Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les avis de - kobaia

Visualiser les 5 avis postés dans la bedetheque
    kobaia Le 24/11/2021 à 15:44:24
    Lanfeust de Troy - Tome 9 - La Forêt noiseuse

    On retrouve Lanfeust et Hébus dans une aventure sympathique dans le monde de Troy. Quelques trouvailles (la forêt vivante), un épisode qui va un peu vite.

    Ce n'est pas l'album de l'année, mais c'est comme les fraises Tagada : ça rappelle notre jeunesse, à l'excès c'est indigeste, mais une fois de temps en temps, ça fait plaisir.

    kobaia Le 23/08/2016 à 00:05:14
    Alice in murderland - Tome 1 - Tome 1

    Yuki Kaori est une autrice aux inspirations multiples, tant que la folie et le gore sont présents. Après la guerre chez les anges, les fêlures de l'Angleterre victorienne et les contes de fées revisités, la voilà qui s'inspire d'Alice au pays des merveilles. Version gore. Version cinématographique. Parce que Yuki Kaori ne s'inspire que de films, jamais de livres (elle dit ne pas lire, mais regarder 2 à 3 films par jour).

    Que vaut son Alice in Murderland ? Pour le moment, pas grand chose. Le style de Yuki Kaori (assez daté, mais ça ne me gêne pas, j'adore), avec ses personnages toujours léchés, aux vêtements soignés, aux poses étudiées, est là. On reconnaît la patte de la mangaka. Et on la reconnaît aussi dans le scénario. Psychés violentes et détruites, histoire piochant des idées un peu partout, et les mélangeant aléatoirement (ici, on est entre Alice in Wonderland et Battle Royal), sentiment incestueux, on retrouve tout ce qui a fait le succès de Yuki Kaori. Et on retrouve aussi son gros défaut depuis quelques séries : ne pas être capable de poser les enjeux de son histoire rapidement et clairement. A travailler avec un système de flashback, à ne pas présenter ses personnages, à partir dans tous les sens, elle rend son histoire confuse.

    Si on n'est pas fan de la reine du shojo gothique, cette série est assurément dispensable. Si on apprécie son travail, on se doute que ce n'est que dans les tomes suivants que l'auteur fournira les clés permettant de comprendre Alice, et d'accrocher à son univers barré, gothique et meurtrier.

    kobaia Le 23/06/2016 à 19:57:37
    Les ogres-Dieux - Tome 2 - Demi-Sang

    J'ai ressenti un plaisir coupable à lire les aventures de Yori, bâtard trahi qui veut régner sur le monde qui l'a rejeté. Le parti-pris chromatique, hérité de Petit, est fascinant. Et que dire du travail sur la lumière ? Les contrastes se mettent au service de l'histoire, mettant en exergue le caractère sombre et violent de Yori et son apparence angélique.

    J'aime beaucoup les extraits d'encyclopédie qui coupent les séquences BD. Elles permettent de souffler dans l'histoire principale, très dure, en distillant dans l’œuvre une pointe d'ironie salutaire.

    Et pour ne rien gâcher, le livre est un très bel objet.

    Encore un très beau livre dans la collection Métamorphose.

    kobaia Le 12/06/2016 à 13:50:00

    Dans ce nouvel opus de "Spirou par", le mariage de Fantasio est un simple prétexte pour redistribuer les cartes. Devenu inutile car amoureux, Fantasio va vivre avec sa chère fiancée et est remplacé auprès de Spirou par Seccotine. Soit. Le nouveau duo d'aventuriers va devoir affronter des voleuses de bijoux. Pourquoi pas. Mais... Mais... Mais la Seconde Guerre Mondiale est présente. Légèrement, certes, mais je commence à en avoir assez de voir cette guerre omniprésente dans ce dérivé de Spirou et Fantasio. Mais le dessin est inégal. Si Seccotine est splendide - plus généralement, Féroumont a dessiné de très belles jeunes femmes, même les petites rondes à lunettes - Fantasio affreux. Spip n'a jamais été aussi laid. Heureusement qu'il n'apparaît que sur 1 ou 2 cases. Spirou est moins maltraité que son compagnon Fantasio, heureusement. Les décors sont peu travaillés, très simples, on a l'impression de se retrouver dans des pièces vides. C'est dommage, car l'histoire rigolote est desservie par le parti-pris graphique.

    Au final, cet album qui met les femmes en avant (dans le scénario, dans le dessin) m'a désappointée. Spirou n'est qu'un descendant de collabo complètement has been. Fantasio, une andouille incapable de vivre sans son aimée. Le reste des hommes (qui apparaissent bien peu dans les planches) sont des collabos, des nazis... C'est dénaturer l'esprit de Spirou que de faire ceci de son héros. Et c'est dommage.

    Pour les fans de Seccotine, ça passera. Pour les fans de Spirou, la pilule est dure à avaler.

    Tome & Janry ont prouvé qu'il est possible de valoriser les femmes sans réduire à l'état de tocards Spirou et Fantasio. Féroumont n'a pas appris des anciens. Dommage.

    kobaia Le 04/04/2016 à 18:07:50
    Léviathan (Brunschwig/Ducoudray/Bossard) - Tome 1 - Après la fin du monde

    Marseille, lendemain de l'apocalypse... Les survivants se remettent du choc, veulent savoir si leurs proches y sont restés et s'organisent dans un Stade Vélodrome réquisitionné. Au milieu de tout ça, un ensemble de personnages qui n'ont rien en commun. Rien, sauf cette apocalypse. On les suit, on s'interroge sur leur vie, leur perception du drame, leur passé, leur avenir...
    La force de ce récit, c'est la densité des émotions, la densité des personnages, et la maîtrise du découpage. Le dessin ne démérite pas non plus. Florent Bossard a su donner vie à la galerie de personnages imaginée par les scénaristes, tout en restant au service de l'histoire. D'ailleurs, Brunschwig et Ducoudray livrent une sacrée bonne histoire, en posant judicieusement les briques de l'intrigue. Jusqu'à la dernière page, on s'interroge. Et on attend avec impatience le tome 2, qui, espère-ton, livrera quelques unes des réponses à nos questions.