Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les avis de - jyrille

Visualiser les 7 avis postés dans la bedetheque
    jyrille Le 23/09/2004 à 00:18:34
    Rork - Tome 5 - Capricorne

    J'aime beaucoup Rork, un monde où l'on explore sans cesse d'autres mondes... Ce Capricorne est une excellente BD qui se lit aussi bien indépendamment. Dessins soignés et points de vue originaux, personnages attachants dès la première case, histoires parallèles, ajouts d'un "serial" ou "pulp" (ces romans à suite peu chers des années 20 et 30 comme fil conducteur), à lire et voir sans aucun doute pour tout amateur de BD.

    jyrille Le 20/09/2004 à 21:09:47

    Graphiquement, la plus belle BD de Miller, si vous aimez la couleur. Puisque Sin City est aussi bonne mais pour le N&B. Les couleurs sont superbes, les textures aussi, les mouvements fluides, grandioses... C'est du grand format, ça prend tout son ampleur sur des planches vertigineuses, comme celle de l'appart de DareDevil ou l'église finale. Dessins superbes, mise en couleur magistrale.
    Par contre, seul et unique point faible, le scénario est obscur. On ne sait jamais où on va, ce sont les états d'âmes de DareDevil qui priment.
    On voit effectivement Carmen Cru, mais aussi un mutant tiré de Dark Knight et un Clark Kent (mais là faut être tordu, c'est une scène dans le commissariat).

    jyrille Le 18/09/2004 à 16:29:58
    L'ascension du Haut Mal - Tome 1 - L'ascension du Haut Mal 1

    Oeuvre difficile que cet Ascension du Haut-Mal. L'ayant lue à peu près en une fois, je ne me souviens plus de tous les détails de chaque volume, si un est meilleur que l'autre, alors je vais en parler dans son intégralité. Ce n'est pas exactement de la BD, plutôt un roman illustré. Le noir et blanc est superbe, et l'édition sur papier épais rend la lecture extrêmement agréable.

    Bon l'histoire... C'est David B. qui raconte sa vie avec le point de vue presque omniprésent de la maladie de son frère, épileptique. Voilà.

    Comme pour d'autres auteurs-dessinateurs, on pourrait penser que certaines illustrations sont plus des peintures que des dessins de BD. Mais ici elles prennent leur sens grâce au texte, elles le supportent et le transcendent. En ce sens le format BD est finalement le meilleur pour cette oeuvre un peu atypique : ni roman ni film ni BD, mais tout à la fois.

    Ca se lit très vite et très bien, en restant sombre et désenchanté. Mais c'est un bonheur que de suivre les émotions que David B. nous fait partager, son humour également. A découvrir, à lire.

    jyrille Le 17/09/2004 à 23:28:56

    Dans la série des Rêveurs, c'est mon préféré de Larcenet. C'est un essai, dans le sens où L'artiste de la famille est né du hasard. L'auteur l'explique très bien lui-même en ouverture : il s'agit de textes de Larcenet imprimés puis "illustrés", en réaction au texte qu'il propose la plupart du temps. Mais le thème central est bien l'art et la mécanique qui mène de la pensée à la création artistique. Larcenet se met encore une fois à nu, sans retenue, et c'est avec plaisir que ces dessins parfois inchérents illustrent des thèmes graves. A lire si on aime l'expérimental et Larcenet.

    jyrille Le 17/09/2004 à 23:12:48
    Une aventure rocambolesque de... - Tome 2 - Vincent Van Gogh - La ligne de front

    Je sais ça fait cliché... mais voilà, c'est vrai : La ligne de front est un chef d'oeuvre. Déjà, le Sigmund Freud était incroyable, drôle (très) et décalé, avec un fond grave et un discours profond, des dessins splendides et efficaces. Mais ici ça va plus loin.

    Et pourtant c'est pas drôle. Ou pas beaucoup. Les couleurs semblent réelles, tactiles. Les dessins sont magnifiques et beaucoup plus travaillés qu'à l'habitude, par moments, ce sont des peintures (normal, c'est Van Gogh !), mais qui font partie intégrante de l'histoire, comme si nous n'avions pas une BD entre les mains, mais une fresque. De plus, nous avons l'histoire, ah ! l'histoire... Van Gogh n'est pas mort en 1890, et il a pour mission de dépeindre la guerre de 14-18. On est proche des Sentiers de la gloire de Kubrick (il FAUT voir ce film), car évidemment La ligne de front est antimilitariste au possible.

    Larcenet est grand, car en une case, une seule, sans texte, sans onomatopées, il peut nous faire pleurer, nous faire tomber de notre chaise, nous assommer. Je parlais de peintures, et certains moments de cette BD pourraient en être, car il s'agit aussi d'une réflexion sur l'image, son pouvoir, les émotions qu'elles peuvent nous procurer. Il peut également s'agir d'un hommage aux peintres que Larcenet admire, je ne sais pas, en tout cas, il ne faut pas passer à côté de La ligne de front.

    jyrille Le 17/09/2004 à 22:35:58

    Grosse surprise : je pensais que tous les sous-produits de ce chef d'oeuvre qu'est l'Incal ne valaient pas l'original. La preuve avec la Caste des Méta-Barons, aux dessins somptueux pour histoires répétitives et sans réel intérêt. Mais cet Avant l'Incal ne manque pas de charme. Comme son illustre prédécesseur, Janjetov réussit à changer ses dessins d'une planche à l'autre, à conserver ce côté brouillon mais flamboyant. Les personnages semblent avoir plusieurs visages par exemple. Ses dessins s'améliorent et s'affinent au fil des tomes, comme souvent dans une série, et aucun ne démérite.

    Mais il faut surtout souligner l'excellent travail de Jodorowsky. Ici il n'y a pratiquement que du bon Jodo, pas celui qui se perd en considérations vaines. Même si on peut décomposer Avant l'Incal en deux ou trois parties distinctes, si quelques rebondissements paraissent incongrus (à commencer par la fin qui fait de John Difool un minable alors qu'il était en fait voué à devenir un héros, mais si je vous jure), l'ensemble est cohérent et agréable, du moins pour des adultes. Il paraît d'ailleurs que cette série a été en partie censurée...

    La lecture d'Avant l'Incal interpelle aussi grâce aux questions presque visionnaires que pose le monde de la Cité-puits. Métaphore de notre époque actuelle et de notre propre société, elle semble encore plus juste depuis deux ou trois ans, alors que le premier tome date de 1992 (il me semble). Et ce pour plusieurs sujets, trop nombreux pour être décrits et ne pas gâcher le plaisir des futurs lecteurs. Finalement une bonne série, réussie, mature (on est loin des délires mystiques et humoristiques de L'Incal), ludique et prenante.

    jyrille Le 17/09/2004 à 15:47:01
    Monstre (Bilal) - Tome 1 - Le sommeil du monstre

    Je viens de lire ce premier tome de la nouvelle trilogie de Bilal, Le Sommeil du monstre, et franchement je ne sais pas si on peut appeler ça une BD. Les dessins sont merveilleux, splendides, magnifiques, c'est évident, on ne saurait approcher une telle beauté ailleurs que dans une galerie. Parce que ce sont plus des peintures que des dessins. Sur ce point, rien à dire, mais ça me donne envie de déchirer l'album et de coller chaque planche un peu partout aux murs... Les dessins sont les 3/4 de ma note.
    Car pour le scénario, pardon ! C'est facile, oui, facile, de faire transporter son corps dans un double et faire des doubles doubles traîtres pour se perdre dans un scénario confus et lassant... Et puis les encarts tapés à la machine, c'est plus une BD, c'est un dossier de X-files. Contrairement aux Watchmen, c'est très mal utilisé. Par contre, l'oeuvre est VISIONNAIRE. Ecrite en 98, et nous voici en 2004, aux proies avec les illuminés décrits dans ce volume (ou presque). Pour ça, et pour l'évident amour que porte Bilal à ses personnages et leurs sentiments d'espérance, il mérite le respect.
    A défaut d'adorer cet album, je dirai que j'adhère aux préceptes ici formulés.