Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
AD

Les avis de - Dunyre

Visualiser les 161 avis postés dans la bedetheque
    Dunyre Le 26/04/2024 à 17:03:44

    Une belle histoire émouvante et tragique, magnifiée par les dessins de Fournier. Voilà ce que ce diptyque propose.

    Dans les hauteurs de l’Himalaya, entre Tibet, Népal et Inde, nous suivons une famille de paysans et éleveurs autochtones, avec ses difficultés (fils sourd-muet victime de moqueries dans le village, rivalité entre les deux autres frères au sujet d’une femme) et ses enjeux (quête du père qui a abandonné son fils, quête d’un des fils pour retrouver sa famille puis son père, enjeux géopolitiques de l’époque entre les royaumes rivaux et la présence des britanniques).

    Tout est beau et bien fait, le récit est poignant et marquant.

    Une vraie belle lecture, dépaysante et enivrante à la fois.

    Dunyre Le 16/04/2024 à 15:53:19
    Moments clés de... - Tome 4 - Moments clés du Journal de Spirou 1937-1985

    Excellent petit ouvrage proposant de nombreuses anecdotes et jalons de l’histoire du Journal de Spirou, avec à chaque fois un court texte avec une date sur la page de gauche et un dessin humoristique (et souvent bourré de références et de second degré) sur celle de droite.

    J’ai beaucoup ri (ou du moins esquissé des sourires) et j’ai aussi appris deux-trois trucs intéressants, même si je connaissais déjà ces anecdotes.

    Un très beau et bon moment de passé avec cet ouvrage, que je recommande (petit format en plus, donc il ne prend pas énormément de place).

    Dunyre Le 22/03/2024 à 19:31:42
    Mages - Tome 11 - Arundill et l'ordre des Ombres

    Un excellent album : dix ans après, je ne pensais pas que les auteurs auraient encore de quoi nous proposer des récits coups de coeur dans l'univers des Mondes D'Aquilon, qui ronronnent un peu depuis quelques mois maintenant.

    Mais ce tome 11 de Mages est une pépite, et ce à tous les niveaux :

    - Le récit peut se lire en one shot (même s'il s'articule dans le contexte des Guerres d'Arran, cf mon 3e point), et propose une histoire dynamique et intéressante, avec des enjeux, des personnages attachants et des lieux de toute beauté.


    - En parlant de beauté justement, les graphismes de Vukic sont époustouflants. Une double-page fabuleuse présentant Le Havre, des pages entières sur la Forteresse des Ombres, le Nodrënn, etc.
    Les personnages sont parfaitement représentés, y compris les anciens (cf mon 3e point justement, en y ajoutant la fin à Dal'Darum avec Redwin & cie)


    - Enfin, le récit s'insère particulièrement bien dans l'univers (références aux tomes 2 et 4 de Mages, aux tomes des Guerres d'Arran, etc.) : plein d'éléments qui font plaisir, comme le retour d'Eragan, de Belkiane et, bien sûr, d'Arundill, les nouveaux éléments sur l'Ordre des Ombres, la Forteresse des Ombres, le fameux "Havre" des mages, etc.


    Nous avons ici droit à un récit central pour comprendre le déroulé des Guerres d'Arran, un véritable indispensable !

    Franchement, même sans avoir réalisé un véritable classement/une hiérarchie de tous les tomes du Monde d'Aquilon, je pense qu'on peut aisément mettre celui-ci dans le top 15 voire top 10.

    Dunyre Le 19/02/2024 à 11:30:55

    Une très belle série que je découvre tardivement grâce à l’intégrale. Le récit est de grande qualité, proposant un polar aussi efficace que rythmé.

    L’histoire est prenante, on la lit d’une traite, et les graphismes sont impeccables. Réalistes et cohérents, les décors et les personnages sont tous reconnaissables meme avec le changement de dessinateur au milieu du cycle.

    Une très bonne pioche !

    Dunyre Le 17/02/2024 à 19:56:23

    Depuis plusieurs années que l’on me parlait de cette série, j’attendais un récit digne du Troisième testament (autre histoire à laquelle celle-ci m’était souvent associé en référence : « tu verras, c’est un peu comme… »)

    Sauf que non, ce n’est quand même pas du tout le même niveau.

    L’histoire est lourde et pesante, avec beaucoup trop de textes et du blabla inutile, qui nuisent au rythme du propos. Le récit proposé une relecture historique à faire grincer des dents le moindre passionné d’histoire (certains disent qu’on ne doit pas jouer avec la nourriture, pour ma part je dirais qu’on ne doit pas jouer avec certains faits historiques)

    Les ambiances sont bonnes dans le T4 avec le remarquable travail de Dellac, mais les 3 tomes précédents nous avons droit à des personnages qui se parlent, des intérieurs ou des ruelles, des vues du désert et seulement quelques rares panoramas sympathiques.

    Très déçu de ma lecture, un mélange de genres qui ne convient pas et, contrairement à ce qu’Erik67 dit, les personnages encapuchonnés n’ont rien à voir avec le Seigneur des anneaux, mais sont bien une référence directe à Assassin’s Creed (jeu vidéo que j’abhorre personnellement, mais qui est très populaire chez les jeunes).

    Ne vous ruinez pas dans l’acquisition de cette série en tout cas.

    Dunyre Le 04/02/2024 à 11:20:11
    Golden Dogs - Tome 1 - Fanny

    Empruntée à la bibliothèque parce qu’elle était mise en avant, je ne connaissais absolument pas cette série, dont j’étais passé totalement à côté à l’époque.

    Le fait est qu’après la lecture des 4 tomes (1h30 pour le tout, c’est déjà un signe…) je comprends pourquoi personne ne l’en avait parlé.

    Pourtant j’aime beaucoup Griffo et j’apprécie plutôt ce que Desberg propose mais là, hormis la mise en place intrigante du tome 1 et la première moitié du tome 2, le reste est complètement inégal.

    La deuxième portion du tome 2 qui nous fait avancer de 6 ans en quelques pages sans que rien ne change vraiment (pas même un léger vieillissement des personnages), le regroupement du tome 3 sans aucun sens et la fin qui est totalement bâclée et qui nous donne à penser « tout ça pour ça »… car finalement il n’y a pas de fin, aucune chute.

    Enfin, dernier point et pas des moindres, il y a beaucoup de répétitions dans le texte, notamment tout le jeu des serments du groupe et l’idée du « il y a un traître ». Cela donne une impression de remplissage inutile et alourdissant la narration.

    Vraiment dommage, les ambiances de Griffo sont pourtant très bonnes.

    Dunyre Le 27/01/2024 à 11:51:05
    Thorgal Saga - Tome 2 - Wendigo

    Je viens de lire ce nouveau Thorgal Saga… quelle claque !

    Graphiquement c’est exceptionnel, chaque planche est un régal et certaines sont vraiment de très très haute volée :

    SPOILER

    Notamment celle de la première vue aérienne sur l’Amérique du Nord, après la sortie des brumes, ainsi que l’incroyable double-planche de l’arrivée vers l’Arbre de vie ou encore toutes celles dans ce même arbre, jusqu’au saut final de Thorgal dans l’eau.

    SPOILER (fin)

    Scénaristiquement c’est bien fait, cohérent et structuré. Mais ça reste très simple, comme beaucoup de Thorgal d’ailleurs.
    Un récit mêlant deux entités divines, deux clans divisés et soutenant chacun une de ces entités, un arbre de vie, des guerriers courageux mais opposés dans l’épreuve, etc.

    Il y a cependant des bonnes trouvailles, comme :

    SPOILER

    Jormungandr tentant de s’implanter comme Manitou amérindien après avoir été chassé d’Europe, le concept de l’arbre de vie avec l’évolution des paysages dans les branches ou le petit clin d’œil au Vinland avec l’implantation de Vikings localement.

    SPOILER (fin)

    Au final cette lecture fut un véritable voyage, un petit moment de détente hors du temps. J’ai été happé pendant plus d’une heure à arpenter avec Thorgal ces contrées qui lui étaient inconnues.

    J’ai préféré ce tome à celui de Recht, graphiquement parce que je préfère le travail de Corentin Rouge (très subjectif je vous l’accorde) et que l’ambiance plus colorée et plus chaude m’a plu, ce fut moins triste et sombre.
    Et scénaristiquement parce que j’ai trouvé que le récit était moins truffé de références aux autres tomes, donc plus facile à lire et plus original.

    En tout cas c’est un vrai petit bijou que ce Wendigo.

    Dunyre Le 16/01/2024 à 18:40:19
    XIII Mystery - Tome 13 - Judith Warner

    Mais quel gâchis ! Je me faisais une joie de lire cet opus, surtout que j’adore le cycle sur Green Falls dans la série-mère et notamment Judith.
    J’adore également le personnage de Jessica, énorme coup de cœur pour elle.

    Et en un one shot, van Hamme propose un récit insipide et incohérent, avec un lesbianisme absurde et voyeuriste entre Judith et Jessica…

    On retrouve une Jessica en fuite mais particulièrement fade et sans pep’s qui loue une chambre chez Judith, installée désormais à Santa Barbara… et tout tourne autour d’une histoire alambiquée entre un responsable administratif local très vicieux, un journaliste (Danny Finkelstein) qui débarque comme un cheveu sur la soupe et le FBI qui traque Jessica.

    Une course-poursuite sans intérêt s’engage, et la fin est encore pire… c’est affligeant…

    Dunyre Le 16/01/2024 à 18:35:53
    XIII Mystery - Tome 12 - Alan Smith

    C’est assurément l’un des plus mauvais titres de cette saga. Une histoire qui n’apporte pas grand chose et dont le déroulé comme la fin sont vraiment trop faciles, trop basiques.

    En fait il s’agit d’une descente aux enfers d’Alan Smith du Vietnam au Costa Verde, avec une succession de faux-semblants et de twists trop évidents et tirés par les cheveux.

    Les scènes au Vietnam sont bien dessinées, avec de bonnes ambiances… mais ce n’est vraiment pas intéressant, et surtout trop éloigné de XIII.

    Dunyre Le 16/01/2024 à 18:33:03
    XIII Mystery - Tome 11 - Jonathan Fly

    Un très bel opus que ce récit sur la vie de Jason et Jonathan Fly. L’histoire est touchante et intéressante, et quel plaisir de retrouver Green Falls ! C’est mon cycle préféré dans la série-mère, donc j’étais ravi.

    Objectivement, cette histoire apporte du contenu pour mieux comprendre cette partie du récit originel, tout en développant la relation père-fils des Fly, avec des beaux moments de réflexion sur le sentiment d’exclusion et de trahison ressenti par Jason… alors que Jonathan ne peut pas forcément s’expliquer.

    Les graphismes sont remarquables, les ambiances très bonnes.

    Dunyre Le 15/01/2024 à 19:21:46
    XIII Mystery - Tome 10 - Calvin Wax

    Un album graphiquement sublime, mais scénaristiquement convenu.

    Calvin Wax est un immonde avocat et manipulateur de l’ombre aux idées extrémistes abjectes. On le savait déjà avec XIII, c’est d’autant plus confirmé avec ce spin off.

    Le récit nous offre toute la palette de la cruauté et du vice de Wax, en révélant qu’il a manipulé Wally Sheridan afin qu’il devienne le numéro 1 de la conspiration des XX. Cet ajout donne de la profondeur au personnage, mais le rend encore plus détestable.

    Il n’y a aucun point positif ou aucun espoir avec ce genre de personnage et c’est cela qui rend la lecture de ce tome instructive mais dérangeante.

    Par contre quelle claque pour les graphismes, Corentin Rouge est un maître des décors naturels, des ambiances. Remarquable.

    Dunyre Le 14/01/2024 à 19:08:54
    XIII Mystery - Tome 9 - Felicity Brown

    Un récit remarquable, des graphismes magnifiques, une tentatrice diabolique qui a marqué la série-mère de son empreinte par ses allers-retours incessants.

    Insupportable, narcissique, manipulatrice : Felicity est une femme fatale, et ce tome vient confirmer tout le mal que l’on pensait d’elle.

    C’est une redoutable joueuse de poker, une anguille filant entre les doigts du FBI, un animal à sang froid prêt à vendre tout ce qu’elle a pour le pouvoir et l’argent.

    Et ce récit montre tout cela avec brio : dés le départ, elle est présentée comme une jeune veuve qui dépense l’argent de son défunt mari pour s’acheter des bijoux, son corps encore tiède. Le reste de la BD est à l’avenant : course-poursuite avec le FBI, manipulation d’hommes riches et puissants en usant de tous ses charmes, aussi bien sa plastique de rêve qu’elle expose sans pudeur que son intelligence démoniaque.

    L’égoïsme et l’opportunisme à l’état pur, guidé par un cerveau calculateur et organisé.

    Ce tome explique de surcroît comment Felicity s’est retrouvée au Costa Verde, au bras du président. Un vrai ajout.

    Dunyre Le 14/01/2024 à 19:04:14
    XIII Mystery - Tome 8 - Martha Shoebridge

    LE meilleur album de la série. Une réussite totale !

    Et pourtant ce n’était pas gagné pour ma part : comme Billy, Martha fait partie de ces personnages très peu présents et finalement anecdotiques. Par conséquent, quel est l’intérêt de développer leur histoire ?
    Une médecin radiée de l’ordre et alcoolique qui sauve XIII avant de mourir dés le tome 1 : end of the story pour moi. De surcroît, je pense réellement qu’un spin off doit développer l’intrigue principale de la série-mère, y apporter une contribution.

    Et c’est justement la force du scénario de Giroud : un vrai apport totalement imprévu, un lien ténu mais tout à fait pertinent. Une histoire d’amour impossible entre Martha et William Sheridan, entre une obstétricienne et un député issu d’une riche famille de Boston.

    C’est beau, bien raconte et graphiquement impeccable. Un vrai coup de cœur, Martha remonte dans mon estime grâce à ce tome.

    Dunyre Le 14/01/2024 à 19:00:40
    XIII Mystery - Tome 7 - Betty Barnowsky

    Betty, un personnage adorable sur lequel on a envie d’en savoir davantage. Ce tome répond bien à la commande et Vallée propose graphiquement quelque chose de très soigné.

    Mais je suis tout de même un peu resté sur ma faim, avec cette impression que Betty est sans cesse ballottée par les événements et pas vraiment maître de ce qu’elle fait par moments.

    Toutefois le récit est suffisamment intéressant pour nous accrocher jusqu’au bout, sans que ce soit totalement prenant de bout en bout (quelques longueurs sur les moments de Betty dans les SPADS).

    Dunyre Le 14/01/2024 à 18:55:05
    XIII Mystery - Tome 6 - Billy Stockton

    Un récit faiblard et inutile, centré sur le co-détenu psychopathe de XIII à Plains Rock.

    Un personnage inutile et détestable, autant dans XIII qu’ici.

    Sa folie et ses problèmes psychologiques sont détaillés sur 50 pages. Ce n’était pas nécessaire pour comprendre qui était vraiment Billy…

    Dunyre Le 14/01/2024 à 18:53:39
    XIII Mystery - Tome 5 - Steve Rowland

    Un très bel album, intéressant et bien relié à la série-mère.

    Ce one shot nous en apprend plus sur Steve Rowland, jeune étudiant proche des mouvances d’extrême droit, approché par les services secrets états-uniens.

    On en apprend davantage sur ses motivations, son côté sociopathe et son engagement dans le projet d’attenter contre le président Sheridan.

    Un vrai plus pour comprendre la série-mère : voilà à quoi devraient correspondre tous les spin off. Un ajout indéniable, de surcroît magnifiquement mis en image par Guérineau.

    Dunyre Le 14/01/2024 à 18:51:01
    XIII Mystery - Tome 4 - Colonel Amos

    L’un des pires albums de cette série de spin off. Quel intérêt de faire un spin off sur un personnage d’une série si c’est pour raconter une histoire totalement déconnectée de la saga originelle ?

    Non vraiment je ne comprends pas…

    Une obscure histoire d’espionnage entre Israël et les Etats-Unis, avec un rôle de taupe pour Amos… qui rend le personnage encore plus détestable que dans XIII. C’est finalement ce qui ressort de ce récit : Amos est un sale con, qui n’aime rien ni personne et qui n’apprécie que le pouvoir que lui offre la manipulation.

    Sans patrie, sans amis… et pourtant une histoire est produite dessus…

    Si vous aimez Boucq, vous aurez au moins ses graphismes. Pour ma part j’y suis totalement insensible, je me suis donc ennuyé tout du long.

    Dunyre Le 14/01/2024 à 18:48:12
    XIII Mystery - Tome 3 - Little Jones

    Un album sur la jeunesse de Jones. Le personnage est très attachant, que ce soit dans XIII ou dans ce one shot.

    Mais le scénario est ici trop classique et trop basique pour sortir réellement du lot. La petite Jones est excellente, les décors sont jolis, mais on reste sur sa faim au niveau du scénario… d’autant plus qu’on devine déjà les twists et la fin (recrutement dans l’armée par Carrington).

    Se laisse lire, mais pas inoubliable.

    Dunyre Le 14/01/2024 à 18:46:30
    XIII Mystery - Tome 1 - La Mangouste

    Un album assez affligeant. Le personnage de La Mangouste est déjà assez inutile et dispensable dans la série-mère, donc l’intérêt de développer un récit sur sa vie avant même de le lire est discutable.

    Et finalement, après la lecture, le sentiment est le même : quel intérêt ? Un tueur sans scrupules que l’on tente d’humaniser par une obscure histoire familiale alternant Allemagne de l’Est et États-Unis. C’est du déjà vu et globalement nombreux sont les lecteurs à ne pas s’intéresser au tueur à gages de la série : son rôle est lambda.

    Vite lu, vite oublié.

    Dunyre Le 31/12/2023 à 17:59:10
    XIII Mystery - Tome 2 - Irina

    Un remarquable one shot. Le personnage d’Irina m’a toujours laissé froid quand je lisais XIII, c’est pourquoi j’ai mis autant de temps avant de lire ce spin off centré sur elle.

    Mais grand amateur de Berthet j’ai sauté le pas et je ne regrette pas. Le récit est tout à fait cohérent et s’imbrique parfaitement avec la série-mère.

    Les dessins sont comme toujours sublimes et l’on finit par s’attacher à Irina (sans oublier le plaisir de retrouver Jessica même de manière fugace), c’est dire !

    Du très bon.

    Dunyre Le 10/11/2023 à 16:14:07
    L'Étoile du désert - Tome 1 - L'étoile du désert 1

    Encore une fois, je vais partager l’avis de Rody Sansei mais aller totalement à l’encontre de celui d’Erik67 (décidément je ne suis jamais en accord avec ses avis, c’est assez dingue).

    Ce diptyque est d’une platitude sans nom, le scénario n’a rien d’original, nous avons droit à du vu et revu (le riche officiel du Nord-Est des États-Unis participant à l’essor de la civilisation et notamment du rail et du train se retrouve opposé à de farouches partisans de l’Ouest sauvage, des rustres sans foi ni loi).

    L’intrigue est inexistante à partir du moment où, dans le tome 1, il nous est révélé que le personnage principal avait pour travail de signer des décrets dans des bureaux à Washington, et qu’en ce moment il s’agissait justement de signer un document sur l’extension du rail vers la frontière Sud du pays.

    Dés ce moment-là j’ai su que les morts de sa femme et de sa fille étaient liées à son poste et à son pouvoir décisionnel.

    Tout le reste du tome 1 et l’intégralité du tome 2 devient alors un enchaînement de séquences classiques de l’Ouest (ville bordélique, saloon mal-famé, ouvriers avinés, prostituées aguicheuses, patron magouilleur, hommes de mains moches et sales, etc.), avec peu de dialogues et beaucoup de textes narratifs alourdissant le propos, en nous rappelant toutes les 5 minutes que le héros se demande bien ce qu’il a pu faire pour que sa femme et sa fille soit tuée…

    Un héros qui bosse au Ministère de La Défense à un poste important et qui à AUCUN moment ne se dit que c’est justement pour cela que sa famille a péri…

    Beaucoup de scènes de sexe et de violence gratuites par ailleurs, qui sont assez détestables.

    Au final le récit est affligeant, Desberg nous a habitué à beaucoup mieux (421 notamment). Quant à Marini, je ne suis définitivement pas fan de ses graphismes, même s’ils sont qualitatifs je le reconnais.

    Dunyre Le 23/10/2023 à 16:24:41
    Choc (Maltaite/Colman) - Tome 1 - Les fantômes de Knightgrave - Première partie

    Avis portant sur la série. Et d’emblée, je vais être clair : mon avis ira à l’opposé de celui de Yovo, présent un peu plus bas.

    La BD franco-belge classique est la « vraie » BD de mon point de vue, elle est celle par quoi tout le reste est venu, à l’image de titres comme Tif et Tondu.

    Or, j’avais quelques réticences en apprenant qu’un prequel sur Choc paraissait chez Dupuis. Pour moi, le personnage n’avait pas besoin d’avoir un background. Il était et demeure un mystère, avec une aura et un charisme.

    Mais j’ai tout de même essayé de lire cette trilogie, prêtée par un proche.

    Si le premier tome est intéressant, les deux autres sont confus et n’apportent absolument rien. Ni aux fans de Tif et Tondu dont je fais partie, ni aux néophytes car l’histoire en elle-même est un sac de noeuds et d’invraisemblances. Il y a des dizaines de séries historico-policières bien meilleures.

    C’est dommage car graphiquement Maltaite fait du bon travail, mais l’histoire ne suit pas.

    Quand on veut raconter la genèse d’un personnage, il est nécessaire selon moi d’être précis avec un scénario linéaire et chronologique. Les flash-backs ne sont que des trucs et astuces artificiels, pour faire croire à un récit compliqué… alors qu’il ne l’est pas. Ce qui le rend confus et compliqué, c’est justement de sauter de périodes en périodes (années de guerre, années 1920, années 1930, années 1940 et 1955, le « présent »).

    L’idée de départ du rachat d’un manoir lié à l’enfance de Choc était une belle piste… qui n’aboutira jamais. On se perd dans la guerre et ce personnage du duke, en particulier dans le tome 3.

    De surcroît, le scénario expurgé des longueurs et flash-backs aurait tenu sur un seul gros tome, alors que nous avons 3 BD à plus de 80 planches. Il faut apprendre à découper les BD avec plus de synthèse, il faut faire du tri…

    Très décevant, relisez plutôt vos Tif et Tondu, vous serez bien plus détendus !

    Dunyre Le 07/10/2023 à 19:12:38

    Une lecture intéressante, que j'ai beaucoup apprécié.

    Selon moi, il y a 3 points forts dans cette BD :

    - La qualité des graphismes d'Olivier Roman, qui sont d'une rare précision (décors, habits d'époque, ambiances urbaines, ambiances plus naturelles avec les parcs, etc.). Je me suis retrouvé dans le Paris de la Belle Époque tout au long de la lecture.

    - La documentation historique, avec des faits précis qui m'ont permis d'apprendre un certain nombre d'éléments sur la vie du couple Curie et de conforter mes connaissances sur le fonctionnement des séances de spiritisme réalisées à l'époque (pour avoir lu l'intégrale des nouvelles de Conan Doyle dédiées à cela, j'ai trouvé le même niveau de détails... et de mystère, car tout ne peut clairement pas être expliqué).

    - La science de la narration de Rodolphe, qui nous embarque dans son récit dés le départ sans jamais nous en faire sortir. Aucune longueur, aucune lenteur. Tout va vite, peut-être un peu trop, c'est vrai : une plus forte pagination ne m'aurait pas gênée, afin d'avoir davantage de détails sur les séances de spiritisme ou sur la difficile relation entre science et spiritisme.


    Je ne suis pas resté sur ma faim pour autant, c'est un vrai bon tome bien réalisé. Je suis étonné que seul l'éditeur Anspach se soit positionné, au vu du pédigré des deux auteurs...

    Dunyre Le 28/09/2023 à 07:55:30

    Très belle découverte que celle de cette série jeunesse se déroulant au Moyen Âge.

    Les dessins sont de très grande qualité, avec un vrai réalisme dans les décors (château-fort, cathédrales, etc.).

    Les récits sont simples mais avec un soupçon de magie et d’onirisme et des personnages hauts en couleur (Prune, Biscotto, etc.) qui permettent de nous évader, sans autre prétention.

    Seul bémol : le caractère un peu répétitif des trames narratives, avec un problème rencontré par Hugo ou un proche, une enquête… qui aboutit à la nécessité de se rendre dans l’Outremonde (monde magique), où une solution sera trouvée.

    Cependant le tout est bien rythmé et, à moins de tout lire d’une traite, on peut savourer un par un chacun de ces tomes.

    Une belle réussite et un univers qui aurait mérité davantage, si l’éditeur avait suivi.

    Dunyre Le 28/08/2023 à 16:07:28

    Un très beau catalogue d’exposition, revenant sur la vie d’Uderzo et son œuvre. Le propos est chronologique, agrémenté de belles planches originales et de quelques photographies.

    On (re)découvre tout le talent du génial dessinateur d’origine italienne, véritable maestro du graphisme, autodidacte depuis ses 13 ans. Et c’est peut-être cela qui est le plus impressionnant : contrairement à beaucoup d’autres dessinateurs de sa génération, passés par l’Institut Saint-Luc ou d’autres écoles, Albert Uderzo s’est fait tout seul grâce à son seul talent et à partir d’observations du monde qui l’entourait.

    Cet ouvrage de qualité montre fort bien cela.

    Dunyre Le 28/08/2023 à 11:49:09

    Une chasse aux reliques sacrées du passé, dans un univers de space-opera où un groupe de 4 « divinités » a décidé de supprimer toutes les autres religions. Voilà le cadre de ce récit.

    Nous suivons donc un duo de chasseurs de reliques, les meilleurs, qui se voient affublés d’un ancien soldat ayant déserté la Légion (et qui en connaît donc bien les rouages). Cette Légion est au service des 4 divinités, et sert avant tout à réprimer les athées et les chasseurs de reliques.

    L’histoire est basée sur l’idée qu’un objet sacré très précieux, liée à une antique religion, se trouverait caché dans un lointain regroupement de planètes, tellement isolées que même la Légion n’y met plus les pieds. Et notre trio va être engagé par un mystérieux commanditaire richissime pour aller la débusquer.

    Le récit est donc très classique : chasse au trésor, faux-semblants pour la majorité des personnages (qui ne sont pas ce que l’on pourrait croire), univers de space-opera avec multiples peuples et planètes mais religion unique, combats à gogo autant dans l’espace que sur la planète où la relique est cachée, etc.

    Cela fonctionne bien et les dessins sont magnifiques. Maintenant, c’est très simple, capillo-tracté pour une bonne partie avec un côté deus ex machina sur la fin qui m’énerve toujours un peu…

    J’adore Runberg sur Orbital, je suis moins convaincu sur On Mars ou ce Space Relic Hunters. C’est moins fin, c’est moins abouti. Reste un bon divertissement, rapidement lu, rapidement oublié malheureusement.

    Dunyre Le 27/08/2023 à 12:55:33
    Orcs & Gobelins - Tome 22 - Viande Morte

    Un récit efficace, mais très classique. Aucune surprise, tout est prévisible et attendu. Les graphismes sont corrects, mais un peu moins bons que sur d’autres opus, on est pour ma part dans la moyenne basse des productions de la série. Dommage car j’apprécie bien le dessin de Sentenac, qui m’a paru un peu rapide par moment…


    Pour le moment c’est un peu le souci de ces one shot qui s’inscrivent dans les Guerres d’Arran : la grande histoire étant portée par les 6 tomes spécifiques de la guerre, tous les récits annexes ne servent qu’à apporter quelques éléments pour le fil rouge général (en général de nouveaux personnages ou de nouvelles armes).

    Mais, du coup, les histoires en elles-mêmes ne sont pas très intéressantes, elles s’oublient vite.

    Dunyre Le 25/08/2023 à 18:34:42
    Ekhö monde miroir - Tome 12 - La Walkyrie des fjords

    Effectivement, Ekhö est une série irrégulière depuis le tome 6, alternant le bon et le moins.

    Mais au contraire de Phil, je trouve justement que ce tome 12 est bien plus sympa que le 11 ou le 8.

    Le début du récit est lent, il y a une énorme inspiration wagnérienne puis tolkiennienne, et j’avoue qu’après une dizaine de pages je me suis dis « oh non, encore un récit très moyen », surtout que les décors de Barbucci paraissent moins bien travaillés que d’habitude.

    En revanche à partir du moment où l’on quitte Copenhague en navire, tout s’accélère et le récit devient de plus en plus intéressant, avec une fin inattendue et de très bonnes idées (le passage dans les Îles Féroé est excellent).

    Un très bon cru !

    Dunyre Le 16/06/2023 à 11:43:11
    Il faut flinguer Ramirez - Tome 1 - Acte 1

    Le récit est rythmé, les dialogues sont souvent bien trouvés, les trognes et attitudes des personnages valent le coup d’œil.

    En revanche le scénario est très moyen, classique et sans surprise. De plus les graphismes sont très informatisés, et s’ils sont donc bien réalistes, les ambiances sont assez vides et creuses. Je ne me suis pas senti immergé dans le récit.

    On sent bien que le créateur est un graphiste avant toute chose, peut-être qu’un vrai scénariste aurait aidé.

    A lire une fois pour les bonnes vannes et l’humour omniprésent, sans plus.

    Dunyre Le 03/06/2023 à 11:39:00

    Très belle découverte que cet album !

    Le scénario est excellent, vraiment très bien construit. Rien n’est laissé au hasard, aucune scène n’est gratuite, aucune décision sans conséquence. Cela fait plaisir de lire de la fantasy aussi bien rythmée, qui s’enchaîne sans aucune interrogation en suspens. Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu une aussi bonne histoire.

    Niveau graphisme, je suis plus mitigé. Les décors et les ambiances sont superbes (j’aime beaucoup les villages pictes et gaëls ou le camp romain par exemple) et les scènes de combats très bien chorégraphiées.
    En revanche les personnages, surtout secondaires et ceux en arrière-plan, sont moins bien réalisés. En particulier leurs corps et leurs membres (régulièrement les mains et les bras sont peu réalistes, pas très bien proportionnés).


    Sans spoiler, on suit donc un récit formant un mélange entre base historique et dark fantasy, inspirée d’Howard et de Lovecraft :
    IIe siècle de notre ère, les Romains occupent les deux tiers de Britannia. Le mur d’Antonin marque la frontière entre le monde romain « civilisé » et les terres sauvages des Gaëls et des Pictes (une jolie carte en double-page intérieure est très utile pour localiser les lieux du récit d’ailleurs). Ces derniers s’affrontent autant qu’ils luttent contre l’envahisseur, ce qui les fragilise.

    Mais lorsqu’une sorcière s’ingère dans les affaires romaines en manipulant le général Horatius, commandant des troupes romaines, et qu’elle cherche à réveiller une antique menace venue d’un autre monde, tout va dégénérer. Et seule l’alliance des peuples locaux derrière le roi Picte semblerait pouvoir sauver la situation… maintenant à vous de lire pour connaître la suite ;)


    Une très belle découverte donc comme dit au départ, avec une belle narration (dialogues de qualité, sans être pompeux) que je recommande aux amoureux de Dark fantasy et à tous ceux qui aiment les récits mélangeant base historique et récit fantastique.

    Dunyre Le 30/04/2023 à 15:53:09

    N’étant pas fan de comics, je découvre régulièrement depuis 2 ans maintenant quelques titres conseillés par mes libraires.

    Ce week-end était destiné à ce récit sur Daredevil. J’ai découvert le personnage grâce au Daredevil Yellow du duo Sale/Loeb, que j’avais adoré.

    Là je dois avouer que le retour de lecture est plus mitigé. L’idée de Miller est ici de proposer une descente aux enfers de Murdock avant de le faire renaître de ses cendres.

    Si les cinq premiers chapitres sont très bons, je trouve que la fin est gâchée. L’intervention du super soldat-brute sanguinaire et de Captain America ne me semble pas adaptée : on passe de 5 chapitres centrés sur la déchéance d’un homme dans un New York gangréné par la pègre, dans une ambiance sombre et poisseuse, à 2 chapitres remplis d’actions et de bastonnade à tout va, avec des super-héros de partout.

    Je ne lisais pas de comics parce que je suis hermétique aux super-héros conventionnels et aux bagarres sans raison, et là Miller ruine un récit intelligent et social par des combats inutiles…

    Graphiquement c’est remarquable en revanche, très propre et efficace. Un trait simple et épuré, appréciable déjà avec Batman Année Un.

    Dommage au final, l’ensemble reste bon mais parce que le début est excellent.

    Dunyre Le 30/04/2023 à 12:58:37

    Un énième récit de science-fiction, qui s’inspire de plein d’autres histoires (à commencer par la saga des Mondes d’Aldébaran).

    Le scénario est adapté d’un roman, donc on retrouve un univers cohérent et un groupe de personnages bien campés. Ainsi l’histoire propose une idée classique : la colonisation de nouvelles planètes par l’humanité et la quête de l’immortalité pour cette dernière. Quand un homme rentre d’une expédition disparue sur une planète après 6 ans sans nouvelles et qu’il évoque avoir trouvé l’immortalité dans son journal de bord, la plus grosse multinationale pharmaceutique de la galaxie monte une expédition pour retourner sur cette planète et trouver la source de l’immortalité.

    Cependant le rythme de l’adaptation n’est pas très bien travaillé, il y a des gaps d’une page à l’autre par moment qui cassent tout (par exemple quand ils veulent faire avouer le biologiste dans la cité-bulle) et beaucoup trop d’évidences. On a le sentiment d’avoir un travail de débutant en S-F. Ce n’est pas mauvais, mais c’est très simple et vu et revu. Aucune surprise pour qui a déjà pas mal lu de récits dans le domaine (Aldébaran, colonisation, Conquetes, Retour sur Belzagor, etc.).

    Graphiquement, c’est un travail propre et net, très réaliste. C’est efficace (personnages reconnaissables et bien distincts, jolis décors naturels de forets) mais sans être incroyable (peu d’ambiances, peu d’émotions).

    Au final cela se lit très vite, tout est cousu de fil blanc (un saboteur est mentionné au début de l’expédition, j’avais tout de suite deviné qui était coupable… alors que la révélation intervient dans les deux dernières pages).

    Très décevant, heureusement que j’ai pu le lire en bibliothèque plutôt que de l’avoir acheté.

    Dunyre Le 29/04/2023 à 23:06:08

    J’ai découvert cette série grâce à l’intégrale récemment parue.

    Les 6 histoires courtes proposées sont scénaristiquement inégales (celles sur les Keys et sur Marseille sont très courtes et apportent peu de choses, celles sur New York et Amsterdam sont excellentes et bien construites).

    En revanche graphiquement c’est remarquable, les ambiances des villes sont assez dingues. Dés ses débuts Francq était un maître dans l’art de croquer les décors et de transmettre des émotions, des ressentis très forts.

    Le récit sur New York est un petit bijou à ce niveau-là, avec une multiplication des cadrages et des angles de vue.

    C’est une petite pépite qui mérite d’être découverte pour tous les fans du dessinateur de Largo !

    Dunyre Le 27/04/2023 à 18:53:15

    Série découverte après Moréa, autre série de l’auteur (en dessinateur uniquement). Là il se lance dans une série en solo, plutôt plaisante mais un peu plus faible scenaristiquement.


    Graphiquement c’est superbe, les ambiances sont très belles avec une colorisation travaillée, très fine et qui renforce les ressentis (nuit, cave poisseuse, bâtiment mal éclairé, etc.).
    Les décors de Montréal sous les eaux en version futuriste sont vraiment bien réalisés, en comparant avec des photographies actuelles de la ville on s’y retrouve pleinement.

    Les personnages sont bien différenciables, avec des marqueurs visuels comme des taches de rousseur, des cicatrices ou des queues de cheval. Mention spéciale pour Riel et Nève, les personnages principaux, qui sont vraiment bien campés graphiquement.


    Niveau scénario c’est un peu moins bon en revanche. L’idée de départ est bonne, le tome 1 propose une très belle introduction mettant en avant les fils rouges de la trilogie :

    - Deux jeunes ruraux qui débarquent à Montréal pour trouver du travail et vivre une aventure.

    - Une Montréal sous les eaux, marquée par des inégalités assez fortes et un groupe de rebelles armés qui occupe un square et pose des revendications, en particulier contre le groupe pharmaceutique Jouvex, producteur d’un vaccin de rajeunissement très cher et destiné à seulement 3% de la population.

    - Une femme inconnue de (presque) tout le monde qui sème blessures et morts sur son passage et qui semble en vouloir au patron de Jouvex.


    Malheureusement les tomes 2 et 3 sont moins travaillés, même s’il y a de bonnes idées comme les problèmes liés au vaccin, les dissensions chez les rebelles ou encore les négociations politiques qui ne plaisent pas aux policiers.

    Globalement c’est un peu plus mou et un peu trop prévisible. La fin est courue d’avance et on passe la deuxième moitié du tome trois à l’attendre, et ce même si c’est bien réalisé et cohérent.

    Cela n’empêche qu’on passe un bon moment de détente, une belle évasion avec de très jolis graphismes ! Dommage que Labrosse n’ait pas fait davantage de BD, il propose des travaux de qualité !

    Dunyre Le 26/02/2023 à 11:19:56
    Colonisation - Tome 7 - Répercussions

    La série se poursuit et c’est toujours aussi bon.

    Graphiquement Cucca continue de faire dans l’exceptionnel (la double-page 24/25 est juste incroyable) et le scénario extrêmement dense demande toujours une vraie concentration pour la lecture.

    Quand je vois certains avis, cela confirme ce que je pense : cette série n’est pas pour tous les publics. Ceux qui veulent un simple divertissement ou qui n’aiment pas les récits alambiqués avec personnages multiples et rebondissements incessants devraient passer leur chemin.

    Pour ceux qui sont prêts à faire des efforts et à dépasser le tome 1, assez dense pour poser tous les enjeux, alors un véritable univers sera proposé.

    Mais en science-fiction peu de récits sont à ce niveau-là dans le monde de la BD.

    Dunyre Le 16/02/2023 à 15:49:40

    Après avoir découvert le Batman du duo Loeb/Sale en 2021, j’ai enfin pu découvrir cet autre récit absolument magique.

    Superman en 4 saisons, l’essentiel de la « base » à connaître sur le personnage et son univers. Un équivalent pour Superman à Batman année un.

    Le récit est doux, d’une beauté graphique incroyable et d’une bonté scénaristique magnifique. On découvre le monde de Clark Kent/Superman, ses questionnements, ses angoisses, les enjeux d’avoir conscience de ses pouvoirs et malgré tout de ne pas toujours parvenir à totalement sauver tout le monde comme il le voudrait.

    Les planches du regretté Tim Sale sont époustouflantes, les décors de Smallville sont enchanteurs (je déménagerais dans le Kansas dans l’heure !).

    Un must have absolu pour moi.

    Dunyre Le 09/02/2023 à 13:16:09
    Outlaws - Tome 1 - Le Cartel des Cimes

    Excellent album, dans la lignée des Orbital.

    Graphiquement, Éric Chabbert parvient à se rapprocher du style de Serge Pellé, ce qui offre une vraie cohérence dans l’univers (notamment pour les bâtiments et les véhicules).

    Scénaristiquement, Sylvain Runberg propose à la fois de suivre la sœur de Caleb, personnage secondaire d’Orbital qui bénéficie ici du premier rôle. Le récit suit la Jeunesse de Kristina, et devrait logiquement nous faire comprendre un peu mieux pourquoi elle apparaît si aigrie et en colère contre le système, en montrant son parcours entre ses débuts enfant sur Terre au tome 1 d’Orbital et son retour plus âgée ensuite, en tant que contrebandière.

    Et comme dans Orbital, derrière le récit principal se cache des réflexions géopolitiques et sociétales d’importance : en l’occurrence les enjeux migratoires (clandestins), l’esclavage moderne, le trafic de médicaments, l’influence des cartels et leurs guerre de gangs, les violences policières dans les villes éloignées du pouvoir central, etc.

    Du tout bon, indispensable pour tout bon fan de Space opéra et d’Orbital.

    Dunyre Le 11/01/2023 à 16:38:17

    Je viens de découvrir avec énormément de retard cette série… et ma première pensée après la lecture de cette trilogie est : bon sang, comment ai-je pu passer à côté aussi longtemps ??

    C’est une œuvre remarquable, intelligente et bien écrite. Le vocabulaire est à la fois recherché et efficace, mêlant astucieusement les discours les plus populaires et les réactions les plus primaires avec une réflexion socio-politique très pertinente (notamment sur les conflits inter-ethniques et sur la question du bolchevisme). On retrouve des manières de construire l’histoire similaires à ce que Bravo a pu proposer dans son Spirou d’ailleurs.

    Niveau graphismes, c’est du Bravo : ligne claire, pas de fioritures. Un dessin au service du récit, et cela fonctionne !


    On suit donc durant 3 tomes les aventures d’un russe nommé Aleksis Strogonov.
    Dans le tome 1 il est un jeune membre de l’Armée rouge qui mène sa révolution dans les provinces russes. Il va rapidement se rendre compte des limites de cette insurrection.

    Dans le tome 2 il sera en fuite à Berlin, au moment de la montée de l’extrême-droite allemande. Petits clins d’œil au milieu du cinéma, très intéressants et très fins,

    Dans le tome 3, il tente de retourner vers la Russie et se retrouve entraîné dans un conflit à plusieurs échelles dans les Balkans : entre ethnies locales (éleveurs de montagnes principalement) et entre ces ethnies et le pouvoir national, jugé autoritaire.


    Des moments truculents sont à noter dans les 3 tomes : la soviétisation d’un village rural (la tentative du moins) et l’occupation du château de la duchesse russe dans le tome 1 ou encore la fausse revue de presse des conflits ethniques dans le tome 3 sont inoubliables.

    Foncez si vous n’avez jamais lu cette histoire : elle est exceptionnelle.

    Dunyre Le 20/11/2022 à 19:42:47

    Je viens de découvrir cette série grâce à l’intégrale parue récemment et je dois dire que j’ai été très agréablement surpris.

    Autant « Croisade » des mêmes auteurs m’avait laissé de marbre à cause du scénario absolument indigeste et parfois incompréhensible, autant Dufaux nous sort pour le coup un excellent récit très rythmé et bien documenté.

    Nous avons donc affaire à un récit épique, une quête marquée du sceau de l’aventure et de l’Histoire.
    Comme Dufaux sait bien le faire en général, que ce soit dans Murena ou Double Masque, il y a un équilibre intéressant entre la dimension historique (en l’occurrence la relation entre l’empereur Moctezuma et le conquistador Hernan Cortès au début du XVIe siècle, en pleine conquête de l’Empire aztèque par les Espagnols) et la dimension fantastique (ici une divinité surpuissante qui s’incarne à travers un conquistador et un culte opaque chez les Aztèques).

    Et le mélange marche très bien car il est parfaitement dosé, ni trop fantastique (juste quelques touches) ni trop « dissertation d’histoire » (la trame principale est sur les rivalités internes à la fois chez les Espagnols, entre Cortès et les envoyés du roi qui le trouve trop indépendant, et chez les Amérindiens, entre les Aztèques de Moctezuma et les autres tribus proches)

    Et que dire des graphismes absolument sublimes de Philippe Xavier. Un pur régal pour les yeux, en permanence. Rien n’est bâclé ou laissé au hasard. J’ai eu les yeux écarquillés un nombre incalculable de fois.

    Un Must have pour les amoureux de BD d’aventure, de BD semi-historique ou pour les fans des auteurs. Un indispensable assurément.

    Dunyre Le 11/11/2022 à 10:21:50
    Terres d'Ogon - Tome 1 - Zul Kassaï

    Une nouveau continent apparaît dans le Monde d’Aquilon, et une nouvelle série se fait jour : après les Terres d’Arran (Elfes, Nains & cie) voici les Terres d’Ogon.

    Un premier récit sur ces nouvelles terres que j’ai trouvé un peu poussif. Énormément de texte narratif, une lourdeur explicative. On comprend l’idée de Jean-Luc Istin de poser les bases de ce nouveau terrain de jeu, mais c’est trop je pense.

    Entre les descriptions de cette nouvelle terre, les réflexions en voix off d’un elfe rouge (les fameux Zul-Kassaï du titre) et le côté assez lent du voyage initiatique puis de vengeance d’Ubu, le personnage principal, cela fait beaucoup.

    Surtout que les 16 premières pages sont presque inutiles, tant elles rallongent le récit pour pas grand chose : une famille de la tribu Kulu massacrée par une escouade de Togs (gigantesques singes anthropomorphes), une autre tribu des Terres d’Ogon. Pas besoin de 16 pages pour décrire cela.

    Le milieu de ce récit alterne entre la quête du jeune Ubu, seule rescapé de sa tribu, pour aller réclamer justice auprès des Zul-Kassaï, les dieux immortels (elfes rouges en fait), et le retour des Togs dans leur ville, sorte de cité amérindienne perché sur un piton rocheux (très jolie au demeurant).
    Encore une fois c’est un peu longuet et lent, surtout dans le volcan Karakenn, chez les Elfes rouges.

    Seule la fin du récit s’accélère un peu avec Ubu et quelques elfes partant rendre justice/se venger chez les Togs. Mais le trop-plein d’actions et de combats d’un seul coup tranche avec le voyage qui le précède lorsque durant plusieurs planches Ubu et les elfes rouges retraversent les forêts enneigées de Kamina où habitait Ubu.

    Cependant les graphismes de Duarte et l’originalité de ce nouveau continent font tout de même de cet album une lecture plaisante.

    Mais si les autres tomes des Terres d’Ogon sont dans cette veine, on risque d’avoir « la série de trop » dans le Monde d´Aquilon. En tout cas de mon point de vue

    Dunyre Le 16/10/2022 à 19:44:40
    Carthago - Tome 14 - Courbée, je me redresse

    A l’instar du cycle précédent sur Kane, ce diptyque sur Le Bagarreur est de grande qualité.

    Fini les histoires à rallonge avec des temporalités multiples parfois compliquées à suivre et souvent lassantes à la longue.

    Ici nous avons droit à un vrai récit linéaire qui fait à la fois avancer le fil rouge (Le « nouveau » Feiersinger d’un côté, Lou et les tritons de l’autre) et qui propose une histoire originale, intéressante juste pour elle-même.

    Un huis-clos sur une plate-forme pétrolière occupée désormais par des moines (après la catastrophe nucléaire/apocalypse entrevu depuis le tome 10), des factions de moines qui s’affrontent du fait de croyances désormais différentes, des pirates et pillards qui tentent de venir les voler, etc. : voilà entre autres les bases de ce récit,

    En y ajoutant une vraie avancée du fil rouge (Megalodons relâchés du sanctuaire du Kamchatka après plusieurs années de captivité, le nouveau Feiersinger qui suit Lou à la trace pour… ?), cela donne une belle histoire.

    Ennio Bufi nous régale également avec des planches remarquables, comme il l’avait fait pour Kane : une maîtrise de toute beauté, un régal pour les yeux (les combats sous-marins entre les megalodons sont sublimes, de même que les scènes de destruction de la plate-forme pétrolière).

    Vivement la suite !

    Dunyre Le 11/10/2022 à 09:33:29
    À prix d'or - Tome 1 - Tome 1

    Avis portant sur le diptyque :

    Je rejoins sur beaucoup de points les deux avis qui précèdent le mien.
    Déjà avec ces couvertures et ce dos orange flashy très racoleurs qui font plus fuir qu’autre chose.

    Ensuite pour l’idée que le duo Sergeef/Khattou est forcément gage de qualité et qu’il ne faut donc pas s’arrêter à l’apparence extérieure des albums. Oui des albums et non pas de l’album, chose assez incompréhensible puisque l’histoire est complète en 2 tomes et que ces 2 tomes sont parus le même jour… pourquoi ne pas en sortir un seul plus gros. Cela aurait été à la fois plus économique et plus écologique…

    Enfin pour le côté très sympa du récit.

    Les décors de Khattou sont excellents, je me suis vraiment senti dépaysé en plein arrière-pays Australien, monde du désert et des mines, des routes et des snacks en bord de routes, etc.
    Les dessins sont vraiment très fouillés et travaillés, offrant des cases et des planches dans lesquels je me suis perdu facilement dans les détails, avec grand plaisir.

    Le scénario de Sergeef est efficace sans être original : deux jeunes femmes fortes dans un monde d’hommes, une histoire d’héritage, des dirigeants de grosses firmes minières corrompus et véreux, des activistes écologistes qui veulent combattre les mines polluantes, des aborigènes qui veulent retrouver un peu le contrôler de leur terre, etc.
    La force de Sergeef vient de sa grande maîtrise du rythme de la narration, où l’on se laisse facilement embarquer dans ce récit digne d’un bon film d’action. Cela va vite sans être vide de substance, car il y a un gros travail de contextualisation pour la toile de fond du récit.
    Finalement l’histoire de l’héritage n’est qu’un prétexte pour dénoncer certains problèmes de ce monde minier, quasiment d’un autre âge au vu des enjeux de 2022… à méditer.

    Une belle lecture, de la détente sans prise de tête qui vaut le coup d’œil.

    Dunyre Le 11/09/2022 à 18:43:14

    Une trilogie intéressante et bien traitée. On nous promet une approche « comme un film de série B » et c’est ce qui nous est proposé.
    C’est efficace, les dessins sont propres et le scénario classique mais cohérent.

    En plus des références historiques bien documentées initient chaque volume, notamment sur les problèmes des Îles Marshall du fait des essais nucléaires états-uniens dans le passé.

    Du gore, des ambiances glauques et bien flippantes, des belles nanas. Un bon divertissement !

    Dunyre Le 12/08/2022 à 14:34:19

    Une série découverte sur les conseils de mes libraires, via cette intégrale. J’avoue avoir attendu plus d’un an avant de sauter le pas, tant les dessins de Munuera me rebutent. Trop enfantins et imprécis à mon goût, pas fan des attitudes de ces personnages.

    Mais comme j’adore les scénarios de Dufaux et la fantasy en général, j’y suis finalement allé. Et je ne le regrette pas.

    Le récit est bâti comme un conte, pas comme de la fantasy épique et classique. L’idée d’une dualité de mondes entre le notre « en haut » et celui des Enfers « en bas » est l’excellente trouvaille de ce récit.

    On navigue ainsi entre les 2 mondes avec des protagonistes allant de l’un à l’autre et mélangeant les genres. Lumière contre obscurité, c’est l’idée centrale de cette BD, qui tient ses promesses du début à la fin (très bien pensée).

    Le bémol serait pour moi sur la réalisation : l’idée générale est originale et excellente, il y a de bons moments (plusieurs scènes de dialogues en grandes cases, bourrés d’humour) mais le récit manque de souffle parfois, et les graphismes ne sont pas toujours à la hauteur.

    Toutefois la sympathie dégagée par les personnages, l’humour très présent et la qualité générale du récit proposé sont à souligner. Un bon moment, une lecture sympathique mais pas un futur classique.

    Dunyre Le 07/07/2022 à 11:57:23
    Le dernier des Dieux - Tome 1 - Tome 1

    Avis portant sur la quadrilogie, et une fois n’est pas coutume Erik67 et moi ne sommes pas du tout d’accord.

    Je précise déjà que je suis un fan invétéré de fantasy et que je lis en romans, BD et comics à peu près tout ce que je trouve sur le sujet. Je suis donc exigeant et, comme beaucoup, je garde LotR comme référence absolue et ultime.

    Partant de cela, j’ai acheté cette saga sur les conseils de mon libraire qui connaît justement mes goûts. Et je dois dire que j’ai attendu patiemment avant de les lire, afin d’avoir le temps de bien me plonger dedans d’une traite, car c’est souvent que les récits de fantasy se consomment le mieux. Il faut entrer dans le récit et surtout l’univers proposé.

    Or justement ici la force du récit tiens dans l’univers proposé : tout est absolument cohérent. Aucune erreur, aucun manquement. L’auteur nous propose un récit en 12 chapitres, avec des extraits de poèmes et d’encyclopédies entre chacun (un côté Watchmen pour le coup). Le monde est cartographié clairement dès le départ, et la quasi-totalité des lieux va servir pour le récit, en temps que lieu d’action ou que référence géographique (là on a clairement un côté LotR).

    Le voyage est plus important que la destination, Bilbo nous l’a bien démontré, et cela se vérifie pour ce récit : une bande de 5 « héros » a sauvé le monde il y a 30 ans de cela. Mais le fameux dernier dieu donnant son titre à la saga et que nos héros auraient vaincus 3 décennies plus tôt serait en train de revenir, des signes le montrent clairement.

    De cette base ce découler un récit sur une double-temporalité : dans le passé, pour comprendre pourquoi ces héros semblent avoir mentis puisque le dernier dieu est encore en vie, et dans le présent en suivant le retour de ce dieu et la tentative de certains anciens héros, alliés à des nouveaux, pour le vaincre pour de bon.

    Faux-semblants, trahisons et relations conflictuelles sont le lot des personnages. Le lecteur va suivre cela en découvrant des paysages variés et un véritable voyage fantastique, à deux époques différentes, avec un énorme travail de cohérence permis à la fois par la patte graphique du dessinateur pour nous faciliter la reconnaissance des personnages vieux/jeunes et par la qualité de narrateur du scénariste qui nous propose des pages d’encyclopédie entre les chapitres d’une incroyable pertinence.

    Tout est ajusté et millimétré. Des graphismes somptueux sans aucune fausse note au récit mené tambour battant.

    Et c’est je pense ce qui ne plaira pas à certains, à l’instar d’Erik67 : il n’y a pas beaucoup de poésie dans ce récit. On ne se laisse pas porter au gré des vents mais plutôt des cors de guerre, de la sueur et des cris. C’est sombre, violent et très dense. Il faut vraiment enchaîner les 4 à la suite pour profiter pleinement du récit, qui multiplie les noms de personnages et de lieux, de races, de guerres du passé, etc.

    Un récit exigeant et classique, qui reprend énormément à LotR, mais qui le fait très bien. Et vu le nombre d’auteurs ayant voulu reprendre Tolkien en beaucoup moins bien, personnellement je signe tout de suite pour d’autres récits de ce genre.

    Tout est classique mais parfaitement maîtrisé, le rythme est bon et les dessins sublimes. Que demander de plus ?

    Dunyre Le 07/07/2022 à 09:05:03

    Sur conseil de mon libraire j’ai lu cet opus.

    Mon ressenti est vraiment mitigé :

    Graphiquement c’est bien réalisé, le découpage est très bon et bien rythmé, les décors sont efficaces et réalistes, les personnages et leurs expressions bien campés.

    Mais scénaristiquement c’est un peu faible. La trame est classique : un ancien convoyeur pour les cartels cubains qui s’est reconverti comme garagiste… tout en poursuivant les liens avec les cartels (nettoyage et réparations de leur voiture, et de temps en temps transport pour eux de la drogue)… avant que tout cela ne dégénère.

    Le problème est que rien ne vient varier/twister ce fil rouge classique. Tout est anticipable et les nombreuses cases voire planches sans texte, avec certes de l’action, font que tout se lit très vite et qu’on arrive à la fin avec un sentiment de « tout ça pour ça ? »

    Entre un format petite taille et une pagination importante (108 planches, dont un bon tiers sans texte), le tout pour une lecture de 35-40 minutes, cela fait cher de la détente.

    A lire une fois, pour se divertir, mais pas forcément à acheter ou à conserver… à moins qu’une suite se fasse jour, afin d’aller plus loin et d’approfondir le récit (notamment l’héroïne principale, assez creuse pour l’instant)

    Dunyre Le 23/06/2022 à 16:57:43

    Très bon polar, bien sombre et mystérieux et surtout bien connecté à Watchmen dans le sens où les États-Unis de ce récit sont ceux de la série originelle, mais 35 ans après les événements finaux.

    On retrouve de multiples références graphiques (le gaufrier, la ligne claire, le Gunga Dîner, le New Frontiersman, etc.) et scénaristiques (Rorschach bien sûr mais aussi le Comédien et le Dr Manhattan qui sont évoqués et dont l’héritage est revendiqué par plusieurs personnages secondaires).

    Les twist sont bien maîtrisés et pour certains inattendus, quasiment jusqu’à la fin. Une vraie bonne idée, bien réalisée.

    Une brique supplémentaire à l’univers de Watchmen en même temps qu’un très bon polar en One shot.

    Dunyre Le 23/06/2022 à 11:33:17
    Duke (Yves H./Hermann) - Tome 1 - La boue et le sang

    J’adore le dessin d’Hermann des années 1970 à 1990, et j’ai adoré Comanche.

    Mais je n’avais pas fait Duke, car au feuilletage les dessins ne me semblaient pas au niveau. J’ai profité d’un passage en bibliothèque pour le faire les 5 premiers tomes de la série…

    … et ma lecture est venue confirmer mon premier ressenti : ce n’est franchement pas terrible. Les dessins sont imprécis, bien loin de la grande époque d’Hermann. Et les scenarii sont d’une banalité affligeante.

    C’est du vu et revu, aucune surprise, aucune originalité. Tout est cousu de fil blanc, les méchants sont méchants (patron de la mine, tueurs à gages et chasseurs de primes en tout genre, famille de bouseux avec 5 fils arrogants et violents, matrone irascible du bordel de la ville, etc) et les gentils se font violenter.

    Bref, lisez le tome 1 pour vous faire une idée, ce sera suffisant : la série est résumée dans cet opus, la suite étant une succession de coups du sort et de mauvais choix en cascade.

    Dunyre Le 14/06/2022 à 22:19:52
    Northlanders (Urban comics) - Tome 2 - Le livre islandais

    Un deuxième tome aussi bon que le précédent, avec des récits encore plus ancrés dans l’Histoire.

    La question de la gestion administrative de l’Islande par l’Althing ou encore les enjeux de la christianisation de l’île sont abordés avec beaucoup d’intelligence, tout en étant suffisamment bien imbriqués dans des récits fictionnels mettant en avant des personnages intéressants et souvent en proie au doute.

    Une très belle saga sur les Vikings en tout cas, avec de belles planches à utiliser avec les élèves en les mêlant à des extraits d’écrits universitaires.

    Dunyre Le 14/06/2022 à 13:14:47
    Northlanders (Urban comics) - Tome 1 - Le livre anglo-saxon

    Découvert en bibliothèque suite aux conseils de mon libraire, j’arrive un peu tard sur cette série.

    Mais je dois dire que je suis impressionné par la qualité des trames narratives proposées par Wood. Les aspects historiques sont réalistes, mais les dialogues et le comportement des personnages l’est moins. Et c’est tout ce que j’aime : le semi-historique est vraiment mon genre de prédilection, quand le contexte historique est réaliste mais que le récit est fictionnel.

    C’est comme cela que je conçois « apprendre en s’amusant » et c’est bien ce que propose cette anthologie sur les Vikings.

    Graphiquement, les dessins sont assez inégaux même si l’ensemble est de qualité. Mention spéciale au récit sur Sven, remarquable à tout point de vue.

    Une très belle épopée en tout cas, bien meilleure et beaucoup plus réaliste que Vinland Saga, n’en déplaise à certains…

    Dunyre Le 22/05/2022 à 10:47:58

    Une belle trilogie, graphiquement somptueuse et scénaristiquement cohérente.

    Le récit est dense mais se suit très bien (les personnages sont bien campés, le fil narratif fluide, la quête du héros se précise au fur et à mesure).

    Graphiquement c’est très beau, mais je mettrais un bémol : c’est plus de la peinture que de la BD par moment. C’est à dire qu’enchaîner 2-3 pages avec des dessins sans texte, ce n’est vraiment pas mon truc.

    Je ne suis pas de ceux qui aiment vagabonder au gré de décors vides. J’ai le sentiment d’être au restaurant et d’avoir le serveur qui m’amène les aliments bruts et crus en me disant « Faites-vous même votre plat » .

    J’attends d’un auteur qu’il me transporte, me guide dans son univers et me fasse suivre complètement sa série en oubliant le reste. Ici ce ne fut pas le cas par moment.

    Cela n’enlève bien sûr rien à la qualité de la trilogie, mais niveau fantasy je lui préfère largement une Quête, un Lanfeust ou un bon tome du Monde d’Aquilon.

    A lire, pour le plaisir des yeux.

    Dunyre Le 21/05/2022 à 16:32:57

    Une lecture intéressante, mais destinée aux novices de l’histoire du XXe siècle.

    Le propos est convenu et le scénario simple prétexte à nous montrer toute l’étendue des problèmes sociétaires du Portugal de Salazar.

    Suffisamment simple pour plaire à tout le monde, le récit est réalisé sous le sceau de l’efficacité, et les graphismes académiques servent parfaitement le récit.

    Un bon moment de passé, mais pas une BD marquante. A emprunter en bibliothèque.

    Dunyre Le 15/05/2022 à 17:47:42

    Je viens de lire cette série d’une traite, conseillé en cela par plusieurs personne qui avaient adoré.

    Je pense qu’en la lisant à l’époque de la sortie, on peut apprécier cette histoire : le récit proposé est assez imaginatif au niveau scénaristique et les graphismes sont plutôt modernes, s’éloignant de la ligne claire.

    Mais avec tout ce qui existe en fantasy de nos jours, je dois dire que j’ai trouvé ce récit franchement fade. Le récit n’est pas très dynamique et l’univers est assez mal exploité à mon sens, du fait des nombreuses références jamais précisées voire même utilisées (lieux, personnages, histoire passée du monde).

    Surtout ce sont les graphismes qui ont pris un sacré coup de vieux : quand on voit ce que font des Goux, Deplano ou Duarte, la comparaison pique.
    De surcroît le récit se veut assez sombre et adulte, alors les dessins cartoonesques et disneyen ne me semblent pas adaptés.

    La lecture a cependant le mérite de détendre et le scénario tient la route, pas de fin bâclée. Après c’est le genre de BD à lire, pas forcément à relire.

    Dunyre Le 20/04/2022 à 12:50:31
    La cathédrale des Abymes - Tome 1 - L'Évangile d'Ariathie

    Comme Nettoyor je suis allé emprunter à bibliothèque les 3 premiers tomes de cette série, attiré par les commentaires élogieux vus sur ce site.

    Je viens de lire les 3 d’affilée et je demeure dubitatif,

    Graphiquement c’est très joli, même si ce n’est pas mon style (un côté presque « peinture » parfois, qui manque de rythme pour moi). Les décors sont sympathiques, mais assez classiques.

    Mais côté scénario c’est encore plus « classique » : un univers copié sur celui des Maitres Inquisiteurs, un récit vu et revu (monde en guerre divisé par une faille, du froid au Nord d’inspiration Nord-Ouest de l’Europe, du chaud au Sud d’inspiration Nord-Africaine/Moyen-orientale) et des personnages pas très intéressants…

    En fait c’est une vraie série de fantasy « Soleil by Istin », bien construite mais pas très originale.
    Le problème c’est qu’après le Monde d’Aquilon et les Maitres Inquisiteurs, c’est difficile de sortir une série courte avec les mêmes poncifs…

    Bien content de ne pas avoir acheté la série au final.

    Dunyre Le 17/04/2022 à 19:05:04
    Miss Octobre - Tome 1 - Playmates, 1961

    Avis portant sur la trilogie de départ :

    Un scénario pas très clair, avec plein d’éléments inutiles et des éléments-clés apportés uniquement dans la seconde moitié du 3e tome…

    Le tout accompagné de dessins moyens : les décors et les ambiances sont bonnes, les personnages sont impossibles à différencier par moment.

    Bref, au mieux à emprunter à la bibliothèque pour une seule lecture…

    Dunyre Le 17/04/2022 à 11:20:03
    L'autoroute sauvage - Tome 1 - Kilomètre 666

    Avis portant sur la série :

    J'ai emprunté cette trilogie à la bibliothèque et je dois dire que si je suis content de l'avoir lue, je suis également satisfait de ne pas l'avoir acheté.

    Le récit est assez classique : France post-apocalyptique, avec des bandes de maraudeurs qui profitent de la déchéance de la société pour piller les rares espaces encore habités.

    Mais le récit est bien emmené, avec un rythme rapide qui pousse à tourner les pages pour savoir la suite. Peut-être trop d'ailleurs : en 1h15 grand maximum j'avais fini la trilogie...

    De leur côté les graphismes sont plutôt efficaces et parfois séduisants, même s'ils demeurent assez "informatisés" et sans réel âme (je ne suis pas sûr, en retombant sur des dessins de cet auteur, de savoir qu'il s'agit de lui).

    Au final je n'ai pas passé un mauvais moment, loin de là. Mais disons que l'envie de relire la série n'est pas présente. Or pour moi le gage de qualité d'une série c'est, en l'ayant terminé, soit d'en vouloir encore, soit d'avoir déjà envie de la relire. Ce n'est pas le cas ici.

    A lire une fois, pas deux.

    Dunyre Le 17/04/2022 à 08:25:24

    Une très jolie encyclopédie, qui montre toute l’étendue des talents de conteur d’Arleston. Les éléments présentés dans ce Codex sont en 2 parties.

    Dans un premier temps nous avons une présentation de l’histoire et de la géographie du monde d’Opale.

    S’il n’y a rien de vraiment neuf dans cette partie, cela permet de clarifier certains points entraperçus dans les BD et de développer le background du clergé de la Lumière, des différents royaumes et de l’empire mardoze.


    La seconde partie se concentre sur des présentations des peuples, de la faune et de la flore. C’est un peu plus décousu, avec une multitude de pages qui s’enchaînent sans être forcément connectées entre-elles.
    Et c’est bien le seul bémol que je mettrais, car le fait d’avoir autant d’explications sur des choses anodines de l’univers, non vues dans la série, nous permet de nous rendre compte à quel point cet univers est riche. Il y a un potentiel immense !

    Enfin, la présence de très nombreuses illustrations de Pellet ne peut que nous ravir, que ce soit les différents types d’habitat selon les régions (très réalistes et bien réalisés), les fleurs ou encore les animaux extrêmement variés.

    Un très bon moment de passé durant cette lecture en tout cas !

    Dunyre Le 22/01/2022 à 11:30:14
    Hurlevent (Duval/Créty) - Tome 1 - La Nuit des chasseurs

    Ce récit de fantasy est très rafraîchissant, proposant une trame classique parsemée d’idées originales.

    Ainsi nous suivons la vie des habitants de l’Hélios, un bagne aride où les prisonniers se tuent dans le creusement d’un canal censé relier cette terre désertique aux montagnes qui l’entourent et qui regorgent de lacs et de rivières.
    Toute évasion de ce bagne semble de surcroît impossible, puisqu’il s’agit en réalité d’une presqu’île dont les seuls accès au reste du monde sont des ponts-levis contrôlés par des capitaines indépendants qui peuvent seuls décider d’ouvrier ou non le passage. Sans compter que ces capitaines, 5 au total, vivent tous dans des citadelles fortifiées (dont l’une est visible en arrière-plan sur la couverture) et sont assistés par les Raveneurs, des sortes de druides ou de chamans capables de communier avec les différents animaux du bagne et, ainsi, de pouvoir observer par les yeux de ces bêtes tout ce qu’il se passe dans l’Hélios.

    Alceste de Hurlevent, un ancien noble déchu, est devenu le médecin de ces terres désolées, appelé un peu partout quand le besoin s’en fait sentir. Et un accident survenu sur une portion du vaste chantier va lui donner fort à faire dés le début du récit.

    Dans le même temps nous suivons les trois personnages visibles sur la couverture, à savoir le duc de Batz (droite), sa fille (gauche) et son lieutenant (centre). Tous trois sont venus accompagnés d’une troupe pour chasser le Thyrocéros, une bête gigantesque et rarissime, afin d’en rapporter un trophée auprès du roi.

    Mais comme souvent, la chasse ne se passera pas aussi bien que prévu et cela amènera le trio à faire la rencontre d’Alceste.

    En parallèle de ce fil rouge, le récit propose également des thématiques chères à Fred Duval : gestion des ressources (avec le manque d’eau), autoritarisme politique (avec un roi et des capitaines de citadelles qui contrôlent les accès à l’Hélios) ou encore exclusion sociale (avec les Orcs, déportés dans le bagne et qui en ont désormais quasiment tous disparus, hormis quelques tribus au cœur du désert).

    Le seul bémol à tout cela est, pour moi, les graphismes de Stéphane Créty. Sans être mauvais, ils sont trop simples pour un récit de cette ambition. On aurait aimé des décors plus travaillés, une atmosphère plus étouffante pour ce désert mortel.
    Créty dessine bien les personnages et leurs expressions mais ses décors sont souvent plus classiques, ce qui s’observe déjà dans Nains ou La Pierre du chaos.
    Et là pour le coup nous avons un récit de fantasy où les décors sont omniprésents dans la narration, mais bien moins présents graphiquement.

    Dommage car les couleurs de Julien Maffre sont très attrayantes.

    J’en serai pour la suite néanmoins, l’originalité du récit étant assez prenante je dois dire.

    Dunyre Le 08/01/2022 à 23:36:44
    Demain - Tome 1 - Acte 1

    Encore une fois, le duo Leo/Rodolphe fonctionne à merveille. Leurs mises en place de scénario sont parmi les meilleurs que j’ai pu lire : tout y est remarquable.

    Après les dessinateurs qu’ils choisissent sont inégaux dans leurs prestations et en toute honnêteté le dessin d’Alloing n’est pas inoubliable, loin de là. C’est d’ailleurs le seul reproche que je ferais à ce tome.

    Le mélange entre une Amérique des sixties en plein rêve américain et une France post-apocalypse en déclin total, le suivi de deux groupes de personnages et donc de 2 histoires parallèles et la mise en relation des 2 par le biais d’un « rêve commun » : tout est réuni pour que cela plaise.

    La science de la narration et du dialogue de Rodolphe, les choix de décors et le bestiaire de Leo, la construction des personnages commune aux deux auteurs : voilà autant de points forts que l’on retrouve toujours dans une œuvre des deux compères, de Trent à Centaurus en passant par tous les cycles de Kenya/Kathy Austin.

    Encore une fois, nous avons un produit estampillé « Léodolphe » et je suis un aficionado comblé. A l’inverse, si vous n’aimez pas ces auteurs rien ne sert de lire cette histoire : c’est un condensé de ce qu’ils savent faire et bien faire.

    Dunyre Le 24/12/2021 à 11:42:45

    Fan de Bermejo, j’ai voulu essayé ce volume que je n’avais pas encore lu, de peur d’un flop scénaristique.

    Après lecture je confirme : dessins exceptionnels, ambiance géniale. Mais scénario mou et lent, inadapté à un Batman. L’histoire est pompeuse et lourde à souhait, reprenant la trame narrative du conte de Dickens.

    Mais Batman n’est pas Scrooge, trop d’éléments les séparent pour parvenir à une réelle osmose, à une adaptation réussie. Batman n’est le patron de personne, il agit en solitaire : rien que par ce postulat il est inadapté de proposer un Batman-Scrooge.

    Dommage.

    Dunyre Le 20/12/2021 à 21:15:20
    Le chant des Stryges - Tome 1 - Ombres

    Avis portant sur la série (et quand je vois l’avis d’Erik67 je me dis, une fois n’est pas coutume, que nous n’avons vraiment pas du tout les mêmes goûts…) :

    Après des années à entendre parler de cette série, j’ai emprunté la collection complète à la bibliothèque et j’ai tout lu en quelques jours - donc découverte d’une traite.

    Tout le problème des séries construites au fur et à mesure est le maintien de la cohérence scénaristique et graphique tout au long des années… et ce n’est pas évident, la preuve ici.

    Je dirais que les trois premiers tomes proposant un polar avec un peu de fantastique juste saupoudré étaient très alléchants. J’accrochais vraiment et je me disais alors que cette série allait être incroyable.
    Mais les tomes 4 à 6 commençaient déjà à partir un peu loin dans le fantastique, du moins à mon goût. Je trouve que l’on perdait le côté enquête pour partir vers un aspect plus « l’humanité est manipulée depuis la nuit des temps, tout était écrit, etc. » et j’ai trouvé cela un peu facile et peu intéressant.

    J’ai néanmoins poursuivi avec le deuxième cycle. Une nouvelle fois les 3 premiers tomes (7, 8 et 9) proposaient une forme de polar, l’histoire se plaçant 7 ans après les révélations fantastiques et fantaisistes du tome 6.

    Mais de nouveau la fin du cycle, surtout le tome 12, m’ont paru vraiment alambiqués et très faciles, comme si les auteurs avaient eu du mal à proposer quelque chose de mieux construit, comme si rien n’était prévu dans le cycle 1 et que seul les aspects financiers expliquaient une poursuite de la saga.

    Enfin, le troisième cycle devient très vite n’importe quoi. Encore un gap de 7 ans, des personnages incohérents par rapport aux autres cycles (Nivek et Debra notamment)… et surtout une fin qui tombe à l’eau. Je rejoins tout à fait les avis de « tout ça pour ça ? » quand on finit le tome 18.

    Je ne regrette pas la lecture, puisqu’elle ne m’a rien coûté. Mais si j’avais investi dans l’intégrale j’aurais été déçu je pense…

    Dommage le projet de départ était alléchant mais une bonne idée ne fait pas une bonne série en 18 tomes ! Sans compter les spin-off.

    Dunyre Le 09/11/2021 à 16:23:41
    Nains - Tome 21 - Ulrog de la Forge

    Je partage l’avis de kingtoof, les albums de la Forge sont toujours très plaisants à lire.

    Déjà parce que le dessin de Pierre-Denis Goux est excellent, précis et incarné, vivant.

    Ensuite parce que la famille de Redwin et leurs proches forment une base très intéressante pour l’histoire, c’est un peu le cœur du monde des Nains.

    Pour le coup nous retrouvons Ulrog et Jorun en conflit mais également en coopération, Torun et la Legion de fer (tome 12, tome 15) ou encore Tala et les sœurs de Vaha (tome 16), sans compter Gurdan et sa brasserie (tome 17).

    Et rien que pour le plaisir de retrouver tout ce petit monde, ce tome 21 est sympathique, à défaut d’être original ou très dynamique : il est une balade dans les Terres d’Arran.

    Peut-être un manque de rebondissements pourrait être à noter, tant la trame narrative est lente à mettre en place. On aurait aimé que cela déménage davantage.

    Dunyre Le 25/10/2021 à 12:45:07
    Mickey et Cie (collection Disney / Glénat) - Tome 13 - Les Vacances de Donald

    Je ne suis vraiment pas fan des histoires sans textes et en général je passe mon tour (il faut dire que la peinture m’emmerde au plus haut point…).

    Mais bon je trouvais les graphismes tellement chatoyants que je me suis lancé pour cette histoire, surtout que j’apprécie toujours un bon récit avec Donald.

    On va dire qu’on passe un bon moment, on rigole 2-3 fois sur les bonnes trouvailles (souvent liées à une quelconque mésaventure du sieur Donald) et on s’extasie sur quelques beaux décors forestiers et fluviaux.

    Maintenant ce n’est pas une œuvre dont je me souviendrai : c’est mignon et gentillet, mais cela se lit vite et on oubliera le scénario dans 10 jours…

    Dunyre Le 12/09/2021 à 11:38:03
    Memphis - Tome 1 - Le monde truqué

    Avis portant sur la série :

    Appréciant le duo Rodolphe/Léo, j’ai découvert Marchal au dessin sur Namibia puis Amazonie. Appréciant son travail sur les ambiances et les décors, j’ai décidé de prendre le dernier-né de son duo avec Rodolphe (L’homme qui inventait le monde).
    J’appréciais les dessins et le rythme, mais j’avais été un peu déçu par la fin. Une sorte de manque, un côté incomplet.

    C’est pourquoi je me suis renseigné davantage sur Marchal, afin de voir s’il avait réalisé d’autres séries… et je suis tombé sur cette trilogie Memphis, que j’ai donc découvert tardivement, étant complètement passé à côté à l’époque.

    Je dois dire que ma lecture fut bonne : comme toujours avec Rodolphe, les bases du récit sont excellemment posées. On rentre tout de suite dans le rythme narratif proposé, rempli de mystères et d’interrogations qui s’enchaînent.

    Nous suivons donc un duo de journalistes ayant la vingtaine et vivant à Memphis en 2011… dont les décors et la technologie font plutôt penser aux sixties/seventies.
    Une foultitude de questions arrivent très vite, notamment parce que l’un des héros, Roosevelt, est le Mulder du service : paranormal, ovnis et autres conspirations. Aussi, il enquête, interroge les autres et s’interroge sur leur vie… l’amenant à découvrir des choses étonnantes en compagnie de son collègue Louis, plus sceptique mais en même temps prêt à croire.

    Parmi ces questions, on retrouve les principales : personne n’est sorti de la ville depuis… ? De plus, aucune nouvelle découverte ne semble avoir été fait depuis 50 ans, etc.

    Bref un récit qui aspire le lecteur d’entrée pour ne jamais le relâcher.


    Dans le même temps, Marchal se fait plaisir au dessin : on retrouve donc la ville de Memphis dans un esprit sixties/seventies… alors que nous sommes au début du récit en 2011.
    Les personnages sont bien campés et les décors sont vraiment crédibles (un petit côté Happy Days).
    Les ambiances sont le point fort graphique de cette trilogie pour moi, notamment ces scènes de vie dans la rue, au bar ou au siège du journal où travaillent les 2 héros.

    Au final on ressort enchanté par ce récit original et rondement mené, avec une vraie fin néanmoins ouverte (une suite serait fort intéressante je dois dire !).

    Dunyre Le 07/09/2021 à 17:50:05
    Orcs & Gobelins - Tome 14 - Shaaka

    Un très bon tome, avec une histoire certes pas très originale mais dont le rythme est dynamique et les rebondissements bien amenés.

    On suit donc le récit d’une mercenaire orque qui accepte contre un joli pactole de protéger la fille d’un margrave humain dirigeant une petite île. Ce dernier a voulu s’enrichir en exploitant une mine en territoire orc… en tentant d’empoisonner leurs puits pour y parvenir.

    Problème : les Orcs ont repéré les empoisonneurs et en ont tué deux… avant de se rendre directement auprès du commanditaire. Mais assez malin, ce dernier a pensé à envoyer sa fille loin de chez lui, escortée par une guerrière orque qu’il avait à son service auparavant.

    Au final le récit se tient bien et la détente est au rendez-vous, trois bons quarts d’heure de lecture pour un dépaysement efficace.

    Le tout renforcé par des graphismes chatoyants de Poupard. Les personnages manquent par moment de clarté en arrière-plan mais les gros plans comme les décors sont de qualité. Notamment Scarande sur la fin du tome.

    Dunyre Le 06/09/2021 à 19:23:28
    Ter - Tome 1 - L'étranger

    Avis pour la série :

    J'ai enfin pris le temps de lire cette série, dont mon libraire me parlait depuis plusieurs années.

    Je dois dire que je comprends l'engouement autour du tome 1 : des dessins splendides, un scénario intrigant et beaucoup de questions sans réponses (qu'est-ce que cette "TER" ? Pourquoi les personnages vivent-ils avec des technologies inutilisables/inutilisées, etc.).

    Le tome 2 apporte également énormément de densité scénaristique, multipliant les pistes et les interrogations. Les dessins, toujours aussi beaux, maintiennent donc la série sur un excellent niveau : on découvre davantage ce héros silencieux "Mandor", ainsi que le monde de TER (pas si terrestre que cela...).

    Malheureusement le tome 3 vient nettement diminuer l'engouement des débuts : la fin est plus confuse, moins maîtrisée. Trop de choses, pas assez d'explications. Tout s'enchaîne bien trop vite et la lecture s'en ressent.

    Dommage, cela aurait mérité mieux. Même si la lecture fut fort divertissante, comme Rodolphe sait bien le faire :)

    Dunyre Le 28/08/2021 à 11:56:27

    Après la lecture de Watchmen et du premier Before Watchmen, j’ai poursuivi et terminé ma découverte de cet univers avec ce second volume de l’intégrale des BM.

    Je dois dire que globalement j’ai un peu moins apprécié ce 2e recueil d’histoires que le premier.

    Seule l’histoire du Spectre Soyeux m’a beaucoup plu, aussi bien graphiquement que scénaristiquement. Je suis une nouvelle fois étonné de voir les critiques négatives sur cette histoire, que je trouve vraiment bonne.

    Le personnage du Spectre Soyeux me semble tout à fait correspondre à celui de la série-mère, de même que celui de sa mère (jeune fille douée mais étouffée par sa mère, sportive et intelligente mais impulsive et qui se cherche une personnalité… puisque sa mère l’a phagocytée toute son enfance).
    Et j’ai trouvé qu’il y avait-là un vrai complément intéressant, au service de l’univers Watchmen

    A l’inverse, je me suis ennuyé devant le récit sur Ozymandias, que mon libraire m’avait vendu comme très bon (ce que semble partager plusieurs lecteurs ici). J’ai eu du mal à la fois avec les dessins et la narration, ce qui m’a contraint à stopper la lecture au bout de 4 chapitres avant de reprendre plus tard.
    Toutefois, je suis d’accord avec le fait que ce récit est également bien cohérent avec la série-mère et les caractéristiques du personnage d’Ozymandias que l’on y voit.

    Le récit sur Moloch n’est pas superbement dessiné, mais il est très intéressant et apporte beaucoup d’éléments pour mieux comprendre le rôle de Moloch dans Watchmen, ainsi que celui joué par Ozymandias dans sa vie.

    Le récit sur le Dr Manhattan est très original et fort bien dessiné, mais j’avoue ne pas avoir accroché. Déjà dans la série-mère j’avais eu du mal avec le chapitre 4, uniquement sur Manhattan. Après je reconnais être une bille en physique et passer complètement à côté des explications scientifiques, que je ne comprends tout simplement pas.

    Enfin, le récit sur le Corsaire Sanglant est insipide, le scénario est brouillon et finalement assez vide, avec un sentiment de « tout ça pour ça ».
    Dommage, car les graphismes sont intéressants mais la lourdeur du récitatif gâche beaucoup, et la faiblesse de la trame fait que la comparaison avec le récit de piraterie disséminé dans l’œuvre originale fait mal au Corsaire Sanglant.


    Bilan des 2 intégrales : un vrai plaisir de lecture, des récits oscillant entre très bons (Minutemen, Comédien, Spectre soyeux), bons (Moloch, Hibou, Bill Dollar) et assez bons (Ozymandias, Dr Manhattan, Rorschach - même si les dessins sont exceptionnels).

    Mais surtout ces histoires apportent toutes (sauf le Corsaire sanglant) un plus à la personnalité des héros voire même à l’histoire originelle, notamment pour le récit des Minutemen.

    Comme quoi il veut mieux ne pas se fier aux critiques et se faire son propre jugement ;)

    Dunyre Le 24/08/2021 à 14:47:35

    Après avoir découvert Watchmen il y a quelques semaines, j’ai voulu poursuivre dans l’univers avec Before Watchmen.

    Et je dois dire que j’ai du mal à comprendre les critiques très dures que j’ai pu lire par endroits…

    Certes l’œuvre d’origine n’est pas égalée, mais c’était bien logique.

    Ensuite, l’œuvre originale n’est pas dépossédée : Before WM n’est qu’un assemblage de courts récits donnant un plus sur les héros de l’histoire initiale. Pas de quoi crier au scandale : le récit originel n’est pas détruit ou rendu caduque par ces prequels.

    Enfin, les récits en eux-mêmes sont plutôt sympathiques même si bien inégaux. Mais au final, les 4 récits et le One Shot sur Bill Dollar sont tous très plaisants à lire.

    Il n’y a aucune purge, et si les scenarii sont moyens (sauf celui sur les Minutemen, qui est excellent), les graphismes sont plutôt bons voire excellents (quel talent ce Bermejo, le récit sur Rorschach est d’un réalisme dingue).

    Au final on en apprend davantage sur les personnages qui nous ont plu avec Watchmen tout en plongeant dans les États-unis des années 1940 aux années 1970.

    Un vrai plaisir, dont il serait dommage de se priver !

    Dunyre Le 18/08/2021 à 19:22:56

    Après plus d’an d’hésitation, et sur les conseils d’un ami et de 2 de mes libraires, j’ai finalement sauté le pas et fait l’acquisition de l’intégrale de Watchmen.

    Je suis récemment venu aux comics et, ayant une aversion pour tout ce qui est « super-héros », j’avais vraiment beaucoup d’appréhensions…

    … qui se sont envolées sitôt le récit commence. Dés les premières pages, nous sommes happés dans une sorte d’uchronie, avec New York et un monde de 1985 pas tout à fait comme le nôtre, mais pas totalement différent non plus.

    Le scénario est extrêmement bien construit, l’écriture et la traduction sont sublimes, les personnages sont très bien campés. Ils ont tous une histoire, une personnalité, des forces et des faiblesses, une vraie psychologie humaine… ou presque.

    Les graphismes sont également très soignés, dans la tradition d’une ligne claire et en même temps bien chargée en détails comme les dessinateurs de comics savent le faire.

    Les petits bonus entrent les 12 chapitres qui composent ce récit sont tous très intéressants, et de manière général bien connectés au récit : ce n’est pas juste du World building.

    Surtout, la narration et les graphismes sont tellement en cohérence qu’il y a une multitude de jeux sur les gestes des personnages et sur les objets présents dans une case puis que l’on retrouve après. On a vraiment le sentiment d’avoir en face de nous une œuvre majeure.

    Je demeure estomaqué par une telle qualité que je ne soupçonnais pas. Biens heureux ceux qui n’ont pas encore lu Watchmen, car ils vont pouvoir le découvrir.

    Seul conseil : le propos est très adulte et mature, le scénario est gourmand. Il faut être bien en forme et avoir du temps devant soi pour lire. Et avoir de bonnes références historiques et littéraires aidera beaucoup.

    Dunyre Le 09/07/2021 à 15:05:43

    Troisième et dernier volume de cette intégrale Comanche, avec un changement de dessinateur (Hermann est remplacé par Michel Rouge) et le maintien de Greg au scénario... jusqu'à son décès au cours de la réalisation du dernier tome, remplacé par Rodolphe pour terminer le travail.

    Pour le tome 11, les Fauves, on sent que le moteur diesel est encore un peu froid. Le scénario n'est pas très recherché, tout est très (trop à mon goût) lisible, et Michel Rouge n'a pas encore bien pris le coup de crayon pour retranscrire l'univers créé par Hermann. On perd beaucoup au niveau des ambiances, même si il y a un côté un peu plus "réaliste", plus travaillé notamment sur les têtes des personnages (davantage reconnaissables).

    Le tome 12 est le meilleur du duo Greg/Rouge, et son scénario se place au même niveau que celui des meilleurs tomes de la série : Dust est contacté par son frère, qu'il n'a plus vu depuis 20 ans. Bizarre, bizarre : normal, c'est un traquenard. Un récit très rythmé et emballant, dans lequel Michel Rouge a su se détacher d'Hermann pour offrir un travail "à la Rouge", qui convient bien mieux à ce récit urbain.

    Le tome 13 est encore de belle facture, avec un scénario touchant au passé de Comanche, aux tensions latentes après la fin des Guerres indiennes et au phénomène des cirques qui reconstituent à l'époque des grandes scènes mythiques de l'Ouest. C'est très agréable, Rouge prenant encore davantage de maîtrise avec les personnages.

    Le tome 14 est le summum graphique de Rouge sur la série, on retrouve du Giraud par moment (Ted Gallons ressemble parfois à Jim Mac Clure). Mais le scénario est moins bon, il part très bien (vol de bétails, ville fantôme, fleuve asséché, etc.) mais s'essouffle une fois que les héros sont arrivés dans cette ville fantôme justement. La promesse ne tient pas jusqu'au bout, même au niveau du dessin Rouge semble moins virtuose sur la fin. Cela peut se comprendre grâce au dossier, qui explique que Greg n'arrive plus à envoyer convenablement les textes à temps, car il est malade.

    Enfin, le tome 15 qui clôt la série est comme souvent le moins bon. Les graphismes demeurent de qualité, Michel Rouge n'ayant pas lâché complètement.
    En revanche le scénario, déjà très convenu au départ (rivalité entre des compagnies de chemins de fer pour l'obtention de contrats d'exclusivité pour le transport) vire au quasi-parodique une fois que Rodolphe a repris les rênes.

    Je dois dire que j'adore Rodolphe comme scénariste, j'ai un bon paquet de BD de lui à la maison. Mais sur Comanche, au lieu de "faire du Greg" pour finir, il a "fait du Rodolphe". Peut-on lui en vouloir ? Non, il a fait ce qu'il savait faire. Est-ce du "mauvais Rodolphe" ? Non plus. Mais ce n'est pas l'esprit Comanche, très sérieux, avec des enjeux marqués et des dialogues très littéraires.

    Là j'ai l'impression de lire un tome de Trent ou de Kenya, avec des demoiselles peu farouches et pas très malignes, des dialogues bien lourds ("pan pan tu es mort", "oh Dust je vous aime", etc. - j'exagère bien sûr, mais vous voyez l'idée) et un ensemble qui tranche complètement avec le début du récit. On voit la passation de scénariste, et ce n'est jamais bon.

    Au final ce 3e volume est le moins bon et de loin, mais les 5 histoires méritent au moins une lecture, et les tomes 12 et 13 sont tout de même de très belle facture.

    Ainsi, pour répondre à Erik67 qui trouvait la série "vieillissante", qui "a fait son temps", je ne suis pas tout à fait d'accord. Les ambiances d'Hermann restent exceptionnelles et l'idée de bâtir un scénario autour d'un ranch dans le Wyoming plutôt que dans le Sud des Etats-Unis, vers la frontière avec le Mexique, en fait un récit à part, que je place en haut de la pile des Western.

    Quitte à en garder 3, je conserverais "Blueberry", "Comanche" et "Western" (de Rosinski/Van Hamme)

    Dunyre Le 09/07/2021 à 14:52:50

    Après le volume 1, qui mettait en place les protagonistes et l'ambiance générale, on arrive à la maturité de la série.

    Les tomes 7 (Le doigt du diable) et 8 (Les shériffs) forment pour moi le meilleur de la série : les ambiances d'Hermann y sont tout bonnement exceptionnelles et les scenarii sont redoutables d'efficacité.

    Les tomes 9 et 10 sont un peu en dessous (surtout le 10, plus convenu) mais demeurent de grande qualité. Toutefois, on sent que Greg a la tête ailleurs (logique puisqu'il est parti vivre à New York) et qu'Hermann en a un peu marre de dessiner des cow-boys.

    Au final, l'intégrale est de nouveau de grande qualité, toujours avec ce petit dossier de présentation au début (qui ne révèle pas grand chose d'inédit, mais qui offre une bonne recontextualisation).

    Dunyre Le 09/07/2021 à 14:49:59

    J'avoue avoir du mal à comprendre l'avis d'Erik67. Je me suis mis aux Western tardivement, appréciant peu le genre durant un long moment.

    Après avoir découvert Blueberry, j'ai essayé plusieurs autres séries Western, sur conseils de mon libraire ou des lecteurs d'ici. Je suis tombé sur du très bon (Western, Wild West, ...), du bon (Ghost Kid, ...) et du bien moins bon (West Legends, Jusqu'au dernier, ...).

    Parmi le lot de BD achetées, il y avait les 3 intégrales de Comanche, qui traînaient depuis près d'un an dans ma bibliothèque. Je me suis décidé la semaine dernière à me lancer dedans, ayant un peu de temps devant moi.

    Et bien je dois dire que Comanche se positionne juste derrière Blueberry dans les Western de qualité (du moins dans mon classement personnel).

    Si les scénarios sont convenus mais de qualité, c'est surtout la "patte" Hermann qui fait la différence. Les ambiances sont tout simplement incroyables, on ressent ce que les protagonistes vivent.

    Pour cette intégrale, la série démarre doucement mais sûrement : le tome 1 est en fait une sorte de "recueil de nouvelles" version BD, où l'arrivée de Red Dust au ranch "666" de Comanche et Ted Gallons est narrée, ainsi que le recrutement de Clem et de Toby. A la fin de ce tome 1, le décor est planté et les 5 personnages principaux sont connus.

    Le tome 2 est un one shot qui présente la mise en route du ranch, avec les aléas et les soucis de la vie dans ce Wild West.

    Les tomes 3 à 5 forment un triptyque centré sur Red dust et sur le flou entre la justice et la vengeance, et jusqu'où ces 2 idées peuvent pousser un être humain. La qualité est là, mais on sent que les personnages manquent encore d'épaisseur.

    Au final, la lecture des 5ers tomes est très agréable, on sent une longue mise en place du décor et des acteurs, avec une belle amélioration des graphismes au fur et à mesure. On imagine aisément que la série prendra son envol dans le volume 2.

    Dunyre Le 24/06/2021 à 11:11:42
    Mages - Tome 5 - Shannon

    Troisième sortie du mois de juin pour les Terres d'Arran, et troisième déception.

    On a encore une histoire classique, sans originalité, mélange entre les Naaru de World of Warcraft et les entités type Cthulhu de Lovecraft.

    Les dessins sont irréguliers, et c'est bien dommage voire même étonnant au vu des travaux habituels de Duarte. Les personnages sont bien réalisés dans l'ensemble, mais les décors manquent de précisions. On reste sur quelque chose de très brouillon par moment (limite du crayonné).

    Encore une fois, tout est cousu de fil blanc et on anticipe les étapes du récit... jusqu'aux 3 dernières pages, qui sont finalement le seul intérêt de l'album si l'on veut avancer dans le fil rouge post-Guerre des goules.

    Elles donnent envie, mais j'ai le sentiment d'avoir eu un épisode filler pour 15.50 euros...

    Dunyre Le 23/06/2021 à 19:32:54
    Orcs & Gobelins - Tome 13 - Kor'nyr

    Un album de qualité, avec des points forts mais aussi des lacunes à mon sens.

    Au niveau du positif, de très beaux graphismes de Pierre-Denis Goux (comme d’habitude j’ai envie de dire) et un scénario cohérent, avec une belle fin.

    Au niveau du négatif, un vrai souci : les 20 premières pages sont TRÈS bavardes, et globalement le tome l’est (on croirait un Nains de Jarry de la saison 1).
    Ensuite, il y a un peu trop de personnages secondaires qui deviennent vite insipides et inutiles (tous ces chefs de clans difficiles à appréhender et à différencier).
    Enfin, le déroulé manque de rythme, ce qui est dommage car une dizaine de planches en moins avec un récit plus serré et cela aurait suffi.
    J’ai eu le sentiment que la sauce était artificiellement rallongée.

    Sinon j’ai apprécié le petit easter egg à la page 19, avec un petit coucou d’un touriste états-unien sortant du Macdo du coin.

    Dunyre Le 19/06/2021 à 14:59:00
    I.S.S. Snipers - Tome 1 - Reid Eckart

    Aimant beaucoup les séries-concept du sieur Istin et étant un fan absolu de Stallone (notamment son Judge Dredd), j’étais très impatient de découvrir cette nouvelle proposition.

    Mais j’ai été extrêmement déçu par ma lecture. À tel point que, dans les dernières pages, j’ai rapidement zappé les pages pour arriver enfin à la fin…

    Alors pourquoi cette déception ? Plusieurs éléments :

    - Un scénario cousu de fil blanc, où tout semble trop évident. Sur les 4 twists principaux, j’en avais anticipé 3…

    - Des dialogues peu adaptés à mon goût. On peut faire bourrin, cela fonctionne en film. Mais en BD, il y a un dynamisme différent : rendre littéraire et bavard un « film bourrin des années 80 », c’est difficile. Et de mon point de vue ce fut un échec ici. Cela sonne faux par moment :s

    - Des personnages peu intéressants hormis le principal, Reid Eckart. Les autres sont totalement transparents et servent peu le récit.


    Pour les graphismes, je ne suis vraiment pas fan : beaucoup trop informatique et, comme pour les dialogues, on a voulu retranscrire en BD un esprit des films de série B, et encore une fois je trouve que cela n’a pas fonctionné.
    Après il faut aussi être objectif , il y a un travail sur les planches et sur les décors, ce n’est pas du « vite fait ». C’est une question de sensibilité et d’adaptation je pense.

    Déception du coup et j’en suis le premier désolé !

    Dunyre Le 06/06/2021 à 13:59:17
    Orcs & Gobelins - Tome 12 - Pest

    Un groupe de 5 brigands (4 Gobelins et une semi-orque), ayant un peu trop œuvré dans les Terres d’Arran, est traqué de l’Empire Assanide à l’Yrlanie.

    Pest, gobelin dirigeant la troupe, décide de partir vers le Nodrënn pour se refaire une santé. Mais tout ne va pas se passer comme prévu. En effet, s’ils sont bien inconnus dans ces terres nordiques, les occasions de larcin sont limitées (faible population, globalement pauvre).

    Au cours d’une recherche pour un nouveau cambriolage, la troupe tombe sur un petit village qui semble paisible : Pagall. Dés leur arrivée, ils sont accueillis chaleureusement… presque trop.

    Les habitants du village, endormant la méfiance de Pest et de ses alliés, qu’ils invitent à un festin très alcoolisé, capturent les voleurs au petit matin… et les jettent dans une fosse, une sorte d’égout.

    Sans spoiler la suite et la fin du récit, je dirais simplement que ces paisibles villageois cachaient en réalité un secret, et que les Gobelins se sont faits avoir.
    Mais Mignon, l’un des membres de la troupe, était resté en arrière et, après avoir observé le manège des humains, va intervenir à sa manière… sanglante.

    Un récit simple et efficace, sans grande originalité mais qui détend. J’apprécie beaucoup les terres du Nodrënn, trop en retrait de l’histoire principale depuis la fin du cycle de Lah’saa, à mon goût du moins.

    En revanche je suis bien plus critique sur les graphismes, qui sont franchement moyens. J’avais déjà trouvé Vukic un ton en dessous de ses collègues dessinateurs de la série sur les autres tomes qu’il a réalisé. Il n’est pas assez précis sur les planches ou double-planches (absentes ici) avec des décors. Alors que c’est la force de cette série…

    C’est dommage, un meilleur dessinateur aurait su mieux rendre les ambiances nordiques je pense. D’où ma note moyenne : scénario cohérent sans être exceptionnel, mais dessin assez moyen avec trop d’imprécisions sur les décors.

    Dunyre Le 24/05/2021 à 10:35:43

    Cet ouvrage offre des analyses historiques et techniques sur la conception de l’Épervier, en particulier les tomes 7 et 8 (mais pas seulement, des références au cycle précédent parsèment les explications).

    Bien construit, agrémenté de documents d’époques mis en parallèle de leurs représentations dans l’œuvre de Pellerin, ce livre est un véritable making-of de l’Épervier, commenté par son auteur.

    Un vrai ajout intéressant et pertinent, qui rend la relecture encore plus agréable.

    Dunyre Le 18/05/2021 à 19:07:31

    Ayant bien apprécié ma lecture du premier cycle de l’Épervier, j’ai découvert que Pellerin, en digne héritier de Charlier qui l’avait fait pour Blueberry (en encore plus réaliste), avait inventé toute une biographie pour son personnage.

    J’ai donc fait l’acquisition de ces « Archives secrètes » et les ai lu avant d’entamer le second cycle.

    Et je dois dire que ces Archives sont une très belle réalisation. Déjà, plus de 60 illustrations et près de 12 pages de BD inédites parsèment l’ouvrage, dont le rédactionnel se veut assez encyclopédique. Ensuite, le récit est très bien écrit et alterne des explications sur l’histoire de L’Épervier et sur l’Histoire réelle.

    Ainsi, aux côtés du récit biographique imaginé par Pellerin pour Yann de Kermeur, des historiens, amis de l’auteur, offrent des encarts très universitaires et agréables sur divers éléments (notamment des explications de Yannick Le Roux sur les Jésuites et sur la Guyane coloniale de l’époque qui sont de grande qualité).

    S’il est vrai que le propos très feuilletonesque devient plus « sérieux » et informatif au fur et à mesure, on gagne en réalisme ce que l’on perd en intensité dramatique. C’est bien le seul bémol que je mettrais.

    En tout cas je conseille à tous les lecteurs de la série de s’immerger dans cet ouvrage entre leurs lectures des 2 cycles, tant ce livre offre des éléments qui serviront pour la suite des aventures de l’Épervier !

    Dunyre Le 18/05/2021 à 18:44:00

    En dévorant les intégrales Barbe-Rouge, j'ai découvert que Patrice Pellerin, auteur de l'Épervier, avait prévu un nouvel épisode du célèbre pirate... avant de le transformer en sa propre série, avec son propre héros.

    J'ai donc décidé de m'intéresser à cet Épervier, que je ne connaissais pas (ou du moins que de nom, déjà vu dans la bibliothèque paternelle durant mon enfance).

    Et je dois dire qu'en grand fan de Barbe-Rouge et de manière générale des feuilletons à la Charlier, je n'ai pu qu'apprécier cette splendide série, digne des meilleurs récits produits durant les siècles passés.

    Quelques points forts ressortent particulièrement :

    - Des graphismes ultra-réalistes, aidés par des découpages très bien réfléchis. Tout est millimétré, il n'y aucune fausse note, aucune erreur. On sent les embruns de la Bretagne puis la chaleur et l'humidité de la Guyane.

    - D'ailleurs, cette idée de déplacer progressivement le récit et l'histoire de la Bretagne vers la Guyane est très bien réalisée et amène un vrai plus. Surtout que cela nous permet de découvrir au fur et à mesure le passé du héros, qui a vécu une partie de son enfance en Amérique.

    - Un travail de recherche historique monumental pour une série BD. Certes le temps de parution fut long entre chaque tome à l'époque (et encore aujourd'hui pour le nouveau cycle en cours), mais cela vaut le coup. C'est à ce prix que Patrice Pellerin nous offre un réalisme terrible, tant au niveau des graphismes que du scénario.
    Comme dit précédemment, on s'immerge complètement dans la Bretagne puis dans la Guyane.

    - Le personnage de Yann de Kermeur/L'Épervier est à la fois mystérieux et charismatique, entouré de personnages secondaires intéressants et attachants (Main de Fer, Comtesse de Kermellec, etc.).


    Je suis conscient que ce genre de récit, très construit et réaliste, puisse rebuter ceux qui attendent un simple divertissement, facile à lire. C'est vrai qu'il faut être bien concentré pour s'immerger dans cette histoire.

    D'ailleurs, au début du tome 1, j'ai eu du mal à me mettre réellement dedans, l'histoire évoluant sur un faux-rythme, les personnages étant difficiles à différencier au niveau des visages.

    Mais si l'on réussit à poursuivre l'immersion, c'est un vrai régal, tout se met en place et se termine de manière très cohérente et très intéressante.

    Un vrai récit de qualité, qui mérite sa place parmi les grands classiques du feuilleton d'aventure et du romanesque.

    Dunyre Le 15/05/2021 à 12:23:01
    Vei

    Ce long récit de 340 pages (11 chapitres) s'inspire à la fois très classiquement et très librement de la mythologie nordique.

    Il raconte l'histoire du combat éternel entre les Dieux d'Asgard (Odin, Thor, Freyja, Loki & cie) et les géants de Jötunheim.
    Après la création du monde, Géants et Dieux s'allièrent pour combattre les Serpents originels.

    Mais au moment du partage du monde, un conflit démarra : les deux groupes voulaient le contrôle sur Midgard, la terre des Hommes. Les combats furent longs et acharnés, causant beaucoup de pertes.

    C'est alors que la reine des Géants et Odin se mirent d'accord : division du monde connu en deux, avec Midgard au centre.
    Pour savoir qui dominera Midgard, un tournoi sera organisé toutes les X décennies/tous les X siècles (en fonction de l'alignement des étoiles). Les combattants seront des humains ou semi-humains choisis et entraînés à Jötunheim (Géants) ou Asgard (Dieux), qui s'affronteront dans une arène au moment venu. Le dernier combattant en vie fait remporter Midgard pour ses maîtres jusqu'au prochain tournoi.

    Jusque-là, rien d'ébouriffant, on reste dans des domaines et des thèmes intéressants, mais connus.


    Cependant la force de cette histoire est de proposer une trame très classique et maîtrisée des grandes lignes de la mythologie scandinave, en la saupoudrant d'originalités et de petits twist bien pensés.

    Dans ce contexte, le récit suit plus particulièrement une jeune femme du nom de Vei, mi-humaine mi-géant, vivant à Jötunheim. Elle fait partie des élus, chargés de s'entraîner au combat pour, éventuellement, participer au fameux tournoi... qui au fil du temps est presque devenu légendaire. Sauf qu'au début de l'histoire, à la planche 1, la fameuse Vei est... perdue au milieu de l'océan, sans rien comprendre.


    Voilà la proposition scénaristique fort alléchante de Sara Elfgren. Du côté des graphismes, je dois dire que Karl Johnsson fait un travail remarquable : c'est varié, c'est lisible et c'est beau. Le découpage est bon, la mise en scène est très dynamique, notamment les double-pages où les personnages se déplacent dans l'environnement, offrant un dynamisme incroyable aux scènes et aux décors.

    Et les couleurs sont chatoyantes, renforçant de nombreuses fois la qualité des graphismes.

    Non vraiment, peu de choses à reprocher à ce titre, surtout que l'histoire est complète et maîtrisée, avec une vraie belle et bonne fin (pour une fois). Pour des néophytes n'ayant pas réalisé d'autres récits (ou d'autres récits importants) à ma connaissance, chapeau bas !

    Si vous êtes fans de la mythologie nordique, cette lecture est pour vous . Et si vous aimez les récits fantastiques/de fantasy ado-adultes dans la BD Franco-belge (type Terres d'Arran, Mjöllnir, etc.) vous serez ravis : le récit est plus dynamique dans ce comics que dans ces BD, sans avoir la lourdeur d'une construction d'univers à ingurgiter pour les plus réticents.

    C'est du tout bon vous dis-je !

    Dunyre Le 12/05/2021 à 16:08:06

    Dans la droite ligne de la série-mère, cette trilogie nous offre encore un peu de notre lieutenant préféré.

    Chronologiquement situé dans les premières années de Blueberry à Fort Navajo, entre les 2 premiers cycles des guerres indiennes, ce récit entre en résonance avec le tome 6 de la série-mère, où Blueberry devait déjà devenir marshal par intérim dans une petite bourgade.

    Mais la ressemblance s’arrête ici : la situation de Blueberry n’est pas dans cette trilogie d’être un simple shérif (comme dans l’homme à l’étoile d’argent) mais bien d’enquêter sur une sombre affaire de trafic d’armes entre les Etats-Unis et le Mexique, mettant en péril la région.
    Le tome 1 de cette trilogie débute au fort où est cantonné Blueberry, lieutenant toujours aussi rebelle, et qui subit les foudres d’un assaut. A la fin du tome, Blueberry apprend qu’il va être chargé d’une mission par le général Sherman en personne, et qu’il devra être incognito pour cela : d’où la couverture de shérif.

    Les tomes 2 et 3 relatent de l’enquête de Blueberry et de ses activités de shérif, avec les échecs et les réussites, les embûches et les traquenards. Tous les ingrédients d’un bon western bien sombre sont réunis, à la fois le lieu, le temps et les personnages secondaires, qui jouent tous leur partition.

    Seul bémol néanmoins et pas des moindres : des erreurs scenaristiques grossières, des oublis et des confusions. Exemple frappant : dans le tome 2, Red Neck vient voir Blueberry pour l’informer que des documents ont été retrouvés dans l’arsenal de Newman (l’un des acteurs du trafic d’arme, présenté dès le tome 1). Mais dans le tome 3, lors d’un dialogue dès les premières pages, Red Neck demande à Blueberry ce qu’il s’est passé et quand ce dernier parle de Newman... Red ne sait pas qui il est !
    Autre exemple : dans le tome 2, Blueberry ne connaît pas les demoiselles du ranch... alors qu’au début du tome 3 il parle de « l’ange blanc » en disant à Red qu’il l’a connaît depuis la guerre de sécession...

    Cela m’a fait grincer des dents mais pour autant bloquer ma lecture.


    Voilà pour le scénario. Du côté des dessins, les 2 premiers tomes de William Vance sont bien différents du style Giraud... mais cela fonctionne ! L’éditeur parle en présentation d’un « western crépusculaire ». Je valide totalement cette expression, tant les graphismes de Vance sont sombres et inquiétants, dans cet environnement de montagne enneigée, d’hiver froid et poisseux. Tout est remarquable à ce niveau-là et nous donne une nouvelle vision de Blueberry.

    En revanche le tome 3, dessiné par Michel Rouge, revient sur des graphismes plus classiques, mais en moins bien que Giraud. Avec le scénario qui débute mal du fait des petites incohérences, cela m’a gêné. Mais passé les 5-10 premières pages on s’y fait et au final l’histoire se termine de manière cohérente.

    Ce qui donne une trilogie très plaisante, qui mérite de faire partie de l’univers global de la meilleure série Western de l’histoire de la BD.

    Dunyre Le 25/04/2021 à 17:13:05
    Jim Hawkins - Tome 1 - Le Testament de Flint

    Grand fan de l’île au trésor, je reste très attaché à l’histoire originale et je demeure souvent critique face aux (trop) nombreuses adaptations.

    Je n’ai donc pas sauté le pas à l’époque de la sortie du tome 1. Mais avec la sortie du tome 3 et les conseils répétés de mes libraires je me suis décidé à tester le tome 1.

    Et là j’ai pris une claque. Visuellement, ce qui semble très sympathique au feuilletage devient sublime et incroyable de détails lorsqu’on le lit.

    Et l’écriture est impeccable de qualité. Un vrai travail sur la prose et sur la construction du récit, qui nous emmène donc des débuts du roman jusqu’au départ du navire avec Jim et [Kong] John Silver à bord.

    Je vais rapidement me plonger dans la suite.

    Dunyre Le 25/04/2021 à 12:35:04
    Blueberry - Tome 6 - L'homme à l'étoile d'argent

    Mon Blueberry préféré parmi les premiers de la série. N’étant pas un grand fan des classiques cinématographiques des Western, et appréciant au contraire les BD gourmande en lecture type Blake et Mortimer, je ne pouvais qu’apprécier ce One Shot.

    Un récit ultra-efficace, un huis clos bien construit, des graphismes superbes et des personnages cohérents (certains diront stéréotypés).

    Tout pour que l’histoire fonctionne : Blueberry, reconverti shérif temporaire d’une petite ville en proie aux affres d’une bande de brigands, va tenter de remettre de l’ordre à sa manière dans ce foutoire. Aidé par l’institutrice du village, la seule à vraiment vouloir s’opposer aux frères Bass et à leur bande, et par un jeune homme dont le père a été abattu dans le dos par ces mêmes bandits, Blueberry va s’appuyer sur son expérience et son talent au tir pour remettre en selle la petite ville de Silver Creek.

    Tout pour plaire !

    Dunyre Le 22/04/2021 à 09:13:04
    Bone Parish - Tome 3 - Tome 3

    Dans le tome 2, chaque clan a avancé ses pions, chaque personnage a joué sa partition. Nous retrouvons donc un chaos ambiant généralisé au début de ce tome 3, avec les assauts des uns et les vengeances des autres.

    Une fin de trilogie davantage dans l’action, puisqu’il fallait bien faire abattre les cartes de chacun : les Winters veulent garder à tout prix leur business, cherchant désespérément des alliés, les New-Yorkais souhaitent contrôler ce trafic de la cendre, quitte à s’allier au cartel, et ce dernier, par le biais de Leticia, cherche la « bonne » manière pour se venger de la mort de Rafael.

    Sans la spoiler, la fin est aussi efficace qu’elle nous laisse un goût de reviens-y. On aimerait en avoir encore, tant l’univers proposé est cohérent et intéressant. Seule petite ouverture possible : la dernière planche.

    Si cela a bien marché aux Etats-Unis, qui sait ? Une suite sera peut-être possible, surtout qu’en postface le scénariste révèle préparer « quelque chose pour la suite » (suite de ses œuvres ou suite de Bone Parish ? À voir donc).

    Dunyre Le 21/04/2021 à 22:50:03
    Bone Parish - Tome 2 - Tome 2

    Après la mise en place très rythmée du tome 1 et sa fin tout en violence avec les morts de Wade, plus jeune des frères Winters, de Rafael, leader du cartel hispanique, et des flics ripoux, l’histoire s’accélère encore.

    Leticia, sœur du défunt Rafael, se rapproche de Brae afin, semble-t-il, de vouloir venger la mort de son frère. Mais quelles sont ses véritables intentions ? Difficile à dire, et intrigant également.

    Simon, forcé par son chef new-yorkais, est contraint de tenter une rétro-ingénierie en partent de la cendre pour en extraire le processus de production... non sans conséquences (des morts voulant revenir à la vie à travers les junkies). Il semble dépassé par les événements.

    Grace, la mère, et Brigitte, la sœur, qui consomment elles-mêmes des formes particulières proches de la cendre mais en plus puissantes, se mettent à (re)vivre des événements de manière très poussée... à tel point que l’esprit d’André, le défunt père, a fusionné avec celui de sa femme.

    Mayhew décédé, il est remplacé par une jeune inspectrice incorruptible... qui vient rapidement chercher des poux dans la tête de Brae Winters...

    ... qui négocie avec un groupe de bikers une « association de protection », en somme un engagement comme hommes de main pour combattre le cartel.

    La dimension fantastique prend donc un tournant supplémentaire dans ce tome, plus sombre, mais aussi paradoxalement très réaliste et très violent également.

    Les mises en relation entre les Winters, le cartel et la mafia ou encore la police sont au cœur de ce tome 2, le plus réussi de la trilogie à les yeux.

    Un scénario et des graphismes vraiment haletant, dont on ne peut pas décoller les yeux des planches.

    Dunyre Le 21/04/2021 à 22:00:52
    Bone Parish - Tome 1 - Tome 1

    Les Winters, une famille afro-américaine métisse (mère blanche, père noir) de la Nouvelle-Orléans s’est enrichie en se lançant dans le business de la drogue.

    Leur particularité ? La drogue produite est issue... de cadavres. Surnommée « la Cendre », elle procure, outre l’effet classique d’un narcotique, un puissant hallucinogène. En effet, en fonction de l’origine de cette drogue (de quel cadavre elle provient), des éléments de la vie du défunt sont « vécus » par le consommateur.

    En choisissant le « type » de défunt, les junkies peuvent ainsi découvrir des univers et des vies éloignés de la leur. Une vraie mine d’or en perspective vu l’attractivité.


    Au départ de cette histoire, la famille organise bien son petit trafic et ce malgré le décès du père quelques temps auparavant.
    La veuve a repris le contrôle de l’organisation familiale, tandis que le fils aîné Brae joue le rôle de directeur exécutif en gérant les mercenaires employés pour piller les cimetières de la ville, aidé en cela par Léon et Wade, les 2 autres frères plus jeunes. C’est également lui qui s’occupe des relations avec les forces de l’ordre locales’ (quelques flics ripoux) et avec les revendeurs de la drogue.

    Enfin la seule fille de la fratrie, Brigitte, joue le rôle de chimiste (ce dont elle est la seule à maîtriser réellement les procédés, de transformation du matériau cadavérique en cendre).


    Mais très rapidement nous comprenons que ce lucratif commerce de drogue fait des envieux, aussi bien du côté d’une mafia new-yorkaise que d’un cartel hispanique local. Et c’est tout l’intérêt de ce tome 1 que de montrer cette famille en pleine réussite apparente en proie à des tensions internes, le tout en lien avec les pressions extérieures exercées par ces 2 groupes concurrents.

    Un tome 1 très solide et très prenant, avec un rythme enlevé et un dessin efficace, au service d’un scénario particulièrement original et bien construit, tout en cohérence.

    Dunyre Le 17/04/2021 à 10:33:18
    Plume aux vents - Tome 4 - Ni Dieu ni diable

    Je partage l’avis de PEB. Je m’étais enfin senti prêt à sauter le pas et à lire la suite des 7 vies, alors que je me contentais de la seule série originelle depuis 15 ans...

    Le tome 1 de la série est dans la droite ligne des 7 vies, une belle mise en place. Le tome 2 est un chef d’œuvre graphique, mais le scénario nous éloigne des 7 vies (ce qui peut être intéressant, tout dépendant de la suite).

    Mais les tomes 3 et surtout 4 sont d’une indigence scenaristique... 15 rebondissements, une fin précipitée sans explications. Les personnages arrivent, partent, reviennent. Et les seules informations sont des astérisques à lire en bas de planche pour nous indiquer dans quel album aller piocher telle ou telle information (comment un personnage A et un personnage B se connaissent alors que depuis 11 tomes on le les voit jamais ensemble)

    Je conserverai donc mon bel intégrale de 1998, sans essayer d’aller plus loin dans l’univers des 7 vies.

    Dunyre Le 06/04/2021 à 18:02:38
    Aspic, détectives de l'étrange - Tome 1 - La naine aux ectoplasmes

    J’adore Gloris, j’adore Lamontagne. Je n’avais pas fait cette série et des amis, conseillés par ma femme, m’ont offert le premier diptyque.

    Qu’est-ce que je me suis ennuyé... ça ne décolle pas, l’enquête qui débute bien devient incohérente avec tout ce mic-mac fantastique et la résolution est franchement bancale. Les personnages ne m’ont pas convaincu, trop de stéréotypes et de portes ouvertes enfoncées (la jeune femme éprise de liberté mais née dans une famille de bourgeois conservateurs, le privé honnête et érudit, le flic pas finaud mais qui ça stagne)

    Très déçu par le scénario et le rythme. Dommage car les dessins de M. Lamontagne sont toujours très beaux.

    Dunyre Le 13/02/2021 à 11:25:48
    Carthago - Tome 12 - Albinos

    Une très belle fin de cycle. Ces deux tomes sur Kane, en plus d’être très intéressants, apportent des informations sur les premiers cycles de la série, notamment sur Kane et sur les origines de Lou.

    En ajoutant de belles balades entre la Chine et l’Australie au niveau des paysages et un peu de chasse aux espèces rares à Sumatra, tous les ingrédients qui font le sel de la série sont bien présents.

    Une belle suite, toujours plaisante et de qualité !

    Dunyre Le 12/02/2021 à 18:35:24
    Colonisation - Tome 5 - Sédition

    Une série qui, tel le bon vin, s’améliore avec le temps. Chaque tome apporte une pierre à un édifice sans cesse plus solide.

    Dans ce tome, on suit toujours l’équipe de Milla, en lien avec le commodore Illiatov et sa fille (nouveau personnage). Après une belle introduction (nouvelle planète, piège tendu aux écumeurs, retour sur le vaisseau du commodore) l’histoire se développe plus largement.

    Grâce à des coordonnées recueillies sur les écumeurs capturés lors de l’introduction, une nouvelle nef de colons est repérée par Petra et Arori.
    Désormais équipée merveilleusement grâce au concours d’Illiatov et de sa fille, l’équipe « shadow » repart en mission pour trouver cette nouvelle nef, laissant juste Petra sur le vaisseau-mère.

    Deux trames narratives apparaissent alors : dans le vaisseau-mère, les écumeurs capturés avaient des complicités à l’intérieur et, une fois l’équipe de Milla partie, passent à l’action. Ils mettent à feu et à sang le navire, tuant les troupes d’Illiatov.

    Dans le meme temps, l’équipe shadow se retrouve auprès de la nef repérée par Petra, puis sur la planète à proximité. Un engagement de violences entre les colons et une espèce extra-terrestre native très agressive entraîne l’équipe de Milla dans une fuite éperdue, à la recherche d’une protection...

    Des révélations finales et le sacrifice d’Illiatov viennent parachever un sublime tome de Space-opera manié de mains de maîtres. Un scénario cohérent et solide qui se densifie à chaque tome, des graphismes époustouflants qui, maintenant que les personnages sont bien identifiés, éblouissent le lecteur et enfin une colorisation qui magnifie le tout, tout en couleurs et en sobriété.

    Splendide.

    Dunyre Le 29/01/2021 à 15:23:12
    Orcs & Gobelins - Tome 11 - Kronan

    Un récit encore plus noir que d’habitude dans les Terres d’Arran, même pour la série Orcs & Gobelins. Le choix de s’inspirer d’une nouvelle d’Howard (« Conan le barbare ») est à l’origine de cela, ce qui donne un récit un peu bizarre.

    Beaucoup de récitatifs, expliquant le ressenti intérieur du héros, Kronan (pas loin de Conan...), et en même temps beaucoup de scènes de combats, de batailles. Cet équilibre est un peu bancal, en tout cas de mon point de vue : j’ai eu du mal à adhérer à la proposition de J.-L. Istin pour le coup.

    Les dessins de S. Grenier sont de qualité, même si ce n’est pas ceux que je préfère (néanmoins il a su lisser son style par rapport à la Cathédrale des Abymes afin de coller davantage au style « Terres d’Arran », et c’est tant mieux sinon je n’aurai pas fait cet album).

    Après objectivement je ne suis pas fan de l’œuvre d’Howard, trop violente pour moi, et je n’aime pas franchement tout ce qui est militaire/guerrier. Je préfère ce qui est plus diplomatique, tractations politiques ou vaste quête épique à travers des paysages splendides.

    Si vous êtes comme moi, le tome sera très dispensable. Si vous êtes des mordus de la bastonnade et des affrontements à tout va avec violence gratuite, torture et orgies alors vous aimerez ce tome.

    Faites votre choix ^^

    Dunyre Le 25/01/2021 à 11:36:00
    Blake et Mortimer (Les Aventures de) - Tome 27 - Le cri du Moloch

    J’ai décidé de relire la Marque jaune et l’Onde Septimus avant de me lancer dans le Cri du Moloch.

    Je ne partage pas la dureté de certains propos : l’album se lit quand même sans s’ennuyer, même si tout est perfectible du scénario au dessin, et qu’en relisant les 3 à la suite on sent une baisse progressive et de la qualité graphique, et de la qualité scenaristique.

    D’un autre côté je ne peux pas être d’accord avec ceux qui qualifient cet album de « bon album pas pire que certains autres de la série »... en toute honnêteté c’est le scénario le plus faible et les graphismes les moins bons de toute la série (j’ôte le Dernier Pharaon, grande mascarade à mes yeux)

    Le propos est brouillon, les graphismes approximatifs et parfois très faibles en terme de décors. Mais d’un autre côté le scénario est cohérent avec l’Onde Septimus et la lecture des 3 tomes à la suite demeure claire. Les graphismes sont moyens sans être les pires possibles...

    Disons que l’on attends de meilleurs albums à l’avenir. Celui-là fera collection...

    Dunyre Le 23/01/2021 à 11:29:36

    Je rejoins Erik Arnoux. La biographie de Jijé par François Deneyer va devenir une référence absolue. Déjà sur Jijé bien évidemment mais aussi pour toutes les autres biographies à venir sur des auteurs de Bandes Dessinées.

    J’ai déjà lu celles d’Hergé, de Jacobs, de Rosinski, de Peyo et les recueils d’interview de Loisel et Lambil par les BPY, mais je dois reconnaître que nous avons ici une œuvre magistrale.

    C’est toute l’histoire de la Belgique rurale et catholique du début du XXe siècle qui est retranscrite ici, de même qu’une partie de l’histoire du Journal de Spirou et de la BD Franco-belge (ou Belgo-française).

    Magistrale, ce fut une lecture majeure.

    Dunyre Le 21/01/2021 à 09:47:25
    Les maîtres Inquisiteurs - Tome 15 - Lilo

    Un très bon album, qui fait bien avancer le récit et qui s’offre plein de parallèles avec le tome 7 (et même avec le précédent, tome 14). Un cliffhanger final digne d’intérêt. Bref encore un super tome pour cette série !

    Dunyre Le 18/11/2020 à 19:53:31

    Un bel hommage à l’un des mal-aimés de la BD Franco-belge. Un grand qui a su travailler avec régularité, offrant des graphismes de qualité tout au long de sa riche carrière. Un exemple.

    Énormément d'émotions à la lecture de ce recueil d'entretiens. Et une seule envie : dire à M. Lambil que non, il ne sera jamais oublié. Son nom restera gravé à jamais dans les cœurs des fans de BD et de leurs descendants.

    Dunyre Le 05/11/2020 à 10:34:05
    Sheïd - Tome 1 - Le piège de Mafate

    J'attendais avec énormément d'impatience ce récit de Philippe Pellet, dessinateur que j'affectionne énormément. Je n'avais qu'une crainte, celle de la qualité du récit, car un dessinateur aussi bon soit-il n'est pas forcément un bon scénariste (loin de là).

    Mais le fait est que les premières pages rassurent tout de suite à ce niveau-là : le propos est clair, précis, chirurgical. Seul le strict nécessaire est expliqué, bien dosé et précisé au bon moment. Il n'y a pas de fioritures, pas de surplus inutile.

    Dans cette histoire nous suivons donc un ancien légionnaire devenu mercenaire, Sheïd, qui vit d'assassinats et d'enlèvements pour le compte de Mhaus, un intermédiaire douteux. L'univers proposé est celui d'un monde désertique et montagneux qu'un Empire domine d'une main de fer, bien aidé par la maîtrise magique que possèdent les membres d'une guilde, les Lamaneurs, et par l'exploitation au sein d'une vaste chaîne montagneuse et volcanique, le Grand brûlé, d'une ressource gazière vitale pour le transport aérien. Dans le même temps, un groupe d'insurgés, adeptes d'une ancienne religion éjectés par le nouvel Empire aux fondements commerciaux plus que religieux, mène des actions de révoltes, en particulier dans le Grand brûlé.

    La combinaison de ces trois éléments offre donc dés le départ un récit cohérent et structuré, auquel il est facile d'accrocher : tout est crédible, bien loin d'une fantasy déconnectée de réalisme.
    L'immersion est ainsi très bonne, d'autant plus que les graphismes sont somptueux : c'est LE point fort de Pellet et donc de cette BD. Par exemple l'utilisation de bordures blanches pour les scènes de jour en extérieur, et de bordures noires pour les scènes de nuit ou d'intérieur est une excellente idée, qui permet d'être vraiment "dedans" à la lecture, tout en aidant à la construction du récit. Tout est bien pensé, les détails sont tous utiles.

    Enfin deux derniers points forts : le découpage est idéal, offrant beaucoup de dynamisme aux scènes d'action et de multipls vues de Mafate, capitale de l'Empire où se déroule le tome 1, et les visages sont très expressifs, même pour les personnages secondaires, ce qui donne une vraie teinte de réalisme.

    Le récit de ce tome 1 est mené à une vitesse appréciable, on suit sans s'ennuyer l'avancée de l'histoire qui, certes convenue, est agréablement encadrée par une belle originalité d'univers et de splendides graphismes.

    De la très bonne fantasy, immersive et distreyante.

    Dunyre Le 04/11/2020 à 19:52:05
    Barbe-Rouge (Les nouvelles aventures de) - Tome 1 - Pendu haut et court !

    Un pur régal. J’ai découvert Barbe-Rouge tardivement, étant de la « jeune génération » mais punaise que c’est bon de retrouver une narration à l’ancienne, qui respecte le canon originel de la série-mère.

    J’ai les intégrales nouvelle édition à la maison, et cette histoire se place en digne héritière.

    Ne boudez pas votre plaisir.

    Dunyre Le 03/11/2020 à 18:57:55
    Elfes - Tome 28 - Au Royaume des aveugles

    La fin de la trilogie sur Alyana, avec en prime la présentation de son grand-père, futur personnage principal des Elfes blancs ?

    Un scénario simple et convenu, pas super emballant. Un huis-clos chez les Elfes blancs, rempli de faux-semblants et de trahisons... mais finalement très prévisibles.

    Le tome 23 était le meilleur de la trilogie à mon sens.

    Dunyre Le 31/10/2020 à 18:08:36

    Cette série me faisait de l'oeil depuis ma lecture du tome 1 de "Retour sur Belzagor", tant le dessin de Laura Zuccheri m'avait enchanté.

    J'ai enfin pris le temps d'acheter et de lire la version intégrale sous coffret. Et je n'ai pas été déçu !

    Si le scénario est assez convenu, avec une trame finalement classique et logique (rien de surprenant, à part en partie la fin), les dessins sont si époustouflants, les personnages si réalistes, que l'on est subjugé du début à la fin.

    Le tome 1 est une mise en place intéressante, avec suffisamment de mystères et un cliffhanger de fin qui donnent envie de poursuivre la lecture.

    Les tomes 2 et 3 sont le climax de la série, absolument incroyables au niveau graphique et très prenant au niveau scénaristique, la ville est juste incroyable.

    Le tome 4 est un cran en dessous, le rythme ralentit, le "petit peuple des forêts" ne m'a pas convaincu et je trouve les réponses trop vite arrivées, et trop prévisibles (nouveaux personnages qui ne durent pas, alors que depuis 2 à 3 tomes nous suivons les mêmes).

    C'est le seul bémol qui m'a fait dire "dommage" en refermant l'intégrale. Mais aucun regret : la lecture est belle, les dessins sont sublimes. Rien que pour cela, cette série mérite d'être davantage (re)connue.

    Dunyre Le 30/10/2020 à 15:28:14
    Orcs & Gobelins - Tome 10 - Dunnrak

    Un superbe album, qui fait enfin avancer le fil rouge entrevu dans le tome 26 d’Elfes et dans le tome 3 de Mages. Ce complot des rois humains pour éradiquer les autres races semble prometteur pour la suite, avec l’usage de la kicha, le rôle joué par la secte de la veuve noire, etc.

    De plus l’histoire en elle-même est un bon One Shot, efficace et bien dessiné. Le rythme est bon, les flash-back sont cohérents avec les retours au présent. Un personnage central moins « bourrin » qu’habituellement pour un orc. C’est rafraîchissant.

    Impatient d’en savoir plus, ce qui est un bon signe à la fermeture d’un tome.