Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Leo

  • 97
  • De Oliveira
  • Luiz Eduardo
  • Leo
  • le 13/12/1944 (BRÉSIL)

Sa biographie

De son véritable nom Luis Eduardo de Oliveira, Leo est né à Rio de Janeiro (Brésil) en 1944. Passionné de dessin, il entre cependant à l'université et suit des études d'ingénieur. En 1968, après avoir obtenu son diplôme, il milite activement au sein de la gauche étudiante. En 1971, il quitte le Brésil pour échapper à la répression de la dictature militaire. Il s'installe au Chili, puis en Argentine, avant de revenir clandestinement dans son pays en 1974, à São Paulo. Il renonce alors à l'engagement politique et décide de se consacrer au dessin. Il débute sa carrière d'illustrateur au sein d'une entreprise américaine. Au bout d’un an, lassé de ce travail alimentaire, il propose ses illustrations à différents journaux. Sa première bande dessinée, une histoire de science-fiction, est publiée dans la revue « O Bicho » au milieu des années 70. À la même époque, il découvre la BD européenne dans les pages de « Pilote » et de « Métal hurlant ». Coup de foudre immédiat. Décidé à tenter sa chance en France, il s'installe à Paris en 1981. Mais le succès se fait attendre. Malgré quelques récits publiés dans « l'Écho des Savanes » (1982) et « Pilote » (1985), il se voit contraint de travailler pour la publicité. Le déclic se produira en 1986 : Jean-Claude Forest, le créateur de Barbarella, lui propose de dessiner des histoires réalistes pour le magazine « Okapi ». En 1989, Léo illustre la vie de Gandhi dans un album publié par Les Editions Centurion. L'une de ses histoires attire l'attention du scénariste Rodolphe, qui lui confie le dessin de Trent, sa nouvelle série. Le premier album, L'Homme mort, paraît en 1991. Cette fois, la carrière de Leo est lancée. Deux ans plus tard, en 1993, il réalise un vieux rêve : il publie le premier des cinq tomes d' « Aldébaran », saga de science-fiction dont il est à la fois scénariste et dessinateur, qu’il mènera en alternance avec « Trent ». Elle se poursuivra en 2000 avec un nouveau cycle de cinq tomes, « Bételgeuse », et un troisième cycle démarre en 2007, « Antarès », prévu en six tomes. La série « Trent » se termine en 2000. Il y a huit tomes. Leo et Rodolphe ne s’arrêtent pas là, et créent « Kenya », un récit mêlant action et fantastique qui se passe dans l’immédiat après-guerre. Après cinq tomes, cette série donne suite à un deuxième cycle, « Namibia », dessiné cette fois par Bertrand Marchal, Leo restant au scénario avec Rodolphe. Infatigable, Leo n'hésite pas à mener de front plusieurs projets en tant que scénariste. Ainsi, en 2002 paraît la série en 3 tomes « Dexter London », dessinée par l’espagnol Sergio García. Et en Mars 2009 paraît le tome 1 de la série « Terres Lointaines », avec Franck Picard (Icar) au dessin. Mais Leo n’en oublie pas son univers d’Aldébaran…

Texte © Dargaud

De son véritable nom Luis Eduardo de Oliveira, Leo est né à Rio de Janeiro (Brésil) en 1944. Passionné de dessin, il entre cependant à l'université et suit des études d'ingénieur. En 1968, après avoir obtenu son diplôme, il milite activement au sein de la gauche étudiante. En 1971, il quitte le Brésil pour échapper à la répression de la dictature militaire. Il s'installe au Chili, puis en Argentine, avant de revenir clandestinement dans son pays en 1974, à São Paulo. Il renonce alors à l'engagement politique et décide de se consacrer au dessin. Il débute sa carrière d'illustrateur au sein d'une entreprise américaine. Au bout d’un an, lassé de ce travail alimentaire, il propose ses illustrations à différents journaux. Sa première bande dessinée, une histoire de science-fiction, est publiée dans la revue « O Bicho » au milieu des années 70. À la même époque, il découvre la BD européenne dans les pages de « Pilote » et de « Métal hurlant ». Coup de foudre immédiat. Décidé à tenter sa chance en France, il s'installe à Paris en 1981. Mais le succès se fait attendre. Malgré quelques récits publiés dans « l'Écho des Savanes » (1982) et « Pilote » (1985), il se voit contraint de travailler pour la publicité. Le déclic se produira en 1986 : Jean-Claude Forest, le créateur de Barbarella, lui propose de dessiner des histoires réalistes pour le magazine « Okapi ». En 1989, Léo illustre la vie de Gandhi dans un album publié par Les Editions Centurion. L'une de ses histoires attire l'attention du scénariste Rodolphe, qui lui confie le dessin de Trent, sa nouvelle série. Le premier album, L'Homme mort, paraît en 1991. Cette fois, la carrière de Leo est lancée. Deux ans plus tard, en 1993, il réalise un vieux rêve : il publie le premier des cinq tomes d' « Aldébaran », saga de science-fiction dont il est à la fois scénariste et dessinateur, qu’il mènera en alternance avec « Trent ». Elle se poursuivra […]

Sa Bibliographie

Les tableaux synthéthiques ci-dessous peuvent être faussés par des éditions anniversaires (souvent post-mortem). Ils ne tiennent pas compte des autres pseudonymes sous lequel signe cet auteur.

Séries principales


Autres collaborations


Documents, Monographies, Biographies