Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les avis de - MRANN

Visualiser les 15 avis postés dans la bedetheque
    MRANN Le 10/04/2017 à 18:43:42

    Alessandro Pignocchi, chercheur en sciences cognitives et en philosophie de l'art, spécialiste d'ornithologie, a depuis longtemps travaillé sur les indiens Jivaros Achuar, au cœur de l'Amazonie. Après un premier livre où il racontait son séjour parmi eux, qui se voulait plus le récit d'une confrontation d'un parisien à une vie totalement différente qu'un récit anthropologique, il publie ce Petit traité d’écologie sauvage, reprenant plusieurs bandes de son blog.

    Loin de toute volonté universitaire ou de reportage, il nous expédie dans un futur proche où le monde entier aurait soudain décidé d'adopter la vision animiste des Jivaros. Dès lors les animaux et les plantes accèdent aux statuts d'êtres vivants et les conflits changent totalement d'ordre. Le Parlement Européen se terrifie de ses votes passés, les dirigeants tentent tant bien que mal de fuir ou de démissionné mais son forcés par leurs peuples à rester à leur place : un Hollande dépité tente tant bien que mal de démissionner pour son premier ministre, réincarné en concombre de mer...

    Parmi plusieurs réjouissance, une longue partie est consacré à des saynètes ou un chercheur indiens tente de comprendre, avec une approche regard anthropologique, les us et coutumes baroques d'une des dernières peuplades de citadins fréquentant un bar PMU. Le récit de ses observations et ses conclusions, toutes marquées par le plaquage par le chercheur de ses propres visions du monde et complètement décalées avec la réalité, forme un réjouissant miroir des défauts que peut avoir ce types de recherches...

    Avec sa connaissance très fine et de la recherche comme des sociétés entrant en collision, Pignocchi porte un regard très amusé sur la société contemporaine sans jamais verser dans un quelconque pittoresque. Ce jeu sur le type de récit, accentué par l'effet "carnet de voyage aquarellé" du dessin et l'humour constant, fonctionne à merveille et donne une bande dessinée politique bien plus originale que beaucoup d'ouvrages affirmant l'être.

    MRANN Le 05/05/2015 à 00:15:36
    Powerduck - Tome 1 - La genèse

    Dans l'univers des personnages de Disney, il existe des variations super-héroïques. C'est Super Dingo, son pyjama et ses cacahuètes, ou Fantomiald, qui serait plus traditionnel si l'on oubliait l'épouvantable caractère de Donald, son alter-ego. En 1996, dans la pure tradition du genre, ce dernier a été reloaded, et devient Powerduck.

    Dans un Donaldville plus futuriste (devenu Ducksburg) et avec un graphisme beaucoup plus proche du comics, Donald se retrouve affublé d'un bouclier magique par un étrange hologramme venu de l'espace et devient un « Gardien », chargé de protéger la Terre des menaces. Ici les terribles Évroniens, extra-terrestres se nourrissant des émotions des êtres vivants.

    Même sans être conservateur, il y a de quoi être dubitatif dans cette version qui n'a pas grand-chose à voir avec l'original (et dont le pitch ressemble sacrément à du Green Lantern). Donald a beau garder un peu d'humour, son mauvais caractère et sa légendaire malchance, le tout est un peu trop sérieux et plein de gadgets. Un peu loin d'une certaine magie propre à éveiller l'imaginaire.

    Pourtant, une fois habitué à une froideur apparente liée à ce monde robotique, on se prend finalement au jeu. Cette genèse n'est peut-être pas d'une folle originalité mais le scénario efficace est servi par d'assez belles planches aux constructions dynamiques et unies par une véritable cohérence graphique, chose rare dans un produit de studio.

    MRANN Le 04/05/2015 à 23:56:04

    Depuis quelques années, Maurice Tillieux revient en force dans les librairies. Après des intégrales Gil Jourdan de grande qualité, les éditions Dupuis ont décidé de reprendre les mêmes recettes pour une série mineure : César et Ernestine. On y retrouve le même principe de maquette très élégante choisi pour les séries patrimoniales, une préface de José-Louis Bocquet qui confirme ici sa connaissance de l’œuvre de Tillieux, et une publication chronologique et exhaustive de la série. L'éditeur a fait le choix d'un seul gros volume réunissant tous les gags, une idée sans doute mue par le potentiel commercial relativement limité mais qui est loin d'être un mauvais choix. Le pavé se savoure de toute manière en grappillant, comme tout recueil de gags, et ce côté mastodonte lui donne un aspect sympathique et appétissant.

    César et Ernestine est une série de gags familiaux, et à ce titre l’œuvre la plus grand public de son auteur. Pourtant elle est dévolue à rester dans l'ombre de Gil Jourdan. C'est normal puisque, malgré le nombre de planches qu'elle représente, la série n'a pas la force des longs récits de Tillieux. En outre, s'il fait ici preuve d'un vrai talent de professionnel du gag, il n'y innove pas comme il le fera dans le champ de l'aventure humoristique.

    Et pourtant, César n'est pas n'importe quelle série familiale. À la différence d'un Boule et Bill, il n'y a pas ici de belle petite famille. Si César élève bien deux enfants, ce sont ceux de ses voisins, qu'il surveille à longueur de temps, va chercher à l'école, garde, etc. Mettre en scène un homme mûr célibataire n'était pas fréquent, et des parents aussi négligents que les parents d'Ernest et Ernestine – le père est pourtant policier et à ce titre garant d'une certaine morale – non plus. Ajoutez à cela que César est dessinateur de Bandes Dessinées et c'en est fini de la bienséance ! N’exagérons rien, et même avec cette lecture et quelques gags plus aiguisés que la plupart de ceux de ses collègues, César et Ernestine n'a rien d'une série subversive. Mais elle fait montre du talent multiple d'un dessinateur se considérant comme un artisan, capable d'aligner chaque semaine un grand nombre de gags sans jamais les rater. Comme il le disait lui même, parfois le métier supplée aux idées, et quand cela arrive on constate qu'il s'agit de quelqu'un qui en maîtrise toutes les ficelles.

    Tout César est une lecture bienvenue, toujours agréable, et pour tout public. Malheureusement la méconnaissance de la série – due plus à son inscription dans un style classique, sans chercher à le rénover, qu'à une qualité défaillante – risque d'en réserver la lecture à quelques connaisseurs. L'objet est là, il manquait, tâchons désormais de le faire découvrir et de l'empêcher de s'enfermer dans un destin le privant de son public naturel : monsieur tout le monde et ses enfants.

    MRANN Le 04/05/2015 à 23:52:13

    La période Nic & Cauvin est unanimement décriée comme étant la pire de l'histoire de Spirou. De manière générale, on n’en parle d'ailleurs pas, comme une parenthèse à oublier. Cette intégrale apparaît donc comme un objet étrange, un passage obligé que personne n'attendait avant de passer aux intégrales Tome & Janry. Bizarrement, voir ainsi ce vilain petit canard tenter d'exister rend d’emblée le volume sympathique.

    C'est d'ailleurs l'optique qui semble choisie dans le très bon appareil rédactionnel. Ici pas d'éloge d'un quelconque ouvrage fondamental, ou d'un travail de génie, mais une tentative d’explication. On découvre ainsi que personne n'avait souhaité reprendre le flambeau après le limogeage indélicat de Fournier. C'est ainsi que les éditions Dupuis vont chercher Nic Broca, animateur reconnu mais novice en BD, qui accepte sans imaginer l'ire qu'il va déclencher. De fait, si l'on a envie de pardonner au dessinateur qui ne méritait sans doute pas d'être autant conspué – voire insulté par la profession même, chose à laquelle il n'était pas préparé – la lecture de ses Spirou ne donne pas pour autant envie de le réhabiliter. Le dessin est rigide, les expressions mornes, et on sent que, malgré toute sa bonne volonté, il ne possède pas les codes du médium. Non pas qu'il soit totalement dénué de talent, mais faire ses premières armes sur une série légendaire était simplement suicidaire.

    Pour ne pas l'aider, les scénarios de De Kuyssche (alors rédacteur en chef de Spirou) sont franchement insipides. Cauvin fait ensuite un peu mieux, mais il est engoncé dans une charte stupide. Il leur était, en effet, interdit de reprendre quoi que ce soit de l'ancien univers : seuls devaient se retrouver Spirou, Spip et Fantasio... Adieu Zorglub, Champignac, turbotraction... Dans ces conditions, il ne peut réellement décoller. Assez vite il va s'enfoncer dans des aventures poussives aux running-gags lourdingues (la voisine commère...) malgré quelques bonnes idées.

    Cette reprise aux intrigues enfantines, volontairement expurgée de toute référence franquinienne, est là encore une commande de Dupuis, qui souhaitait simplifier la série sur tous les plans afin de permettre une éventuelle adaptation animée. Parallèlement à elle, deux autres Spirou apparaissent sporadiquement dans le magazine. Celui d'Yves Chaland, qui marquera les mémoires par sa maestria, et celui d'un duo dont les histoires courtes reçoivent le soutien unanime des lecteurs : les jeunes Tome & Janry, alors assistants de Dupa et qui rêvent d'autre chose que de Cubitus. Les dés sont pipés depuis le début puisque contrairement à Cauvin et Nic, ce duo a toute liberté pour utiliser les anciens marqueurs de la série, et s'en donne à cœur joie. Derrière eux, on peut lire des luttes entre les différents responsables éditoriaux, qui avançaient chacun leurs auteurs comme des pions utiles à leurs stratégies.

    Tout ce travail de contextualisation réalisé par les éditions Dupuis ne rend pas les albums meilleurs, mais permet de comprendre un peu mieux ce qui a pu amener à ce que Groensteen appellera à juste titre un « ratage programmé ».

    MRANN Le 04/05/2015 à 23:50:50

    Joseph vient de s’installer à Brooklyn avec sa femme et son fils. Réalisateur d’un talk-show animalier curieux mais au succès modeste, il fait des petits boulots pour joindre les deux bouts. Et voici qu’un jour la routine déraille : Joseph est enlevé et est entraîné sur Governor Island par d’ex-stars de séries télé américaines désormais oubliées. Mystérieusement préservées des ravages du temps, elles souhaitent désormais que cette jeunesse éternelle serve à quelque chose et veulent revenir sous les feux de la rampe. Denise du Cosby Show, Judy de Friends, Brenda de Beverly Hills… Toutes n’attendent qu’une chose : que Joseph, qui a passé toute son enfance à les regarder, réalise le film qui les fera rayonner à nouveau.

    Auteur en 2008 du beau mais discret La Marée Haute (6 pieds sous terre), puis du magnifique fanzine Love Machine (autoédition, 2010), Anthony Huchette transforme ici l’essai avec un ouvrage où sa subtile narration fait merveille. Passé maître dans l’art du récit-croisé, il entremêle des morceaux de tournages de talk-shows, de bouts de vie intime (que l’on devine autofictionnelle), de récits d’aventures liés au kidnapping… Le tout dans une ambiance qui transpire l’amour d’une certaine télévision désuète mais pleine de charme : des séries ringardes aux superbes animations des frères Fleisher.

    Si l’influence graphique de Blutch, avec qui Huchette a travaillé sur l’animation de Peur(s) du noir, est encore présente, notamment dans certains passages où Joseph est entouré de toutes ces femmes longilignes, il s’en émancipe peu à peu. On est particulièrement emporté par les moments de talk-shows en roue libre et par des répliques ciselées, portées par un graphisme animalier très évocateur. Les séquences familiales, plus proches du croquis, sont également des respirations toujours adéquates.

    Loin de se limiter à son argument de base, qui n’est qu’un prétexte pour parler de l’anxiété du passage à l’âge adulte et à la « responsabilité » d’un jeune père, Brooklyn Quesadillas va dans de nombreuses directions et surprend par une inventivité qu’on ne soupçonne pas au premier abord. Peut-être pas encore le grand-œuvre de son auteur, mais on s’en approche.

    MRANN Le 04/05/2015 à 23:50:34

    Longtemps annoncée, longtemps repoussée, la réédition de Pepito ressemblait un peu à l’un de ces serpents de mer dont l'édition a le secret. Jean-Louis Gauthey, éternel amoureux du travail de Bottaro, en parlait déjà dans une interview, en l’an 2000… Une telle attente est facteur de risque : la déception face à un livre ne méritant pas tout ce suspense est si vite arrivée.

    Ce suspense, je ne le ferai pas durer plus longtemps : le livre est magnifique. Bel ouvrage relié, à la maquette élégante, il réunit dix histoires impeccablement reproduites, en noir et blanc, trichromie ou couleur. Le soin apporté aux planches est un vrai bonheur pour les yeux et le talent de Bottaro, au trait plein de clarté et de rondeur, s'étale sans retenue.

    Les nostalgiques ayant lu Pepito dans leur enfance le redécouvriront donc dans les meilleures conditions. Ceux qui ne le connaissaient que vaguement n'ont plus d'excuses et se doivent de découvrir les aventures drolatiques de ce petit Corsaire malicieux affrontant sans cesse le grotesque gouverneur de Las Bananas. Si les récits, parfois écris avec la collaboration de Carlo Chendi, sont assez classiques dans l'ensemble, on est très vite séduit par leur rythme impeccable et la force des rebondissements. Bottaro use parfois d'une belle liberté de ton, n'hésitant pas plonger dans un humour absurde, ou à remettre en question de manière frontale l'autorité. Des qualités assez rares dans des publications jeunesse ouvertement destinées à la grande consommation.

    L'ouvrage comporte également une longue préface de David Amram, qui tient d'ailleurs plus de la postface critique que de l'introduction. Elle apporte une lecture théorique riche, parfois un peu aride, mais plusieurs idées intéressantes sont lancées. On s'y interroge notamment sur l'usage abondant du déguisement et de la cacherie dans Pepito, et l'on apprendra beaucoup sur le possible questionnement de Bottaro sur le statut d'auteur.

    Difficile donc de ne pas être séduit par un ouvrage qui tient ses promesses et permettra de combler tous les lecteurs. Concurrent sérieux au Fauve du Patrimoine 2013, ce travail de haute voltige n'amène qu'un regret : Bottaro, disparu en 2006, n'aura pas eu l'occasion de voir ce bel hommage.

    MRANN Le 04/05/2015 à 23:50:06

    Tout commence par un simple cafard, un petit cafard que Mana Neyestani dessine un jour, dans une rubrique pour enfants, sans penser que, par ce dessin innocent, il allait voir sa vie bouleversée. Mal interprété, diffusé avec un faux texte, son dessin servira à attiser la haine des Turcs iraniens et ira jusqu’à provoquer des émeutes réprimées sévèrement. Neyestani, lui, est vu comme un fauteur de troubles et jeté dans les geôles de la prison d’Evin. D’où la métamorphose du titre, qui fait passer l’auteur d’un état d’homme relativement heureux, malgré le lourd climat de la dictature, à celui de paria condamné, spolié, et contraint à la fuite. De fait, si le clin d’oeil à la Métamorphose de Kafka est affirmé, c’est plutôt avec Le Procès qu’il faudrait établir un parallèle. Les deux livres montrent la même absurdité : celle de l’innocent en cellule qui doit répondre d’actes inconnus, celle des jugements abscons et d’une justice qui se nie elle-même.

    Mana Neyestani est un important dessinateur de presse iranien, mais pas un grand dessinateur de bande dessinée, car son trait a des failles perceptibles. Pourtant, on ne peut décrocher le regard à la lecture de ce témoignage édifiant. Pyongyang avait scotché des milliers de lecteurs en donnant une vision pourtant toute extérieure et assez tranquille d’un des régimes les plus fermés du monde. Ici, c’est tout autre chose puisque nous suivons un prisonnier du régime jusque dans les salles de tortures. Est-ce alors sombrer dans le voyeurisme ? La limite est toujours floue dans les récits de témoignages, et l’auteur sait parfaitement éviter cela. Si tout ce qui lui arrive est totalement sidérant, il ne cherche pas à se plaindre ni à attirer la compassion mais à montrer l’impunité incroyable de ce pays où faire un dessin humoristique sans aucune visée politique peut vous mener en prison.

    À la suite d’un périple rocambolesque, Mana Neyestani a réussi à fuir l’Iran et s’est installé à Paris grâce à un programme de soutien à la liberté d’expression. Il y a onze ans, Marjane Satrapi nous racontait l’Iran de sa jeunesse et son glissement progressif vers le totalitarisme. Dans Une métamorphose iranienne, l’auteur transcrit l’Iran d’aujourd’hui et sa tragique évolution, avec l’énergie folle de sa liberté retrouvée. Une prise de parole rare et nécessaire qui se doit d’être saisie par tous.

    MRANN Le 04/05/2015 à 23:49:40
    CE - Tome 5 - La reine de cœur

    Voici presque dix ans que José Roosevelt a fait le choix de s'occuper lui-même de l’édition de ses travaux. S’il l’a d'abord fait en parallèle avec ses publications à La Boîte à bulle (souvent en co-édition avec son label), il est maintenant seul pour éditer ses albums. Sans doute peut-on voir là le choix d'un auteur à l'univers marqué, qui souhaitait pouvoir publier ses livres comme il les imaginait. Le résultat ? De magnifiques albums souples dans un grand format, au plus proche du travail du dessinateur.
    En effet, ici c'est le dessin qui frappe en premier. Mis en valeur par la reproduction majestueuse et la simple taille de l'objet, il happe aussitôt, et plonge le lecteur dans le monde de Roosevelt, emprunt de surréalisme et d'amour du beau trait. Roosevelt est un auteur intéressant en ce qu'il prouve que l'on peut faire une bande dessinée alternative avec un univers fantastique et un dessin répondant aux critères académiques, tant que l'on utilise ce talent pour faire des choses qui, elles, n'ont rien d'académiques. Car si le dessin est magnifique, ce sont avant tout les scénarios complexes et admirablement construits, ainsi que la cohérence globale de l'univers créé qui retiennent l'attention.

    CE est le grand œuvre de José Roosevelt, ce cinquième volume sera suivi de huit autres, au rythme d'un par an. Autant dire qu'il est encore impossible de juger l'ensemble, mais on en a assez pour se forger une idée de ce qui est en train de se construire. Difficile à résumer, disons que l'on suit un personnage identique mais semblant avoir deux passés et espaces différents (selon les volumes). L'une de ces incarnation a réussi à s'enfuir d'un univers hyper-médicalisé accompagné d'une sorte de prototype de femme, qui a oubliée son existence biologique jusqu'à ne plus savoir comment se nourrir ou utiliser ses organes, à qui il va petit à petit réapprendre l'humanité. L'autre incarnation est un immortel, sorte de « grand technicien » d'une administration futuriste, qui a la particularité d'être le seul d'entre tous à rêver. Perturbé par cette chose étrange qui le poursuit, il s'enfoncera dans les bas-fonds de la ville-mère qu'il servait jusqu'alors, accédant ainsi dans une Cité secrète ouverte à l'art, au subconscient et à l'altérité.

    Le tome 5 suit la seconde incarnation dans sa découverte de la Cité souterraine et de sa reine, Victoria, avec laquelle il ressent tant d'affinités. Si l'on regrette la typographie qui casse un peu le dessin, mais à le mérite d'être sobre, et les envolées littéraires parfois laborieuses ou trop pleines de références, on ne peut cependant qu'admirer l'intégrité et la qualité de ce travail, qui se digère finalement assez bien. Un monde se créé sous nos yeux et tient la distance, sans être la copie d'un énième blockbuster. Au contraire, c'est quelque chose de totalement neuf qui pousse là, sous le regard bienveillant du dessinateur-scénariste-éditeur démiurge. Un tout-puissant de génie existe bien dans le monde de Ce, il s'appelle José Roosevelt et ses créatures ont bien de la chance.

    MRANN Le 04/05/2015 à 23:49:12

    Sous-titré « Un roman d’apprentissage », le nouveau livre d’Aurélia Aurita confirme le talent de la dessinatrice, et démontre encore qu’il est bien difficile de l’enfermer dans une case. Révélée par Fraise et Chocolat, sulfureux livre sur sa vie sexuelle et amoureuse, elle a ensuite prouvé sa subtilité avec l’excellent Buzz moi, sur la gestion d’un succès inattendu et les approximations journalistiques, ou encore avec Vivi des Vosges, belle fiction sur une enfant sauvage.

    Dans LAP !, elle revient à la première personne en retournant, avec douleur, sur les bancs de l’école. Le LAP, c’est le Lycée Autogéré de Paris, une institution publique où les cours ne sont pas obligatoires, où il n’y a pas de notes, où le bac n’est pas une finalité en soi, mais où les élèves se fixent des objectifs à tenir et participent au ménage et à la cuisine.

    Aurélia Aurita va fréquenter ce lycée durant un an, jusqu’à se fondre dans les murs (lire son interview ici). Interrogeant professeurs et élèves, ne cachant pas les difficultés incessantes – peu de soutien des institutions, lassitude des enseignants, difficultés de la sanction quand les quelques règles sont outrepassées – elle décrit un passionnant laboratoire d’éducation. Loin d’être une école de seconde zone pour gamins en déshérence, et ce même s’il accueille un certain nombre d’élèves en rupture scolaire, le LAP donne des cours et forme de belle manière des esprits libres. Si certains cas restent de douloureux échecs, on constate que le contrat de liberté respectueuse permet de vraies émancipations et élimine de nombreux défauts d’un système brisant les élèves.

    Loin d’être angélique, l’auteure ne cache ni les doutes, ni les échecs, mais transmet avec force la passion commune de tous les occupants (le triptyque enseignants, élèves, agents) du LAP pour leur établissement. Le LAP appartient à tout ceux qui y sont inscrits, l’autogestion nécessite des réunions multiples et une démocratie participative souvent contraignante, mais le résultat est là : de nombreux lycéens trouvent enfin le lieu où ils peuvent vivre et grandir conformément à leurs besoins. La fête de fin d’année célébrant les 30 ans du lycée le prouve bien, l’attachement des anciens est toujours fort et leurs chemins ont continué de se tracer, souvent en conformité avec leurs projets.

    On y apprend même que la plupart des élèves ayant comme projet d’avoir le bac réussissent plutôt bien, tandis que les autres auront appris ce qui leur semblait manquer (et qui sort souvent des discipline scolaires : cuisine, entretien et réparation, jardinage…). Même si le portrait n’est pas idyllique, on ne peut que sortir profondément stimulé de ce premier tome (trois sont annoncés) et avec un seul regret : en France, il n’existe qu’une petite quinzaine de collèges et lycées de ce type…

    MRANN Le 04/05/2015 à 23:36:11

    La bande dessinée mémorielle est un exercice difficile, qui se borne souvent à un effilement de textes illustrés, sans réel apport du support. Quand le devoir de mémoire se double d’un aspect engagé revendiqué, le pire est à craindre, surtout sur le sujet toujours clivant de la guerre d’Algérie.

    Et pourtant s’il y a dans le travail de Jeanne Puchol un point de vue clair, celui de la fille de deux français d’Algérie pro-indépendance, et une subjectivité assumée, elle ne sombre dans aucun des écueils attendus. Elle construit son récit à partir de bribes : ses maigres souvenirs, les abondantes archives, sa participation à des commémorations au Père Lachaise et la mémoire de ses parents. Une mémoire défaillante, qui se cherche, qui n’a pas peur de l’imprécision mais est claire sur les émotions, et la tension palpable ce 8 février 1962 où au métro Charonne huit manifestants mourront tués par les coups de matraques des policiers ou étouffés par ceux qui, comme eux, tentent de fuir les forces de l’ordre dans l’étroit escalier souterrain. Pour autant le livre ne sombre pas dans le manichéisme : décrivant l’escalade macabre entre l’OAS et le FLN, il s’engage avant tout contre tout fanatisme, et rappelle que dans ce genre de conflits ce sont toujours des innocents qui trinquent les premiers...

    Graphiquement, Jeanne Puchol fait fort. Avec son dessin au réalisme quasi photographique, elle prenait le risque de tomber dans un illustratif voyeur. Avec une grande subtilité, elle évite sans mal cet écueil en convoquant toute une panoplie graphique prouvant que le réalisme n’est pas qu’une copie du réel : jouant sur les cadrages (les entretiens avec ses parents, dont on devine le malaise sans jamais les voir, sont une vraie prouesse), réalisant des compositions majestueuses comme autant de prouesses graphiques, notamment dans l’épisode de la manifestation, n’hésitant pas à remplir des pleines cases de mots, sur lesquelles elle effectue des glissements phonétiques qui dépassent toujours le simple jeu sémantique. Ainsi on glisse de Charonne à Charon, le passeur des morts de l’Antiquité qui deviendra une sorte de narrateur omniscient, mais aussi l’ancien nom colonial de la ville de Boukadir, tristement prédestiné.

    Formellement, le livre étonne aussi. Publié chez un petit éditeur de textes engagés, il ne se démarque pas des autres titres de la collection. C’est un essai comme un autre : rarement une bande dessinée a été traité avec tant d’égards. Mais ce juste traitement a son revers, une diffusion difficile chez les libraires spécialisés, et le risque de passer inaperçu. Petit par la taille, ce grand livre doit impérativement être découvert en ces temps où certains rechignent encore à reconnaître leurs fautes, dans un camp comme dans l’autre.

    MRANN Le 04/05/2015 à 23:35:36

    Afin de fêter dignement les 75 ans de Spirou, Dupuis s’est lancé dans un grand programme : rééditions, intégrales, fac-similés, récits rares, film, ouvrage théorique, etc. Parmi toutes ces productions, on trouve aussi cette biographie de Fournier, particulièrement axée sur ses débuts et sa reprise de Spirou. Ce sont Nicoby et Joub qui se chargent du portrait et transmettent à la fois leur respect et la grande sympathie qu’inspire cette figure tutélaire de la BD en Bretagne.

    Il reste que la vie d’un auteur de BD n’est pas palpitante, et si les intrigues de rédactions sont bien décrites, on n’apprend pas grand-chose dans ce livre, finalement bien décevant. Il y a, bien sûr, des passages émouvants, comme celui de la rencontre avec Rob-Vel, créateur de la série, mais ces éclaircies et le grand nombre de documents rares ne sauvent pas un livre qui peine à dépasser l’enfilade d’anecdotes.

    Le tout respire la sincérité et la bonhomie, on aimerait aimer ce livre comme on aime son personnage principal, mais la sauce ne prend pas. Le récit est poussif, le sommet de l’action devant être le moment où Fournier joue du biniou... Il y a sans doute de quoi dire sur Fournier, grand témoin d’une certaine époque du magazine de Marcinelle, et du passage de relais à une nouvelle génération d’auteurs mais un essai ou un livre d’entretien aurait été bien plus efficace qu’une bande dessinée qui peine à justifier son utilisation.

    MRANN Le 04/05/2015 à 23:34:46

    Zep a décidé de changer de registre : dessin réaliste, public adulte, il nous présente un groupe d'amis traversant la crise de la quarantaine. Ces amis ne se sont plus vus depuis longtemps. Avant, il formaient un groupe de rock, et leur rupture résonne encore dans leurs tympans. Une séparation pour des conneries, des engueulades, des histoires de fille. L'un d'entre eux a volé vers le succès, les autres ont pris un autre chemin, loin des sunlights. C'est dans la villa anglaise du chanteur qu'ils se retrouvent pour un long récit-bilan, où les blessures du passé remontent à la surface.

    La couverture médiatique du premier livre sérieux (et non premier livre adulte comme on a pu le lire) de l'auteur de Titeuf a été énorme, il n'y a pourtant pas de quoi s’enthousiasmer. Si Zep est un très bon dessinateur dont on apprécie de découvrir une autre facette, le récit est un enfilage de clichés plombants qui avancent avec la subtilité d'un tractopelle. Pathos à l'extrême, le livre convoque l'amour et la mort dans des discours verbeux et, au final, ennuyants. Un excès qui se retrouve dans de nombreuses postures graphiques, que la couverture incarne : le héros ténébreux marche, solitaire, le vent dans les cheveux, il réfléchit sur son passé...

    On comprend bien l'envie de l'auteur de parler de musique, sujet cher à celui qui doit son pseudo à Led Zep et qui fut membre de nombreux groupes, et il ne faut pas lui faire un procès d'insincérité : on ressent bien l'amour de l'auteur pour son sujet et l'envie qu'il a eu de montrer autre chose. Mais la sincérité et la sympathie ne font pas tout et l'échec est patent. On se consolera en lisant l'excellent L'Enfer des concerts, qui, lui, n'a pas pris une ride.

    MRANN Le 04/05/2015 à 23:34:13
    Julie, Claire, Cécile - Tome 23 - Ton mec à moi !

    Me retrouvant stagiaire dans une bibliothèque, et affecté en particulier à la bande dessinée, j'ai pu constater avec surprise que non seulement Julie, Claire, Cécile existait encore – alors que j'imaginais la série arrêtée depuis les années 80 – mais qu’en plus elle était pas mal empruntée. Bon… Conscience professionnelle oblige, je décide d'en lire un. J'ai pris le dernier, sans doute pas un bon choix parce que contrairement aux autres, il est majoritairement composé de gags en une planche, et parce que les séries s'essoufflent souvent naturellement. Mais bon, il n'y avait plus que celui-là.

    J'avais un a priori négatif, je l'avoue, mais ce que j’ai lu était pire encore. Les scénarios sont d'une indigence absolue, frappant souvent en dessous de la ceinture avec la volonté manifeste de bien souligner le gag bien gras. Je dois avouer que je ne m'attendais pas à ces blagues de bistro, plutôt à des histoires cuculs typiques de scénariste-homme voulant écrire pour des filles mais là même pas. Tous les stéréotypes sont au rendez-vous – une séquence de nettoyage dans un jardin public donne lieu à un incroyable défilé, du baba-cool des années 70 à la gothique –, toutes les filles sont d'une incroyable bêtise (et les hommes des bellâtres aussi bêtes, je vous rassure), et si les évolutions technologiques sont prises en compte dans les décors, le tout apparaît dix fois plus ringard que le pire des Bécassine. Quand on pense que c'est à ce scénariste que l'on a refilé la destinée de Modeste et Pompon (pauvre Franquin, Greg, Goscinny et cie) ou de Chlorophylle (pauvre Macherot)...

    Quant au dessin, la finesse y est tout autant absente. C'est presque déprimant à voir. Loin de moi l'idée de dire qu'un beau dessin doit nécessairement être bien proportionné, avec des notions d'équilibre et de perspective. En soit je m'en fous, sauf que là le dessinateur veut faire du dessin réaliste, et il lui manque clairement les bases. Il suffit de regarder la couverture pour s'en rendre compte – il y a vraiment un problème sur la fille en maillot rouge –, à l'intérieur c'est pire, tout semble balbutiant et de nombreuses fois j'ai du vraiment m'arrêter face à des visages si grossièrement raté... sans compter la rigidité absolue des personnages (retour à la couverture, on a l'impression qu'ils sont collés là, sans cohérence, et flottent dans le rien).

    C'est vraiment étonnant, on a vraiment l'impression que tout le monde s'y est mis pour faire l'album le plus bancal qui soit. Presque un cas d'école...

    MRANN Le 04/05/2015 à 23:33:33
    Le guide - Tome 1 - Le guide du jeune père

    Je ne suis, a priori, pas le client visé par ce genre de livre. Généralement, je ne les lis pas, ne les commente pas, et puis voilà. D'autant que j'ai toujours en tête l'idée de toujours juger un livre à l'aune de ses ambitions, a priori aucun des Guides Vent d'Ouest n'a pour but de proposer une bande dessinée, soit-elle d'humour, de qualité, il s'agit de faire le job, avec un cadeau thématique d'aspect « sympa » à offrir à untel ou untel en fonction de ses habitudes. La personne sourira, le lira peut-être et l'oubliera dans une étagère ou dans le coin lecture des toilettes. Rien de déshonorant à ça, très bien.

    J'ai eu ce bouquin entre les mains lors d'une soirée d'anniversaire, je l'ai lu en ne m'attendant pas à rire (je ne suis pas touché par l'humour un rien lourdingue de ce type de production) mais pas non plus à être affligé. Ce fut pourtant le cas. Si le dessin, hypernormé et aux expressions soulignées (notamment les sourires censés appeler à la réciproque), tient ses engagements premiers, le scénario non. On est censé rire, sourire ou – au moins – comprendre qu'il y a quelque chose de drôle. Ce n'est pas le cas, cette adaptation du « best-seller de Pierre Antilogus et Jean-Louis Festjens » ne décroche pas un frémissement de lèvre – j'ignore qui du livre original où de l'adaptateur est en cause mais je crains qu'aucun ne réussisse à sauver l'autre.

    Si ce n'était que ça, bon, mais en plus les auteurs sombrent dans le pire des blagues de casernes franchement puantes. La palme revient à ce gag où le père terrifié se rend compte qu'il a « fait » un garçon efféminé, honte suprême. Face à tant de bêtise, qui rappelle les sinistres logorrhées de ces derniers mois de 2013, on imagine l'oncle un peu lourdaud avec un coup dans le nez qui ne peut s’empêcher de faire des grosses blagues qui tâchent lors du repas de famille. Ne faisons pas de cette BD un brûlot homophobe, il ne faut pas exagérer, les auteurs ne le sont sans doute pas sciemment et font ça pour rire. Hélas, l'argument de la bonne blague faite avec de gros clins d'œil appuyé n'excuse pas la nullité qui fait que ce titre n'est pas simplement une « bd rigolote pour s'amuser sans se prendre la tête », mais un condensé de beauferie et de clichés et poncifs amenant de fait à la bêtise la plus crasse.

    En somme, une très mauvaise idée de « cadeau sympa ».

    MRANN Le 04/05/2015 à 23:31:48

    J'aime beaucoup Mahler et ce livre a été une très bonne surprise. Tout d'abord, notons qu'il s'agit d'un hommage à "Dick Bos" (un seul s), une BD policière venue des Pays-Bas et signée Alfred Mazure et beaucoup de repreneurs. Cette série semble une vraie institution avec tout un site dédié, en néerlandais, découvrant un héros fort viril avec tous les canons du polar à l'ancienne. Ceci explique sans doute pourquoi ce livre est un des rares où les personnages n'ont pas les traits typiquement Mahlerien, ce qui surprend au début mais la stylisation reste cependant de mise.

    Le livre contient 4 récits, 4 enquêtes, 4 histoires de mort, de sexe, de fatigue. Ces 4 histoires sont construites avec les mêmes images, auquel certaines autres sont parfois ajoutées, mais la plupart du temps elles se répète, seul le texte change, mettant à jour les topoï du genre.

    Avec cette petite "anthologie", les nouveaux récits résument donc un esprit, une brutalité, avec un avec une habileté et un amour du concept cette fois fort mahlerien me faisant donner à ces 4 histoires 4 étoiles bien méritées.