d'un autre point de vue.

    Bref, j'ai adoré cette lecture. Je me suis royalement bidonnée et cela fait un bien fou!

    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 10/01/2021 à 13:08:32

    Cette BD aux allures estivales tire le portrait d'une galerie de personnages se trouvant en bords de mer. Ainsi, le lecteur passe de personnages en personnages, découvrant des caractères différents, des physiques différents etc. J'ai adoré ces morceaux de vies! Le duo croque avec beaucoup d'humour les diverses personnalités que l'on peut rencontrer durant les vacances. Forcément, cela va du plus sympathique au plus bourru, mais le regard du scénariste et de l'illustrateur reste néanmoins plutôt bienfaisant sur tous les personnages.

    Etrangement, j'ai ressenti de la tendresse durant la lecture, me sentant comme un témoin privilégié de la vie de ces personnes. Cela a également éveillé beaucoup de souvenirs. Vivant au bord de la mer, certains personnages m'ont rappelé des personnes croisées ici ou là durant la saison estivale.

    Au- delà de la série de portraits, j'ai également apprécié le langage utilisé dans cette BD. J'ai trouvé l'ensemble mordant et rafraîchissant.

    L'esthétique est plutôt sympathique même si j'avoue que ce n'est pas vraiment ce que je préfère. L'adéquation entre le scénario et les illustrations font que la magie opère et les couleurs solaires nous réchauffent le cœur en ce morne hiver froid.

    Bref, si vous aimez les galeries de portraits grinçants, je vous conseille vivement cette lecture.

    Lien: https://aufildesplumesblog.wordpress.com/2021/01/20/vive-la-maree/

    Au Fil des Plumes Le 01/11/2020 à 13:34:19
    Le vagabond des Étoiles - Tome 1 - Première partie

    Se plonger dans ce roman graphique, c’est un peu plonger dans un autre monde. En effet, ici se côtoient la dure réalité de la vie carcérale et un monde fantastique aux limites un peu floues.
    Ce scénario nous narre donc l’histoire de Darrell Standing un prisonnier qui s’apprête à être pendu. Torturé par ses geôliers, il utilise les voyages astraux pour s’évader. Cette histoire s’appuie sur un texte de Jack London que je n’ai jamais lu mais une chose est certaine, cela donne envie de voir ce que cela peut donner. Cette première partie, nous présente le personnage principal et en brosse un portrait. Mais, c’est également l’amorce d’une autre aventure. En effet, au gré de ses voyages, Darrell Standing découvre ses vies passées. Pour moi, ce sont ces analepses qui sont les passages les plus intéressants car cela m’a permis de naviguer à travers le temps. Le scénario est donc suffisamment accrocheur pour que l’on ait envie de tourner les pages mais aussi pour attirer le lecteur vers un tome 2.
    Le personnage central de Darrel Standing est très énigmatique mais il n’a pas su totalement me séduire. En revanche, j’ai cordialement détesté l’ensemble des bourreaux. Riff Reb’s a l’art de dépeindre les personnages et également de créer une atmosphère. Car au-delà de l’histoire, c’est l’atmosphère générale du roman graphique qui a marqué mon esprit. En effet, j’ai ressenti la noirceur de cette prison et cet effet d’enfermement. Les passages de tortures sont ignobles et on s’y croirait.
    Vous vous doutez bien qu’avec un sujet comme celui-ci l’esprit graphique est plutôt sombre. Les traits sont fins et très contrastés. Cela fourmille de multiples détails. Les couleurs sont dans des nuances sombres conférant à l’ensemble une certaine touffeur. Les jeux d’ombres sont superbes.
    Vous l’aurez compris, j’ai adoré cette lecture et je languis mettre la main sur le volume 2 afin de découvrir ce qu’il va advenir de Darrell Standing.
    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 26/10/2020 à 15:25:15

    Encore une fois Fabcaro nous a concocté une BD comme il sait si bien les faire. Avec un ton bien à lui, il décortique les fameux repas dominical en famille. Nous retrouvons donc une famille lambda, un dimanche et c’est là que le drame survient irrémédiablement ! Effectivement, les adultes ne savent pas de quoi parler. Alors forcément, Fabcaro s’appuie sur cette situation truculente pour nous dérouler une tragédie en trois actes.
    Le premier acte est une sorte de mise en bouche, il présente la situation et les protagonistes et le ton est donné. L’humour sera grinçant et sarcastique et les situations ridicules.
    Le deuxième acte est dans la droite lignée du premier avec une légère montée en puissance mais sans réel plus.
    Quant au troisième acte, il est sans doute celui qui pousse la situation dans le paroxysme du ridicule. Je n’ai pas franchement adhéré à ce dernier acte qui pour moi allait bien trop loin et partait un peu dans tous les sens ce que je trouve dommage.
    Cela n’enlève en rien à l’humour de Fabcaro mais là, j’avoue que c’était too much.
    D’un point de vue esthétique, le trait est fidèle à l’illustrateur, fin, propre et net. D’habitude, les personnages de Fabcaro n’ont pas vraiment de visages mais ici c’est le cas et je trouve cela plutôt sympa. J’ai trouvé que les expressions faciales étaient précises et bien retranscrites, ce qui donne un petit côté réaliste. J’émettrai un petit bémol sur l’utilisation de la couleur. Bien que peu présente, je l’ai trouvé un peu trop vive et j’aurai préféré plus de nuances.
    Bref, Fabcaro a su à nouveau me séduire mais pas complètement cette fois ci. Néanmoins, je vous conseille cette lecture afin que vous puissiez relativiser sur vos propres déjeuners en famille.
    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 04/10/2020 à 14:51:32
    Visa Transit - Tome 1 - Volume 1

    Avec Visa Transit, Nicolas de Crécy nous narre son road trip de jeunesse. Dans sa Citroën Visa, il décide de partir en vadrouille avec quelques livres, un sac à dos, peu d’argent et son cousin. Ce volume 1 nous décrit une partie de son voyage. Entre péripéties parfois fortuites et moment de contemplation, Nicolas de Crécy trimballe son lecteur au gré de son voyage. J’avoue que j’ai adoré ce scénario. Je me suis laissée porter par les personnages qui n’ont pas de réelle destination. Je les ai suivi tel un témoin privilégié de leur aventure. Très vite, on s’attache au duo de cousins. Les deux jeunes se montrent téméraires dans leur aventure et j’aime la façon qu’ils ont de cohabiter. Bref, le duo fonctionne plus que bien et on a presque envie d’embarquer avec eux dans la vieille Citroën.
    D’un point de vue esthétique, le trait de Nicolas de Crécy est fin et délicat. Il y a de la sensibilité dans ses illustrations. J’aime sa façon de dessiner les visages si expressifs. Forcément, faire une BD sur un road trip exigeait de s’appliquer en ce qui concernait les paysages et les décors. Nicolas de Crécy relève le défi haut la main. Les vignettes sont magnifiques. Cela foisonne de détails et les couleurs bien que un peu pâles révèlent des paysages sublimes.
    J’ai donc été séduite par ce premier volume et je vais me jeter sur le volume 2 dès que possible.

    https://aufildesplumesblog.wordpress.com/2020/10/04/visa-transit/

    Au Fil des Plumes Le 27/09/2020 à 11:08:27
    Obie Koul - Tome 1 - Un week-end sur deux chez mon père

    Cette BD jeunesse n’avait pas forcément les arguments pour me séduire… Une BD qui se passe dans l’espace…Non merci ! Et puis, très vite, je me suis prise au scénario. D’emblée, le personnage d’Obie est attachant. C’est à travers son questionnement qu’il découvre ses véritables origines. Ce tome 1 met en place tranquillement le décor. On y découvre la double identité de Obie mais également ses pouvoirs. C’est une bonne prémisse pour cette série dont le suspens monte au fil des pages pour nous laissé avec les dernières vignettes complètement en suspend. Alors forcément, à la fin de notre lecture, on a juste envie de lire le tome 2 et d’en savoir plus sur cette vie extraterrestre et les enjeux politiques qui se cachent derrière.
    Au-delà de l’intrigue savamment menée, j’ai également apprécié le ton de la BD. J’ai adoré les pointes d’humour comme les moments un peu plus sérieux. J’ai également été très touchée par le personnage de Mia qui est la mère humaine d’Obie.
    D’un point de vue esthétique, j’ai plutôt apprécié. Les dessins sont précis. Les vignettes sont riches de détails. Les couleurs sont superbes. Le trait est fin. Bref, tout ce qu’il faut pour me plaire !

    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 02/09/2020 à 15:07:36

    Philippe Pelaez signe à nouveau un scénario bien ficelé. Le rythme est haletant et monte en puissance au fur et à mesure de la lecture. Très violent et critique envers notre société, cette BD met en scène un personnage ambivalent Jacques.
    Les illustrations de Porcel s'accordent parfaitement avec le scénario. L'esthétique est dure et les couleurs sombres.
    Une belle BD!

    https://aufildesplumesblog.wordpress.com/2020/09/02/dans-mon-village-on-mangeait-des-chats/

    Au Fil des Plumes Le 22/08/2020 à 15:19:04

    Je renouvelle l’expérience avec Fabcaro que j’avais adoré avec Zaï, zaï, zaï, Moins qu’hier (plus que demain) et Open Bar. Cette fois ci, avec Et si l’amour c’était aimer ? Fabcaro se penche sur les romans photos. Je vous laisse découvrir le résumé qui donne le ton.
    Sandrine et Henri coulent des jours paisibles dans leur villa luxueuse. Henri est un patron de startup épanoui et dynamique et Sandrine l'admire. Mais hélas la vie n'est pas un long fleuve tranquille... Un beau jour, Sandrine tombe sous le charme de Michel, un brun ténébreux livreur à domicile et chanteur de rock à ses heures perdues. Une idylle merveilleuse va alors se nouer entre eux. Mais la vie est-elle toujours du côté de l'amour ? Les sentiments purs et absolus ne sont-ils pas qu'une feuille morte emportée par le vent ? Un arc-en-ciel ne finit-il pas toujours par disparaître derrière les nuages ?
    Le scénario que nous livre Fabcaro est bien construit, drôle et ressemble au soap opéra que l’on peut parfois voir à la télévision. Je pense d’ailleurs que cela a dû être sa principale source d’inspiration au vue de certains passages. Ce roman graphique est rempli de clichés qui donnent des situations téléphonées et cocasses voire absurdes. Les personnages suivent la même ligne directrice. Ils apparaissent peu intelligents et terriblement clichés. Ils en deviennent véritablement risibles. Le lecteur retrouvera avec plaisir l’humour grinçant et corrosif de Fabcaro. D’ailleurs, ce type d’écriture ne plaît pas forcément à tout le monde et il faut avouer qu’à sa sortie en 2017, Et si l’amour c’était aimer ? a recueilli des avis très tranchés. En somme, soit on aime, soit on déteste.
    D’un point de vue esthétique, l’esprit graphique est simple avec très peu de décor. Bien que contrairement à certains opus de Fabcaro, ici, les visages soient visibles et détaillés, le trait est fin et épuré. L’ensemble est en noir et blanc. Cela ressemble énormément à un roman photo notamment avec les différents plans dans les vignettes qui sont typiques du genre. Néanmoins, certains passages viennent couper le récit et renouent avec une esthétique plus brute où des personnages sans visage donnent leurs opinions sur le choix de vie des personnages principaux qu’ils ne connaissent pas. Résultat, ces personnages peuvent être n’importe qui. J’y ai vu pour ma part une critique de la société actuelle où chacun à son avis sur tout.
    Pour conclure, Fabcaro a encore su me séduire par son humour grinçant. C’est délicieusement cliché. Certaines répliques sont intelligemment construites et vraiment drôles. Fabcaro prouve encore qu’il est le maître dans le domaine de la critique et de l’humour.

    https://aufildesplumesblog.wordpress.com/2020/08/22/et-si-lamour-cetait-aimer/

    Au Fil des Plumes Le 19/04/2020 à 09:38:29

    Mausart est une petite souris vivant dans le piano du grand Salieri, le pianiste officiel du roi. Un jour, Mausart profite de l'absence du musicien pour jouer une superbe sonate sur le piano. Mais le roi passant par là entend la mélodie et demande alors à Salieri de lui rejouer le morceau.

    Le scénario de cette BD jeunesse est bien construit. Il y a de la poésie mais également des rebondissements qui rythment ce récit très prenant. J'ai vraiment apprécié le côté intrigue de cour qui donne une dimension adulte à la BD qui est à la base dirigée vers un public plus jeune. La fin de la BD est ouverte laissant imaginer un deuxième tome.

    Le personnage de Mausart est très attachant. Il se montre malin et courageux. Je ne sais pas vraiment pourquoi les auteurs ont décidé d'en faire une souris, néanmoins, j'ai trouvé cela plutôt sympa. Chaque personnage est un animal. Salieri est donc un loup et le roi et la reine des oies. Salieri campe un méchant assoiffé de pouvoir. La psychologie des personnages est plutôt simple mais le héros devient très vite attachant.

    L'esthétique quant à elle est très colorée. D'un style plutôt classique, les vignettes fourmillent de détails tant dans les décors que les costumes, ce qui contribue à nous plonger dans l'époque où se déroule l'intrigue.

    Pour plus d'avis: http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 08/04/2020 à 16:32:48

    Regroupez 7 célèbres écrivains de romans policiers. Amenez les sur l'île des Cornouailles. Ajoutez un riche homme exubérant. Saupoudrez d'un suicide qui s'avère être un meurtre et vous aurez les ingrédients de cette BD prenante.

    L'intrigue se déroule comme un roman policier. L'enquête se déroule dans un seul lieu et chaque personnage est suspecté à un moment donné. Il y a des rebondissements et bien évidemment, la fin est surprenante. Vous l'aurez compris, avec cette BD, le lecteur renoue avec les bases du genre policier. Néanmoins, Jean Harambat y rajoute une touche d'originalité en l'adaptant au format BD.

    S'appuyant sur des personnages forts et emblématiques, il a tôt fait de capter la curiosité du lecteur. Le personnage principal est Agatha Christie, la reine du suspense. Jean Harambat a beaucoup travaillé sur ce personnage qui est quasiment omniprésent. 

    L'ensemble est servi par une esthétique simple presque un peu naïve. Je pense que j'aurai aimé plus de réalisme avec un tel récit. Néanmoins, la formule fonctionne.
    Pour plus d'avis: http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 05/04/2020 à 13:47:47

    Ne vous fiez pas à ses allures enfantines et à son titre aux sonorités naïves, Rat et les animaux moches est un roman graphique qui aborde de vrais thèmes. 

    Dans un premier temps, nous découvrons Rat qui se fait chasser de chez lui parce que personne ne veut de lui. Il part donc chercher un nouveau foyer et c'est là qu'il tombe dans le Village des Animaux Moches. Dans ce village se réunissent tous les animaux qui ont été rejeté à cause de leur aspect. Rat se donne alors pour mission de leur trouver un foyer aimant qui les rendra heureux.

    Le scénario est vraiment bien construit. À travers cette histoire, Sibylline aborde le thème de la différence et de l'acceptation. Elle revient sur l'importance des apparences et traite de la quête du bonheur. Qui aurait cru que derrière cette BD se cache des thèmes si sérieux? Rat qui est le personnage principal, nous pousse à réfléchir et remet notre société en question. Il est convaincu que chacun a droit au bonheur et que tout le monde a sa place dans notre Monde. 

    Le sujet est sérieux et très à la mode en ce moment. La quête du bonheur est au centre de notre société et la question des apparences y est très souvent associée. 

    Sibylline et Jérôme d'Aviau nous offre également une galerie de personnages très riches. Chacun a sa fêlure, sa propre personnalité. Ils sont tous attendrissants et attachants et on espère qu'ils trouveront tous le bonheur. Rat est bien évidemment au centre du récit. Il incarne la sagesse et le positivisme. Il fait preuve de beaucoup de détermination. Il trouve son opposé en Perdu qui est un Caniche très centré sur les apparences et terriblement méchant avec les autres habitants du village des animaux moches.

    Le style de Sibylline est très poétique et s'associe à merveille avec celui de Jérôme d'Aviau qui nous livre une esthétique tout en délicatesse. Le trait est fin et léger, il y a plein de petits détails et le choix du noir et blanc donne un effet gravure ancienne que j'ai adoré.

    Pour plus d'avis: http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 07/03/2020 à 17:44:41
    Dans les yeux de Lya - Tome 1 - En quête de vérité

    Avouez que le résumé vous a donné envie de vous plonger dans cette BD? Et ce n'est pas moi qui vais vous lancez la pierre! La première fois que j'ai vu ce livre, j'ai flashé sur la couverture, captivée par ce grand regard.

    Effectivement, Lya nous embarque littéralement dans son histoire. Dès les premières pages, elle appelle à la sympathie. Elle se montre déterminée avec une grosse forte de caractère. Il faut dire que la vie ne lui a pas fait de cadeau et depuis qu'elle a découvert que quelqu'un connaissait l'identité de la personne qui l'avait renversée en voiture, elle est déterminée à retrouver l'identité de celui qui a fait basculer sa vie. Du coup, nous voilà pris dans la lecture d'une enquête policière qui exige finesse et discrétion. La jeune femme en a sous le coude et quand elle désire quelque chose, elle fait tout pour l'obtenir. Ainsi durant ce premier tome, Lya tente de récupérer son dossier dans le cabinet d'avocat où elle a décroché un stage. Le moins que l'on puisse dire c'est que Carbone sait tenir en haleine son lecteur et multiplie les rebondissements inattendus. Le scénario est donc finement écrit permettant de créer une tension qui nous tient en haleine. Quant à la fin de ce premier tome, elle est cruelle pour le lecteur qui n'a qu'une envie, découvrir la suite!

    Afin d'accompagner ce scénario aux petits oignons, Cunha nous offre une esthétique aux traits forts et abrupts. J'aime particulièrement la façon dont il traite les corps de ses personnages. Les regards sont particulièrement forts et émouvants.Les couleurs quant à elles sont plutôt vives et renforcent l'atmosphère si particulière de cette BD.
    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 29/02/2020 à 17:20:28

    C'est lors d'un rendez-vous du mercredi que j'ai découvert cette BD. Rien que le nom de Monin m'avait séduit mais les avis plutôt positifs ont définitivement fini de me tenter.

    Il faut dire que ce Monsieur Jules, sous ses airs bourrus, cache de drôles de secrets... Le métier de ce monsieur? Rentier pour dames! Oui, vous avez bien lu! Cette BD nous plonge donc dans les coulisses de son lupanard. On ne s'ennuie pas chez Monsieur Jules! Entre les clients, le jardinier un peu trop "gourmand", les disputes entre ces dames et l'arrivée d'une nouvelle, il n'y a pas à dire, on n'en perd pas une miette.

    Le scénario qui aurait pu virer au glauque et fait de façon judicieuse. Le récit est humain et le regard posé sur cette profession est très bienveillant.  Le récit montre clairement la différence entre le proxénétisme de Monsieur Jules et celui des nouveaux arrivants sur le marché, beaucoup plus agressif. J'ai trouvé l'ensemble bien ficelé. Le scénario a le mérite de vouloir mettre en avant des personnes qui vivent des situations difficiles et se retrouvent parfois contraintes à se prostituer pour survivre. Néanmoins, j'ai l'impression que certaines choses ont simplement été effleurées et qu'elles auraient mérité d'être un peu plus étoffée.

    Le personnage de Monsieur Jules est central. Il a une forte personnalité. Il renferme un douloureux secret (qui nous sera révélé durant ce one- shot) et se montre protecteur en ce qui concerne ses filles. On découvre également plusieurs facettes à ce personnage. J'ai apprécié découvrir tant ses forces que ses failles. Il est donc particulièrement attachant.

    Bien évidemment, autour de cette figure masculine dominante, évoluent un panel de personnages féminins aux multiples personnalités. Là aussi, Aurélien Ducoudray a pris le temps de peaufiner chacune d'entre elles et c'est vraiment appréciable.

    L'esthétique est...sublime! Mais, je n'en attendais pas moins d'Arno Monin dont j'admire beaucoup le travail. La finesse et la délicatesse du dessin confèrent à ces personnages une vraie dimension humaine. les couleurs sont magnifiques. L'atmosphère qui se dégage de ces illustrations nous transporte directement dans l'histoire.

    Pour plus d'avis: http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 29/02/2020 à 16:22:51
    Aliénor Mandragore - Tome 5 - Le Val sans retour

    Et voilà...Aliénor Mandragore, c'est fini! J'avais succombé il y a peu à cette série jeunesse (article ici). 

    Dans ce dernier opus, notre héroïne est en pleine quête d'identité. Mais trouvera-t-elle les réponses qu'elle cherche?

    Le scénario nous permet de clore cette série par un beau final. Certaines questions sont résolues et donnent un nouvel éclairage aux précédents tomes. Rempli de suspens, ce dernier tome met en avant le personnage de l'ermite et à travers lui, le lecteur découvre tout un pan de la jeunesse d'Aliénor.

    La plupart des personnages se montrent donc sous un pan différent. Aliénor prend de l'épaisseur et l'ampleur de son personnage se montre au grand jour. J'ai particulièrement aimé le personnage de Lancelot qui s'avère un ami fidèle et au grand cœur. Quant à l'ermite, c'est selon moi la révélation la plus touchante. Le personnage révèle toute son importance. Ce dernier tome sublime donc toute cette galerie de personnages aux personnalités si marquées.

    D'un point de vue esthétique, c'est toujours aussi beau. Je suis toujours aussi fan des détails dans les paysages et de ces visages aux grands yeux expressifs. Les traits sont fins et agréables. Quant aux couleurs, elles sont sublimes.

    Pour plus d'avis: http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 29/02/2020 à 14:38:11
    La brigade des cauchemars - Tome 1 - Sarah

    Attention, les amis, voici une énooooorme bombe! La Brigade des cauchemars est rentrée dans ma bibliothèque avec ce tome 1 et j'attends déjà avec impatience de pouvoir lire le tome 2.

    Le lecteur va ici faire connaissance de Angus et Esteban, deux adolescents qui forment la fameuse brigade. Sous les ordres du père de Tristan (qui est aussi un brillant professeur), ils explorent les cauchemars des gens afin d'en trouver une explication et de les en débarrasser. Ce tome 1, met en scène une intervention sur la jeune Sarah qui est amnésique tout comme Tristan. Ce premier opus qui présente donc de façon judicieuse la situation initiale, lance une intrigue plus approfondie mais non résolue qui appelle un tome 2.

    Le scénario est finement écrit par Franck Thilliez qui manie le suspens avec beaucoup d'aisance. Ainsi, il tisse lentement mais sûrement la toile d'une histoire qui prend au piège son lecteur et le tient en haleine de bout en bout. Les rebondissements sont intéressants et rien n'est laissé au hasard.

    Le tout est illustré par Yomgui Dumont, dont je ne connaissais pas le travail. Son trait fin et légèrement nerveux a su me séduire dès la couverture. J'apprécie son choix esthétique et les multiples traits qu'il utilise pour créer des ombres ou de minuscules détails.

    Quant à la couleur, c'est Drac qui s'en charge. Vous connaissez sûrement ma sensibilité à l'ambiance des BD. Ici, Drac, crée une atmosphère angoissante qui colle parfaitement au scénario et met en valeur les dessins de Yomgui Dumont.

    Nous avons donc ici un trio gagnant, qui en un seul tome donne envie de lire les deux suivants.

    Pour plus d'avis: http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 13/02/2020 à 13:18:35
    Brigade Verhoeven - Tome 2 - Irène

    Me voici enfin en possession du tome 2 de Brigade Verhoeven. J'avais beaucoup aimé le 1er tome qui m'avait transportée dans l'univers de Pierre Lemaitre.

    Le scénario de ce deuxième tome est sous tendu par une tension permanente. Cette dernière devient de plus en plus ténue au fil de l'histoire. Construit de façon machiavélique, on ne peut qu'être happé par cette lecture. Lors de ce tome, l'indicible se passe et comme très souvent, avec la Brigade Verhoeven une affaire est résolue.

    J'ai apprécié l'évolution des personnages qui gagnent en humanité et en épaisseur. On découvre d'autres pans de leur personnalité. C'est vraiment appréciable de voir que les personnages grandissent et se modèlent en fonction des événements qu'ils traversent. Ainsi, on découvre de vraies blessures.

    L'esthétique est fidèle au premier tome. Il y a pleins de détails, les dessins sont d'un trait fin. L'ambiance des couleurs est toujours très tranchée ce qui colle parfaitement à l'atmosphère de la BD.
    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 13/02/2020 à 11:20:53
    La parole du muet - Tome 1 - Le géant et l'effeuilleuse

    Avec cette BD, le lecteur fait un plongeon dans les années 20. L'apparition et l'expansion du cinéma muet est au centre de ce scénario qui a su me captiver dès les premières planche.

    Nous découvrons donc le personnage de Célestin, un homme au physique massif qui s'avère très vite être un nounours rêveur. Fasciné par le monde du cinéma, il veut réaliser ses propres films. Le moins que l'on puisse dire, c'est que Célestin a une sacrée culture cinématographique. Son arrivée à Paris, sera marquée par la découverte d'un nouveau genre de film, les pornos. Il se retrouve donc à observer une femme entrain de s'effeuiller. À la sortie de la séance, Célestin a pris sa décision, l'effeuilleuse sera l'héroïne de son futur film.

    Le scénario est passionnant. Il nous plonge dans une histoire émouvante. J'aime ce rythme qui rappelle justement les films des années 20. Le tout est soutenu par des personnages touchants. En effet, la galerie de protagonistes est magnifiques. Ils ont su m'émouvoir par leur sensibilité et leurs choix. J'espère que le deuxième tome offrira une belle évolution à tous ces personnages.

    L'esthétique est quant à elle est très belle. J'ai adoré la façon dont les personnages sont dessinés. Les vignettes fourmillent de détails et c'est véritablement sublime. Mention spéciale à Sébastien Bouet dont le traitement des couleurs complètent cette ambiance très années 20 qui a su me séduire.

    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 11/02/2020 à 14:42:52

    Kader est enfermé et sous haute surveillance. Il subit régulièrement une injection de Sérum qui l'oblige à dire la vérité et permet ainsi de contrôler ses faits et gestes. Obligé de se tenir à l'écart de la société, ce roman graphique nous raconte le moment où sa vie va basculer.

    Le scénario de cette BD est d'une incroyable précision. Construit comme un roman d'anticipation, il  nous longe dans un futur proche effrayant où le contrôle des esprits semble une priorité. À un rythme haletant, les événements s'enchaînent et sans nous en rendre compte, nous voilà embarqué dans une histoire hors norme. L'ensemble est bien construit et la tension grandit au fur et à mesure de la lecture. La fin est surprenante, je ne m'y attendais vraiment pas.

    Le personnage principal est Kader. Enfermé et connaissant un véritable mal être, le personnage ne met pas vraiment à l'aise. Tout est raconté de son point de vue et comme il vit un grand moment de confusion, cela contribue à créer du mystère autour de tous les événements qui se succèdent.

    Autant le scénario a su me séduire de suite, autant je suis beaucoup moins conquise par l'esprit esthétique de ce roman graphique. Les traits sont durs et épais conférant une atmosphère lourde. Les couleurs sont très tranchées et manquent de nuance. Je n'ai donc pas vraiment accroché à l'esprit graphique de l'ensemble.
    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 11/02/2020 à 14:18:52

    Je ne connais pas le classique de La princesse de Clèves mais j'ai lu tellement d'avis élogieux sur ce roman graphique que forcément, j'ai cédé à la tentation.

    Le scénario est calqué sur le roman de Madame de La Fayette. Il met en scène le Princesse de Clèves qui lutte contre ses pulsions pour Nemours un gentilhomme un brin tombeur. Cet amour impossible est au centre de tout le roman graphique et c'est cette intrigue amoureuse qui rythme toute la lecture. 

    Les personnages sont juste fantastiques. J'ai adoré la Princesse de Clèves qui est magnifique et fait preuve de droiture dans son attitude. J'ai aimé cette fidélité, cette détermination dans sa décision. Elle ne cède pas à la tentation et se montre sous ses airs fragiles d'une implacable détermination.

    Nemours quant à lui est un personnage intéressant. Au départ, il pensait jouer avec la Princesse de Clèves mais il se fait prendre à son propre piège en tombant éperdument amoureux d'elle. Il n'aura de cesse d'insister et de l'attendre. Un vain espoir qui se terminera en tragédie.

    L'esthétique est fidèle à Catel que j'apprécie beaucoup. Les traits sont en rondeurs. On sent que le travail de documentation en amont a été conséquent.Il y a une multitude de détails dans les tenues et les décors ce qui contribue à nous plonger de plein pied dans l'atmosphère du roman graphique.
    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 10/02/2020 à 13:53:04

    Je suis tombée complètement par hasard sur cette BD. Charmée par sa couverture et son titre, je me suis dit que l'ensemble pourrait me plaire et je me suis donc lancée dans sa lecture pleine de curiosité.

    Méfiez-vous de son apparence enfantine, de ses couleurs pastels et douces car cette BD est définitivement destinée à un public adulte.

    Le lecteur va donc suivre Siwell qui suit elle-même un lapin blanc qui semble en retard à un rendez-vous. Cela doit forcément vous rappeler quelque chose? Et bien tout le long de son périple Siwel va vivre de multiples aventures dans ce pays étranges et merveilleux. La référence à Alice au Pays des Merveilles de Lewis Carroll est donc frappante. Mais, ce n'est pas une simple réécriture que le lecteur a sous les yeux. Très vite, les références littéraires se multiplient et les univers s'entremêlent savamment conférant au texte un univers particulier qui n'appartient qu'à lui. Vous l'aurez compris, le scénario se révèle pleins de jolies surprises et chaque page est une véritable délectation.

    Les dialogues sont finement ciselés. Il y a de l'humour, des jeux de mots et là encore de nombreuses références qui font tout le charme de ce récit.

    L'ensemble est mis en scène par des illustrations aux allures enfantines qui de prime abord feraient penser à une Bande Dessinée Jeunesse. Les personnages sont en rondeurs et plutôt rigolos. Les couleurs restent dans des tons pastels qui donnent l'impression d'évoluer dans un rêve. Néanmoins, j'aurai aimé une esthétique un peu plus fine pour accompagner ce scénario si travaillé.
    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 09/02/2020 à 14:14:13

    Suite à ma chronique sur Vin, gloire et bonté, de nombreux commentaires m'ont orientée vers la lecture des Ignorants d'Etienne Davodeau. Comme par magie, je suis tombée dessus en amenant mes élèves à la médiathèque du village. Ni une, ni deux, me voilà repartie avec le livre sous le bras, prête à me lancer dans sa lecture.

    Ce roman graphique parle de la vigne, des vignerons, de la fabrication du vin mais aussi du monde de la BD et de l'ensemble qui s'entremêle. Le lecteur va donc devenir le témoin privilégié d'une amitié entre Etienne Davodeau et Richard Leroy. Les deux compères vont donc passer une année ensemble, partageant leurs passions.

    Là où Vin, gloire et bonté ne montrait que le côté des critiques du vin, ici nous découvrons l'envers du décor. Ainsi, l'amour de la terre et le respect de la nature sont au centre de ce roman graphique. J'ai particulièrement aimé, les échanges entre les deux amis et la façon dont les deux compères se complètent.

    J'ai aimé énormément de choses dans ce roman graphique. J'ai vraiment apprécié les références au monde de la BD. J'ai adoré voir ces deux mondes qui se rencontrent et se trouvent pleins de points communs. J'ai aimé la tendresse que se dégage de ce récit souvenir. J'ai aimé la complicité qui s'étoffe entre les deux hommes au fil des pages.

    D'un point de vue esthétique, l'utilisation du noir et blanc ne m'a pas dérangée plus que ça, bien que au vue des paysages la couleur aurait pu donner un sacré rendu. Les traits de Davodeau sont clairs et il pousse le détail ce qui est appréciable.

    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 12/01/2020 à 15:34:09

    Découvrir un nouveau roman graphique de Cyril Pedrosa, c'est un peu comme découvrir une nouvelle merveille. Cet opus ne fait pas exception à la règle.

    Trois Ombres raconte l'histoire de Joachim qui vit tranquillement avec ses parents. Mais un jour, trois ombres apparaissent, trois ombres qui sont là pour l'amener. Son père refuse l'évidence est prend la décision de fuir. Avec ce scénario, Cyril Pedrosa aborde un sujet douloureux, la mort d'un enfant. En effet, comment accepter l'inacceptable? Face à cette situation l'auteur met en avant deux réactions: celle de la mère qui accepte la situation et est prête à laisser partir son enfant et celle du père qui veut lutter contre vent et marée. Le scénario nous narre la fuite du père avec son fils, cette fuite en avant qui vise à éviter l'inéluctable. Tout au long de leur périple,  les liens qui existent entre le père et le fils se renforcent et très vite, on comprend pourquoi le père refuse la situation. Mais, quel est le prix à payer pour cette fuite? Très vite, le père se perd, se consume, comprenant peu à peu qu'il ne pourra pas indéfiniment lutter.

    Cyril Pedrosa a décidément le truc pour aller puiser au plus profond de l'âme humaine et la mettre en scène. Il traite ici d'un sujet sensible et nous livre un récit au rythme haletant. Sans s'en rendre compte, on arrive aux dernières pages qui nous laissent tremblant d'émotion. Les personnages de ce roman graphique sont très attachants.

    Quant à l'esthétique de Pedrosa, elle est ici différente de celle que je lui connaissais. Ici les traits sont toujours fins et on reconnaît la patte de l'illustrateur mais l'ensemble est en noir et blanc. Moi qui adore la façon dont Cyril Pedrosa joue avec les couleurs, j'ai d'abord été un peu déçue mais très vite, je me suis laissée séduire.
    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 12/01/2020 à 15:11:19

    Rachel et Jack vont se marier mais Jack aviateur postal s'écrase lors du trajet qui doit le ramener chez lui. Rachel part alors à sa recherche. 

    Il n'y a pas à dire, avec un scénario pareil, on ne pouvait faire qu'un carton. Christian Perrissin nous livre un récit qui mêle amitié, amour et aventure. Tout au long de la lecture, le suspens est présent, les rebondissements se multiplient conférant un rythme soutenu. Dès les premières planches, je suis rentrée dans l'histoire et jusqu'à la fin, j'ai été tenue en haleine. Les aller retours entre passé et présent permettent au lecteur de découvrir plus en profondeur les personnages et ainsi leur donnent une dimension humaine. L'histoire d'amour qui se déroule sous nos yeux est magnifiquement tragique et jusqu'aux dernières vignettes on espère que tout se finira bien.

    L'ensemble est accompagné d'une esthétique souple et d'un trait fin. Les couleurs sont sublimes et les paysages à couper le souffle. Malgré la tragédie qui se joue sous nos yeux, Éric Buche adoucit l'ensemble avec son esprit graphique.

    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 12/01/2020 à 14:51:54

    C'est toujours un plaisir de découvrir un nouveau Zidrou et comme à chaque fois, c'est avec beaucoup d'excitation que je me suis plongée dans cette lecture.

    Dans ce conte moderne, Zidrou nous narre l'histoire d'un roi qui a peur de mourir et n'hésitera pas à sacrifier sa fille et ses trois fils pour obtenir la vie éternelle. Le scénario est véritablement sublime. Toutes les caractéristiques du conte sont présentes dans cette BD. Le rythme du scénario se déroule lentement, et le temps semble prendre une autre dimension. L'histoire est prenante et jusqu'aux dernières planches, Zidrou arrive à nous surprendre.

    Comme à chaque fois, le scénariste a su s'appuyer sur des personnages charismatiques. Ainsi, le roi fou, le mage terrifiant et la jeune fille innocente fascinent autant qu'ils terrifient.

    Afin de raconter cette histoire aux allures oniriques, Zidrou collabore avec Oriol. Autant vous dire que l'esprit graphique renforce avec brio le scénario. L'ambiance est pesante presque glauque. Les corps sont allongés quasi squelettiques, les couleurs sont sombres mais sublimes. L'ensemble donne lieu à un univers qui semble sorti d'un rêve.

    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 12/01/2020 à 14:22:01

    Alors j'avoue, j'ai pris ce roman graphique absolument au hasard dans ma médiathèque. Le titre et la couverture m'ont plu donc hop, j'ai embarqué l'ensemble sans trop réfléchir.

    C'est donc sans savoir à quoi m'attendre que je me suis plongée dans ce roman graphique. D'emblée, l'esthétique m'a plu. Les traits sont fins et tout en courbes conférant un style féminin et léger à l'ensemble. Il y a une vraie sobriété dans les illustrations, très peu de décor et de couleurs.   Le travail sur les couleurs est d'ailleurs très intéressant car elles apparaissent par touches et traduisent une émotion que l'on peu décoder grâce à une roue des émotions qui se trouvent à la fin du livre.

    Outre le graphisme qui vous l'aurez compris m'a séduit, il y a l'histoire. Nous découvrons donc Gus et Elena qui décident d'avoir un bébé mais ne se doutent pas une seule minute du parcours du combattant qui les attend. Je ne peux rester insensible à ce genre de scénario car l'histoire des personnages est semblable à celle que j'ai vécu avec mon conjoint pour avoir mes filles. Par moment, les similitudes étaient vraiment troublantes et tout au long de la lecture, j'ai revécu tout le panel d'émotions qui m'avait traversé à l'époque. Les tests, les prises de sang, les gens qui marchent sur des œufs pour ne pas vous blesser, les attentes interminables, les déceptions qui s'enchaînent, le traitement hormonal qui te fait souffrir physiquement et psychologiquement, la force du couple, le soutien des proches....J'ai tout revécu... Et forcément, durant ma lecture, l'émotion était intense. Néanmoins, la fin a fait retomber mon enthousiasme en quelques secondes. En effet, la scénariste propose de choisir la fin qui nous convient. Cela m'a donné l'impression que Lucile Gorce ne savait pas trop comment finir son histoire et qu'elle nous refilait gentiment le bébé. Dommage car j'aurai aimé avoir une vraie conclusion à ce scénario.

    De plus, le récit est raconté en grande partie du point de vue de Elena et pas du tout du point de vue de Gus. Ce dernier est d'ailleurs peu présent. Hors, il a son rôle à jouer et j'aurai aimé voir aussi comment il vivait la situation. Ce genre de parcours est la plupart du temps une histoire de couple et je trouve dommage d'avoir laissé l'homme de côté. 
    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 27/12/2019 à 16:57:29
    Dans la tête de Sherlock Holmes - Tome 1 - L'Affaire du Ticket Scandaleux 1/2

    Sherlock Holmes est de retour pour une nouvelle enquête palpitante. Voici le grand détective qui prend vit dans une BD au scénario bien rythmé. 

    Ce premier tome met en place l'enquête ainsi que ses tenants et ses aboutissants. On y voit Sherlock faire ce qu'il fait le mieux, réfléchir. Les amateurs du personnage ne pourront être que conquis selon moi car l'esprit de Conan Doyle est respecté.

    Au- delà de l'histoire et du personnage, c'est l'esthétique qui marque surtout. L'ensemble est sublime. Il suffit de voir la couverture pour succomber. Les vignettes sont pleines de détails et on peut rester plusieurs minutes à regarder une page. C'est tout simplement magnifique. Les couleurs utilisées permettent de créer une véritable atmosphère qui colle parfaitement à l'époque où se déroule l'intrigue. De plus, j'ai vraiment apprécié la façon dont l'illustrateur a choisi de représenter le fil des pensées de Sherlock par un fil rouge qui se déroule tout au long de la lecture.

    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 27/12/2019 à 16:39:26

    Avec cette BD, nous voilà plongés dans le monde viticole. Peu connu du grand public, univers secret et qui fait rêver, le monde du vin lève un peu le voile.

    Le lecteur va donc suivre Annabelle, une jeune journaliste qui est envoyée pour écrire un article sur le vin. Petit problème, elle n'y connaît strictement rien. Pour elle, le vin, c'est tout simplement du jus de raisin fermenté et son seul amour se porte sur le mojito. Néanmoins, elle n'a pas le choix, il faut qu'elle se rende en pleine immersion dans un grand domaine pour pouvoir écrire.

    Le scénario de cette BD est tout simplement fascinant, j'ai tout simplement été transportée en plein vignoble et j'ai découvert comme Annabelle le monde du vin. Finalement, cette BD est un moment de la vie d'Annabelle, un peu comme un arrêt sur image. En plein divorce et en pleine prise de tête avec ses enfants, cet article va s'avérer être une bouffée d'air frais. Certes, la parisienne va avoir du mal à s'acclimater à la campagne mais c'est avec brio qu'elle saura tirer son épingle du jeu dans cet univers impitoyable. Certes, ses courbes généreuses n'y seront pas pour rien. Néanmoins, son intelligence et sa maîtrise de la langue de bois la servira à plusieurs occasions. L'histoire est donc divertissante, voire rafraîchissante. Certaines situations font sourire et Annabelle devient très vite attachante.

    Quant à l'esthétique, j'ai été également séduite par ce trait en rondeur et délicat. Les paysages rendent justice aux vignobles bordelais et les niveaux de gris sont maîtrisés à la perfection.

    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 27/12/2019 à 16:05:44

    Amoureux de la littérature, vous aurez sûrement reconnu dans ce titre un petit rappel d'un grand classique de la littérature française, Emma Bovary de Gustave Flaubert. Mon amour pour ce roman est tout simplement immense et c'est avec beaucoup de curiosité, que je me suis plongée dans la lecture de cette réécriture.

    Alors...Je ne sais pas vraiment ce que j'attendais avec cette BD mais...la désillusion fut rude. Je ne vais pas tourner trente ans autour du pot et créer un suspens inutile, j'ai tout simplement détesté!

    En ce qui concerne l'histoire, nous retrouvons Gemma une pauvre Donzelle qui se fait lourder par Patrick et se console dans les bras de Charlie. Ce dernier bonne pâte, est un divorcé dont l'ex femme lui mène la vie dure. D'emblée, rien que de vous résumer l'intrigue, mes poils se hérissent d'horreur. Je n'ai pas du tout accroché à l'histoire que j'ai trouvé ennuyeuse. Les personnages sont antipathiques. Charlie est un benêt qui se laisse manipuler par n'importe qui et Gemma est un véritable monstre d'égoïsme.

    Je comprends bien que cette BD est une réécriture et que par conséquent, tout ne peut pas coller parfaitement (sinon ce n'est plus une réécriture). Ce qui m'a le plus dérangé dans tout cela je pense que c'est la forme plus que le fond. Les pages sont remplies d'écriture! La typographie est petite et serrée donnant un effet de densité à la page. Les dessins sont peu présents et ne font qu'agrémenter les pages. Rares sont les planches entières. Pourtant, l'esthétique que j'ai pu entrapercevoir me plaît bien. Les traits plutôt fins, les visages simples et les dégradés de gris auraient pu me séduire si ils n'étaient pas noyés parmi tout ce récit. Et si encore le récit était bien écrit! J'ai trouvé le style fade, brouillon et sans réel attrait.

    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 27/12/2019 à 14:22:37

    Se plonger dans Les trois chiens, c'est plonger dans un monde onirique. L'ambiance qui se dégage de cette BD et celle d'un conte mais d'un conte pour adulte. Le scénario met en scène Pomeria qui est une jeune femme amoureuse de Senio. Le lecteur aura tôt fait de comprendre que Senio profite de la belle. Mais Pomeria s'avère avoir un tempérament de feu. Contre l'avis de son fiancé, elle achète trois chiens et fuit le foyer. Je m'arrête ici car j'ai peur de trop en dire et j'espère en avoir dit assez pour vous donner envie de vous plonger dans cette histoire. Le scénario est effectivement très prenant et il a eu le mérite de me transporter dans un autre univers. Tout dans cette BD fait penser à un conte moderne et j'ai apprécié cette touche de modernité dans l'écriture.

    Pomeria est clairement au centre de ce livre. Au départ très effacée, elle s'affirme au fur et à mesure des pages. Néanmoins, son cœur tendre lui jouera quelques tours. Toutefois, sa bravoure et son intelligence seront ses plus fidèles alliés. J'ai vraiment aimé ce personnage féminin fort qui ne s'en laisse pas voir. Pomeria trouve son pendant dans Senio qui, quant à lui, incarne la couardise et la fainéantise. Certains traits de son caractère m'ont fait penser à ceux d'un pervers narcissique. Bref, c'est le personnage qui attise la haine du lecteur.

    D'un point de vue esthétique, l'ambiance de la BD est sombre. Les traits sont plutôt épais et nerveux. L'accent est mis sur les regards et les expressions des personnages plus que sur les décors. Le noir est dominant et il n'est relevé que par très peu de couleurs.

    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 27/12/2019 à 13:48:47
    Les crocodiles - Tome 1 - Les Crocodiles

    Le harcèlement de rue est dans le collimateur avec ce roman graphique. Cela fait plusieurs fois que je me plonge dans des lectures sur le sujet et j'avoue que cela me glace le sang.

    Ici, les planches décrivent des situations de harcèlement. On voit des femmes qui se font siffler dans la rue, des femmes qui se font insulter, des femmes qui se font aborder impunément. On y voit la détresse de toutes ces femmes qui ne savent pas forcément comment réagir. On y voit l'incompréhension des harceleurs lorsqu'on les met devant les faits. On y voit l'indifférence des témoins. Bref, ce roman graphique, nous décrit tout simplement ce que n'importe quelle femme peut vivre dans son quotidien. Les lieux sont divers: maison, boulot, bar, rue. Les personnes aussi sont multiples: parents, médecins, collègues, amis, inconnus... Franchement, le nombre de situations où le harcèlement apparaît est effrayant. Cette BD ne vise néanmoins pas à faire paniquer tout le monde (bien qu'elle ait éveillé chez moi, une certaine anxiété). Son objectif est de mettre en avant des situations qui sont du harcèlement. Ce sont de multiples témoignages. Des cris de détresse de femmes.

    D'un point de vue esthétique, le dessin est plutôt simple. Thomas Mathieu a pris le parti de ne représenter les hommes que comme des crocodiles. Le choix de cet animal est judicieux car le crocodile est un véritable prédateur qui lorsqu'il tient sa victime, il ne la lâche pas. Ils sont également la seule touche de couleur de ce livre.

    À la fin de la BD, l'auteur n'hésite pas à citer ses sources, ce qui est vraiment appréciable. Il donne également des conseils en cas de harcèlement. Il va donc plus loin et pousse sa réflexion en mettant en avant que ce genre de comportement n'est pas une fatalité et qu'il y a toute une éducation à faire.

    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 21/12/2019 à 13:49:02

    Nouvel opus de l'auteure pour moi, et cette fois ci, c'est l'histoire d'une bande de copines. Le roman graphique se compose de plusieurs histoires mettant en scène des filles et dont le fil rouge et l'aménagement de Stéphanie à Paris.

    J'ai adoré l'ambiance générale de la BD. C'est drôle et frais. Les situations sont à la fois cocasses et réalistes et certaines planches m'ont vraiment fait penser à mes copines.

    Les personnages sont vraiment sympas. Chacune a sa personnalité, sa façon de parler et de se mouvoir. Très vite, on se lit d'amitié avec elles, on apprend à les connaître et on s'y attache.

    L'esthétique est fidèle aux traits de Carole Maurel, tout en délicatesse. Néanmoins, il y a moins de détails dans les décors que pour les précédents opus et le traitement de la couleur est différent. Elle qui utilise habituellement des ambiances plutôt sépias, opte cette fois pour des couleurs franches et très tranchées. Cela donne un coup de peps et fait pétiller les personnages féminins qui évoluent dans cette BD. Un choix judicieux, qui accentue l'esprit girly.
    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 21/12/2019 à 13:07:31

    Il faut être sacrément courageux pour s'attaquer au monument Jane Eyre et oser l'adapter en Roman Graphique. Et pourtant, le duo de Mc Kenna et Pérez réussissent avec brio à moderniser cette histoire que j'aime tant.

    Jane fait des études d'arts mais pour compléter ses fins de mois, elle prend un travail de baby-sitter chez le mystérieux et richissime Mr Rochester. Très vite, Jane se lie d'amitié avec la petite Adèle et son emploi prend une grande place. Bientôt, sa relation avec son patron devient ambiguë mais trop de mystères entoure le milliardaire, qu'a-t-il à cacher?

    Le scénario de ce roman graphique est plutôt fidèle au roman que j'affectionne tant. J'ai vraiment adoré cette histoire qui m'a prise aux tripes et a su me passionner alors que je connaissais déjà l'histoire.

    Aucune surprise du côté des personnages. Jane incarne une jeune fille au caractère bien trempé et qui ne se laisse pas faire. Mr Rochester quant à lui est mystérieux, très riche et franchement il est un peu agaçant. Adèle est une bouffée de fraîcheur dans ce duo, elle apporte de la gaieté parmi toute cette gravité ambiante.

    L'esthétique est colorée et m'a fait un peu penser à celle du comics par moment. Les traits sont durs et épais. L'ensemble confère une ambiance particulière au roman graphique. Une certaine gravité se dégage et rappelle l'atmosphère du roman.

    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 23/11/2019 à 16:01:19

    Sam a changé de lycée pour dire au revoir à son ancienne vie. Mais comment faire confiance à nouveau aux autres après ce qui s'est passé. Petit à petit, Sam s'ouvre, elle se met même à chanter dans un groupe, elle se fait des amis, des amis à qui elle cache un lourd secret. Sam est biologiquement un garçon.

    Le scénario de cette BD est d'une force incroyable. Il parle de reconstruction, d'identité, de confiance. Le personnage central Sam, nous livre ses angoisses et ses appréhension. Au détour de phrases ou de pensées, on découvre son passé douloureux. Et puis peu à peu on la voit grandir, prendre confiance, avancer. Cette BD montre à quel point l'entourage est important. D'emblée le lecteur ne sait pas que Sam est un garçon mais très vite, on se doute de quelque chose. 

    J'apprécie ces histoires car bien qu'ayant un pan tragique, elles nous montrent qu'avec u minimum de solidarité et d'amour tout le monde peut s'épanouir à sa guise. J'ai donc été particulièrement touché par cette histoire.

    L'esthétique est sympathique. Les traits sont fins et un peu nerveux. J'ai trouvé les couleurs un peu fades à mon goût et cela manque un peu de peps. Néanmoins, ce petit bémol ne gâche pas l'ensemble.
    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 23/11/2019 à 15:42:58

    Tyrone Meehan revient au pays, mais il n'est pas le bienvenu, lui, ce traître à sa patrie, ce traître à ses idéaux.

    Ce roman graphique nous plonge en pleine tension entre l'Irlande et l'Angleterre. Le lecteur suit Tyrone dans son combat pour l'indépendance de son pays. Les attentats, les cachettes, les secrets et les mensonges rythment le récit de cet homme qui en viendra à faire l'impensable pour obtenir la paix.

    J'ai découvert avec cette BD ce pan de l'Histoire. Je connaissais quelques anecdotes mais j'avoue que je n'en savais pas plus. Ici, nous voilà plongé directement dans cette révolution sanglante. Le scénario alterne moment du passé où l'on voit Tyrone se battre pour sa nation et moment présent où il rentre chez lui et est mal reçu. Tout au long de la lecture, une seule question plane: Qu'a fait Tyrone pour être qualifié ainsi de traître? Cette interrogation est sous jacente durant tout le livre et taraude le lecteur. Heureusement, le dénouement donnera une réponse claire au lecteur.

    Le personnage de Tyrome Meehan est charismatique. Il a une vraie présence. Taiseux, il ne s'exprime que lorsque c'est important. Il se montre réfléchi mais aussi rongé par la culpabilité de semer autant de morts sur son passage.

    Je n'ai pas accroché plus que cela à l'histoire. J'ai trouvé certains passages un peu brouillons et j'ai eu du mal à rentrer dedans dès le départ.

    L'esthétique quant à elle ne m'a pas non plus emballée. Les traits sont bruts. Il y a peu de détails. Les vignettes sont souvent monochromes et les décors très sobres.
    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 23/11/2019 à 15:21:21

    Dans le petit village de Salem, tout semble paisible mais le révérend voit bien que ses ouailles se détournent de Dieu et ce n'est pas bon pour son commerce. Dans cette atmosphère étouffante, Abigail, une jeune fille de 17 ans tente de vivre dans les préceptes que lui inculque sa famille. Mais tous ces carcans la gênent. Elle voudrait aimer qui elle souhaite, danser, se promener en toute liberté. Alors, quand le révérend décide de faire un grand ménage, ce sont les femmes qui sont montrées du doigt. Ce sont elles qui ont fait rentrer la perversion dans Salem, ce sont elles qui tentent les hommes. Pour retrouver son pouvoir et remettre une main mise ferme sur sa population, ce dernier n'hésite pas à les accuser de sorcellerie. Ainsi, s'ouvrira l'un des procès les plus injuste et sanglant de l'Histoire.

    Le scénario de ce roman graphique est mené d'une main de maître. On ne peut d'ailleurs n'être qu'admiratif face à cette maîtrise de l'histoire. Thomas Gilbert met lentement et subtilement en place l'atmosphère du village de Salem pour en venir de manière impitoyable au procès. Il met en avant l'absurdité et les conséquences d'un obscurantisme aveugle. L'auteur choisit également de mettre au centre de son récit la jeune Abigail dont la seule faute et d'avoir vu des choses qu'elle n'aurait jamais dû voir. Face à une telle lecture, comment ne pas se révolter en découvrant la violence et l'injustice dont ont été victimes ces nombreuses femmes.

    Un tel récit se devait d'avoir une esthétique à sa mesure. L'ambiance étouffante est bien retranscrite et l'usage des couleurs sombres est de mise. Les corps sont filiformes, maigres voire décharnés. Les traits des visages sont tirés et presque effrayants. Cela m'a parfois fait penser au dessin de Joann Sfar. Graphiquement, on reconnaît néanmoins la patte de Thomas Gilbert avec ses traits fins.
    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 23/11/2019 à 14:57:38

    Comment vivre quand on vous annonce que vous avez une maladie incurable et que vous allez devoir prendre durant toute votre vie des médicaments? C'est justement sur cette question que se plonge ce roman graphique poignant.

    Charlotte vient d'apprendre sa maladie et sombre littéralement. Daniel a du mal à supporter son traitement et cherche désespérément  à réparer les erreurs passés. Catherine quant à elle subit la méchanceté de ses collègues et vit tristement sa maladie. Leur parcours est différent mais ils vont finir par se rencontrer. Ce roman graphique montre comment on peut trouver la force de se reconstruire, de survivre et de se battre avec la tête haute. Il nous montre que dans tout malheur, si nous avons la force, on peut trouver quelque chose de positif. C'est une véritable leçon de vie qui nous est donnée et un vrai bol d'air frais.

    Les trois personnages principaux sont terriblement attachants. On a envie de les protéger et de les aider. Charlotte est celle qui m'a le plus bouleversée car sa réaction face à la maladie est violente notamment envers les autres. Sa reconstruction en sera d'autant plus belle.

    Esthétiquement, c'est tout ce que j'aime. Des traits en rondeurs, de jolis décors, des yeux expressifs et surtout, de superbes couleurs. Le style de l'ensemble a su me séduire.
    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 23/11/2019 à 14:37:55

    Dans cette BD, la chanteuse GiedRé nous livre son enfance. Originaire des pays de l'est., elle nous raconte le communisme et comment elle a vécu son enfance. Avec naïveté et fraîcheur, la jeune femme décrit la vie de famille, l'école, la politique, la censure et derrière tout cela la terreur du régime bolchévique. Bien que raconté sur un ton léger, le lecteur sent très vite la critique et l'ambiance lourde.  Le scénario se focalise beaucoup sur l'ambiance et la pression que le gouvernement peut mettre aux habitants. L'histoire de GiedRé ne fait finalement que servir cette dénonciation déguisée.

    J'ai été très émue par cette histoire notamment parce que je sais qu'elle est vraie et que encore aujourd'hui de nombreuses personnes doivent la subir. En revanche, le ton un peu léger a fini par m'agacer. J'ai trouvé que cela ne collait pas forcément au sujet.

    Esthétiquement, c'est très poétique. Les dessins sont faits aux crayons de couleurs et collent parfaitement avec le ton enfantin de l'ensemble. C'est très coloré et là aussi, cela crée un véritable contraste avec le propos tenu.
    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 23/11/2019 à 14:16:03
    Il faut flinguer Ramirez - Tome 1 - Acte 1

    Jacques Ramirez est réparateur d'aspirateur. Il vit une vie tranquille mais son train train va basculer lorsque deux mafioso pensent le reconnaître. Ne serait-ce pas le grand tueur Ramirez? Ce fumier! Commence une véritable course poursuite. Jacques ne semble pas vraiment comprendre ce qu'il lui arrive. Il échappe aux dangers sans savoir comment. Le scénario fait les vas et vient entre Jacques qui subit de multiples attaques et le groupe de mafioso qui veut absolument obtenir sa vengeance. Les rebondissements sont multiples. Il faut dire que l'ensemble est plutôt musclé. Les scènes violentes s'enchaînent. Au fur et à mesure de la lecture, le mystère s'épaissit. Jacques Ramirez est-il vraiment celui que tout le monde recherche? Au fil des pages, le voile se lève et la fin n'apparaît que comme un début de l'aventure.

    Le personnage de Jacques est impénétrable. Il n'a aucune expression faciale et ne semble pas ressentir quoi que ce soit. Muet, il subit la situation plus qu'autre chose. Autour de lui, gravitent de nombreux personnages tout aussi mauvais les uns que les autres. Tous les protagonistes possèdent une certaine noirceur que chacun laisse plus ou moins apparaître.

    L'ambiance qui se dégage de cette lecture fait penser aux thrillers des années 80. J'ai véritablement accroché à cet univers musclé. L'esthétique se rapproche de celle des comics. Les traits sont noirs parfois épais. Les couleurs sont très vives et tranchés. Les décors foisonnent de détails. Chaque vignette est vraiment riche. Le choix esthétique colle parfaitement au sujet abordé et contribue à cette immersion totale dans l'univers de la mafia.
    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 23/11/2019 à 13:55:56

    Antoine s'ennuie à mourir pour ses vacances en Bretagne. Marre de la plage, marre de dessiner des pokémons pour son frère  Titi. Et puis, elle est venue les rejoindre. Elle, c'est Hélène, 16 ans, jeune fille en fleur qui va faire découvrir à Antoine les prémices de la sexualité.

    Tout le scénario tourne donc autour de cette relation qui flirte avec l'interdit. Antoine a 13 ans, il est timide et entre dans la puberté. Hélène quant à elle, est provocante et est sexuellement beaucoup plus mûre. Ensemble, ils vont se découvrir, découvrir leurs corps, le plaisir, l'envie de l'autre. J'avoue, le fait que la majorité des scènes sexuelles mettent en scène des adolescents m'a mise mal à l'aise. Il faut dire que ce n'est pas la première fois que Bastien Vivès m'avait mise dans cet état. Déjà avec Le Chemisier, il avait éveillé chez moi des sentiments assez contradictoires.

    L'esthétique est en noir et blanc. Les traits sont plutôt épais. Les visages sont souvent vides, ce sont les corps qui s'expriment. Les décors sont minimalistes et les contours parfois un peu flous. En revanche, je note la passion de Bastien Vivès pour les fortes poitrines et les décolletés plongeants. Les courbes féminines sont en rondeur alors que les hommes sont beaucoup plus filiformes.
    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 23/11/2019 à 13:35:11
    Elma, une vie d'ours - Tome 2 - Derrière la montagne

    Après avoir eu un gros coup de foudre pour le tome 1 d'Elma, je découvre enfin le tome 2. Nous avions laissé Elma et Papa Ours dans la forêt.Celui- ci amenait sa petite protégée derrière la montagne mais ne voulait pas lui en donner la raison.

    Dans ce tome, nous allons enfin découvrir le fin mot de l'histoire. Le scénario clôt à merveille cette série. Alors, j'avoue que j'aurai aimé que tout se passe plus doucement, j'aurai aimé passer plus de temps en compagnie d'Elma et Papa Ours. Néanmoins, l'urgence de la situation que vivent les protagonistes justifie ce scénario où tout s'enchaîne très vite.  La fin est arrivée et elle m'a tordue l'estomac et c'est les larmes aux yeux que j'ai fermé ce tome 2. Il faut dire qu'Ingrid Chabbert a l'art de m'émouvoir.

    Elma se montre toujours aussi déterminée. Ce petit bout de femme voit son univers bouleversé et fait face avec beaucoup de courage. Quant à Papa Ours, il apparaît sous un nouveau jour, beaucoup plus protecteur et tendre. La relation qui lie ces deux personnages est la véritable force de cette BD.

    Esthétiquement, c'est sublime. Les couleurs pastels donnent un aspect tendre et poétique à l'ensemble. Les traits sont fins et délicats. Comme à chaque fois avec Léa Mazé, c'est la coup de foudre visuel.
    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 23/11/2019 à 13:05:57

    Une belle journée d'été se profile à l'horizon. Juliette et Luis ont donc prévu d'aller faire du canyoning ensemble. C'est une véritable épreuve que va vivre Juliette. Elle va devoir lutter contre ses peurs, ses angoisses et vivre des moments difficiles. Faisant écho à ses propres interrogations sur son couple, chaque obstacle va l'aider à avancer.

    Ce roman graphique décrit une journée, une action et se focalise sur un personnage en particulier. Ce qui pourrait paraître ennuyant, s'avère une véritable aventure. Le personnage de Juliette vit une véritable remise en question. On suit le fil de ses pensées. Les dialogues sont rares. Et pourtant, l'ensemble est d'une véritable force. Juliette se plonge dans les méandres de la Terre comme si elle replongeait en elle même pour trouver la solution à son problème. Ce roman graphique est une véritable métaphore de la renaissance. En effet, Juliette sort de cette expérience changée et prête à prendre en main sa vie.

    L'esthétique est sublime et très colorée. On ne peut qu'être admiratif face à ces splendides paysages. C'est baigné de lumière. J'émettrai juste un petit bémol en ce qui concerne le traitement des personnages. En effet, la technique utilisée par l'auteure convient parfaitement au décor mais j'avoue que j'ai beaucoup moins apprécié lorsqu'elle est appliquée aux protagonistes. J'ai trouvé que cela donné une vision peu réelle. Bref, quelque chose m'a dérangée.
    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 17/11/2019 à 14:08:05

    Un petit goût de noisette est un roman graphique en trois tomes. Je n'ai pu malheureusement lire que les deux premiers pour le moment mais je vais me jeter sur le troisième dès que possible. 

    Le scénario se découpe en plusieurs parties. Chaque partie se concentre sur un personnage et à sa relation (souvent amoureuse) avec les autres. Vanyda se penche sur le sentiment amoureux et part sa palette de personnages nous dévoile les différentes façon de vivre, de gérer ce sentiment qui peut se montrer vraiment fort. C'est donc un florilège d'histoires d'amour qui nous est présenté. J'ai vraiment apprécié cette façon de raconter. Certains personnages n'apparaissent qu'une fois et d'autres plusieurs fois mais pas forcément dans leur propre histoire si bien que tout fini par s'imbriquer. On change de point de vue et on découvre la suite de leurs aventures.

    J'ai littéralement dévoré les deux tomes. C'était beau, j'ai adoré voir les sentiments qui se mêlent et les interactions entre les personnages. J'ai aimé également l'aspect réaliste de ces histoires et l'humanité profonde des protagonistes.

    Tous ces récits sont accompagnés d'une esthétique magnifique. J'ai adoré le coup de crayon de Vanyda. C'est très féminin. J'ai apprécié notamment le travail sur les expressions du visage. Par certains aspects, le traitement des personnages me fait un peu penser au style du manga. J'ai également beaucoup aimé les touches délicates de couleurs. Chaque histoire à une couleur dominante, ce qui lui donne une véritable identité.
    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 17/11/2019 à 13:43:55

    Chloé Cruchaudet, c'est la génialissime auteure de Mauvais Genre que j'avais adoré! Alors quand sur les blogs se sont mis à fleurir des chroniques plutôt positives sur La croisade des innocents, je me suis dit qu'il fallait absolument que je le lise. Le temps est passé et finalement, j'ai enfin réussi à me procurer le graal.

    Après autant d'attente, forcément, je ne sais pas vraiment à quoi je m'attendais mais pas à ça... Le scénario narre l'histoire de Colas qui , après avoir eu une vision, emporte dans son sillage une centaine d'enfants ayant pour objectif de délivrer le tombeau de Jésus. Au départ, la ferveur est réelle mais les troupes deviennent nombreuses et pas facile pour des enfants de survivre dans ce périple. Les embûches se multiplient et Colas doute. Le début du roman graphique m'a plu. J'ai d'emblée adhérer à la cause de Colas qui vit une véritable souffrance. Mais, au fil des pages, mon enthousiasme a diminué. Je me suis ennuyée et j'ai trouvé que l'ensemble manquait de rythme, de rebondissements. Cette croisade ne m'a donc pas passionnée et j'ai eu un peu de mal à terminer ma lecture. 

    Les personnages sont en majorité des enfants dont le centre est Colas. Ce dernier est vraiment double. Il peut être capable du pire comme du meilleur. D'ailleurs, les premières planches, ne le mettent pas en valeur. Il prend de l'importance lors de sa vision et se laisse emporter dans un énorme mensonge. Tout le long du récit, Colas oscille entre culpabilité et appât du gain. C'est un personnage vraiment complexe.

    D'un point de vue esthétique, Chloé Cruchaudet a opté pour toute une palette de gris qui donne de très jolies nuances à l'ensemble. Le trait est fin et délicat. L'ensemble est poétique et l'accent est mis sur les personnages plus que sur les décors. Il y a une ambiance particulière qui se dégage donc de cette BD.
    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 17/11/2019 à 11:14:13

    J'ai découvert Pedrosa grâce au sublissime Portugal. Subjuguée par l'esthétique du roman graphique, je me suis très vite laissée tenter par L'âge d'or qui lui aussi m'a beaucoup plu. Lorsque je suis tombée sur Les Équinoxes à ma médiathèque, j'avoue avoir eu un petit moment d'hésitation face à la grosseur du livre mais pour Cyril Pedrosa je suis presque prête à tout.

    Dans ce roman graphique, Pedrosa recueille des petits moments de la vie, des anecdotes, des situations. Il se penche sur la vie quotidienne, décortique les sentiments de ses personnages et à la manière d'un sociologue, nous livre des histoires frappantes, remplies de sensibilité et qui forcément nous touchent. Au fil des saisons, les personnages évoluent, leur sentiment aussi. AU centre de toute cette BD, la solitude. Cette dernière emplit totalement l'oeuvre, cette sensation est distillée et disséquée. De façon intelligente, l'auteur nous montre différentes sortes de solitude.

    Mais, Cyril Pedrosa n'est pas seulement un très bon scénariste, c'est également un vrai artiste. Ainsi, il mélange deux styles graphiques. L'un se rapproche plus du style de Portugal avec des traits fins et délicats et des couleurs poétiques et l'autre qui se rapproche plus de L'âge d'or avec des traits plus épais et des couleurs vives. La colorisation est d'ailleurs faite de façon extrêmement intelligente. La palette évolue au fil des saisons. Les couleurs froides envahissent l'hiver, les tons orangés et marrons se mêlent à l'automne, le jaune explose en plein été et le printemps nous livre des verts tendres. On en prend plein les mirettes, c'est beau à vous faire tomber par terre. C'est un tableau magnifique!
    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 17/11/2019 à 10:23:07

    JB n’est pas vraiment décidé en ce qui concerne son avenir: continuer ses études? Trouver un travail? Une chose est sûre, ses parents ne veulent plus l’héberger. Contraint, il trouve un travail d’éboueur.

    Le scénario nous montre la routine de JB. Les poubelles qui schlinguent, les poubelles trop pleines, celles qui se déchirent, bref…La galère de tous les jours. J’avoue qu’aux premières planches, le choc a été immense, l’esthétique, le thème….Et puis, au fil des pages, je me suis prise au jeu de cette histoire peu banale. Suivre JB dans ses tournées a été plus passionnant que prévu. Le rituel du café, la petite pause au dining et surtout, surtout toutes ces galères. J’ai adoré le langage cru, l’ambiance en noir et blanc, l’esthétique brute. Car au-delà d’un scénario somme toute pas mal, c’est l’esprit graphique qui m’a le plus marquée. Les traits sont épais, nerveux. Les vignettes foisonnent de détails, c’est presque trop et on ne sait plus où regarder.

    Petit plus, ce roman graphique est véritablement instructif. Nous apprenons pleins de choses sur le thème des déchets, leur traitement, leur historique et aussi notre rapport quotidien avec eux.

    http://aufildesplumesblog.wordrpress.com

    Au Fil des Plumes Le 31/10/2019 à 13:24:50

    Première guerre mondiale, les hommes sont partis au front sauf Maël qui a un pied-bot. Il se voit attribuer la tâche de facteur. Au fil du temps et des lettres, le jeune homme va apprendre à connaître ses femmes qui l'impressionnent. Très vite, certaines femmes feront de lui leur amant. Très vite, Maël va se sentir pousser des ailes et commettre des actes peu moraux afin de rester l'homme de la vie de ces dames.

    Le scénario se focalise donc sur l'histoire de ce petit facteur. L'intrigue est maîtrisée et prenante. La dernière partie de la BD est une surprise. Je ne m'attendais vraiment pas à cela. Certes, il fallait s'en douter quelque peu mais j'avoue que je n'ai pas forcément apprécié. Je ne peux vous en dire trop sans spoiler donc je vais m'arrêter là en ce qui concerne l'intrigue.

    La BD met également des personnages de femmes en avant. Ces dernières se retrouvent seules, devant accomplir les tâches de leurs hommes. Au départ esseulées, elles vont très vite s'organiser. J'ai aimé les différentes personnalités féminines mises en avant. 

    Au milieu de toutes ces femmes, il y a Maël. Moqué depuis sa jeunesse pour son handicap, il voit les regards féminins changer à son égard. Timide et maladroit, il est touchant au début de la BD. Mais, il prend très vite confiance en lui et son caractère change. le doux naïf devient un vil manipulateur. Il se transforme en un personnage antipathique. Son évolution est intéressante car il appelle autant la pitié que la haine.

    Le tout est servi par une esthétique sublime. J'ai apprécié les vignettes qui nous emplissent les yeux de beaux paysages. Les couleurs sont plutôt franches et tranchées et cela manque un peu de nuance de ce point de vue. En revanche, j'ai totalement adhéré au dessin. Le trait est précis et fin mettant l'accent sur les corps des personnages et leur mouvement. Tout au long de la lecture, le vent fait bouger les paysages et les robes, donnant l'impression au lecteur qu'il est véritablement sur cette île.

    Au Fil des Plumes Le 31/10/2019 à 12:54:18

    C'est l'histoire d'une maison de famille. Une maison au centre des tensions, une maison pleine de souvenirs, une maison où joie et tristesse se mêlent. Dans un cadre estival, Julie, Coline, Albert et les autres se retrouvent en famille. L'ambiance est tendue. La mort de Thomas plane, les disputes couvent. Trouveront-ils le moyen de régler leur conflit?

    C'est beau une famille. Même lorsqu'elle se déchire, celle-ci met en évidence les liens qui unissent les uns aux autres. Il y a des rancœurs forcément, mais il y aussi beaucoup d'amour et de tendresse. Les souvenirs côtoient les moments présents et les promesses faites sont sacrées. C'est d'ailleurs l'histoire de cette promesse qui sera livrée aux lecteurs sur la deuxième partie de cette BD.

    Le scénario habilement construit, mêle présent et passé. les moments se chevauchent, se complètent pour écrire un futur que l'on espère plus heureux et lumineux. L'histoire est prenante. On ne peut que s'attacher aux personnages qu'elle met en scène.

    Ce livre est rempli d'humanité. Les personnages sont particulièrement émouvants. Certes, on ne peut pas approfondir leurs personnalités en si peu de pages mais on les touche du doigt et cela suffit à nous émouvoir.

    Quant à l'esthétique, elle est assez sympathique bien que j'ai trouvé certaines vignettes un peu figées. Les couleurs sont très belles. Cela sent bon l'été.
    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 31/10/2019 à 12:27:47
    Les beaux étés - Tome 3 - Mam'zelle Estérel

    Comment ça vous ne connaissez pas Les Beaux Étés? Mais ça devrait être une lecture obligatoire! Une lecture que votre médecin vous prescrit pour vous redonner la patate! Alors ok, je ne suis pas très neutre vue mon amour immodéré pour Zidrou. Alors d'abord, il faut que vous alliez rattraper votre retard en lisant ma chronique sur les tomes 1 et 2 (ici). Et puis maintenant, je vais vous parler des tomes 3, 4 et 5.

    Les trois derniers tomes sont sur le même modèle que les deux premiers. On retrouve la famille Faldérault qui part en vacances avec toujours leur fameux slogan "Cap au Sud!". Alors forcément, il faudra faire avec le retard de Pif, le père, dessinateur toujours dans les choux. Il faudra booster Mamz'elle Estérel la 4L mythique! Il faudra refréner Pépette et son enthousiasme bondissant. 

    Chaque tome nous livre donc un moment de vacances de cette famille terriblement attachante. On retrouve les rituels rigolos, les blagues potaches, l'ambiance musicale de l'école et cet amour qui déborde de partout. On se plaît à retrouver les personnages comme de vieux amis. On sourit à une anecdote, on a une larme au coin des yeux en fermant chaque tome avec l'appréhension que ce soit le dernier. Et puis, on voit la vie qui défile. Les enfants qui grandissent, les parents qui vieillissent mais toujours cette bonne humeur et cette tendresse.

    Esthétiquement, je suis toujours autant conquise. Les couleurs, les dessins que dire. J'aime les attitudes des personnages, l'expression de leurs visages, les regards qu'ils échangent et qui sont parfois plus forts que les mots. 

    Alors toi, qui n'a peut être jamais lu cette BD, fonce vite t'en procurer une et devient un Faldérault à ton tour.
    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 26/10/2019 à 11:09:56

    Avec Le roman des Goscinny, Catel nous livre un document sur la vie du plus célèbre des Goscinny, René. Il faut dire que Catel est plutôt douée en ce qui concerne les biographies. Elle avait déjà su me séduire avec Olympe de Gouges, Joséphine Baker ou Kiki de Montparnasse. C’est donc avec une certaine excitation que je me suis plongée dans cette lecture.
    Dès la préface, j’ai compris que Anne Goscinny, la fille de René allait jouer un rôle important dans l’écriture de ce document. Tout commence dans un café où Anne et Catel se rencontrent. Le récit s’ouvre sur des souvenirs, des photos et des impressions pour ensuite s’organiser de façon plus chronologique.
    J’ai donc découvert l’enfance de René Goscinny, ce jeune garçon d’origine polonaise qui a grandit en Argentine. Je l’ai ensuite vu grandir et affirmer son envie de faire rire les gens. J’ai admiré sa détermination à vouloir accomplir son but. J’ai été touchée par ses amitiés multiples et fidèles, par sa bonne humeur permanente et son humour.
    Catel nous livre un roman graphique à deux voix. D’un côté nous avons René Goscinny que l’auteure fait parler. Elle s’est d’ailleurs appuyée sur de nombreux interviews afin d’être le plus fidèle possible à l’esprit de René Goscinny. De l’autre, nous avons Anne, qui raconte son père, sa famille, son passé de façon très émouvante.
    Ce roman graphique est aussi une véritable histoire d’amitié. Au fil des pages, l’auteure met en avant les liens qui se tissent entre elle et Anne Goscinny pour aboutir à une collaboration.
    Comment parler de ce document sans parler de l’esthétique de celui-ci ? Le trait de Catel a toujours su me séduire. Les traits sont fins et harmonieux. L’utilisation du noir et blanc est maîtrisée. J’ai particulièrement apprécié le traitement de la couleur. La voix de Goscinny se livre dans des tons bleutés alors que celle de sa fille Anne se présente dans des tons orangés. Ce traitement des différentes voix est d’ailleurs mis en avant dès la couverture avec ces deux êtres qui se regardent avec tendresse. Le roman graphique met en avant également des documents originaux. Les premières caricatures de René Goscinny nous sont alors révélées. Les premières BD reprennent vie. C’est une vraie mine d’or.
    Enfin, je voudrais souligner l’émotion qui se dégage de ce roman graphique. Anne Goscinny parle de son père avec beaucoup d’admiration mais on sent poindre très souvent ce sentiment de regret, de manque. Je terminerai en citant la fin de la préface écrite par Anne Goscinny et qui à elle seule résume parfaitement ce livre : « Sous le pinceau élégant et juste de Catel, je l’ai vu bailler, jouer, sourire, dessiner, écrire, espérer. C’est bien sa voix, là. Et c’est son rire aussi.
    Qui a jamais eu la chance de voir ainsi naître son propre père ? »

    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 13/10/2019 à 10:53:28

    Milady de Winter, la mystérieuse et sublime femme qui rendait fous les mousquetaires se voit enfin dédier un roman graphique. Et, cela fait mouche!

    J'ai tout simplement adoré le scénario qui montre l'envers du décor du célébrissime roman d'Alexandre Dumas. Le point de vue de Milady de Winter permet de voir d'un autre œil cet oeuvre. Personnellement, j'adore Les Trois Mousquetaires et j'avais un peu peur d'être déçue mais cela n' a pas été du tout le cas! Le scénario révèle pleins de belles surprises et le rythme est effréné. On ne s'ennuie à aucun moment et j'ai véritablement dévoré la BD.

    Le personnage de Milady de Winter est au centre de tout le récit. Elle emplit pleinement l'oeuvre. Elle apparaît tantôt faible, tantôt forte, mais ce que je retiendrai c'est surtout sa détermination, son courage et sa ruse. Elle ne se laisse pas faire et c'est tout à son honneur. Jusqu'au bout, elle tente de sauver sa peau. Très souvent, Milady apparaît comme une prédatrice mais ici, on découvre un autre visage de ce personnage, un peu plus doux, un peu plus humain. En revanche, les mousquetaires en prennent pour leur grade et leur image policée en prend un coup. 

    L'esthétique de l'ensemble est en noir et blanc et j'ai adoré le dessin d'Agnès de Maupré. Les personnages sont sublimes. Le trait est fin et léger. J'ai apprécié les détails notamment dans les costumes des personnages
    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 12/10/2019 à 14:42:24
    Swan - Tome 1 - Le Buveur d'absinthe

    Swan débarque avec son frère à Paris, espérant rentrer à l'École des Beaux Arts. Sur place, ils vont faire la connaissance de grands peintres et découvrir les coulisses de ce monde cruel et sélectif.

    Avec ce premier tome, nous découvrons la face cachée des œuvres d'art. Les noms des peintres nous sautent aux visages ainsi que leurs tableaux mais, ce que nous montre Néjib, c'est l'envers du décor: les querelles, les coups bas, les médisances...

    Dans ce contexte, nous suivons Swan, une jeune américaine bourgeoise avec du talent mais qui, comme elle est une femme, ne peut pas rentrer aux Beaux Arts. Sa pugnacité et son talent vont l'amener à rencontrer de grands maîtres de la peinture. Tout au long de la lecture, on sent que son envie de peindre augmente. Finalement, sa détermination la mènera-t-elle jusqu'à son objectif? C'est sur cette question que se clôt ce premier tome.

    Vous l'aurez compris, c'est donc une héroïne qui est au centre de ce roman graphique. Swan s’avérera avoir une vraie force de caractère et un vrai cran. Elle ne se laisse pas faire, elle sait ce qu'elle veut et elle fait tout pour l'obtenir. Bref, c'est une héroïne comme je les aime.

    Graphiquement, tout au long de ma lecture, je me disais que je connaissais ce style un peu nerveux avec très peu de couleur et peu de détails. Et puis, d'un coup, le flash! Néjib est l'auteur de Stupor Mundi que j'avais cordialement détesté! Pour Swan, je ne serai pas aussi catégorique que pour la première BD. J'ai trouvé l'esthétique sympa et je pense que l'histoire a beaucoup contribué à me faire apprécier l'esprit graphique.
    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 12/10/2019 à 13:52:26

    C'est en cherchant Salem (du même auteur) que je suis tombée sur ce roman graphique. Ne trouvant pas le fruit tant attendu, je me suis donc laissée tenter par cette BD aux couleurs franches. Je l'avoue, je n'ai même pas lu la quatrième de couverture, j'ai juste pris le livre...Comme ça... Sans savoir...

    J'ai donc découvert l'histoire de Domitille et Nour avec une certaine stupéfaction. Les deux jeunes adolescentes sont issues d'un milieu favorisé et "profite" de leur jeunesse. En fait, elles brûlent plutôt la chandelle par les deux bouts. Les jeunes filles enchaînent les soirées où drogue, alcool et sexe font bon ménage. Très vite, je me suis sentie dérangée par cet aspect de l'histoire. Voir ces deux jeunes agir de la sorte m'a profondément choquée. Et si il n'y avait que ça...

    Très vite, on s'aperçoit que les réseaux sociaux et la connectivité abusive poussent les adolescentes à agir de façon inconsidérée. De plus, leur relation est nocive, les auto-détruisant à petit feu. Vivant à cent à l'heure, Domitille et Nour en viendront à faire l'inimaginable.

    Le scénario de ce roman graphique est donc diabolique. On s'y retrouve complètement prisonnier. Tout au long de ma lecture, je me suis posée de multiples questions et je me suis de nombreuses fois retrouvée désarçonnée par les attitudes des jeunes filles. C'est violent, provocateur et j'en suis persuadée terriblement réaliste.

    Les deux personnages principaux sont torturés. J'ai eu l'impression qu'elles n'étaient pas saines d'esprit tellement certaines actions m'ont paru aberrantes. Et pourtant.... Ce que je retiendrai de Nour et Domitille, c'est ce sentiment de souffrance, cette douleur permanente face à ce monde qui ne les écoute pas. Le mal être de ces filles transpire par toutes leurs pores. Les personnages vivent une véritable souffrance qu'elles alimentent elle même créant un espèce de cercle sadique.

    Ce sentiment de perdition est accentué par l'esthétique que confère Thomas Gilbert à son oeuvre. Les personnages sont longilignes et maigres. Les traits sont accentués. Tout paraît presque irréel. L'ambiance générale est très colorée. C'est criard et violent. Le graphisme donne presque l'impression que l'ensemble est un simple cauchemar dont nos héroïnes vont se réveiller. Mais, il n'en est rien. Bien que de prime abord pas attirée par ce genre esthétique, Thomas Gilbert a su faire de moi la prisonnière de cette descente infernale que vivent ses héroïnes.
    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 12/10/2019 à 11:58:04

    Iris et Ismail s'aiment d'un amour fou. Installés tous les deux en Italie, ils vivent paisiblement. Mais Ismail doit retourner en Syrie régler quelques affaires. Au moment, où Iris apprend qu'elle est enceinte, Ismail se retrouve pris dans la tourmente de la guerre.

    Le scénario décrit les trajectoires parallèles de ces deux héros qui se retrouvent malheureusement éloignés. D'un côté, Iris qui va découvrir ses origines mais également beaucoup se questionner sur la maternité. Et de l'autre, Ismail qui va devoir lutter pour rentrer en Italie, vivant l'indiscible. 

    Les auteurs ont pris le parti d'intercaler des moments où l'on voit Iris et d'autres où l'on voit Ismail. Viennent s'ajouter à cela des retours dans le passé des personnages mais également des morceaux de journal intime. Tout s'imbrique savamment, laissant place à une histoire complexe.

    Dans cet épais roman graphique, les moments d'émotions s'enchaînent et ne se ressemblent pas. On peut passer de la tendresse, au dégoût en seulement quelques vignettes. Les passages d'un personnage à l'autre sont faits de façon subtiles et tout semble glisser naturellement.

    Esthétiquement, c'est magnifique. Il y a un changement d'ambiance lorsque l'on retourne dans les souvenirs des personnages. Les bulles changent de couleurs, bref, l'ensemble est construit de façon très intelligente. J'aime particulièrement le coup de crayon de Stefano Turconi. J'aime la façon dont il dessine les personnages et la façon qu'il a de les rendre vivants.

    À ce stade, vous vous dites certainement que j'ai adoré ma lecture. Et bien, de façon surprenante, pas forcément. Certains passages sont très denses, très longs et par conséquent m'ont un peu ennuyée. Le problème, c'est que ces moments étaient nombreux et ont rendu ma lecture beaucoup moins agréable...
    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 05/10/2019 à 13:08:42
    L'arche de Néo - Tome 1 - A mort, les vaches !

    Néo est un ancien cochon star qui est sauvé de la mort par un couple de défenseur de la cause animale. Dans leur ferme de nombreux animaux se côtoient, jusqu'au jour où une descente de la police va faire éclater leur vie idyllique. Heureusement, Néo arrive à s'échapper ainsi que une vache, un mouton et un coq. Ce premier tome raconte donc le début de leur cavale.

    Bon... Attirée par la couverture colorée et le jeu de mots du titre, je me suis laissée tenter par cette lecture mais... J'ai bien vite regretté mon choix. En effet, l'idée de base qui est originale n'est pas assez exploitée. Le scénario se perd dans des considérations écologiques et morales sans fin. Les dialogues sont infiniment longs et ennuyeux. L'ensemble manque donc de rythme et j'avoue avoir été plusieurs fois tentée de laisser tomber ma lecture. Je suis donc arrivée au bout du tome avec beaucoup de peine.

    Les personnages sont peu attachants. Je les ai trouvés agaçants. Ils sont tous très imbus de leur personne et ont un ego surdimensionné.

    L'esthétique quant à elle est trop vieillotte à mon goût. J'ai trouvé les vignettes trop chargées avec des couleurs fades.
    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 28/09/2019 à 17:10:46

    Elsa, Jean et Emile ne se connaissent pas, et pourtant, leurs vies vont de croiser au moment où ils ne s'y attendent pas.

    Aude Mermilliod a décidément l'art de raconter des histoires de vie. Avec Les reflets changeants, elle nous plonge dans le quotidien de trois inconnus. Le lecteur y découvre leur joie mais aussi leurs petits tracas. Et ce sont ces petits tracas qui vont les réunir et les unir à jamais. Le scénario de ce roman graphique est bien construit. On alterne régulièrement entre la vie des trois protagonistes, découvrant leur présent mais aussi leur passé à travers un journal intime. Au fil des pages, on sent une montée en puissance jusqu'au moment où tout va être bouleversé. Il y a des rebondissements, de l'émotion (beaucoup) et du suspens. Tous les ingrédients sont donc réunis pour me séduire.

    L'auteure met donc en scène Elsa, une jeune fille très intéressante et très amoureuse d'un dépressif chronique qui la maltraite, Jean un divorcé qui a dû mal à assurer avec sa fille et Emile un homme de la soixantaine sourd. Et là, vous vous dites sûrement qu'ils n'ont rien à voir ensemble. Mais, c'est là que Aude Mermilliod est forte car comme la réalité, elle va se faire rencontrer des êtres improbables et de cela va naître quelque chose d'encore plus improbable. Du désarroi de l'un naîtra la joie des deux autres.

    L'esthétique est très colorée. Les dessins sont superbes, tout en rondeur et en délicatesse. Les paysages sont très beaux. Ça sent le Sud de la France, ce qui ne gâche rien.
    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 28/09/2019 à 15:11:06

    Ce roman autobiographique traite d'un sujet sensible: l'avortement. C'est avec beaucoup de sensibilité et de pudeur que l'auteure Aude Mermilliod nous livre son histoire et son expérience de l'IVG. À travers son histoire personnelle, le lecteur découvre le parcours d'une femme qui se retrouve confrontée à ce choix douloureux. Pour alimenter son récit, Aude Mermilliod a fait appel au témoignage de Martin Winckler, médecin qui dénonce les violences obstétricales.

    Le scénario est construit de façon vraiment intelligente, alternant des moments de la vie de l'auteure avec des moments de la lutte de Martin Winckler pour le droit à l'IVG. Au- delà de l'histoire émouvante, j'ai découvert le combat qu'a été ce droit à l'avortement. Avec beaucoup de justesse, Aude Mermilliod nous livre son ressenti et ses émotions sans tomber pour autant dans le pathos.

    Je pense que certaines scènes de ce roman graphique au sujet fort peuvent choquer. Beaucoup de vignettes dévoilent des corps nus. De manière personnelle, je trouve que ces vignettes sont les plus fortes émotionnellement car elles montrent le corps de la femme dans sa réalité. Je me suis identifiée assez vite au personnage. Bien que n'ayant pas connu cette situation, en tant que femme, je me suis vraiment sentie concernée. Comment ne pas se questionner sur ce qu'auraient pu être nos propres réactions? Ce roman graphique, bouscule et interroge. Il pousse à la réflexion mais dénonce également certaines pratiques obstétricales. J'ai donc découvert "l'envers du décor" avec beaucoup de désarroi. Le récit de Martin Winckler complète donc à merveille le témoignage de l'auteure en ajoutant une caution médicale et historique. Il met ainsi en avant les progrès qui ont été faits mais également, ceux qu'il reste à faire.

    L'esthétique quant à elle s'accorde parfaitement au propos. Les dessins sont assez sobres, avec peu de détails, laissant ainsi toute sa place à l'histoire. Les ambiances de couleurs changent selon la temporalité mais aussi selon le narrateur. Les décors sont minimalistes.

    http://aufildesplumesblog.wordpres..com

    Au Fil des Plumes Le 22/09/2019 à 18:19:48

    Nutella est flic et enquête sur le meurtre de trois prostituées. En parallèle, il vit une relation étrange avec une femme au corps partiellement brûlé.

    Le scénario se partage entre l'enquête et cette histoire de vie dont la majorité des scènes se déroulent dans une piscine. Le récit est très touchant. Comme à chaque fois, Zidrou a l'art de raconter la vie avec tendresse et sait mettre en valeur les personnages blessés.

    Nutella est très touchant et profondément humain. Il va lentement apprivoiser cette femme qu'il croise tous les jours à la piscine. Celle-ci l'intrigue. Elle nage désespérément et semble vouloir se laver la conscience. Quel désespoir l'habite?

    Et puis, il y a Edith, cette vieille femme, témoin discret de la naissance de cette relation étrange et qui à la fin du roman graphique nous émeut aux larmes.

    Ce récit prenant est accompagné d'une esthétique sublime. J'ai trouvé l'ensemble visuellement très fort. J'ai apprécié les traits fins qui rendent les détails délicats. Les ambiances sont différentes selon les lieux. Le bleu de la piscine contraste avec les couleurs chaudes de l'extérieur. Cette ambiance bleutée semble être une véritable bouffée d'oxygène pour le lecteur et les personnages.

    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 22/09/2019 à 17:47:44
    Sorcières sorcières - Tome 1 - Le mystère du jeteur de sorts

    Cette série jeunesse met en scène Harmonie, une jeune sorcière qui mène des enquêtes.

    Chaque tome peut se lire de manière indépendante.

    Les scénarios sont simples et accrocheurs à chaque fois et cela fonctionne.

    L'univers est très riche avec pleins de belles surprises.

    Les personnages sont plutôt sympathiques. J'ai apprécié les découvrir à chaque tome.

    Les dessins sont colorés et plein de tendresse. L'ensemble est vraiment très beau. C'est chatoyant.

    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 22/09/2019 à 17:34:59

    Ellie a 20 ans et elle n'a jamais ressenti le besoin d'avoir un amoureux. Ne se sentant pas normale, elle va se forcer à sortir avec Archimède.

    Le scénario nous dévoile le construction amoureuse et sociale d'une personne qui se questionne sur son décalage avec la société. L'histoire nous est livrée avec pudeur, délicatesse et sensibilité. Je me suis prise au jeu de cette lecture très vite, bouleversée par le personnage de Ellie.

    Il faut dire que Ellie me ressemble un peu par certains côtés. Elle n'aime pas forcément les gens et ne supporte pas vraiment le contact. Ses moments de panique éveille la tendresse du lecteur mais le fait qu'elle ne fasse rien pour s'en sortir peut parfois également agacer. Même si par certains côtés je la comprend, j'ai également eu du mal à la comprendre... Ellie est donc un personnage complexe qui arrive à nous surprendre à chaque page. Le duo Ellie/ Archimède est très touchant. Il faut dire que ces deux là se sont bien trouvés. Ils se découvrent l'un l'autre et grandissent ensemble.

    J'aime beaucoup l'esthétique de ce roman graphique. Le dessin très fin prend vit dans une ambiance bleutée. Même si graphiquement les personnages sont un peu simple, l'ensemble a su me séduire.

    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 22/09/2019 à 17:18:18

    Dans la ville jaune, Théo retrouve une jeune fille avec une aile dans le dos, Mia. Théo va absolument vouloir l'aider.

    Le scénario nous fait entrer de plein pieds dans l'histoire. On sent que ce n'est que le début d'une longue aventure.

    Dès les premières vignettes, les personnages sont attachants. Théo semble cacher une fêlure. Il a beaucoup de reliefs dans son caractère et montre une réelle empathie. Mia, quant à elle, alterne entre ombre et lumière. Elle a clairement deux facettes et se montre très ambivalente.

    Dès le premier tome, nous sommes plongés dans une ambiance onirique. L'univers est en noir et blanc et rassemble toutes les caractéristiques du manga. L'esthétique est très fine et pleine de détails notamment dans les décors.

    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 22/09/2019 à 16:59:02

    Rachel Cohen est une jeune juive pendant la Seconde Guerre Mondiale. Elle se cache dans une école des Sèvres suite à la rafle qu'ont subit ses parents. 

    Le scénario la suit durant les deux dernières années de la guerre. Passionnée de photos, Rachel, qui changera d'identité pour devenir Catherine, n'aura de cesse de photographier ce monde en guerre. Le scénario est très émouvant, l'histoire est prenante et fascinante. Le lecteur voit s'étaler sous ses yeux la vie dans toute sa beauté mais aussi dans toute sa laideur. Il y a de vrais moments de bonheur et de vrais drames.

    Catherine/ Rachel est une vraie héroïne: courageuse, poétique, artiste, amoureuse et pleine d'espérance. Sa générosité m'a émue. On ne peut qu'être bouleversé par elle. Elle a l'art de rendre important les gens qui gravitent autour d'elle.

    L'esthétique est sublime. Les dessins sont très poétiques et touchants. J'ai beaucoup aimé les jeux d'ombres et de lumière. Les couleurs sont superbes.

    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 22/09/2019 à 16:39:53

    Ulysse vient de se faire licencier et Méditerrannée est une fromagère de la soixantaine. Rien ne les destinait à se rencontrer et pourtant...

    Zidrou a l'art de m'émouvoir à chacune de ses BD. Ici, encore, il livre un scénario superbe comme il sait si bien le faire. Certains diront qu'il surfe sur la vague de la mode des papis mamis, mais, je n'y crois pas vraiment. Avec ce roman graphique, c'est la vision de notre société sur nos jeunes retraités qui est pointée du doigt. Car, vous le savez, la société aime beaucoup que chacun se cantonne à sa petite case et y reste bien tranquille. Or, avec ce récit c'est le décalage avec la société qui est mis en valeur.

    Ainsi, à travers ses personnages, Zidrou aborde de vrais questionnements. Il pousse son lecteur à réfléchir sur la vieillesse. Il parle de l'acceptation de ce corps qui n'est plus si jeune, du regard des autres... Et puis surtout, comment retomber amoureux à cet âge où l'amour ne semble plus vraiment faire partie du tableau? 

    Le scénario nous fait de belles surprises et la fin partage...

    Les personnages sont donc remplis d'humanité et de bonté. On a l'impression de les connaître et très vite on s'attache à eux. La relation qui se tisse entre Ulysse et Méditerranée est attendrissante.

    Pour illustrer ce propos, Aimée de Jongh fait preuve de beaucoup de talent. L'esthétique est belle et colorée. Les dessins des corps sont minutieux. Il y a pleins de petits détails et les traits sont fins. L'ensemble se marie à merveille et a su éveiller en moi beaucoup d'émotions.

    Je l'avoue, comme beaucoup de personnes, j'ai peur de vieillir... Mais, avec cette BD, Zidrou et Aimée de Jongh nous prouve que le vieillissement est juste une autre étape de notre vie. Il pousse à respecter les choix de ces gens trop souvent cachés ou dénigrés par la société actuelle. Il nous murmure à l'oreille que nous serons tous les vieux de demain.

    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 22/09/2019 à 16:14:47

    2137, le Monde a connu une dévastation nucléaire. Seul lieu sauvegardé: l'Amazonie. Jean débarque dans ce lieu et y rencontre Kanopé.

    Ce scénario est une dystopie environnementale passionnante. Avec ce roman graphique, c'est tout un univers qui se dévoile à nous. Cette BD est dans l'air du temps et aborde la question de l'écologie. Bien sûr, dans cette intrigue, le pire est arrivé mais il est intéressant de voir comment la société s'est réorganisée après cet événement tragique. De rebondissements en découvertes, la lecture devient palpitante et nous laisse entrevoir un scénario précis et bien construit.

    Les personnages ont des caractère très affirmés. Jean est un homme de la ville qui en découvrant l'Amazonie, ouvre les yeux sur cet écosystème unique. Une vraie prise de conscience s'éveille en lui. Kanopé quant à elle, incarne l'entre- deux. En effet, elle est la fille d'un père de la ville et d'une mère autochtone.

    Avec ce récit, une toute nouvelle mythologie se met en place et très vite, le lecteur comprendra que derrière cette histoire se cache autre chose de bien plus grand.

    La fin du récit m'a laissée les bras ballants. Je brûle de lire la suite. je veux désespérément en savoir plus, je veux comprendre!

    Les illustrations, quant à elle, sont superbes avec énormément de couleurs. Les dessins sont fins et on se retrouve plongé en pleine Amazonie. Le lecteur ne peut qu'être admiratif face à cette nature luxuriante. Peut être ainsi, l'auteur espère t-il une prise de conscience sur ce que nous sommes entrain de détruire dans le monde réel?

    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 22/09/2019 à 15:25:57
    Aliénor Mandragore - Tome 1 - Merlin est mort, vive Merlin !

    Aliénor est la fille de Merlin. Ce dernier meurt à cause du cri d'une mandragore. Cette série de BD jeunesse nous livre les aventures d'Aliénor qui tente de faire revenir à la vie son père. C'est un véritable plaisir de lire ces histoires. Je me suis vraiment régalée. J'ai ri, sourit et eu parfois une petite boule dans la gorge. Bref, cette lecture est rafraîchissante.

    La galerie de personnages qui nous est présentée fait également la force de ces BD. Chacun a sa propre personnalité, ses faiblesses et ses forces. C'est une véritable plongée dans l'univers de Brocéliande. 

    Je n'ai malheureusement pu lire que les quatre premiers tomes. Je suis donc restée sur ma faim.

    L'esthétique est très colorée, le dessin est poétique. Les personnages ont de grands regards. Il y a plein de détails. Les traits sont fins et en rondeur.

    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 22/09/2019 à 14:55:38

    Le scénario de ce roman graphique musclé, nous livre les coulisses du tournage du film Misfits. On y suit des acteurs iconiques: Clark Gable, Montgomery Clift et Marilyn Monroe. Le moins que l'on puisse dire, c'est que les dessous de ce film ne sont pas brillants. Le scénario met clairement en avant la souffrance et la déchéance psychologique et physique des acteurs. Le personnage de Marilyn Monroe est au centre de tout. C'est une véritable plongée dans la douleur. C'est émouvant, prenant et troublant.

    À travers ce roman graphique, c'est la dureté du métier qui se révèle, c'est ce monde impitoyable qui se met à nu et cette colère qui est partout comme un vent de rébellion.

    On ne peut sortir de la lecture de ce livre indemne. C'est une gifle monumentale.

    L'esthétique est brute. Le noir et blanc accentue la violence des propos. Les traits nerveux et épais semblent exprimer toute cette colère rentrée. Tout semble fou et violent. Lire Hollywood Menteur c'est pénétré dans un autre univers et découvrir la noirceur qui se cache derrière la lumière des projecteurs.

    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 22/09/2019 à 14:40:49
    La pension Moreau - Tome 1 - Les enfants terribles

    Émile est envoyé à la Pension Moreau car ses parents n'en peuvent plus de ses fugues à répétition. Il va y découvrir un monde dur et austère.

    Le scénario de ce premier tome présente les premiers jours du jeune garçon dans la pension. Ainsi, on découvre le fonctionnement des lieux et on comprend très vite que quelque chose se trame. Ce premier opus pose donc les bases d'une intrigue que j'imagine beaucoup plus fouillée. Je le considère donc comme une mise en bouche qui donne envie de découvrir la suite.

    L'intrigue ayant lieu dans une pension, la plupart des personnages sont donc des enfants. Ces derniers donnent un aperçu très rapide et il est impossible de les cerner en si peu de pages. Il y a également quelques adultes dans cette BD mais tous ont un rôle de tortionnaires et des allures animales.

    Le trait est nerveux, les personnages ont de grosses têtes, les couleurs sont très tranchées. Je ne suis pas forcément séduite par cette esthétique que j'aurai aimé un peu moins brouillon.

    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 22/09/2019 à 14:20:21
    Les croques - Tome 2 - Oiseaux de malheur

    Colin et Céline sont des jumeaux dont les parents sont croque- morts. Les deux enfants se font harceler par leurs camarades à cause de la profession de leurs parents. Les jumeaux, il faut l'avouer sont plutôt...agaçants... Un jour où ils s'ennuient, ils se retrouvent à enquêter sur une tombe qui renferme un trésor.

    Le scénario est bien construit avec une fin qui donne envie de connaître la suite de l'histoire. Ce premier tome met donc en place les personnages, l'intrigue et gagne en suspens tout au long des pages. Forcément, après avoir lu cet opus, on a qu'une seule envie, découvrir la suite!

    Les personnages des jumeaux sont plutôt ambivalents... Ils inspirent la pitié mais sont également très agaçants! Harcelés par leurs camarades, ils se présentent en victime. Mais lorsqu'ils insistent lourdement pour obtenir ce qu'ils veulent, ils deviennent bourreaux.

    L'esthétique est très belle. Les dessins sont très sympas et colle avec le style de la littérature jeunesse. J'ai adoré les couleurs, les traits fins, les décors, l'ambiance, bref...j'ai été séduite!

    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 22/09/2019 à 14:04:12

    Pierre Grimaud est le seul survivant du massacre des Corneilles. Il se réveille après 6 ans de coma et réapprend doucement à vivre grâce à Anna Kieffer, une psychologue.

    Comme à son habitude, Timothée Le Boucher a concocté un scénario redoutable. Sans que je m'en doute une seule seconde, je me suis laissée prendre dans ses filets. Victime consentante, j'ai quand même été légèrement bousculée par cette spirale infernale qu'est Le Patient. Le suspens et l'angoisse vont crescendo tout au long de la lecture. La structure et la construction de ce roman graphique sont donc impeccables.

    Mais Timothée Le Boucher ne s'arrête pas là. Ses personnages sont complexes et bien pensés. Mystérieux et insaisissables, ces derniers hantent presque le récit. J'ai très vite compris qu'avec cette auteur, il fallait se méfier des apparences mais il a encore réussi à me surprendre. Ce que j'ai apprécié également, c'est la cohérence entre tous les protagonistes. Pas de figuration, tout le monde a son rôle à jouer et son importance dans l'histoire. C'est d'ailleurs, cette précision diabolique qui me séduit chez l'auteur. Il pense à tout, rien n'est inutile. 

    L'esthétique quant à elle est fidèle à celle de Timothée Le Boucher. Son style est reconnaissable dès la couverture. Les traits sont fins et nets. Les physiques sont anguleux avec énormément de gros plan sur les regards des personnages. Les couleurs sont franches. J'aime à retrouver ce style spécifique et à me laisser embarquer.

    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 21/09/2019 à 18:40:47
    Quatre sœurs (Baur) - Tome 1 - Enid

    Lorsque les parents des cinq sœurs Verdelaine décèdent, c'est Charlie, l'aînée qui prend la relève. Tout au long des quatre tomes, nous suivons donc l'évolution de ces jeunes filles.

    Je ne remercierai jamais assez ma collègue Delphine de m'avoir incité à lire ses BD. En effet, de prime abord, ce n'est pas du tout vers ce genre d'esthétique que je me serai tournée. Mais, elle m'en a parlée avec tellement d'intensité et l'ayant croisée sur les blogs, je me suis dit qu'il fallait donner une chance à cette série. Je ne regrette absolument pas ce choix. En effet, je suis complètement tombée amoureuse de cette série. Le scénario est prenant. L'histoire de ces filles m'a pris aux tripes et je n'ai eu de cesse de les accompagner dans leur travail de deuil et leurs aventures.

    Outre son histoire, ce sont les personnages qui font la vraie force de ces BD. Chaque tome se centre sur un personnage en particulier, découvrant ainsi un pan de personnalité. J'ai aimé les relations qui se tissent entre ces sœurs. Leurs secrets, leurs moments de joies et de blues, leur complicité... Finalement, au fil des lectures, je suis devenue moi aussi un peu une Verdelaine. Je me suis sentie comme un témoin privilégié de leur histoire.

    Comme je le disais précédemment, de prime abord, je ne me serai pas tournée vers cette lecture car l'esthétique ne me plaît pas. Si je ne devais m'arrêter qu'à ce seul point, je dois avouer que mon avis n'a pas changé. Les couleurs sont un peu trop pâles à mon goût, le dessin n'est pas vraiment précis, cela fait un peu brouillon.

    Autre petit bémol, le dernier tome de la série. En effet, je l'ai trouvé un peu en dessous du reste. Je n'ai pas reconnu les sœurs dans leur décision et je me suis retrouvée toute bouleversée. En revanche, les trois dernières pages m'ont mis les larmes aux yeux.

    http://aufildesplumesblog.worpdress.com

    Au Fil des Plumes Le 21/09/2019 à 16:28:24
    La vallée - Tome 1 - Meli-Meylaud dans la Vallée

    Edwin débarque à la Vallée et doit y résoudre des meurtres hors du commun. Sur place, il rencontre Valeria, une sublime jeune femme.

    Résumer ce scénario s'avère très compliqué. En effet, comment décrire cet univers complètement fou? Les personnages sont complètement barrés et les repères que nous connaissons si bien sont mis à mal. Sur fond d'enquête policière, j'ai donc découvert un univers complètement à part. L'enquête est d'ailleurs accrocheuse et originale conférant à la BD une vraie dimension de qualité. En effet, si il n'y avait eu que cet univers loufoque, l'histoire aurait été vraiment pauvre et aurait perdu en intérêt.

    Dans ce monde de fou, Edwin est le seul personnage rationnel. Il incarne le monde que l'on connaît et met en avant les décalages de cette Vallée incongrue. Valeria quant à elle, représente le monde irrationnel. Elle défend bec et ongles la philosophie de vie de la Vallée. Car derrière ces situations truculentes, se cache une véritable façon de penser. En effet, les habitants se sont libérés des carcans de la vie quotidienne pour vivre comme ils l'entendent, sans aucune contrainte sociale.

    L'ensemble est accompagné d'une esthétique aux traits fins. Les personnages ont des contours fuyants et sont très élancés. Les couleurs sont chaudes, rendant la Vallée accueillante. L'ambiance qui se dégage de cette BD est particulière, donnant un petit plus à la lecture.
    http://aufildesplumesblog.wordpresscom

    Au Fil des Plumes Le 15/09/2019 à 11:57:37
    Charlotte et moi - Tome 1 - Tome 1

    Gus vient de déménager avec sa mère mais il n'est pas heureux. Charlotte est une femme handicapée mentale qui vit dans le même immeuble. La rencontre improbable de ces deux personnages va donner lieu a une histoire terriblement touchante. Trimbalant chacun leur mal- être, ils vont finalement réussir à se comprendre. Le scénario de cette BD est juste magique. L'auteur mêle humour, émotion et tendresse avec brio.

    Les personnages sont terriblement attachants. Gus ce petit garçon espiègle qui vit mal la séparation de ses parents interpelle par son attitude. Quant à Charlotte, sa douce naïveté ne peut que toucher le lecteur. Élevée par sa grand- mère, elle reste affectée par l'abandon de sa mère.

    Olivier Clert nous livre une galerie de personnages remplis d'humanité. Là aussi, j'ai apprécié la sensibilité de chacun et le regard bienveillant qu'ils posent sur Charlotte.

    L'esthétique est sublime, les dessins sont tout en rondeurs et très fins. Les couleurs sont magnifiques et l'ambiance générale nous transporte complètement dans cette histoire.
    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 15/09/2019 à 11:01:02

    Au Louvre, vivent des chats cachés et protégés par les veilleurs de nuit. Marcel, travaille au musée depuis toujours, depuis que sa sœur Ariette a disparu dans l'un des tableaux. Parmi tous les félins, il y a Flocon, un passe tableau capable de pénétrer dans n'importe quelle oeuvre.

    Le scénario est plutôt sympathique et oscille entre le rêve et la réalité d'une véritable enquête. Le tout se déroule lentement, au rythme de tout ces chats. J'ai trouvé que par moment, cela été vraiment tiré par les cheveux.

    Les personnages sont fidèles au scénario. On ne sait discerner si ils sont des illusions ou si ils sont bien réels. Chaque chat est rempli de rêve et leurs personnalités sont étranges. J'ai parfois eu du mal à accrocher...

    L'esthétique est plutôt agréable. Les traits sont fins et pleins de petits détails. Les regards sont très travaillés et les vues de Paris sont sublimes. J'ai apprécié croiser de nombreuses œuvres d'art et parfois y pénétrer.
    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 01/09/2019 à 10:57:26

    Lorsque je suis tombée complètement par hasard sur cette BD jeunesse, je l'ai prise avec moi les yeux fermés. Il faut dire que le duo Anne Montel-Loïc Clément avait déjà su me séduire avec: Les jours sucrés, Chaussette ou encore Shä et Salomé.

    Cette fois ci, ils nous livrent les aventures de Sacha et Charlie, deux frères qui s'échouent sur une île. Cette dernière cachent de nombreux secrets et dangers que les deux enfants devront déjouer. Les frères ayant atterri à des endroits différents, ils vont tenter de se retrouver. J'ai trouvé le scénario complexe et j'ai vraiment eu du mal à suivre l'histoire. Cela m'a rendue très perplexe, d'autant que le public visé est jeune. Il y a de nombreuses métaphores qui ne sont pas forcément accessibles à tous. Bien que le résumé soit plutôt alléchant, je me suis donc perdue dans les méandres de l'histoire.

    Les personnages principaux sont donc deux enfants. Et pour des enfants, ils se remettent beaucoup en question. Ils évoluent assez rapidement et ont des personnalités qui selon moi ne collent pas avec leur âge. Le résultat donne des protagonistes peu attachants. Ils ressemblent un peu à des adultes dans des corps d'enfants. Par conséquent, j'ai trouvé que cela manquait de fraîcheur et que l'ensemble avait un ton plutôt sérieux.

    L'esthétique en revanche est vraiment superbe. Les couleurs sont magnifiques et l'atmosphère onirique appelle à la rêverie. J'ai donc été subjuguée visuellement parlant, mais hélas, cela n'a pas suffit à me séduire.

    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 31/08/2019 à 10:45:54

    Comment ne pas s'attendrir en découvrant l'histoire de cette petite fille atteinte de surdité. Le lecteur découvre l'héroïne juste après son déménagement. On entre donc de plein fouet dans sa vie et on dans le monde de la surdité. 

    Ce roman graphique destiné aux jeunes lecteurs ne comprend aucun dialogue. Le scénario très prenant se base donc uniquement sur les illustrations. 

    Les personnages sont attendrissants et émouvants. Leur fragilité m'a touchée. Il est question d'affirmation de soi, de quête d'identité mais aussi de sensibilisation au handicap.

    L'esthétique est douce avec des couleurs pastels. On se sent presque comme dans un rêve. L'ensemble est très beau, c'est un délice pour les yeux. L'atmosphère qui se dégage de ce livre est donc vraiment spéciale.

    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 29/08/2019 à 17:02:14
    Elma, une vie d'ours - Tome 1 - Le grand voyage

    Ingrid Chabbert a l'art de m'émouvoir. Avec Elma, c'est une histoire tout en sensibilité qui nous est livrée.

    Elma, une petite fille de 7 ans, vit avec Papa Ours qui décide de l'amener pour un grand voyage. On ne sait rien de leurs passés? Comment cette gamine s'est retrouvée avec cet ours? Pourquoi ce grand voyage?

    Le scénario est vraiment super. Il sera séduire les plus jeunes comme les plus grands. J'ai eu envie de suivre les personnages durant leur aventure.

    Le duo fonctionne à merveille. Elma est espiègle et attachante. Elle est pleine de vivacité. Sous ses airs de sauvageonne, elle est très sensible. Quant à Papa Ours, il est tendre et protecteur.

    L'esthétique est tout en douceur avec de jolies couleurs pastels. C'est tendre, plein de sensibilité et très agréable à regarder.

    http://aufildesplumesblog.wordress.com

    Au Fil des Plumes Le 23/08/2019 à 11:31:58
    L'odyssée d'Hakim - Tome 1 - De la Syrie à la Turquie

    Fabien Toulmé avait su me toucher avec Ce n'est pas toi que j'attendais. Ici, il renoue avec la BD et nous narre l'histoire d'Hakim, un jeune homme obligé de quitter la Syrie. Hakim devient donc un migrant. En traitant un tel sujet, Fabien Toulmé s'ancre dans l'actualité. Nombreux sont les gens qui quittent leur pays en guerre, contraints et forcés. Ce roman graphique permet de comprendre les différentes étapes de cette migration. De la décision douloureuse de quitter son pays à l'épopée dangereuse pour atteindre la France, Fabien Toulmé ne nous épargne rien. On découvre alors la triste réalité, celle de milliers d'hommes, de femmes et d'enfants.

    Le récit est très prenant. Le personnage d'Hakim dont Fabien Toulmé recueille les propos est très émouvant. Très vite, on s'attache à lui, on admire son courage et sa force de caractère. Certains passages m'ont un peu rappelée L'Arabe du Futur de Riad Sattouff notamment dans certains aspects culturels et religieux mais également dans l'esthétique.

    Cette dernière est plutôt sobre. Fabien Toulmé opte pour le noir et blanc. Il y a peu de détails ce qui met en valeur les propos.

    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 17/08/2019 à 11:09:38

    Achille est perdu en plein désert avec un jerrican à la maison. Il ne sait pas vraiment ce qu'il fait là. Mais, très vite, son ange gardien va lui expliquer qu'il faut qu'il découvre les raisons de sa mort.

    J'avoue avoir eu quelque peu de mal à accrocher avec ce scénario plutôt complexe. En effet, ce road trip de l'au-delà m'a laissée un sentiment étrange. Confusion, perplexité... Je ne saurai pas vraiment mettre les mots dessus mais ce n'était pas des plus agréable... Malgré ses allures policières, le scénario n'a donc pas su me séduire.

    Achille campe un personnage principal vraiment étrange et en perdition. J'ai eu énormément de mal à le cerner et là aussi, il m'a mise plutôt mal à l'aise...

    Rajoutez à cela une esthétique qui m'a moyennement séduite avec son dessin nerveux,  un peu flou et ses couleurs fades, vous aurez compris que Essence n'a pas su créer chez moi le déclic que j'attendais. 

    http://aufildesplumesblog.wordpress.com

    Au Fil des Plumes Le 17/08/2019 à 10:42:23

    Tom n'est pas vraiment heureux de partir en vacances chez sa tante. Mais, il n'a pas vraiment le choix car son frère Peter a la varicelle. Là bas, il découvre qu'à minuit, un jardin apparaît. Dans ce mystérieux jardin, il rencontre Hatty.

    Le scénario de cette BD jeunesse est réglé comme une horloge et mêle mystère et fantastique. L'histoire, basée sur le roman de Philippa Pearce, donne diablement envie de découvrir l'oeuvre d'origine. En effet, l'histoire m'a littéralement transportée dans un autre univers.

    Le personnage de Tom devient très vite attachant. Il sait se montrer intrépide et fidèle en amitié. Suivre ses tribulations est palpitant.

    La lecture nous transporte dans un univers complètement à part et très riche. L'esthétique est sublime avec des dessins tout en douceur et en rondeur. L'ambiance sépia de la BD confère une atmosphère favorable au mystère.

    http://aufildesplumesblog.wordpress.com