Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée
© Dargaud - 1999

La guerre est sale. On y vit, on y meurt, on y survit salement. Plus personne ne croit au mythe des conflits en dentelles, à la légende de la fleur au fusil. Toutes les fleurs sont mortes aux fusils de nos pères chante un poète.
Surnage encore du fatras d’antant qui a envoyé tant d’entre eux sous la mitraille, des images d’amitiés, d’honnêteté, de solidarité, d’idéaux communs qui auraient uni les combattants, confortés par un idéal commun face à la menace venue d’ailleurs. C’est à cette autre légende que s’attaque La Croix de Cazenac, placée sous le signe d’une citation de Shakespeare, tirée d’Hamlet : ''Nous sommes tous des gueux fieffés. Ne te fie à aucun de nous''.
Et Etienne, jeune provincial idéaliste qui, en juin 1914, se destine au séminaire, ne pourra effectivement se fier à rien, ni à personne. Son frère, soi-disant abattu par un agent double dans le premier épisode, réapparaîtra à la fin du deuxième. Lui-même abandonnera le service de Dieu pour devenir, dans l’enfer des tranchées, un ange exterminateur surnommé Trompe-la-mort. La soi-disant femme de son frère tant aimé se retrouvera dans ses bras lors d’une folle mission au coeur de la Russie où bouillonnent déjà les prémices de la Révolution d’octobre. Un colonel des services spéciaux de l’armée française se révélera être une ordure de la plus belle eau, son ordonnance un assassin sans états d’âmes. Et quand, après avoir frôlé la mort cent fois, Etienne pourra enfin se pencher sur le tombeau de cette mère soi-disant morte en le mettant au monde, il découvrira qu’elle fut mise en terre dix-huit mois avant sa naissance.
Nous sommes tous des gueux fieffés. On ne peut de fier à aucun de nous..

55
votes
Afficher les autres chroniques

Une sélection de séries à lire si vous avez aimé La croix de Cazenac :

Détail des albums de la série