Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les avis de la bedetheque

Visualiser les 59130 avis postés dans la bedetheque
    MISTERSNOW Le 27/04/2021 à 14:05:56
    Teddy Ted - Tome 10 - 1899 Deadstone

    Etrange retour que cet album de Teddy Ted, avec ce personnage disparu depuis longtemps (mais bien connu des lecteurs de Pif Gadget, et déjà dessiné par Gerald Forton). D'abord par son coté BD populaire assumé, comme on en trouvait beaucoup dans les années 60/70, à savoir : on va directement à l'essentiel, par le dessin comme par le scénar. D'où un tempo parfois un peu trop rapide. Ensuite, par cette nostalgie, un peu triste, qui survole l'ensemble du récit, et qui a finit par me toucher. C'est d'ailleurs là où cet album fonctionne vraiment : l'ambiance, autour d'un Teddy Ted, vieilli et désabusé. Un scénario classique donc, mais très efficace, par ses nombreuses ellipses, et par ses flashbacks (qui ne sont pas sans rappeler ceux du film "il était une fois la révolution"). Etrange aussi par le duo Forton/Cottarel, qui semble parfois un peu à l'étroit, mais qui insuffle un aspect moderne à l'histoire, ce qui n'a pas été pour me déplaire. Etrange enfin, pour cette histoire qui se cache derrière les lignes et qui invite à une seconde lecture. Une bien belle (dernière ?) ballade pour Teddy Ted.

    yannzeman Le 27/04/2021 à 08:51:39
    Banana fish (Perfect edition) - Tome 1 - Tome 1

    Polar homosexuel sans intérêt.
    J'ai décroché avant même d'atteindre la moitié du 1er tome.

    En plus, c'est mal dessiné, les personnages ont tous la même tête, impossible de savoir qui est qui. Et ces moustaches affreuses !
    Les décors sont minimalistes, on est TRES loin du niveau d'un "Akira" de Otomo par exemple.

    Autant la réédition de "Eden : it's en endless world" est une excellente idée, autant cette réédition de "banana..." ne s'imposait pas...

    Je laisse ça à ceux qui aiment. Mais vous êtes prévenus.

    yannzeman Le 27/04/2021 à 08:50:10
    Banana fish - Tome 1 - Tome 1

    Polar homosexuel sans intérêt.
    J'ai décroché avant même d'atteindre la moitié du 1er tome.

    En plus, c'est mal dessiné, les personnages ont tous la même tête, impossible de savoir qui est qui. Et ces moustaches affreuses !
    Les décors sont minimalistes, on est TRES loin du niveau d'un "Akira" de Otomo par exemple.

    Je laisse ça à ceux qui aiment. Mais vous êtes prévenus.

    Erik67 Le 27/04/2021 à 07:55:44

    C'est l'histoire de deux frères Konrad et Andréas Werner qui sont orphelins de parents juifs et qui quittent une capitale Berlin en ruine en Mai 1945 pour se réfugier à Leipzig. Ils vont être recrutés par la terrible Stasi pour servir la cause du communisme.

    Très vite, l'un des deux frères s'aperçoit de ce qui est inique dans ce parti qui confisque les biens pour satisfaire une nomenklatura et qui agit en donnant de petits privilèges. L'autre frère semble être en accord parfait avec toute l'idéologie soviétique.

    Le récit va alors se concentrer sur un match entre les deux équipes à Hambourg en RFA en 1974 où les deux frères Werner vont se retrouver dans le cadre d'une mission d'espionnage. Visiblement, les liens fraternels ne tiendront pas face à la mère patrie qui abat son rideau de fer sur l'Europe comme pour mieux emprisonner ses propres habitants qui seraient tentés par le capitalisme.

    La rengaine de l'Est est toujours la même : on abandonne les clochards et les alcooliques à leur propre sort en Occident en omettant de dire que la misère est bien plus grande à l'Est. Certes, il n'y a pas que l'argent dans la vie et il s'agit d'être également protégé contre le chômage, la violence ou les injustices sociales. La contre-partie est l'absence totale de liberté à commencer par celle de pensée surtout si on est en désaccord avec les lignes du parti.

    J'avoue que la fin est assez confuse car on ne voit pas très bien tout de suite la trahison. Elle se devine aux contours des derniers dialogues. J'avoue que j'aurais aimé en savoir plus sur le devenir de certains personnages comme les différents footballeurs que nous allons rencontrer dans ce récit.

    Au final, un drame humain assez poignant sur ce qui peut séparer une famille soudée.

    Erik67 Le 27/04/2021 à 07:53:51

    Malgré la qualité graphique de ce récit en noir et blanc, je ne suis pas parvenu à entrer dans cette histoire fantastique de démons qui prennent place dans nos corps humains. Certes, on va naviguer entre magie noire et mort blanche.

    On va surtout assister au combat par un psychiatre londonien contre des forces occultes dans un univers un peu psychédélique et ésotérique. J'avoue qu'au bout d'un moment, cela m'a un peu gavé car totalement déstabilisé par ce récit qui semble partir dans tous les sens malgré un lien évident.

    Bref, une lecture un peu glauque et trop complexe pour moi. Je passe mon tour.

    pinky92 Le 27/04/2021 à 01:25:57

    Superbe album, plein de poésie, d’humour et de tendresse. Le scénario très original n’a d’égal que la douceur du dessin. Vraiment un excellent moment à ne rater à aucun prix. Merci infiniment à Jordi Lefebre pour ce cadeau merveilleux.

    Strictly Sequential Le 26/04/2021 à 23:34:53
    Les noces d'argot - Tome 1 - Les noces d'argot

    C’est ma série préférée de trois et peut-être le meilleur de tous.

    Il a tout ragoût dans le plus grand melting-pot que j’ai jamais vu.

    Je suis aussi devenu désespérément amoureux que l’histoire se déroulait- il ya quelque chose en elle que je ne peux pas expliquer ...

    cramvspy Le 26/04/2021 à 19:51:06
    Les maîtres Inquisiteurs - Tome 16 - Talh

    Un album qui posent plus de questions qu'il n'apporte de réponse sur les personnage, mais on se laisse prendre par la tension grandissante au fil des pages et par la découverte des pouvoirs des personnages, plus puissants les uns que les autres.

    Padav Le 26/04/2021 à 15:47:11
    Les ailes de l'espérance - Tome 1 - Anges

    Très beaux dessins, une ambiance historique qui me semble très bien respectée, Hurricanes contre Me 109 et surtout de Me 110 biplaces qui seront ensuite retirés car trop vulnérables.
    Personnages attachants, même l'horrible Peter, le souteneur.
    Mais le scénario est prévisible, et surtout d'une lenteur qui me fait peur. Avant que l'histoire soit complète il va falloir au moins 10 tomes...

    Thomaswae Le 26/04/2021 à 15:15:33

    j'ai adoré les dessins, la couverture et le rythme de cette BD cependant et malheureusement l'intrigue et l’enquête n'a pas assez de consistance
    Bien dommage car pleins d'autres "ingrédients" sont réunis et moi qui affectionne les scenarios polar/thriller/policier je suis resté sur ma faim...
    L'histoire se lit très vite et même nos 2 enquêteurs un peu caricaturaux ne m'ont pas convaincus. la lecture est plaisante mais sans plus

    Touriste-amateur Le 26/04/2021 à 12:31:27

    On quitte cet album comme on quitte un bon ami à la fin d'une soirée durant laquelle il vous a raconté l'histoire d'une partie de sa vie. Ca se lit bien, d'une traite, et puis à la fin on se dit : "Mince, c'est déjà fini!", mais avec quand même un sentiment de "Tout ça pour ça?..."

    Il m'est difficile de donner un avis sur cet album sans me référer au précédent!
    Déjà, dire que les deux sont totalement indépendants et peuvent très bien être lus sans suivre la logique chronologique.
    Ensuite, dire que même si l'histoire m'a intéressé (pas seulement par elle même, mais aussi par rapport à celle de ma famille) j'ai trouvé le scénario un peu trop prévisible (à part la toute fin), et j'ai moins vibré que lors de l'album précédent.

    Concernant le graphisme et le choix des tons sépias, autant je les ai trouvés totalement adaptés à l'opus précédent, autant ici un peu de couleurs m'auraient semblé opportun.

    Enfin, alors que j'ai été transporté par la manière de raconter l'histoire de Marcel Grob, ici j'ai juste eu le sentiment de suivre un cours d'histoire ou de "real politique" sans vraiment être dans une BD ou un roman.

    En conclusion:
    Même si j'ai passé un bon moment à la lire, si j'ai apprécié la post-face (contrairement à celle du précédent volume que j'ai trouvé trop "intellectuelle") et si je salue le travail de recherche sur ces périodes, je réserverais cette BD aux fans d'Histoire, le reste ne m'aillant pas apporté énormément d"émotions.

    Erik67 Le 26/04/2021 à 08:14:17

    Baudelaire est par excellence le poète maudit et romantique. Il est d'ailleurs mon préféré parmi tous. Comme tout artiste, il a eu sa muse mais celle-ci, pour une couleur de peau différente, a été bannie de son œuvre. C'est donc un légitime hommage qui est rendu à travers cette Mademoiselle Baudelaire à défaut d'être sa Madame. Il est vrai que je n'avais pas tout de suite véritablement compris le sens du titre de cette œuvre.

    Il y aura ce fameux tableau de Gustave Courbet où l'on voit à côté de son ami Charles un fantôme qui réapparaît avec le temps. Il s'agit de sa muse mulâtre avec qui il a eu une relation aussi passionnelle que destructrice. Il va se déchirer et se consumer tout comme elle d'ailleurs. Cependant, celle qu'on surnommera sa Vénus noire constitue toute l'essence de son œuvre notamment les fameuses fleurs du mal.

    Il est vrai que le personnage de Baudelaire est assez difficile à cerner. Il va se complaire dans le malheur après avoir nettement vécu au-dessus de ses moyens pour la beauté de son art. En effet, il dilapide assez rapidement l'héritage de son père dans une vie de luxure, de drogues et de boissons dans un Paris bohème.

    L'auteur Yselaire que j'aime beaucoup pour sa magnifique saga « Sambre » nous offre là une œuvre romantique qui constitue un très bel hommage à ce peintre maudit et à sa muse immorale. Le trait est toujours aussi magnifique et fait dans un esthétisme raffiné qui mêle parfois un décors assez baroque et purement gothique. A noter également une très belle retranscription de la sensualité des corps. Il y aura parfois des envolées lyriques et poétiques mais c'est de circonstance.

    Bourbix Le 26/04/2021 à 08:04:19

    Un bon album du tandem Rodolphe-Marchal. De la SF, de la bizarrerie, et tout plein d'autres bonnes choses dans un même livre. L'ensemble manque peut-être d'originalité, mais on passe un excellent moment de lecture !

    Strictly Sequential Le 26/04/2021 à 06:20:55
    Les aventures de télé - Tome 2 - Télé au royaume des ombres

    S’il y a un grand livre que je ne peux pas expliquer le plus... c’est ça.

    Crazy fun à travers des panneaux emballés en noir et blanc est le meilleur que je peux faire.

    Les ombres sont des gens aussi.

    Dinosaures inclus.

    Les femelles sont la meilleure partie.

    Plus important encore, il n’y a pas de règles!

    Vous le lirez avec votre mâchoire sur le sol.

    JohnSheldrake Le 25/04/2021 à 22:12:10

    Composé de trois histoires, cet album voit les débuts de Masquerouge, justicier masqué, sorte de Zorro made in France. L’histoire se déroule sous le règne de Louis XIII, époque bénite des grandes aventures de capes et d’épées. Les auteurs rodent leur personnage et on est loin encore de l’ambition et de la complexité du cycle des 7 vies de l’épervier mais cela reste un bon divertissement riche en actions.

    Grobool Le 25/04/2021 à 22:07:22

    Vraiment un excellent Album... tu commences et tu ne t'arrêtes plus! Et pire que ca... pour ma part je découvre l'univers de Terry Moore qui semble s'imbriquer dans l'ensemble de ces séries pour aboutir à Cinq Ans.... Bref, pour ma part, j'accroche et je vais poursuivre sur ces autres séries!

    docteur fil Le 25/04/2021 à 20:58:40
    Green Class - Tome 3 - Chaos rampant

    Cette série, qui a commencé avant la pandémie, commençait de façon très créative autour d'un virus. Puis, on a basculé au tome 2 dans ce qui ressemblait fort à des manipulations par l'armée, liées à des 'secret-défense'.
    Et maintenant, on bascule vers les portes entre mondes, et le réveil des grands anciens... On prend des idées un peu partout : c'est dommage, car le dessin est plutôt sympathique.
    Espérons que les auteurs vont se ressaisir...

    BudGuy Le 25/04/2021 à 20:45:46

    Ingrid Chabbert le précise dans la préface : Larkia est ouvertement inspirée du personnage de Furiosa de ‘Mad Max Fury Road’ et les références au film sont parfaitement assumées.

    Certains visuels sont très beaux et inspirés de Mad Max donc, mais aussi de ‘The Walking Dead’. Larkia est effectivement une dure à cuire à qui on ne l’a fait pas et qui sait manier le couteau, elle est aussi le seul personnage à avoir du développement et du charisme, j’ajouterai également que le côté punk de l’héroïne lorgne du côté de ‘Tank Girl’.

    Malgré les éléments suscités, les défauts sont légions:
    - Histoire post-apocalyptique où le contexte n'est pas clairement bien posé
    - Des raccourcis scénaristiques et séquences capillotractées à la truelle (Depuis quand sait elle conduire un hélicoptère ? et en plus dans cet état ?!)
    - Quelques bonnes idées scénaristiques sous-exploitées ou balayées vite fait
    - Le dessin ne m'a pas particulièrement marqué
    - Une histoire qui est expédiée en un seul tome

    C'est au final très moyen. Aussi vite lu, aussi vite oublié.

    MAL75 Le 25/04/2021 à 20:37:29
    Terra prohibita - Tome 1 - Premier acte

    Lisez cette série pour le caractère tout à fait remarquable des dessins et des couleurs. Chaque case est un chef-d’œuvre de détail et de beauté.
    Côté scénario, moi non plus, j’ai pas tout compris, ni au tome 1 ni au tome 2.
    Mais vu la splendeur des dessins, je pardonne volontiers.

    MAL75 Le 25/04/2021 à 20:32:34
    Machines de guerre - Tome 4 - L'étoile de Koursk

    Un excellent album tout à fait dans la lignée des trois précédents.
    Le dessin est tout à fait agréable.
    Un très bon moment de BD !

    Madus Le 25/04/2021 à 20:02:21

    Ni les dessins ni les couleurs ne sont pas le point fort de cet album, pas plus que le chara design des Neutrinos qui semblent tout droit sortis de mangas shonen.
    Mais si on arrive à dépasser cela, les dialogues sont bien ficelés et les réactions de tous les perso me semblent réfléchies, ce qui est loin d'être le cas dans d'autres comics que je lis.
    Krang me fait marrer même s'il faut avouer qu'il revêt parfaitement le rôle du grand méchant bien sale.
    Histoire plaisante qui incite à continuer l'aventure avec les tortues.

    Saigneurdeguerre Le 25/04/2021 à 19:40:38
    Nains - Tome 5 - Tiss du Bouclier

    Une pisseuse ou un boiteux peuvent-ils devenir des Gardes du Bouclier ?
    Non, évidemment ! … Quoique… Rappelez-vous Tiss… Tiss la petite pisseuse dont le père, le capitaine Brahm, était un fameux combattant. Le pauvre homme perdit sa femme lorsque celle-ci accoucha le jour-même où la forteresse-état d’Araker-Um faillit tomber entre les mains des ogres. Heureusement, il ne perdit pas tout ce jour-là. En mourant, sa femme donna naissance à un fils, Dohan. Dohan prendrait un jour sa succession, c’était certain ! Quant à cette pisseuse de Tiss, elle devait veiller sur son jeune frère qui portait tous les espoirs de son père….

    Critique :

    Nicolas Jarry nous sort, une fois encore, un excellent scénario dans cette excellente série Nains dont il est le scénariste. Il nous entraîne cette fois dans un combat pour l’égalité hommes-femmes, ou plutôt, puisque nous sommes chez les Nains, poilus-pisseuses.
    Bienvenue chez les Gardes du Bouclier ! Pas de femelles chez les poilus ! Ce n’est pas leur place. Pourtant Tiss, une pisseuse, demande à y prendre part, et pour cela, elle est prête à tout endurer. Saura-t-elle y prendre sa place allant à l’encontre de toutes les convenances et traditions ?

    Appréciez le trait de Nicolas Demare en compagnie du designer, Pierre-Denis Goux, servis par les couleurs de Digikare Studios.

    Un album qui fait vraiment honneur à la collection.

    hillitch Le 25/04/2021 à 17:58:42
    La fortune des Winczlav - Tome 1 - Vanko 1848

    C'est un bon album et le dessin est superbe.
    Mais franchement pourquoi vouloir à tout prix être dans l'air du temps.
    La scène du baiser des deux femmes après un concours de tir, en public, au farewest, au 19e siècle. J'ai comme un doute là...
    Et pour couronner le tout, l'une d'elle est noire car il en faut et c'est la seule de la BD.
    Il ne serait pas homo transgenre refoulé mangeant bio et végan notre héro ??? A suivre dans les prochains tomes.

    hillitch Le 25/04/2021 à 17:53:46
    Lucky Luke (vu par...) - Tome 3 - Wanted Lucky Luke

    Le premier album de Bonhomme m'avait plu. Mais alors là franchement les 15 euros ne sont pas bien investit.
    Lucky rencontre 3 femmes dans le désert, puis quelques méchants du passé.
    That's all !!!! Rien à voir avec la qualité du scénario du premier album.
    Je regrette mon achat.

    Saigneurdeguerre Le 25/04/2021 à 17:53:05
    Nains - Tome 4 - Oösram des Errants

    Moi, Oösram, j’étais autrefois un grand général. Pour mon roi, Doran, seigneur de la forteresse-état de Gol-Gärsem, je vainquis les troupes de la reine Alyess des puissants clans sylvains des Céliandes. Je mis la main sur leur trésor fabuleux que je crus plus malin de garder pour moi, pour mon complice, Joron et pour ses trois cognards qui l’avaient découvert. Ce sale traître de Joron me dénonça à ce roi à qui j’avais donné la victoire sur les Sylvains.
    Au lieu de m’exécuter, il gardait un espoir de mettre un jour la main sur cet or, il me chassa de ma caste de l’Ordre du Bouclier et m’apposa le sceau de l’infâmie sur la poitrine faisant de ma famille et de moi des errants. Il saisit tous nos biens. Ma famille faisait désormais partie des sans-ordre. Interdiction nous était faite de forger, de porter des armes, de commercer en or, ni même d’en posséder. Interdiction m’a été prescrite de bâtir un édifice en pierre taillée. Mon nom et celui de mes ancêtres ont été effacés des registres… Me voilà soumis à la loi pour les Errants… Des sans-ordres et sans-droits…

    Critique :

    Alors là, Monsieur Nicolas Jarry, chapeau ! Mais que voilà un magnifique scénario qui montre comment un nain riche, puissant, glorieux, perd tout à cause de son avidité, son goût démesuré pour l’or et les pierres précieuses. Mais ce nain qui n’est plus rien, va découvrir la chose la plus précieuse : sa famille ! Il va découvrir ce que cela fait de faire partie des Errants, ces nains mal vus de tous ceux qui appartiennent à un Ordre, taillables et corvéables à merci. Mais quand on a été l’extraordinaire général Oösram et que l’on subi injustice sur injustice, on ne peut que décider de résister pour faire ravaler leur morve à tous ces précieux des Ordres. Et s’il en créait un ? Un ordre pour les Errants ? Pour les sans-ordre ?

    Nous sommes maintenant habitués à des dessins de qualité supérieure et Jean-Paul Bordier au dessin ne fera pas mentir la réputation de cette série. Accompagné par Pierre-Denis Goux comme designer et appuyé par Digikore Studios à la mise en couleurs, voici un album très touchant qui sera loin de nous présenter les Nains comme des personnages sympathiques, du moins le roi et sa soldatesque, mais aussi les médecins et les commerçants. C’est qu’on finirait par préférer les culs-verts, ma bonne dame, mon bon monsieur !

    Pour rappel, chaque album est une aventure en soi et ne nécessite pas la lecture des précédents tomes… Mais ce serait dommage de s’en priver !

    BudGuy Le 25/04/2021 à 17:48:53

    Voilà une bonne BD de science-fiction qui devrait satisfaire les amateurs du genre et autres lecteurs cherchant du divertissement.

    L'histoire démarre au quart de tour avec un début alléchant et mystérieux à souhait, puis les auteurs réussissent à maintenir l'intérêt jusqu'à la dernière page. D'ailleurs, le scénario pose de bonnes questions sur le libre arbitre ou tout simplement l'humanité.

    En revanche là où je suis plus sceptique porte principalement sur le scénario qui aurait pu être encore plus développé. Certains passages vont trop vite et auraient mérité plus de d'exploration. Autre point décevant, les personnages manquent de personnalité et de profondeur.

    Heureusement, les décors et couleurs sont superbes et nous immergent bien sur cette île très mystérieuse et les dessins sont corrects.

    Dunyre Le 25/04/2021 à 17:13:05
    Jim Hawkins - Tome 1 - Le Testament de Flint

    Grand fan de l’île au trésor, je reste très attaché à l’histoire originale et je demeure souvent critique face aux (trop) nombreuses adaptations.

    Je n’ai donc pas sauté le pas à l’époque de la sortie du tome 1. Mais avec la sortie du tome 3 et les conseils répétés de mes libraires je me suis décidé à tester le tome 1.

    Et là j’ai pris une claque. Visuellement, ce qui semble très sympathique au feuilletage devient sublime et incroyable de détails lorsqu’on le lit.

    Et l’écriture est impeccable de qualité. Un vrai travail sur la prose et sur la construction du récit, qui nous emmène donc des débuts du roman jusqu’au départ du navire avec Jim et [Kong] John Silver à bord.

    Je vais rapidement me plonger dans la suite.

    MAL75 Le 25/04/2021 à 13:56:32
    Hard rescue - Tome 1 - La baie de l'artefact

    Une grosse production des Humanos, bon dessin, bon scénario, rien de très subtil mais de la série B très efficace ! J'attendrai le tome 2 sans impatience et je le lirai avec plaisir.

    Dunyre Le 25/04/2021 à 12:35:04
    Blueberry - Tome 6 - L'homme à l'étoile d'argent

    Mon Blueberry préféré parmi les premiers de la série. N’étant pas un grand fan des classiques cinématographiques des Western, et appréciant au contraire les BD gourmande en lecture type Blake et Mortimer, je ne pouvais qu’apprécier ce One Shot.

    Un récit ultra-efficace, un huis clos bien construit, des graphismes superbes et des personnages cohérents (certains diront stéréotypés).

    Tout pour que l’histoire fonctionne : Blueberry, reconverti shérif temporaire d’une petite ville en proie aux affres d’une bande de brigands, va tenter de remettre de l’ordre à sa manière dans ce foutoire. Aidé par l’institutrice du village, la seule à vraiment vouloir s’opposer aux frères Bass et à leur bande, et par un jeune homme dont le père a été abattu dans le dos par ces mêmes bandits, Blueberry va s’appuyer sur son expérience et son talent au tir pour remettre en selle la petite ville de Silver Creek.

    Tout pour plaire !

    sebastien01 Le 25/04/2021 à 12:04:01

    Pour célébrer comme il se doit les 70 ans de Marvel Comics, Ed Brubaker et Steve Epting revenaient en 2009 sur les origines des super-héros. Bien que le titre de leur mini-série fasse référence à celle de Kurt Busiek publiée quinze ans auparavant (Marvels et sa suite Marvels: Eye of the Camera), elle a toutefois peu de rapport avec cette dernière et se présente comme un récit d’action et d’espionnage sur fond d’entrée des Etats-Unis dans la Seconde Guerre mondiale (The Marvels Project 2009, #1-8).

    Le récit se déroule ainsi au début des années 1940 alors que les Etats-Unis s’apprêtent à entrer en guerre. Comme son sous-titre l’indique, il raconte la naissance des super-héros dans un monde qui en était alors dépourvu. L’Histoire se mêle à l’histoire de l’éditeur et le résultat est un peu moins tumultueux et super-héroïque que l’ordinaire des comics (et c’est heureux !).

    Tout du long de l’album, le lecteur est accompagné de l’inlassable narration d’Angel. Il assistera et participera même un peu à l’émergence des premiers héros costumés – des citoyens ordinaires sans super-pouvoirs – avant d’être témoin des premières apparitions des véritables super-héros tel que nous les connaissons aujourd’hui (Namor, la Torche humaine et Captain America entre autres). L’histoire se veut réaliste, elle dégage une ambiance de polar noir et sa trame principale orientée vers l’espionnage rappellent immanquablement les débuts du run de Brubaker sur Captain America. Le personnage est d’ailleurs omniprésent dans la seconde moitié de l’album et le dessin d’Epting ne fait que renforcer ce constat.

    Au rang des aspects qui m’ont en revanche moins plu, il y a ces éternels méchants nazis, quelques nécessaires redites sur les origines des uns et des autres et le lecteur est quand même un peu trop pris par la main par la voix off. Mais il s’agit malgré tout d’un bel hommage et d’une bonne relecture.

    hfauve Le 25/04/2021 à 11:55:19
    Le cri du peuple - Tome 1 - Les Canons du 18 mars

    Quand je lis une BD dans un contexte historique, je ne la prends pas comme substitut un livre d'histoire. Je savoure (ou pas) l'œuvre entre mes mains. Peu m'importent les ellipses, les raccourcis ou les oublis.
    Je me suis laissé emporté par ce premier album de cette série Tardi/Vautrin dans un Paris ou se noue le drame de la Commune, soutenu par un superbe dessin de Tardi.

    marcomaltese Le 25/04/2021 à 11:02:40
    Les quatre de Baker Street - Tome 9 - Le Dresseur de canaris

    Cette série décidemment se maintient à un très bon niveau, des dessins dynamiques et agréables, une belle ambiance 'Londres 1880" , des personnages bien typés, du suspense et des scénarios bien ficelés. Que demander de plus !
    Bravo aux auteurs et merci

    marcomaltese Le 25/04/2021 à 10:50:16
    Tanguy et Laverdure - Tome 34 - Tanguy vs Laverdure

    Décidemment cette série Tanguy et Laverdure a du mal à repartir.
    Après un catastrophique JC Laidin qui avait repris la série il y'a quelques années, voilà Zumbiehl aux manettes et franchement en terme de scénario truffé d'incohérences, d'invraisemblances et d'improbabilités dans le scénario, on ne fait pas mieux. Si ! il fait peut être pire avec les derniers Buck Danny!
    Relisez Charlier avec Danger dans le ciel, Canon Bleu, Les Vampires attaquent la nuit, c'est c'était du scénario solide cohérents et on était scotché dans son fauteuil ! Merci Charlier.... tes successeurs ne sont pas dignes.
    Et pourtant ils en seraient capables les bougres s'ils s'en donnaient un peu de mal.

    Zumbiehl a plutot très bien réussi les Sabres du Désert, il anime une série de qualité "Team Rafale" pour laquelle il fournit des scénarii cohérents. Et puis les Buck Danny Classics restent de qualité avec Marniquet.
    Mais les séries Mères de Buck Danny et Tanguy ont malheureusement été saccagées par Laidin puis par Zumbiehl et cela ne donnera pas envie aux nouvelles générations de les redécouvrir!
    Quand on hérite de telles séries il faut se creuser les méninges pour fournir un minimum de cohérence dans ce qu'on écrit et ne pas finir à chaque fois en queue de poisson. Relisez vous avant de donner de tels histoires à de pauvres dessinateurs très souvent de qualité et qui eux s'échinent à bien dessiner, voire très bien ; Mais le dessin ne suffit pas pour rattraper un scénario nul torché en quelques jours. Là encore la suite se fera sans moi.

    Erik67 Le 25/04/2021 à 08:59:05

    Petit caporal corse, Consul puis Empereur des Français, Napoléon aura marqué l'Histoire. Son héritage, territorial, politique, législatif, institutionnel, sur la société française et sur le monde entier est inégalé.

    Moi, Napoléon tranche incontestablement avec Moi, président. La comparaison ne tient même pas la route. Certes, comme tout grand homme politique à l'ambition et au charisme démesurés, il a été sujet à de nombreuses critiques mais il y a une véritable force derrière cet homme hors du commun que cette œuvre a réussi à nous faire partager.

    Il y a une partie dessinée et une partie purement textuelle. Il est vrai que j'avais un peu d'appréhension au départ. Cependant, les textes ne feront pas dans le lyrisme et la poésie et on ne sera pas noyé dans un flot d'informations assez dense. Je dois dire que c'est même une très belle plume qui nous apprend des choses assez intéressantes tout en restant fidèle à la chronologie des événements.

    Certes, on va passer d'une bataille à l'autre mais cela reflète la vie de Bonaparte puis de Napoléon qui n'aspirait pourtant qu'à la paix. Il n' a pas de prise de liberté par rapport à l'histoire officielle. Je préfère nettement ce réalisme. C’est aussi un récit qui est abordé après coup pour tenter d’expliquer pourquoi un si fin stratège a commis parfois de si grosses erreurs d’appréciations. Cela permet de mieux comprendre les événements.

    Les personnages sont bien dessinés dans un trait noir épais et puissant, on reconnaît notamment bien Napoléon. Bref, les amateurs de récits historiques seront ravis. Vive l'Empereur !

    Jiefd64 Le 24/04/2021 à 23:15:52
    Teleportation Inc. - Tome 1 - Perdus en translation

    La scène d’introduction laissait espérer bien mieux que cette histoire dans laquelle on se perd et où la téléportation n’est qu’anecdotique. Une seconde grosse déception pour un titre Drakoo après Dragon & Poisons.

    Pierski Le 24/04/2021 à 21:12:37

    Un ouvrage qui ne peut laisser insensible. Impossible de le refermer sans se dire "Et moi ? Est-ce que cela aurait pu m'arriver ? Avec le boulot, j'en suis où ?" Evidemment, le graphisme est simple mais il accompagne parfaitement le scénario dont on aurait aimé qu'il ne soit qu'imaginaire. La tension est palpable et progressive, l'issue, connue d'avance, se rapproche en même temps que la tension s'accentue. Bref, un duo scénario/dessin qui fonctionne pour un ouvrage bénéficiant d'une édition de qualité.

    fandebd54 Le 24/04/2021 à 19:54:39
    Lucky Luke (vu par...) - Tome 1 - L'Homme qui tua Lucky Luke

    je ne mets que deux etoiles car je n'aime pas du tout la colorisation !!! Mettre plusieurs personnages d'une même case en une seule couleur , j'appelle ça du travail bâclée ..et pas du tout joli à voir ...j'ai feuilleté le "Wanted" hier en magasin , et le procédé est malheureusement le même !!! Je le lirai en médiathéque mais je sais d'avance que ça va me piquer les yeux....

    Dr_Olive Le 24/04/2021 à 19:23:38
    Lucky Luke (vu par...) - Tome 3 - Wanted Lucky Luke

    J'avais été séduit par le premier album, et le suis également par ce second volume réalisé par Matthieu Bonhomme.

    L'usage des plans cinématographique est très bien maitrisé, un Lucky Luke modernisé, mais pas dénaturé.

    Un réel plaisir.

    Dr_Olive Le 24/04/2021 à 19:15:10
    Lucky Luke (vu par...) - Tome 1 - L'Homme qui tua Lucky Luke

    Un Lucky Luke revisité par Matthieu Bonhomme.

    Aussi bien d'un point de vu du dessin que du scénario, c'est juste superbe !

    TILLIERTON Le 24/04/2021 à 18:59:54

    A. Perroud a dit l’essentiel sur cette sortie. A lire sa chronique, et au vu de son commentaire positif je me dis qu’il aurait pu majorer sa note . Personnellement je rajoute une étoile : 4/5

    Saigneurdeguerre Le 24/04/2021 à 18:55:47
    Nains - Tome 2 - Ordo du Talion

    Pas de bol pour Ordo. Il vient d’avoir six ans… Oui, et ? … Il est le sixième fils de la fratrie ? … Bon, d’accord ! Et ? … Il est né le sixième jour de la sixième lune… Ok ! Cela fait beaucoup de six. Mais encore ? …
    Ce funeste présage le destinait, dès sa venue au monde, à être offert à la Loge noire de l’Ordre du Talion auquel appartient sa famille.
    L’Ordre du Talion ? Késako ? … Quel pisse-lait peut ignorer ce qu’est l’Ordre du Talion ? Bien entendu, la plupart de ses membres sont des commerçants et des négociants, à la fois riches et enviés, mais aussi méprisés par les autres ordres de Nains. Et au sein de l’Ordre du Talion, il y a la Loge noire…


    Critique :

    Encore un petit passage par la Cité des Sang-Mêlés : « L’initiation consiste à lâcher un gosse de six ans dans les rues pleines de torche-misère de la Cité des Sang-Mêlés, un endroit assez terrifiant pour filer la courante à un seigneur de bataille constipé. »
    Vous l’aurez vite compris : se voir destiné à la Loge noire quand on est un môme de six ans n’est pas vraiment un cadeau car il va vous falloir apprendre à survivre et à (beaucoup) souffrir, autrement vous allez crever… Ce qui est grosso modo le cas de 90 à 95% des malheureux gosses confiés à cet ordre d’assassins… Avant qu’ils ne soient aptes à… Heu… Je pense que j’en ai déjà trop dit… Je crois qu’on m’écoute…

    Juste un détail : Ordo n’a pas apprécié le sort qu’on lui a réservé. Il en veut à beaucoup de monde… A son paternel en particulier… Il irait bien dire bonjour à sa parentèle…

    Encore un magnifique scénario, très sombre. On est dans le monde du meurtre, de l’immonde… De celui qui transforme un gamin en un meurtrier contre son gré. Suivez Ordo, et vous verrez comment le talent de Nicolas Jarry transforme un gamin nain en psychopathe. En psychopathe ? Peut-être pas tout-à-fait… Voire, pas du tout ! Il tue généralement contre son gré. Sur ordre ! Et certains ordres qu’il reçoit, il ne les aime pas !

    Cette fois, le dessin a été confié à Stéphane Créty qui a un trait très efficace rendant parfaitement le mouvement et les traits des personnages, qui ne connaissent en général qu’un sentiment dans cette aventure : la colère noire !

    Une fois encore, les couleurs ont été confiées à Digikore Studios pour un magnifique résultat qui ne dépareille pas les dessins de Créty.

    Mirdhynn Le 24/04/2021 à 15:30:30
    Airborne 44 - Tome 9 - Black Boys

    Toujours un plaisir d'ouvrir un album d'Airborne 44. Ce dernier tome ne fait pas exception à la règle, mêlant les faits historiques aux personnages de fiction, il parvient comme toujours à m'accrocher. Une époque de géants ordinaires...

    yannzeman Le 24/04/2021 à 10:40:47
    Bob Morane 10 (Intégrale Le Lombard) - Tome 14 - Intégrale 14

    C'est toujours aussi bon !
    Et je redécouvre cette série, qui ne paraissait plus (et pour cause) dans le défunt journal de Tintin depuis quelques années déjà. Le plasir de la découverte est entier.

    Les scenarii sont toujours de bonne facture, l'aventure avec un grand A est là, Vernes rivalise d'inventivité pour nous embarquer dans l'improbable. Il ne faut pas chercher la plausibilité, seul compte le plaisir de l'aventure totale, du mystère et des grands espaces, des affreux méchants et des jolies pépées.

    Il y a même une petite révolution avec la disparition du personnage titre.

    Je ne regrette absolument pas l'achat de ces intégrales, un peu à l'aveugle, sans trop savoir si Coria allait proposer quelque chose d'aussi bien que Vance. Certes, ses personnages sont toujours aussi coincés quand il s'agit d'exprimer le mouvement, mais je m'y suis fait, car les histoires sont passionnantes.

    Un vrai plaisir de lecture, riche et abondante, j'en redemande !

    yannzeman Le 24/04/2021 à 10:34:58
    Tounga (Intégrale) - Tome 1 - Intégrale 1

    Série incontournable, par la seule présence de ces 1ers albums.
    Par la suite, le dessin de Aidans va malheureusement évoluer dans le mauvais sens du terme, se dégradant pour devenir à l'image des couvertures hideuses de ces intégrales Joker Editions.

    A ses débuts, Aidans possédait un dessin gracieux, presque aussi beau que celui de Uderzo. Quand il commence "Tounga", ce n'est plus un jeune débutant et son dessin, comme ses histoires, sont pleines de maitrise et de force.

    C'est beau et extrêmement prenant, fleurant bon l'époque (les années 60, avant que cela ne tourne vinaigre) et les héros sans peur et sans reproche.

    Le lecteur adoptera tout de suite Tounga et les autres personnages, dont le magnifique tigre à dent de sabre.

    Seul bémol, mais de taille pour cette édition intégrale :
    Un "génie" a eu la stupide idée de vouloir recolorier ces premières aventures, et le résultat est catastrophique. Le dessin de Aidans, magnifique de pureté, est ici défiguré (au sens propre du terme, certains visages sont méconnaissables par moment) par un travail de sagouin d'un coloriste adepte de la palette graphique à la va comme je te pousse.

    On voit tout de suite, sur certaines cases préservées de ce massacre (allez savoir pourquoi...) la différence.

    L'ordre de parution des histoires n'est pas non plus respecté, puisqu'entre deux histoires dessinées en 1961, l'éditeur a eu la mauvaise idée d'insérer une hitoire dessinée 10 ans plus tard, quand Aidans aura radicalement changé de style, se rapprochant mais sans l'atteindre du tout le style "Rahan" de Cheret.

    Cela incite à rechercher les albums unitaires, plutôt que cette intégrale 1, véritable massacre à la tronçonneuse graphique.

    Il n'empêche, c'est mieux que rien, et sa relecture me donne toujours autant de plaisir.

    Erik67 Le 24/04/2021 à 10:15:13
    Une nuit à Rome - Tome 4 - Livre 4

    C'est le dernier tome qui va clôturer une série que j'ai beaucoup aimé. Il y a de la nostalgie qui se dégage de cette œuvre.

    Le final est totalement déroutant. Jim a réussi son coup de surprise. J'avoue aisément que je ne l'avais pas vu venir malgré la trace de quelques indices. C'est un coup de fouet au genre d’une série originale, riche et bien équilibrée qui oscille entre plaisir, émotion et réflexion.

    Au niveau graphique, c'est excellent. J'aime beaucoup le trait réaliste de son auteur. Il est vrai qu'il accumule les prises de vues inventives ainsi que les cadrages habiles et cela abouti à une variation de grandes cases magnifiques.

    C'est l'une de ces BD qui libère une force d'attraction telle que l’on engloutit ses innombrables pages sans s’en apercevoir. À la dernière, on s’étonne et l’on déplore que tout soit déjà terminé. Raphaël et Marie vont me manquer !

    Erik67 Le 24/04/2021 à 10:14:14
    Une nuit à Rome - Tome 3 - Livre 3

    On se situe dans un premier temps juste quelques années après le tome 2 et on constate que Raphaël a beaucoup vieilli. On a au départ un peu de mal à s'y faire. On va retrouver notre couple à l'aube de la cinquantaine. Marie n'a pas pris une seule ride. On croirait qu'elle a 30 ans.

    Par ailleurs, on pourrait penser que Raphaël a vieilli mais il reste un adolescent très attardé dans le comportement. C'est vrai que le lecteur peut être déroulé par toutes ces incohérences.

    C'est vrai que par rapport au premier cycle, on pouvait s'attendre à quelque chose de romanesque mais on aura droit à du dramatique et un sérieux qui pro quo. Raphaël est trop expéditif. Quant à Marie, elle n'est pas assez bienveillante. Bref, on ne peut que constater l'égo surdimensionné de ces deux personnages qui ne nous ressemblent pas.

    Au-delà de ces jugements de valeur que j'assume, une nuit à Rome me replonge dans l'ambiance très agréable de la ville de Rome qui conserve tout son charme malgré son côté très touristique. J'ai beaucoup aimé les couleurs chaudes de cet album qui donne au départ beaucoup d'énergie positive.

    Bref, c'est tout ce que j’aime. C’est simple, j’ai apprécié cette lecture ! Convaincu et conquis avec une véritable fascination visuelle et une narration imparable d’une histoire fluide et passionnante.

    Strictly Sequential Le 24/04/2021 à 06:51:43

    Je suis d’accord avec Erik67 et j’ai besoin de le remercier pour ses nombreux commentaires. Ils aident cet Américain à prendre des décisions.

    Ce que j’ai obtenu pour presque rien et ne le regrettez pas.

    C’est vraiment horrible. Mais il y a quelque chose au-delà de l’action.

    Nous sommes tous des animaux. Nous voyageons en meute. Nous nous fâchons et désirons nous venger à un moment donné de notre vie.

    La frontière entre la civilisation et le chaos est ténue. Cela le brise, viscousment, dans la mode film d’horreur pour vous faire penser à cela. De quoi êtes-vous capable si vous perdez votre humanité et avez une armée volontaire?

    BudGuy Le 23/04/2021 à 22:00:03
    Les contes ordinaires d'Ersin Karabulut - Tome 2 - Jusqu'ici tout allait bien...

    Après les "contes ordinaire d'une société résignée", Ersin Karabulut revient avec une suite au vitriol tout aussi décapante que le premier opus.

    Nous suivons donc, à nouveau, différentes histoires indépendantes et réparties sur plusieurs planches qui dépeignent l'absurdité et les dysfonctionnements de nos sociétés occidentales (les réseaux sociaux, les couples, le sexe, l'éducation…). C'est tantôt étrange, ubuesque, vulgaire, violent, gore, caricaturé à l'extrême, fantastique mais surtout noir à souhait !

    Le dessin est très particulier et renforce encore plus le côté malsain/étrange des situations évoquées pour un rendu fourmillant de détails en arrière plan de chaque case. Ces corps déformés, ces étrangetés m'ont rappelé des œuvres cinématographiques d'auteurs tels que Lynch, Cronenberg voire Dali par instant.

    Néanmoins, qu'est-ce qui bloque ?
    L'une des histoires du deuxième opus ('le monde d'Ali') illustre parfaitement le problème du discours de l'auteur avec un cruel manque de nuance et de subtilité (les conservateurs sont tous méchants, les autres gentils !). A certains moments, les chutes d'histoire ne sont pas formidables, la dénonciation de l'auteur y est parfois appuyée de façon pachydermique, quant parfois elle est obscure.
    S'il n'y avait pas eu ce message politique surligné au Stabilo rose fluo et ce manque de clarté, cette BD se serait hissée vers le haut du panier des œuvres contestataires, mission à moitié remplie.

    Dans la lignée des idées noires de Franquin, les contes ordinaires d'Ersin Karabulut se laissent lire si on accepte de se plonger dans des histoires à caractère anticonformiste et que l'on apprécie l'humour noir.
    A ne pas mettre entre toutes les mains.

    cramvspy Le 23/04/2021 à 17:44:42
    Atalante - La Légende - Tome 12 - Le Sanglier de Calydon

    Rien de bien palpitant.
    Il faudrait savoir s'arrêter, cela fait plusieurs albums où l'on sent vraiment que cela s'essouffle.
    Une dernière belle aventure pour amener notre héroïne à la retraite et passer à un autre projet serait de bonne aloi sans nous laisser un goût amère d'inachevé.

    DOUDOU52 Le 23/04/2021 à 11:25:56
    Les quatre de Baker Street - Tome 2 - Le dossier Raboukine

    Un scenario un peu compliqué ,une fin prévisible et peu de recul dans l'aide que les héros apportent aux agents de la révolution ,qui amènera des millions de mort et une dictature (du prolétariat) des plus féroces (avec le nazisme) du XX siecle.
    Dommage de politisé cette série somme toute sympathique.

    thieuthieu79 Le 23/04/2021 à 09:54:14
    On Mars_ - Tome 3 - Ceux qui restent

    Le seul point négatif que j'avais pu soulever sur le second tome, prend malheureusement ici toute son ampleur. Beaucoup de personnages se ressemblent trop physiquement et vestimentairement, mais dans ce tome 3 qui fait la part belle aux combats du début à la fin, on s'y perd vraiment trop. Colons, soldats, exilés, mercenaires, solitaires.... il est très difficile de reconnaitre tous le monde alors que le rythme est soutenue. Du coup, le lecteur est souvent perdu et recherche le fil, ce qui casse le rythme de sa lecture. Qui se bat contre qui ? Comment ils sont arrivés là ? Avec qui il échange ? .... C'est vraiment dommage.
    Un troisième tome ou tous s'accélère donc très vite, et dans lequel on s'engouffre vers un point de non retour. La fin est surprenante mais un peu trop facile.
    De cette trilogie, il en ressort tout de même une très belle impression, et la satisfaction d'avoir découvert un univers marquant porté par une histoire qui ne l'est pas moins.

    Salurem Le 23/04/2021 à 09:51:49
    Lucky Luke (vu par...) - Tome 1 - L'Homme qui tua Lucky Luke

    Lucky Luke ne faisant pas partie de mes lectures favorites, il me manque peut-être un élément me permettant de comprendre l’enthousiasme pour cet album.
    Le dessin et la mise en scène sont sans conteste de qualité mais pas non plus exceptionnels à mon goût.
    Le scénario est visiblement très inspiré des westerns classiques avec beaucoup de références aux films avec J. Wayne, K. Douglas etc... Il y a même un soupçon de Clint Eastwood période post Leone. Pour les connaisseurs cela est presque amusant de les retrouver au fil de l’album.
    Sympathique mais cela enlève tout de même un peu d’originalité à l’ensemble.
    En revanche, il me semble, ayant lu au moins un Lucky Luke dans ma vie, que le côté comique voire burlesque a totalement été éradiqué. Je pensais que c’était un point clé des albums de Morris et Goscinny mais cela n’a visiblement pas heurté les aficionados.
    Personnellement, je préfère cette approche plus « Blueberrienne ».
    Au final, un bon album mais qui ne rentre pas dans mon top 5 des meilleures BD western.

    thieuthieu79 Le 23/04/2021 à 09:41:31
    Spider - Tome 2 - Wonderland

    Ce second tome clôture le diptyque, et nous entraine au cœur du réseau. Une toile finement et intelligemment tissée dont on se rend vite compte que personne ne peut en sortir indemne, même pas Charlie qui y est plongée jusqu'au cou.
    C'est encore plus noir et plus horrifique. Plus les pages se tournent et plus on se rend compte de la dimension d'un réseau comme celui-ci.
    Le dessin et sa colorisation sont toujours à la hauteur du récit et le servent superbement bien. On profite toujours de plusieurs belles double pages qui accentuent l'immersion.
    On est juste un peu déçu de ne pas avoir une fin digne de ce nom, mais c'est une fin ouverte qui pourrait bien déboucher sur une éventuelle suite malgré tout.
    Dans tous les cas, je serai vraiment étonné de ne pas voir cette série être adaptée à la télévision ou au cinéma, tant celle-ci a du potentiel. Très bon travail.

    DOUDOU52 Le 23/04/2021 à 09:13:55
    Lucky Luke (vu par...) - Tome 3 - Wanted Lucky Luke

    Franchement , Bravo à l'auteur qui a réussit à donner une nouvelle vie au cow-boy solitaire , avec son propre style , en le modernisant , tout en respectant l'esprit et l'univers de Morris.
    Chapeau!
    Pour moi c'est une réussite malgré un coté un peu brouillon sur la fin de l'histoire (l’agrégat des méchants est un peu trop nombreuse ).
    Mais cet album est vraiment un plaisir de BD.
    What else ?

    DOUDOU52 Le 23/04/2021 à 08:39:26
    Lucky Luke (Les aventures de) - Tome 4 - Lucky Luke contre Pinkerton

    Heureusement que les dessins sont vraiment excellents et nous immergent avec bonheur dans l'univers de Lucky Luke , par contre que dire de ce scénario pour bobos conspirationnistes qui voient des Big Brother partout.
    Pitié , laissez nous réver encore un peu , en lisant une BD de Lucky Luke par exemple....

    Erik67 Le 23/04/2021 à 08:11:41
    Une nuit à Rome - Tome 2 - Livre 2

    La rencontre de Marie et de Raphaël a enfin lieu et tout va s'enchaîner assez rapidement dans une nuit un peu folle comme on rêve d'en avoir. Bien entendu, les chantres de la fidélité seront sans doute très mal à l'aise. Cela reste bien entendu le thème central de cette nuit à Rome.

    Inutile de dire que cela va avoir des conséquences sur les deux couples (Raphaël et Sofia ainsi que Marie et Damien). Il y a toujours un prix à payer.

    Quelle qualité, quel trait raffiné ! Les faciès attachants, les décors somptueux, le découpage intelligent ou encore les couleurs élégantes, tout concourt à un irrésistible ensorcellement. Quel immense plaisir de se perdre dans les tableaux magnifiques de ces rues de Rome, de ces façades aux courbes étonnantes d’où s’échappe une lumière si chaude, presque accueillante !

    J'ai franchement aimé cette romance et je ne vois pas pourquoi cela mériterait moins de 4 étoiles. Bref, la fin est réellement brillante en comblant toutes mes attentes.

    Erik67 Le 23/04/2021 à 08:10:30
    Une nuit à Rome - Tome 1 - Livre 1

    Après le week-end à Rome, voici une nuit à Rome. A croire qu'on ne reste pas très longtemps à Rome malgré le fait que tous les chemins y mènent. Trêve de plaisanterie, passons aux choses sérieuses : le comportement de deux protagonistes Raphaël et Marie laisse franchement à désirer.

    Cependant, on pourra s'embarquer aisément dans cette histoire d'amour qui ne sera peut-être pas à l'eau de rose. La conclusion s'avère quelque peu dramatique selon les premières pages d'introduction. Est-ce un leurre ? Il faudra poursuivre la lecture pour avoir les réponses.

    Avoir 20 ans et s'amuser puis avoir 40 ans, ce n'est plus la même chose. La vie et les rencontres nous façonnent. Cependant, est-ce qu'au fond, on ne reste pas le même ? Cette nuit à Rome relève d'un pari fou mais qui est la réalisation d'une promesse éternelle. Une jolie BD qui ne doit pas tomber dans les mains de votre femme et épouse au risque de vous donner des idées.

    Le scénario parait simple mais il s'agit d'une histoire prenante au travers du questionnement des principaux personnages qui sont attachants de réalisme. En effet, derrière le choix d'une existence de famille paisible peut se cacher un véritable démon conduisant à la passion et donc une espèce de folie.

    Maintenant, j'avoue ne pas comprendre le débat vis-à-vis de l'identification et de porter un jugement sur le comportement moralement douteux de celui qui cède à la tentation de l'amour de jeunesse. Si on devait faire la liste de toutes les bds où sévit un héros au comportement douteux, il faudrait sans doute tout remettre en question.

    Une nuit à Rome est une magnifique BD qui prend un thème jusqu'ici pas beaucoup exploité. Est-ce que l'on peut oublier son premier amour ? Est-ce suffisant pour balayer ce que l'on a construit tout le long de la vie ? La démonstration qui est faite par l'auteur paraît simplement magistrale.

    RomainDC Le 23/04/2021 à 00:43:52

    Je recommande vraiment ce livre !

    Côté scénario, on y retrouve l'histoire de Benjamin Button. Est-ce que ça a influencé le film, sorti 2 ans après... ? Possible, et ça montrerait que cet album est digne d'intérêt quand on voit à quel point le film et son scénario tellement peu banal a emballé les gens !

    J'ai vraiment senti un suspens s'installer, au fur et à mesure que le temps s'écoule et que le personnage principal voit son compte à rebours vital défiler à l'envers, j'étais vraiment pris dans cette interrogation : qu'arrivera-t-il au bout des 80 jours ?!

    L'histoire est belle, les personnages attachants

    Pour le dessin, ce n'est pas un style dont je raffole mais ça convient bien à ce roman graphique

    Je le recommande !

    RomainDC Le 23/04/2021 à 00:33:57
    Luuna - Tome 1 - La Nuit des Totems

    Album sympa, l'histoire démarre bien
    Sans être transcendant, ça me donne envie de lire la suite

    Les dessins sont très beaux, les visages sont dessinés avec une rondeur qui fait son effet, les yeux sont un détail qui m'a bien plus également

    et les couleurs... Wahou !! :)

    RomainDC Le 23/04/2021 à 00:31:19

    Les avis sont assez partagés sur cet album (malgré tout, au moment de mon commentaire, l'album est noté 4 étoiles sur 5, sur une base de 156 votes, ce qui est une sacrée note) !

    Je comprends que certains puissent être déçus à la lecture : la critique de l'auteur sur notre société actuelle peut ne pas plaire, ça fait un peu rabachage des mêmes critiques que l'on a l'habitude d'avoir. Néanmoins, la façon dont il traite certains sujets (je pense notamment au racisme, à la publicité très sexualisée, etc.) est bien amenée (j'ai bien aimé l'idée des animoïdes)

    L'histoire est top ! Vraiment. C'est de la science-fiction "réaliste", dans le sens où quasiment tout ce qui est présent dans l'album pourrait finalement arriver dans des décennies

    Le dessin : pour les décors, c'est vraiment sublime. Les paysages sont beaux, les stations/vaisseaux spatiaux sont beaux, les planètes sont belles, les couleurs sont incroyables... vraiment, là c'est un sans faute

    Pour les personnages par contre... c'est un style particulier ! Mais plus j'avançais dans l'album et moins ça me dérangeait
    C'est le style de Bablet, il faut respecter ça !

    Je recommande vraiment cet album. J'ai passé un très bon moment de lecture personnellement et j'ai hâte de me procurer Sillicium & Carbone, du même auteur

    janharmony Le 22/04/2021 à 18:34:29

    Est-il possible d'exprimer en mots ce que disent les images, que Mattotti partage avec nous dans toutes leurs variations ? Donc, non.
    Puis-je décrire mes émotions par rapport aux images de Mattotti ? Pas non plus.
    La seule chose que l'on puisse dire, c'est que les résultats de la quête "graphique" de Mattotti sont addictifs, enchanteurs, inspirants, parfois effrayants et souvent enivrants.

    DOUDOU52 Le 22/04/2021 à 15:09:57
    Jeremiah Johnson - Tome 2 - Chapitre II

    Ce western est d'une beauté graphique extraordinaire!
    La couleur , la mise en page , les perspectives , rendent toute sa puissance à la Nature et à l’âpreté de cette époque sauvage .
    Le scénario des maitres (es Jour J) Pecau et Duval renforcent encore cette impression de beautée terrible et dangereuse qui entoure les hommes.
    Magnifique album ou chaque vignette s'admire comme une peinture.

    Guppy1272 Le 22/04/2021 à 14:36:23

    Et voilà comment perdre son argent et dégouter le lecteur. Marre de ces séries à rallonge, qui finalement pourrissent l'idée de départ. Du coup j'ai tout revendu. J'adore Bec, mais uniquement quand il termine ses histoires à temps (Pandemonium, Sarah).

    Nattorres68 Le 22/04/2021 à 13:12:47

    Je rattrape mon retard sur mes lectures DC avec cette seconde intégrale sur la Justice League New 52.
    Nous sommes, cette fois, en possession d'un album qui mise clairement sur le crossover (mélangeant les récit de la Justice League, La Justice League of America et la Justice League Dark).

    L'ensemble est plutôt appréciable malgré certains numéros regroupant trop de personnages à mon goût. J'ai pour habitude de penser que plus vous avez de personnages plus il est difficile de leur donner un développement et une qualité d'écriture homogène.
    Certains numéros sont consacrés au Limier Martien (que j'aime beaucoup) est à ses origines.

    Pour finir sur la fameuse trinité du pêché qui est au centre de l'intrigue, le tout reste assez flou et complexe, tout comme les motivations de certains nouveaux personnages. J'ai hâte de découvrir la suite et j'espère obtenir des réponses dans un scénario avec davantage d'épaisseur.

    janharmony Le 22/04/2021 à 10:05:36

    Tout est vrai dans le sens où tout se passe et se passe maintenant. Anecdotes, faits et tranches de vie se superposent et s'agencent au gré des réflexions et de l'histoire que l'auteur souhaite nous raconter. Cette méthode est également utilisée pour la production des dessins. L'auteur joue ici avec des transparents aux couleurs primaires pour obtenir l'effet désiré. Avec ce livre, Giacomo Nanni se place aux côtés d'une autre super innovatrice, Marion Fayolle.

    Dunyre Le 22/04/2021 à 09:13:04
    Bone Parish - Tome 3 - Tome 3

    Dans le tome 2, chaque clan a avancé ses pions, chaque personnage a joué sa partition. Nous retrouvons donc un chaos ambiant généralisé au début de ce tome 3, avec les assauts des uns et les vengeances des autres.

    Une fin de trilogie davantage dans l’action, puisqu’il fallait bien faire abattre les cartes de chacun : les Winters veulent garder à tout prix leur business, cherchant désespérément des alliés, les New-Yorkais souhaitent contrôler ce trafic de la cendre, quitte à s’allier au cartel, et ce dernier, par le biais de Leticia, cherche la « bonne » manière pour se venger de la mort de Rafael.

    Sans la spoiler, la fin est aussi efficace qu’elle nous laisse un goût de reviens-y. On aimerait en avoir encore, tant l’univers proposé est cohérent et intéressant. Seule petite ouverture possible : la dernière planche.

    Si cela a bien marché aux Etats-Unis, qui sait ? Une suite sera peut-être possible, surtout qu’en postface le scénariste révèle préparer « quelque chose pour la suite » (suite de ses œuvres ou suite de Bone Parish ? À voir donc).

    davis.gariglio Le 22/04/2021 à 08:33:19

    Un dessin remarquable qui permet de ressentir l'ambiance, les couleurs, presque l'odeur des lieux. Mais l'histoire est vraiment trop creuse, le récit n'est pas du tout impartial comme le prétend Anne Nivat, je me suis ennuyé tellement il ne se passe pas grand chose (un livre pour ça?). Alors, c'est vrai que la BD nous montre bien qu'il y a de l'humanité dans la guerre (ne s'en doutait-on pas déjà?), mais l'histoire est surtout centrée sur Anne Nivat, et pas sur la complexité de ces conflits en Irak ou en Thétchénie comme c'est annoncé en 4ème de couverture. Une déception.

    Erik67 Le 22/04/2021 à 07:53:47

    L'auteur de Shangri-La à savoir Mathieu Bablet, jeune prodige de la science-fiction, vient de frapper encore plus fort. C'est tout simplement magistral à tous les points de vue. Le thème sera celui de l'intelligence artificielle et des robots en général qui vont ressembler de plus en plus à l'être humain jusqu'à assister à la décadence de notre monde.

    On va ressentir comme un plaisir tactile d’une épaisse couverture toilée. Il y aura également la douceur satinée de pages parfaitement imprimées. Et puis, ce bruissement agréable d’un beau papier ou encore l’odeur caractéristique qui s’en dégage. C'est une véritable perception d’excellence dans la qualité de l’édition qui donne toute la puissance à cette œuvre singulière.

    Carbone et Silicium est une véritable histoire d'amour entre deux robots différents ce qui n'a jamais été exploité jusque là. Notre auteur est un visionnaire qui va avancer dans son récit à grand bond de saut dans le futur. On va voir la planète se dégrader petit à petit au niveau environnemental.

    Je suis fasciné par le thème de l'âme qui sera un jour possible dans un corps bionique et synthétique. Les hommes vont vite être relégué au second plan. Une question demeure : comment sauver la planète ?

    Je suis tout simplement ravi et comblé par cette œuvre qui rend magistralement honneur à un genre trop martyrisé par le neuvième art. Les cadrages rapprochés ainsi que les plans d’une même scène qui prolifèrent arrivent à en figer presque l’instant. Des espaces lisses ou vides qui vous happent et qui vous coupent le souffle ainsi que des architectures dépouillées, vertigineuses et inquiétantes dans ce monde futuriste.

    Bref, nous avons là une œuvre absolument magistrale d'un graphisme époustouflant. Il pose les bonnes questions sur le devenir de l'humanité sans aucun côté moralisateur. Cela pousse incontestablement à la réflexion. A noter que cet album est véritablement plébiscité par la critique et par les lecteurs. Cela n'est pas pour rien.

    Dunyre Le 21/04/2021 à 22:50:03
    Bone Parish - Tome 2 - Tome 2

    Après la mise en place très rythmée du tome 1 et sa fin tout en violence avec les morts de Wade, plus jeune des frères Winters, de Rafael, leader du cartel hispanique, et des flics ripoux, l’histoire s’accélère encore.

    Leticia, sœur du défunt Rafael, se rapproche de Brae afin, semble-t-il, de vouloir venger la mort de son frère. Mais quelles sont ses véritables intentions ? Difficile à dire, et intrigant également.

    Simon, forcé par son chef new-yorkais, est contraint de tenter une rétro-ingénierie en partent de la cendre pour en extraire le processus de production... non sans conséquences (des morts voulant revenir à la vie à travers les junkies). Il semble dépassé par les événements.

    Grace, la mère, et Brigitte, la sœur, qui consomment elles-mêmes des formes particulières proches de la cendre mais en plus puissantes, se mettent à (re)vivre des événements de manière très poussée... à tel point que l’esprit d’André, le défunt père, a fusionné avec celui de sa femme.

    Mayhew décédé, il est remplacé par une jeune inspectrice incorruptible... qui vient rapidement chercher des poux dans la tête de Brae Winters...

    ... qui négocie avec un groupe de bikers une « association de protection », en somme un engagement comme hommes de main pour combattre le cartel.

    La dimension fantastique prend donc un tournant supplémentaire dans ce tome, plus sombre, mais aussi paradoxalement très réaliste et très violent également.

    Les mises en relation entre les Winters, le cartel et la mafia ou encore la police sont au cœur de ce tome 2, le plus réussi de la trilogie à les yeux.

    Un scénario et des graphismes vraiment haletant, dont on ne peut pas décoller les yeux des planches.

    Dunyre Le 21/04/2021 à 22:00:52
    Bone Parish - Tome 1 - Tome 1

    Les Winters, une famille afro-américaine métisse (mère blanche, père noir) de la Nouvelle-Orléans s’est enrichie en se lançant dans le business de la drogue.

    Leur particularité ? La drogue produite est issue... de cadavres. Surnommée « la Cendre », elle procure, outre l’effet classique d’un narcotique, un puissant hallucinogène. En effet, en fonction de l’origine de cette drogue (de quel cadavre elle provient), des éléments de la vie du défunt sont « vécus » par le consommateur.

    En choisissant le « type » de défunt, les junkies peuvent ainsi découvrir des univers et des vies éloignés de la leur. Une vraie mine d’or en perspective vu l’attractivité.


    Au départ de cette histoire, la famille organise bien son petit trafic et ce malgré le décès du père quelques temps auparavant.
    La veuve a repris le contrôle de l’organisation familiale, tandis que le fils aîné Brae joue le rôle de directeur exécutif en gérant les mercenaires employés pour piller les cimetières de la ville, aidé en cela par Léon et Wade, les 2 autres frères plus jeunes. C’est également lui qui s’occupe des relations avec les forces de l’ordre locales’ (quelques flics ripoux) et avec les revendeurs de la drogue.

    Enfin la seule fille de la fratrie, Brigitte, joue le rôle de chimiste (ce dont elle est la seule à maîtriser réellement les procédés, de transformation du matériau cadavérique en cendre).


    Mais très rapidement nous comprenons que ce lucratif commerce de drogue fait des envieux, aussi bien du côté d’une mafia new-yorkaise que d’un cartel hispanique local. Et c’est tout l’intérêt de ce tome 1 que de montrer cette famille en pleine réussite apparente en proie à des tensions internes, le tout en lien avec les pressions extérieures exercées par ces 2 groupes concurrents.

    Un tome 1 très solide et très prenant, avec un rythme enlevé et un dessin efficace, au service d’un scénario particulièrement original et bien construit, tout en cohérence.

    roquevidal Le 21/04/2021 à 17:29:43

    Tout à fait d'accord avec sidoetmat à une exception : pour moi ce n'est pas un one shot et j'attends une suite.
    Sinon j'ai adoré ce livre

    yannzeman Le 21/04/2021 à 16:13:41
    Hard rescue - Tome 1 - La baie de l'artefact

    Album correct, sans plus, effectivement.
    Pas de quoi franchir le pas de l'achat.

    Graphiquement, c'est moyen, comme si c'était du comics, ou il faut dessiner vite en se partageant la tache et en n'insistant pas trop sur les décors. Au début de l'album, ça pêche un peu ; ça va mieux en avançant dans l'histoire, mais rien que les navires, par exemple, c'est un peu simple.

    L'histoire est simpliste, mais que peut-on attendre d'un scénario prévu en 2 tomes ? Ca va vite, les personnages n'ont pas beaucoup de consistance (il ne suffit pas de montrer une scène de l'enfance de 2 personnages pour s'y attacher ni leur attribuer de la personnalité).

    Bref, le genre de BD qui ne prend pas la tête mais qui ne vous laissera aucune souvenirs sitôt refermé.

    Touriste-amateur Le 21/04/2021 à 13:59:12
    Les quatre de Baker Street - Tome 9 - Le Dresseur de canaris

    A nouveau un très bon album de cette série. Les dessins sont précis, ils rendent bien l'atmosphère de ces bas fonds. Ils servent parfaitement le scénario, à moins que ce ne soit l'inverse tellement les deux fonctionnent en symbiose parfaite!
    Définitivement, les Quatre de Baker Street s'émancipent de Sherlock Holmes qui ne sert que de prétexte à l'énigme.

    Deux (très) légères déceptions cependant : 1)J'ai trouvé les personnages moins profonds (sauf le chat!) que lors des précédents opus et, même s'ils évoluent, c'est moins visible que dans les précédents albums. 2)La fin me semble un peu bâclée, l'épilogue, tout comme le retour de Sherlock Holmes, arrive soudainement comme un cheveu sur la soupe.

    Mais quel régal à nouveau cet album!!!!

    Akim2995 Le 21/04/2021 à 11:46:51

    Jolie histoire. Dessins toujours aussi chouettes de JC Götting. MAIS ce n'est pas une BD. C'est de la littérature illustrée. Cela n'a rien à faire sur BDGest.

    DjDav50 Le 21/04/2021 à 10:04:52

    DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC DAC
    The best Album ever DONE!
    Et le CD... Quelle classe!
    J'adooooooooooooooooooooooooooore!

    Erik67 Le 21/04/2021 à 10:02:51

    La lune sanglante écrase tes pas
    Sur les sentiers de la haine
    Jusqu'où ton amour se détruira ?
    Ton sourire grisâtre souligne ta peine

    Tu as perdu le soleil de ta vie
    Le bonheur s'est arrêté sur tes envies
    Le vide s'empare de tes joies
    Les ruines se multiplient autour de toi

    Les aiguilles du temps t'emportent sur des horizons
    Où les coeurs s'acharnent sans raison
    Ta haine ressemble aux laves ardentes de tes yeux
    Tes cris s'engouffrent dans un chemin noir et visqueux

    L'alcool n'a plus aucun effet
    Pour te souvenir de tes nuits d'été
    Les rapaces t'accompagnent et te guident sur la voie
    "Je suis tout ce que tu hais et je me noie"

    Répète cette voix implacable avec prétention
    Qui ne cesse de résonner
    Ce que ne t'apportera jamais tes passions
    Et qui s'estompe dans ce mausolé

    Parmi les ruines, gisent les flacons
    Tu crois savoir où se trouve le plus puissant des poisons
    Celui qui te donnera la force de souffrir
    La douce saveur qui te fera périr

    Prends-le, bois-le à grand gorgée
    Les préjugés ne pourront t'arrêter
    Il saura te faire jouir
    Comme personne n'a jamais pu te saisir

    Cependant, les cloches sonneront l'heure
    Minuit, maintenant meurt !

    (Création originale librement inspirée de l'oeuvre de ce poète maudit mais génial)

    Erik67 Le 21/04/2021 à 07:25:23

    Cela commence comme un conte mettant en avant une cruelle sorcière. Mais bon, l'auteur nous prévient d'avance que les contes déforment très souvent la réalité et la vérité. On va assez vite s'en rendre compte.

    Il s'agit d'un royaume dont le roi Eric a disparu depuis près de 20 ans après une terrible malédiction touchant les nouveaux nés. Un homme raconteur d'histoire part à sa recherche. Il ne sera pas au bout de ses surprises tout comme le lecteur.

    En effet, il y aura des retournements de situation assez surprenant. Le lecteur que nous sommes va déambuler dans une mise en scène assez admirable. C'est tout de même signé par le grand Lewis Trondheim qui n'a plus rien à prouver en la matière.

    On aura droit à un esthétisme sans fioritures exacerbé par une colorisation très inspirée, belle et puissamment évocatrice. Alfred a fait du bon travail. Le résultat est tout simplement magistral.

    Erik67 Le 21/04/2021 à 07:23:48

    J'avoue avoir beaucoup de mal au début car tout ne nous sera expliqué puis progressivement, on voit se dessiner les contours de cette intrigue fort mystérieuse qui repose sur une île séparée du continent. C'est assez déstabilisant pour le lecteur mais il convient de tenir bon.

    En effet, le développement a été assez long mais c'est pour aboutir à une fin pour le moins très étrange dont certains aspects m'ont un peu échappé. Tout semble laisser à l'appréciation de chacun.

    Graphiquement, c'est assez épuré mais cela restitue une ambiance onirique et mystérieuse pour le moins intéressant dans une peinture à l’aquarelle vraiment remarquable. A noter une colorisation fort réussie au passage. Même les tranches de pages sont de couleur bleue. C'est très beau.

    Au final, Célestia demeure comme une œuvre assez singulière dont on peut trouver quelques charmes à la lecture. Oui, on ne restera pas totalement insensible.

    davoustmassena Le 21/04/2021 à 02:15:03
    Wild West (Gloris/Lamontagne) - Tome 1 - Calamity Jane

    Généralement je n'aime pas quand les histoires de BD sont trop violentes. Ici c'est assez cru, ça pourrait être choquant, ce n'est surtout pas pour les enfants. Mais néanmoins ce côté machiavélique m'a plu. C'est vraiment un univers de pourris qui montre peut-être une certaine facette du monde de la prostitution. Les dessins sont sublimes, un vrai régal! Les personnages ont beaucoup de personnalité, je vais prendre la suite assurément!

    davoustmassena Le 21/04/2021 à 01:56:45
    Angel Wings - Tome 3 - Objectif Broadway

    Toujours aussi efficace! Visuellement c'est très beau, un vrai régal. J'aime beaucoup le côté Pin-up aussi et l'intrigue autour de la soeur de l'héroïne se suit tout doucement mais sûrement dans une ambiance incroyable, on s'y croirait! Bonne série!

    Eric DEMAISON Le 20/04/2021 à 21:40:01
    Mondo reverso - Tome 2 - La Bonne, la Brute et la Truande

    Du bon, du très bon, mais aussi un brin de facilité. L'idée de renverser les rôles (femmes/hommes) est excellente et cela permet de réels effets narratifs et comiques, et de renouvellement du genre.
    Livre à lire, même si sur ce deuxième tome, je me suis un peu lassé de cette quête qui nous entraîne au Mexique (comme bon nombre de westerns et ça c'est plutôt bien). Mais j'ai trouvé que l'histoire trainait un peu en longueur et que l'aspect loufoque n’était pas assez développé.

    Eric DEMAISON Le 20/04/2021 à 21:32:41
    Léna - Tome 2 - Léna et les trois femmes

    Prenez un scénariste et un dessinateur excellents plus une réelle complicité, cela donne un résultat excellent.
    Histoire ancrée dans notre quotidien, le réalisme poussé à l'extrême, même si il y a un peu de John Le Carré dans le machiavélisme.
    Un vrai plaisir à lire et à admirer. Nous voulons d'autres histoires de Lena!

    Eric DEMAISON Le 20/04/2021 à 21:26:07

    Avec cette bande dessinée nous sommes loin de cette rêverie intérieure que nous connaissons chez Taniguchi (l'homme qui marche, Quartier lointain par exemple). Le récit ici est enlevé, c'est une histoire où un héros façon Rambo lutte pour le bien et... in fine gagne. Cela se lit très bien. Par ailleurs, l'auteur de temps en temps nous offre des planches splendides qui sont de véritables respirations et qui ponctuent agréablement ce récit. Le trait est souvent superbe. Il faut aussi lire en fin d'album les diverses interviews de l'auteur qui parle de ses influences (BD francophone), mais aussi d'auteurs belges et français qui nous offre leur lecture de ce livre. Très instructif, merci à Casterman!

    kergan666 Le 20/04/2021 à 20:44:58

    j'ai acheté cet album du fait de la présence de Rodolphe et B Marchal.
    les histoires de Rodolphe sont le plus souvent capillotractées et celle-ci ne déroge pas à la règle.
    comme dans les films de Christopher Nolan à la fin il y a plus de questions que de réponses.
    d'où vient cette sorte de brouillard noir?
    a t'il un rapport avec les envahisseurs?
    mais bon tout se tient et l'on ne s'ennuie pas.
    les dessins sont tout à fait corrects.
    bref, un bon album

    Ocatarinetabelatchixtchix Le 20/04/2021 à 19:21:00

    La BD franco-belge dans tout ce qu'elle a de meilleur et de plus raffiné. On retrouve tous les grands auteurs de l'époque qui ont fait l'âge d'or du périodique. Les récits ne sont pas bons ni très bons, ils frôlent l'excellence. Un ouvrage en tous points remarquable pour tous les amoureux de la BD

    cramvspy Le 20/04/2021 à 18:46:58
    West Legends - Tome 3 - Sitting Bull, Home of the Braves

    Très bon album, un duo improbable mais efficace, un scénario sans faille, des personnages charismatiques, on en redemande.

    cramvspy Le 20/04/2021 à 18:43:01
    West Legends - Tome 4 - Buffalo bill, yellowstone

    Je partage l'avis de kingtoof... un album décevant alors que cela partait bien, une narration par le dessin efficace mais une fin en queue de poisson et une planche finale incompréhensible !

    Rody Sansei Le 20/04/2021 à 18:20:21
    Les tuniques Bleues - Tome 65 - L'Envoyé spécial

    Les auteurs ont parfaitement compris la vision des deux auteurs mythiques et ont su y introduire leurs propres sensations. Le dessin est de plus vraiment très réussi. Un excellent moment de lecture pour une excellente reprise.

    maverick06 Le 20/04/2021 à 16:46:51
    Lucky Luke (vu par...) - Tome 3 - Wanted Lucky Luke

    J'ai vu qu'il y avait un certain engouement autour du Lucky Luke de M. Bonhomme, que je ne connaissais pas. J'ai donc acheté Wanted pour constater par moi-même. Mon avis est plutôt mitigé. Graphiquement, j'aime bien le côté dynamique du dessin et les angles de vue assez cinématographique, en revanche je n'aime pas trop les cases à fond blanc, et il y en a beaucoup. Côté scénario, l'intrigue avait bien démarré mais lorsqu'ils sont arrivés à Liberty city, il n'y a plus de suspense et Lucky Luke devait gérer une petite bande de hors-la-lois sans cervelle. Du coup l'intrigue n'a plus d'intérêt et l'histoire se termine en queue de poisson

    faithnomore Le 20/04/2021 à 12:58:25

    Pourquoi 3 seulement ? A cause des dessins de Deodato, l'histoire est bien ficelé ça tourne bien on est là pour poser les bases d'un futur univers chez Awa studio . Ceci dit il n'y a pas vraiment de personnage qui se détache de cette histoire on ne peu pas dire qu'il y est eu un gros travail de psychologie ou dun personnage sort du lot. Peut être Lane mais c''est à ce niveau assez plat.
    Quand aux dessin c'est assez catastrophique ,du mauvais Deodato...
    J'ai quand même acheté ce livre pour lui car j'ai toujours apprécié ce dessinateur . Mais c'est ...je pige pas entre les photos de villes lourdement calqué (Encore un qui c'est mis au dessin par ordi..Sic !)
    Des anatomies complètement loupés, des visages pas vraiment terrible , un encrage horrible ,des dégradés complètement raté..
    Le gars est parti dans son délire de dégradé de couleur sur tout est n'importe quoi des fois t'as 5 dégradé de lumière sur un visage en gros plan !! c'est laid.... Le gars à un jouet entre les mains et je trouve qu'il fait n'importe quoi ...il doit passer son temps à cliquer... bref du sous Deodato. On dirait que le gars c'est royalement fait chier, à ce niveau c'est un peu de l'arnaque.
    Bon au final ça vaut le coup d'être lu même si le format comics est un peu rédhibitoire .Après Panini n'a jamais été un gage de qualité ça ce saurait sinon.

    PEB Le 20/04/2021 à 10:20:01
    Le grand Duc - Tome 1 - Les sorcières de la nuit

    Piètre scénario, des personnages bien caricaturaux et peu développés et peu crédibles. Les avions sont très beaux, le dessin des personnages est moins convaincant. Dispensable.

    Shaddam4 Le 20/04/2021 à 10:09:38
    Sillage - Premières Armes - Tome 2 - Vitesse de croisière

    Ces Premières armes sont des histoires solo présentant les premières missions de l’agent Nävis et dont le mérite premier est de permettre un retour du virtuose Pierre-Mony Chan, tellement apprécié sur l’excellente série Cross fire. Ce second opus se situe dans l’univers des pirates de l’espace et s’adresse clairement à un public Young adult avec une jeune Nävis invincible, directe, irrespectueuse, bien décidée à régler cette affaire qui lui fait perdre son temps… C’est donc bien sur les planches que vous allez baver devant une technique et un design parfaits du dessinateur qui semble se régaler en proposant des cases d’une minutie… encore améliorée par la colorisation sublime d’Alice Picard. L’attelage des deux auteurs est clairement une pépite graphique derrière laquelle se range le vétéran Morvan sur des textes un peu (trop) bavards et langage d’jeunz. [...]

    Lire la suite sur le blog:https://etagereimaginaire.wordpress.com/2021/04/20/bd-en-vrac-18/

    Shaddam4 Le 20/04/2021 à 10:02:50
    Travis - Tome 15 - La Femme qui en savait trop

    Ce volume est très orienté action puisqu’il consiste en une chasse (très prenante) de la blondasse transformée en serveur biologique des données cryptées du machiavel Dario Fulci par la tueuse Thundercat… Sous la protection de Vlad qui s’en prend plein la poire sans ses nanomachines, on traverse l’Europe, on bave devant les joujou techno de la tueuse et on réfléchit (quand-même) aux implications des manipulations génétiques qui ont abouti à la création de véritables créatures fantastiques (Centaures entre autres!) dans un univers SF. On pourra tiquer, les lecteurs de la série Carmen ne seront pas surpris, mais il reste que Travis est toujours une valeur sure de l’anticipation grand public et un vrai bon plaisir de BD! Ce cycle s’avère plutôt bon et on a hâte de lire la suite! [...]

    Lire la suite sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2021/04/20/bd-en-vrac-18/

    Shaddam4 Le 20/04/2021 à 09:58:07
    Teleportation Inc. - Tome 1 - Perdus en translation

    Drakoo alterne entre les très bonnes surprises issues des collaborations avec des auteurs de romans reconnus et des séries à la qualité et à l’originalité plus discutables dans le sillage du grand manitou Arleston. Teleportation inc. me faisait plutôt envie au vu des premières planches et du pitch qui proposait une idée assez novatrice, celle d’agent de récupération d’usagers de téléporteurs en fuite. Après lecture, si les dessins sont plutôt rigolo et efficaces malgré un aspect un peu plat (… ce qui n’avait pas empêché le Warship Jolly Rogers de Miki Montllo d’être une superbe série) et des des décors vides, c’est surtout sur le déroulé de l’intrigue que ça coince avec une enquête à laquelle on a du mal à accrocher du fait d’ellipses et d’une narration assez erratiques. Si l’humour et l’action sont au rendez-vous, les auteurs ne nous donnent pas franchement les clés pour suivre les séquences qui s’enchaînent sans qu’on comprenne bien de quoi il retourne. On finit la lecture un peu frustré avec l’impression d’une lecture-consommation. Laissons une chance au tome deux qui arrive très vite (au mois d’août prochain) et qui pourra peut-être donner une cohérence à l’ensemble.

    Lire sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2021/04/20/bd-en-vrac-18/

    Shaddam4 Le 20/04/2021 à 09:53:41

    Si la couverture reflète très bien ce one-shot de SF « temporelle » (genre que j’adore, au même titre que Brane Zéro, Unité Z ou Alter), présentant les cinq « enfants » mutants, un ton gris bien froid qui habille toutes les cent pages du volume, et la grosse bébête… elle en résume aussi les limites comme pas mal de blockbusters ciné qui mettent tout dans leur affiche. Bon public, j’ai beaucoup aimé le trait épuré mais précis de Clarke qui rappelle les bonnes SF Delcourt des années 2000 (la seule première page montre la maîtrise technique du dessinateur sur les éléments mécaniques et architecturaux) et n’ai pas souffert d’une certaine monotonie des décors de destruction du fait de cadrages serrés provoquant le huis-clos et mettant en valeur des encrages profonds très chouettes. Les quelques séquences d’action pas du tout centrales donnent une respiration à une narration construite sur le mystère constant, la technique scientifique et les allusions cryptiques des scientifiques. Les codes du récit conspirationniste sont maîtrisés et le tout est heureusement porté par un art des dialogues tout à fait percutant. Et bien tout ça semble bien sympa vous dites vous! Oui, avec les limites inhérentes au genre et au format. Tout le monde n’est pas Bajram et à ma connaissance hormis quelques adaptations de romans SF magistraux, UW1 reste une singularité dans un genre qui exige une maîtrise scientifique et scénaristique très élevée. Comme les volumes cités plus haut Akkad jouit des mêmes atouts pour qui aime les concepts SF sophistiqués mais aussi des mêmes manques à savoir une conclusion frustrante qui fait tirer la moue devant le nombre de questions laissées en suspens et quelques facilités dans la résolution d’une intrigue par définition compliquée. Reste pourtant une réalisation sans faute, élégante, rythmée, fort alléchante et assez lisible qui titille suffisamment notre envie d’énigmes spatio-temporelles.

    Lire sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2021/04/20/bd-en-vrac-18/

    bd.otaku Le 20/04/2021 à 09:20:32

    Nicolas Dehghani formé à l’école des Gobelins travaille depuis une dizaine d’années dans les clips et la publicité. En parallèle, il s’ouvre à l’illustration et collabore avec des magazines comme « Les Echos », « XXI » , « l’Obs » ou encore « le New Yorker » ou « Variety ». C’est ainsi qu’il est repéré il y a deux ans par Frédéric Lavabre fondateur et directeur éditorial des éditions Sarbacane qui lui offre l’opportunité de réaliser sa première bande dessinée : « Ceux qui brûlent ».

    C’est un polar a priori classique. Une jeune inspectrice fluette Alex Mills en plein burn-out après un accident n’est guère considérée dans sa caserne de machos. On lui a collé comme partenaire le has been du commissariat : Pouilloux un grand échalas bedonnant et dégarni, la cinquantaine et de faux airs de Pinot simple flic. Ca fait bien rire ses collègues « ah ah vous allez cartonner tous les deux ! On dirait que t’as enfin trouvé l’homme de ta vie » et, elle, ça l’exaspère. Alors, quand à deux pas du commissariat on retrouve un corps mutilé et brûlé à l’acide dans une benne à ordure et qu’on envoie le duo sur les lieux pour s’en débarrasser, Alex, est bien décidée à transformer cela en opportunité pour prouver sa valeur quitte à flirter avec l’illégalité…

    D’emblée, on trouve avec le patronyme de l’héroïne une référence au film « Seven » puisqu’elle le partage avec le personnage joué par Brad Pitt. Mais contrairement à l’œuvre de David Fisher qui mettait en scène une enquête complexe avec un assassin machiavélique et retors, ici l’intrigue policière n’est finalement qu’un prétexte : elle est un peu expédiée et sa résolution semble presque le fruit du hasard. On pourrait alors percevoir une nouvelle signification au titre choisi : « ceux qui brûlent » ce n’est peut-être ni les assassins qui manient l’acide, ni leurs victimes carbonisées mais le tandem des enquêteurs qui « brûle » de frustrations, d’interrogations, d’émotions.

    La part belle est ainsi faite aux personnages. Ils vont tous les deux se révéler différents de ce qu’ils semblent être a priori : Alex la teigneuse est beaucoup plus fragile qu’elle ne veut l’admettre et Pouilloux « l’empoté » bien plus fin qu’il ne semble l’être et ses bavardages indigents plus sensés qu’on ne pourrait le croire … Cette évolution est fort bien amenée au long des 188 pages du récit à travers des dialogues et des monologues percutants, des jeux de regards impressionnants et de savoureuses références cinéphiles. Et puis bien sûr, comme dans « Seven », le décor joue lui aussi le rôle de personnage à part entière. L’action se déroule dans une grande ville jamais nommée mais qui semble être New York. Les différents lieux traversés dépourvus de fond ou se détachant sur une couleur « béton » sont rendus presque abstraits et baignent dans une même atmosphère poisseuse et glauque qui suinte la peur voire la folie. On n’y aperçoit jamais le ciel sauf à l’épilogue. La majorité des séquences se passe de nuit ou par temps de pluie et les gris dominent. Certaines cases et même une double page complète sont noires. L’encrage est très appuyé et cela permet de mettre vraiment en valeur contrejours et clair-obscur. La palette de couleurs est volontairement réduite : du beige, de l’orange saumoné qui rappelle le feu et quelques touches de bleu pâle. L’auteur arrive à merveille à créer ambiances et tensions. Il manie l’ellipse et ne montre pas. Il choisit également de prendre son temps et propose un découpage très aéré avec de longues séquences aux angles de prise de vue variés dans un style semi réaliste très expressionniste et épuré.

    Les éditions Sarbacane avaient , entre autres, permis de révéler Lucas Harari avec son premier album« L’Aimant » en 2017. Il semble qu’ elles aient trouvé un nouvel auteur en la personne de Nicolas Dheghani. Elles lui offrent la possibilité de déployer son talent dans ce polar épuré à la bichromie soignée, magnifiquement imprimé sur papier épais avec une belle reliure toilée qui ne pouvait être que noire … forcément ! On espère le voir bientôt de nouveau à ‘œuvre car son coup d’essai est plus que prometteur.

    Erik67 Le 20/04/2021 à 08:20:43

    Les chroniques du léopard racontent la destinée de Charles et Lucien, deux jeunes créoles beaux et amoureux, sur l'île de la Réunion en pleine Seconde guerre mondiale.

    C'est une tranche de vie assez intéressante pour mesurer le climat politique de l'époque entre la colonisation et les collaborateurs restés fidèle au maréchal Pétain. Pour autant, l'île Maurice qui est anglaise n'est pas très loin et une reconquête se prépare.

    Le cadre sera celui du Lycée Leconte-de-Lisle de Saint-Denis de la Réunion, un beau bâtiment dont nous pourrons voir une photo en fin d’album. A noter que les élèves étaient tous dans un uniforme blanc.

    On va y croiser les frères Vergès dont l'un sera un célèbre avocat du barreau pour avoir défendu le terroriste Carlos ou encore le nazi Klaus Barbie. On y verra également, mais pas sous un bon rôle, le jeune Raymond Barre qui deviendra premier ministre sous Valéry Giscard d'Estaing.

    J'ai bien aimé ce récit qui nous offre une vision assez rare de l’île de la Réunion, loin de la carte postale que nous connaissons. A noter que le dessin assez fluide et expressif m'a permis tout de suite une totale immersion.

    Au final, une fiction dense, dynamique et captivante qui ne s’affranchit jamais des contraintes de la fidélité historique et se risque à maintes reprises sur les sentiers de l’humour et de la fantaisie.

    Erik67 Le 20/04/2021 à 08:18:26

    C'est présenté comme une comédie truculente mais cela se termine comme une farce tragique. Une légèreté du propos avec des effets comiques qui cachent une bien triste réalité.

    Le sujet est celui d'une famille qui fait semblant de partir à Saint-Tropez en se cachant dans leur cave et en jouant la comédie car elle ne peut pas se payer des vacances dignes de ce nom. Les difficultés économiques touchent pas mal de foyers dans notre pays.

    Par ailleurs, il y a également tout le point social vis à vis des voisins et de l'entourage. La fille de la famille évoque le modèle du petit bourgeois du départ obligatoire en vacances. C'est malheureusement bien vrai à ce que j'ai pu observer autour de moi.

    Personnellement, j'arrive à ressentir pourquoi ils font cela afin d'épater la galerie. On peut très vite devenir suspect pour les personnes qui partent toujours en vacances en serrant leur serviette de bain les uns contre les autres sur des plages bondés de touristes.

    J'avoue ne pas trop apprécié ce mode de vacances. Une autre solution serait de consacrer ses économies sur son logement afin d'améliorer le confort quotidien. Certes, il n'y aura pas de souvenirs à faire partager mais c'est tout aussi acceptable.

    Cette famille m'a donné de la peine et on ne peut s'empêcher de verser une petite larme à la fin tant c'est triste socialement. Cela fait réfléchir en tout cas sur les dérives de nos sociétés gâtées et pourries.

    Yovo Le 19/04/2021 à 19:40:31
    Lucky Luke (vu par...) - Tome 3 - Wanted Lucky Luke

    Quel plaisir !! Je me suis franchement régalé en lisant cet album.

    Rien de révolutionnaire pourtant… mais un rythme ultra fluide, de bons personnages, des rebondissements, de superbes décors, de l’humour et même un brin d’émotion… Je n’en demande pas plus.

    A mes yeux, Matthieu Bonhomme est un magicien qui a réussi l’impossible : faire « son » Lucky Luke sans copier servilement ni avoir ce besoin pénible de se démarquer à tout prix. Il a œuvré tout en finesse, modestement et respectueusement, avec une élégance rare, dans son dessin comme en esprit.

    J’espère en tout cas que ces 2 premiers albums nés sous sa plume donneront naissance à une longue et – forcément – magnifique série !

    Catiche Le 19/04/2021 à 17:43:30
    Lucky Luke (vu par...) - Tome 3 - Wanted Lucky Luke

    Déception au final pour ce nouvel opus de Bonhomme... Certes, le dessin est toujours aussi léché, mais on se lasse un peu des couleurs ternes adoptées par l'auteur depuis Charlotte, on regrette les albums flamboyants du Marquis d'Anaon. Mais c'est surtout du côté du scénario que l'album s'avère décevant. Après un début (relativement) original, on se trouve confronté au défilé d'anciens personnages qui semblent s'être donné RDV pour ressusciter le temps de quelques cases sans grand intérêt, tandis que l'intrigue de départ avec les 3 soeurs passe au second plan. Dommage... Pourvu que Bonhomme ne persévère pas dans cette pénible galerie de portraits pour la suite.