Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les avis de - mome

Visualiser les 121 avis postés dans la bedetheque
    mome Le 18/07/2018 à 14:35:11
    Lazarus - Tome 6 - X+66

    Le 6 n'est pas une suite directe, mais ce n'est pas non plus un spin-off. Il s'inscrit temporellement dans la continuité des tomes précédents et permet de découvrir l'action d'autres "Lazare" durant la guerre en-cours. En dehors d'étoffer l'univers en ne restant pas centré sur une famille (ce qui est plutôt une bonne chose compte tenu de sa richesse et du nombre de personnages potentiellement intéressants), c'est très bien maîtrisé sur le plan scénaristique en particulier parce que l'auteur a choisi de ne pas présenter des épisodes anodins. Certains événements décrit devraient avoir des conséquences sur la suite des opérations.

    Sur le plan du dessin, ce n'est pas Lark mais cela reste de bonne tenue et dans le ton graphique (le coloriste reste le même).
    7/10

    mome Le 07/06/2017 à 16:27:16
    Alix Senator - Tome 5 - Le Hurlement de Cybèle

    Le mythe de Cybèle est étroitement lié à la folie et la castration. Ses prêtres pratiquaient des rituels d'auto-castration. Ceci explique peut-être cela...

    mome Le 22/05/2017 à 09:10:54
    Les ombres de la Sierra Madre - Tome 1 - La Niña Bronca

    Beau livre agrémenté dans très intéressant dossier en postface. Un western tardif (1920 -1923) avec une narration solide centrée sur des personnages que l'on a envie de suivre. La mise en place est efficace et la montée de la tension se fait efficacement pour culminer à la fin de l'album et s'entendre dire : "bah, et la suite ?".

    Le dessin participe pleinement. Les personnages sont expressifs et bien caractérisés, les décors soignés font vivre l'atmosphère.

    C'est fluide, divertissant et intéressant.

    7/10

    mome Le 26/01/2017 à 23:12:06
    Monstress - Tome 1 - L'Éveil

    Voilà une série que je vais suivre de près. Les deux autrices ont réussi un premier tome tout bonnement excellent. Elles créent un univers en décrépitude foisonnant en réalisant l'exploit de soutenir le rythme de l'action et de délivrer progressivement des informations sur le monde qui nous est offert. Les révélations sur les enjeux et le contexte offrent des éléments de compréhension immédiat et entretiennent constamment l'envie d'en savoir plus.

    Le travail sur les personnages n'est pas en reste. On a le droit à un personnage féminin fort et des seconds rôles à sa hauteur, très loin des faire-valoir trop souvent proposés.

    Le dessin est proprement attirant, soignant les caractérisations des personnages et des différentes créatures, proposant des costumes et des décors soignés, tout en gardant une parfaite lisibilité et fluidité.

    Une entrée en matière proprement réjouissante.

    mome Le 04/09/2016 à 23:27:44

    Quelle claque, quel plaisir ! C'est tout simplement somptueux. Un vrai roman d'aventure à l'ancienne magnifiquement écrit et dialogué. Du rythme, des personnages bien construits et attachants, beaucoup d'émotions et de sensibilité.

    Et tout ça dans un écrin graphique d'autant plus étonnant qu'au feuilletage, ce crayonné interroge, voire peut faire peur. Mais au bout quelques pages, difficile de ne pas se laisser prendre par son expressivité et par sa mise en scène pour une immersion totale.

    Un très gros coup de cœur.

    9/10

    mome Le 01/05/2012 à 19:00:48
    Inlandsis - Tome 1 - Deux-Bras-Deux-Jambes

    1909. Alors que Sir Peary se prépare à lancer son expédition pour « conquérir » le pôle Nord, un des membres de l’expédition, Mauss, va rencontrer une vieille inuit qui va lui conter une histoire, celle de la création de la banquise. Il s’agit d’une histoire de dieux déchus qui créent cette contrée glaciaire afin de se protéger des hommes.

    Plutôt sensible aux légendes, intrigué par cette contrée que je ne connais pas, j’ai été très vite pris par le récit de la vieille femme à l’image de Mauss. Je ne sais pas si l’auteur s’est inspiré d’une vrai légende (oui je sais c’est paradoxal), mais en tout état de cause je l’ai trouvé intéressante avec ses dieux perdus sur un monde, celui des humains, où ils n’auraient jamais dû venir, ces animaux doués de la raison et de la parole et ces enfants humains mais possédant du sang divin et qui constituent manifestement une menace pour nos exilés divins. La narration est plaisante, vive et nous pose les bases du récit de manière fluide.

    De prime abord (en feuilletant l’album) le dessin ne m’attirait pas particulièrement du fait d’un aspect un peu statique et des yeux des personnages que je trouve parfois un peu bizarres. Au final le trait fin, le graphisme épuré ne s’attachant pas au détail, s’avèrent tout à fait agréables, évocateurs de ces contrées désertiques et sauvages et nous offrent un récit dynamique et fluide.

    Une bonne entrée en matière qui donne envie d'en savoir plus sur le destin des ces enfants « divins » et sur cette lutte entre les dieux et les deux-bras-deux-jambes.

    mome Le 29/04/2012 à 00:45:44

    L’auteur, Mark Long, nous offre une autobiographie romancée issue de ces souvenirs d’enfance. A travers le regard de son père et de sa famille (blanche), l’auteur nous envoie dans les sixties américaines, à Houston, au moment de la guerre froide, de la guerre du Vietnam, de la conquête spatiale et de la lutte contre la ségrégation raciale. Son père, Jack, journaliste pour une télévision locale, est chargé de suivre les évènements raciaux. Il noue des relations avec Larry, un des leaders du mouvement contestataire pacifique de la ville.

    La grande force de ce témoignage est de rester neutre, de décrire sans prendre partie. Le racisme qui gangrène cette Amérique éclate dans toute sa laideur tant il paraît inscrit dans l’ordre des choses. Il s’affiche bien sûr à travers la violence physique (injures, « accident » de vélo dont la fille de Larry, percutée par une voiture, est victime, violences policières) mais de manière encore plus forte, car insidieuse, dans l’organisation de la société où les deux races s’ignorent totalement. La scène où les enfants de Larry et Jack se rencontrent pour la première fois et se découvrent en se touchant les cheveux en particulièrement troublante derrière son caractère drôle et enfantin.

    La justesse du propos se retrouve également dans les doutes qui traversent les personnages : Larry qui s’interroge sur la portée du mouvement, la radicalisation prônée par les Blacks Panthers, Jack qui subit des pressions de son responsable hiérarchique, qui ne vient pas au secours de Larry lorsque ce dernier est tabassé par la police.

    Le récit est porté par le dessin noir et blanc de Nate Powell. Il ne cherche pas le réalisme mais l’authenticité en recréant l’atmosphère de cette époque. Il y parvient grâce au soin apporté à la reconstitution des décors et son travail sur l’expressivité des personnages.

    Loin des grands discours, ce récit touche par sa proximité, parce qu’il rappelle que la lutte contre l’injustice n’est pas faite que de grands combats, qu’elle est possible si l’on s’ouvre à l’autre et si l’on brise le silence. Pas sûr que le message soit encore bien passé de nos jours…

    mome Le 28/04/2012 à 23:45:41
    Ténèbres (Soleil) - Tome 3 - Citadelle

    Le troisième tome monte clairement en puissance en terme de rythme et d’intensité. Cette fois les principaux protagonistes – Ioen, la princesse Tifenn, Arzamas le capitaine de l’armée et futur époux de la princesse et les dragons – vont se retrouver confronter les uns aux autres. De plus ce tome commence en dévoilant une importante partie du mystère entourant les origines de Ioen.

    De même la prophétie continue de s’éclairer sans que tout soit encore bien fixé, la sorcière semblant manipuler plus qu’elle ne sert. La confrontation entre Arzamas et Ioen s’amorce, la princesse continue ses complots souterrains. Les personnages sont toujours aussi charismatiques, la narration fluide et énergique et les dragons se déchaînent.

    Pour notre plus grand plaisir, l’aventure se transforme en épopée et le dessin d’Iko y est pour beaucoup. Je trouve que son trait a encore progressé en particulier au niveau des personnages. Sa puissance représentative est exceptionnelle. Il donne vie à cet univers grâce à des planches aux détails époustouflants, la majesté de ses décors, le dynamisme et la violence des scènes d’action. Il nous offre dans ce tome quelques pages planches exceptionnelles : l’attaque d’un dragon en début de tome, la scène de mariage, l’attaque de la citadelle. Le cadrage est vraiment plaisant.

    Un troisième tome très réussi, violent, puissant et toujours servi par un dessinateur très talentueux.

    mome Le 28/04/2012 à 23:41:59
    Ella Mahé - Tome 4 - La couleur des dieux

    Fin de l’histoire (fin de cycle à priori), dans ce tome qui nous permet de découvrir l’histoire de la princesse sans nom, de même que la réelle identité du compagnon d’Ella et ses motivations. Le dénouement se réalise sans vraiment d’action. Tout se déroule doucement pour nous amener à la révélation de l’histoire de la princesse. Cette partie de l’histoire est une réelle réussite. Les auteurs nous envoient sous le règne d’Akhénaton, le pharaon maudit. Mais là aussi, pas de grandes envolées héroïques, le récit nous plonge dans un drame familial conté avec justesse et sensibilité.

    Au niveau du dessin, quitte à me répéter, la partie assurée par J.F. Charles est toujours aussi belle. Ces planches à la couleur directe sont pleines de douceur, de poésie. Une nouvelle fois, son personnage féminin est adorable.
    La partie égyptienne réalisée par Christophe Simon est très réussie. Sa ligne-claire est très évocatrice, avec un très beau travail sur les décors. Ses personnages ont bien sûr un côté un peu statique mais ce n’est pas du tout gênant dans ce récit.

    Un tome agréable qui clôture un joli cycle romantique. Un seul regret, que l’on ne nous ait pas dévoilé le mystère de la couleur des dieux. Cela sera sûrement (enfin c’est mon pronostic) l’objet du prochain cycle mais je trouve que cela aurait pu être traité durant ces quatre tomes. J’espère que ce n’est pas juste un prétexte pour « rallonger la sauce ».

    mome Le 22/04/2012 à 01:10:46

    Léonard Chemineau, déjà remarqué, en tant que jeune talent comme dessinateur à Angoulême 2009, nous offre son premier album complet (scénario et dessin). Et quel album !

    Il choisit de nous dépeindre la révolution mexicaine en suivant un de ses protagonistes les plus célèbres en la personne de Pancho Villa. Le narrateur est un des plus fidèle « lieutenant » du célèbre révolutionnaire qui n’a rejoint la cause par conviction mais parce que cela lui offre la liberté lui permettant d’échapper à sa destinée. Et c’est là tout l’intérêt du récit. L’auteur ne nous propose pas une vision idéalisée des révolutionnaires luttant contre les méchants dictateurs. Le récit m’a clairement fait penser aux films de Sergio Leone et bien entendu à « Il était une fois la révolution ». Il est cru, plein de sang de poudre et de fureur. La route qui mène au pouvoir est truffée de massacres et autres pillages.

    L’auteur ne se contente pas de dépeindre l’aspect « aventure » de cette épopée. Il évoque très largement le sens de l’acte révolutionnaire, l’ambiguïté de la lutte armée. On suit des hommes plein de dévouement et de courage mais qui se montrent incapables de prendre les rênes du pouvoir quand l’occasion se présente et qui finalement se font manipuler et déposséder de leur rêve. C’est beau, idéaliste, cruel, grandiose et pitoyable.

    Le dessin est dynamique, vif et précis, restituant pleinement les ambiances de ce pays et de cette épopée grâce à des personnages truculents et une colorisation extrêmement agréable.

    Une réelle réussite.

    mome Le 14/04/2012 à 23:03:21
    Sept - Tome 8 - Sept Survivants

    Je ne connaissais pas la première saison de « Sept ». J’ai gagné par hasard ce 8ème tome qui ouvre la nouvelle saison et bien je peux dire que j’ai vraiment eu de la chance.

    Le scénario, à défaut (mais en est-ce vraiment un ?) d’être original, est diablement efficace. Il est basé sur une brochette de personnages bien torturés dont les secrets les plus intimes vont ressortir au fur et à mesure du récit. De plus le scénariste ajoute à l’aspect classique « survival » une intrigue sur la nature de ce tunnel dans lequel les personnages sont enfermés et qui est peuplé de zombies. Enfin l’auteur maîtrise parfaitement le registre de l’épouvante et en joue pour le plus grand plaisir des amateurs du genre dont je fais partie.

    Le dessin de Denys me fait penser à ce que l’on trouve bien souvent dans les comics. Des personnages bien caractérisés, des décors et des fonds minimalistes pour, par contre, privilégier le rendu de l’atmosphère et le rythme du récit grâce aux angles variés et au découpage. Il y a vraiment des scènes spectaculaires.

    Un récit d’épouvante pas si classique que ça, bien conté et mis en images. Un très bon moment de lecture.

    mome Le 14/04/2012 à 22:35:15
    Le protocole Pélican - Tome 2 - Volume 2

    Après un premier tome introductif posant les bases d’un huis clos très mystérieux, j’attendais ce deuxième opus avec envie mais aussi quelques inquiétudes en sachant que la série est annoncée en 4 tomes.

    Quelque part mes craintes sont avérées. Au bout de ce deuxième épisode, on n’est pas plus avancé, on ne sait rien sur ce protocole Pélican. Seul un évènement à la toute fin du récit annonce un changement plutôt étonnant pour la suite. Le huis clos reste donc toujours aussi mystérieux et donne une structure du récit un peu statique.

    De l’autre côté, la narration reste toujours aussi efficace. Les évènements nous permettent de découvrir un peu plus les différents protagonistes. L’atmosphère de ce huis clos est superbement restituée, le scénariste joue avec nous comme avec ses personnages.

    Le dessin réaliste très photographique (trop?) continue de me poser des problèmes. S’il est vraiment adapté à ce type de récit, je le trouve tout de même très statique, dégageant un côté un peu froid qui ne m’a pas aidé à éprouver de l’empathie pour les personnages.

    J’espère sincèrement que le prochaine tome amènera des changements tant au niveau de la compréhension de l’intrigue qu’au niveau du rythme du récit. Un tome qui trouvera peut-être toute sa plénitude dans la lecture des 4 tomes annoncés.

    mome Le 08/04/2012 à 00:23:18
    Hell West - Tome 1 - Frontier Force

    Thierry Lamy (scénariste du magnifique Skraëling) nous concocte un western fantastique pour le moins étonnant. Il fait montre une nouvelle fois de réelles qualités dans la construction et la maîtrise de la narration. Utilisant les codes du western, des personnages réels (Grant, Custer, Buffalo Bill,…) et des éléments fantastiques, il nous plonge dans un monde personnel pour le moins original. La galerie de personnages est étonnante même si on ne fait pas spécialement dans la subtilité. Ici tout est à l’image de ce monde sauvage et dure. Le rythme est endiablé ; pas de questions superflues à se poser, on se laisse entraîner par les évènements. Les dialogues sont percutants avec quelques clin d’œil (à Springsteen, à Gainsbourg).

    Et le dessin de Vervisch est absolument étonnant. Si au feuilletage il peut paraître simple et sommaire, c’est tout le contraire que l’on ressent une fois plongé dans la lecture. Il est extrêmement évocateur. Il apporte beaucoup de fluidité à la lecture et beaucoup de dynamisme. On s’immerge facilement de ce monde d’ombre et de lumière. Le jeu de noir et blanc est osé et globalement bien réussi, le regard glisse sur formes sensuelles, s’arrête sur des regards bien mis en valeur, se fige devant des formes inquiétantes. Bref, alors que, de prime abord, je n’étais pas convaincu par l’exercice de style, j’ai été conquis.

    De l’aventure pure et dure, un monde et des personnages pleins de possibilités, un moment de lecture jubilatoire. Vivement la suite.

    mome Le 05/04/2012 à 23:11:26
    Démon (Nolane/Suro) - Tome 1 - Le Mal des esprits

    Richard D.Nolan (scénariste de la série Millénaire) nous entraîne dans série médiévale-fantastique. Le lancement est efficace puisque l’on suit un groupe de navigateur qui découvre l’Atlantide. Trois d’entre eux sont témoins (victimes ?) d’un phénomène dont on ne sait rien. On enchaîne ensuite quelques années plus tard dans une Europe ravagée par une mystérieuse épidémie dont l’ampleur commence à avoir des répercussions politico-religieuses et sociales (chasse aux sorcières, accusation des minorités). On va suivre les pas d’un Missus Dominicus (envoyé de l’empereur, chargé d’enquêter et de rendre la justice ; fonction qui a réellement existée du temps de Charlemagne). Et c’est là que les choses se gâtent.

    En effet, si le début est plutôt accrocheur, l’histoire tombe vite dans un classicisme certes sans réel défaut mais qui peine à accrocher. La narration reste plutôt plaisante, le rythme est vif, les évènements s’enchaînent rapidement mais sans surprendre, voire même en utilisant des poncifs comme quand notre jeune héros se « dégotte » manifestement une future aide en la personne d’une jeune et jolie jouvencelle. Et comme en plus le choix de l’action se fait au détriment de la définition des personnages…

    Le dessin colle malheureusement au récit : agréablement classique mais trop neutre, trop lisse. Il caractérise bien l’époque au travers des décors ou des costumes mais est plus imprécis sur les visages. Pas de défaut majeur, pas de quoi s’enthousiasmer et compenser la tiédeur du récit.

    Espérons que ce caractère trop lisse ne nuira pas à l’avenir de cette série dans un contexte où les premiers tomes ont du mal à s’imposer, car la lecture est loin d’être désagréable et on ressent un réel potentiel pour nous offrir une aventure plus trépidante.

    mome Le 05/04/2012 à 23:08:51
    Les Âmes nomades - Tome 1 - Canal

    Olivier Merle choisit de nous interpeller en cette période de crise avec un héros (Jules) qui a tout perdu après avoir remis en cause les pratiques très capitalistiques de son entreprise et qui vit en marginal bien décidé à ne pas collaborer au fonctionnement de cette société. Il va se retrouver confronté à des personnes encore plus marginalisées que lui : des clandestins africains arrivés en France par hasard alors qu’ils souhaitent rejoindre l’Angleterre.

    Cette réflexion sur notre société, ses valeurs et ses contradictions mais également sur l’amitié, le don de soi, est agréable à lire, bénéficiant d’une mise en scène efficace. Ah, j’allais oublier, Jules a le don, via Google Earth, de se projeter mentalement où il le souhaite dans le monde. Ce don servira dans le récit, mais n’apporte finalement pas grand-chose.

    Le dessin de Tefenkgi est plutôt agréable et le découpage réussi. Sa ligne claire est relativement classique et rend la lecture fluide. On pourra relever quelques visages imprécis et un manque d’expressivité.

    Une lecture agréable donc, d’une BD qui interpelle et pose de bonnes questions même si le tout est gentiment naïf, un peu rapide et superficiel et peine à vraiment décoller.

    mome Le 01/04/2012 à 23:09:49
    Troie - Tome 1 - Le peuple de la mer

    Nicolas Jarry a choisi de poser son histoire à une époque que certains connaissent relativement bien, la guerre de Troie. L’album est rapidement lancé sur cette phrase de la pythie de Delphes, « A Troie se jouera l’avenir des hommes ». Le scénariste va donc revisiter cet évènement en le plaçant au centre d’une lutte entre les immortels dont l’humanité va être l’enjeu.

    Pour moi la force de cet album est que Nicolas Jarry n’hésite pas à plonger dans la légende grecque pour nous offrir moult personnages humains ou non. Cela en fera la faiblesse pour certains qui se retrouveront un peu perdus au sein de tout ce monde. Pourtant l’album mérite que l’on fasse un petit effort car les explications viennent régulièrement et un lexique succinct nous est donné à la fin.

    Cette mise en place aurait pu s’avérer lourde du fait de la multiplicité des personnages et des situations. Je l’ai trouvé au contraire accrocheuse, très fluide.

    Le dessin n’est s’en doute pas exceptionnel mais rempli pleinement son office. Il est attrayant avec des décors réussis et des ambiances bien restituées. Le découpage apporte du dynamisme. Le tout est suffisamment réussi et agréable pour faire oublier des visages parfois imprécis.

    Une bien agréable introduction et quand on connaît l’aspect mouvementé des légendes grecques et l’étendue du « bestiaire », on est un droit d’espérer de bien belles choses pour la suite.

    mome Le 01/04/2012 à 23:07:55
    Dogma - Tome 1 - Les signes du temps

    Bon soyons clair, si vous êtes un tant soit peu allergique à l’ésotérisme, la religion, les complots religieux et la fin du monde, fuyez ! Car là, Stéphane Betbeder nous offre un concentré de ce type d’histoire. Luttes internes au sein de l’Eglise, personnes stigmatisées, pluie de sang, statues qui pleurent et autres guérisons miraculeuses sont au programme.

    Mais si ce genre ne vous effraie pas, alors ce 1er tome est plutôt réussi. Certes les auteurs nous maintiennent dans le flou, mais l’histoire qui se concentre autour de Grace et Zoran est plutôt bien menée, le rythme est rapide et la tension est présente. Les deux personnages principaux sont intéressants et l’histoire, si on accepte ce que certains classeront dans le grand guignol, est plutôt intrigante.

    Le dessin de l’Italien Bonetti s’accorde bien à ce type de récit. Il a œuvré sur des comics et cela se sent. Son trait privilégie l’efficacité et l’ambiance à la précision et au détail. Il y a un petit côté « photoshop », un peu figé, les traits des personnages sont parfois un peu passe-partout mais rien qui n’altère la mise en place de l’ambiance, bien aidé il est vrai par le beau travail aux couleurs d’Elodie Jacquemoire.

    Je me suis laissé prendre par l’histoire, la lecture s’est avérée agréable, je serai là pour la suite.

    mome Le 31/03/2012 à 19:53:57
    Sept - Tome 12 - Sept dragons

    Très bon tome. Si le thème est classique, l'histoire vaut par son excellente construction. Elle se concentre au tour de 2 personnages, le roi (l'investigateur de cette "chasse") et son frère. Si on démarre sur un côté un peu caricatural avec le sage et le chien fou, les temps de voyage entre les combats avec les dragons vont permettre d'affiner la relation entre les deux et d'apprendre comment le roi a enrôlé les autres guerriers. Ces derniers sont des seconds rôles sur lesquels on n'apprendra pas grand chose (one shot oblige) mais ils ne sont surtout pas des faire valoir. C'est toute la réussite de cette histoire, chaque personnage a sa place et sa raison d'être là. Et tout les éléments vont s'emboiter dans le final et quel final : la surprise est totale!

    Le dessin est agréable. Les dragons sont magnifiques et variés. Les scènes d'action sont bien rendues. Les personnages sont bien caractérisés mais j'ai trouvé des problèmes de finition sur certains visages et parfois quelques décors "baclés".

    Un album réussi qui offre un bon moment de lecture.

    mome Le 31/03/2012 à 19:51:58
    La licorne - Tome 4 - Le Jour du baptême

    Et bien voilà c'est terminé et quelle fin. Je crois que j'avais lu quelque part que les auteurs avaient pris leur temps pour nous offrir un beau final, eh bien c'est réussi.

    Alors que l'on pouvait croire à la fin du troisième tome que la trame du récit était bien fixée et que l'on se dirigeait "seulement " vers la libération de la licorne et le combat final entre les méchants et les gentils, Mathieu Gabella se permet encore de redistribuer les cartes. Tout se complexifie, certains personnages ne sont pas exactement tel qu'on le pensait de même que la finalité de l'histoire. Il ne s'agit plus pour nos héros de simplement délivrer la licorne. Et après avoir bien bouleversé la trame de l'histoire, les auteurs nous offrent une fin dantesque.

    Le tout est magnifié par l'excellent dessin d'Anthony Jean (je trouve même qu'il s'est encore bonifié) qui donne vie à cette histoire, à ces primordiaux. Les couleurs sont de toutes beauté. Les scènes d'action sont puissantes. Il a su donner une ambiance particulière à cette histoire qui ne l'est pas moins.

    Cela aura été un plaisir du début à la fin. Bravo et merci aux auteurs.

    mome Le 30/03/2012 à 00:44:34

    Cette histoire a déjà été éditée par Panini mais de très mauvaise manière puisque des cases étaient tronquées. Urban comics lui rend hommage en la rééditant dans un bel écrin. Lui rend hommage ? Oui c’est le mot car ce récit est superbe, tout a fait étonnant, surprenant, intelligent et beau.

    Basée sur une histoire vraie (des lions échappés du zoo de Bagdad lors de l’assaut de la ville), le récit développé ici est une véritable allégorie sur les victimes des guerres, un conte philosophique sur la liberté, son coût, son côté illusoire.

    L’extraordinaire force du scénariste est d’avoir imbriqué ces raisonnements humains dans des comportements animaliers que l’on peut estimer vraisemblables. On va donc suivre le périple de ces 4 félins, libérés de leur zoo et qui se retrouve dans un Bagdad en guerre à ne pas savoir que faire de cette liberté qui n’est qu’un vague souvenir pour certains et que les autres n’ont jamais connue. Le récit est sans répit, j’ai été littéralement happé par cette histoire culottée tant par les thèmes abordés que par la technique de narration.

    La partie graphique n’est pas en reste. Le jeune dessinateur canadien (Québécois même) nous propose des planches de toute beauté possédant une puissance évocatrice impressionnante (la colorisation est magnifique). Je me suis surpris plusieurs fois « rêvassant » devant des planches alors que j’enchaîne plutôt une première lecture rapide pour y revenir ensuite et mieux profiter du dessin.

    Un très gros coup de cœur pour un récit brillant et une œuvre graphique riche.

    mome Le 29/03/2012 à 23:54:41
    Lloyd Singer - Tome 7 - Psychothérapie

    Pas facile de parler d’un tel album tant il est plein d’émotions, tant il est profond (et tant je ne suis pas doué). Car offrir aux lecteurs une histoire se basant sur une psychanalyse, c’est plutôt osé ! Mais bon sang qu’elle réussite !

    J’ai découvert tardivement cette série (lors de la reprise chez Bamboo) et je suis rapidement tombé sous le charme de ce drôle de bonhomme qu’est Lloyd Singer tant Luc Brunschwig prend soin de nous le développer au fil des évènements dramatiques qu’il doit affronter et des plongées dans son passé qui lui donnent une réelle humanité.

    Et dans cet album, finies les manœuvres d’approche, il va falloir affronter ce passé avec la famille Singer, démarche qui va s’avérer douloureuse, en particulier pour Lloyd, qui en tant qu’aîné, est un peu le dépositaire de la mémoire de la fratrie. Cette découverte du passé n’est à aucun moment ennuyeuse tant Luc Brunschwig maîtrise sa narration en la rendant rythmée grâce aux alternances passé/présent et surtout en plongeant dans des sujets complexes et délicats avec beaucoup de pudeur et de tendresse pour ses personnages. L’empathie pour cette famille ne fait que s’accroître.

    Le développement de la « petite » histoire parallèle et la manière dont elle se connecte en fin de tome à la famille Singer, magnifique jalon pour le tome 2, illustre également cette intelligence narrative.

    Le dessin sera mon seul petit bémol : l’univers graphique de la série est parfaitement appréhendé mais il y a de ci de là quelques imperfections sur les visages. Je les ai remarquées et regrettées mais ça n’a pas altéré le plaisir et l’émotion ressentis à la lecture de cette ouvrage.

    Alors, simplement merci.

    mome Le 26/03/2012 à 23:43:54
    Dos à la mer - Tome 1 - Ouest

    Amateur de série noire, ceci est pour vous : une série noire française. Le récit ne se déroule pas dans une mégapole américaine mais à St Nazaire. Henri, soudeur aux chantiers navals, est mis à pied dans une affaire de malfaçon et de gros sous. Il risque de servir de fusible alors qu’il était le seul à signaler les risques. Il a été également témoin d’une altercation entre une femme et un homme et à récupéré le portable perdu par ce dernier. Il vient de mettre le doigt dans quelque chose qui le dépasse car le couple n’est pas ordinaire : la femme, Natacha, épouse d’un membre emprisonné de l’ETA, est recherchée par cette organisation et la police ; l’homme, Jipé, fait partie d’un réseau mafieux et doit faire partir une cargaison de drogue que Natacha va être chargée de convoyer.

    Comme bien souvent avec ce style d’histoire, ce n’est pas l’originalité qui prime mais la bonne utilisation des codes, la cohérence du contexte, la solidité des personnages. Ici tout est bien présent. Le contexte social est bien décrit de même que le « milieu », les évènements s’enchaînent intelligemment et les deux personnages principaux sont plutôt attirants. Natacha, dont on ne sait pas grand-chose, est traquée et perdue au point de jouer son avenir en faisant confiance à un parfait inconnu ; Henri, marqué par une enfance sous la coupe d’un père alcoolique, qui semble écrasé par sa passivité et son incapacité à affronter les évènements violents, décide soudain d’agir un aidant cette femme manifestement en détresse. Mais sera-t-il capable de poursuivre cette cavale qui s’annonce dangereuse ?

    Le dessin réaliste au trait fin rend bien l’ambiance sombre froide et tendue du récit. Il est toutefois un peu statique et peine dans les scènes d’action.

    Entre le suspense liée à la traque qui s’amorce et l’évolution des rapports entre Natacha et Henri, c’est avec envie que je lirai la suite de ce diptyque qui, pour l’instant, fait preuve de sérieux et de cohérence.

    mome Le 25/03/2012 à 17:08:50

    Il ne s’agit pas d’une nouvelle adaptation du roman du français Pierre Boulle. L’histoire se déroule 1300 ans avant les évènements contés dans le roman (et sa célèbre adaptation au cinéma avec Charlton Heston). La paix règne entre les deux communautés mais l’assassinat du leader de la communauté des singes, qui sont ceux qui dirigent la société, va ébranler le fragile édifice. Ce vieux singe était un partisan de l’entente entre les deux races. Il semble avoir été tué par un humain qui de plus a bénéficié d’une arme qui était sensée avoir disparue.

    Ce meurtre va raviver les tensions entre les deux races, tensions qui sont d’autant plus vives que les humains se sentent exploités et que les souvenirs d’une guerre récente et des exactions qui y ont été commises sont encore très présents.

    Sur cette base somme toute très classique de l’affrontement entre deux races, les auteurs nous offrent un récit qui bénéficie de deux gros points forts. Tout d’abord, une qualité de narration très cinématographique qui, tout en nous permettant de découvrir les différents protagonistes et une partie de la structure de ce monde, nous offre son lot d’évènement d’actions et d’évènements.

    Le deuxième point fort (je dirai même le gros plus) vient du graphisme. Le trait réaliste est très précis, très expressif et terriblement efficace dans les scènes d’action. Le cadre et le découpage sont une réussite venant renforcer le dynamisme du récit et offrant une fluidité à la lecture.

    Un premier tome très convaincant.

    mome Le 13/03/2012 à 22:16:05
    Les innocents coupables - Tome 2 - La Trahison

    J'avais découvert cette série un peu par hasard et plutôt bien apprécié ma lecture. Ce sentiment se confirme dans ce deuxième tome. L'évocation de cette colonie pénitentiaire agricole (en fait un vrai bagne pour enfants et adolescents) est prenante.
    On va continuer de faire connaissance avec les 4 jeunes sur qui le récit se fixe plus particulièrement. L'auteur poursuit sa description du fonctionnement de cette société dans laquelle les autorités non seulement dirigent par la peur, la sadisme, l'injustice et la cupidité (les paysans touchent des primes quand ils récupèrent un évadé) mais encouragent clairement les mêmes pratiques entre les "pensionnaires" afin de briser tout espoir et tentative de rébellion collective.
    On échappe pas à certains clichés mais le ton est juste et on tremble, enrage et espère avec ces jeunes.

    Le dessin d'Anlor m'avait un peu interloqué dans le premier tome. Je trouve qu'il a progressé, bénéficiant également d'une colorisation que je trouve plus réussie. Le dessin est sobre, efficace, insistant beaucoup sur les visages et les expressions des personnages. Le découpage est intéressant. Le tout offre un graphisme très agréable, une lecture très fluide.

    Une série plutôt réussie jusque là sur un thème pas souvent évoqué.

    mome Le 13/03/2012 à 22:13:38
    Pour un peu de bonheur - Tome 1 - Félix

    Un premier tome réussi dans lequel on aborde le retour d'une gueule cassée et les ravages que la guerre a causé tant physiquement que psychologiquement et socialement. C'est traité avec beaucoup de pudeur et d'intelligence, avec l'ajout d'une intrigue policière qui vient "pimenter" le récit, laissant le lecteur se demander comment les 2 histoires vont se rejoindre.
    Le dessin est en parfait accord, sobre, évocateur. Le dessinateur joue beaucoup sur les expressions, les attitudes pour refléter les émotions des personnages, pour faire vivre les silences entre les protagonistes.

    Très agréable lecture, très touchante.

    mome Le 11/03/2012 à 23:46:54

    Bon, soyons clair, je suis fan de série noire. Et là cette Bd a pleinement satisfait mon addiction. Car pour être noir, c’est noir. Un ancien du FBI devenu privé est rappelé sur une affaire de tueur en série. Il accepte car le tueur semble le provoquer.

    Comme souvent dans la série noire, ce n’est pas la qualité de l’intrigue ou son originalité qui fait la qualité de l’histoire. La plus-value se situe au niveau sur les portraits et l’agencement des ingrédients. Dans Ghost, si effectivement les ingrédients sont classiques, la narration est forte en particulier pour nous livrer en personnage central puissant, pour nous plonger rapidement dans son monde de folie et ne plus nous lâcher. Il manque simplement quelques pages pour nous emmener sur de fausses pistes et faire durer le plaisir un peu plus longtemps.

    J’ai retrouvé dans ce récit ce qui fait la force des romans de Dennis Lehane ou de James Lee Burke : des personnages marqués par le passé, leurs échecs, leurs fautes ou encore leurs doutes et pour résumer leurs démons. Des personnages qui enquêtent grâce à leur expérience de la société et de la folie qui peut y naître en non par l’intermédiaire de la science.

    Le graphisme de Mutti excelle pour donner le ton du récit. Ici ne cherchez pas la précision des détails, c’est l’efficacité pour incarner l’esprit du récit qui est privilégiée. Le graphisme est baigné dans l’obscurité liée à la noirceur du temps, des lieux et des esprits. Je suis généralement attiré par des dessins réalistes aux décors précis. Le style comics peut facilement me rebuter mais quand il atteint une telle qualité d’évocation, j’adore.

    Un récit sombre, dérangeant, qui vous travaille au corps pour le plus grand plaisir des amateurs de série noire.

    mome Le 11/03/2012 à 17:10:59
    Airborne 44 - Tome 4 - Destins croisés

    Fin de ce deuxième diptyque. Le pseudo suspens entretenu dans le tome précédent tombe heureusement très vite. L’histoire va donc uniquement se consacrer à nous parler de ces héros ordinaires qui font ce qu’ils doivent faire, toujours cherchant à se raccrocher à quelque chose pour échapper à la folie qui les guette. L’évocation des conditions de vie des combattants, des résistants et même des allemands est toujours aussi poignante, juste et humaine. Pas de surhommes décimant la moitié d’une division ennemie : des êtres humains qui tentent de vivre.
    La romance qui est le support de l’histoire est joliment racontée, le rattachement au diptyque précédent très bien amené et permettant une fin qui n’était pas attendue.

    Le dessin en couleur directe, reste toujours aussi évocateur même si je lui reproche certaines imprécisions sur les visages qui m’ont plus contrariées que perturbées dans le ressenti de ce récit.

    Un deuxième tome meilleur que le précédent mais un diptyque inférieur au premier du fait de l’absence de suspense.

    mome Le 08/03/2012 à 23:26:27
    Missi Dominici - Tome 3 - Jelami

    Alors que j'avais vraiment aimé les deux tomes précédents, celui-ci constitue une grosse déception. Alors que l'histoire proposait des pistes intéressantes, j'ai vraiment le sentiment que l'histoire est expédiée parce qu'il faut absolument finir avec ce tome. Il ne se passe plus rien à part l'évasion de nos deux héros et le fait que Jélami va se déterminer. Et à part ça, beaucoup de bruit et de fureur à coup de pouvoir surnaturel bien pratique pour résoudre des situations compromises en deux temps trois mouvements. Un gros affrontement de surhommes qui n'apporte rien à l'histoire, à l'intrigue ou au monde créé.

    Si l'histoire devait continuer, il est clair que je m'arrangerais pour lire l'album avant de l'acheter et que je serais très méfiant.

    mome Le 06/03/2012 à 23:43:26
    La mandragore (Cordurié/Santucci) - Tome 1 - Une porte sur l'enfer

    Comme pour ses productions précédentes dans cette belle collection, Sylvain Cordurié nous offre un récit très vite rythmé, un personnage central charismatique et une histoire qui nous promène de questions en questions : qu’elle est la nature de la relation entre ces sociétés secrètes et les démons, quel intérêt y trouvent elles qui motive cette lutte entre-elles, qu’a découvert le membre qui trahit,… ?
    Bref il nous promène gentiment dans le brouillard des rues de Londres où se déroule l’action grâce à une narration fluide, alternant adroitement les actions des uns et des autres.

    De plus Lynn, « l’héroïne », a des capacités physiques étonnantes mais semble ignorer beaucoup de chose sur sa naissance et sa véritable nature. Cet aspect donne un petit comics, sentiment que l’on retrouve au travers du dessin de Marco Santucci (qui je crois a déjà sévi dans ce genre). Son graphisme est dynamique et crée bien l’atmosphère de ce récit. C’est globalement très efficace mais je pinaillerai un peu sur quelques visages parfois imprécis ou un petit manque d’audace dans les scènes d’action. Rien qui ne gâche le plaisir de la lecture.

    En tout cas pas du tout déçu par ce tome qui mérite sa place dans cette collection 1800 et dont la suite sera attendu avec envie.

    mome Le 06/03/2012 à 23:07:36
    Mercenaires - Tome 1 - La Meute du Griffon

    Un vieux seigneur orc, alerté par des attaques de goules et par les signes de faiblesse donnés par un mur magique, décide de reconstituer son ancienne meute afin de faire face au retour du mal. Il ne pourra pas mener lui-même cette opération car il va devoir affronter les goules, monstres commandés par des orcs qui cherchaient en fait à s’emparer du vieux seigneur. C’est un de ses fidèles compagnons, « l’intendant », qui va se charger de l’opération.

    Alors, commençons tout de suite par les sujets qui pourraient fâcher. Oui il s’agit de Fantasy. Oui la trame est sans doute classique (un groupe qui se forme pour sauver le royaume ou le monde). Mais classicisme n’est pas synonyme de médiocrité. Tout dépend des ingrédients que l’auteur va mettre et de la manière par laquelle il va les agencer. Et au cas présent, il y a des éléments intéressants. Nous sommes classiquement dans un contexte médiéval mais dans une culture japonaise, ce qui n’est pas si fréquent dans la Fantasy. Et puis, certes un groupe se reforme, mais on est loin des jeunes surdoués ou des guerriers confirmés. Ici les héros sont vieux et on se demande pour le moment comment ils vont pouvoir influer sur le destin.

    Ensuite, le scénariste, Nicolas Jarry, se révèle un sacré conteur. Parce que en plus de la trame classique, nous sommes en présence d'un vrai tome d’introduction. On prend connaissance des enjeux (de manière très générale pour le moment) et des personnages au fur et à mesure que la meute se reconstitue. Le récit se déroule de manière plaisante avec la découverte de personnages intéressants, l’humour des deux gobelins qui accompagnent nos orcs et le mystère qui entoure les actions des «méchants » (pourquoi vouloir capturer le vieux chef de la meute du griffon ?) mais aussi certains éléments de la meute (« Danse grise » et son sang de fée, « dame Papillon » qui envoie son apprentie la remplacer dans la meute en lui rappelant où doit aller sa véritable allégeance). Bref, en tout cas pour moi, largement de quoi s’intéresser au développement de cette aventure.

    Le dessin de Deplano est tout à fait réussi. Il parvient à donner un faciès à chaque personnage, à les rendre expressifs, à faire ressortir des émotions sur des visages peu engageants de prime à bord. Il nous propose de superbes paysages, embellis par une colorisation très agréable qui participe pleinement à créer l’atmosphère de cette quête.

    Une très jolie surprise à qui il serait dommage de ne pas laisser sa chance sous prétexte qu’il s’agit encore d’une histoire de Fantasy et d’une quête « à la seigneur des anneaux ».

    mome Le 06/03/2012 à 23:05:37
    Sherman - Tome 5 - Les ruines. Berlin

    C’est avec plaisir que j’ai retrouvé la série Sherman avec ce cinquième et avant-dernier épisode. Il n’y avait aucune raison pour que cela change et cela n’a pas changé : l’histoire est toujours aussi efficace. L’intrigue continue de se dérouler entre la menace du présent et les révélations du passé. Comme pour les autres épisodes, cet exercice de style, qui peut parfois s’avérer déroutant, est parfaitement maîtrisé, n’offrant aucun temps mort. Ce jonglage entre les époques est bien accompagné par les changements de colorisation. Le dessin de Griffo privilégie l’efficacité en ce concentrant sur les personnages et « oubliant » les décors. Les cadrages assez resserrés participe du même principe.

    Il y a quand même un élément nouveau et il est de taille. On échappera à un dernier tome dans lequel toutes les réponses seront brutalement livrées à coups d’effets plus ou moins réussis mais nuisant généralement à la cohérence du récit. Desberg a choisi d’entamer le dénouement dans cet avant-dernier opus. Les révélations sur le passé de la famille Sherman (père et enfants) sont nombreuses, on apprend la nature des liens entretenus avec l’Allemagne nazie (relations d’autant plus douloureuses qu’elles sont en rapport avec la solution finale). Si le passé est très majoritaire dans cet album, le présent voit quand même la situation évoluer avec également un cliffhanger réussi.

    La fin est proche, heureusement, mais sommes nous au bout de nos surprises ?

    mome Le 04/03/2012 à 23:28:29
    Asgard - Tome 1 - Pied-de-fer

    Xavier Dorison et Ralph Meyer, déjà complices pour un XIII Mystery (la mangouste) nous offre ici un récit de pure aventure, digne de certains classiques des années 70, un peu un Moby Dick au pays des vikings. Un guerrier maudit en raison d’une malformation de naissance, chasseur réputé de vilaines bestioles toutes plus méchantes les unes que les autres, est embauché pour débarrasser la contrée d’un Krökken, monstre marin sorti des enfers.

    A partir de ce canevas pour le moins classiques, les auteurs ont bâti un récit particulièrement efficace. J’ai été complètement harponné par ce récit dédié à l’aventure, au rythme dynamique, à la tension rapidement présente et palpable. Mais si l’action est clairement privilégiée, le scénariste n’oublie pas d’étoffer son récit en nous livrant des détails sur les coutumes des vikings et surtout en bâtissant des personnages intéressants, qui vont se dévoilés au fur et à mesure des évènements. Parmi eux bien sûr, le personnage central « Pied-de-Fer », guerrier maudit marqué par la vie et les difficultés pour un infirme pour exister dans un monde dédié aux guerriers et surmonter les préjugés liés à sa malédiction divine. Pour faire craquer ce guerrier bourru, une jeune rescapée d’une attaque du Krökken, orpheline et esclave affranchie, pleine d’énergie et d’envie de trouver sa place dans cette société.

    Le tout est porté par le magnifique graphisme de Ralph Meyer qui s’avère tout aussi efficace sur les personnages et sur les étendues sauvages. Son trait est précis, le découpage et le cadrage donnent du souffle à ce récit épique. La colorisation est tout à fait adaptée à cette aventure dans les contrées nordiques.

    Un excellent récit dont le seul reproche est qu’il s’avale trop vite.

    mome Le 19/02/2012 à 00:08:30
    Meilleur Job du monde (le) - Tome 1 - L'île Carpenter

    Christophe Bec s’inspire du fait divers qui est arrivé en 2009, le gouvernement Australien offrant un emploi de gardien pour 6 mois sur une île « paradisiaque ». Nous allons suivre l’heureux gagnant (un « fils à papa » pas spécialement dans le besoin, content d’échapper à l’emprise de son père) pour qui la principale crainte dans ce job intérimaire va être … la solitude. Lors de la visite de son futur lieu de travail, il va effectivement découvrir un lieu paradisiaque dans lequel les propriétaires ont construit une villa de luxe. Une seule « bizarrerie », la propriétaire des lieux lui interdit d’ouvrir une porte.

    Un album intéressant sur le plan du scénario et de la narration. On retrouve tout le talent du Christophe Bec capable d'amener le lecteur là où il le veut, de manière cinématographique. L'histoire est un peu lente à démarrer. Mais notre jeune héros va ensuite être confronté à des phénomènes étranges dont l’apparition d’un chien. Cette arrivée, l’ennui et l’excitation liée à l’interdit vont amener le jeune homme à s’interroger et mener des recherches qui vont rendre l’endroit beaucoup moins attrayant. La montée de la tension est parfaitement maîtrisée, ce mélange entre fantastique et thriller plutôt réussi et bien sûr, l’auteur ne dévoile rien de ses intentions.

    La déception pour moi se situe au niveau du dessin. Je le trouve trop lisse, trop aseptisé, n'illustrant pas correctement la tension qui envahit progressivement le récit.
    Je n’ai pas grand-chose à lui reprocher techniquement, c’est vraiment une affaire de ressenti. Il m’est arrivé de lire des histoires dont le dessin de prime abord ne me convenait pas pour ensuite ne pas concevoir l’histoire illustrée autrement. Eh bien là c’est l’inverse, je trouve vraiment que le dessin ne correspond pas à l’ambiance du récit, qu’il ne créé pas d’atmosphère. Au contraire, il affadit le propos.

    L’ensemble reste suffisamment cohérent pour être lu mais je suis vraiment ressorti avec une déception compte tenu du potentiel du scénario. Je continuerai pour ce dernier et l'art du suspens de Christophe Bec.

    mome Le 18/02/2012 à 18:45:21
    Allan Quatermain et les mines du Roi Salomon - Tome 2 - En territoire hostile

    Après un premier tome qui, s’il m’avait séduit, me laissait quand même sur ma faim, cette fin de diptyque est indéniablement montée d’un cran.

    Alors que je trouvais que l’on manquait de rythme, là tout s’accélère. Car un plus de trouver les mines du roi Salomon et de découvrir ce qu’il est advenu du frère de Sir Henry, nos aventuriers confronter à une lutte intestine pour le pouvoir entre le roi actuel, l’usurpateur, et un de leurs boys, l’héritier légitime du trône. L’histoire s’accélère donc et le suspens qui manquait tant est cette fois bien présent. Le rythme s’emballe mais Dobbs n’en perd jamais la maîtrise ; les personnages semblent ici prendre toute leur puissance (comme libérés d’un carcan) à l’image de Sir Henry qui se plonge (avec délectation ?) dans la sauvagerie des combats.

    Je trouve également que le dessin de Dim déjà attrayant dans le premier tome, s’est encore bonifié (à l’image de la superbe couverture). Même si l’ambiance reste sombre, je trouve que le tout est plus clair mettant ainsi mieux en valeur les personnages. Ces derniers bénéficient de visages plus précis. Ce qui reste constant, c’est une réelle capacité à faire ressortir l’atmosphère du récit comme pour la séquence du rituel magique et sacrificiel dans le palais de l’usurpateur ou encore au travers des scènes d’actions très lisibles.

    Au final un diptyque de pure aventure tout à fait réussi, qui offre un bon moment de lecture et qui ne dépareillera pas au sein de l’excellente collection 1800.

    mome Le 18/02/2012 à 17:28:24
    Scarlet - Tome 1 - L'indignée

    Voilà une histoire que j'ai vraiment bien aimée.

    Une jeune femme voit sa vie détruite par la faute d’un policier corrompu. Sortie du coma elle mène une enquête pour s’apercevoir que c’est plus qu’un homme qui est corrompu, c’est tout le système. Sa vision du monde et de la place qu’elle y occupe va alors changer. Dans un monde qu’elle juge agonisant, une société autiste qui préfère ne rien voir, ne rien savoir, elle va choisir de faire bouger les choses.

    Un excellent thriller politique qui joue sur l'ambiguïté de la réaction de Scarlet après qu'un flic corrompu ait foutu sa vie en l'air. On n'a pas le droit à un plaidoyer sur la justice individuelle mais à une réflexion sur un monde corrompu, usé jusqu'à la corde qui n'est plus capable d'évoluer et qui agonise lentement et douloureusement. Scarlet décide qu'il faut l'achever pour en faire naître un autre. Elle va essayer d'éveiller les consciences en sachant qu'il faudra sans doute se salir les mains. Ce premier épisode nous emmènera jusqu'au début de cette "révolution" (enfin les frémissements). La dualité entre des sentiments nobles et des actes répréhensibles est bien menée avec une technique de narration bien particulière puisque Scarlet s'adresse au lecteur, le regarde comme elle regarderait une caméra. C'est surprenant au début mais cela contribue rapidement à établir une proximité avec l'héroïne.

    Ce qui m’a également séduit, c’est que l’on ne tombe pas dans un thriller d’action brute, plein de bruit et de fureur. Il y a certes de la violence mais une violence réaliste, celle de notre monde. Le scénariste construit la nouvelle Scarlet, nous montre son cheminement et évite d’en faire une super guerrière qui va faire tomber les flics et les élites à coup de rafales de fusil mitrailleur et une surenchère d’exploits irréalistes. Le récit se lit lentement, il y a beaucoup de dialogue.

    Le dessin offre des planches superbes, on dirait parfois des photos retouchées. Le travail sur le cadrage et les angles de vues offre un dynamisme au récit. Bon après, moi qui à la base ne suis pas fan de comics, je pourrai pinailler sur des décors légers, des imprécisions de ci de là en particulier sur les visages et quelques choix de couleurs, mais ici, cela ne m'a pas dérangé tant le dessin est efficace, tant il parvient à rendre l'atmosphère désabusée du récit.

    Très bien construit, très efficace.

    mome Le 14/02/2012 à 23:32:25
    La rafale - Tome 1 - Les rails rouges

    Un bon début de triptyque.

    Le sujet abordé est intéressant et abordé subtilement. L'époque est bien retracée avec des personnages qui sont encore marqués par le seconde guerre mondiale (nous sommes en 1948). A travers ce programme de train blindé, les auteurs nous proposent de suivre le destin d'un civil français, sans doute communiste mais en tout cas antimilitariste, qui va être contraint de travailler pour la Légion ainsi que celui d'une jeune indochinoise engagée dans la guerre contre la France.

    Les personnages, alors que le sujet est plutôt délicat, ne sont pas manichéens. Le récit est bien mené, se sert parfaitement de la diversité des origines de la légion pour nous interroger sur les rapports humains, la conscience politique et l'ambigüité de la lutte armée : résistant ou terroriste?

    Le dessin semi-réaliste est très classique mais pas désagréable et accompagne agréablement le récit.

    Une approche intéressante d'un pan douloureux de notre histoire peut souvent évoqué.

    mome Le 14/02/2012 à 22:06:40
    Allan Quatermain et les mines du Roi Salomon - Tome 1 - L'Équipée Sauvage

    Le scénariste Dobbs rend hommage, dans le cadre de cette très bonne collection 1800, au roman d’Henri Rider Haggard. Il choisit de le faire en respectant assez scrupuleusement le roman, loin des effets romancés et spectaculaires des adaptations d’Hollywood.

    On va suivre le récit par la voix off d’Allan Quatermain, procédé qui installe une certaine distance avec le récit : on ne s’immerge pas pleinement dans le récit, on reste un peu spectateur. Toutefois ce choix n’enlève rien à la qualité de la narration qui va rapidement poser la problématique (une expédition pour retrouver le frère d’un riche lord anglais), nous permettre d’assister à la préparation de l’expédition et finalement le voyage vers une mystérieuse cité au cœur de l’Afrique.
    Ce voyage est bien décrit mais aucun évènement marquant n’intervient pour faire grimper la tension, donner un souffle épique à l’aventure. On n’en profite pour mieux connaître les personnages mais, comme le récit est réaliste et que nous sommes en plein cœur de la colonisation, ils ne sont pas obligatoirement sympathiques. Toutefois la fin du tome avec l’arrivée dans la cité et une découverte concernant un des « boys » de l’expédition va très intelligemment faire grimper l’intérêt et regretter de ne pas avoir sous la main la suite de ce diptyque.

    Le dessin réaliste de Dim « colle » bien au récit. Il est efficace, reflète bien l’atmosphère et nous propose des personnages bien identifiés. On peut lui reprocher (je ne sais pas trop comment exprimer mon ressenti) un aspect « brouillon » par moment, impression peut être due à un aspect trop sombre.

    Un premier tome qui certes manque un peu de rythme, mais installe efficacement le récit et les personnages laissant présager d’une suite bien plus tendue.

    mome Le 14/02/2012 à 21:29:08
    Sisco - Tome 4 - Whisky-Coke

    La protection de la fille du président se complique. Sisco prend l’initiative de la « planquer » sans en informer la hiérarchie puisque une tentative d’agression dans une planque officielle vient d’échouer. Seule une de ses collègues l’accompagne.

    Toujours aucun temps mort dans cette série. La description des intrigues dans le milieu politique, les scènes d’actions se succèdent de manière réaliste. Le scénariste maîtrise parfaitement son sujet, il sait parfaitement agencer ses éléments pour accrocher le lecteur et le maintenir sous tension.

    Le dessin « photographique » de Legrain est, dans ce style, toujours aussi efficace. Parfaitement à l’aise dans les scènes d’action, le dessinateur nous offre également des personnages expressifs et des décors détaillés très agréables et contribuant utilement à l’ambiance du récit.

    Ah, pour finir, Sisco est toujours aussi froid, dur et professionnel. Mais l’auteur laisse apparaître des fêlures dans la cuirasse. On peut donc penser que l’on va en apprendre plus sur ce personnage dans les prochains tomes d’une série qui, après deux diptyques, s’installe comme une valeur sûre dans le genre thriller politique.

    mome Le 12/02/2012 à 23:36:29
    Locke & Key - Tome 3 - La Couronne des ombres

    Avis concernant Locke & Key 1, 2 et 3

    Après l’assassinat de leur père (Rendell) et le viol de leur mère par deux élèves du collège dans lequel il travaille, la famille Locke va s’installer dans la demeure dans laquelle Rendell a grandi et où vit toujours son frère Duncan. Alors que tout le monde tente de reprendre vie, Bode, le plus jeune des enfants va découvrir une clé qui a le pouvoir de séparer le corps et l’esprit et provoquer bien involontairement la libération d’une créature enfermée dans un puits et qu’il était seul à voir. A partir de là, les évènements vont s’enchaîner et les enfants vont devoir lutter pour leur vie qui semble dépendre du contrôle de mystérieuses clés qui sont cachées dans la maison et que la créature du puits, très liée au passé de Rendell, veut posséder à tout prix.

    Joe Hill, fils de Stephen King, a commencé sa carrière par un roman puis par un recueil de nouvelles qui ont été l’un et l’autre plusieurs fois primés. Il s’attaque à la BD et une nouvelle fois sa série se fait fortement remarquer (et primer). Je ne suis pas spécialement attiré par les comics car hermétique aux histoires de supers - héros et souvent rebuté par le graphisme et la colorisation. Mais devant le flot d’avis positifs et aimant généralement le fantastique, j’ai regardé, j’ai hésité (bah oui le dessin) et j’ai pris le risque.

    Et bien je ne peux que m’en féliciter. Joe Hill nous propose un thriller fantastique particulièrement efficace, intelligent et prenant. Tout d’abord, même s’il y a de la violence, nous ne sommes pas dans le fantastique gore : pas de geyser de sang, d’intestins à l’air et autres têtes qui roulent. Ici nous sommes plus dans l’envoûtement grâce à trois éléments :
    - tout d’abord une capacité étonnante (encore plus venant d’un jeune auteur) à installer des ambiances ; un rythme de narration sans aucun temps mort qui happe le lecteur jusqu’à une fin pleine de promesses ; une narration limpide, alternant les différents membres de la famille et Zack/Dodge.
    - un fantastique tournant autour d’une maison et de clés offrant des possibilités et des pouvoirs différents que j’ai trouvé attrayant ; ces éléments fantastiques ne sont jamais des prétextes pour des « deus ex machina », ne sont pas là pour faire étalage de supers – pouvoirs ; ce fantastique intrigue, on a envie de découvrir les autres secrets et surtout de comprendre l’ensemble du tableau qui pour l’instant reste bien énigmatique.
    - enfin le traitement des personnages est une totale réussite. L’approche du deuil qui frappe la famille Locke est plutôt intelligente. Les personnages sont crédibles et touchants tant dans les impacts du drame qui les frappe que leurs tentatives pour se reconstruire. Leurs relations sont bien décrites et on s’attache à eux.

    Bon, dans une BD il y a un dessin. Et oui il s’agit d’un comics et donc j’ai vraiment du mal mais là je dois reconnaître que je m’y suis vite habitué. Tout d’abord on nous épargne les couleurs flashies trop souvent présentes dans les comics que je feuillète. Ensuite, il y a un vrai travail sur les décors et arrières plans. Enfin le style semi - réaliste du dessinateur peut sembler un peu décalé sur ce style de récit. De plus il y a un aspect un peu dessin animé, un peu cartoon. Ce graphisme facilite totalement l’immersion dans le récit. Grâce à ce côté un peu enfantin, il n’alourdit pas le propos.


    Alors même si ce style de dessin me posera toujours problème, ici je le trouve extrêmement efficace et au service d’une histoire intelligente et addictive.

    Le quatrième tome est annoncé pour juin et au bonheur, la série ne devrait en compter que 6. Ne vous privez pas, venez visiter Lovecraft ! Une étape immanquable.

    mome Le 12/02/2012 à 14:32:06
    Airborne 44 - Tome 3 - Omaha Beach

    Après un excellent diptyque évoquant la deuxième guerre mondiale lors de la bataille des Ardennes, Jarbinet poursuit son hommage à ces « héros » inconnus, son devoir de mémoire.

    Il le fait toujours avec les mêmes arguments qui m’avaient procuré beaucoup de plaisir. Tout d’abord une évocation habile de la grande histoire à travers les petites histoires. Une capacité à donner vie à ses personnages, à exprimer des sentiments, à évoquer les drames et les choix des uns et des autres avec pudeur et authenticité.
    L’auteur semble toujours aussi bien documenté et nous propose encore un dessin réaliste à l’aquarelle dont la puissance évocatrice ne se dément pas tant pour évoquer la campagne Normande avant la guerre où le jeune Gavin va tomber amoureux de la jeune Joanne que pour décrire l’horreur et la folie du débarquement.

    Tout va donc bien me direz-vous. Eh bien non, ce coup là, il manque un peu de magie, un peu de tension dans la trame centrale sentimentale qui sert de fil rouge au récit. Ici j’ai trouvé l’histoire peu crédible : deux jeunes tombent amoureux durant un été, ils le restent alors qu’ils sont séparés par un océan et que à priori ils n’ont pratiquement aucune chance de se revoir et finalement notre petit américain va revenir, 6 ans plus tard, sur les plages où est née son idylle pour découvrir que Joanne serait morte... Et sur ce dernier élément, même pas de suspens, la ficelle est trop grosse.

    Il nous reste quand même une belle évocation mais, pour l’instant le récit est largement inférieur au diptyque précédent.

    mome Le 30/01/2012 à 23:21:22
    L'ours-Lune - Tome 1 - Fort Sutter

    Cette collection "1800" est vraiment pleine de pépites. Et en voilà une nouvelle.

    Sur la base d'un western plein d’éléments classiques (un gradé qui se retrouve dans un fort dans lequel se trouve la lie de l'armée; un colonel qui veut casser de l'indien à la demande d'investisseurs qui veulent récupérer des mines d'or), les auteurs nous offrent un récit vif et fluide sur lequel se greffent rapidement des éléments fantastiques. La narration est sans temps mort, les personnages sont intéressants et le mystère total !

    Et puis les dessins de Florent Bossard (1ère BD) sont très réussis. C'est avec plaisir que j'ai parcouru ces planches qui attirent le regard, avec des personnages qui ont un charisme certain, des paysages enneigés magnifiques. Au feuilletage de l'album, je dois avouer que je n'étais pas pleinement convaincu, trouvant que le dessin avait un petit côté flou, imprécis, en particulier sue les visages. Mais bien aidé par une colorisation très agréable et adaptée aux différentes scènes, le graphisme parvient vraiment à rendre l'atmosphère de ce fort perdu dans la sierra enneigée et des évènements violents qui s'y déroulent.

    Une série dans la droite ligne de cette collection 1800, imposant des personnages forts et un graphisme marqué cherchant clairement à coller à l’atmosphère du récit.

    Un premier tome d'un western fantastique, une sorte de huis clos à ciel ouvert, très bien réalisé et qui m'a procuré un très bon moment de lecture.

    mome Le 29/01/2012 à 17:23:14
    Zombies (Peru/Cholet) - Tome 0 - La Mort et le mourant

    Album que j'ai ....dévoré. Un très bon one shot très dense, sans concession (la fin particulièrement) offrant bien entendu beaucoup d'action mais aussi une petite dose de réflexion sur le comportement humain dans les situations extrêmes. Les dialogues sont toujours aussi percutants avec un peu d"humour et de dérision. Les personnages se tiennent parfaitement, sont crédibles et même, pour certains, attachants.

    Ce tome 0 se situe au démarrage de l’épidémie et permet de comprendre d’où est venue à Serge Lapointe l’idée de la caravane de bateaux et ce qui a fait qu’il soit aussi impliqué dans l’aboutissement de ce projet.

    Le dessin de Leoni n'a pas à rougir de celui de Cholet. Il est très efficace et précis, avec des scènes d'actions vives, des personnages expressifs, illustrant brillamment la tension et l'horreur.

    Cette série est vraiment un must dans le genre. De quoi devenir mordu.

    mome Le 29/01/2012 à 17:03:19
    Masqué - Tome 1 - Anomalies

    Dans un monde futuriste (pas de précision sur l’époque), des soldats français patrouillant dans le Caucase sont attaqués par un drone russe. Seuls deux d’entre eux, Braffort et Taleb (sa maîtresse) s’en sortent grâce à une mystérieuse intervention. Nous n’en verrons qu’une ombre et le bout d’une cape rouge. Les deux rescapés tairont aux autorités ce phénomène, ce qui leur vaudra les foudres de leurs supérieurs et les amènera finalement à quitter l’armée.
    Braffort rejoint Paris et découvre une ville qui lui est devenue totalement étrangère.

    Très belle introduction, menée sur un rythme vif, qui ne dévoile pas grand chose de l'intrigue, des enjeux, ce qui fréquent dans des tomes d’introduction mais qui là, étonnamment ne nous livre pas beaucoup d'informations sur ce Paris et sur les protagonistes.

    D'où un sentiment bizarre de frustration, mais une frustration pas liée à une déception mais plutôt à l'attente, l'excitation : j'en veux plus! Car l'histoire fourmille de pistes, d'incidents, d'évènements. Tout cela est semé tout au long du récit, de manière parfaitement maîtrisée (en tout cas on peut le penser), ce qui n'a pas manqué de m'intriguer, de m'exciter. Et puis l'idée de ce Paris, entre rétro et futurisme, qui semble, ayant atteint une certaine taille comme d'autres mégalopoles à travers le monde, devenir une entité générant sa propre vie, sa propre énergie, est particulièrement intéressante. Si le développement des personnages est pour l’instant assez léger, là aussi le potentiel semble présent en particulier en ce qui concerne Braffort, idéaliste fils de militants alter mondialistes qui a fait carrière dans l’armée, et le préfet, personnage hautement ambigu et qui semble déchaîner les passions.

    L'immersion dans l'histoire m'a été fortement facilitée par une partition graphique extrêmement réussie. Le trait est précis, donnant beaucoup de dynamisme, offrant des décors urbains superbes. Il y a un très gros travail sur le cadrage et beaucoup de profondeur. Les scènes d'action sont très bien rendues. La planche où l'on aperçoit pour la première fois notre futur super héros est superbe et j'ai hâte de le voir en action.

    Un projet d’histoire de super héros à la française qui utilise les codes et les techniques propres aux comics américains - travail en équipe, encrage, sortie rapprochée (T2 en mai, T3 en octobre et T4 en janvier 2013) – mais en utilisant le tout dans notre propre référentiel français.

    Bref j'ai vraiment pris beaucoup de plaisir à lire ce premier tome. Je suis plutôt impressionné par le travail de l'équipe même si, comme beaucoup, j'en voudrais plus. Mais comme l'attente ne va pas être très longue...

    mome Le 22/01/2012 à 17:58:01
    Airborne 44 - Tome 2 - Demain sera sans nous

    Suite et fin de ce diptyque et mon avis sera court car on est dans la droite ligne de ce que j’ai ressenti à la lecture du premier tome. La narration est toujours aussi bien maîtrisée mettant toujours en avant l’humanité des réactions des personnages, que leurs sentiments soient bons ou mauvais. Les héros ne sont que des hommes qui tentent de survivre, de remplir leur mission de leur mieux, la peur au ventre, en cherchant, pour certains en tout cas, à ne pas perdre toute humanité.

    Le dessin est toujours aussi superbe, l’atmosphère aussi authentique.

    Ce qui change, c’est que l’on va apprendre pourquoi les allemands veulent absolument retrouver leur traître. On va alors découvrir les horreurs des SS sur le front de l’est. La tension va également monter d’un cran quand l’étau va se resserrer sur les occupants de la ferme les transformant de réfugiés en traqués.

    Un superbe tome clôturant un très beau diptyque.

    mome Le 22/01/2012 à 17:56:51
    Airborne 44 - Tome 1 - Là où tombent les hommes

    Avec Airborne 44 Philippe Jarbinet donne vie à un projet qui lui tenait à cœur : parler de la deuxième guerre mondiale et en particulier des évènements dans les Ardennes, région dont il est originaire.

    Les allemands sont à la recherche d’un traître, une patrouille américaine essuie des pertes sévères et après avoir recueillie deux orphelins juifs, les 2 soldats survivants trouvent refuge dans la ferme de la belle Gabrielle qui héberge déjà un soldat blessé.

    A partir de là l’auteur va développer une histoire d’amour tout en évoquant la guerre, les questions qu’elle pose, les drames et les traumatismes qu’elle créé. Le thème est classique mais il est ici développé avec beaucoup de talent, l’auteur créant une ambiance où l’humanité des personnages qui tentent d’exister dans cette accalmie du séjour dans la ferme et l’oppression et le danger permanent que constituent la guerre et l’hiver Ardennais se chevauchent, s’entremêlent.

    Le dessin en couleur directe à l’aquarelle est magnifique. Il est détaillé (uniformes,…), nous offre des décors sublimes et des personnages charismatiques. Il donne un sentiment d’authenticité à cette reconstitution.

    Très beau, prenant, juste. Une belle réussite.

    mome Le 22/01/2012 à 01:15:13
    Konungar - Tome 1 - Invasions

    Sylvain Runberg nous invite à une nouvelle saga chez les vikings. Mais il ne s’agit pas du tout d’une fresque historique. Nous avons là de la Fantasy qui démarre plutôt de manière classique. Le royaume d’Alstavik est menacé de partout : une guerre interne entre le roi est son frère fait rage, les celtes menacent l’ouest du pays et les Centaures, ennemis autrefois vaincus mais non exterminés, reviennent plus terribles que jamais. Nous ne verrons pas beaucoup ces derniers, mais le peu suffit pour comprendre qu’il ne fait pas bon croiser leur chemin.

    Comme bien souvent, ce premier tome cherche à poser le contexte, à introduire les personnages. Ici on va essentiellement assister à la tentative d’une sœur vous « réconcilier » ses deux frères pour le bien du royaume et on connaîtra l’origine de la brouille (le terme est gentil) entre les deux princes.

    Cette introduction est bien menée, on plonge vite dans l’action et distille de manière vive les informations. Certes le caractère des personnages est assez vite construit, l’opposition entre les deux frères relativement manichéenne, mais cela est plutôt attendu : nous sommes dans l’Aventure, c’est elle qui prime. Après, si on n’aime pas, on ne se risque pas à ce genre de récit, les auteurs ne nous prennent pas en traître.

    La bonne surprise se trouve dans le dessin du chinois Juzhen. Son dessin réaliste est dynamique, puissant mais aussi détaillé. Il illustre parfaitement le monde créé par Sylvain Runberg avec des scènes d’action claires, un bestiaire des plus impressionnants (les centaures, l’auroch forestier,…). L’ambiance dégagée par les différentes planches est prenante grâce à la colorisation et au jeu sur la lumière. Un petit regret : un cadrage un peu trop académique, il a manifestement tout le talent pour s’en affranchir. Un petit reproche ? Si les personnages sont réussis, j’ai tout de même été gêné par la taille des yeux des personnages que je trouve disproportionnés, un peu à l’image de ce que l’on voit dans les mangas (pas dans les mêmes proportions tout de même). Il s’agit clairement d’une affaire de goût personnel et non d’un défaut de l’artiste.

    Une saga qui démarre sous les meilleurs auspices qui a tout pour me faire revenir pour le tome 2 même si elle n’est pas encore véritablement prenante

    mome Le 21/01/2012 à 19:29:42
    Sisco - Tome 3 - Gin-Fizz

    Revoilà notre membre corse de l’équipe de sécurité du Président. Après un premier diptyque froid, rythmé et sans concession au cours duquel nous avons découvert un anti-héros, cynique, prêt à tout pour atteindre ses objectifs, Sisco se retrouve affecté à la protection de la fille du Président.

    La confrontation entre le « gros bras » froid et rigide et la jeune fille délurée, aguicheuse et membre de la jet set est une situation certes classique mais qui donne un ton nouveau à la série et qui est suffisamment bien menée pour être crédible. Mais que l’on se rassure, un complot se trame et l’action va vite reprendre ses droits. La narration est toujours aussi efficace, de même que les dialogues, et on est très vite pris par le rythme des évènements.

    La plongée dans le récit est facilitée par le dessin réaliste qui reste toujours aussi précis tant sur les décors quasi photographiques qu’au niveau des personnages expressifs.

    Seule la colorisation terne n’est pas au niveau mais cela n’a pas suffit, loin de là, à gâcher mon plaisir. Les auteurs sont peut-être entrain d’installer un nouveau personnage dans le monde de la Bd « thriller/polar ».

    mome Le 18/01/2012 à 20:57:27
    Légendes de la Garde - Tome 2 - Hiver 1152

    J’avais vraiment aimé le premier tome de cette série. Le deuxième est encore meilleur.

    On retrouve les éléments de base du premier tome : un conte mettant en scène des souris dans une époque médiévale. Une histoire simple au rythme soutenu misant sur le côté initiatique du conte et non sur la complexité de l’histoire ou (et) des personnages.

    Mais ce tome est plus intense que le précédent. L’hiver est arrivé, époque difficile et périlleuse pour nos petits rongeurs. Les réserves de la Garde diminuent et plusieurs membres sont envoyés solliciter du ravitaillement auprès des différentes cités. Ils doivent également remplir une mission d’ambassadeurs afin de convier chaque représentant des cités à une réunion pour établir des règles de fonctionnement entre-elles et éviter que le péril qui a menacé la Garde et le pays tout entier à l’automne (cf. tome 1) ne se reproduise. De plus le mal vaincu peu de temps auparavant a laissé des germes qui grandissent dans l’ombre et menacent la Garde de l’intérieur.

    C’est dans ce contexte plein d’incertitudes et de menaces que nous retrouvons nos petits héros du tome 1 qui ne vont pas être épargnés par les évènements. Le groupe va se retrouver séparé : trois vont devoir faire face aux « fantômes » d’une ancienne citadelle souterraine des furets tandis que les deux autres, porteurs d’un médicament qu’ils doivent rapporter au plus vite, vont devoir affronter les éléments qui se déchaînent et un hibou qui va les prendre en chasse.

    Ce deuxième tome permet également de faire vivre les personnages que l’on va voir grandir, évoluer dans leurs relations avec les autres comme avec eux-mêmes.

    Et enfin si les dessins sont toujours plutôt proches d’illustrations (avec le côté figé qui va avec), le trait s’est amélioré. Il est encore plus clair, plus précis et gagne encore en force d’évocation. Les paysages sous la tempête sont véritablement glaciaux, on tremble pour nos deux héros sur lesquels le givre et la glace s’accrochent. La cité souterraine n’est pas en reste, l’auteur parvenant merveilleusement à faire naître la tension, le danger permanent qui peut surgir des ténèbres à tout moment.

    C’est avec un plaisir tout enfantin que j’ai parcouru cette histoire qui peut se lire lentement si on se laisse happer par les planches évocatrices de l’auteur.

    La voix de grand-père se tait. Les flammes dans la cheminée ont disparu. Il est temps de dormir. Mais dormez tranquilles, la Garde veille..

    mome Le 16/01/2012 à 22:43:12
    Légendes de la Garde - Tome 1 - Automne 1152

    Nous voici devant une petite pépite qui ne m’a pas laissé insensible. Il s’agit d’un conte mettant en scène le monde des souris en les dotant d’une structure de « société humaine ». Mais là s’arrête la transposition avec la nature les souris restant des souris c'est-à-dire de petits animaux qui doivent affronter l’immensité de la nature et de ses prédateurs.

    Trois soldats de la garde, sorte de milice que l’on pourrait comparer aux moines hospitaliers ou aux templiers (pour la protection des voyageurs et la garde des frontières, pas pour la religion) sont envoyés en mission de routine et découvre un complot menaçant leur citadelle.

    L’histoire est simple, sans véritable surprise. Cet élément pourra en rebuter certain mais ce n’est clairement pas le but recherché par l’auteur. Il s’agit d’un conte, donc l’intérêt n’est pas dans l’intrigue elle-même mais dans la qualité de la narration, dans le charisme des personnages, dans l’utilisation d’effets certes attendus mais qui gardent tout leur attrait pour peu qu’ils soient bien amenés (le traître, le retour du héros de légende, la paire constituée du calme et réfléchi et du combatif et instinctif, le novice plein de promesse,…)

    Et comme un conteur qui doit rapidement saisir l’attention de son auditoire, l’auteur nous offre un récit soutenu qui marque des pauses que pour mieux nous imprégner de l’ambiance qu’il cherche à créer.

    Il est en ça bien aidé par son dessin aux couleurs douces, sobre plus proche des illustrations des livres de jeunesse que de nos bandes dessinées. Il est propice à créer les ambiances, à donner vie à ce monde médiéval mais cela se fait au prix d’une certaine rigidité des personnages et ce même dans les scènes d’action qui ne manque. Certains pourront reprocher une difficulté à distinguer les différents protagonistes. S’il est vrai que rien ne ressemble plus à une souris qu’une autre souris, je trouve qu’avec un minimum d’attention les différences de couleur de pelage et de capes permettent très rapidement de situer chacun des principaux personnages.

    Au final, un récit certes « enfantin », ce qui n’est pas un défaut en soi, qui saura charmer ceux qui veulent faire remonter leur âme d’enfant. Fermez les yeux. Vous êtes devant la cheminée. La voix grave et chaude de votre grand-père résonne : Oyez, oyez ! Voici l’histoire des soldats de la Garde !

    mome Le 08/01/2012 à 18:00:14
    Under - Tome 2 - Goliath

    De la série B pure et dure ! (cet avis concerne le diptyque dans son ensemble)

    Bon tout est dans le titre. Si vous souhaitez vous intéresser à cette série, il faut clairement prendre conscience de ce paramètre : Christophe Bec nous offre une série B! En prenant l'exemple du cinéma, si vous êtes allergiques aux films nous proposant Van Hamme, Seagal ou encore Schwarzenegger, passez votre chemin. Ici seul l'action compte. Oubliez la cohérence, la plausibilité, la profondeur des personnages. Ici vous aurez droit à tous les poncifs du genre. On retrouve ainsi le politicien véreux prêt à tout pour rester au pouvoir, l'amourette entre une scientifique sexy et le chef de la police des égouts (oui dans ce monde et cette ville il y a une police des égouts, c'est comme ça, point), dit "beau mec" de service (avec les abdos et tout hein) qui a quand même une fêlure du fait d'un passé douloureux et traumatisant, des morts en pagailles, des victimes innocentes et des bébêtes monstrueuses issues de mutations provoquées par les produits chimiques déversés dans les égouts.

    Ah oui, je vous ai prévenu, rien que du lourd, aucune finesse, aucune subtilité. Mais une fois ce postulat accepté, force est de constater que le produit répond parfaitement au cahier des charges. En effet, une des grandes forces de C.Bec est d'utiliser parfaitement les éléments en sa possession, de savoir parfaitement amener les lecteurs là où il le désire. Il excelle en général sur la construction des atmosphères de ces récits, en particulier quand il faut faire ressentir l'angoisse et l'oppression (mais pas seulement, voir en particulier "Royal Aubrac").

    Le dessin d'un de ses compères préférés, Stefano Raffaele, sert efficacement le récit. Son trait fin et précis recrée l'atmosphère confinée des égouts, la tension du parcours des personnages, la violence des scènes d'action. Il est à l'aise avec les détails et avec les décors. Et il nous prose des "monstres" qui réjouiront tout les amateurs d'horreur et angoisseront les arachnophobes.

    La série B de temps en temps et quand c'est bien fait, moi j'ai rien contre. Avec Under j'ai été bien servi. Alors à lire... si vous aimez la série B.

    mome Le 08/01/2012 à 16:59:51
    Déluge (Pona/Hervás Millán) - Tome 1 - Retour

    Et bien voilà une histoire (à priori le 1er tome d'un diptyque) qui n'est pas évidente à aborder tant les auteurs se sont amusés à mélanger les genres, brouiller les pistes.

    A quoi avons-nous à faire? Un récit d'anticipation très certainement. La terre à pratiquement disparue, noyée par un déluge qui a transformé notre planète en monde aquatique. Mais aussi à de la science-fiction avec des vaisseaux (dont un vient du ciel apparemment), une technologie futuriste (entre autres les clones), des êtres humanoïdes et autres bestioles n'appartenant pas à notre bestiaire classique. De plus le récit ne semble pas se prendre au sérieux avec un second degré dans les dialogues (qui sied bien aux personnages et contribue à les rendre attachants) et deux personnages principaux dont les rapports sont dans un premier temps caricaturaux mais qui s'affinent par la suite.

    Où sommes-nous, à qui avons-nous à faire, quels sont les enjeux? Là aussi le brouillard est bien épais. Sur l'époque, rien. Sur la structure du monde? On nous présente bien différents groupes mais peu d'éléments sur les relations entre ces différents clans (difficile de parler de pays ou de nations), sur leur influence sur le fonctionnement du monde et des êtres qui le peuplent. Sur les enjeux de l'histoire? Bah un vaisseau finit au fonds de l'eau. Le seul rescapé est un clone qui va être reprogrammé (par qui?) pour accomplir une mission à priori vitale (laquelle et pour qui?). Bah, on pourra toujours dire que la surprise va être totale, que au moins, on ne devinera pas la fin trop à l'avance.

    Ce récit un peu "fouillis" est très bien mis en image grâce à une galerie de portraits des plus réussie, une excellente évocation de cet univers immergé et une habilité à rendre l'atmosphère tant dans les scènes aquatiques que dans les milieux plus confinés.

    Bref tout cela est plutôt déroutant. J'ai hésité sur la note entre 8 et 7. Le coté peu fluide de la narration lié à l'absence d'informations peut certainement déranger. Moi il m'a plutôt intrigué car je pense que c'est un choix des auteurs et donc une technique parfaitement maîtrisée. De plus l'univers créé est riche de potentiels et, en optimiste de nature, j'opte pour un 8 en imaginant un final faisant feu de tout bois.

    mome Le 08/01/2012 à 14:25:27
    Malicorne - Tome 1 - Première partie

    Cette série nous offre une plongée dans le Paris du 19ème siècle sur les pas de Malicorne, un ancien soldat de Bonaparte devenu tueur à gages ou plus précisément duelliste professionnel. Il est engagé pour infiltrer une société secrète (elles sont nombreuses à l'époque) et éliminer le grand maître Jacob. Cette société (dont on ne peut sortir que par la mort) se propose d'offrir à des aristocrates, des bourgeois et autres militaires désoeuvrés, le grand frisson par des "jeux" leur permettant d'approcher la mort.

    Les auteurs nous plongent dans un monde qui fait suite à la défaite de Napoléon. Les luttes entre républicains, bonapartistes et royalistes qui viennent de revenir au pouvoir, plongent la société dans un désordre fait d'intrigues, de tensions et de violence. Les personnes qui s'engagent dans la société secrète de Jacob sont désabusées, fatiguées par les coups de l'existence ou par la vacuité de leur vie.

    La narration est très bien maîtrisée. Elle est vive et efficace, les évènements s'enchainant parfaitement. Mais malgré ce rythme, le travail sur les personnages n'est pas oublié. Si globalement leur psychologie est classique, certains se révèlent particulièrement intéressants tels que Lady Mac Guff (sans doute grâce à ses anciens liens avec Malicorne et à ce que cela a impliqué sur le déroulement de son existence) ou encore Jacob, être intelligent, retors et nimbé d'une aura sulfureuse. N'oublions pas Malicorne qui bénéficie d'un réel charisme donnant rapidement envie de suivre ce personnage désabusé et fascinant.

    Le dessin de Thimothée Montaigne bonifie cette belle aventure. Son trait réaliste rappelle très clairement celui de Mathieu Lauffray mais également celui de Giraud dans Blueberry, personnage auquel Malicorne ressemble sans conteste. L'atmosphère est très bien rendue grâce à des détail riches mais sans jamais de surcharge. Les visages des personnages sont justes et le tout bénéficie dans cadrage inspiré et d'un très bon sens du mouvement.

    Au final, une aventure prenante, sans temps mort et magnifiquement dessinée. Vivement la suite et la fin de ce diptyque.

    mome Le 07/01/2012 à 18:40:39
    Shi Xiu Reine des pirates - Tome 1 - Face à face

    Les éditions Fei ont choisi de nous faire découvrir un personnage chinois ayant existé. Il s'agit d'une ancienne prostituée qui va devenir l'épouse d'un puissant capitaine pirate. Grâce à ses qualités de meneuse d'homme, de tacticienne et d'organisatrice elle prendra la succession de son mari à sa mort et elle obligera les dirigeants de l'empire chinois à négocier avec elle. Un tel personnage paraît tout à fait propice à une belle héroïne de BD.

    Et belle, effectivement la demoiselle l'est. On pourra reprocher cette évidence aux auteurs mais bon cela sied bien à une "légende". Ce 1er tome va nous présenter Shi Xiu, sa rencontre et son mariage avec la capitaine Zheng Yi. Ce tome d'introduction permet clairement de poser le personnage de Shi Xiu en insistant sur son intelligence, ses compétences de meneuse et sa capacité à exploiter les évènements.

    Alors oui on n'échappe pas à certains stéréotypes de l'aventurière belle, douée pour la bagatelle, intelligente. Ah quelqu'un a dit "la femme idéale"? Euh, laissez-moi juste préciser que la jeune femme est également une combattante émérite. Ah tiens, plus de volontaires? Mais ce tome est plutôt plaisant. Si l'histoire se lit vite, elle est bien menée, les évènements s'enchaînent rapidement, les personnages (et en particulier Shi Xiu) sont bien abordés.

    Le dessin du chinois Wu Quing Song accompagne joliment le récit. Il est très à l'aise avec les visages des personnages et les scènes d'actions sont bien rendues. Par contre il l'est moins sur les plans plus larges et les décors sont parfois un peu "négligés". De même il semble avoir quelques difficultés à s'emparer du format franco-belge avec un découpage qui reste trop conventionnel. Toutefois la page coquine des ébats du capitaine et de sa "fiancée" montre clairement qu'il est capable de s'extraire de ce carcan et d'exprimer un potentiel que l'on devine important. La colorisation et l'utilisation de la lumière sont très réussies et offrent un visuel des plus agréable.

    Une bonne introduction pour cette nouvelle série qui ne propose sans doute rien de fondamentalement nouveau. Mais entre le charisme certain de l'héroïne, le fait de savoir que le personnage a existé, l'exotisme de la découverte de la Chine au début du 19ème siècle et un graphisme attrayant, il n'y a aucune raison de bouder son plaisir. Et hop embarquement pour la Chine!

    mome Le 03/01/2012 à 00:13:36
    Ella Mahé - Tome 3 - Celle qui n'a pas de nom

    Bon, le premier mystère reste pour moi l'attachement à cette série. Parce que nous en sommes au troisième tome et nous ne sommes pas beaucoup plus avancés.

    Certes il y a le dessin de J.F.Charles qui est toujours aussi beau, plein de douceur et de majesté, mis en valeur par la colorisation en couleurs directes toujours aussi réussie.

    Certes le rythme s'accélère, mais ce n'est pas encore "tempête sur le nil". On avait laissé Ella sur le point de se faire enlever, on apprend dès le départ que Thomas Reilly, qui la surveillait, l'a sauvée. Mais le manuscrit de son grand-père a quant à lui été dérobé ce qui pourrait permettre à ces mystérieux adversaires de doubler Thomas dans la recherche de la tombe de la princesse. Nos deux "héros" partent alors pour un monastère dans lequel devrait se trouver un manuscrit que recherchait son grand-père.

    Ce manuscrit raconte le récit d'un moine hospitalier qui après avoir été capturé par les arabes, va apprendre à vivre avec eux, les aimer et les respecter. Durant son séjour, il aura accès au tombeau de la princesse.

    Cette partie dessinée par B.Goepfert est, comme pour les tomes précédents, toujours en ligne claire. Mais cette fois, son style est beaucoup plus dynamique, ce qui sied bien au récit du moine qui n'est pas de tout repos. Les décors précis sont réussis de même que les personnages au travers de leurs expressions.

    Tout cela est fort bien et nous offre un tome plus rythmé que le précédent (pour moi, le meilleur jusqu'à présent). Mais au final, même si ce que l'on a appris sur la princesse est plus conséquent, on se demande bien comment en gardant la structure actuelle du récit (10 planches pour la période actuelle, 36 pour le passé), les auteurs pourront nous offrir un dénouement, annoncé pour le prochain tome, capable de nous apporter les réponses attendues.

    mome Le 02/01/2012 à 23:33:35
    Ella Mahé - Tome 2 - Princesse des Sables

    Nous poursuivons notre parcours dans les pas d'Ella Mahé. Le rythme est toujours aussi lent, contemplatif et il ne se passe toujours pas grand chose. Ella va rejoindre son nouvel emploi, sur le chemin elle comprend qu'elle est suivie mais passés quelques instants d'affolement semble oublier l'incident. Dans le musée où elle prend ses fonctions, elle découvre un manuscrit datant de la construction du canal de Suez dans lequel elle va apprendre des éléments sur la princesse aux yeux vairons. Seules les derniers cases de la dernière planche laissent penser que le rythme va s'accélérer.

    Cette partie du récit a une nouvelle fois peu d'éléments à offrir pour attirer l'attention si ce n'est le magnifique dessin de J.F.Charles et sa couleur directe.Il créé superbement l'atmosphère, le personnage d'Ella rayonne toujours.

    La partie correspondant au récit de l'ingénieur français supervisant la construction du canal est une nouvelle fois dans le style "ligne claire" mais dans un style beaucoup moins "jacobsien" que pour le premier tome. Ainsi, pour moi, l'opposition avec le trait de Charles est moins rude. Le trait est fin et précis, relativement vivant même s'il demeure (style oblige) un peu figé.

    Par contre, ce coup-ci, c'est au niveau de l'histoire que cela pèche un peu. On suit une étape de la construction du canal de manière très précise et documentée, allant jusqu'à découvrir les problèmes financiers et politiques rencontrés. De plus, on s'intéresse longuement à l'idylle naissante entre l'ingénieur et une belle journaliste italienne et finalement assez peu à notre mystérieuse princesse.

    Au final, telle une descente sur le Nil, la promenade n'est absolument pas désagréable, mais on voudrait bien pouvoir approcher de plus près les monuments que l'on aperçoit.

    mome Le 29/12/2011 à 19:53:31
    Sisco - Tome 2 - Faites-la taire !

    Après un premier tome efficace et bien construit, on retrouve notre tueur à la solde de l'Etat pour qui les affaires ne s'arrangent pas et ce d'autant plus qu'il est victime d'un complot interne au service.

    L'intrigue est toujours aussi cohérente, les personnages bien définis; les évènements s'enchainent habilement, l'action monte d'un cran. Sisco est toujours aussi "professionnel", froid et cynique.

    Le dessin s'affirme encore au travers des décors hyper réalistes et précis, des visages des personnages et du dynamisme de l'ensemble.

    Un deuxième tome qui confirme le potentiel des auteurs grâce à un récit rythmé et efficace. Un très bon divertissement.

    mome Le 29/12/2011 à 18:21:32
    Sisco - Tome 1 - Ne Tirez que sur ordre !

    La première bonne surprise de cette BD est que pour une fois on évite de se retrouver dans les méandres de la CIA ou des FBI. L'action se passe en France dans les services chargés de la protection rapprochée du Président. En fait le terme protection ne concerne pas spécialement sa surveillance physique mais plus largement tout ce qui pourrait nuire à son image ou son action. Un des membres de l'équipe, Sisco, est ainsi chargé de faire taire un conseillé qui a décidé que sa conscience ne pouvait plus supporter certains agissements. Opération à priori de routine mais qui va se compliquer du fait de la présence d'un témoin.

    La deuxième bonne surprise est que le personnage central n'est pas un justicier, un preux chevalier. C'est au contraire un tueur froid, sans état d'âme, cynique, prêt à tout pour accomplir son boulot. Cela procure un sentiment bizard puisque le récit créé une proximité avec Sisco mais que l'on ne peut s'empêcher d'éprouver de la compassion pour les personnes qu'il traque.

    La narration est efficace, énergique. L'intrigue, sans être complexe, se déroule méthodiquement et offre son lot de rebondissements.

    Le dessin réaliste n'est pas en reste. Il offre des décors précis, des personnages crédibles et charismatiques et rend bien la sensation de mouvement.

    Bref, cela se lit vite, mais c'est distrayant, efficace et prenant. A suivre.

    mome Le 29/12/2011 à 00:15:02

    Voilà une uchronie surprenante et quelque peu "dérangeante".

    Nous sommes en 1953, le seconde guerre mondiale ne s'est pas arrêtée, l'Allemagne a définitivement remportée la bataille à l'ouest et lutte toujours contre l'URSS.Les SS sont au pouvoir et en opposition avec le Président du grand conseil qui veut lancer un projet désespéré qui peut apporter la victoire alors que les troupes allemandes sont en train de craquer. Les SS veulent le maintien du statut quo, une guerre permanente qui leur permet d'asservir la population.

    L'histoire est dans premier temps un peu décousue, il y a beaucoup de personnages et on ne voit pas bien vers quoi on veut nous emmener. Mais très vite la tension va monter, les agissements du président du haut-conseil étant rapidement étranges et les évènements sur le front de l'est se bousculant avec en particulier l'apparition de "mutants". La fin pourra déranger, interpeller car elle ouvre le débat sur le thème "la fin justifie-t-elle les moyens?"

    La mise en scène est particulièrement réussie avec un découpage en chapitres sous forme de compte à rebours inversé, distillant des informations tout en préservant le suspense et adoptant un rythme nerveux donnant une belle place à l'action.

    Et justement, cela tombe bien car le dessinateur excelle dans les scènes d'action. Son trait tout en crayonné, un peu "brouillon" de prime abord, dégage une réelle puissance en particulier dans le rendu des visages et des mouvements. Il est nerveux et dynamique. La colorisation grise et les jeux sur la lumière sont particulièrement adaptés à la dureté du récit et l'ambiance apocalyptique qui y règne.

    J'ai finalement très rapidement dépassé mon à priori défavorable du départ (le dessin ne m'attirait pas) pour me laisser happer par cette uchronie. Après, comme j'ai pu le lire, on peut toujours mégoter sur certains points. Mais pour moi ce sont des détails et cette BD m'a essentiellement séduite par la puissance et la cohérence de son ensemble.

    mome Le 28/12/2011 à 23:17:09
    Ella Mahé - Tome 1 - La fille aux yeux vairons

    Ella Mahé, jeune restauratrice de manuscrits anciens, arrive en Egypte pour un travail et s'offre préalablement quelques jours de congés pour visiter des sites historiques. Elle rencontre Thomas Reilly, jeune archéologue, qui va lui faire découvrir qu'il est sur la trace d'une mystérieuse princesse qui a la même particularité physique qu'Ella, des yeux vairons. Ce dernier disparaît mystérieusement en laissant ses affaires dont un carnet de notes ayant appartenu au grand-père d'Ella, lui-même archéologue et passionné par l'Egypte. C'est l'histoire de cet homme que l'on va alors suivre et plus particulièrement comment il s'est retrouvé sur la trace de la princesse aux yeux vairons et du mystère qui l'entoure.

    Cette BD est étonnante car à la base, en tout cas pour moi, l'histoire n'a pas de réels points marquants. Le rythme est lent, il ne se déroule pas grand chose. Dans beaucoup de cas, on trouverait même que tout cela est beaucoup trop délayé. Mais pas ici. D'abord parce que les quelques points d'accroches sont bien posés. Ensuite parce que le récit bénéficie de l'aura de l'Egypte antique et ce même si le récit ne nous y plonge pas directement. Enfin, les personnages sont très bien construit et c'est avec plaisir que l'on les découvre.

    Le dessin contribue également au plaisir même si là je placerai un petit bémol. En effet, l'époque moderne (donc avec Ella) est assurée par J.F.Charles, la partie du passé par un autre dessinateur (ici André Taymans et cela changera à chaque fois pour les 3 autres tomes prévus). Pour J.F.Charles pas de surprise, que du plaisir. Son trait est toujours aussi esthétique, plein de douceur, de poésie et de sensualité. Comme à l'accoutumée son personnage féminin est un hommage doux mais puissant au charme féminin.
    Par contre, pour A.Taymans, on bascule sur une ligne claire digne de Jacobs. Rien à dire sur la qualité de l'exercice (les personnages sont très réussis) mais c'est un style qui me touche moins et en particulier quand il est adossé à celui de J.F.Charles

    En tout cas une histoire envoutante qui nous installe dans une douce et agréable torpeur mais qui nous maintient intelligemment en alerte par des éléments mystérieux.

    mome Le 28/12/2011 à 23:11:34
    La guerre des Orcs - Tome 1 - L'art de la guerre

    L'héroïc-fantasy n'a pas bonne presse en France. Ce genre demeure méconnu et souvent réduit à un style barbare aux gros muscles, bimbos en bikini en peau de bête et bestioles étranges. Dommage car il y a beaucoup de sous-genres offrant des scénarios solides et même quand on est confronté aux poncifs du genre, on peut découvrir de jolies pépites. Et c'est le cas pour cette série.

    Ainsi on retrouve des hommes, des nains, des elfes et des orcs. Le scénario de base est simple : les trois premières races citées ci-avant sont unies pour exterminer les orcs qui, sur le point d'être rayés de la carte, vont devoir changer leurs habitudes pour surprendre les adversaires. Olivier Péru, le scénariste, prend tout le monde à contre-pied en basant son récit sur le point de vue des orcs et en faisant naître l'espoir grâce à l'intelligence, la ruse mais également la lâcheté et la duplicité. Les orcs deviennent "humains", presque sympathiques tout en restant des bonnes brutes bien bestiales (faux pas exagérer tout de même).

    Même si la série va se poursuivre, les auteurs nous proposent un one-shot, avec les avantages et inconvénients de ce genre. Côté inconvénients, il est bien entendu difficile d'approfondir l'univers créé et les personnages. Dans le cas présent, le scénariste nous offre suffisamment pour rendre les personnages et leurs réactions crédibles. Côté avantages, on a bien à faire à un récit vif et alerte, sans réel temps mort.

    Le dessin de Daxiong magnifie le tout grâce à son style réaliste et précis. Le trait est fin, vif, dynamique offrant des scènes d'actions réussies et des personnages bien expressifs (les orcs sont particulièrement réussis).

    J'avais négligé cette série à sa sortie par peur d'une histoire trop classique. Je ne regrette pas du tout d'avoir finalement cédé à la tentation : un très bon moment de divertissement

    mome Le 28/12/2011 à 23:10:27

    Une série noire classique mais efficace

    Voilà, tout est dans le titre.

    Une BD qui se sert de tous les codes de la série noire.Les ingrédients sont connus : une ville perdue au coeur de l'Amérique avec une population pour le moins attardée qui vit pratiquement en autarcie et dirigée par quelques despotes locaux; quelques brutes et autres dégénérés, des bimbos en shorts moulants et tee-shirt plus remplis que leur vie et dont la vacuité de leur existence les pousse à se montrer très accueillantes; le loser de service qui pense que la chance est en train de tourner et que son heure est venue; l'étranger de passage (compte tenu de la mentalité du bled, une personne qui n'est pas de la ville), joueur de poker itinérant qui pense se refaire chez les péquenots.
    Vous arrosez le tout de propension à sortir des armes à feu, de cynisme, de désespoir, de magouilles et vous obtenez un cocktail bien glauque et gluant.

    Le scénariste adopte une narration au travers de deux voix off (celle de l'étranger et du loser) ce qui peut apparaître comme une solution de facilité mais s'avère finalement bien maîtrisée et propice à l'installation de l'atmosphère. Ce choix de narration donne un récit vivant même si la deuxième partie (correspondant au deuxième tome) est un peu lente. Les destins des deux protagonistes vont finir par se croiser pour donner un final qui s'accélère et offre de nombreux rebondissements.

    Le dessin réaliste ne s'embarrasse pas trop des détails et privilégie l'efficacité pour rendre l'atmosphère décrite par le scénariste. Les personnages sont expressifs, le cadrage approprié et le tout bénéficie d'un très bon jeu sur la lumière. On pourra lui reprocher quelques dérapages au niveau des proportions des personnages et quelques scènes un peu "baclées" mais rien de dérangeant pour le ressenti général.

    Au final un belle série noire qui, si elle ne révolutionne pas le genre, offre son lot de tension et de suspense qui devrait ravir les amateurs du genre.

    mome Le 04/12/2011 à 23:37:26
    L'Étoffe des légendes - Tome 1 - L'Obscur

    Alors je préfère vous prévenir tout de suite. Cet avis vous paraîtra peut-être dithyrambique mais je l'assume pleinement tant je suis sous le charme de cette BD.

    Le thème est simple : des jouets se jettent dans le monde du croquemitaine pour retrouver un enfant qui vient d'être enlevé par ce monstre. Dans ce monde, il deviennent "réels".

    A partir de là, débute une quête loin d'être simple, tendre, linéaire ou manichéenne. On est séduit dans un premier temps par les émotions nostalgiques liées à l'enfance,mais rassurez-vous, nous ne sommes pas dans du Disney. On retrouve tous l'aspect initiatique des contes et les thèmes abordés ici sont nombreux : le dévouement, la loyauté, le courage, la violence, la trahison, la peur, la manipulation,... Le chemin qu'empruntent nos héros s'avère dur, impitoyable. La narration est intelligente (à l'exemple des flash-back dans le monde réel nous livrant des informations sur les réactions à venir de certains personnages), sans réel temps mort tant les évènements s'enchaînent naturellement et les personnages (bons ou méchants) sont attrayants.

    Et que dire du dessin! Il est juste fascinant. Je ne sais pas si je vais être très clair, mais le trait réaliste réussi l'exploit d'exprimer à la fois une certaine douceur et la violence des évènements et des sentiments. Les personnages sont expressifs et le dessin les dote vraiment d'une personnalité. La colorisation monochrome à base de jaune contribue pleinement à ce côté ancien, cette poésie liée à l'enfance.

    Une fois la dernière page tournée, je n'ai eu qu'une envie : rouvrir ce livre afin de me plonger dans la contemplation des planches pour prolonger le plaisir. Et je l'avoue, j'ai cédé à la tentation.

    Immanquable!

    mome Le 04/12/2011 à 18:21:57
    Le protocole Pélican - Tome 1 - Volume 1

    Des individus que rien ne relie sont enlevés pour être ensuite séquestrés. Ils vont servir de cobayes pour des expériences psychologiques.

    On ne sait rien du but recherché en dehors du fait que cela paraît fondamental et que le tout est fait au profit d'une mystérieuse organisation secrète internationale peu scrupuleuse.

    Pas très original me direz-vous. Mais l'intérêt provient du traitement de l'affaire. Tout d'abord, les cobayes qui ignorent complètement pourquoi ils sont là, n'ont à priori aucun aspect particulier justifiant leur enlèvement. Ensuite, même s'ils bénéficient évidemment de plus de liberté, les scientifiques et les gardiens sont également confinés dans un lieu clos et doivent fonctionner avec des règles très précises, au point où l'on finit par se demander si les personnes enlevées sont les seuls cobayes.

    La tension est savamment distillée dans ce huis-clos qui finit sur un joli cliffhanger.

    Le dessin m'a, dans un premier temps, relativement dérouté au point d'hésiter à acheter l'album pendant plusieurs semaines. Il est d'un style très photographique et assez figé. Dans les premières pages, on a parfois l'impression que les personnages sont rajoutés sur le décor (comme pour les décalcomanies). Mais cet effet s'estompe dès que l'on rentre dans le huis-clos où le trait s'avère alors plutôt efficace, en particulier au niveau des visages.

    Ce premier tome est solide, intrigant, le suspens entier, la suite méritera d'être découverte.

    mome Le 04/12/2011 à 17:26:42
    La geste des Chevaliers Dragons - Tome 13 - Salmyre

    Attiré par une magnifique couverture et rassuré par un niveau qui remontait (pour moi en tout cas) lors du tome précédent, c'est avec une certaine envie que j'ai "attaqué" ce nouvel opus.

    Alors évidemment on reste dans du classique. On retrouve bien entendu les caractéristiques structurelles qui font, pour moi, les limites de cette série à savoir, des one-shots décousus, n'ayant pas de liens entre eux, une absence de suivi chronologique permettant l'existence d'une trame centrale, d'une évolution du monde qui nous est offert.

    Mais, une fois ces éléments acceptés, la lecture de ce tome 13 s'avère tout à fait intéressante. L'action est omniprésente mais les auteurs parviennent une nouvelle fois à créer des personnages intéressants. Certes le format one-shot ne permet pas de s'attarder trop longtemps à les définir, mais ils ne sont pas formatés et on peut s'y attacher.

    Cet tome adopte une narration originale pour la série puisque la lutte contre le dragon est traitée dès les premières pages pour s'intéresser ensuite aux choix que va faire le chevalier-dragon pour aider sa ville natale et à leurs conséquences.

    Ce récit vif et pleins de rebondissements bénéficie de la même intensité au niveau du dessin. Si le séquence de combat contre le dragon est vite expédiée, les planches qui lui sont consacrée n'en demeurent pas moins puissantes et spectaculaires. Les décors sont plutôt réussis (voir par exemple les représentations de la ville), les ambiances bien exprimées (j'ai trouvé en particulier les regards vraiment bien rendus), les scènes d'action bénéficient pleinement du dynamisme du trait.

    Ne cherchez pas midi à quatorze heures! Le récit reste simple, il a pour objectif de distraire les amateurs d'aventures rythmées et bien construites et remplit pleinement son objectif.

    mome Le 04/12/2011 à 16:42:30

    J'avais décroché depuis un long moment de cette série, déçu tant par les dessins que par certains scenarii. Et là, j'ai été attiré par le fait de retrouver Ellys, personnage du premier tome, de voir ce qu'elle était devenu après sa faute ayant causé la mort du chevalier auquel elle était attaché, et par le nom du dessinateur. Et bien m'en a pris.

    On retrouve une Ellys mariée à un seigneur, écrasée par le poids de sa faute de jeunesse, en difficulté dans son couple et qui doit faire face aux manigances de son beau-frère et de sa femme qui cherchent à la faire répudier. De plus, malgré l'accumulation des signes, elle ne parvient pas à convaincre son mari de la présence d'un dragon dans la région. Quand la vérité éclatera, il sera trop tard pour quérir un chevalier-dragon et il faudra improviser avec des adolescentes de la région.

    Le récit est rythmé, le tension s'installe progressivement entre les problèmes "domestiques" d'Ellys et la menace du dragon. Malgré le fait que nous soyons dans un one-shot, les personnages sont crédibles et attachants.

    Le récit bénéficie du superbe travail de Brice Cossu. Son trait réaliste est fin et fluide, le cadrage dynamique et bien maîtrisé. Le dessin nous offre des visages expressifs et parvient à exprimer l'ensemble des émotions des protagonistes. Le combat final contre le dragon est relativement impressionnant.

    Au final bien sûr, rien de révolutionnaire ou de bien original, mais un récit d'aventure bien réalisé, relativement prenant, offrant un bon moment de lecture et de détente. Et c'est déjà beaucoup.

    mome Le 03/12/2011 à 19:27:02
    Royal Aubrac - Tome 1 - Tome 1/2

    Loin des thrillers et autres récits d'action dans lesquels il excelle, Christophe Bec nous propose un récit intimiste dans un sanatorium au début du 20ème siècle.

    La narration s'effectue à travers la voix off d'un jeune patient, François-Alexandre. J'allais vous dire qu'il n'y a pas d'histoire mais c'est totalement erroné : il n'y a pas d'intrigue, il n'y a pas d'action ou de rebondissement. Mais malgré cela, je ne me suis pas ennuyer un seul instant. Très vite je me suis attaché au narrateur, à la découverte du traitement de la tuberculose au début du siècle, à la découverte de cette société hors du temps et du monde dans laquelle la mort est un invité permanent. J'ai suivi avec plaisir les pensées intimes de François-Alexandre, l'amitié qui nait avec un autre patient, son amour platonique, ses espoirs, ses doutes alors qu'il a peu vécu et que déjà la maladie et la mort rythment son existence.

    Ce monde fermé est propice à l'introspection mais aussi aux dialogues et aux confession. Et sur ce point, ils sont nombreux et la voix-off est omniprésente. Mais ce n'est jamais pesant, Christophe Bec évitant parfaitement cet écueil grâce au soin apporté au texte.

    Le dessin de Nicolas Sure se fond parfaitement dans ce récit. Je l'avoue, il ne correspond pas spécialement à un style susceptible de m'attirer de prime abord. Mais, son aspect épuré, froid, doux et fin correspond bien à l'ambiance feutrée de ce monde. Il m'a permis de m'immerger progressivement dans le récit, je m'y suis habitué et j'ai fini par l'apprécier.

    Un très beau récit, sensible et émouvant, sur la vie et la mort, les sentiments et les relations humaines.

    mome Le 28/11/2011 à 00:21:16
    Barracuda (Jérémy) - Tome 2 - Cicatrices

    Suite relativement attendue du fait, en particulier, de l'excellence du dessin du 1er tome. Sur ce plan, Jérémy ne m'a pas déçu. Son trait réaliste est précis et élégant. Il reste encore un peu figé mais ce défaut de jeunesse compte peu devant la qualité de ses décors et l'expressivité des personnages.

    Sur le plan du récit, Dufaux nous surprend et prend certainement un risque en choisissant d'ignorer complétement le Barracuda et son capitaine Blackdog pour se consacrer presque exclusivement au destin des personnages rester sur l'ile. Seul le début de l'histoire est consacré au "retour" du capitaine de La Loya qui va peut-être pouvoir mettre en oeuvre son désir de vengeance.

    Les destinées des anciens esclaves et du fils de Blackdog vont s'entrecroiser, un pan du passé du mystérieux capitaine Flynn nous être dévoilé et un nouveau personnage (voir la couverture) va rentrer dans la danse. Tout cela est mené de main de maître pour former un récit plaisant. On échappe à un simple récit de pirates et de chasse au trésor mais on peut s'interroger sur l'articulation de ce récit avec l'intrigue centrale ou encore sur le choix narratif d'ignorer complètement Blackdog qui risque de dérouter sérieusement une partie du public.

    J'espère que ce tome trouvera tout son intérêt dans les développements à venir et n'aura pas été un simple prétexte, certes très attrayant compte tenu de la beauté du graphisme, pour rallonger une série annoncée en 3 tomes et qui devrait finalement en comporter 4 ou 5.

    mome Le 27/11/2011 à 23:56:03
    Barracuda (Jérémy) - Tome 1 - Esclaves

    Une très bonne BD d'aventure. Un récit de pirates un peu "à l'ancienne" qui bénéficie de pas mal d'atouts.

    Le dessin est magnifique, Jeremy est le digne fils spirituel de Delaby (Murena, La complainte des landes perdus - 2ème cycle). Il nous propose un dessin ultra réaliste, très précis et élégant. Il semble aussi à l'aise avec les décors et les visages (avec une belle collection de "tronches" patibulaires).
    La colorisation est au même niveau (quand on connait son parcours, coloriste de Delaby, on ne peut pas être surpris).

    Dufaux prend manifestement beaucoup de plaisir à nous conter cette histoire. A part les premières pages de l'album, l'histoire se déroule essentiellement à terre. Ce premier tome pose bien entendu les bases mais est déjà rythmé sans pour autant négliger la définition des personnages. On va s'intéresser au destin des prisonniers du Barracuda et découvrir quelques personnages majeurs de cette communauté de pirates. Et bien sûr, une chasse au trésor (qui plus est un trésor maudit) se profile.

    Entre la chasse au trésor, le destin des personnages restés sur l'ile et, qui sait le retour du capitaine espagnol qui est vaincu au début du récit et qui a juré de se venger, les axes de développement ne manquent pas.

    Bref une très belle réussite.

    mome Le 27/11/2011 à 17:34:18
    Skraeling - Tome 1 - Les chiens du Weltraum

    J'avais été attiré lors de la preview par le graphisme et la colorisation, qui ne correspondent pas spécialement à ce que j'achète en règle générale, mais qui donnaient une ambiance vraiment spéciale, presque envoutante.

    J'ai donc franchis le pas même si je craignais d'avoir à faire à un "simple" récit guerrier (allez, disons-le, un peu "bourrin").

    Que nenni! Certes la guerre, la violence, la barbarie sont omniprésentes. C'est très noir et même glauque. Mais c'est raconté avec talent, avec une mise en scène parfaitement maîtrisée. L'approche par le biais des émotions et de la psychologie du personnage est originale et contribue à ramener de l'humanité dans ce monde qui en semble totalement dépourvu.

    Et effectivement le dessin et un travail étonnant sur les couleurs collent superbement à l'histoire faisant de ce 1er tome une totale réussite.

    Quelle belle surprise! Ne vous laissez pas rebuter par le coté guerrier. C'est dur, c'est violent mais ce n'est surtout pas gratuit: tout est mis au service d'une histoire qui s'annonce comme extrêmement solide.

    mome Le 27/11/2011 à 17:04:56
    Zombies (Peru/Cholet) - Tome 2 - De la brièveté de la vie

    Bon, soyons clair, cette série propose une histoire de zombies tout à fait classique : les zombies règnent en maître, la race humaine est en voie d'extinction! Donc si vous êtes allérgiques à la simple évocation de ce mot, passez votre chemin.

    Pour les autres, Olivier Péru, l'excellent scénariste de, entre-autre, "Nosfératu", "Lancelot" ou encore "La guerre des orcs", nous offre un récit très convainquant. Après un premier tome qui lançait excellemment la série, cette suite ne déçoit pas du tout. Le récit reste dense et dynamique, distillant tension et horreur, action et rebondissements (comme cette panique qui semble gagner les zombies). Il n'oublie pas également de travailler ces personnages qui gagnent en épaisseur et sont plutôt convaincant par rapport au contexte dans lequel ils doivent survivre.

    Le dessin de Sophian Cholet a encore gagné en force et en précision. Il s'est affiné et nous donne des planches très riches qui bénéficient d'un cadrage bien maîtrisé.

    Je m'étais détourné de ce style de récits depuis un moment, je m'y suis replongé avec plaisir.

    mome Le 15/11/2011 à 00:09:54
    Sherman - Tome 4 - Le piège. Bayreuth

    Ce 4ème tome (sur 6) consacre une place importante au passé et se déroule essentiellement en Allemagne lors de l'ascension du Reich, période que j'ai trouvée très bien évoquée. La technique de narration reste toujours la même avec l'alternance présent/passé qui reste très lisible grâce au jeu de couleurs entre chaque époque et un rythme relativement rapide. Le scénario ne s'embarrasse pas trop avec la profondeur des personnages et privilégie la description des évènements et du contexte ce qui finalement correspond bien au cadre du récit, Sherman contant son histoire afin que les enquêteurs puissent déterminer d'où vient le danger. Les révélations commencent vraiment à tomber, on peut enfin mettre un (des ?) visages sur la (les) personne(s) lui en voulant à mort même si le degré d'implication et les liens entre tous les ennemis potentiels (la dernière page le confirme bien) restent encore à découvrir. De plus, dans le présent, toujours pas de nouvelle de sa fille.

    La partition de Griffo reste toujours aussi plaisante même si j'ai ressenti une légère baisse par rapport aux tomes précédents en particulier sur certains visages. C'est sans doute le prix à payer pour assurer un rythme de sortie aussi rapide des 6 tomes, mais globalement le trait reste efficace, les personnages bien campés et relativement expressifs. On ressent bien ce soucis de recherche d'efficacité avec des décors fournis que pour certaines cases. Mais je trouve que c'est fait adroitement et que cela ne perturbe pas trop la lecture les ambiances restant bien restituées.

    Un album (une série) sans grande originalité mais une intrigue parfaitement maîtrisée et orchestrée qui peut ravir les amateurs de suspens.

    mome Le 11/11/2011 à 01:21:12
    Marie des dragons - Tome 4 - William

    Voilà donc l'avant dernier tome de cette série et le moindre que l'on puisse dire c'est que la qualité du récit présente dans les trois tomes précédents est encore au rendez-vous de cette uchronie médiévale.

    Le récit ne se centre pas sur William, le compagnon d'armes de Marie, contrairement à ce que le titre pourrait présager. Mais cette absence va être déterminante puisque qu'elle va conditionner les décisions et les actes de notre héroïne. De même, sur le peu qui lui est consacré, on devine que les actes de William ne seront pas sans conséquence sur le final de l'histoire.

    Plus que jamais, ce sont les fameux "dragons" qui sont au centre de l'histoire. Leur présence dans le monde n'a jamais été aussi importante.Le récit se poursuit donc toujours avec un rythme soutenu, un fort niveau d'action et de violences tout en n'oubliant pas de faire vivre les personnages. Ainsi des informations nous sont données sur le passé de Marie (jusqu'à la rencontre avec William), la relation ambigüe avec Jean le moine-guerrier se poursuit et la quête secondaire de Marie qui cherche à retrouver les membres vivants de sa famille connaît également une évolution. Sur ce dernier point, le fait que Marie, contrairement au lecteur, ignore toujours que son petit frère est toujours en vie, qu'il est à priori lié lui aussi aux "dragons" et qu'il se trouve dans un camp opposé (mais quel camp?) promet des retrouvailles potentielles intéressantes.

    Mais surtout la fin approche et les auteurs ont fait le choix de commencer à nous livrer des réponses sur l'origine des monstres et le lien entre les mondes parallèles.

    Thierry Démarez est un nouvelle fois en verve. Son dessin réaliste nous offre de très belles planches (bien aidé par une colorisation judicieuse) exprimant aussi bien la violence et le dynamisme des scènes d'actions que la douceur, la crainte ou le doute dans les scènes plus calmes ou intimes.

    Un récit d'aventure structuré, dans un "monde" original bénéficiant d'un graphisme harmonieux et attirant : vivement le dénouement.

    mome Le 10/11/2011 à 23:41:57
    Servitude - Tome 3 - Livre III - L'Adieu aux Rois

    Quel plaisir! Quel talent!

    La maîtrise du monde créé, la cohérence de la narration, le parfait enchaînement avec les tomes précédents sont vraiment impressionnants. La première superbe trouvaille est cette lettre d'Ulfas qui commence l'album mais qui en réalité clos l'introduction constituée par les 2 tomes précédents. On découvre ainsi l'enjeu central, la "carte" (pas tout à fait le mot approprié mais je ne veux rien dévoiler) du monde est complétée et on nous livre même le pourquoi du titre de la série.

    Ensuite on rentre pleinement et rapidement dans l'histoire. Contrairement aux tomes précédents qui laissaient la part belle aux intrigues, l'histoire se met en mouvement, l'action est très présente, la tension monte. Mais le tout est fait sans précipitation, chaque élément est amené, tout s'enchaîne : on n'a pas à faire à un récit offrant de l'action pour l'action, résolvant des situations à coups de "pirouettes" magiques.

    Et toujours cette double page dans le désert, et toujours aussi intrigante....On en a appris un tout petit plus sur ses habitants dans la lettre au début de l'album, il semble s'y passer quelque chose mais quoi?

    Et puis la fin constituée par un carnet, un rapport sur les évènements auxquels on vient d'assister, clos de manière originale ce tome et, compte tenu du destinataire de ce rapport, interroge sur les conséquences de tout ce qui vient de se dérouler.

    Et pour bien se dire que l'on n'a sans doute pas fini d'être surpris, que dire de "l'apparition" en fin d'album, du fait que les drekkars ont pris une initiative (lourde de conséquences comme vous le découvrirez) dans le dos de l'empereur, que l'on n'a plus de nouvelle de la faction Drekkars qui se révolte dans le tome 2, que....

    Le dessin reste égal à lui-même et à la hauteur du scénario. Il est impressionnant dans sa capacité à refléter les ambiances par sa précision des détails (architecture, armes, tenues vestimentaires), par l'expressivité des visages et le dynamisme du cadrage. La mise en couleur est toujours aussi étonnante et maîtrisée même si je trouve parfois le rendu un peu sombre.

    Une totale réussite, un plaisir à lire et regarder, un album pivot.

    mome Le 10/11/2011 à 23:34:14
    Servitude - Tome 2 - Livre II - Drekkars

    Après un premier tome qui démarrait très fort, ce deuxième volet marque une pause dans le rythme pour découvrir le mystérieux camp adverse.
    Pause, peut-être, mais avec un scénario toujours aussi bien construit et maîtrisé. Le lecteur n'a pas l'occasion de s'ennuyer. Alors qu'il y avait un souffle épique dans le 1er tome, on se concentre ici sur des intrigues politiques, des luttes intestines. Le monde ainsi créé est extrêmement riche et cohérent et on nous offre des personnages bien construits.
    De plus le scénariste n'oublie pas de glisser quelques éléments rappelant la trame générale esquissée dans le tome 1. Une sorte de deuxième tome de mise en place qui n'est pas superflu tant le monde proposé est impressionnant de vérité et de justesse. Quel travail préparatoire pour créer ce monde imaginaire !
    Le dessin n'est pas en reste, il est tout simplement superbe, clair, précis tant pour les décors que pour les personnages. Les détails sont extraordinaires, les expressions des personnages réussies. Le cadrage sobre et efficace colle parfaitement au récit et facilite totalement l'immersion dans cette saga. La colorisation en demi-teinte qui sort des standards et peut surprendre au début, se révèle finalement fascinante et d'une sobriété s'alliant parfaitement au dessin.
    Au final, la confirmation qu'une série de qualité est née.

    mome Le 31/10/2011 à 00:43:47
    Les voies du Seigneur - Tome 3 - 1307 - Le procès

    Cet album est assez étonnant : d'un côté il ne manque pas de charme pour séduire, de l'autre il me laisse sur ma faim.

    Alors que je trouvais que le tome précédent se recentrait sur la lutte pour la possession de la mystérieuse carte du chemin de l'Eden tout en utilisant un élément de l'Histoire, dans ce troisième tome c'est plutôt l'inverse : on utilise cette lutte autour de la carte pour donner une nouvelle "interprétation" de la chute des templiers et de leur mystérieux trésor. L'intrigue centrale peine non seulement à se développer mais même à exister. Que le personnage central cherche à protéger cette carte du chemin du paradis ou encore celle de l'emplacement du Saint Graal ne changerait finalement pas grand chose.

    Reste par contre ce que l'on pourrait considérer comme un bon one shot d'aventure historico-ésotérique, qui n'apporte certes rien de vraiment nouveau à ce genre, mais reste bien mené. La narration est vive, retraçant de manière bien documentée les évènements historiques, nous offrant intrigues et combats et des personnages plutôt intéressants et bien construits malgré le peu de pages dont disposent les auteurs.

    Le tout est également servit par un dessin réussi qui s'est encore amélioré. Il est dynamique, nous propose des visages expressifs et des décors détaillés et réalistes.

    Au final une bonne BD d'aventure mais qui peine à donner un lien, une unité à la série. Espérons que le 4ème et dernier tome y parviendra.

    mome Le 31/10/2011 à 00:42:53
    Les voies du Seigneur - Tome 2 - 1119 - Miles Christi

    J'avais jugé que le premier tome, que j'avais apprécié, restait très vague au niveau de l'intrigue mais bénéficiait d'une belle reconstitution historique. Ce T2, tout en gardant cette solide base d'évocation historique, ressert l'intrigue au tour de la mystérieuse carte:elle constitue bien la base d'une intrigue et non un simple prétexte à remettre en scène des morceaux de notre histoire.

    La narration est toujours aussi bien construite et rythmée, avec des personnages bien construits. Et comme le dessin réaliste a encore gagné en précision et parvient toujours à bien "coller" au dynamisme du récit, nous avons là un très bon tome et la confirmation que cette série est de qualité.

    mome Le 31/10/2011 à 00:42:27
    Les voies du Seigneur - Tome 1 - 1066 - Hastings

    Beau démarrage pour cette série d'aventure dont la petite histoire s'intègre dans la grande. Les amateurs de "reconstitution historique" apprécieront sans doute un peu plus que les autres car le scenario reste encore bien mystérieux et on se demande bien vers quoi les auteurs vont nous emmener. Si la grande histoire est magnifiquement évoquée, la petite paraît un peu "négligée".

    Mais comme le récit est servi par un très bon dessin réaliste, vivant et expressif, et d'une colorisation réussie, on se laisse entraîner avec plaisir sur les traces de cette mystérieuse carte.

    A suivre.

    mome Le 28/10/2011 à 00:07:56
    Back to Perdition - Tome 2 - Tome 2

    Après un tome 1 qui posait le contexte pour ensuite monter crescendo en tension, ce second tome confirme rapidement que l'on avait pas encore tout vu en terme de noirceur. Si le développement est somme toute classique, la narration est efficace. La tension s'installe dès le début pour ne plus baisser par la suite sauf vers le milieu de l'album avec une pause par l'intermédiaire d'une cérémonie aborigène pleine de douceur et de mysticisme, comme une respiration avant l'emballage final. Les dialogues sont peu nombreux, secs et nerveux.

    Les personnages sont pris dans un flot d'émotions (racisme, haine, amour malsain, vengeance, peur, despotisme...) qui s'entremêlent pour former un ouragan de violence à l'image de la tempête qui sévit sur une partie du territoire.

    Le dessin correspond totalement à l'atmosphère du scenario. Il est relativement épuré, nous offre un très gros travail sur des visages marqués par cette tension, ce désespoir. Les paysages contribuent totalement à alourdir l'atmosphère, avec des contrastes saisissants entre les tons orangés du désert et la noirceur du marais sous la tempête (cette partie offre vraiment de très belles pages).

    Un diptyque terriblement noir sur un coin du monde et des personnages en totale perdition.

    mome Le 25/10/2011 à 00:11:55
    Sept - Tome 10 - Sept clones

    Pour moi, il s'agit d'une belle réussite car cet album est basé sur des choix narratifs plutôt risqués; on peut totalement passer à côté ou au contraire, comme moi, apprécier. En tout cas ne serait-ce que pour avoir osé faire de tels choix, je félicite Louis.

    Cet album aborde déjà des thèmes peu évidents, tels que l'évolution de l'humanité ou le clonage, qui plus est dans un one-shot qui se veut avant tout une BD d'aventure. Compte tenu de la masse d'implications des sujets abordés, il est vrai que l'on pourrait souhaiter une déclinaison sur plusieurs tomes. Mais bon, on se plaint suffisamment des séries à rallonges pour ne pas apprécier de temps à autre un bon one-shot consistant.

    Une autre difficulté réside dans le fait que devant la multiplicité des personnages, il n'est pas possible de s'identifier à un personnage. De même, suivre les dialogues (par la pensée) des sept n'est pas toujours évident mais l'astuce des avatars est bien trouvée. De plus, finalement, l'important dans ces passages n'est pas "qui à dit quoi".

    J'ai bien aimé le rythme de la narration qui fait naître une tension dès le départ pour ne jamais baisser de niveau par la suite. Là aussi, ceux qui raffolent de coups d'éclat et de montées brutales d'adrénaline trouveront peut-être le tout un peu linéaire. J'ai également été "agressé" par l'omniprésence des messages publicitaires mais je pense que Louis pourra déclarer "coup au but" tant il est évident que cela fait partie des éléments importants pour décrire cette humanité, créer une ambiance en peu de temps. Ce matraquage ainsi que la surveillance physique et émotionnelle dont les humains font l'objet illustrent parfaitement une société dans laquelle les individus ont perdu toute initiative, que se soit individuellement ou collectivement : tout est sous contrôle, il n'y a qu'à exécuter.

    Il est donc plutôt intéressant que le salut de l'humanité provienne de clones qui vont individuellement et collectivement vouloir comprendre, discuter, contester pour finalement exercer leur libre arbitre et ainsi revendiquer et exprimer leur humanité.

    Le dessin, avec à priori une influence comics, est plutôt réussi. Le cadrage est dynamique, les décors (ensembles architecturaux, paysages) sont vraiment bien trouvés et donnent vie à ce monde du futur.

    Un album ambitieux, qui peut déranger, mais qui mérite franchement que l'on fasse l'effort de le découvrir.

    mome Le 23/10/2011 à 20:11:21
    Les naufragés d'Ythaq - Tome 9 - L'Impossible Vérité

    Enfin la fin! Mais bon pour être honnête, il s'agit d'un ouf de soulagement et non d'impatience tant cette série se traine en longueur depuis le 6ème tome.

    Ce dernier tome a les mêmes qualités et les mêmes défauts que les trois derniers.
    Côté qualités, on ne peut nier qu'Arleston n'est pas avare en actions et rebondissements. Il nous offre à nouveau une narration rythmée et pêchue. Le dessin de Floch reste vif, agréable à regarder et tout à fait adaptée à ce style de récit.

    Côté défauts, une nouvelle fois "c'est beaucoup de bruit pour rien". Certes il y a de l'action mais cela n'apporte pas grand chose à l'histoire à l'image du compte à rebours final qui s'étire sur dix ou onze page pour une fin totalement attendue. Quant à l'affrontement final, il est résolu par un effet un peu trop "deus ex machina" à mon goût : tout cela pour ça! Pour le dessin, je trouve qu'il n'a pas retrouvé le niveau atteint au 4ème et 5ème tome avec des dégradations des personnages sur les plans plus larges : par exemple page 49 Callista et Granite ont l'air d'avoir subi une longue période de malnutrition, la dernière en ayant même perdu l'abondante poitrine qu'elle n'avait cessée d'acquérir au fil du temps.

    Au final une conclusion qui ne parvient pas à relever une série qui avait pourtant offert une combinaison actions/intrigues des plus intéressante durant les cinq premiers tomes.

    mome Le 23/10/2011 à 20:09:30
    Le port de la Lune - Tome 1 - Rue Abbé de l'Epée

    Nouvelle série policière qui démarre d'une manière assez conventionnelle mais qui bénéficie de plusieurs éléments qui la font ressortir du lot.

    Les auteurs nous proposent de suivre une équipe d'inspecteurs travaillant sur des enquêtes différentes. La narration se veut assez réaliste loin du style des séries américaines survitaminées. Il n'y a pas (ou presque pas) d'action. On assiste au quotidien de ces policiers qui enquêtent sur la base d'informations d'indics, de recherches "documentaires" et d'entretiens. Si cela peut paraître un peu mou et conventionnel, les différentes étapes des enquêtes sont bien menées et on comprend que rien ne sera simple et que de nombreux recoupements entre les enquêtes vont intervenir.
    Le premier élément inhabituel est que notre personnage principal, une inspectrice dénommée Maya" est sourde. Là aussi le choix de pouvoir suivre les réflexions de Maya sur sa condition et son travail s'avère plutôt bien trouvé et rajoute à la qualité de la narration.
    Le deuxième élément qui interpelle est que pour l'instant l'intrigue centrale ne nous est pas dévoilée. On ne voit pas vers quoi ces enquêtes pourraient converger. Les auteurs nous laissent seulement une sorte de fil rouge avec les pensées intimes d'une personne qui semble enfermée. Ces pensées nous sont livrées sur des planches toutes noires sur lesquelles apparait une silhouette fantomatique, un visage exprimant l'angoisse, la terreur.
    Le reste du dessin est plutôt attrayant. Le trait est réaliste mais un réalisme doux, avec des personnages aux visages agréables et expressifs, sentiment confirmé par la colorisation pastelle.

    Au final un début d'histoire policière qui, au fur et à mesure que les éléments tombent, devient de plus en plus captivante.

    mome Le 15/10/2011 à 16:05:12
    Ravermoon - Tome 2 - Les Germes du mal

    Après un tome 1 qui m'avait ravi, cette suite ne déçoit pas. Mr CORDURIE confirme son intention de nous donner une série Fantasy qui sort des sentiers battus. On suit toujours l'enquête de Ravermoon mais autour d'elle il y a toujours autant de protagonistes, d'intrigues, de rebondissements qui pour l'instant ne donnent pas tous l'impression de devoir se rejoindre. L'auteur nous livre quelques éléments à droite et à gauche (en particulier sur le régent et Ravermoon) mais ceux-ci ne font qu'enrichir les personnages et le contexte et n'apportent pas beaucoup de réponses. Un contexte cohérent, des personnages solides, des intrigues, de l'action, des drames, bref un récit dense.

    Le scénario est donc une réussite et le graphisme de Mr PILIPOVIC est au niveau. Les cases sont denses elles aussi, avec des arrières plans extrêmement méticuleux, des personnages expressifs et un très bon rendu des mouvements. Le tout est mis en valeur par la très belle colorisation de Mme JACQUEMOIRE.

    Vraiment une très belle série qui mériterait d'être bien plus connue.

    mome Le 11/10/2011 à 11:19:19
    L'astrolabe de glace - Tome 1 - Les Éphémérides perdues

    Très belle surprise que ce thriller historique.

    L'histoire démarre très vite avec la prédiction d'une "voyante", un meurtre et la présentation du personnage central, un jeune scientifique arabe qui est sorti de prison par le sultan Turc et qui se voit confier la mission de retrouver un livre. Mais attention , pas n'importe lequel, un livre de mathématique! Eh oui pas de mystère ésotérique. Ce livre n'est pas une fin en soi puisqu'il permet d'utiliser le "légendaire" atroslabe de glace dont on sait pour le moment bien peu de chose. Si notre scientifique paraît bien fade au départ, il va progressivement prendre de l'épaisseur d'autant plus que les auteurs lui laissent une part d'ombres.

    On ne se contente pas de suivre ce personnage, les auteurs en introduisent rapidement d'autres qui comme notre scientifique vont voire leurs vies bouleversées par l'existence de ce mystérieux manuel. Malgré leur nombre important, les personnages sont bien campés. Toutes ces histoires tournant autour du livre, on se dit qu'elles vont bien finir par se croiser et sur ce point la fin de l'album (et plus particulièrement la dernière "case") est très réussie.

    Le contexte historique, lutte entre Charles Quint et François 1er (allié au pape) et relents de guerre de religions, durant lequel le récit se déroule est très bien rendu.

    Le dessin est vraiment très beau, avec un dessinateur qui, comme cela est dit dans le cahier graphique, apprécie de dessiner des visages et nous offre ainsi de nombreux cadrages resserrés sur ces derniers. Par contre, je lui "reprocherai" un trait un peu figé, parfois plus illustrateur que dessinateur, élément qui se ressent dans les scènes d'action. Mais rien de très perturbant à mon niveau, la qualité générale du trait emportant largement ce petit défaut que l'on peut qualifier de jeunesse puisqu'il semble qu'Antonio Palma débute dans le métier.

    Au final une BD bénéficiant d'une intrigue solide, d'un rythme de narration qui ne faiblit pas, de personnages bien construits, d'un dessin permettant une immersion rapide, et qui amène à cette conclusion: à quand la suite ?

    mome Le 08/10/2011 à 00:10:36
    Urban - Tome 1 - Les règles du jeu

    Normalement quand je découvre une BD, je la lis une première fois pour découvrir l'histoire, puis une deuxième fois durant laquelle je vais prendre le temps de détailler le dessin. Pour Urban, j'ai commencé par parcourir l'album pour m'imprégner du graphisme, de l'ambiance créée.C'est réellement beau. Le dessin est précis, fin, offrant une richesse de détail et de clins d'oeil au travers des costumes de la population. Tout semble avoir été pensé avec minutie tant les visages expressifs, les cadrages, le design de ce monde futuriste. La colorisation reflète complètement l'atmosphère de cet univers artificiel.

    Et l'histoire? Ceux qui aiment suivre une trame centrale relativement bien définie seront sans doute déçus. L'album porte bien son titre "les règles du jeu". Il se "contente" pour le moment de nous faire découvrir Zach, le personnage central, et le fonctionnement de Monplaisir. Je dis "se contente" mais attention, d'expérience avec Luc Brunschwig, les éléments les plus anodins peuvent prendre de l'ampleur au fil des tomes suivants. En tout cas la découverte de ce monde est déjà un plaisir en soit grâce à la force et à la cohérence des thèmes abordés : le voyeurisme, le conditionnement des masses, l'exploitation (l'esclavage?) des êtres, la téléréalité, la misère derrière une façade clinquante, la télésurveillance (Big Brother). Tout dans ce monde n'est que lavage de cerveau, recherche commerciale (les tatouages publicitaires, brrr); même le système policier est organisé autour de ces concepts en cherchant à se débarrasser le plus rapidement possible des auteurs de menus larcins qui pourraient incommoder voire effrayer les clients pour mettre en valeur (et à l'écran) la recherche des grands criminels transformant la traque en jeux du cirque (avec paris bien entendu).
    Au sein de cet univers, Zach pourrait paraître bien palot : il est naïf, simple (pas simplet), il a du mal à appréhender le fonctionnement de cette société et également les relations humaines. Il constitue au contraire un ilot de fraîcheur, de gentillesse, bref d'humanité au sein de ce monde qui en manque tant. Il sera très intéressant de voir comment il pourra (ou ne pourra pas) comprendre progressivement les rouages de cet univers somme toute sordide et à quel prix. En tout cas Luc Brunschwig nous donne encore une fois un personnage bien travaillé.

    En tout cas, une série qui par la fascination qu'exerce le dessin, la qualité de la narration et la cohérence de l'univers s'amorce avec un 1er tome de très haute volée.

    mome Le 29/09/2011 à 23:53:07

    La découverte de ce premier tome m'a procuré un superbe moment de lecture.

    L'histoire commence très rapidement avec un Logan, que j'ai retrouvé avec beaucoup de plaisir, en cavale mais qui fatigué (de même que sa femme) et désireux de prouver son innocence, va se mettre en danger en se livrant à la police. On est donc vite dans le vif du sujet.
    Luc Brunschwig va, à sa manière habituelle, construire la suite de l'histoire en nous faisant suivre et découvrir différents protagonistes, toujours en prenant le temps de nous les dévoiler un peu humainement. Cette humanité se juxtapose à la brutalité des évènements engendrés par l'arrestation de Logan. On commence à découvrir les rouages de la justice pour vite comprendre que cette "justice" risque d'en avoir juste le nom devant le pouvoir des médias, la manipulation des foules et les manoeuvres politiques. S'ajoute à ce contexte la montée de mouvements extrémistes de tous bords, pour former un cocktail de haine, de peur et de tensions qui risque d'exploser à tout moment.

    Le dessin de David Nouhaud accompagne idéalement cette histoire, sans esbroufe, avec une belle capacité à rendre les ambiances et faire ressortir les émotions des personnages, bien aidé par des couleurs douces et discrètes.

    Quel superbe travail!

    mome Le 07/09/2011 à 23:40:06
    L'apogée des dragons - Tome 1 - L'héritage ancestral

    Je n'ai pas lu le 1er cycle (l'ordre des dragons) donc je ne pourrai pas comparer. Ce 1er tome ne perd pas de temps à installer les personnages. On suit deux histoires parallèles qui vont finir par se croiser. Les changements de lieux et de personnages s'enchaînent bien, les dialogues sont réussis mais je trouve globalement une certaine lenteur avec une grosse partie de l'album durant laquelle on a très peu d'indications sur l'intrigue centrale. La lecture n'est pas du tout déplaisante mais est également loin d'être haletante. La fin de l'album s'accélère pour nous dévoiler une lutte souterraine ancestrale et une catastrophe "planétaire" imminente.

    Le dessin réaliste est clair et précis, très agréable à parcourir. Il m'a permis de m'immerger sans difficulté dans l'histoire alors que, comme indiqué ci-avant, je n'étais pas spécialement emballé au début. On pourra lui reprocher un petit côté statique, mais rien de bien gênant d'autant plus que l'on bénéficie de quelques très belles scènes dans le métro ou le monde souterrain par exemple. La qualité de la colorisation est également à noter.

    Au final, un 1er tome un peu lent, servit par un graphisme réussi et un final prometteur.

    mome Le 07/09/2011 à 22:57:39
    Wounded - Tome 2 - Les Limbes de Jack

    Voilà là clôture d'un étonnant diptyque, faux western, vrai aventure onirique ou plutôt cauchemardesque. Le récit oscille entre le présent, les scènes de cauchemars du personnage central (Edwards) et les flashs back dans le passé récent de certains personnages en Angleterre. En dehors de la partie horreur liée au "mythe" de Jack l'Eventreur, l'histoire évoque toute la sauvagerie de cette fin de siècle (19ème) entre les privilèges (de vie et de mort) que s'octroie la noblesse Londonienne, les rites shamaniques des indiens et la colonisation de l'Amérique où tout est prétexte pour éliminer les habitants d'origine. S'y ajoute les questions sur l'identité d'Ewards et sur la véritable mission d'Elizabeth, sa maîtresse.

    Le dessin participe pleinement à l'ambiance et la fluidité de la lecture. Les changements de couleurs et (ou) d'encrage entre le présent, les flash-back et les cauchemars sont réussis et permettent des transitions faciles entre les scènes et les époques. Les personnages sont expressifs mais on pourra reprocher quelques visages imprécis et un trait un peu figé.

    Au final, nous avons le droit à une histoire relativement originale, habilement mise en scène, agréablement illustrée et dont la fin sombre et tragique ne livre pas toute les réponses.

    mome Le 03/09/2011 à 01:03:37
    Doppelgänger - Le Double Maléfique - Tome 2 - Refoulement

    On poursuit dans l'ambiance installée dans le premier tome. Le rythme est lent, les indices et réponses sont fournis goutte à goutte tandis que d'autres éléments viennent épaissir le mystère. La narration, habillement construite, nous accroche jusqu'au dénouement final dans les toutes dernières pages.

    Le dessin relativement caractéristique de C.BEC se marrie très bien avec le rythme de l'histoire et parvient parfaitement à créer l'ambiance de ce récit fantastique. Les scènes dans le souterrain m'ont vraiment bien plu.

    Un très bon récit fantastique, sur un thème que je ne connaissais pas, qui se lit très bien.

    Une seule chose a gâché mon plaisir:
    je n'ai pas très bien compris pourquoi les auteurs ont choisi de réveiller un volcan dans T.1. Ce n'est pas cet élément en lui-même qui me dérange, après tout nous sommes dans un récit fantastique, mais le fait que cet évènement pour le moins exceptionnel ne semble pas déranger le moindre du monde la vie dans la région: personne n'en parle, pas de meutes de journalistes et autres scientifiques... D'accord, c'est sans doute un détail mais il me dérange; un bon gros coup du foudre aurait eu le même effet sans la bizarrerie évoquée ci-avant.

    mome Le 03/09/2011 à 01:01:20
    L'appel des légendes - Tome 2 - Opération Claymore II

    Conclusion d'un diptyque qui constitue une BD d'aventures un peu "à l'ancienne" faite d'action plus ou moins suicidaires (plutôt plus), de rebondissements et retournements de situations. Les relations entre les personnages sont peu approfondies mais ce tome 2 s'attache par contre à nous faire découvrir le passé et les motivations du personnage principal (Cathya). Le bon point de l'histoire provient du traitement solide et cohérent de la "mythologie" celtique qui conditionne l'ensemble des évènements.

    Ce bon point se retrouve avec le dessin qui nous offre un "bestiaire" réussi. Le graphisme rend bien compte du mouvement induit par le rythme rapide du récit et les nombreuses scènes d'actions.

    Une bonne BD d'action sans autre prétention que de passer un bon moment de lecture et, pour moi, l'objectif est atteint.

    mome Le 28/08/2011 à 02:12:10
    Sherlock Holmes & le Necronomicon - Tome 1 - L'Ennemi intérieur

    La collection 1800 réserve de belles surprises et le 1er diptyque sur Sherlock Holmes en fait partie. Je l'avais vraiment beaucoup apprécié et je crois bien que l'on est reparti de nouveau pour du très bon, voir peut être encore meilleur.
    On retrouve notre détective qui, après s'être éloigné de Londres, est mystérieusement rappelé et revient pour découvrir que Moriarty est vivant (enfin presque). Entre les problèmes découlant de cette rencontre avec son meilleur ennemi, les révélations faites par ce dernier, l'intervention des hommes (plus une charmante jeune femme) de la reine, notre détective perd vite pied ainsi que son assurance habituelle. Il est bringuebaler au gré des évènements qui s'enchaînent de manière efficace et passionnante. On dévore cet album jusqu'au final qui nous plonge dans le désarroi : "mais Mr CORDURIE ne va pas oser nous planter là!" (on est quand même à la limite du sadisme là).

    Le dessin est toujours aussi réussi avec une propension étonnante à créer des ambiances. Les décors sont extrêmement précis, les visages des personnages bien mis en valeur. Mention très bien également à la colorisation qui "habille" joliment cette reconstitution de l'Angleterre victorienne du XIXe siècle.

    Un véritable régal.

    mome Le 28/08/2011 à 01:21:45
    Le manoir des murmures - Tome 3 - Simon

    Mon avis concerne la série dans son ensemble car je n'ai découvert cette série que très récemment grâce à la lecture en ligne du tome 1 sur le site des humanos. Ayant été plus que conquis, j'ai acheté et dévoré le coffret qui vient de sortir. C'est tout bonnement superbe.
    La manière dont sont utilisés nos monstres mythiques vus et revus est tout à fait originale. Le scénario est intelligent, ne tombant pas de le manichéisme. On suit avec envie le déroulement de l'histoire, la tension qui nait au fil des évènements, des doutes de Sarah, des retournements de situation, des manipulations et autres mensonges jusqu'à l'explosion finale dans le tome 3 où là tout s'accélère.

    Le dessin est merveilleux. Il "colle" totalement à l'histoire, lui donne vie. Les scènes d'action sont puissantes et dynamiques, les différents monstres sont magnifiques, la "mise en scène" est très réussie et permet de plonger dans ce monde sans difficulté.

    Une série à ne pas manquer qui par sa qualité graphique et la force de son scénario a tout pour séduire y compris ceux qui ne sont pas attirés habituellement par le fantastique.

    mome Le 27/08/2011 à 00:08:09
    Wollodrïn - Tome 2 - Le matin des cendres 2/2

    Ce deuxième tome confirme largement la qualité de cette série. Comme on pouvait le présager, même si on retrouvait les ingrédients classiques de la Fantasy, les auteurs nous ont concocté un plat qui lui est finalement plutôt original.
    Les personnages sont toujours aussi crédibles, de même que le monde qui nous est proposé. La narration est efficace, jouant sur l'éclatement du groupe de départ et la découverte de la société des orcs qui s'avère être une race pleine "d'humanité" loin des bestiaux juste bons à batailler et dévorer ses ennemis. Le suspense est bien présent avec les questions sur l'otage à libérer, le but de la mission connue seulement de 2 des personnages et plus généralement sur le sort des "héros".

    Ce très bon récit bénéficie d'un graphisme étonnant. Le cadrage est dynamique, les personnages expressifs et les scènes de bataille magnifiques. Le niveau de détail est impressionnant et c'est un régal que de décortiquer les pages doubles et les grandes "cases". Cela nous donne des paysages superbes qui contribuent totalement à donner un souffle épique à l'histoire.

    De l'excellente Fantasy!

    mome Le 16/08/2011 à 17:27:48
    La poussière des Anges - Tome 1 - Blanche neige

    On retrouve ici les personnages laissés à la fin de la cuisine du diable.

    L'histoire reste relativement conventionnelle mais la description des pratiques de la pègre et de certains personnages emblématiques est bien maîtrisée. Le ton reste bien entendu sombre, dur et violent. Le personnage d'Anthon reste attachant avec ses contradictions (brutalité/douceur, force/fragilité). Le récit est plaisant, rythmé (voir un peu rapide à la fin) et se laisse lire avec plaisir et intérêt.

    Le dessin avec son encrage épais, l'utilisation du sépia, son travail sur les expressions illustre de manière très réaliste les évènements et l'ambiance de cette époque.

    Du conventionnel certes, mais très réussi. Je serai là pour la suite.

    mome Le 16/08/2011 à 16:57:55
    Nirvana (Istin/Boudoiron) - Tome 1 - Première génération

    Superbe récit policier dans un contexte de science-fiction!

    Le scénario ne laisse pas beaucoup de temps mort et fourmille d'idées. L'ambiance de ce monde futuriste n'est pas pour autant négligée bien au contraire : toutes les cases semblent avoir été minutieusement travaillées pour rendre ce monde cohérent et permettre au lecteur de s'y installer rapidement. Le seul bémol pour moi est la petite plongée dans le monde des supers héros. J'aurais préféré que la fin de ce tome nous offre plutôt une exploration plus approfondie de cette terre futuriste. Mais rien de grave, l'ensemble reste très bon, il s'agit vraiment ici de goût.
    Le dessin est lui aussi d'un très haut niveau. Il est dynamique et parvient totalement à donner vie à ce récit. L'atmosphère qu'il crée est effectivement digne de Blade Runner. Comme le cadrage, le découpage et la colorisation sont du même niveau, c'est vraiment un délice.

    Vivement la suite.

    mome Le 16/08/2011 à 16:29:44
    Synchrone - Tome 1 - Trauma

    Vraiment une histoire solide et pour un premier essai dans la bd, cela s'annonce presque comme un coup de maître.
    Si cela se lit relativement vite comme je l'ai parfois lu, cela tient pour moi à la qualité de la mise en place de l'intrigue : le rythme ne faiblit pas, les éléments s'enchaînent de manière crédible. Et bien sûr une belle trouvaille avec le problème de synchronisation des émotions du héros.
    Le dessin m'a plu mais sans plus sans pour autant lui trouver de défaut majeur : il reste plaisant, fluide et accompagne bien l'histoire.

    Une des belles surprises de l'été à ne pas manquer.

    mome Le 16/08/2011 à 16:26:05

    Pour moi, la grosse claque de l'été. J'ai hésité à l'acheter car j'ai eu peur de trouver finalement une histoire classique de guerre de clans ou de rédemption de prisonnier créant l'empire "idéal". Que nenni !
    Le scenario est fouillé, proposant un personnage central mauvais dont l'origine des pouvoirs est originale mais constitue sans doute son talon d'Achille. L'univers créé est tout à fait cohérent (bien aimé par exemple le principe qui empêche les clans/races de s'exterminer).
    Et cette très bonne histoire est portée par un dessin magnifique. Il est ultra réaliste, donne vie aux personnages grâce à une précision étonnante tant pour les décors que pour les expressions. Les mouvements, nombreux dans cette bd très rythmée et violente, sont extrêmement bien rendus. La colorisation est également une réussite totale.

    J'ai vraiment été fasciné par ce premier tome (au point de l'avoir relu immédiatement). Un régal !

    mome Le 05/07/2011 à 23:51:40
    Le casse - Tome 5 - Gold Rush - Yukon, 1899...

    Excellent moment de lecture.

    Le scénario est certes classique (phase de recrutement, préparation...) mais bien mené, permettant un travail sur les personnages (ce qui n'est toujours facile sur un one-shot) offrant un récit sans ennui.

    Le dessin vif et précis bénéficie d'une très bonne colorisation, offre des paysages magnifiques et des personnages expressifs. Le cadrage contribue bien au rythme et à l'ambiance du récit

    mome Le 05/07/2011 à 00:24:40
    Lloyd Singer - Tome 3 - Voir le diable

    Je viens de lire les 3 tomes de ce 1er cycle et j'ai vraiment pris beaucoup de plaisir.

    Oui, mon avis concerne le cycle en entier car il faut vraiment lire les 3 tomes à la suite tant ils se tiennent et sont cohérents.

    Alors que l'histoire est pour le moins délicate (voir même épouvantable) Mr Brunschwig fait preuve d'une étonnante maîtrise et de beaucoup de pudeur. Il nous offre des personnages attachants, pleins d'humanité et nous livre un thriller prenant et rythmé sans jamais tomber dans le vulgaire ou le graveleux.

    Le dessin de Mr Neuray m'a un peu surpris par son réalisme un peu simple , un peu "gentil" (désolé je ne trouve pas les termes pour décrire ce que j'ai ressenti), mais la progression sur les 3 tomes est sensible et finalement ce dessin vient atténuer la dureté du scénario et rendre plus aisée la lecture.


    La fin de ce cycle peut apparaître un peu brusque mais j'aime bien dans ce genre de récit que le lecteur reste haletant, avec des sentiments contradictoires et que tout ne soit pas clairement expliqué.

    mome Le 05/07/2011 à 00:13:53
    L'appel des légendes - Tome 1 - Opération Claymore I

    J'aime bien le thème de la mythologie. Il est ici abordé avec une certaine originalité mais on part rapidement pour un pur récit d'aventure, ne s'embarrassant pas trop d'approfondir la psychologie des personnages, faisant la part belle à l'action. Après un bon lancement, l'intrigue semble se résumer à une simple quête, prétexte à de bonnes scènes de "baston" avec des créatures fantastiques. Mais le final de l'album introduit plusieurs questions qui relancent l'intérêt et laissent penser que l'on nous réserve quelques belles surprises.

    Le dessin est plutôt attrayant (sans être particulièrement original), accompagnant bien le rythme du récit, rendant de manière convaincante les expressions et nous offrant quelques créatures bien réussies (la double page à la fin de l'album est vraiment sympa).

    Un bon récit d'aventure sympa, je serai là pour le tome 2 et j'espère que cette série pourra continuer afin de gagner en épaisseur, de complexifier un peu la trame; je pense réellement que certains personnages, déjà assez charismatiques, méritent d'être développés. Il y a en tout cas un beau potentiel.

    mome Le 05/07/2011 à 00:09:20
    Doppelgänger - Le Double Maléfique - Tome 1 - Intersignes

    J'ai bien aimé ce premier tome.

    L'histoire suit un rythme lent. Mr Corbeyran se "contente" de distiller doucement les éléments qui font monter l'intrigue et la tension. Seule la fin de l'album accélère le rythme avec une dernière page en rupture avec le reste de l'album et faisant regretter de ne pas avoir le deuxième tome sous la main.

    Le dessin du sieur Bec, toujours dans ce style "photographique" que j'apprécie, contribue pleinement à la narration et sied parfaitement à ce style d'ambiance.

    On pourra seulement reprocher une certaine froideur à l'ensemble illustrée par le sang froid dont les personnages font preuve devant les évènements.

    Reproche bien mineur qui ne gâche pas l'envie de lire la suite. Du bon boulot.