Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée
© Diantre ! éditions - 2008

C’est Martin Vidberg qui le dit, c’est un instituteur qui l’avoue : les instits n’aiment pas l’école… Parfaitement ! Et pourquoi pas ? Ce n’est pas parce que l’on est plus grand qu’on aime se lever le matin, le participe passé ou les fractions…

Bien sûr, comme la plupart des instits, il aime s’occuper des enfants et il a du plaisir à enseigner surtout quand il s’agit d’imaginer tous les moyens possibles pour rendre la grammaire et la géométrie moins rébarbatives. Et, lorqu’un élève finit par utiliser une forme de langage grammaticalement soutenue telle que : “ J’eus souhaité que nous allions en récréation”, au lieu du traditionel : “Eh m’sieur, jamais on sort?”, là, il sait qu’il a choisi le bon métier.

Si enseigner ça lui plaît bien, l’école, non, il n’aime pas. Les instits n’aiment pas l’école s’adresse en fait à tous les élèves qui se lassent parfois des journées scolaires et Martin Vidberg se propose d’y montrer une autre vision du métier d’enseignant pour briser les idées reçues avec humour et juste ce qu’il faut de provocation. Mélange d’un récit personnel et autobiographique, cette description de son métier d’instit s’accompagne de portraits légers et stylisés d’enseignants inspirés des connaissances de l’auteur mais également de personnages de fiction.

1
vote

Détail des albums de la série