Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les avis de - okilebo

Visualiser les 67 avis postés dans la bedetheque
    okilebo Le 06/01/2009 à 22:50:22
    Elmer et moi - Tome 2 - Les règles du jeu

    André Benn nous présente, ici, une série très "adulte" tout en intelligence et en finesse.

    Le scénario nous parle d'un ventrilogue paumé mais très attachant.
    Le réçit nous entraîne dans le monde du spectacle et du music-hall à la fin des années 30. Un univers cruel où reignent l'hypocrisie et opportunisme et qui malheureusement sont toujours d'actualité.

    Tout en finesse, le dessin de Benn met très bien en valeur le récit.

    Elmer et Moi est un dyptique qui merite vraiment que l'on s'y interesse.

    C'est vraiment à conseiller !

    okilebo Le 01/01/2009 à 10:30:03

    Pavillon Rouge était un magasine vraiment bien fait.
    Son contenu était très complet et les infos concernant les productions Delcourt étaient souvent interessante.
    De plus, on avait souvent droit à des dossiers, des histoires inédites, des crayonnés.
    Enfin bref, c'était un régal si, tout comme moi, vous aimiez les séries Delcourt.

    Je regrette vraiment que la diffusion de ce magasine fût arretée !

    okilebo Le 16/02/2008 à 09:46:13

    C'est avec beaucoup de retard que j'ai découvert cette bd. Ce qui est pour moi, une grosse lacune étant donné que je suis un amateur de s-f. Mais bon, voila j'ai réparé mon erreur et c'est avec joie que je me suis donc plongé dans cet univers gore et fantastique.
    La colonisation spatiale est un sujet fort prisé chez les scénaristes, et Thierry Cailleteau ne faillit pas à la règle en developpant, ici, une histoire à mi-chemin entre "Alien" et "La nuit des mort-vivants". Il nous concocte un récit haletant qui fait place avant tout à l'action, au suspense et à l'humour. Tous ces ingrédients contribuent à donner un ton fluide et agréable à cette série.
    Conclusion : on "dévore" les deux tomes, page après page.
    Plusieurs éléments viennent se greffer dans la structure du scénario. Cela contribue à donner de l'intensité au récit et à titiller notre curiosité.
    A travers "Cryozone", on nous démontre, une fois de plus, que les multinationales ont le pouvoir de détruire ou de développer des projets, mais uniquement pour leurs interêts et bien sûr sans se soucier des pertes humaines que cela pourrait occasionner.
    Le message, même s'il n'est pas nouveau, passe très bien et la conclusion, bien que prévisible, reste intéressante.

    Le dessin de Denis Bajram n'est peut-être pas aussi aboutit que dans UW1 mais il s'y dégage déjà beaucoup de maturité. Entre autres, j'aime beaucoup quand il dessine des vaisseaux spatiaux. Sa précision du détail y est superbe. J'ai remarqué que le personnage de la page 3 du tome 1 (Chavez) ressemble étrangement à Mario , un des héros de "Universal War One". Coïncidence, je suppose !
    Les couleurs de Florence Breton et Nadine Thomas sont parfois très vives mais dans l'ensemble, elles restent dans l'esprit du récit.

    "Cryozone" est donc une série à lire sans attendre, et si comme moi vous hésitez à l'achat de cette bd, et bien je vous rassure c'est franchement une bonne histoire !

    okilebo Le 06/02/2008 à 22:05:42

    Cette bd est un magnifique tableau traitant de l'immigration.
    Le réalisme du dessin nous permet d'encore mieux cerner cette réalité.
    Intermezzo est pour moi le one-shot le plus réussi de ce duo d'auteurs. Chaque planche est un reflet du passé, un miroir sur le présent. De nombreuses questions se posent sur l'importance de connaître ses origines. Est-ce que le déracinement peut faire souffrir et le fait de se ressourcer pourrait-il dissiper les incertitudes ?

    Etant originaire d'une région ouvrière, je côtoie quotidiennement des immigrés, certains sont même devenus mes amis. C'est aussi un peu pour cela que j'ai donné la cote maximale à cette bd. Mais je suis peut-être pas impartial? A vous de juger !

    okilebo Le 10/06/2007 à 10:33:09

    Ce qui caractérise le travail de Christian Cailleaux c'est que chacun de ces albums est une invitation au voyage. De plus, ces voyages en question sont souvent axés vers des destinations exotiques, ce qui n'enlève rien au charme de ses recits.

    L'auteur nous parle ici d'un jeune homme elevé par vieil homme riche qui s'est mit en tête de decouvrir la vie et l'amour. Une chose est sûr, Cailleaux a un réel talent de narrateur. Il jongle avec les mots avec une aisance naturelle. La lecture de chacun des chapîtres est un vrai régal. L'histoire en elle-même est très plaisante sans pourtant être transcendante. On suit le périple de Mogo, le héros, avec beaucoup de plaisir, tout en douceur, un peu comme si le temps s'était arrêté. C'est très agréable. mais si connaissez l'oeuvre de Cailleaux, vous devez savoir que ce coté délicat revient régulièrement dans ces recits.

    Niveaux dessin, c'est du beau travail. Le finesse de son traît est remarquable. On devine parfois un inspiration evoquant la ligne claire surtout dans les paysages.
    Haëllifa est un album à l'italienne. Les textes sont en général du coté gauche et une grande planche accompagne ceux-ci à chaque fois. Nous pouvons ainsi mieux apprécier le talent de l'auteur.

    Je conseille cette bd pour son coté appaisant . C'est très agréable et c'est à suivre !

    okilebo Le 10/06/2007 à 10:29:18

    Un album de Christian Cailleaux est toujours un réel plaisir. Il nous fait souvent voyager sous des cieux plus cléments et franchement, on ne s'en plaindra pas.

    Une fois de plus, l'auteur nous propose un récit délicat et plein de saveurs. "Harmattan" est avant tout l'histoire d'une rencontre entre deux hommes que tout oppose. Le premier, Samuel, est un noir issu de la banlieue new-yorkaise, et le second est un riche dandy. Ils vont se lier d'amitié et se mettre en quête d'un trésor, ce qui ne se fera pas sans peine.
    Cet album est très agréable et on suit les personnages avec beaucoup de plaisir .

    En règle générale, je trouve le graphisme de cet auteur assez réussi. La particularité de Cailleaux est qu'il travaille avec deux techniques de dessin différentes. La première est plus caricaturale ("Les Imposteurs"), et la seconde est, comme dans ce cas-ci, beaucoup plus en rondeur. Les visages des personnages sont très sympathiques et les paysages d'arrière-plan sont à la fois discrets et bien présents. Je pense que cela reflète bien l'état d'esprit du dessinateur.

    Un album à lire sans hésitation.

    okilebo Le 18/03/2007 à 09:05:42
    Miss pas touche - Tome 2 - Du sang sur les mains

    Je pense que Poisson Pilote est une collection qu'il faut toujours suivre de près. Une fois de plus, celle-ci nous offre un récit original et savoureux.

    Le scénario de Hubert nous plonge dans l'ambiance du Paris des années 30.
    En résumé, on fait la connaissance de Blanche, une femme de chambre, qui décide d'enquêter sur la mort inquiétante de sa soeur Agathe. Ces investigations la conduiront à travailler dans un bordel bourgeois.
    On suit les péripéties de cette jeune fille avec beaucoup de plaisir et d'intérêt. On pleure avec elle, on rit avec elle, bref, on vit à son rythme.
    Le ton du récit est frais et léger et les passages dramatiques sont très convaincants.
    Cet équilibre fait de cet album une petite réussite.

    Le dessin de Kerascoët est très actuel. Son trait subtil et léger colle tout à fait avec le scénario et certaines expressions de visages sont parfaitement bien rendues.
    L'atmosphère des rues de Paris décrites ici est très réaliste, également.

    "Miss Pas Touche" est une réussite, c'est incontestable.
    Allez-y, vous ne le regretterez pas.
    C'est à suivre !

    okilebo Le 03/03/2007 à 09:00:45
    Le roman de Renart (Martin) - Tome 1 - Les jambons d'Ysengrin

    J'ai pris beaucoup de plaisir à lire cet album. J'ai retrouvé, ici, un peu du charme qui se dégage du Vent dans les Saules. Pourtant, le style graphique est totalement différent. Ceci dit, je pense que le trait particulier de Thierry Martin est idéal pour cette histoire.

    Au niveau du scénario, Jean-Marc Mathis nous fait partager les aventures d'un renard (avec un t) très rusé qui est prêt à tout pour trouver de la nourriture. A travers sept histoires, on suit les péripéties de notre goupil. C'est très agréable à lire et les personnages sont plutôt attachants.

    "Le Roman de Renart" est un album plein de fraîcheur et de finesse.

    C'est à conseiller !!!


    okilebo Le 16/10/2006 à 18:30:45

    Pauvre Lampil est parût pour la première fois ,en 1974 , dans le journal de Spirou . A cette époque , les séries humoristiques ne foisonnaient pas comme actuellement . Il s'y dégageait , donc , une certaine fraîcheur et les idées de gags étaient souvent neuves . Cette bd est une caricature de deux auteurs de bandes dessinées célèbres : Willy lambil et Raoul Cauvin . Reste à voir si le dessinateur des Tuniques bleues a un aussi mauvais caractère que notre pauvre Lampil . Ceci-dit , au fil des albums , on s'habitue a son irascibilité, à ses petits malheurs et à sa vision très vieille école d'un couple "moderne" ( sa femme est un peu sa bonniche ! ) . Ce qui est intéressant dans cette série, c'est que les péripéties des personnages principaux font parties des aléas de la vie de tout les jours . Cela donne un coté très réaliste aux gags et on peut se demander si certaines situations n'ont pas vraiment étés vécues .

    okilebo Le 08/10/2006 à 09:16:28
    Gotham Central (Semic-Panini) - Tome 3 - Pris pour cible

    J'ai été très agréablement surpris en lisant cette série. Je m'attendais à quelque chose de léger et au contraire, le scénario s'est révélé plutôt consistant.

    Les différentes histoires présentées, ici, sont vraiment bien foutues. On suit celles-ci avec beaucoup d'intérêt. Rucka et Brubaker, les scénaristes, ont vraiment fait du bon boulot.
    Bon, c'est vrai que le premier tome est agréable, mais sans plus. Poutant dans les tomes suivants, les auteurs ont voulu donner une importance plus marquée au caractère des personnages. De ce fait, le récit est plus dense et bien sûr, beaucoup plus réaliste. Une mention particulière à l'inspecteur Montoya, qui dans le tome 2, est confrontée à des révélations embarrassantes. On ressent facilement toute sa détresse devant ce problème, ce qui la rend attachante.

    L'originalité du récit se situe, bien évidemment, dans le fait que l'histoire se déroule à Gotham City, qui comme tout le monde le sait, est la ville d'origine de Batman.
    Où cela devient intéressant c'est que celui-ci est mis volontairement à l'arrière-plan par les scénaristes, mettant ainsi en valeur le travail des policiers "normaux" de cette ville. Grâce à cela, on apprend que les rapports entre notre chauve-souris préférée et la police sont parfois ambigus.
    Cet aspect est d'ailleurs présenté avec beaucoup de subtilité.

    A priori, le dessin de Michaël Lark n'a rien d'extraordinaire. Les personnages sont parfois difficiles à reconnaître. Pourtant, les ambiances sont très bien rendues, ce qui donne de l'intensité au récit.

    Je suis loin d'être un spécialiste en comics, mais je pense pouvoir clamer bien haut que "Gotham Central" est une série à suivre.

    A conseiller................ sans aucun doute !


    okilebo Le 14/08/2006 à 23:07:22

    Trait de Craie est un album qui possède beaucoup de qualités. De plus, l'histoire baigne dans une ambiance très détendue, du moins en apparence.

    Le scénario de Prado est construit avec beaucoup d'intelligence. Les traits de caractères des personnages principaux sont très bien développés également, ce qui nous plonge au sein du récit avec beaucoup d'efficacité. L'histoire débute en douceur mais on est vite interpellé par son aspect fantastique qui, bien évidement, intensifie notre curiosité.

    Le dessin de Prado est très réussi. Celui-ci met très bien en valeur l'histoire en elle-même. Les couleurs sont, quant à elles, de toute beauté.

    Trait de craie est un récit à suivre impérativement !

    okilebo Le 20/06/2006 à 23:18:43
    Les aventures de la fin de l'épisode - Tome 16 - Les aventures de la fin de l'épisode

    Mais que voilà un petit album bien sympathique !
    En résumé, nous sommes à la fin d'une enquête policière et le dénouement se répète sans cesse. Je dois dire que le résultat est plutôt réussi. Beaucoup d'humour et une agréable atmosphère qui semble sortir tout droit d'un roman de Conan Doyle, voilà l'ambiance générale de cet album.
    Lewis Trondheim nous prouve encore une fois qu'il a beaucoup de talent. Malgrès ces 22 pages, cette bd se révèle tout à fait convaincante.

    Le dessin de Frank Le Gall (Théodore Poussin) est très réussi . Son trait classique colle très bien au scénario.
    Les Aventures de la fin de l'épisode vous fera passer un moment agréable . De plus, comme tous les albums de la collection "Patte de mouche", cette bd est peu onéreuse donc cela ne risque pas de vous ruinez.

    okilebo Le 13/06/2006 à 20:32:40
    Servitude - Tome 1 - Livre I - Le Chant d'Anorœr

    Je m'étais promis de ne plus entamer une nouvelle série produite par les éditions Soleil car, excepté pour quelques-unes unes d'entre elles, le manque d'originalité qu'il se dégageait de leur production m'avait un peu saoulé.
    Quand, pour la première fois, j'ai vu la couverture du tome 1 de Servitude, je dois dire que j'ai été intrigué, celle -ci ne reprenant pas les critères habituels fidèles à cet éditeur. Malgré cela et jouant sur la prudence, j'ai préféré attendre de lire quelques avis avant de me lancer. Ceux-ci se révélant positif, je me suis précipité chez mon libraire.

    Le résultat est à la hauteur de mes espérances. Tout d'abord, au niveau du scénario, évitant les clichés habituels que l'on retrouve dans l'héroïc-fantasy, il est écrit avec beaucoup d'intelligence. Le ton est fluide et au fil des pages, on apprend à apprécier les différents personnages qui agrémentent le récit.
    Les bases du scénario sont établies dès les premières pages, ce qui nous permet de s'introduire dans l'histoire avec beaucoup de facilité.
    Ce qui m'a surtout surpris, c'est que l'aspect fantastique est, ici, mis en retrait. Oui, excepté un dragon à la page 54, aucun être imaginaire n’apparaît dans ce récit. Pourtant, la sauce prend très bien et pour notre plus grande joie.

    Le dessin de Bourgier est de toute beauté, son trait est fin et subtil, ce qui lui donne beaucoup d'élégance.
    Originalité, aussi, au niveau des couleurs. Celles-ci sont faites dans des tons pâles, très proche du sépia.

    Servitude est une série qui promet, elle a toutes les qualités pour être parmi les meilleurs du genre.

    C'est à conseiller et surtout à lire !

    okilebo Le 07/05/2006 à 13:17:06
    Le quatrième pouvoir - Tome 2 - Meurtres sur Antiplona

    Rien ne laissait supposer qu'une suite était prévue à cet ex-one-shot (tome 1) sorti en 1989. C'est donc avec une joie non dissimulée que j'ai découvert le tome 2 qui vient de sortir et après lecture, je peux vous dire que je n'ai pas été déçu.

    Juan Gimenez nous propose, ici, une histoire plutôt intéressante.
    A condition, bien évidement, d'être fan de S-F.
    Le scénario est écrit avec beaucoup de justesse. En résumé, cette série nous raconte comment une jeune fille (Méga), pilote de chasse, devra affronter à la fois ces ennemis (les terriens) et les scientifiques de sa planète qui ont projetés de sélectionner des femmes dotées d'une intelligence supérieur afin de réaliser une arme absolue qui leur permettra peut-être de prendre le pas sur les humains.
    Bon, c'est vrai que l'originalité n'est peut-être pas au rendez-vous. Oui, la guerre entre les terriens et une autre race est un sujet qui a maintes fois été traité. Pourtant, je dois avouer que j'ai beaucoup apprécié ce récit.
    Le tome 2 est lui plus axé sur l'aventure (d'ailleurs, le titre en est révélateur : "Meurtres sur Antiplona"). Notre héroïne fuit le pouvoir de sa planète en se réfugiant sur un planétoïde où tous les activités du site sont axées sur le jeu. Divers évènements vont l'insiter à fuir à nouveau. Le résultat est très convaincant. Cela est dû, je pense, à un scénario très efficace, une narration fluide et un dessin qui est vraiment à la hauteur.

    Et justement, parlons en du dessin. Il est clair que Gimenez ("La Caste des Métabarons") a vraiment un potentiel graphique. Son traît est précis et les décors sont vraiment ambitieux. Les grandes planches sont particulièrement réussites et les vaisseaux spaciaux sont dessinés avec beaucoup de justesse et de réalisme.
    J'adhère totalement.

    "Le Quatrième pouvoir" est une série de qualité qui mérite une attention de votre part.
    A lire !

    okilebo Le 22/04/2006 à 13:37:36

    Mon Voisin le Père Noël est un album plutôt réussi. Ce one-shot, sorti en période de fêtes, est pourtant loin d'être un conte de Noël.

    Le scénario de Philippe Bonifay est très subtil. Il nous fait découvrir deux personnages que la vie n'a pas épargnés. Au fil des pages, on découvre leurs souvenirs et on finit par avoir pitié de ces deux paumés. L'auteur nous sensibilise à leurs douleurs et à leurs regrets, ce qui les rend attachants.

    Le dessin de Béatrice Tillier est vraiment réussi. Son graphisme, tout en finesse, est parfait pour ce genre d'histoire. Certains plans larges comme aux pages 26 et 27 sont de toute beauté. Un très beau travail !

    okilebo Le 22/04/2006 à 13:29:19

    La première chose que je constate c'est que la collection Expresso n'est vraiment pas à négliger. Un ton et une couleur artistique sont bien présent, ici et ce n'est pas cet album qui me démentira.

    Cyril Pedrosa nous offre un récit tout en douceur où se mélange poésie, intelligence et subtilité.
    L'auteur nous conte les mésaventures de Jean-Paul, un célibataire qui, étant étouffé par sa mère et ses amis, décide de prendre le large.
    J'ai été très touché par cette histoire. Le personnage principal est vraiment attachant et Pedrosa réussi parfaitement à nous faire ressentir la solitude et les doutes de notre héros. En plus de cela, nous avons droit à une galerie de personnages haut en couleur.
    Les Coeurs Solitaires est un one shot où réalisme et justesse ne sont pas des moindres mots mais aussi où l'humour n'est pas oublié.

    Le graphisme de l'auteur est vraiment réussi, j'aime beaucoup son coup de crayon qui met bien en valeur les moments de déprimes ainsi que les notes positives du récit.
    Ce savoir-faire donne beaucoup de crédibilité à cette histoire, ce qui n'est pas pour me déplaire.

    Cet album est un one-shot de toute beauté et c'est bien évidement à conseiller de toute urgence !

    Mon coup de coeur du moment !

    okilebo Le 15/04/2006 à 09:26:24
    Le ruistre - Tome 2 - Femme Aurimonde

    Il fut un temps où je lisais pas mal de bd historiques. Puis, je dois avouer que je me suis un peu lassé. Je pense que cette lassitude est venue à cause du coté parfois trop encyclopédique de ce genre de récit.

    Pourtant, en feuilletant Le Ruistre, ma curiosité a été interpelée par plusieurs points. Tout d'abord, nous sommes, ici, plongés en plein Moyen-âge, certes, mais dans une période indéterminée. Ensuite, notre héros est un vrai méchant, le genre de gars qu'il faut mieux éviter de côtoyer. Un autre élément qui m'a frappé c'est l'emploi du vieux francais. C'est à la fois très curieux et intéressant même si parfois cela vous oblige à une concentration plus soutenue.

    D'un point de vue scénaristique, Jean François Kraehn (Gil St André) nous offre une histoire plutôt bien écrite. Les personnages sont décrits avec beaucoup de crédibilité. Cela les rends parfois attachant ou parfois répugnant à l'image du héros qui, au fil de l'histoire et contre toute attente, se révèle plus humain.
    Ceci-dit, ce sentiment est peut-être dû au fait qu'on s'habitue tout simplement à sa malveillance. Mais une chose est sûre, on n'est pas insensible à sa destinée.

    Graphiquement, le dessin de l'auteur est irréprochable. Il faut dire que le dessinateur n'est pas un débutant dans le métier. De ce fait, son traît est d'une grande précision à l'image des décors qui sont remarquablement dessinés.

    Le Ruistre est une série historique que je conseille pour sa qualité et surtout pour son originalité.
    A suivre !

    okilebo Le 13/04/2006 à 20:23:26
    Orbital - Tome 1 - Cicatrices

    Et bien, voici une nouvelle série qui, à mon avis, ne va pas passer inapercue. Séduit par le dessin, j'ai acheté le premier tome sans hésiter. Le résultat est à la hauteur de mes espérances, que demander de plus !?

    Le scénario de Sylvain Runberg est vraiment bien foutu. Après une petite introduction nous dévoilant un peu le passé de notre héros, nous voilà plongé dans l'espace intersidéral, au milieu d'une multitude de races extra-terrestes tout aussi interessantes les unes que les autres. Sans fioritures, on nous fait participer à l'entrainement d'une équipe de négociateurs qui ont pour mission de régler certains problèmes délicats. L'histoire est dense et beaucoup de tiroirs sont encore à ouvrir, ce qui nous permet d'imaginer une suite palpitante.
    Sans crier au chef-d'oeuvre, le scénariste nous fait partager une aventure riche, interessante et dépaysante, ce qui n'est pas à négliger !

    Le dessin de Serge Pellé ne passe pas inaperçu. Je trouve que son style est raffiné et expréssif. C'est d'ailleurs cela qui m'a convaincu d'acheter cet album.
    Les couleurs, quant à elles, me font un peu penser à celles que l'on retrouve dans les albums de Gimenez ( Le Quatrième Pouvoir, ect... ).

    Orbital est une réussite, c'est indéniable.
    Si vous aimez la S-F, vous ne serez pas déçu. C'est à suivre !

    okilebo Le 31/03/2006 à 00:09:02
    Révélations (Jenkins/Ramos) - Tome 1 - Tome 1

    Voilà une bd qui m'a causé pas mal de soucis. A maintes reprises, je l'ai eue en mains, je l'ai feuilletée puis je l'ai reposée dans sa pile en me disant que j'avais d'autres achats plus urgents. Et puis à force de tourner au tour du pot, je me suis enfin décidé. Et là, j'ai pu constater que j'étais vraiment idiot de ne pas avoir acheter cet album plutôt car celui-ci est vraiment bien écrit.

    Paul Jenkins nous propose un scénario tout à fait réussi. Un meurtre au Vatican, un détective de Scotland Yard qui mène l'enquête et nous voilà plongé dans un récit plein de suspense et de rebondissements. Et de ce côté là, on n'a pas à se plaindre, dès les premières pages, on est absorbé par l'histoire, il faut dire que le rythme narratif ne vous laisse aucun répit. De ce fait, on ne s'ennuie pas un seul instant et c'est avec beaucoup de frustration que l'on referme ce premier tome.
    Le tome 2 n'est pas encore sorti ? Ah bon, dommage (rires).
    De plus, certaines répliques sont vraiment succulentes. Morceau choisi : Concernant les rapports de police : "Mes demandes répétées ont autant servi qu'un pénis à un mariage de lesbiennes". Arfff !!!! Il y en a d'autres mais je ne voudrais surtout pas gâcher votre plaisir.

    Le dessin de Humberto Ramos est assez singulier. De ce fait, il faut un certain temps pour s'habituer à son coup de crayon.
    Dans son trait, on retrouve un subtil mélange de manga, comics et de bd européenne qui donne un résultat plutôt convaincant. Personnellement, j'ai trouvé que son travail donnait beaucoup de punch au scénario de Jenkins.

    Vous aurez compris qu'à mes yeux, Révélations n'est pas à négliger. Cet album est une réussite indéniable.
    A conseiller, à suivre, à lire, à posséder !

    okilebo Le 23/03/2006 à 18:13:18
    Acriboréa - Tome 1 - L'incertain

    La science-fiction est un thème qui me plait beaucoup. Et de ce coté là, on est assez gâté, beaucoup de scénaristes nous font grâce de leur vision du futur.
    Pourtant, ce n'est pas ce genre de bd que j'achète le plus, je pense que cela est dû au manque d'originalité qui se dégagent de certaines séries.
    En feuilletant, le tome 1 de Acriboréa, ce qui m'a frappé c'est le coté adulte du graphisme. Cela semblait donner une certaine crédibilité à cette bd et c'est d'ailleurs ce qui a motivé mon achat.

    Après avoir lu ce premier tome, je dois avouer que je n'ai pas été déçu. J'ai trouvé la mise en place du récit un peu confuse au départ mais après une quinzaine de pages, les aboutissants deviennent beaucoup plus perceptibles. Le scénario est plutôt dense, beaucoup d'éléments viennent se greffer pour nous donner une histoire tout à fait cohérente. Les personnages principaux ne manquent pas de personnalité et de plus, le rôle de certains d'entre eux est encore très flou, ce qui attise ma curiosité et qui intensifie mon intérêt pour cette bd.

    Au niveau du dessin, j'aime beaucoup le coup de crayon de Stéphane Créty. Son graphisme est très actuel et comme je l'ai dis plus haut, il se dégage de celui-ci, une touche de réalisme qui accentue encore plus la crédibilité du récit.

    "L'incertain" est un tome d'introduction qui ne manque pas de qualités. Cette série est, pour le moment, tout à fait digne d'intérêt.
    Faisons confiance aux auteurs pour l'avenir d'Acroboréa !

    En tout cas, c'est à suivre !

    okilebo Le 26/02/2006 à 09:23:11

    Sur l’album, on peut lire : "Trente siècles les séparent....et pourtant, ils s'aiment ". A travers cette phrase, on comprends vite que le thème de cette bd ne passe pas inaperçu.

    Le scénario de Sfar est, en effet, très original et un soupçon déroutant. Oui je m'explique : dans le récit, les gens n'ont pas l'air étonné de voir des momies se balader dans les rues de Londres. Euh.... ! ( ??? )
    A part ce détail un peu surprenant, nous avons droit, ici, à une histoire au ton frais où il s'y dégage beaucoup de poésie. Les personnages sont présentés avec ironie et dérision. Certains d'entre eux sont vraiment craquants. (J’ai beaucoup aimé la reine Victoria qui est vraiment hilarante )
    Le récit nous parle d'une histoire d’amour, théoriquement, improbable. Sous ces apparences tragiques, il se dégage de cette bd un humour subtil et très british.

    Au niveau du dessin, Emmanuel Guibert développe un trait tout à fait raffiné. Une finesse qui donne beaucoup d'éclat à cet album. (Liliane , l'héroïne , est superbe ( page 33 , case 4 ) )
    Les couleurs sont évidemment très belles également. Les tons pastels et parfois jaunit accentuent encore plus l'ambiance " Victorienne " de cette bd.

    En résumé, si je devais qualifier cet album, je dirais qu'il est poétiquement surréaliste.
    Je vous le conseille si vous voulez goûter d'autres saveurs !

    okilebo Le 05/02/2006 à 18:41:28
    Le vent dans les Sables - Tome 1 - L'invitation au voyage

    Michel Plessix a eu une excellente idée de créer un deuxième cycle à cette série. Les personnages du Vent dans les Saules étaient si attachants que cela aurait été dommage de les quitter aussi vite.

    C'est donc avec une joie non dissimulée que l'on retrouve, ici, Rat, Taupe et Crapeau. Dans cette histoire, nos personnages vont quitter leur chère campagne pour des contrées plus lointaines. Une décision difficile pour eux (surtout pour Rat) mais qui les conduira vers des aventures inédites où le mot Découverte prendra des allures aux parfums exotiques.
    Ce second cycle n'a rien perdu en qualité et j'ai pris, à nouveau, beaucoup de plaisir à lire cet album. Dès les premières pages, on est captivé par le récit et j'avoue être impatient de connaître la suite.

    Le dessin de Plessix est toujours aussi impeccable. Les saveurs de l'automne sont particulièrement bien rendues.

    Le Vent dans les Sables est bien entendu à lire et à conseiller !

    okilebo Le 26/01/2006 à 22:25:33
    Amours fragiles - Tome 1 - Le dernier printemps

    C'est vrai que Amours Fragiles peut être considérée comme de la bd historique. Personnellement, cela me gène un peu car même si on ne peut pas nier les faits, un des points marquants reste avant tout la relation humaine et amoureuse qui unit les deux héros principaux.

    Le scénario de Philippe Richelle est vraiment très réussi. Le ton est juste et la narration très efficace.
    En résumé, dans une Allemagne aux portes du nazisme, on nous fait partager la rencontre amicale puis amoureuse d'un garçon timide et une jeune fille fraîchement installée en face de chez lui. Vous allez me dire que cela n'a rien d'extraordinaire. Et pourtant, j'ai trouvé cette histoire terriblement passionnante car à travers cette liaison, nous sommes témoins de la montée du parti national-socialiste, ce fléau qui sera à la base de plusieurs complots, accusations injustifiées et discours antisémites malheureusement déjà bien présents à cette époque. Tout cela nous aide à mieux comprendre les doutes et les incertitudes du peuple allemand.
    Bien sûr, vivre cet amour au grand jour ne va pas être chose facile pour nos deux tourtereaux surtout que la conjoncture de ce pays en cette période agitée n'est pas là pour arranger les choses.
    Les personnages sont décrits avec beaucoup de pudeur et l'ambiance morose du moment est affichée sans ménagement. Le scénariste s'est sûrement bien documenté pour élaborer son récit et pour cela, son travail mérite franchement que l'on s'y attarde.

    Le dessin de Jean-Michel Beuriot est assez original. Son trait est relativement classique mais il a sû y intégrer une touche personnelle qui lui donne beaucoup de charme. Les personnages sont dessinés avec finesse et les ambiances de rues sont plutôt bien rendues. Les couleurs sont, elles, dans les tons pastels, ce qui donne à l'album un aspect plutôt terne mais qui colle très bien avec l'histoire.

    Amours fragiles est une bd très réussie sur une période très sombre de notre passé. Intelligemment écrit, il s'y dégage amour, pudeur et engagement. A conseiller, d'urgence !!!

    okilebo Le 21/01/2006 à 10:07:44
    Kenya - Tome 4 - Interventions

    Au premier abord, en feuilletant Kenya, on a l'impression d'être convié à nouvelle aventure exotique. Puis, en commençant la lecture, on se rend vite compte que l'aventure en question bascule très vite dans le mystère et le fantastique.
    Vous aurez compris que si vous pensez trouver une ambiance proche d'un roman de E.G. Burroughs et bien c'est raté. Ici, on flirte avec le surnaturel à pleines dents.

    Le scénario de Rodolphe (Dock 21) est très bien construit et les aboutissants de l'histoire, bien qu'encore très flou, attisent déjà notre curiosité. Par moment, j'ai eu l'impression d'être dans un épisode de X-files mais dans une version plutôt années 50 et c'était, ma foie, pas déplaisant.
    Les trois personnages principaux sont, bien-sûr, très mysterieux également et on se doute que leur identité est plus complexes qu'il en paraît.

    Le dessin de Léo est très beau même si on peut parfois lui reproché une certaine rigidité dans les visages qu'il dessine. Ceci-dit, son traît réaliste sert très bien le réçit.
    Les couleurs de Scarlett Smulkowski sont, elles, efficace et jolies sans pour cela être originales mais je ne crois pas que ce genre d'histoire demande de l'inovation.

    En résumé, je dirais que avec Kenya, nous avons droit une bd qui regorge d'énigmes et de rebondissements.
    La suite ne peut être que prometteuse.

    A suivre !

    okilebo Le 19/12/2005 à 21:58:31

    Houppeland est un dyptique qui sous ces abords humoristiques nous délivre un message terriblement réaliste.

    Le scénario est franchement réussi. En résumé, Houppeland est un pays où la loi oblige les habitants à fêter Noël chaque jour de l'année.
    A travers, ce récit, il est clair que le rapprochement avec nos habitudes sociales est inévitables. D'ailleurs, il ne faut pas aller très loin, il suffit de regarder ce qui ce passe depuis une dizaine d'années, chaque 31 octobre : Nous fêtons Halloween à grandes pompes ! à ce train là, nous achèterons, bientôt, tous, une dinde en Novembre pour fêter Tanksgiving et pourquoi pas, après cela, s'approprier une obcure tradition scandinave qui nous obligerait tous à se balader à poils ? Après tout, au diable la pudeur !
    Après ce petit coup de gueule, j'aimerais revenir à cette histoire où le contexte dictatorial m'a fait curieusement penser à l'occupation pendant la seconde guerre mondiale. Il suffit de regarder les Joyeux Drills = Gestapo puis il suffit de voir la tête du deuxième président élu (voir tome 2) qui avec sa mèche sur le coté ressemble fortement à un dictateur bien connu. Et bien-sûr, n'oublions pas la propagande et les dénonciations .
    Sur le plan narratif, dès le début, on est captivé par cette histoire et je vous avoue avoir eu un petit faible pour le tome 2 qui m'a semblé plus aboutit.

    Le dessin de Tronchet s'intègre parfaitement dans cette histoire et les couleurs sont très réussites.

    Avec cette bd, l'auteur nous invite à lever la tête au delà des nuages, suivons son conseil.

    Houppeland est un album de très grande qualité et c'est donc à lire, obligatoirement

    okilebo Le 14/11/2005 à 19:19:38

    Tout d'abord, je dirais, avec ironie, que si en quittant ce monde, vous devriez emporter une seule bd avec vous, je pense que "Les Mystères du meurtre" serait celle qui conviendrait le mieux. Vous auriez ainsi une vision plus que réaliste de ce qu'est le paradis.

    Neil Gaiman aurait-il goûté à cette vue de l'au-delà ? Je crois que cette question est intéressante, car on ne peut que s'émerveiller devant l'application avec laquelle l'auteur nous décrit sa vision de l'eden.
    Le scénario est d'une perfection presque insolente. Dès le début du récit, on est captivé par cette aventure surréaliste qui vous plonge dans une atmosphère aux limites de l'onirisme. Concevoir une histoire sur le soi-disant premier homicide de l'univers avant même que l'humanité apparaisse, il fallait oser. L'auteur l'a fait, et franchement, ce récit est divin.
    Un ange, Raguel (la vengeance du seigneur) est chargé d'enquêter sur le meurtre d'un de ces congénères. Les investigations de ce Sherlock Holmes céleste sont menées tambour battant et j'ai trouvé le dénouement très convaincant.
    La fin de l'album est tellement surprenante que j'ai dû me reprendre à deux fois pour être sûr d'avoir compris.

    Au niveau du dessin, et bien celui de P. Graig Russell est fidèle à l'esprit des comics américains. Son trait est fluide et aéré.
    Sa vision graphique du paradis est très jolie. Il la représente comme une grande cité suspendue dans le néant. Son regard sur ce monde mystique est très poétique et je crois aussi que c'est comme cela que Neil Gaiman l'avait imaginé car n'oublions pas que cette bd est avant tout une adaptation d'une nouvelle du scénariste.

    "Les Mystères du meurtre" est un one-shot qui vous fera découvrir d'autres horizons et qui vous séduira par la qualité de son scénario.
    Cet album est franchement à lire et donc à conseiller !

    okilebo Le 07/11/2005 à 17:30:34

    Je ne suis pas particulièrement attiré par les bd ayant pour thème l'aviation. Pourtant en feuilletant cet album, j'ai tout de suite été interpellé par le dessin de l'auteur.
    J'ai voulu savoir si l'histoire était à la hauteur du graphisme et, ma foi, je dois reconnaître que je me suis pas ennuyé en lisant cette bd.

    Le scénario nous présente quatre portraits de pilotes de chasse pendant la seconde guerre mondiale. A travers ces différentes histoires, on essaye de comprendre leurs motivations et leurs sentiments au moment de combattre l'ennemi.
    J'ai trouvé le récit intéressant et même parfois émouvant. On remarque que les quatre chapitres qui constituent l'album ne sont pas vraiment isolés. Oui, il existe un lien entre chaque histoire et je dois dire que l'auteur nous a présenté cela avec beaucoup de subtilité.

    Comme je l'ai dit plus haut, le dessin de Romain Hugault est très réussi. Son trait est subtil et ses avions sont à vous couper le souffle.

    Le dernier Envol est un one-shot plutôt convaincant et très sympa à lire.

    C'est à conseiller !

    okilebo Le 05/11/2005 à 22:16:33
    Le scorpion - Tome 6 - Le Trésor du Temple

    Sous ses allures de simple histoire de caps et d'épées, le Scorpion dénonce, en fait, les dégâts que peut causer l'intrégrisme religieux. De plus, excepté dans des aventures maritimes, le XVIII sciècle est une époque peu exploitée en bd. Bon, c'est vrai que cette série reprend tous les pontifs de la bd commerciale c'est-à-dire réçit fluide et gros tirage mais je dois dire que la qualité est au rendez-vous alors pourquoi bouder son plaisir.

    Le scénario de Desberg (Jimmy Tousseul, La 27eme Lettre, ect...) est une réussite, c'est indéniable. Aucunes fausses notes, la narration est efficace et l'ambiance est plutôt agréable. Le point fort du Scorpion, c'est les énigmes qui se multiplient. Oui, on se pose beaucoup de questions sur le passé de certains personnages, cela donne de la densité au réçit et nous oblige a être vigilant pour n'oublier aucuns points qui nous seraient éventuellement dévoilés.

    Marini, quant à lui, confirme qu'il est est grand dessinateur. Son trait est limpide et régulier (Méjaï, la bohémienne, est superbe!) et les couleurs sont très belles et généreuses. Le seul défaut que l'on pourrait peut-être remarquer, c'est au niveau du format de la bd, je le trouve un peu restreind pour le dessin de Marini. Mais bon, voilà, quand même, une grand série en perspective. En espérant que les auteurs lui donneront une fin digne de ce nom. Cela permettra qu'elle ne perd pas toute crédibilité.

    A suivre ....

    okilebo Le 02/11/2005 à 14:22:38

    Là-bas, écrit par Sibran et Tronchet, avait été, pour moi, un album évènement, une révélation, un coup de coeur. Je ne pouvais donc pas passer à coté de leur nouvelle collaboration même si je me doutais que renouveler cette expérience avec autant de réussite aurait été un peu difficile.

    Si c'est vrai que le scénario de Ma Vie en L'air peut sembler parfois un peu décousu, l'atmosphère poétique est très riche. Cette histoire d'enfant-oiseau nous emmène dans un univers intimiste, parfois glauque mais où la sensibilité et l'intelligence sont présentes à chaque instant.
    Le récit est bien raconté et la petite Ariane devient vite attachante.

    Pour le graphisme, Tronchet est fidèle à lui-même, si ce n'est que j'ai trouvé son dessin parfois un peu dur par rapport aux scènes décrites dans le récit.

    En résumé, Ma Vie en L'air est un album à découvrir ou du moins, à essayer !

    okilebo Le 28/10/2005 à 23:30:04
    Fantômes blancs - Tome 1 - Maison rouge

    La collection Equinoxe s'enrichit, une fois de plus, d'un album intéressant. Je remarque que sous ce label, Vents d'Ouest a sû créer un ton et Fantômes blancs s'intègre parfaitement dans cet esprit.

    Appollo (La Grippe Coloniale) nous propose un récit au parfum parfois onirique qui met en scène un jeune homme rentrant au pays et qui va faire une rencontre plutôt surprenante. L'histoire est bien racontée et françois, le personnage principal, est un garcon très attachant.
    En toile de fond, l'auteur pointe du doigt sur l'esclavagisme et nous fait découvrir les nouvelles technologies issues du début du vingtième siècle.

    Le dessin de Li-an est assez singulier. Personnellement, j'ai beaucoup aimé son graphisme. Et en particulier, la scène où notre héros est plongé en plein cauchemar.
    Ce passage est vraiment réussi.

    Fantômes Blancs n'est peut-être pas la meilleure série de cette collection mais elle reflète parfaitement les qualités de ce label.
    C'est donc à lire !

    okilebo Le 18/10/2005 à 18:56:05
    Lune d'argent sur Providence - Tome 1 - Les enfants de l'abîme

    Le Western Fantastique est un sujet déjà traîté chez Vents d'Ouest. Oui, la Piste des Ombres de Tiburce Oger a déjà ouvert la voie avec beaucoup de réussite.
    Et voici donc qu'ils remettent le couvert avec cette mini-série qui sera développée en seulement deux tomes.

    Le résultat est vraiment à la hauteur. Le scénario est mené avec beaucoup de cohérence et d'intelligence. Le sujet traité est, certes, pas forcément très original (la Kabale) mais on rentre dans le récit avec beaucoup d'interêt. Si on devine certains aboutissants, on est totalement intrigué par d'autres et je vous avoue que j'attends la suite avec beaucoup d'impatience. Les personnages ne manquent pas d'humour et certains d'entre eux sont même parfois émouvant (je pense surtout à la petite Simone).
    Je remarque de plus en plus que le Western et le fantastique sont deux genres qui se marient très bien ensemble et cette bd confirme tout à fait mon propos.

    Le dessin de Hérenguel est vraiment superbe. Il se dégage de son graphisme beaucoup de finesse et les couleurs chatoyantes de l'album viennent encore plus accentuer cet effet. Les personnages sont très expressifs et les décors sont élégants. Du beau travail !

    Le comble du bonheur c'est que on a droit à un dossier en fin d'album + un ex-libris, le tout inséré dans une enveloppe et bien-sûr pour 12,5 € . La classe !

    Vous aurez compris que je vous conseille vivement de lire Lune d'Argent sur Providence !

    okilebo Le 10/10/2005 à 19:42:51
    Zéro absolu - Tome 3 - Troisième acte

    Personnellement, voici une de mes bds favorites. A travers cette série, j'ai découvert une intrigue vraiment passionnante.

    Plantons le décors: Imaginez-vous sur une planète hostile. Devant vous, un ennemi invisible et vraiment pas recommandable. Si cela vous fait penser au film-culte "Planète interdit", détrompez-vous car, ici, la bête est d'un genre tout à fait different et franchement, j'ai trouvé celle-ci beaucoup plus vicieuse et inquietante.
    Le scénario de Richard Marazano est oppressant à souhaits.
    Plus on avance dans l'histoire, plus on constate qu'une lente descente aux enfers est au rendez-vous. Notre curiosité étant ainsi titillée, on frissonne album après album.

    A travers son dessin, Christophe Bec a réussi à developper un climat réaliste et glauque qui donne beaucoup d'intensité à l'histoire. Il est clair que la comparaison avec le premier opus d'Alien est inévitable tant l'ambiance est similaire.

    En résumé, cette série, aux références cinématographiques, est assez spéciale au premier abord mais celle-ci est vraiment fascinante.
    Et si vous êtes fan de science-fiction, vous devez possèder Zéro Absolu dans votre bédéthèque, c'est indispensable !

    okilebo Le 10/10/2005 à 19:11:06

    Annoncée dans le catalogue Soleil 1999, cette bd a finalement aboutit aux éditions Carabas qui ont eu le courage de croire en cette histoire (d'après l'auteur!).

    Richard Marazano, qui est avant tout un scénariste, nous prouve, ici, qu'il sait aussi dessiner. Son traît est assez proche de celui de Christophe Bec (Sanctuaire). D'ailleurs, le climat de ce one-shot me fait un peu penser à Zéro absolu (Soleil), qui avait dejà été réalisée par la même équipe.
    Le scénario tient très bien la route. Les personnages ont du relief et la narration est fluide et agréable.

    Une aventure galactique que je vous recommande mais qui est malheureusement méconnue du grand public.

    okilebo Le 09/10/2005 à 18:31:02
    Shimon de Samarie / Le Samaritain - Tome 1 - Tu ne tueras point

    Au premier abord, cette série est loin d'être le genre de bd qui m'interesse. L'approche plutôt classique de ce premier tome me ferait, normalement, fuir à milles lieux de là. Bizarrement, ce fût tout le contraire qui se produisit. Tout d'abord, je pense que cela est dû au contexte historique. Oui, nous sommes ici, plongé en Palestine au début de notre ère, une époque qui m'a toujours interessé.

    Le scénario nous parle de Shimon, un juge laïc chargé d'enquêter sur la mort mystèrieuse d'un homme, son corps ayant été retrouvé sous les décombres d'un temple.
    L'histoire est surtout axée sur cette enquête policière et l'époque où se situe ce récit est nettement placée au second plan.
    J'ai trouvé cette bd très agréable à lire. Bon, evidement c'est très convenu et les indices se multiplient à nos yeux d'une manière très prévisible. Pourtant, j'ai constaté que la sauce prenait plutôt bien. Il est évident que cette série ne va pas pas révolutionner l'univers de la bd mais je me suis, volontier, laissé emporter par cette histoire et en fermant mon album, j'ai eu le sentiment d'avoir passé un bon moment.

    Il se dégage beaucoup de maturité du dessin de Rouge. Il faut dire que celui-ci n'est pas un débutant. Là, aussi, on peux lui reprocher un certain classicisme mais malgrès cela, son traît se révèle très agréable à regarder.

    En somme, cette série est loin d'être transcendante mais la lecture de cette bd vous fera, je pense, passer un bon moment.
    A lire si cela vous dit !

    okilebo Le 24/09/2005 à 15:29:24
    El Niño - Tome 4 - Les oubliées de Kra

    Après avoir terminé les 56 pages d' El Niño, j'avoue être resté muet. Il y a des séries comme ça qui vous laissent un "je ne sais quoi" d'indéfinissable mais qui vous procure un sentiment de bien-être et l'impression d'avoir participé une grande aventure.

    Ici, pas de baguarres, ni de conte fantastique (quoique...!?) mais un réçit plein de vie et surtout imprégné d'humanité. Une multitude de questions se bousculent dans votre tête sur le sujet en lui-même et sur les énigmes qui s'épaississent à vue d'oeil. On partage avec Véra, l'héroïne, des moments très intîmes sur son passé, son présent et surtout son futur.
    En deux mots, Elle s'est mise en tête de retrouver son frère jumeaux qu'elle n'a jamais connu. Ses recherches vont s'avérer plus complexes qu'il en paraît. Et de fait, la lecture se révèle plus intense au fûr et à mesure que l'on avance dans l'histoire. Les intrigues se multiplient et donnent le ton. On nous fait voyager un peu partout sur la planète et une reflexion naît dans mon esprit: en chacun de nous peut se cacher un aventurier(ière) surtout quand le but ultime de cette entreprise est de retrouver un proche.

    Le dessin de Pavlovic est précis et efficace. L'héroïne est très symphatique (surtout physiquement ,hé hé !) et on ne s'ennuie pas un seul instant. Peut-être un petit reproche au niveau des couleurs qui sont parfois un peu sombres mais ceci est un détail mineur par rapport à la qualité des albums. Donc, je dis oui à cette superbe série surtout que la suite me semble très prometteuse. Alors, j'en redemande !

    A suivre !

    okilebo Le 04/08/2005 à 12:18:17

    Une fois de plus, Gimenez nous propose un one-shot très agréable à lire. Au niveau du scénario, c'est Trillo ("Spaghetti Brothers") qui s'y colle et je dois dire que le résultat est plutôt réussi.

    La S-F est une fois de plus à l'honneur, ici. L'histoire nous plonge dans un monde apocalyptique où une partie de la population vit dans les bas-fonds, au milieu de déchets radioactifs. Un évènement imprévu va les conduire à la révolte.
    Sans être originale, cette bd se laisse lire sans problème surtout si vous êtes fan de science-fiction.

    Niveau dessin, comme à son habitude, Gimenez nous gratifie de quelques grandes planches de toute beauté.

    En résumé c'est à lire pour les amateurs du genre !

    okilebo Le 04/08/2005 à 12:15:51

    A travers cet album, Guibert nous fait ressentir parfaitement l'ambiance qu'il régnait en Allemagne, avant la guerre. Une époque où le nazisme était en pleine expansion. Par la même occasion, il nous dresse un portrait assez inquiétant d'Adolf Hitler mais qui, je pense, était assez proche de la réalité.

    Cette histoire est très agréable à lire même si c'est vrai que le climat général du récit n'est certes pas à la rigolade. Au niveau des personnages, le bras droit d'Hitler, Hinkefuss, est très mystérieux et le couple d'amoureux sont, eux, très attachant.

    Il faut reconnaître que le dessin de Guilbert est difficilement reconnaissable. Ceci-dit, certains visages sont très joliment dessinés ainsi que certains décors.

    Brune est un album à découvrir !

    okilebo Le 04/08/2005 à 12:12:29

    Si je devais résumer ce one-shot, je dirais que Le Chien de Mon Patron est un condensé de vie quotidienne au Japon.

    Ce recueil d'histoires est très bien écrit. Chacune d'elles apporte son lot de bonheur et de soucis, le tout, bien-sûr, avec une bonne dose d'humour.
    Excepté pour "la Romance du salon" que j'ai trouvé moins concluant, les autres récits se sont révélés plutôt convaincant. J'ai eu un petit faible pour "Il faut que tu sois là" qui nous parle d'un pdg d'une entreprise en faillite, obligé de travailler dans un fast-food pour gagné sa vie.
    En somme, c'est très instructif car par le biais de cet album, on apprend un peu mieux comment fonctionne le système social japonnais.

    Pour le dessin, celui de Takahashi est réussi bien que assez classique. J'ai beaucoup ris en voyant certaines expressions de visage (page 6). Comme, par exemple, case 4, page 6.

    Le Chien de mon Patron vous fera passer un bon moment, c'est agréable à lire et puis on en sort avec un sourire radieux, ce qui n'est pas à dédaigner.

    A lire !

    okilebo Le 04/08/2005 à 12:09:16

    J'ai trouvé cet album dans une brocante, un peu par hasard. Ce qui m'a motivé à l'acheter c'est avant tout la curiosité. Et à ma grande surprise, j'ai vraiment accroché à cette bd.

    Le scénario de Boilet est vraiment abouti. Il nous raconte les mésaventures amoureuses de Marcello et d'Alexia, tous deux s'étant connus grâce au minitel.
    Dès les premières pages, on est absorbés par l'histoire. La relation difficile vécue par les deux protagonistes du récit dégage beaucoup de crédibilité et la conclusion de l'album est assez inattendue, ce qui n'est pas pour me déplaire.

    La mise en page de Frédéric Boilet est tout à fait originale. Le temps présent en n&b et les flash-backs en couleurs s'intègrent avec beaucoup de fluidité dans l'histoire.
    Du beau travail !

    3615 Alexia est un album a déguster, ne vous en privez pas !

    okilebo Le 23/05/2005 à 18:52:37
    Histoires d'en Ville - Tome 1 - Rochecardon I - Alfonso

    Et bien voilà ce que j'appelle du très bon polar. Tous les ingrédients sont réunis, ici, pour créer un climat où le suspense et les ambiances malsaines sont présents à chaque instant.

    Le scénario est très bien élaboré. Le scénariste a placé ses pions avec beaucoup d'intelligence. Le résultat est à la hauteur.
    Nous voilà débarqués, ici, dans la banlieue lyonnaise au milieu des délinquants et trafiquants de drogues en tout genre. Le tout géré par la mafia locale.
    Du coté des "gentils", nous découvront un ex-flic, un écrivain en herbe, un délinquant reconverti et bien-sûr une jolie fille. Vous aurez compris que la galerie de personnages est très riche et complète, et que chacun d'eux a un vécu digne d'interêt. La trame du sujet est présentée en trois tomes, ce qui est bien nécessaire pour cerner tout les aboutissants. Dès les premières pages, on est absorbé par l'intrigue. De ce fait, je vous avoue que j'ai lu les trois albums suivants, car j'étais impatient de connaître la conclusion.

    Le dessin d'Olivier Berlion ("Lie-de-vin") a quelque chose d'envoûtant. Son trait réaliste est mis en valeur par les clair-obscurs qui donnent un côté énigmatique au récit. Cette atmosphère intimiste colle très bien avec ce genre d'histoire. Par la même occasion, cela accentue encore plus l'aspect dramatique de cette enquête et cela lui donne beaucoup de réalisme.
    Les couleurs sont fidèles au dessin et s'intègrent très bien dans l'idée générale.

    "Histoires d'en ville" est un excellent album qui a tout pour plaire. C'est-à-dire un très bon scénario et un dessin qui est du même crû.
    A suivre, d'urgence !!!

    okilebo Le 07/05/2005 à 20:43:46

    Tante Henriette c'est avant tout une éloge à la poésie. L'autre évidence qui saute aux yeux, c'est que le ton de cette bd me fait parfois penser à l'oeuvre de la comtesse de Ségur. Et je dois avouer que le résultat m'a plutôt convaincu.

    Isabelle Dethan nous dépeind une partie de son enfance avec beaucoup de subtilité et sans démesure. Il en résulte que le scénario est très plaisant à lire et que l'on resent un agréable sentiment de bien-être après avoir fermer l'album. Cette tante Henriette est un personnage que ne passe pas inaperçue et c'est d'ailleurs cela qui donne tout l'interêt à cette bd.
    Présentées sous forme de flash-back, on lit les anecdotes que la narratrice prend plaisir à nous conter. Le ton est très léger et parfois émouvant. On fini par s'attacher à cette vieille dame qui, parait-il, est l'avarice personnifiée mais qui a plus de qualités qu'il en parait.
    L'auteur nous a déjà prouvé, plusieurs fois, qu'elle avait du talent en matière de scénario et une fois de plus, elle a trouvé le ton juste pour mettre en valeur les sentiments et les caractères de ces personnages.

    Au niveau du dessin , il n'y a pas vraiment de surprise, excepté l'absence de couleurs qui est un peu la marque de fabrique de la collection Encrage.
    A part ce détail, le traît de l'auteur est toujours aussi idéal pour ce genre de récit et je donnerais une mention spéciale à la couverture qui est très jolie.

    En résumé, on a droit, ici, une histoire qui fleure bon l'enfance avec son cortège de bétises, de découvertes et souvenirs.
    A conseiller !

    okilebo Le 05/05/2005 à 12:16:25
    Le gang Mazda - Tome 1 - Le gang Mazda fait de la bédé

    Le gang Mazda, c'est avant tout trois auteurs de bd qui interprètent leur propre rôle : Michetz ("Kogaratsu"), Hislaire ("Sambre") et Darasse.

    Vous allez me dire : c'est pas nouveau. Raoul Cauvin et Willy Lambil l'ont déjà fait dans "Pauvre Lampil ". Excepté, ce coté peu innovant, certains gags sont vraiment hilarants même parfois un peu sadiques. Les personnages évoluent dans un contexte très moderne et actuel. Cela déborde de parodies et d'autodérisions. Le secret de cette réussite, à mon avis, se situe dans le fait que trois scénaristes ont participés à l'élaboration de l'histoire ( Hislaire, Darasse et Tome ) Ceci est peut-être une solution pour éviter que les séries humoristiques deviennent ennuyeuses et se répètent au bout de cinq tomes.
    A méditer !

    okilebo Le 24/04/2005 à 16:32:39

    Au premier abord, je vous avoue que j'étais assez réticent à l'idée d'acheter cette bd. La raison était simple : le dessin ne m'emballait pas plus que ça.
    Et puis, en voyant les avis très positifs exprimés sur cette bd
    (merci Kaël et ThePat ), j'ai outrepassé mes appréhensions et je dois dire que je ne le regrette pas !

    L'auteur, Arthur Qwak nous offre une histoire passionnante qui met en scène une prostituée qui va être enlevée par des extra-terrestres. A partir de là, la tournure des évenements va évoluer pour nous donner ainsi une histoire palpitante et non dénuée d'humour. Le début du récit m'a semblé un peu confu mais après quelques pages, la trame devient beaucoup plus clair. Très intelligement écrit, cette bd ne manque pas d'originalité. On suit les aventures de Lola avec beaucoup de plaisir et je dois dire qu'en fermant l'album, j'étais un peu triste que ce soit terminé. La narration est parfois un peu crue mais vu la profession de notre héroine, c'est tout à fait logique.

    On ne peut pas dire que le dessin d' Arthur Qwak soit laid bien au contraire, certaines planches sont vraiment superbes.
    Je dirais plutôt que son graphisme est déroutant. Je pense que cela est dû au fait que l'auteur utilise plusieurs techniques différentes pour réaliser ses dessins.
    Mais bon, j'ai pû constater que l'on s'habitue très vite à sa manière de travailler. Une chose est sûr : Lola est très jolie, un vrai régal pour les yeux.

    La singularité de ce one-shot est évidente. Grâce à cet album, on peut dire que du sang frais coule dans les veines de la bd !
    Laissez-vous tenter, vous ne le regretterez pas !
    C'est à suivre.................sans attendre !

    okilebo Le 19/04/2005 à 17:04:46

    J'ai découvert cette bd sur les conseils d'un ami. En feuilletant, un des albums, j'ai tout de suite été séduit par le dessin de Mandrafina, et finalement le scénario s'est révélé aussi convaincant que le graphisme.

    A travers des mini-récits, Carlos Trillo, le scénariste, nous présente ce que l'on pourrait appeller une comédie de moeurs. L'histoire d'une famille d'immigrés italiens (les Centobucchi) dans l'Amérique d'avant-guerre. Le résultat est très réussi. Les personnages principaux sont cinq frères et soeurs qui sont totalement différents dans leur façon de vivre. De ce fait, leurs relations sont parfois houleuses et c'est ça qui fait tout le charme de cette bd, car ce récit est traité avec une certaine cruauté et surtout avec beaucoup d'humour. Les héros ont une vraie dimension, ce qui les rend attachants. On partage avec eux leurs espoirs, leur projets et parfois leur folie et ce n'est ma foi pas désagréable.
    Personnellement, j'ai un faible pour Franck, le curé et Carméla, la femme au foyer à la double vie. Ceci dit, les autres membres de la famille sont aussi craquants.

    Le dessin de Mandrafina est très beau. Les cases sont assez petites, mais cela met bien en valeur les expressions des visages. Ces derniers sont d'ailleurs assez réussis (surtout celui de Franck, le curé, argh... j'adore !). J'ai été séduit également par les jeunes filles que l'auteur dessine, elles sont pulpeuses mais sans vulgarité. En somme, un graphisme plutôt réussi .

    C'est donc avec beaucoup de logique que je vous conseille l'achat des "Spaghetti Brothers". Vous ne serez pas déçu. Ces albums sont des petites merveilles de cynisme, d'humour et de réalisme.
    A suivre !!!


    PS : Je signale que si vous êtes interessé par la version N&B, il faut savoir que le dernier album est un peu plus faible d'un point de vue scénaristique. Il faut simplement le considérer comme un album bonus, où on nous fait partager les confessions des paroisiens de Frank.

    okilebo Le 16/04/2005 à 18:59:09
    La voix - Tome 1 - Comme un murmure

    Créer une histoire mettant en scène un héros muet est une chose peu courante. Pourtant, Les auteurs ont relevé le défi, et le résultat est plutôt réussi.

    Pascal Bertho, le scénariste, nous offre un récit très intelligement écrit. Avec une certaine pudeur, il nous raconte comment un acteur muet fût injustement accusé du meurtre de son épouse. Quinze ans plus tard, grâce à deux journalistes, ce fait divers est à nouveau sous le feu de l'actualité.
    Sans pour autant être transcendant, "La Voix" tient toutes ces promesses. On partage la souffrance de cet homme meurtri qui essaye de vivre avec ses démons du passé. Le personnage est très attachant, et on devine toute la colère qu'il a accumulé pendant toutes ses années. En toile de fond, on nous immerge dans l'Amérique des années 20 et plus précisément dans le milieu du cinéma, au début du parlant.
    La trame est bien construite et le résultat est crédible.

    Spécial est le qualificatif qui me vient à l'esprit pour parler du dessin de Korkydü. Son traît est parfois grossier et maladroit, mais ceci est compensé par les ambiances qui sont tout à fait réussies. Les expressions des personnages sont, elles aussi, très bien rendues. Harpovich, le personnage principal est expressif à souhait, et les autres protagonistes du récit ont un aspect plus caricatural mais sont néanmoins tout aussi sympathiques.
    Les couleurs de Aifelle ne sont pas à négliger. Les tons chaleureux sont dominants, ce qui donne un côté apaisant à cette bd.

    La collection Equinoxe s'enrichit de plus en plus de titres intéressants. "La Voix" ne faillit pas à la règle.
    Je vous conseille cet album. Le sujet est traité avec subtilité, et ça c'est bien !

    okilebo Le 16/04/2005 à 18:54:59
    Pankat - Fausse Garde - Tome 1 - Saisi à froid

    La première chose qui m'est venue à l'esprit en voyant cet album c'est : Bon-sang que la couverture est moche ! Par contre, en feuilletant celui-ci, j'ai été surpris de voir que le contenu était beaucoup plus attrayant et c'est donc avec une joie non dissimulée que je me suis plongé dans cette nouvelle série de la collection Equinoxe.

    Après avoir lu quelques pages, j'ai pû constater qu'une fois de plus l'influence du manga se fait sentir d'une manière de plus en plus évidente dans la bd européenne.
    Cela me ravi car je pense que le mélange des genres est toujours très enrichissant.
    Le scénario est très bien construit. L'auteur nous fait découvrir une ville imaginaire où les bases sociales et économiques tournent autour d'un sport : le Pankat.
    Cette discipline est, en fait, un curieux croisement de boxe française, judo, karaté et sumo. A travers le parcours initiatique d'un jeune homme naïf, Mané, l'auteur va nous faire découvrir les différentes écoles de Pankat. Par la même occasion, on va mieux comprendre les motivations de ce peuple ainsi que leurs ambitions.
    Le résultat est convaincant, on ne s'ennuie pas une seule seconde et on suit avec beaucoup de curiosité les mésaventures de ce gamin très influençable. Malgrès le thème un peu dur du récit, l'auteur nous developpe son histoire avec un certaine pudeur. Ici, pas d'excès de violence mais plutôt des mots justes et des actions constructives.
    J'ai beaucoup apprécié le mini-dossier de 8 pages en fin d'album. A l'interieur, on y trouve une petite description de la ville de Irap ainsi que quelques explications sur le Pankat et ces différentes écoles. Je vous conseille de lire ces pages avant de commencer l'album. Cela vous permettra de mieux cerner certains points du récit.

    Au niveau du dessin, Merwan nous propose un graphisme assez original. Son traît est franc, précis et les personnages sont très expressifs. Leurs émotions sont rendues avec beaucoup de réalisme. En particulier, le sentiment de peur. Comme par exemple à la page 19 où le héros est dans une facheuse position.
    Ce sont, évidement, des détails mais je pense que ceux-ci ont leur importance dans la réussite d'un album.
    A noter : curieusement, certains visages me font penser au graphisme de Christian Rossi ("Tiresias").
    Pour terminer, je dirais que les couleurs sont très chaleureuses et que la mise en page est efficace.

    Pankat est donc un album découverte que j'ai pris beaucoup de plaisir à lire. L'auteur nous offre, ici, sa première oeuvre et c'est franchement réussi.
    A conseiller et à suivre !

    okilebo Le 16/04/2005 à 18:47:16
    Extrême orient - Tome 1 - Li Fuzhi

    En y refléchissant un peu, on peut constater qu'en bd, peu d'auteurs ont choisis la Chine comme toile de fond pour leurs scénarios. C'est donc avec beaucoup de joie, que l'on retrouve ce pays fascinant via ce récit.

    Franck Bourgeron, un jeune auteur complet qui me semble prometteur, nous emmène dans la Chine des années 20.
    A cette époque, les conflits internes font partie du quotidien des habitants. Dans cette ambiance imprégnée de massacres et de complots, un homme, Li Fuzhi, veut croire à ses convictions. Celles-ci le mèneront à rejoindre les rangs du parti communiste chinois.
    J'ai beaucoup aimé cette histoire. Le ton est très convaincant et tout les aspects de cette période troublée sont développés avec beaucoup de rigueur. Fatalement, ce récit nous pousse à la reflexion. Par exemple, on se rend compte que les vraies valeurs, du moins, celles que l'on croit justes peuvent être ébranlées en un instant. Un seul homme peut changer votre destin en quelques secondes et cette notion de pouvoir peut vaciller à tout moment. Tout vous semblera, alors, si futile.
    Malgré un contexte historique assez sombre, l'auteur a réussi à éviter les lourdeurs. La narration est très fluide et les personnages sont plutôt bien campés.

    Le dessin, quant à lui, est tout à fait original. Personnellement, j'ai été convaincu par celui-ci dès le premier coup d'oeil. Les visages des personnages sont représentés d'une manière très particulière mais pourtant on s'y habitue très vite. De plus, j'ai trouvé qu'il y avait déjà beaucoup de maturité dans le coup de crayon de l'auteur. Un détail curieux : la plupart des événements racontés, ici, se déroulent sous la pluie. Cela accentue encore plus l'effet tragique du récit. Le graphisme est très aéré et on peut constater que la taille des cases est assez imposante. D'ailleurs, le dessinateur donne de l'ampleur à son travail en nous gratifiant de trois grandes planches qui sont franchement très jolies. Visiblement, Franck Bourgeron a besoin d'espace pour dessiner et on ne s'en plaindra pas.

    Extrême Orient marque les débuts de cet auteur. Pour une première oeuvre, c'est plutôt réussi. Il nous offre une vision différente de la bd.
    C'est neuf, c'est frais et c'est surtout à suivre !

    okilebo Le 16/04/2005 à 18:43:37
    La grippe Coloniale - Tome 1 - Le retour d'Ulysse

    Je constate de plus en plus que la collection Equinoxe de chez Vents D'Ouest devient un vrai label de qualité. Les titres se multiplient avec éclats, et "La Grippe Coloniale" ne faillit pas à la règle.

    Le scénario d'Appollo est assez original. A la fin de la première guerre mondiale, l'auteur nous parle, ici, de quatres soldats français qui reviennent du front. Ils rentrent chez eux, à la Réunion. Leur retour à la terre ne se fera pas sans mal. Les tensions sociales et raciales qui sont vives, l'incompréhension de leurs congénères, le décalage dont ils sont les victimes par rapport à la vie paisible de cette île et surtout le sentiment de rejet qu'ils éprouvent quotidiennement. Tout ces ingrédients donnent le ton de cet album, mais là où cela devient intéressant c'est que celui-ci est traité avec beaucoup d'humour. Les différents personnages sont très attachants : Grondin, le costaud au grand coeur, Camille, l'aristocrate défiguré, Voltaire, le tirailleur sénégalais et coureur de jupons, et pour finir Evariste, le plus futé de la bande.

    Le graphisme de Huo-Chao-Si est très actuel, et plutôt influencé par Blain, Sfar, etc... On voit clairement que l'auteur a travaillé sur ces décors et ces personnages avec coeur et enthousiasme. Ce qui est un peu logique, car si j'ai bien lu, ce dessinateur est originaire de La Réunion. Ce détail est important, car grâce à cela l'album est plus crédible dans sa présentation générale.
    Les couleurs de Tehem collent très bien avec le récit. Les tons sont peu agressifs, ce qui donne un cachet supplémentaire à cette bd.

    Une fois de plus, j'ai été séduit par un titre de cette collection. J'en suis ravi.
    Un album à lire en savourant cet instant de bonheur !

    okilebo Le 16/04/2005 à 08:13:28
    Les plombs de Venise - Tome 1 - L'Enfer pour compagnon

    Les éditions Treize étrange éditent peu d'albums. Pourtant, j'ai pu remarquer que la qualité est souvent au rendez-vous. Les Plombs de Venise ne faillit pas à la règle car ce petit album est vraiment très convaincant aussi bien sur le plan graphique que scénaristique.

    L'auteur, Patrick Mallet, nous offre un scénario très convaincant. Le récit nous parle de Giacomo Casanova et plus précisément de la période de sa vie où il fut interné pour des raisons assez obscures. Librement adapté d'un texte écrit de la main de notre héros, ce récit est tout sauf ennyueux. Le ton est très actuel, un peu dans l'esprit des séries qui sortent dans la collection Poisson Pilote de chez Dargaud. L'album est volontairement divisé en deux parties. La première où on apprend dans quelles circonctances notre séducteur sera appréhendé et puis la seconde qui est principalement axée sur son incarcération en elle-même. Cette partie du récit est vraiment très réussite. Plusieurs faits y sont mis en valeur : sa première prise de contact avec ce lieu sordide qui sera sa demeure pendant un bout de temps, sa relation avec son geôlier qui se revèlera un être plutôt sympathique, ainsi que ses angoisses et ses rêves. Tout ses éléments sont vraiment bien décrits et on comprend parfaitement ce que notre prisonnier a pû ressentir.
    Je donnerais une mention particulière à la fin du l'album qui est vraiment surprenante.

    D'un point de vue graphique, il est clair que le dessin de Christophe Blain fait des adeptes et c'est ma foi pas désagréable. J'ai trouvé le traît de Patrick Mallet très expressif. Grâce à cela, les émotions des personnages sont très bien rendues. Les pages où l'on voit les cauchemars de Casanova sont très convaincantes, cela donne de la crédibilité au scénario, on ne s'en plaindra pas.

    Voilà donc un album qui m'a surpris. Ses qualités sont indéniables. La suite risque d'être intéressante.
    Je conseille vivement cette bd.

    okilebo Le 12/04/2005 à 18:55:39

    Avec la publication de ce genre d'album, on sent que Paquet a une réelle volonté de vouloir se démarquer de la production habituelle. Après avoir lu cette bd, je peux en conclure que l'éditeur suisse a vraiment fait le bon choix .

    "Mariée par Correspondance" est une vraie réussite graphique et scénaristique. L'auteur, Mark Kalesniko, nous offre une histoire de toute beauté où on est touché par un scénario qui est développé sans fioriture mais non dénué de poésie. Kyung, une jeune coréenne, est venue au Canada pour se marier avec un illustre inconnu, Monthy.
    A travers cette union, la jeune fille va découvrir la vie à l'occidentale. Ce couple aux relations houleuses est avant tout le centre d'intérêt du récit, et on suit leur parcours à travers leurs joies et surtout leurs disputes. Pas évident d'aimer quelqu'un que l'on connaît à peine. De plus, un manque d'affinité flagrant ne fera qu'accentuer l'ennui de leurs relations. Pourtant, nous, en tant que lecteur, on ne peut s'empêcher de les aimer, car leurs personnalités sont très attachantes. Monthy, un grand garçon timide qui refuse de vieillir et elle, qui est belle comme le jour et avide de connaissances et de découvertes. Pourtant, envers et contre tout, on se rend vite compte que nos deux héros ne font qu'un, et plus on avance dans l'histoire, plus ce sentiment se confirme. Les personnages secondaires dont certains sont assez proches de la caricature, sont également très convaincants. J'ai beaucoup aimé la manière subtile avec laquelle l'auteur nous décrit l'amitié entre Kyung et Eve. Cette dernière aura d'ailleurs un rôle important dans l'évolution de l'histoire.

    Niveau dessin, le graphisme de Kalesniko est très convaincant. Je ne suis pas un connaisseur, mais je pense que l'auteur travaille à la plume et à l'encre.
    Grâce à cela, les contrastes entre le noir et le blanc sont très beaux. Les traits des personnages sont très expressifs. J'ai adoré par exemple l'évolution du visage de Kyung quand Eve lui annonce qu'elle se marie (page 222 --> 225). Développé en trois étapes, on commence par l'étonnement, puis le désarroi, en terminant par la colère. Cette scène en question est remarquable. De plus, elle reflète très bien le potentiel graphique du dessinateur.

    Grâce à ce one-shot, j'ai découvert un nouveau talent. J'en suis ravi.
    Cet album est vraiment indispensable.
    A lire sans hésitation !!!

    okilebo Le 12/04/2005 à 18:51:51

    Blankets est un album que l'on doit lire de préference à tête reposée, dans un bon fauteuil et avec un état d'esprit serein. Oui, 600 pages n'est pas une mince affaire. Pourtant loin de moi l'idée de juger la lecture de cet album fastidieuse, bien au contraire, c'est très plaisant. Alors, me direz vous : faut-il "se preparer " avant d'entamer cette bd ? Et bien, je dirais que oui, tout simplement pour mieux pénétrer dans l'intimité des personnages et ainsi mieux resentir leurs émotions.

    Craig Thompson nous offre, ici, un album de toute beauté. A travers ses premiers émois amoureux, l'auteur nous fait partager les moments forts de son enfance et son adolescence. Les rapports avec ses parents, la relation avec son frère et surtout sa rencontre avec Raina, son premier amour. L'auteur a quasimement tout axé son reçit sur cette rencontre et ses conséquences. Le résultat est tout à fait convaincant. Nous ressentons parfaitement chaque moment passé en leur compagnie. Avec beaucoup de pudeur et de sensibilité, on suit ces amoureux dans leur découverte de la vie sur fond de divorce parental et d'interrogations sur ces propres convictions religieuses.
    Et c'est vrai que la religion est abordée, ici, d'une manière très accentuée. Les vacances au patro catholique, la lecture journalière de la bible et puis surtout une remise en question récurrente face au manque de tolérance de certains pratiquants face à l'homosexualité et l'avortement. Le scénariste réussi à evoquer tous ces thèmes tout en restant objectif mais aussi très réaliste. En somme, Blankets est, certes, une histoire d'amour, mais qui nous plonge dans un climat où les responsabilités de chacun face à ses choix sont mises en valeur. Ceci-dit, l'humour n'est pas oublié surtout quand Craig, notre héros, rencontre, pour la première fois, la soeur de Raina, Laura. Cette rencontre est assez physique surtout à la page 191. Cela ma bien fait rire !

    Le graphisme de l'auteur est très convaincant. Ces personnages sont "vivants" et leurs émotions sont palpables à tout moment. Chose curieuse, le dessin de Thompson m'a fait parfois penser à Frederik Peeters dans la manière de dessiner ses personnages. Je pense que cette ressemblance est une coincidence mais étant fan de Peeters, j'ai eu l'impression que le dessin de Thompson m'était familier, ce ne fût pas déplaisant. Certaines planches prennent place sur une seul page. On y voit rêver notre héros. J'ai trouvé cela un peu suréaliste mais il s'en dégage beaucoup d'onirisme et de poésie.

    Blankets est donc un album incontournable. Le traitement du récit est vraiment bien réussi.
    Une histoire d'amour simple mais terriblement bien racontée.
    A suivre sans hésitation !

    okilebo Le 10/04/2005 à 13:08:13

    Frederik Peeters nous présente, ici, une histoire assez symphatique qui est developpée en trois tableaux.
    En fait, nous avons droit à la même scène mais celle-ci est répétée sous des angles différents.
    Je dois dire que j'ai trouvé cela très original.

    Le scénario est bien construit . Au début du récit , on ne sait vraiment pas où va nous conduire cette histoire et puis au fûr et à mesure tout s'éclaircit. Cette mise en image inhabituelle met en valeur la maîtrise scénaristique de cet auteur. Et il est clair que le talent de Peeters est indéniable.
    Le contexte est oppressant et agréablement rétro. Nous sommes dans les années 50, en pleine guerre froide, dans un avion au dessus de l'Atlantique et ça sent l'espionnage à plein nez.
    Cet atmosphère particulier nous rappelle vagement les films noirs américains de la même époque et c'est, ma foie, pas désagréable.

    Le dessin est très beau et reflète bien l'ambiance du récit. L'absence de couleurs n'est vraiment pas gênante. De ce fait, les nuances de gris sont bien mises en valeur.
    Constellation est un album qui nous offre une approche innovante de la bd.
    J'ai beaucoup aimé et je vous la conseille.

    okilebo Le 10/04/2005 à 12:41:25
    Lupus - Tome 2 - Volume 2

    Ouh lala ! Quelle joie !
    Pardonnez-moi cette réaction spontanée mais c'est le coeur qui parle et c'est vrai que j'ai vraiment été conquis par cette série. Ceci dit, je dois constater que ce n'est pas la première fois que je suis séduit par une oeuvre de Frederik Peeters. Cela devient presqu'une habitude et j'en suis ravi.

    Le scénario de Lupus est d'une très grande beauté. Comme à son habitude, l'auteur met en avant les relations humaines. Pour cet album, l'auteur a plongé ses personnages dans un décor assez original. Oui, ceux-ci évoluent dans l'espace sidéral. Pourtant, doit-on pour cela concidérer Lupus comme une série de S-F ? Personnellement, je dirais que non. Tout simplement parce que le choix de ce contexte n'est qu'en fait un prétexte. En lisant l'album, on retient surtout la minutie avec laquelle l'auteur a décrit ses personnages. A travers cela, on découvre leur passé qui est dévoilé à petites doses et avec beaucoup de subtilité. C'est donc tout logiquement qu'on apprendra à mieux les connaître. Un peu comme on découvre des nouveaux amis.
    Les héros du récit sont très attachants. Leurs traits de caractères sont expressifs, on comprend bien leurs réactions face à des situations ambiguës et on devine leur peur du danger. En parlant de héros, je devrais plutôt dire des anti-héros car ceux-ci sont des gens ordinaires comme on en croise tout les jours, avec leurs faiblesses et leurs qualités. On partage leurs craintes et leur rires et c'est vrai que l'humour est très présent. Par exemple, dans le tome 2, j'ai adoré les inscriptions sur le t-shirt de Shanaa qui changent selon l'humeur du moment, ça m'a bien fait rire !
    Par rapport au tome précédent, je trouve ce deuxième opus plus abouti. L'histoire a mûri et même si les aboutissants sont encore flous, on suit Lupus et Shanaa avec beaucoup d'interêt.

    Le dessin de Peeters est très réussi. Peu de plans larges mais des cases assez petites où les situations sont bien mises en évidence. Grâce à cette technique, on a parfois l'impression d'être un acteur du récit, ce qui donne beaucoup de réalisme à la lecture.

    Je voudrais remercier Frederik Peeters pour ce pur moment de bonheur. Cette série est vraiment un cadeau.
    Un récit savoureux à lire ou à dévorer !

    okilebo Le 08/04/2005 à 22:49:48
    Les olives noires - Tome 1 - Pourquoi cette nuit est-elle différente des autres nuits ?

    Cette série ne manquent vraiment pas de charme. Avec ce récit, Guibert et Sfar nous prouvent, une fois de plus, qu'ils ont beaucoup de talent.

    Dès les premières pages, on est attendri par Gamaliel, cet enfant qui sera le fil conducteur de la série. Par la suite, on va découvrir une galerie de personnages haut en couleurs. On peut remarquer que l'auteur s'est donné beaucoup de mal pour créer une vraie densité autour d'eux et on ne s'en plaindra pas. J'ai beaucoup aimé Josué mais ceux qui m'ont semblé les plus intéressant, ce sont les deux centurions : Cotus et Camulos. Ces deux-là m'ont fait mourir de rire avec leur circoncision, aarf ! Tordant !

    Sinon en résumé, l'histoire se passe en Judée, au début de notre ère et on suit les mésaventures d'un gamin qui met tout en oeuvre pour retrouver son père, injustement emprisonné. C'est très bien écrit, le ton est très fluide et je serais curieux de savoir où va nous conduire cette histoire. Sfar nous propose une vision originale de cette époque. On participe à cette aventure un peu au jour le jour, au rythme de nos héros. Cela donne beaucoup de réalisme au récit.

    J'aime beaucoup le coup de crayon de Guibert ("Le Photographe"). Son trait est aéré et les visages qu'il dessine sont très doux et expressifs.
    D'ailleurs, j'ai remarqué une certaine évolution à partir du tome 3, son graphisme a prit de l'assurance et son trait s'est affiné. A noter : Les couleurs de Walter sont très réussies.

    Les Olives Noires est une série à suivre sans hésitation. Vous serez séduit par l'humour qui s'en dégage ainsi que par son ton si particulier.
    C'est du très beau travail.
    A conseiller !

    okilebo Le 08/04/2005 à 22:47:23
    Les imposteurs - Tome 1 - Acte 1

    Certains auteurs ont le pouvoir de vous émerveiller par des ambiances suaves et envoûtantes. Christian Cailleaux fait partie de ceux-là.

    "Les Imposteurs" est un récit au scénario subtile et agréable. Dans un climat tout à fait unique, l'auteur nous raconte les mésaventures d'un docker qui d'une manière involontaire devient Albert Fenta, écrivain célèbre de son état. Cet homme comprend vite que c'est pour lui une opportunité à ne pas laisser passer.
    C'est bien écrit et on se demande vraiment où va nous conduire cette imposture. Certains personnages laissent encore planer des doutes sur leur importance dans la trame de l'histoire. Par exemple, le barman qui me semble bien mystérieux et qui s'amuse à fuir devant certaine questions trop pertinentes. Et puis cette jeune fille que l'on voit en début d'album ainsi qu'aux pages 38-39. Elle aura sûrement un rôle déterminant par la suite .

    Le dessin de Cailleaux est lui tout à fait particulier mais il s'y dégage beaucoup de finesse et de justesse. Je pense que c'est grâce, en majeur partie, à ce graphisme si singulier que l'album est ce qu'il est. Certaines planches nous plongent parfois dans une atmosphère un peu suréaliste. Cela nous permet de mieux cerner le sens artistique de l'auteur.

    Voici donc un album qui vous fera découvrir des saveurs différentes mais qui sont franchement dignes d'interêt.
    A conseiller !

    okilebo Le 08/04/2005 à 22:42:57
    Pest - Tome 1 - Le Défosseur

    Trois ans auront été, parait-il, nécessaire à Amaury Bouillez et Eric Corbeyran pour élaborer cette série prévue en 2 tomes. Et c'est tout à fait plausible car il faut avouer que cet univers n'a rien de conventionnel.

    Le scénariste nous plonge dans une atmosphère peu commune et qui ne manque pas de charme. Au niveau du sujet, à lui tout seul, le titre est déjà très evocateur.
    Oui, vous aurez compris que le scénario tourne autour de cette maladie et travers cela , Corbeyran nous sensibilise au pouvoir despotique incarné par des dirigeants manipulateurs, aveuglés par l'argent au détriment d'une population au bord de l'agonie. Nous suivons donc les aventures d'Abélard, un jeune homme naïf mais honnête qui va faire une découverte déterminante pour l'avenir de ses concitoyens. La base du récit est assez réaliste et dramatique pourtant en lisant cette bd, on remarque que le ton est très léger. L'ambiance générale est plaisante et les personnages décrits, ici, ne manquent pas de charme et de personnalité. Que ce soit leur moyen de locomotion ou leur manière de s'habiller, tout , ici, est different comme issu d'une autre planète. Une chose est sûre, Corbeyran a beaucoup d'imagination et on ne s'en plaindra pas.

    Les premiers mots qui me viennent à l'esprit pour evoquer le dessin d'Amaury Bouillez c'est subtilité et légèreté. Son traît est très agréable et les couleurs pastelles accentuent encore plus cet aspect. Les personnages sont craquants et loufoques à souhaits, un peu à l'image du scénario. Chacun d'eux à quelque chose de particulier qui le met en valeur. En résumé, une galerie de portraits riche et attrayante.

    J'ai passé un très agréable moment en lisent Pest, c'est donc tout logiquement que je vous recommande cette série.
    A suivre !

    okilebo Le 08/04/2005 à 22:40:49

    Je pense que l'on peut dire qu'avec ce one-shot, Corbeyran a fait fort. Le climat général du récit est tout à fait singulier ainsi que le scénario qui, lui non plus, ne manque pas d'originalité.

    L'histoire nous plonge dans une ambiance glauque et oppressante. Dans cet univers, le temps semble figé et on suit le parcours d'un enfant que les parents ont laissé en pension dans un établissement hors du commun. A partir de là, on va essayer de découvrir avec notre pensionnaire, les secrets de cette école assez particulière.
    Je dois dire que j'ai beaucoup aimé ce one-shot. Le récit est haletant et on tourne les pages avec beaucoup de curiosité. La narration est fluide et l'auteur ne fait aucune concession quant à l'aboutissement de cette histoire. En résumé, ce récit est dramatiquement beau !

    Amaury Bouillez ("Pest") nous offre un dessin à la mesure du récit. Son trait épuré convient parfaitement à l'atmosphère crée par le scénariste.
    A noter : Les visages sont très expressifs surtout devant la peur, ce qui intensifie la crédibilité de l'histoire.

    Le Phalanstère du Bout du Monde ne manque vraiment pas d'intérêt. C'est un album qui mérite d'être lu.
    Je le conseille vivement !!!!

    okilebo Le 07/04/2005 à 20:48:11

    Je dois dire que c'est un peu par hasard si j'ai eu cette bd entre les mains. Et donc j'avoue avoir commencé la lecture de L'Autoroute du Soleil avec une certaine appréhension car il faut reconnaître que le dessin de Baru est assez particulier.
    A ma grande surprise, le scénario est vraiment très bien écrit et je ne regrette pas mon acquisition car j'ai passé un moment très agréable en lisant cette brique de 430 pages. ( L'édition original est en un seul volume )
    Karim et Alexandre, les deux personnages principaux sont très convaincants et on s'attache très vite à eux. L’approche à caractère social de cette fable m’a, d’ailleurs, fait un peu penser au style d'Étienne Davodeau.
    A travers son récit, Baru mets en valeur la haine et la violence que les mouvements d'extrême droite peuvent parfois engendrer. C’est, bien sûr, raconté avec une bonne dose d’humour, ce qui fait que l'on ne s'ennuie pas un seul instant. La narration est fluide et très aérée. Aucune lourdeur est à noter et le ton est direct et juste.
    Voici donc une histoire qui ne manque pas de caractère . Celle-ci nous fait voyager à travers la France en compagnie d'une galerie de personnages plus qu’intéressants. Du facho au dragueur en passant par le dealer et bien sûr........Véronique. Tous les acteurs du récit ont un rôle important. Celui-ci contribue à donner de la densité à cet album et on ne s'en plaindra pas.

    Au niveau du dessin, comme je l'ai dit plus haut, il faut avouer qu'il est assez spécial mais on s'habitue très vite au trait de cet auteur qui finalement colle totalement au récit. On peut donc dire que ce style graphique est efficace, un peu comme le scénario, d’ailleurs.
    L'absence de couleur ne gâche en rien la lecture et certaines pages sans textes parlent d'elles-mêmes tellement Baru a réussi à créer une ambiance particulière.

    Voilà donc une bd que je qualifierais de convaincante et il est évident que je ne peux que vous la conseiller car cette histoire vaut vraiment la peine d'être lue.
    Génial !

    okilebo Le 07/04/2005 à 20:46:24

    L'Atelier est un petit album curieux mais non dénué d'interêt.

    A travers celui-ci, on fait connaissance avec la famille d'Etienne Davodeau. L'auteur met en scène ces filles dans un délire graphique agréable où tout est permis et c'est plutôt réussi. Cette bd est un excercice de style où l'imagination est sans limite et où le fantastique fait partie du quotidien.
    L'ambiance du récit est très conviviale, intime et chaleureuse. En résumé, on s'y sent bien !

    Niveau dessin, on a vraiment l'impression que Davodeau a dessiné L'Atelier sur le vif. Ici, tout n'est que spontanéité et sincérité. Chaque page respire le bonheur.

    Les éditions PMJ nous propose donc un petit album très sympa qui mérite franchement qu'on s'y interesse.
    A conseiller !

    okilebo Le 07/04/2005 à 20:22:57
    Baker Street (Veys/Barral) - Tome 4 - Sherlock Holmes et l'Ombre du M

    Baker Street est avant tout un condensé d'humour, d'exotisme et d'aventure. Tous ses ingrédients sont réunis pour nous donner une série haute en couleurs où le résultat est tout à fait à la hauteur.

    Pierre Veys m'a vraiment convaincu avec cette série. Les différentes histoires présentées ici sont vraiment savoureuses. Rien n'est laissé au hasard et on ne s'ennuie pas un seul instant. Une fois de plus, notre détective préféré, Sherlock Homes, nous est présenté sur un jour nouveau. Cette fois-ci, c'est plutôt le ridicule qui le guette.
    Oui, le scénariste tourne ses enquêtes constamment en dérision. Les autres protagonistes du récit ont également quelque chose de vraiment attachant et personnellement, j'ai eu un petit faible pour Watson qui est, en fait, le vrai héros de cette histoire. Le ton du récit est très primesautier, une manière de travailler que j'avais déjà apprécié dans les séries d'Alain Ayrolles (De Caps et de Croc et Garulfo).

    Le dessin de Nicolas Barral colle très bien avec l'histoire. A l'image du scénario, on retrouve, ici, la même verve et la même détermination à vouloir réaliser un travail bien fait. Les grimaces des personnages sont souvent hilarantes et leurs expressions sont très convaincantes.

    Baker Street est un excellent remède pour oublier ses soucis. C'est un pur moment de bonheur.
    A conseiller ........vivement !

    okilebo Le 07/04/2005 à 20:19:11
    Philip et Francis (Les Aventures de) - Tome 1 - Menaces sur l'Empire

    Ayant déjà beaucoup apprécié la série Baker Street des mêmes auteurs, il est clair que je pouvais pas passer à coté de ces Aventures de Philip et Francis.
    J'étais assez impatient de lire cet album et je dois dire que je n'ai pas été déçu.

    Pierre Veys nous parodie admirablement l'univers de Blake et Mortimer. Rassurez- vous, il ne faut pas spécialement être fan des héros de Jacobs pour apprécier toutes les saveurs de cette bd.
    En résumé, Philip et Francis sont membres des services secrets britanniques (M15 ou M 16 ?) et nos deux compères vont être confrontés à une affaire plutôt bizarre. Oui, Les femmes se rebellent de manière souvent choquante. Ce qui, à long terme, pourrait conduire à l'effondrement de l'empire britannique.
    A partir de là, le scénariste va nous emmener dans une enquête loufoque et absurde mais qui vaut franchement le détour.
    On ne s'ennuie pas un seul instant et je dois avouer que certaines répliques m'ont même fait penser à Goscinny.

    Le dessin de Nicolas Barral est très réussi. Celui-ci colle parfaitement avec le récit et certaines scènes sont vraiment hilarantes.

    Si vous voulez passer un bon moment de détente, je vous conseille cette nouvelle série.
    Vous ne serez pas déçu.
    C'est à suivre !

    okilebo Le 07/04/2005 à 19:57:34

    Avec Chute de vélo, Etienne Davodeaux nous prouve, une fois de plus, qu'il a beaucoup de talent. Cette album est une pure merveille de sensibilité et d'humilité. C'est beau, c'est sain. Enfin bref, j'ai totalement succombé.

    Une fois de plus, l'auteur nous raconte la vie, celle de tous les jours avec ses bonheurs et ses soucis quotidiens. L'originalité de ce récit se situe dans le fait que cette fois-ci, l'histoire est centrée sur une famille en particulier. Les aléas du destin l'ayant un peu disloquée, tous les membres se retrouvent lors de la vente de la maison familiale. Sous ce prétexte, c'est l'occasion de se remémorer certains souvenirs, douloureux ou agréables, qu'importe. La famille s'est réunie, c'est magnifique !
    Comme à son habitude, l'auteur a très bien compris à quel instant il faut donner de l'importance au récit et quels sont les détails qu'il faut mettre en valeur. Les relations entre chaque membre sont décrites avec beaucoup de subtilité et de réalisme. Les émotions sont palpables à chaque instant et la fluidité de la narration accentue encore plus le sentiment de bien-être que l'on ressent à la lecture de cette bd. Ce n'est peut-être qu'une impression mais je crois que l'auteur attache beaucoup d'importance au choix de la saison. Car, tout comme pour Le Constat, c'est la période estivale qui a été choisie dans ce cas-ci. Choix judicieux car ce contexte donne une certaine profondeur au récit.
    Le tempérament de chacun des protagonistes est bien mis en avant, ce qui les rend attachants. Personnellement, j'ai eu un petit faible pour Mathias que j'ai trouvé très touchant avec ses remords et sa spontanéité.
    Chute de vélo foisonne de moments forts : Les retrouvailles avec le frère déchu, le vieux maçon qui a perdu la photo de sa femme décédée, la fille qui s'occupe de sa mère qui, atteinte de sénilité, ne la reconnaît pas, ect.....

    Au niveau du dessin, rien de bien neuf. Le trait de Davodeau est toujours aussi percutant. Ses personnages sont brûlants de vérité. J'ai particulièrement bien aimé les scènes de chaudes soirées d'été qui sont tellement réalistes qu'on a l'impression de sentir le parfum du chèvrefeuille vous chatouiller les narines. De plus, la collection Aire Libre où cet album est édité colle très bien au graphisme de l'auteur.
    A noter : la couverture qui est très belle, également !

    En résumé, Davodeau fait une entrée fracassante chez Dupuis. Chute de Vélo est une bd magnifique qui mérite que l'on s'y intéresse.
    Cet album, comme d'ailleurs toute l'oeuvre de cet auteur, est un peu le miroir de notre existence, un regard sur ceux qu'on aime.
    Et c'est donc avec beaucoup de logique que je vous conseille ce one-shot de toute beauté.
    Si vous aimez la vie, vous aimerez Etienne Davodeau !

    okilebo Le 07/04/2005 à 19:51:04

    J'ai découvert cette bd sur les conseils d'un ami. En feuilletant, un des albums, j'ai tout de suite été séduit par le dessin de Mandrafina et finalement le scénario s'est révélé tout autant convaincant que le graphisme.

    A travers des mini-récits, Carlos Trillo, le scénariste, nous présente ce que l'on pourrait appeller une comédie de moeurs. L'histoire d'une famille d'immigrés italiens (les Centobucchi) dans l'Amérique d'avant-guerre. Le résultat est très réussi. Les personnages principaux sont cinq frères et soeurs qui sont totalement différents dans leur façon de vivre. De ce fait, leurs relations sont parfois houleuses et c'est ce détail qui fait tout le charme de cette bd, car ce récit est traité avec une certaine cruauté et surtout avec beaucoup d'humour. Les héros ont une vraie dimension, ce qui les rend attachants. On partage avec eux leurs espoirs, leurs projets et parfois leur folie et ce n'est ma foi pas désagréable.
    Personnellement, j'ai un faible pour Franck, le curé et Carméla, la femme au foyer à la double vie. Ceci-dit, les autres membres de la famille sont aussi craquants.

    Le dessin de Mandrafina est très beau. Les cases sont assez petites, mais cela met bien en valeur les expressions des visages. Ces derniers sont d'ailleurs assez réussis (surtout celui de Franck, le curé, argh... j'adore !). J'ai été séduit également par les jeunes filles que l'auteur dessine, elles sont pulpeuses mais sans vulgarité. En somme, un graphisme plutôt réussi .

    C'est donc avec beaucoup de logique que je vous conseille l'achat des "Spaghetti Brothers". Vous ne serez pas déçu. Ces albums sont des petites merveilles de cynisme, d'humour et de réalisme.
    A suivre !!!


    PS : Je signale que si vous êtes interessés par la version N&B, il faut savoir que le tome 4 est un peu plus faible d'un point de vue scénaristique. Il faut simplement le considérer comme un album bonus où on nous fait partager les confessions des paroissiens de Frank.

    okilebo Le 07/04/2005 à 19:43:48
    Max et Nina - Tome 4 - La vie en rose

    Max et Nina est, pour moi, ce que l'on pourrait appeller un beau défi. Pourquoi ? me direz-vous. Et bien tout simplement, parce que réussir à interesser le lecteur avec un scénario ayant comme thème les aléas de la vie quotidienne, fallait oser.

    Dominique Nicoli alias Dodo l'a fait. Le scénario est franchement digne d'interêt. On nous conte, ici, les mésaventures d'un jeune homme, Max, qui découvre la vie de couple avec ses joies et ses peines mais surtout avec l'amour, la tendresse et pour terminer la joie d'être parents. Vous aurez compris que l'histoire est plein d'authenticité et de spontanéité.
    Il est clair que cette bd est un peu le reflet de notre vie de tous les jours. Avec les copains envahissants, le meilleur ami, les parents qui ne comprennent rien et qui résume bien ce que l'on appelle le choc des générations.
    Chaque album est présenté comme une nouvelle étape dans la vie des personnages principaux. Ces derniers sont developpés avec beaucoup de densité et chacun d'eux a un caractère bien trempé. Il est évident que Max, Nina et les autres sont vraiment attachants. On a l'impression de les connaitre et pour certains d'entre vous, la comparaison avec vos propres expériences sera inévitable. Le récit est bien entendu plein d'humour. Celui-ci est omnisprésent et je dois dire que certaines scènes sont vraiment hilarantes.
    Ce qui m'a frappé c'est que ses albums sont assez long à lire mais paradoxalement le temps passe très vite tellement on est impliqué dans l'histoire.

    Au niveau du dessin, celui de Ben Radis reste dans l'esprit du scénario. Très caricaturaux, les héros sont, ici, des animaux et on ne peut s'empêcher de penser à Disney en voyant certains personnages. C'est clair que la bd animalière bénéficie d'un certain potentiel et que pas mal de ces séries sont au top pour le moment.
    Les couleurs sont, elles, pleines de fraîcheur et de réalisme. Elles reflètent très bien l'humeur du récit.

    Voici donc une bd qui vous rendra optimiste et qui vous rappellera que le bonheur exciste.
    Si vous aimez la vie, lisez Max et Nina !

    okilebo Le 07/04/2005 à 19:39:40

    J'étais assez sceptique en abordant cet album car même si le dessin était séduisant, le scénario me semblait un peu décousu. Pourtant, après lecture, je peux vous dire que cette bd se révèle plutôt plaisante à lire et donc, je ne regrette pas mon achat.

    Le scénario est assez singulier et plutôt difficile à résumer. Disons que Kokor nous invite à faire connaissance avec deux personnages hors du commun.
    Nos deux compères vont vivre ensembles pendant un mois, dans un bar, en huis-clos. Ils vont ainsi apprendre à se connaître et à s'apprécier. L'atmosphère du récit est assez particulière. Il y règne une ambiance teintée de poésie et de fantastique sans oublier le soupçon d'humour indispensable pour créer un bon sujet. On suit donc les protagonistes du récit avec beaucoup de plaisir. On partage leurs envies, leurs secrets ainsi que leurs confidences. Personnellement, j'ai eu un petit faible pour Factotum, ce petit homme bien en chair que j'ai trouvé très intéressant sur le plan humain. Une chose est sûre, tout en suivant cette histoire, on se demande vraiment où veut nous conduire l'auteur.

    Le dessin de Kokor ( "Balade, Balade") est très plaisant. Les traits des visages sont très doux. D'ailleurs, je pense que l'on peut qualifier tout le travail de l'auteur de cette manière. Cette touche personnelle donne un côté apaisant à la lecture. Exceptionnellement, l'album est en couleur. Le résultat est plutôt réussi. Les tons sont très chaleureux, ce qui renforce encore plus le coté "zen" du récit.

    "Le Commun des Mortels" est un album un peu décalé mais qui ne manque pas de charme. Il mérite, en tout cas, qu'on s'y attarde.
    Je le conseille à tous et en particulier, aux lecteurs qui voudraient découvrir des nouvelles saveurs !

    okilebo Le 07/04/2005 à 19:29:29

    La dernière fois que j'ai donné 5 étoiles pour une bd, il me semble que c'était, il y a 1 an, pour le tome 1 de Quartier Lointain.
    Et je vous avoue avoir eu du mal à préparer mon avis sur cette bd tellement celle-ci m'a troublé. Mon dieu, que c'est beau !
    La-bas est une histoire vraiment touchante. A la lecture de cet album, vous avez franchement l'impression de "vivre" les émotions des personnages. Une envie soudaine vous pousse à vouloir les prendre dans vos bras pour les rassurer et surtout les aider. Impossible de ne pas comprendre leurs douleurs, leurs choix et surtout leurs rêves.

    Le scénario d'Anne Sibran est magnifique. Ici, la pudeur et l'émotion sont à l'honneur.
    Fatalement, le parcours d'Alain Mercadal mérite notre attention, cet homme qui, en cette période troublée, est obligé de quitter son Algérie natale. De retour en France, il retrouve sa famille mais il doit surtout s'acclimater à un pays qu'il ne connait pas.
    Quel courage faut-il pour tout abandonner et essayer d'oublier ce passé qui vous rend nostalgique. Reconstruire une autre vie ailleurs est un défi de taille qui n'est pas toujours facile à assumer !
    Chacun des personnages est campé avec force et il se dégage de ceux-ci un petit coté sympathique qui vous fait chaud au coeur.
    La narration en voix-off accentue encore plus le coté intimiste et personnel du récit.
    Même si ce n'est mentionné nul part, j'ai l'impression que cette histoire est avant tout autobiographique.

    Le dessin de Didier Tronchet colle très bien avec le scénario. Il a réussi à nous faire vibrer à travers le vécu de ces personnages. Pourtant, au premier abord, on pourrait être déconcerté par le coté humoristique de son traît par rapport à la trame plus dramatique du sujet. Mais on oublie très vite ce détail tellement on est interpellé par cette bd.

    La-Bas est un album précieux comme un être cher. Les frissons vous envahissent, des larmes se noient dans vos yeux et vous êtes heureux............heureux d'être là !
    A suivre impérativement !!!

    okilebo Le 07/04/2005 à 19:26:20

    Les Mange-Bitume est une bd peu connue. Pourtant, elle mérite franchement que l'on s'y interesse.

    Le scénario de Jacques Lob ( "Le Transperceneige") est tout à fait réussi. Nous sommes, ici, conviés à participer une histoire futuriste où les humains ont changés complétement de mode de vie. Oui , fini les maisons traditionnelles, dès lors, ils vivent dans leur voitures avec, bien évidement, tout le confort. A première vue , ce scénario peut sembler complètement loufoque et peu crédible. Pourtant, après avoir lu cet ouvrage, on remarque qu' il s'en dégage beaucoup de vraisemblance. Les thèmes principaux, abordés, ici, sont la dérive du pouvoir, la robotisation à outrance et les spéculations d'un régime soit-disant démocratique mais qui en fait se révèle franchement totalitaire.
    Avec ses 62 pages, la lecture de ce récit est très dense et on ne s'ennuie pas une seconde. La narration est fluide et très riche.
    Il y a pas vraiment de personnage principal de ce one-shot.
    A travers un prologue, un épilogue et quatres chapitres, l'auteur nous dévoile son scénario où la conclusion sera inévitable et logique.

    Le dessin de José Fernandez Bielsa a pris un sacré coup de vieux. Pourtant, je trouve qu'il colle très bien avec l'histoire. Le coup de crayon du dessinateur me fait parfois penser aux comics des années 70. C'est à dire, peu de personnalité, très kitch mais non dénué de charme.

    Les Mange-Bitumes est vraiment une agréable découverte pour moi et je la conseille à tous.
    A suivre !