Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les avis de - saulsoy

Visualiser les 2 avis postés dans la bedetheque
    saulsoy Le 28/12/2013 à 13:14:48
    Universal War Two - Tome 1 - Le temps du désert

    Vivement la suite ! Ce tome est fidèle à tout ce qu'on a pu voir dans UW1, le paradoxe temporel en moins pour l'instant...
    Les alternances de couleurs (chaudes sur Mars, très froides sur Canaan) sont très réussies.
    Encore une fois, vivement la suite !

    saulsoy Le 10/03/2010 à 09:28:11

    Le tome 1 passe encore parce que le décor se plante, donc on a envie de lui laisser sa chance.
    Le tome 2...je ne peux même pas dire ce qu'il faudrait en retenir ; je ne sais pas à quoi il sert.
    Le tome 3 se résume à "pourquoi faire simple et clair quand on peut faire compliqué et brouillon ?".

    Niveau style, on aime ou on aime pas...Personnellement je n'aime pas du tout les couleurs blafardes et pastel, ce qui n'engage que moi. Mais le pire est que les scènes manquent totalement de dynamisme et les personnages n'ont aucune expression faciale...contraire au principe de la BD.

    Bilal insiste très lourdement sur la teinture de la peau, des cheveux et des poils, alors qu'on pourrait tout simplement regarder autre chose que les phylactères pour s'en rendre compte tout seul. Je trouve par ailleurs que ce style donné aux personnages est grotesque et ridicule, mais cela n'est qu'un avis personnel.

    Côté SF on a l'impression que Bilal n'a aucune référence et qu'il essaye de combler ses lacunes en balançant le plus de détails compliqués possible...au final cela devient absurde et complètement contradictoire. Comble du ridicule : la pyramide des dieux immortels, dotés de tous les pouvoirs de télékynésie, dont la propulsion se fait...au pétrole !

    Dans les tomes 2 et 3, le scénario est discontinu, interrompu, volontairement et maladroitement compliqué.

    Dans le tome 3, je m'interroge encore quant à l'utilisation effrénée des échelles de graduation pour tout et n'importe quoi : température de l'air, haine entre les peuples, santé, force et intelligence des personnages, etc...Quant aux références de ces échelles elles sont quelque peu ridicules : mentionner une "échelle de Tyson" pour évaluer la force d'un personnage dans un univers futuriste ou une "échelle serbo-croate" pour quantifier la haine me laissent perplexe !!!

    Pour finir, les quelques touches d'humour glissées par-ci par-là sont elles aussi très maladroites et contrastent avec l'univers sombre et violent des 3 œuvres. Pourquoi polluer un dessin avec une grosse flèche indiquant l'état d'esprit du personnage à la 3ème personne alors qu'il serait plus logique et artistique de rendre visible cet état d'esprit ?

    Seul point positif : l'utilisation des dieux égyptiens est une très bonne idée, mais trop peu et mal exploitée...

    En résumé, j'ai été très déçu par cette trilogie, tant du point de vue des graphismes que du scénario et du style.