Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée
Couverture de Il faut flinguer Ramirez -1- Acte 1
©Glénat 2018 Petrimaux
Parution le 30/05/2018. Vous pouvez commander l'album chez nos partenaires suivants : Acheter sur Amazon Acheter chez BDFugue Acheter à la FNAC Acheter sur PriceMinister
Album créé dans la bedetheque le 11/05/2018 (Dernière modification le 16/06/2018 à 21:32) par Jean-Phi

Il faut flinguer Ramirez

1. Acte 1

Une BD de chez Glénat (Glénat comics) - 2018

05/2018 (30 mai 2018) 114 pages 978-2-344-01188-1 Grand format 332304

Falcon City, Arizona. Jacques Ramirez travaille à la Robotop, une entreprise d’électroménager et l’un des fleurons industriels du coin. Employé modèle, il bosse vite, bien, et sait surtout se faire discret. Pour cause : il est muet. Sa vie bascule le jour où deux membres d'un dangereux cartel pensent reconnaître en lui l’homme qui a trahi leur organisation par le passé : Ramirez, le pire assassin que le Mexique ait jamais connu. Aussi étonnant que cela puisse paraître, sous le chapeau du nettoyeur légendaire se cacherait désormais...... Lire la suite

  • Currently 4.63/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.6/5 (35 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Le 20/06/2018 à 14:51:53

    Scénario, Dessin, Couleur, Mise en page, Ambiance, Humour... génial. C'est Blood ties par Tarantino... En espérant un second opus de même facture !
    Seul petit bémol, le format étroit du livre.

    Le 18/06/2018 à 14:09:23

    Après Zombies nechrologies (que j'ai du coup très très envie de lire), l'artiste lyonnais Nicolas Petrimaux qui a bossé notamment sur le jeu vidéo Dishonored mets tout son talent pour un ride échevelé dans les films policiers des années 80', une lecture béate, sourire aux lèvres où vous passerez dix minutes sur chaque planches à admirer les couleurs flamboyantes, la minutie des arrières-plans et la précision des cadrages. Il faut flinguer Ramirez est une très grosse claque BD. Ce n'est que l'Acte I. Et c'est le premier album solo du bonhomme...

    Il faut flinguer Ramirez est un album-concept. Un projet intégral où l'auteur s'est impliqué de la typo du titre au texte final en passant par l'habillage (des fausses pub et des transitions de chapitres en mode "XL"). Seule manque une bande originale Funk-jazzy pour que l'on se retrouve dans un film. Car dès le début Petrimaux annonce la couleur: "dessiné en mis en scène par...". Oui, il s'agit de mise en scène et non d'un simple scénario, c'est dit, assumé et totalement confirmé au long de ces 144 pages qui passent bien trop vite. J'avais eu un peu la même impression avec le Shangri-la de Bablet sur lequel on sentait l'investissement total d'un auteur. Ici aussi, dès la couverture on sent que l'on va avoir quelque chose de spécial. On est clairement dans l'affiche de cinoche B des années 70-80. Petrimaux se réclame de Tarantino et d'Edgard Wright et cela se sent (en un peu moins déglingue que chez Tarantino); tout respire le cinéma, est inspiré par le cinéma.

    Le travail de colorisation en premier lieu est ce qui marque le plus. Il ne s'agit pas seulement de couleurs vives, l'auteur utilise des filtres pour salir ses images, donner une ambiance de vieille pellicule. Les planches m'ont beaucoup rappelé le formidable Tokyo Ghost de Sean Murphy, tant dans la colorisation très spéciale que dans le trait à la fois fruste et extrêmement précis. Petrimaux marque même un point sur son confrère américain par un encrage fort qui permet de contraster entre premiers plans très noirs et arrières-plans fins et extrêmement précis. Rares sont les auteurs à ne délaisser ainsi aucun plans de leurs images (Petrimaux annonce avoir passé 1 an à préparer et un an à monter l'album), ce qui montre l'investissement et la conviction mise dans le projet.

    Ensuite la mise en scène donc... Le travail de découpage et le choix des plans est sidérante de réflexion et de pertinence. C'est la première fois que je passe autant de temps à zieuter une page montrant des employés en cravate dans une usine d'aspirateurs... La dynamique des cases (comme ce panache de fumée qui s'envole et nous hypnotise) montre un réel talent, jouant comme rarement sur les différents plans, enchaînements de cases et fil de textes. Pas un plan n'est standard, tout est pensé et sert la mise en scène donc. Totalement bluffant.Résultat de recherche d'images pour

    Niveau ambiance, on est dans le rétro à fond, à base de lesbiennes braqueuses de banque, de gangsters mexicains semi-débiles et d'une Amérique reaganienne triomphante que l'auteur se fait un plaisir de dynamiter en remplissant son histoire et ses dialogues d'un venin savoureux (amoureux de Lupano vous allez être servis!). L'immersion est totale et même si l'on n'aime pas l'esthétique années 80 (c'est mon cas) la qualité du boulot est telle que cela ne pose aucun problème.Résultat de recherche d'images pour

    Étonnamment il n'y a pas tant d'action que cela dans "Ramirez" car Petrimaux sait jouer sur les rythmes, donner envie, faire monter la tension et l'attente en nous en donnant juste ce qu'il faut pour repartir sans tout balancer. Le plus gros risque avec un album de ce type c'est que l'attente et l'envie sont tels qu'il ne faudra pas se louper sur la suite (série prévue en 3 Actes)...

    A mesure que je m'enflamme je m'aperçois que ma chronique est finalement assez dérisoire: à un moment il ne reste plus qu'à plonger dans les aventures de Jacques Ramirez et à savourer (avec une musique Funk genre Isaac Hays et une bière!). Vivez ce chef d’œuvre de la BD, un incontournable pour tout amateur de BD et de cinéma. Cela fait très longtemps que je n'ai pas ainsi "vécu" une BD. Merci l'artiste!

    A lire sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2018/06/08/il-faut-flinguer-ramirez

    Le 16/06/2018 à 15:57:59

    En tout premier lieu, je pense que c'est un roman graphique avec un découpage en chapitre.
    L'originalité de cet album ce sont ces fausses pubs qui se trouvent à la fin de chaque chapitres.

    Après une lecture approfondie, j'ai trouvé l'histoire excellente ou Nicolas Petrimaux nous entraîne dans un film digne de QuantinTarantino.

    On retrouve tous les ingrédients d'un bon thriller, action, amour, sexe, drogue, bagarre, meurtre et du suspense, avec une histoire principale qui croise une histoire secondaire et quelques sauts qui nous plonge dans le passé. Bref ! Un très bon scénario.

    Au niveau du dessin Nicolas nous montre tout son talent avec de magnifiques planches et un découpage digne d'un bon comics.
    De plus les couleurs correspondent parfaitement à l'ambiance générale de la BD.

    En résumé :
    C'est une belle réussite d'une conception originale qui va parfaitement à l'histoire, un très bon album qui m'a fait beaucoup pensé à un comics, normal tout ce passe là-bas, aux U.S.A, avec une suite qui promet.
    J'aurais aimé voir une version en noir & blanc afin d'admirer le superbe travail de Nicolas et en même temps faire une comparaison entre les deux versions (couleur et noir&blanc;).
    A collectionner !

    Le 16/06/2018 à 15:30:04

    Les quelques commentaires précédents suffisent à bien décrire cette BD : Pêchue, loufoque, burlesque, survitaminée… Et surtout visuellement magnifique ! Autre qualité, l’excellente lisibilité des images comme du texte ; malgré le foisonnement de certaines planches, le lecteur n’est jamais perdu.
    Après, cet album est clairement un tome d’introduction. En un mot le potentiel est énorme – peut-être s’agit-il même d’une nouvelle série culte à la Tyler Cross – mais c’est encore trop tôt pour le dire. Ce déchainement de virtuosité graphique et ces dialogues bien sentis tournent hélas un peu à vide et n’accouchent de pas grand-chose au final.

    Bref, un bon moment de lecture mais je suis resté largement sur ma faim… Ça ne m’empêchera pas de me ruer quand même sur le 2° tome dès sa sortie pour confirmer (ou non) l’entrée fracassante de N. Pétrimaux dans la short list des auteurs qui pèsent.

    Le 08/06/2018 à 07:39:52

    Effectivement nous sommes en plein Tarantino en BD. Après, on aime ou pas ! J’ai un avis plutôt mitigé.

    L’album est bon que cela soit le dessin ou l’histoire. Les intercalaires publicitaires « d’époque » entre les chapitres sont excellents. Mais… ce Ramirez, je le trouve un peu con et tête à claques ce qui est un poil gênant pour un personnage principal. Je ne vois pas ce qu’il essaye de prouver en sauvant un aspirateur des flammes d’un bâtiment qui vient d’exploser ? Il y a certainement un truc que je n’ai pas capté ou quelque chose qui sera dévoilé au prochain tome ?

    Il faut reconnaître qu’il y a de nombreuses situations loufoques et que l’ensemble va à 100 à l’heure. Alors ? Laissez-vous quand même tenter par ce voyage au pays des aspirateurs et des flingueurs fous. Vous n'y trouverez aucune prise de tête et y passerez un bon moment de détente... de flingue.

    Le 06/06/2018 à 17:54:33

    Juste excellent !!! Du Tarantino en BD.... Rythmé, coloré, original, loufoque parfois, et un scénario au top.
    Hâte d'avoir la suite (car il se doit d'en avoir une)

    Le 05/06/2018 à 15:24:13

    C'est un bon album, j'ai passé un un moment de lecture agréable et divertissant, mais il manque un petit quelque chose pour obtenir une meilleure notation.

    Le 31/05/2018 à 09:11:54

    Je suis mitigé. C'est ultra beau, la mise en scène est dynamique, la mise en page somptueuse, les nombreuses références sont rigolotes, mais il y a quelque chose qui me chagrine dans l'histoire : c'est too much, un peu trop dense et il manque l'effet waouh dans l'histoire qui rende le truc vraiment passionnant. En fait, l'histoire ne commence réellement que vers la fin, avec plein de zones d'ombres à éclaircir. C'est un premier tome introductif, certes bien amené, mais qui me frustre plus qu'autre chose.
    Et clairement, ce premier tome" ne se suffit pas du tout à lui-même, il amène clairement une suite (il y a un explicite "Acte I" sur la couverture et un énorme "à suivre" à la fin).

    En l'état, je ne l'achète pas à cause de ce manque de liant dans l'histoire et ce côté trop frustrant. Mais j'en recommande la lecture (3,5/5).

    Le 25/05/2018 à 21:58:29

    et il y aura une édition canal bd. ca va partir vite. hate e le recevoir..
    il va falloir guetter ses ventes car ca promet!

Afficher encore 5 avis

Toutes les éditions de cet album

  • Il faut flinguer Ramirez -1- Acte 1 ©Glénat 2018 Petrimaux

    1 . Acte 1

    Info édition : Contient les épisodes #1-3 et le prélude la série régulière + 5 pages de bonus (2 pages annonçant le tome 2, 2 pages d'informations additionnelles et 1 page "formulaire de satisfaction"). Léo Siret est crédité à la préparation des couleurs.

  • Il faut flinguer Ramirez -1HC- Acte 1 ©Glénat 2018 Petrimaux

    1HC . Acte 1

    Info édition : Tirage Hors Commerce - Pour les libraires - 300 exemplaires - Pas d'ISBN

  • Il faut flinguer Ramirez -1TL- Acte 1 ©Glénat 2018 Petrimaux

    1TL . Acte 1

    Info édition : Tirage de 1200 exemplaires, couverture cartonnée.