Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Sa biographie

Militant d'extrême gauche pendant la guerre d'Algérie, amateur de cinéma américain et de jazz, saxophoniste à ses heures, Jean-Patrick Manchette (1942-1995) parvient dès le début des années 70 à dynamiter et revivifier le roman noir français en dix romans (citons "Le Petit Bleu de la Côte Ouest", "Nada", "La Position du Tireur Couché", etc), dans lesquels il revient aux sources du genre, la critique sociale. Théoricien érudit du roman noir, il s'en affirmera un brillant critique sous le pseudonyme transparent de Shuto Headline (ce qui signifie manchette en japonais, puis en anglais) en publiant de 1978 à 1995, des chroniques qui analysent le genre et son évolution. L'insistance qu'il attache au travail sur le style — acte authentique de subversion au sein d’un genre méprisé à l’époque — marque de façon indélébile les générations d'écrivains qui suivront la sienne. Ses dix romans noirs écrits sur dix ans, de 1971 à 1981, constituent la partie la plus visible et la plus captivante de l’œuvre de Manchette. Mais outre son Journal intime qui compte plus de 5000 pages manuscrites, ses notes de lecture, préfaces, chroniques et articles, ce diable d'homme a rédigé quantité de nouvelles, romans sous pseudonymes, récits pour la jeunesse, bandes dessinées, traduit trente romans, beaucoup travaillé pour le cinéma et la télévision comme scénariste et dialoguiste. En 1989, Manchette reprend la plume après huit ans d'abstinence pour écrire "La Princesse du sang", ce thriller planétaire passionnant qui entamait le cycle "Les Gens du mauvais temps".

Texte et photo © Dupuis

Militant d'extrême gauche pendant la guerre d'Algérie, amateur de cinéma américain et de jazz, saxophoniste à ses heures, Jean-Patrick Manchette (1942-1995) parvient dès le début des années 70 à dynamiter et revivifier le roman noir français en dix romans (citons "Le Petit Bleu de la Côte Ouest", "Nada", "La Position du Tireur Couché", etc), dans lesquels il revient aux sources du genre, la critique sociale. Théoricien érudit du roman noir, il s'en affirmera un brillant critique sous le pseudonyme transparent de Shuto Headline (ce qui signifie manchette en japonais, puis en anglais) en publiant de 1978 à 1995, des chroniques qui analysent le genre et son évolution. L'insistance qu'il attache au travail sur le style — acte authentique de subversion au sein d’un genre méprisé à l’époque — marque de façon indélébile les générations d'écrivains qui suivront la sienne. Ses dix romans noirs écrits sur dix ans, de 1971 à 1981, constituent la partie la plus visible et la plus captivante de l’œuvre de Manchette. Mais outre son Journal intime qui compte plus de 5000 pages manuscrites, ses notes de lecture, préfaces, chroniques et articles, ce diable d'homme a rédigé quantité de nouvelles, romans sous pseudonymes, récits pour la jeunesse, bandes dessinées, traduit trente romans, beaucoup travaillé pour le cinéma et la télévision comme scénariste et dialoguiste. En 1989, Manchette reprend la plume après huit ans d'abstinence pour écrire "La Princesse du sang", ce thriller planétaire passionnant qui entamait le cycle "Les Gens du mauvais temps".

Texte et photo © Dupuis

Sa Bibliographie