Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les derniers avis postés sur les albums de la série

    Pour poster un avis sur un album de cette série, rendez vous sur la page de l'album correspondand.

    MRANN Le 04/05/2015 à 23:52:13

    La période Nic & Cauvin est unanimement décriée comme étant la pire de l'histoire de Spirou. De manière générale, on n’en parle d'ailleurs pas, comme une parenthèse à oublier. Cette intégrale apparaît donc comme un objet étrange, un passage obligé que personne n'attendait avant de passer aux intégrales Tome & Janry. Bizarrement, voir ainsi ce vilain petit canard tenter d'exister rend d’emblée le volume sympathique.

    C'est d'ailleurs l'optique qui semble choisie dans le très bon appareil rédactionnel. Ici pas d'éloge d'un quelconque ouvrage fondamental, ou d'un travail de génie, mais une tentative d’explication. On découvre ainsi que personne n'avait souhaité reprendre le flambeau après le limogeage indélicat de Fournier. C'est ainsi que les éditions Dupuis vont chercher Nic Broca, animateur reconnu mais novice en BD, qui accepte sans imaginer l'ire qu'il va déclencher. De fait, si l'on a envie de pardonner au dessinateur qui ne méritait sans doute pas d'être autant conspué – voire insulté par la profession même, chose à laquelle il n'était pas préparé – la lecture de ses Spirou ne donne pas pour autant envie de le réhabiliter. Le dessin est rigide, les expressions mornes, et on sent que, malgré toute sa bonne volonté, il ne possède pas les codes du médium. Non pas qu'il soit totalement dénué de talent, mais faire ses premières armes sur une série légendaire était simplement suicidaire.

    Pour ne pas l'aider, les scénarios de De Kuyssche (alors rédacteur en chef de Spirou) sont franchement insipides. Cauvin fait ensuite un peu mieux, mais il est engoncé dans une charte stupide. Il leur était, en effet, interdit de reprendre quoi que ce soit de l'ancien univers : seuls devaient se retrouver Spirou, Spip et Fantasio... Adieu Zorglub, Champignac, turbotraction... Dans ces conditions, il ne peut réellement décoller. Assez vite il va s'enfoncer dans des aventures poussives aux running-gags lourdingues (la voisine commère...) malgré quelques bonnes idées.

    Cette reprise aux intrigues enfantines, volontairement expurgée de toute référence franquinienne, est là encore une commande de Dupuis, qui souhaitait simplifier la série sur tous les plans afin de permettre une éventuelle adaptation animée. Parallèlement à elle, deux autres Spirou apparaissent sporadiquement dans le magazine. Celui d'Yves Chaland, qui marquera les mémoires par sa maestria, et celui d'un duo dont les histoires courtes reçoivent le soutien unanime des lecteurs : les jeunes Tome & Janry, alors assistants de Dupa et qui rêvent d'autre chose que de Cubitus. Les dés sont pipés depuis le début puisque contrairement à Cauvin et Nic, ce duo a toute liberté pour utiliser les anciens marqueurs de la série, et s'en donne à cœur joie. Derrière eux, on peut lire des luttes entre les différents responsables éditoriaux, qui avançaient chacun leurs auteurs comme des pions utiles à leurs stratégies.

    Tout ce travail de contextualisation réalisé par les éditions Dupuis ne rend pas les albums meilleurs, mais permet de comprendre un peu mieux ce qui a pu amener à ce que Groensteen appellera à juste titre un « ratage programmé ».

    Krompir Le 30/12/2013 à 11:42:22

    Prenez votre meilleur souvenir d'enfance - gâteau, voyage, Noël... - et transformez-le en pire cauchemar - McDo, embouteillage, visite chez la belle-mère... C'est ce qui attend l'infortuné lecteur qui a gardé en douce mémoire le riche Spirou de Franquin lorsqu'il découvre cette horreur que Broca et Cauvin ont concoctés.
    À leur décharge, leur sélection est le résultat d'une vulgaire bataille éditoriale entre les héritiers Dupuis, qui jouaient sottement à l'apprenti-sorcier dans les coulisses du journal.
    Les lecteurs, eux avaient déjà choisi par référendums Tome et Janry comme dignes repreneurs du flambeau Franquien.
    Vox populi, vox Dei...

    Le Huludut Le 19/07/2008 à 21:57:43

    Une excellente collection pour qui veut découvrir ou redécouvrir l'oeuvre de Franquin. C'est très complet, bien documenté. Ca regroupe les premières histoires de Spirou et Fantasio dans le Journal de Spirou et tous les albums de Franquin. Une très bonne idée de cadeau et une très bonne initiative de Dupuis.