Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les avis de - basilew333

Visualiser les 2 avis postés dans la bedetheque
    basilew333 Le 09/06/2011 à 15:32:00
    Blast - Tome 1 - Grasse Carcasse

    L’histoire proposée par Manu Larcenet est une chronique sociale particulièrement sordide.
    Polza Mancini a 38 ans. Il est affreux et adipeux. Il est actuellement en garde à vue pour la violence commise sur Carole Oudinot qui est actuellement dans le coma.
    Les policiers qui l’interrogent sont persuadés de sa culpabilité et voudraient qu’il passe immédiatement aux aveux, mais lui a envie de raconter toute son histoire, à son rythme.
    Polza était écrivain et il tout quitté pour découvrir la liberté et ce qu’il nomme le « blast » une sorte d’explosion du corps, d’exaltation brève, de flash extatique. Son premier « blast » est lié à la vision de son père agonisant.
    L’atmosphère du récit est si bien rendue qu’elle donne l’impression que la pièce sent mauvais tant la crasse et la sueur suintent à travers le livre.
    En général, le dessin en monochrome n’est pas ma préférence et j’avais des appréhensions avant de lire cet ouvrage mais au final le résultat est très bon. Cet ouvrage deviendra un classique du genre.

    basilew333 Le 08/06/2011 à 21:36:46
    Hannibal Meriadec et les larmes d'Odin - Tome 1 - L'Ordre des cendres

    Odin, le père des dieux, lorsqu’il perdit sa fille, pleura 7 larmes. Ces 7 larmes échappées des yeux du Titan tombèrent sur la terre et devinrent 7 diamants d’une pureté jamais égalée.
    L’auteur nous fait vivre une histoire d’aventure et de piraterie teintée de fantastique.
    Le récit se situe au XVIIème siècle. Hannibal Mériadec est le capitaine du Mac Lir.
    Un ancêtre d’Hannibal témoigne dans le manuscrit de Karlsen de l’existence de ces pierres précieuses. Malheureusement, ces dernières sont également recherchées par un ordre ancien, secret : l’ordre des cendres. Une secte prête à tout pour mettre la main sur le trésor.
    Dans ce premier tome, Hannibal a envoyé un de ses hommes de main, Eric Forbin sur les traces du manuscrit de Karlsen. Eric est tué par l’ordre des cendres. Hannibal est conscient que cette secte sera un adversaire coriace.
    Peu avant, il sauve son fidèle compagnon Kyle Macstone, condamné pour adultère à la décapitation.
    Hannibal est toujours amoureux de son épouse Sélina achetée comme esclave sur un marché d’Essaouira au Maroc. A présent elle rôde sur le bateau, toujours masquée.
    Le scénario, bien qu’il soit par moments peu crédible, est éclairé par de nombreux flashbacks et est aidé par les beaux dessins de Stéphane Crépy, déjà présent dans les « brumes d’Asceltis » et par les jolies couleurs de Sandrine Cordurié.
    Le récit est complexe, avec de nombreux personnages au profil psychologique ambigu.
    La lecture des cet ouvrage procure un moment de plaisir et de détente mais cette œuvre ne marquera le genre car il reprend de nombreux clichés souvent ressassés.