Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

Baloup, Clément

Baloup, Clément

  • 8782
  • Baloup
  • Clément
  • le 30/11/1978 (FRANCE)

Les Filles du Kurdistan : une histoire optimiste

Entretien avec Mylène Sauloy et Clément Baloup

Loin de l'image glamour que les médias se sentent obligés de coller pour illustrer tout combat féministe, Les Filles du Kurdistan aborde de façon beaucoup plus factuelle et juste la réalité de celles qui ont fait face à Daech. Vingt ans de voyages, d'interviews et de totale immersion ont permis à Mylène Sauloy de connaître parfaitement non seulement ces femmes mais aussi leur environnement politique. Clément Baloup, au dessin, s'est emparé avec brio de ce sujet encore trop éloigné des préoccupations occidentales. 

Clément, connaissiez-vous le sujet avant d'attaquer ce projet ? 

Clément Baloup : Je n’en avais pas une vision très poussée, peu différente de celle que nous offrent finalement les médias traditionnels auxquels nous avons accès en France. En habitant à Marseille, je suis tout de même au contact de la communauté arménienne, ce qui offre une autre perspective sur l’histoire contemporaine dans cette partie du monde en rapport avec la Turquie, la manière dont les peuples peuvent être dépossédés de leurs terres ou du moins comment les frontières sont malmenées, pour le dire gentiment. Quand j’ai rencontré Mylène, j’ai remarqué que les images que j’avais vu sur Arte, qui étaient un peu plus poussées et intimes, étaient d'elle. Il y avait comme ça, à travers cette journaliste, un accès à quelque chose de bien plus profond et plus documenté que ce que j’avais pu avoir à travers les autres médias.

Comment avez-vous été mis […]

Sa biographie

Clément Baloup (né en 1978) entre à l'école des Beaux-Arts d'Angoulême en 1997 et y rejoint la section BD. Ces cinq années en Charente enrichissent tant sa perception que sa pratique de la bande dessinée. En 2000, il monte avec ses colocataires « La Maison qui pue », un collectif touche-à-tout qui lui permet de publier ses premières planches. Un éclectisme que Clément Baloup a conservé puisque, outre ses travaux intimistes (Un Automne à Hanoï et Quitter Saigon), ce jeune auteur marseillais a également réalisé les scénarios d'œuvres davantage tournées vers l'aventure : La Vie en Rouge pour Domas (2 tomes parus à La Boîte à bulles) et les très remarqués Chinh Tri (2 tomes parus au Seuil) et Diables Sucrés pour Mathieu Jiro (Gallimard – sélection Angoulême 2010). Avec Mémoires de Viet Kieu T1,Quitter Saigon (publié puis réédité en version augmentée à La Boîte à bulles), il obtient son premier prix d’importance : le Prix du jury Œcuménique de la bande dessinée, à l’occasion du Festival d’Angoulême 2011.

Texte et photo © La boîte à bulles

Clément Baloup (né en 1978) entre à l'école des Beaux-Arts d'Angoulême en 1997 et y rejoint la section BD. Ces cinq années en Charente enrichissent tant sa perception que sa pratique de la bande dessinée. En 2000, il monte avec ses colocataires « La Maison qui pue », un collectif touche-à-tout qui lui permet de publier ses premières planches. Un éclectisme que Clément Baloup a conservé puisque, outre ses travaux intimistes (Un Automne à Hanoï et Quitter Saigon), ce jeune auteur marseillais a également réalisé les scénarios d'œuvres davantage tournées vers l'aventure : La Vie en Rouge pour Domas (2 tomes parus à La Boîte à bulles) et les très remarqués Chinh Tri (2 tomes parus au Seuil) et Diables Sucrés pour Mathieu Jiro (Gallimard – sélection Angoulême 2010). Avec Mémoires de Viet Kieu T1,Quitter Saigon (publié puis réédité en version augmentée à La Boîte à bulles), il obtient son premier prix d’importance : le Prix du jury Œcuménique de la bande dessinée, à l’occasion du Festival d’Angoulême 2011.

Texte et photo © La boîte à bulles

Sa Bibliographie

Les tableaux synthéthiques ci-dessous peuvent être faussés par des éditions anniversaires (souvent post-mortem). Ils ne tiennent pas compte des autres pseudonymes sous lequel signe cet auteur.

Séries principales de à Rôle
(Catalogues) Expositions 2012
Abécédaire (L') 2005
Beatles (The) 2012
Beatles en bandes dessinées (The) 2008
Bob Marley en bandes dessinées 2009 2018
Boîte à bulles en images (La) 2013
Chinh Tri 2005 2019
Club du Suicide (Le) 2011
Concubine rouge (La) 2012
Cyclone (Baloup/Mousse) 2019
Dans l'ombre de Don Giovanni 2020
Diables sucrés 2009
Filles du Kurdistan (Les) 2021
From Black to White 2018  
Ginkgo, petites histoires pour la nature 2008
Kompilasi Komikus 2014   
Michael Jackson en bandes dessinées 2009
Mong Khéo 2009   
Mémoires de Viet Kieu 2006 2020   
Rolling Stones en bandes dessinées (The) 2010
Thermostat 2004
Un automne à Hànôi 2004   
Ventre de la hyène (Le) 2014
Vie en rouge (La) 2005  
Vietnamese Memories 2018   
XXI : Grands reportages en bande dessinée 2019