Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée
© Futuropolis - 2012

Anna Politkovskaïa, militante des droits de l’Homme, journaliste à la « Novaïa Gazeta », a été assassinée dans l’ascenseur qui menait à son appartement moscovite, le 7 octobre 2006. Elle avait 48 ans. Elle est morte pour la vérité.
Igort écrit ce jour-là sur son blog, combien il a été choqué. « Une lumière importante pour la conscience russe s’est ainsi éteinte pour toujours. La brutalité d’une démocratie d’apparence, à laquelle les soviétologues ont donné le nom de « démocrature », a parlé.

Trois ans plus tard, après en avoir passé deux en Ukraine, Russie et Sibérie, Igort est devant l’ascenseur où Anna fut exécutée. En ce mois de janvier 2009, Stanislav Makerlov est tué, lui aussi. Il fut son ami et l’avocat des Tchétchènes à qui Anna souhaitait qu’il soit rendu justice. Àprès le meurtre d’Anna, Stanislav mit toute son énergie et sa vie en jeu pour parvenir à envoyer devant les tribunaux des « intouchables » impliqués dans sa disparition. Malgré les mises sur écoute, les filatures, les agressions physiques, les menaces de mort, il avait pourtant continué à mener son enquête pour Anna. Lui aussi est donc mort pour la vérité. C'est par leur action que l'on a commencé en 2003 à savoir ce qui se passait en Tchétchénie.
Grâce à Igort, on apprend à connaître cette femme d’exception. Sa méthode de travail en tant que reporteur sur le terrain ; son rôle de médiateur dans la prise d’otages, en octobre 2002, au théâtre Doubrovska de mille spectateurs par un commando tchétchène, qui demande le retrait des forces russes de leur pays ; ses combats malgré menaces de mort et tentative d’empoisonnement ; sa force de caractère, son courage sans faille, son sens de l’honneur.
En partant sur les traces d’Anna, en resituant l’histoire du conflit tchétchène, Igort brosse le portrait de la Russie de ce début du XXIè siècle, celle de Poutine.

2
votes

Une sélection de séries à lire si vous avez aimé Les cahiers russes :

Détail des albums de la série