Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les avis de - TDH75

Visualiser les 45 avis postés dans la bedetheque
    TDH75 Le 30/11/2021 à 19:19:10
    Nova (LUG - Semic) - Tome 59 - Nova 59

    Malgré son age vénérable et son format de poche, « Nova n°59 » s'est révélé comme dans mes souvenirs, un parfait condensé de créativité et d'efficacité.

    Étant non fan de Spider-man et encore moins de Spider-woman, je reconnais que les histoires simples tiennent très bien la route en proposant des opposants de qualité (Opale, la Mouche) qui donnent du fil à retorde aux super-héros, avec une mention spéciale au personnage de la Mouche, manipulé par un scientifique vicieux afin de lutter contre son déclin irréversible.

    La force des Fantastic four aura été également de mêler d'autres groupes de super-héros pour compenser l’intérêt limité du groupe de base. Ici on est plus que servi avec les Avengers, les Inhumains et un Ultron gigantesque occasionnant une couverture encore somptueuse aujourd'hui.

    Cette histoire de mariage sur fond de complot et de révolte constitue le terrain malsain absolument favorable pour des personnages aussi vicieux que Ultron ou Maximus.

    La seule limitation de ce Nova constitue peut-être son format étriqué et la qualité moyenne des dessinateurs, qui atténuent l'impact d'histoires pourtant d'une qualité jamais renouvelée aujourd'hui.
    Plus d'informations sur ce lien : https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2021/11/nova-n59-roger-stern-michael-fleisher.html

    TDH75 Le 21/11/2021 à 09:55:31
    The new Mutants (L'intégrale) - Tome 1 - 1982 - 1983

    « The new mutants, l'intégrale, 1982-1983 » est un album mémorable, sinon culte relatant un semi-échec car au final bien entendu, les New mutants n'atteindront jamais le dixième de la renommée de leurs ainés, les célèbres X-men.

    Pourtant, avec le recul, on s’aperçoit que Claremont avait tenté quelque chose d’intéressant, avec un casting multi-ethnique universel. Certains personnages semblent clairement sortir du lot, comme Psyché, l'indienne rebelle peinant à assumer un pouvoir aussi lourd qui plonge dans le subconscient de ses semblables pour en extirper les peurs les plus enfouies.

    Par comparaison, Karma dont les pouvoirs télépathiques sont similaires, se montre en retrait et finit d'ailleurs par disparaître en plein milieu de la seconde saison.

    Solar le Brésilien fougueux comporte lui-aussi son lot de difficultés notamment familiales avec un père qui bien que riche, se révèle un industriel sans scrupule proche du Club des damnés.

    Son homologue, Rocket fait pale figure en comparaison...

    Quant à Félina, la plus jeune et fragile du groupe, son pouvoir ne pèse au final pas très lourd par rapport à ses collègues.

    Au niveau opposition, faire appel au Club des damnés ou aux Sentinelles, ennemis historiques des X-men est une référence solide et on saluera également l'imagination fertile de Claremont pour les passages amazoniens de la Nova Roma.

    Ceci ne parviendrait presque à faire oublier la faiblesses des autres histoires, anecdotiques ou confuses.

    Mention donc honorable pour ces deux premières années, qui hélas ne furent pas suffisantes pour créer un nouveau mythe made in Marvel !
    Plus d'informations ici : https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2021/11/new-mutants-lintegrale-1982-1983-chris.html

    TDH75 Le 08/11/2021 à 20:30:25
    Avengers vs X-Men - Tome 1 - AVX 1/6

    « Avengers vs X-men, volume 1 » contient sur le papier tous les ingrédients pour appâter le fan : un titre choc, un affrontement entre les deux plus grandes équipes de super-héros Marvel sur fond de ni plus ni moins que la plus passionnante histoire écrite dans le monde des comics : la saga du Phénix ressuscitée.

    Las ! N'est pas le duo John Byrne/Claremont qui veut !

    Les scénaristes tentent de réchauffer les braises du chef d’œuvre des années 80 et s'enmèlent joyeusement les crayons. En voulant charger au maximum la barque, on a droit à une profusion de super-héros jusqu'à l'absurde.

    On se demande ce que viennent faire Namor et la Chose dans pareille histoire ! Même la présence de Luke Cage et d'Iron-Fist paraît bien artificielle !

    Pour le reste un Hulk rouge sous-employé affronte un Colossus gonflé à bloc par une partie de l'armure du Fléau dans un mano a mano sans intérêt, le seul affrontement notable étant la passe d'arme sanglante entre Wolverine et Captain-america.

    Folie des grandeurs des scénaristes qui galvaudent une nouvelle fois la magie du Phénix et s'associent avec des dessinateurs au style lourdingue et laid pour un nouvel attrape-nigaud des années 2010 !

    Ramenez-nous à l'age d'or de Marvel !
    Plus d'informations sur ce lien : https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2021/11/avengers-vs-x-men.html

    TDH75 Le 08/11/2021 à 20:24:16
    Le tueur - Tome 13 - Lignes de fuite

    « Le Tueur, volume 13, lignes de fuite » est un épisode plutot contemplatif qui montre un personnage principal à la dérive, fuyant de pays en pays pour tenter d'assurer sa propre sécurité ainsi que celle de sa famille.

    La DGSE retrouve (enfin!) sa trace avec une offre ferme pour mettre à son service ce qu'il fait de mieux : liquider les autres et disparaître.

    Un 13ieme volume moins intense, qui s'enlise quelque peu dans ses longs monologues suintant la misanthropie et le mal être intérieur.
    Plus d'information sur ce lien : https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2021/11/le-tueur-volume-13-lignes-de-fuite-luc.html

    TDH75 Le 08/11/2021 à 20:12:10
    Le tueur - Tome 12 - La main qui nourrit

    « Le Tueur, volume 12, la main qui nourrit » réussit toujours la combinaison adroite entre exotisme, ultra-violence et considérations pseudo-philosophiques justifiant la seconde.

    L'action est bien menée avec la disparition d'un personnage « historique » de la BD, Mariano l'ami providentiel d'un cartel colombien assurant protection et logistique au mercenaire « free-lance ».

    Discutable sur le fond, notamment par ses longs monologues nihilistico-dépressifs évoquant pele-mele esclavage et torture pour justifier de la bassesse de l’être humain en général, ce 12ieme volume se montre en revanche assez irréprochable sur la forme avec de splendides paysages des iles des Antilles et des scènes de « gun-shots » intenses.

    De quoi voir venir pour la suite ?
    Critique complète ici : https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2021/11/le-tueur-tome-12-la-main-qui-nourrit.html

    TDH75 Le 30/10/2021 à 16:05:25
    Le tueur - Tome 11 - La suite dans les idées

    « Le Tueur, volume 11, la suite dans les idées » change encore une fois le décors en faisant de notre Tueur un « assassin du Tiers Monde » réglant les problème politico-économiques à coups de balles dans la tête !

    Cet anti James Bond continue de déverser son dégout des « Occidentaux » écrasant les pays pauvres sous couvert d'organisations internationales (ONU, FMI) servant de relais à leur domination mondiale.

    Cette philosophie simpliste est en réalité une justification commode pour continuer à aligner les assassinats avec comme variante notable, un coup de chaud dans le désert africain qui vient réveiller d'anciennes peurs.

    Mais le doute semble également s'insinuer pour la première fois vis-à-vis du très fidèle ami colombien, qui semble avoir changé de dimension en voulant faire carrière dans la politique.

    Ce 11ieme volume continue sur la même lignée que les précédents : exotisme, beauté graphique et « philosophie » cynico-nihiliste alors que selon moi un tueur « free-lance » n'aurait qu'une espérance de vie que très courte sans l'appui d'une organisation criminelle structurée qui deviendrait son donneur d'ordres et lui ôterait rapidement ce sentiment de liberté qu'il semble tant revendiquer.
    Plus d'informations ici : https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2021/10/le-tueur-volume-11-la-suite-dans-les.html

    TDH75 Le 30/10/2021 à 11:42:41
    Le tueur - Tome 10 - Le cœur à l'ouvrage

    « Le Tueur, volume 10, le cœur à l'ouvrage » se montre plus convaincant que son prédécesseur et fait presque oublier le caractère ubuesque de certaines situations.

    Fort heureusement, Jacamon et Matz délaissent bien vite l'idée de la reconversion du Tueur en employé de bureau grassement payé pour le replacer dans son élément : les meurtres, exécutés avec toujours la même insolente facilité, comme si les mercenaires américains ex navy seals ou CIA ne faisaient pas le poids.

    Cuba, Miami, Londres puis un Paris sur lequel notre Tueur philosophe décharge toute sa rancœur anti-européens et enfin le Vénézuela : les déplacements donnent le tournis, créent de la variété et permettent à Matz de faire éclater son fantastique talent graphique.

    De nouveau accroché par les aventures du Tueur ? Oui !
    Plus d'informations ici : https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2021/10/le-tueur-volume-10-le-cur-louvrage-luc.html

    TDH75 Le 30/10/2021 à 11:41:49
    Le tueur - Tome 9 - Concurrence déloyale

    « Le Tueur, volume 9, concurrence déloyale » donne très nettement peut-être pour la première fois l'impression que le Tueur tourne en rond et que le talentueux duo Jacamon/Matz recycle ses vieilles recettes : exotisme, violence par le biais d'assassinats spectaculaires de riches occidentaux forcément hypocrites et corrompus.

    Les longs monologues politico-nihilistes justifiant le plus basique appât du gain paraissent de plus en plus bancals, surtout lorsqu'on découvre que notre héros va se lancer/ranger dans les « affaires » avec l'argent du pétrole et du narco-trafic.

    Reste la beauté du graphisme toujours irréprochable mais cela risque de faire bien léger si l'histoire ne retrouve pas un nouveau souffle ! Plus d'informations ici : https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2021/10/le-tueur-tome-9-concurrence-deloyale.html

    TDH75 Le 03/10/2021 à 22:29:20
    Le tueur - Tome 8 - L'ordre naturel des choses

    « Le tueur, volume 8, le commun des mortels » relance la machine en rendant (enfin !) un peu plus explicite ce jeu à trois pays convoitant un forage pétrolier synonyme d'indépendance énergétique et financière pour Cuba ennemie de longue date des USA.

    Vampirisé par la belle cubaine Katia qui lui a promis une vague immunité, le tueur a lui choisi son camp mais joue astucieusement pour ne pas se mettre ses ex-clients américains à dos.

    Sa stratégie pour survivre : jouer sur les deux tableaux !

    Construit sur un scénario géopolitique bien trouvé, cette nouvelle série prend un tout autre relief et sort un de son quotidien cet homme solitaire radotant ses théories sur un Occident manipulateur et oppresseur du Tiers Monde riche en ressources énergétiques mais trop gangréné par la corruption pour les exploiter.
    Critique complète ici : https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2021/10/le-tueur-volume-8-lordre-naturel-des.html

    TDH75 Le 03/10/2021 à 22:27:29
    Le tueur - Tome 7 - Le commun des mortels

    « Le tueur, volume 7, le commun des mortels » se montre pour la première fois plutot décevant.

    Le scénario patine et la beauté sensuelle de la Havane magnifié par le talent de Matz ne suffit pas à oublier l'ennui que provoque les longs monologues dans lequel le Tueur déverse son nihilisme et son dégout d'un Occident qu'il affuble de tous les crimes de l'Humanité.

    Agaçant sur le fond, ce septième volume s'enlise dans une histoire tarabiscotée en diable dans laquelle seraient entremêlés intérêts américains, cubains et vénézuéliens.

    On attend, un sursaut avec impatience dans le volume suivant !
    Critique complète ici : https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2021/10/le-tueur-volume-7-le-commun-des-mortels.html

    TDH75 Le 03/10/2021 à 07:55:36
    Le tueur - Tome 6 - Modus Vivendi

    « Le tueur, volume 6 ; modus vivendi » nous replonge avec une certaine délectation dans le monde froid, dur et cynique d'un tueur professionnel.

    Cette fois le tueur semble le pantin d'une organisation international de grande envergure et commence à regretter d'avoir repris ce « travail » qu'il affectionne...

    Les ingrédients sont toujours les mêmes : un fond intéressant avec de longs monologues justifiant cet « art de vivre » par une logique nihiliste et individualiste et une forme magnifique avec des graphismes somptueux mettant remarquablement en valeur l'Amérique latine.

    On se laisse porter avec plaisir et attend impatiemment de découvrir la suite de cette nouvelle ténébreuse affaire.

    Plus d'informations ici : https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2021/10/le-tueur-volume-6-modus-vivendi-luc.html

    TDH75 Le 29/06/2021 à 22:05:28
    Le tueur - Tome 5 - La mort dans l'âme

    « Le tueur, volume 5, la mort dans l’âme » constitue sans doute le point d’orgue du premier cycle des aventures de ce tueur solitaire, froid et cynique.

    Dans ce volume, l’homme aidé de ses puissants amis colombiens, éradique les racines de ses ennemis, de puissants hommes d’affaires français et allemands se considérant à tort comme intouchables.

    Nous avons donc affaire à une sordide affaire de règlement de comptes entre voyous haut de gamme.

    De manière plus intéressante, le tueur tout en maintenant son individualisme forcené révèle un semblant d’humanité en intervenant pour aider son ami policier brisé ou en s’attachant de manière durable à sa compagne vénézuélienne qui conserve malgré tout un rôle de second plan dans l’histoire (en effet elle n’a toujours pas de nom au bout du cinquième tome !).

    Pour le reste, on appréciera le style toujours fin, soigné et élégant de Jacamon.

    Une manière donc de conclure (temporairement !) une série originale et diablement efficace.
    Plus d'informations sur ce lien : https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2021/06/le-tueur-tome-5-la-mort-dans-lame-matz.html

    TDH75 Le 29/06/2021 à 22:04:37
    Le tueur - Tome 4 - Les liens du sang

    « Le tueur, tome 4, les liens du sang » se concentre sur la structure complexe de l’intrigue dans un esprit très polar parisien.

    L’affaire se précise donc avec les liens entre riches médecins corrompus et trafiquants de drogues colombiens.

    Le tueur apparait comme un pion dans ces affaires de règlements de comptes mais bénéficient de la protection puissante de ses associés colombiens.

    Peu de véritable révélation donc et de réelle nouveauté, si ce n’est l’amitié un peu contre nature avec un policier fatigué et esseulé.

    Malgré la toujours haute qualité du graphisme de Jacamon, « Le tueur, tome 4, les liens du sang » déçoit légèrement par son univers essentiellement parisien qui délaisse du coup l’exotisme de bon aloi des premiers volumes.

    L’intérêt est cependant toujours maintenu pour découvrir la suite de l’histoire.
    Plus d'informations sur ce lien : https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2021/06/le-tueur-tome-4-les-liens-du-sang-matz.html

    TDH75 Le 29/06/2021 à 22:03:37
    Le tueur - Tome 3 - La dette

    « Le tueur, tome 3, la dette » est dans la continuité des aventures précédentes tout en déplaçant le cadre parisien du tueur pour le situer dans un univers plus foisonnant et exotique des grandes métropoles américaines, que ce soit à Buenos Aires ou New-York.

    Malgré son indépendance d‘esprit, l’homme s’aperçoit finalement que son métier exerce sur lui des contraintes implacable auxquelles il ne peut pas se soustraire.

    Le prédateur solitaire, indépendant et discret devient donc finalement la marionnette de prédateurs plus puissants que lui qui tirent les ficelles à haut niveau sur l’échiquier du crime.

    Dans pareilles conditions, seule sa haute compétence dans l’art du meurtre, lui permet d’avoir la vie sauve, mais pour combien de temps ?

    Brillant sur le plan des dessins, « Le tueur, tome 3, la dette » montre finalement la fragilité du métier de tueur, avec l’illusion d’une indépendance de pacotille et la dépendance vis-à-vis d’employeurs abattant leurs cartes au gré des circonstances.
    Plus d'informations sur ce lien : https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2021/06/le-tueur-tome-3-la-dette-matz-luc.html

    TDH75 Le 29/06/2021 à 22:02:27
    Le tueur - Tome 2 - L'engrenage

    « Le tueur, tome 2, l’engrenage » est encore plus excitant que le premier tome qui avait pour mérite principal de poser le cadre et les personnages.

    L’histoire se complexifie, avec plusieurs ramifications et le double jeu de certains personnages notamment l’avocat de la Streille, jadis recruteur et mentor du tueur.

    Acculé, manipulé, le tueur calque ses réactions sur celles d’un prédateur solitaire survivant de la préhistoire, l’alligator.

    Il ne tue donc plus par raisons professionnelles mais pour survivre et éliminer des menaces comme le policier, l’autre tueur ou son maitre.

    Sur le plan artistique, « Le tueur, tome 2, l’engrenage » surpasse encore par sa beauté le premier tome avec un festival de couleurs et d’érotisme entre la beauté tropicale du Venezuela (et un fantasme de gringo pour les superbes sud américaines) et la splendeur nordiques de la haute montagne alpestre avec clubs chics à la clé.

    Tous les ingrédients sont donc en place, (scénario, action, sexe) pour donner plus de densité à l’histoire et ferrer inéluctablement le lecteur avide de connaitre la suite…
    Plus d'informations sur ce lien : https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2021/06/le-tueur-tome-2-lengrenage-matz-luc.html

    TDH75 Le 29/06/2021 à 22:01:34
    Le tueur - Tome 1 - Long feu

    « Le tueur, tome 1, long feu » est un livre âpre, intense et forcément dérangeant.

    Son originalité principale est sa construction lente, centrée sur de long monologues intérieurs permettant au lecteur de rentrer dans l’esprit d’un criminel froid et rationnel, justifiant son mode de vie par une vision biaisée de l’existence.

    Le scénario (un tueur en planque) est en revanche des plus classiques et on comprend que le duo Matz/Jacamon va construire patiemment une histoire qui sera étoffée au fil des épisodes.

    Gros point fort de la série, le style absolument magnifique de Jacamon, avec des personnages aux traits fins, des décors illustrés de palettes de couleurs splendides que ce soit dans les immeubles parisiens cossus ou dans des paysages plus exotiques antillais.

    Une entrée en matière attirante donc qui laisse pour l’instant sur sa faim...
    Plus d'information sur ce lien : https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2021/06/le-tueur-tome-1-long-feu-matz-luc.html

    TDH75 Le 12/06/2021 à 14:41:53

    « Batman, année 1 » n’est pas une bande dessinée fantastiquement originale.

    Néanmoins, le scénario bien construit tient la route en mettant en parallèle deux héros solitaires mais complémentaires, torturés et en proie à de grands questionnements intérieurs à propos de leurs actes.

    On appréciera l’ambiance typiquement « Millerienne » de la bande dessinée, crépusculaire, dure, violente et à la limite du sans espoir dans une ville tentaculaire rongée par la cupidité de quelques hommes.

    Daredevil et Batman sont pour moi deux super héros comparables évoluant dans le même contexte et le même type d’ambiance.

    Le personnage de Catwoman, présent par éclipse dans l’histoire présente également beaucoup de similitudes avec une Elektra ou même une Veuve Noire.

    Seul reproche à cette très bonne bande dessinée à l’atmosphère prenante, le manque d’opposition à Batman en la personne d’un super criminel à sa mesure du type Pingouin ou Joker.
    Plus d'informations sur ce lien : https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2021/06/batman-annee-1-frank-miller-david.html

    TDH75 Le 10/06/2021 à 21:29:36
    Fantastic Four (L'intégrale) - Tome 4 - Fantastic Four : L'intégrale 1965

    « Fantastic Four, l’intégrale 1965 » est un volet de très bonne qualité.

    Même si la tentative de lancer les Terrifics est un semi échec, on reconnaîtra que les Fantastiques enchaînent leurs aventures à un rythme plus que soutenu.

    Deux grands moments sont pour moi dans cette intégrale, tout d’abord l’heroisme et la douleur de la Chose qui sacrifie sa paix intérieure et son confort personnel pour mettre à mal à lui tout seul le pire ennemi de ses amis, puis le grand crossover du mariage de Richards et Storm mettant aux prises les X-men, les Vengeurs avec une bonne partie du gratin des super criminels du monde Marvel.

    Pour le reste les aventures avec l’Homme Dragon, les Inhumains ou Daredevil bien que d’un calibre moindre, tiennent solidement la route.

    Les FF montent donc graduellement en puissance en ce milieu des années 60.
    Plus d'informations sur ce lien : https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2021/06/fantastic-four-lintegrale-1965-stan-lee.html

    TDH75 Le 10/06/2021 à 07:23:03
    Fantastic Four (L'intégrale) - Tome 2 - Fantastic Four : L'intégrale 1963

    « Fantastic Four, l’intégrale 1963 » continue dans la voie tracée lors des années précédentes.

    Fatalis et le Prince des Mers sont les personnages les plus exploités, le lecteur frôlant même l’indigestion de fruits de mer avec le dernier nommé, quasi omniprésent et plébiscité à la fois par le public et par ses créateurs en raison de sa noblesse et de la légitimité de son aversion pour la race humaine persécutrice de son peuple.

    On pourra également trouver une belle montée en puissance autour de personnages charismatiques et puissants comme Hulk, Kang, le Super Skrull ou l’Homme Molécule.

    Même si les dessins de Kirby sont toujours aussi poussifs, Lee et Kirby parviennent à apporter du sang neuf et du renouvellement autour de leur idée d’origine, le tandem parvenant même à distiller quelques messages politiques dans les aventures des FF, messages assez révélateurs de la psychose anti soviétique ou de la peur de résurgence de menace nazi de l’époque.
    Plus d'informations sur ce lien : https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2021/06/fantastic-four-lintegrale-1963-stan-lee.html

    TDH75 Le 09/06/2021 à 07:23:45
    Fantastic Four (L'intégrale) - Tome 1 - Fantastic Four : L'intégrale 1961-1962

    Dans ce « Fantastic Four, l’intégrale 1961-1962 », Lee et Kirby posent les bases de personnages centraux et fondateurs de leurs univers, personnages qui deviendront des références indéboulonnables comme Fatalis, Namor ou les Skrulls.

    Les personnages comme Namor ou Fatalis évolueront sensiblement au fil de l’histoire de Marvel, gagnant en complexité.

    D’un point de vue graphique, je ferai le même reproche à Kirby que pour les premiers X-men avec un style grossier et très daté faisant figure de préhistoire du comics.

    D’un point de vue psychologique, je dois avouer ne jamais avoir été fan des quatre fantastiques héros trop proprets et « pro américain » pour moi.

    Red Richards est un type trop sérieux et lisse à mes yeux.

    J’ai toujours trouvé son pouvoir d’élasticité ridicule.

    Jane Storm belle blonde de service fait un peu tapisserie même si ses pouvoirs seront renforcés par la suite par la manipulation de champs de force.

    Les deux personnages les plus intéressants restent pour moi la Torche Humaine, gamin fonceur aux immenses pouvoirs et la Chose, monstre complexé et torturé.

    La Chose et la Torche sont deux fortes têtes, générateurs de conflits et d’instabilité pour la cohésion de l’équipe.

    Cette intégrale même imparfaite et balbutiante reste néanmoins essentielle d’un point de vue historique !
    Plus d'informations ici : https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2021/06/fantastic-four-lintegrale-1961-1962.html

    TDH75 Le 06/06/2021 à 19:24:10
    Spider-Man (L'Intégrale) - Tome 2 - Spider-Man : L'Intégrale 1964

    « Spider-man, l’intégrale 1964 » fera passer un agréable moment à l’amateur de vieux, très vieux comics.

    Le style de Ditko semble bien sur dater de Mathusalem, mais il possède un charme rétro assez plaisant.

    Bien sur toutes les intrigues ne sont pas formidables mais cette intégrale offre un aperçu de pratiquement tout l’univers de Spider Man avec ses plus grands ennemis, les plus sérieux étant le Bouffon Vert, Octopus en raison de leur intelligence ou Electro ou l’Homme Sable en raison de l’étendue de leurs pouvoirs, mais aussi ses alliés occasionnels comme la Torche ou Daredevil.

    Du coté de la vie « civile », Peter Parker représente le modèle du teen-ager banal de la classe moyenne américaine blanche avec un caractère honnête, travailleur et un grand sens moral.

    Jeune homme « propre sur lui » des années 60, étudiant en chimie et photographe au Daily Bugle pour financer ses études et aider sa tante, Parker se distingue de ses camarade par le fait qu’il ait perdu des parents très tôt et ait été élevé par sa Tante May.

    Ce qui rend Parker attachant est son manque d’assurance, le désastre de sa vie privée rongée par le terrible secret de sa double identité et la réputation de mal aimé de Spider-man.

    Parker, étudiant timide, solitaire et asocial pour ses camarades, séduit pourtant des femmes par son coté mystérieux et ses brillantes résultats dans les matières scientifiques ce qui lui attire également des jalousies comme celle de Flash Thomson, le « sportif » fort en gueule et bagarreur typique des campus américains.

    Mais souvent que ce soit avec Betty ou Gwen, ces relations amoureuses se révèlent au final compliquées et douloureuses pour Parker.

    La relation qui le lie avec May, mère de substitution à la santé fragile est également prodigieusement touchante, la fameuse « Tante May » étant sans doute le plus gros talon d’Achille de Spider-man.
    Plus d'informations sur ce lien : https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2021/06/spider-man-lintegrale-1964-stan-lee.html

    TDH75 Le 06/06/2021 à 19:10:52
    Spider-Man (L'Intégrale) - Tome 9 - Spider-Man : L'Intégrale 1971

    Si « Spider-man, l’intégrale 1971 » n’est sans doute pas un must absolu, force est de constater que les scénario tiennent bien la route, avec un Peter Parker plus mal dans sa peau que jamais après le meurtre de Stacy et terriblement tiraillé par sa double vie incompatible avec la vie normale d’un jeune homme de 20 ans.

    La teneur sociale plus marquée (drogue, prison, minorités) bien qu’étonnante donne un coté plus relevé et bien ancré dans son époque aux aventures du Monte-en-l’Air New Yorkais.

    Coté graphisme, Gil Kane n’a rien à envier à John Romita, son style plaisant étant comparable à celui de son historique prédécesseur.

    D’un point de vue plus critique, si le Bouffon Vert demeure l’ennemi le plus excitant de Spider- man, on notera la présence de personnages peu inspirés comme l’horrible Morbius, le minable Rôdeur et la présence de seconds couteaux fadasses comme le Scarabée ou Iceberg.
    Plus d'infromations sur ce lien : https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2021/06/spider-man-lintegrale-1971-stan-lee-roy.html

    TDH75 Le 06/06/2021 à 19:06:21
    Spider-Man (L'Intégrale) - Tome 8 - Spider-Man : L'Intégrale 1970

    « Spider-man, l’intégrale 1970 » ne me laissera pas un souvenir très vivace.

    Les dessins de Romita et surtout de Buscema sont toujours d’excellentes qualité avec un héros gouailleur évoluant dans les gratte ciels new-yorkais, mais Spider-man manque pour moi de renouvellement dans ses challengers charismatiques.

    Le seul intérêt de cette intégrale reste les errements personnel de Parker, dévoré par son secret trop lourd à porter et par un terrible sentiment de culpabilité envers Gwen, qui accuse Spider Man de la mort de son père qui au passage avait découvert le secret de Parker.

    Malgré cela cette intégrale conserve pour moi un fort goût de réchauffé.
    Plus d’informations ici : https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2021/06/spider-man-lintegrale-1970-stan-lee.html

    TDH75 Le 06/06/2021 à 18:58:11
    Spider-Man (L'Intégrale) - Tome 7 - Spider-Man : L'Intégrale 1969

    « Spider-man, l’intégrale 1969 » est dans la moyenne des aventures du Monte-en-l’air.

    L’épisode à rebondissements autour de la tablette permet de mettre en scène de nombreux ennemis du Tisseur, certains de premier rang comme le Caïd ou le Lézard, d’autres plus anecdotiques comme le Shocker et enfin certains franchement minables comme Marko ou même Silvermane.

    On appréciera l’élégance et le raffinement du style de Buscema, plus élaboré que celui de Romita mais il manque à cette intégrale un épisode marquant pour être totalement enthousiasmante !
    Plus d'informations sur ce lien : https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2021/06/spider-man-lintegrale-1969-stan-lee.html

    TDH75 Le 04/06/2021 à 19:41:00
    Spider-Man (L'Intégrale) - Tome 6 - Spider-Man : L'Intégrale 1968

    « Spider-man, l’intégrale, 1968 » bien que d’un niveau globalement tout à fait honnête, n’est pas pour moi le meilleur cru des aventures du Tisseur de Toile.

    Si les dessins de Romita secondé par Don Heck sont de très bonne facture, les affrontements contre le Docteur Octopus et le Caïd sont trop classiques pour être pleinement intéressants.

    Celui contre le Vautour, ennemi que j’ai toujours trouvé d’un petit calibre, est en revanche plus intense et dramatique en raison de la vulnérabilité du héros au moment de la bataille.

    Coté privée, cela stagne un peu, Parker se rapprochant toujours plus de la belle Gwen Stacy et de sa famille, composée essentiellement de son vieux père, capitaine de police à la retraite.

    Il est à noter la similitude entre la situation de Parker très liée à la santé fragile de Tante May et celle de Gwen, liée elle à un père âgé finalement assez vulnérable.

    Cette intégrale vaut donc surtout pour moi par l’épisode ou Parker fait la lumière sur la mort de ses parents en Algérie.
    Plus d'informations sur ce lien : https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2021/06/spider-man-lintegrale-1968-stan-lee.html

    TDH75 Le 04/06/2021 à 19:25:49
    Spider-Man (L'Intégrale) - Tome 4 - Spider-Man : L'Intégrale 1966

    « Spider-Man, l’intégrale 1966 » se lit plutôt bien.

    Le style de Dikto passe assez bien pour l’époque même si certaines intrigues sont minimalistes et flirtent bien souvent avec le ridicule.

    Celui de Romita est déjà plus élaboré et plus séduisant marquant la grande époque de Spidey.

    Coté adversaires, Octopus, Kraven, le Bouffon Vert et le Rhino sont d’incontournables références assurant une solide opposition à notre Tisseur préféré.

    Plus d'informations ici : https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2021/06/spider-man-lintegrale-1966-stan-lee.html

    TDH75 Le 01/06/2021 à 07:05:25
    X-Men (L'intégrale) - Tome 16 - X-Men : l'intégrale 1987 (1)

    Cette « X-men, l’intégrale 1987, tome 1 » se montre malgré un coté assez hétérogène et désorganisé d’un très bon niveau.

    J’ai assez peu accroché aux aventures avec les Maraudeurs, que je trouve peu intéressants, en revanche l’exploration des doutes et des fêlures internes de héros meurtris mentalement et physiquement a été des plus passionnantes entre une Tornade dépouillée des ses pouvoirs plus vulnérable que jamais, des jeunes recrues comme Psylocke et surtout Dazzler en mal de reconnaissance, une Malicia toujours aussi mal dans sa peau et même un Wolverine doutant des fabuleux instincts.

    Pour l’affrontement, rien ne remplacera jamais sans doute une force de la nature comme le Fléau mais on peut surtout penser que cette première partie d’intégrale est plus psychologique que physiquement spectaculaire.

    La dernière partie est terriblement touchante avec cette adolescente d’à peine quinze ans qui envisage sereinement la fin de sa courte vie.

    Même si malgré leur indéniable talent, aucun des multiples dessinateurs ne parvient à rivaliser avec le style de John Byrne, « X-men, l’intégrale 1987, tome 1 » confère un aspect encore plus profondément humains à des personnages plus fragiles et vulnérables que jamais.

    Chapeau bas, messieurs !
    Plus d'informations sur ce lien : https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2021/05/x-men-lintegrale-1987-tome-1-chris.html

    TDH75 Le 01/06/2021 à 06:50:10
    X-Men (L'intégrale) - Tome 2 - X-Men : L'intégrale 1977-1978

    Ce « X-men, l’intégrale 1977-1978 » est une nouvelle fois de haute qualité.

    Même si on peut dire que Dave Cockrum fait de l’honnête travail, il faut reconnaître que seul John Byrne parvient par ses dessins fins et puissants, à sublimer le talent de scénariste de Claremont et que les aventures réalisés par l’ancien dessinateur (le Fléau en Irlande, les débuts de l’aventure Shi’ar) sont loin de pouvoir rivaliser avec celle du nouveau maître.

    L’épopée spatiale du Phénix entrant en phase avec une sphère du cosmos puis la terrible revanche de Magneto conduisant en Antarctique puis dans le pays imaginaire de la Terre Sauvage, constituent des merveilles qui font véritablement rêver le lecteur transporté dans un ailleurs incroyablement riche.

    Des années incroyablement prolifiques !
    Plus d'informations sur ce lien : https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2021/05/x-men-lintegrale-1977-1978-chris.html

    TDH75 Le 30/05/2021 à 08:28:15
    X-Men (L'intégrale) - Tome 9 - X-Men : L'intégrale 1985 (1)

    « X-men, l’intégrale, 1985, (1) » peine grandement à retrouver de l’allant.

    Le gigantesque crossover avec Kulan Gath tourne à vide avec des dessins médiocres de la part de Romita Jr, l’affaire avec les ridicules Hellions tombe vite à plat et les autres épisodes ne méritent même pas d’être signalés.

    L’apparition du mystérieux Nemrod futur ennemi récurrent un peu à la manière d’un Ultron pour les Vengeurs relève un peu l’intérêt du récit mais la pauvreté du style de Romita Jr ternit quelque peu le plaisir qu’on pourrait goûter à ce nouveau rebondissement.

    Reste évidemment et encore une fois Windsor Smith qui se surpasse avec Tornade comme si la belle mutante africaine l’inspirait de manière surnaturelle !
    Plus d'informations sur ce lien : https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2021/05/x-men-lintegrale-1985-1-chris-claremont.html

    TDH75 Le 30/05/2021 à 08:19:47
    X-Men (L'intégrale) - Tome 8 - X-Men : L'intégrale 1984

    « X-men, l’intégrale, 1984 », correspond à une année bien calme pour les X-men.

    Les épisodes sont d’un niveau assez faible, le principal attrait étant la nouvelle vie d’une Tornade rendue plus vulnérable et femme que jamais.

    A titre esthétique, on saluera la performance de Barry Windsor Smith dont les planches concernant la rencontre Ororo-Forge sont d’une magnifique sensualité.

    Quant aux épisodes sur les Spectres Noirs, ils seront aussi vite oubliés que les aventures de leur ennemi attitré un robot extra terrestre nommé Rom.
    Plus d'informations ici : https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2021/05/x-men-lintegrale-1984-chris-claremont.html

    TDH75 Le 29/05/2021 à 22:08:30
    X-Men (L'intégrale) - Tome 7 - X-Men : L'intégrale 1983

    « X-men, l’intégrale, 1983 » est un grand cru, une heureuse surprise.

    L’implantation d’embryons Broods dans le corps des X-men les oblige chacun à une longue introspection, chacun réagissant à sa manière.

    L’histoire des Acantis est une très belle variante poétique digne des meilleurs romans de Science Fiction.

    Mais l’une des conséquences les plus importantes de l’aboutissement de la Saga des Broods est la métamorphose de Tornade avec une personnalité et un look plus agressif (symbolisé par une crête iroquoise et des vêtements heavy metal) bien loin de l’image de sublime déesse, mère nourricière protectrice, maternelle, pure et respectueuse de la vie qu’elle projetait jusqu’alors.

    J’ai également beaucoup aimé l’exotisme des aventures de Wolverine au Japon et ai été sensible à sa détresse lors de l’échec de son mariage avec Mariko alors que Cyclope lui l’éternel torturé parvenait à trouver un semblant de stabilité et de bonheur avec Madelyne.

    Au fil du temps les personnages des X-men évoluent et ce sont ces évolutions qui les rendent incroyablement attachants pour le lecteur, chacun présentant des failles intérieures le rendant finalement si humain et proche de nous, entre la solitude farouche d’un Wolverine, les tourments intérieurs d’un Cyclope, les phobies d’une Tornade partagée entre son humanité et ses pouvoirs de déesse, les complexes physiques d’un Diablo, le désir d’émancipation de la jeune Kitty amoureuse de Colossus ou l’incroyable complexité mentale d’un Charles Xavier.

    « X-men, l’intégrale, 1983 » peut donc être considéré comme un quasi sans faute maîtrisé de bout en bout.
    Plus d'informations sur ce lien : https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2021/05/x-men-lintegrale-1983-chris-claremont.html

    TDH75 Le 29/05/2021 à 22:01:12
    X-Men (L'intégrale) - Tome 6 - X-Men : L'intégrale 1982

    Sentiments assez mitigés sur cette « X-men, l’intégrale, 1982 ».

    On sent une très nette volonté des auteurs de créer une aventure de grande amplitude, un space opera cosmique impliquant des voyages spatiaux et des races extra terrestres.

    Malheureusement cela ne prend pas, Deathbird, sorte de femmes oiseau est assez ridicule quand aux personnages des Broods, il sont pour moi trop copiés sur le « Alien » de Ridley Scott sorti exactement la même année.

    On est donc pratiquement dans le plagiat pour moi…

    La psychologie des personnages est assez peu fouillée et le récit n’est qu’une suite de folles cavalcades spatiales contre des ennemis aussi hideux que peu originaux.

    J’ai en revanche trouvé originale l’idée de Sienkiewiscz de propulser les X-men dans des univers plus ténébreux et mystiques que d’habitude.

    Son style plus sombre m’a également plus séduit que celui de Cockrum.

    Je serai donc assez sévère avec cette « Saga des Broods » de 1982 qui pour moi manque cruellement de souffle et d'impact !
    Plus d'informations sur ce lien : https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2021/05/x-men-lintegrale-1982-chris-claremont.html

    TDH75 Le 27/05/2021 à 07:33:25
    X-Men (L'intégrale) - Tome 5 - X-Men : L'intégrale 1981

    « X-men, l’intégrale 1981 » vaut surtout le détour par les derniers épisodes issus du tandem Claremont-Byrne, même si le spin off avec Cyclope et l’Homme Chose ne manque pas de saveur.

    Comme conscient de ses propres insuffisances, Cockrum s’associe avec d’ autres dessinateurs comme Josef Rubinstein et Bob Wlace avant même de laisser la place à Jim Sherman, Bob Mc Leod, Rubinstein et Brent Anderson dans la dernière partie de l’intégrale mais cela ne suffit pas à recréer la magie de l’association Claremont-Byrne.

    Néanmoins, Fatalis et Magneto constituent des « valeurs sures » de l’univers Marvel et on ne peut pas dire que ces épisodes soient ratés, ils manquent simplement d’imagination et de style !

    Plus d'informations sur ce lien : https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2021/05/x-men-lintegrale-1981-chris-claremont.html

    TDH75 Le 25/05/2021 à 21:55:35
    Spider-Man (L'Intégrale) - Tome 16 - Spider-man : l'Intégrale 1978

    « Spider-Man, l’intégrale 1978 », n’est pas globalement le meilleur des aventures du Tisseur de Toile.

    Bien sur le long passage avec le Bouffon Vert ravira les fans, mais l’épisode s’étire un peu trop dans la durée pour ne pas finir par la lasser.

    Même si les dessins de Andru restent de très bonne qualité, les débuts de Wolfman pourtant talentueux sont poussifs avec une galerie de super criminels « bouche trous » d’assez piètre composition.

    Seul le dernier épisode, court mais succulent, mettant aux prises la légende Captain America allié à notre Tisseur face à une double menace de grande envergure, constitue le must relevant le goût de ce volume un peu trop fade à mon goût.

    A la fin des années 70, Peter Parker semble avoir franchi un cap, perdu sa première amie, terminé ses études, et donc quitté le monde de l’innocence et de l’adolescence qui faisait une de ses particularités.

    Seul son attachement viscéral à sa tante malade reste le principal point d’ancrage du personnage si touchant des débuts.

    Plus d'informations sur ce lien : https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2021/05/spider-man-lintegrale-1978-len-wein.html

    TDH75 Le 24/05/2021 à 10:16:10
    X-Men (L'intégrale) - Tome 10 - X-Men : L'intégrale 1963 - 1964

    J’ai moyennement apprécié cette intégrale.

    J’ai trouvé les dessins de Kirby assez grossiers et très datés ce qui a grandement nui à l’appréciation visuelle de cette bande dessinée.

    Les épisodes avec le Confrérie des Mauvais Mutants sont pour moi les plus captivants car ces derniers présentent également des failles psychologiques intéressantes, telles le double jeu permanent et les velléités de commandement du Cerveau ou les doutes et l’instinct de protection de Vif Argent pour sa sœur.

    J’ai également toujours eu de la sympathie pour le personnage de monstre incompris du Colosse et les problèmes que son invulnérabilité pouvait poser à ses adversaires.

    Malgré son coté expérimental et inabouti, « X-Men, l'intégrale 1963-1964 » peut néanmoins être vu avec le charme de la nostalgie et celui de l’aspect historique de cette série de plus de 50 ans à présent.
    Plus d'informations sur ce lien : https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2021/05/x-men-lintegrale-1963-1964-stan-lee.html

    TDH75 Le 24/05/2021 à 10:13:00
    X-Men (L'intégrale) - Tome 1 - X-Men : L'intégrale 1975-1976

    Sans être un chef d’œuvre absolu, « X-men, l’intégrale, 1975-1976 » contient déjà pour moi les germes du renouveau et des futurs chefs d’œuvres à venir.

    Même si ils n’atteignent pas encore des sommets artistiques, les dessins de Cockrum sont pour moi considérablement plus fins et travaillés que ceux de Kirby, ce qui confère un coté plus réaliste et dynamique à la série.

    A partir d’un effectif de personnage sans doute jugé ingérable par Claremont, un écrémage subtile a lieu, allant de pair avec une éviction progressive des anciens X-men comme Angel ou Iceberg que j’ai toujours trouvé beaucoup moins intéressants que les autres.

    Les scénario sont habiles menant souvent à des affrontements fratricides (personnages possédés mentalement ou répliqués technologiquement) et mènent continuellement aux incessants changements géographiques aux quatre coins du globe qui font toujours fantasmer le lecteur rêveur que je suis.

    Coté adversaire, les Sentinelles ou le Fléau font partie de valeurs sures de l’histoire des X-men et on retiendra l’événement sans doute le plus marquant de la saga : la première transformation de la douce en Jean Grey en inquiétant Phénix.

    Ici Wein et Claremont créent progressivement leur univers et jettent donc les premières bases de l’une des plus prodigieuse saga du monde de la bande dessinée.
    Plus d'informations sur ce lien : https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2021/05/x-men-lintegrale-1975-1976-chris.html

    TDH75 Le 24/05/2021 à 09:58:07
    X-Men (L'intégrale) - Tome 4 - X-Men : L'intégrale 1980

    « X-men, l’intégrale 1980 » est pour moi un des sommets de la bande dessinée.

    Le personnage central de cette tragédie est Jean Grey qui lutte contre un pouvoir sans limite capable de menacer l’univers.

    Jean Grey est donc l’enjeu de la bataille avec le Club des Damnés, Jean Grey est également la raison pour laquelle les X-men acceptent, seuls et contre tous de lutter sur un monde extra terrestre pour la sauver.

    Amitié, amour, sacrifice, mort, deuil, noblesse des sentiments et grandeur des personnages font vibrer le lecteur au rythme d’une saga au souffle purement héroïque.

    Quand on ressort de cette saga on l’impression que les X-men sont des proches et on partage même la douleur cinglante de Cyclope devant la tombe de Jean.

    Bien entendu la splendeur tragique et grandiose des dessins de Byrne sont pour beaucoup pour rendre poignants les scenario géniaux de Claremont.

    Cerise sur le gâteau, l’épisode avec Wendigo, terrifiant de réalisme ne gâche rien à notre plaisir.

    Si vous ne devez en lire qu’un album des « X-men »…il faut que ce soit celui ci.

    Magique, inoubliable, insurpassable !

    Plus d'informations ici : https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2021/05/x-men-lintegrale-1980-chris-claremont.html

    TDH75 Le 24/05/2021 à 09:51:36
    X-Men (L'intégrale) - Tome 3 - X-Men : L'intégrale 1979

    « X-men, l’intégrale, 1979 » est un très grand cru.

    Graphiquement parlant, on peut avancer sans crainte que si Kirby correspondait à la période de la préhistoire, Cockrum à celle du Moyen-Age, Byrne correspond assurément à celle de la Renaissance avec des dessins d’une beauté, d’une classe et d’une finesse exceptionnelles.

    Les scénario sont déjà fantastiques, car si l’affaire Moise Magnum n’a rien d’hors du commun (un brillant ingénieur rendu fou par le pouvoir qui prend en otage une nation), elle a pour conséquence le sacrifice du pouvoir du Hurleur qui traîne ensuite un terrible sentiment d’impuissance et d’inutilité pendant tout le reste de la série.

    La Division Alpha est une équipe presque aussi sympathique et attachante que les X-men, Arcade tueur psychopathe et inventif à la Joker est un charismatique adversaire quand au face à face avec Proteus il est d’un niveau proprement exceptionnel, plongeant chacun des X-men dans de grands troubles psychologiques.

    Outre ces merveilles on notera les premières passionnantes approches de séduction du Cerveau à l’encontre de Jean Grey, qui prenant l’apparence d’un magnifique gentilhomme, Jason Wyngarde, projette Jean dans un puissant monde d’illusions autour de l’époque du XVIII iéme siècle.

    Approches d’autant plus cruelles que dans le même temps Cyclope se détache de Jean en sortant avec Coleen Wing.

    En résumé « X-men, l’intégrale, 1979 » annonce déjà tout du chef d’œuvre à venir !

    Plus d'informations sur ce lien : https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2021/05/x-men-lintegrale-1979-chris-claremont.html

    TDH75 Le 18/05/2021 à 13:32:57
    DC Anthology - Tome 6 - Superman - L'homme d'acier vol. 2

    « Superman, l’homme d’acier 2 » est un ouvrage de très bonne qualité.

    Les dessins de Byrne sont exceptionnels, ceux de Ordway très bons.

    Superman affronte des menaces diverses, que ce soit sous la forme d’ennemis usant d’armes technologiques complexes, ou bien manipulant des sources d’énergie d’origine mystique ou cosmique comme Darkseid et ses fameux rayons oméga.

    L’épopée sur Apokolips avec le redoutable Darkseid, qui présente quelques similarités avec le Thanos du monde Marvel est à mes yeux le point culminant de ce récit.

    Même si je trouve le personnage de Superman à la base trop lisse et trop puissant, je dois avouer ne pas avoir été déçu par la prestation de Byrne qui au milieu des années 80 bascula donc avec succès du monde Marvel à celui de DC.

    Plus d'informations sur mon blog : https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2021/05/superman-lhomme-dacier-tome-deux-john.html

    TDH75 Le 18/05/2021 à 13:15:44
    Wolverine - Punisher - Tome 1 - Révélation

    Malgré son menu alléchant, « Wolverine, Punisher, 1. Révélation » est loin d’atteindre toutes ses promesses et laisse véritablement le lecteur sur sa faim.

    Le graphisme de Pat Lee trop élégant et glacé avec une dominance de teints bleutés ou verts, paraît impropre à des personnages aussi virils et violents que Wolverine et que le Punisher.

    La grande nouveauté de cette histoire est l’évolution du Punisher, qui accède via ses nouveaux pouvoirs à un statut de super héros usant d’armes d’origine mystique ou d’étonnantes facultés de psychométrie ou de cicatrisation comparables à celle de Wolverine.

    En quête de rédemption, le Punisher si il gagne en puissance, perd donc le coté tueur implacable et mauvais garçon qui faisait finalement pratiquement son plus grand attrait.

    Wolverine en revanche est égal à lui même, féroce, courageux, teigneux et doté d’une certaine forme de morale mais ceci ne parvient pas à sauver tout à fait ce thriller religioso-technologique apocalyptique qui peine finalement à convaincre.

    Plus d'informations sur mon blog : https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2021/05/wolverine-punisher-1-revelation-tom.html

    TDH75 Le 16/05/2021 à 17:19:53

    « Joker » est une bande dessinée pour adultes, d’une grande violence, fortement déconseillée aux âmes sensibles.

    Le dessin de Berjemo est superbe, à la fois soigné et d’une noirceur sans limite.

    Personnage principal du récit, le Joker se montre tel que dans le film « The Dark knight », brillant, imprévisible, impitoyable mais semble toutefois poursuivre un but plus logique que dans le film ou il se révèle un agent du chaos plus qu’un criminel organisé.

    J’ai trouvé l’idée d’une narration par un second couteau entrant dans une spirale tout d’abord enivrante puis ou tout finira par lui échapper extrêmement intéressante.

    L’intervention de Batman, bien que tardive montre bien qu’il est le dernier rempart assez solide pour enrayer la terrible mécanique de destruction enclenchée par le Joker.

    « Joker » est une œuvre impressionnante, âpre, dure et sans concession qui malgré ses qualités évidentes demeurera toutefois moins passionnante que les films de Nolan ou Philipps.

    Plus d'informations sur ce lien : https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2021/05/joker-brian-azzarello-lee-berjemo.html

    TDH75 Le 12/05/2021 à 19:53:34
    Hulk (Marvel Monster Edition) - Tome 1 - Montée en puissance

    Mon sentiment sur « Hulk, tome 1, montée en puissance » est plutôt partagé.

    La première partie avec l’Homme Absorbant est fantastique, avec la révélation d’un nouveau et effrayant pouvoir de Creel ainsi que d’une certaine intelligence tactique qu’on ne le lui connaissait pas jusqu’alors.

    Les dessins de la paire Deddato Jr-Fernandez sont superbes, mélangeant puissance et noirceur dans un New York gothique enveloppé d’un froid polaire.

    La deuxième partie ne m’a pas en revanche passionnée.

    Intrigue trop complexe, thème rabattu du complot pseudo gouvernemental, et pas d’ennemis réellement à la hauteur de Hulk.

    Un demi plaisir donc ce qui après tout n'est déjà pas si mal.

    Plus sur ce lien : https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2021/05/hulk-tome-1-montee-en-puissance-bruce.html

    TDH75 Le 12/05/2021 à 09:20:50
    Daredevil (100% Marvel - 1999) - Tome 16 - À chacun son dû

    Ce « Daredevil : a chacun son du » présente une intrigue complexe, dense et sombre avec l’instrumentation par un maître stratège d’une force de la nature, le Gladiateur dans un but inconnu.

    Cependant je n’ai pas été séduit par le style fin de Lark et n’ai jamais trouvé que le Gladiateur, ennemi finalement assez simplet aux armes primitives était un adversaire à la hauteur de Daredevil.

    J’ai donc éprouvé quelques difficultés pour me passionner pour l’intrigue.

    Coté cœur, les problèmes conjugaux de DD, me sont apparus également un peu « bateaux » tant on pouvait se douter sans peine des difficultés à vivre avec un justicier menant une double vie.

    La suite sera sans à mon avis plus intéressante avec l'entrée en lice de Mister Fear, ennemi beaucoup plus retors et difficile à combattre qu’une brute épaisse et limitée comme le Gladiateur.

    Plus d'infos ici :
    https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2021/05/daredevil-chacun-son-du-vol-4-ed.html

    TDH75 Le 09/05/2021 à 18:54:24
    Daredevil (L'intégrale) - Tome 2 - Daredevil : L'intégrale 1982

    Cette intégrale brille surtout par l’enchaînement des deux premiers épisodes mêlant le quatuor mythique, Daredevil, Elektra, Bullseye et le Caïd.

    Dans l’univers glauque et oppressant des bas quartiers du New York des années 80, Frank Miller imprime une atmosphère crépusculaire, étouffante et d’une noirceur sans nom à cette tragédie moderne ou chacun des protagonistes montre des fêlures d’une complexité exceptionnelle.

    Une tueuse prises de remords et hantée par son amour passé, un justicier friable, fidèle en amitié et en amour, un impitoyable caïd de la pègre capable de plier dans l’espoir de revoir sa femme transformée en clocharde et un tueur malade, instable, instinctif, aussi mortel que génial composent donc le formidable univers imaginé par Miller.

    La partie avec le Punisher est également d’un bon niveau, Murdock étant véritablement déchirant dans son refus de la mort d’Elektra.

    On recommandera aussi le « Et si …Elektra n’était pas morte », nerveux et émouvant, créant pour une fois une belle happy-end entre DD et Elektra.

    En résumé, pour ces quelques raisons « Daredevil : l’intégrale 1982 » est un album culte, totalement, indispensable pour le fan de bande dessiné moderne, amateur d’univers sombres et de personnages aussi complexes que torturés !

    Critique complète sur mon blog : https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2021/05/daredevil-lintegrale-1982-frank-miller.html

    TDH75 Le 01/05/2021 à 16:33:24
    X-Men : La Fin - Tome 2 - Humains et X-Men

    Mon sentiment sur "X-men, la fin, tome 2" est que Claremont essaie de renouer avec le chef d’œuvre des années 80 qui était l’avènement puis la mort du Phénix.

    Pourtant cette aventure ne contient pas le coté dramatique et l’émotion surnaturelle que dégageait l’original.

    Les dessins de Sean Chen sont propres et lisses, trop à mon goût, et le nombre très élevé de personnages présents rend presque impossible le développement de sentiments d’attachement pour leurs personnalités.

    Quant à la fin de Wolverine, moi qui m'attendais comme le laissait supposer la couverture (mensongère !) à un affrontement épique avec Dents de Sabre, elle m’a encore plus déçu, en effet, le fait de voir un Wolverine vieux, en fin de course, ayant du mal à rentrer ses légendaires griffes m’a énormément déplu.

    Et finalement la question profonde de ses origines m’intéressant au final assez peu, je me suis assez vite désintéressé de cet affrontement entre deux papys mutants aux griffes émoussées.

    En résumé, une belle tentative, très ambitieuse qui se solde par une déception.

    Et si tout simplement au final, les aventures des X-men et de Wolverine n’étaient pas faites pour avoir une fin ?

    Quelque part ces personnages sont immortels donc avec éventuellement un début mais surtout pas de fin…
    Plus sur ce lien : https://lediscoursdharnois.blogspot.com/2021/04/x-men-la-fin-chris-claremontsean-chen.html