Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Kanno, Aya

  • 16770
  • Kanno
  • Aya
  • le 30/01/1980 (JAPON)

Sa biographie

Aya Kanno est née le 30 janvier 1980 à Tôkyô. Elle a commencé sa carrière professionelle en étant l’assitante de Masashi Asaki sur sa série Psychometer Eiji (chez Kana en France). Mais elle devient réellement mangaka en 2001, en publiant dans le Hana to Yume (Fruits Basket...) Soul Rescue (pour lequel elle recevra le prix Athéna, section nouvel auteur, la même année ). C’est finalement fin 2006 qu’elle participe au lancement en grandes pompes de la nouvelle version du Betsuhana> (un magazine normalement réservé aux vétérantes du shôjo manga), avec son manga Otomen. Avec cette série - qui par ailleurs tranche avec ses précédentes œuvres, beaucoup plus sombres - elle créé l’évènement : le mot « Otomen » qui n’existait pas jusqu’alors passe d’ailleurs dans le vocabulaire courant japonais ! Suite au succès de cette série, de nombreux journaux ont consacré des articles sur « la féminisation des hommes japonais » (ou plutôt, l’otomenisation des hommes japonais ?).

Texte © Akata-Delcourt

Aya Kanno est née le 30 janvier 1980 à Tôkyô. Elle a commencé sa carrière professionelle en étant l’assitante de Masashi Asaki sur sa série Psychometer Eiji (chez Kana en France). Mais elle devient réellement mangaka en 2001, en publiant dans le Hana to Yume (Fruits Basket...) Soul Rescue (pour lequel elle recevra le prix Athéna, section nouvel auteur, la même année ). C’est finalement fin 2006 qu’elle participe au lancement en grandes pompes de la nouvelle version du Betsuhana> (un magazine normalement réservé aux vétérantes du shôjo manga), avec son manga Otomen. Avec cette série - qui par ailleurs tranche avec ses précédentes œuvres, beaucoup plus sombres - elle créé l’évènement : le mot « Otomen » qui n’existait pas jusqu’alors passe d’ailleurs dans le vocabulaire courant japonais ! Suite au succès de cette série, de nombreux journaux ont consacré des articles sur « la féminisation des hommes japonais » (ou plutôt, l’otomenisation des hommes japonais ?).

Texte © Akata-Delcourt

Sa Bibliographie