Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les avis de - Rebel

Visualiser les 15 avis postés dans la bedetheque
    Rebel Le 13/01/2020 à 14:10:54

    Un western dans lequel on discerne quelques influences du film d'Arthur Penn "Little Big Man". Le scénario ne laissera pas un souvenir impérissable mais le dessin de Manara est là, élégant et sensuel. Dans cette oeuvre d'avant "Le Déclic", on trouve déjà dans les formes parfaites de Lapin Blanc la femme idéale dessinée par Manara (je pourrais dire la "femme de papier", en paraphrasant le titre de cette BD).
    Pour démentir l'avis d'ALICECOOPER, je précise que l'histoire ne se finit pas bien du tout !

    Rebel Le 31/10/2007 à 16:06:19
    Nova (Jaouen) - Tome 1 - Le châtiment de l'aurore

    Voilà une jolie découverte, comme je les aime, que cet album prometteur qui laisse augurer le début d’un cycle intéressant à plus d’un titre. Ce premier tome n’est pas exempt d’imperfections, certes. Le scénario manque d’originalité (bien que la fin annonce un brutal changement d’échelle dans l’intrigue) et le dessin fait preuve parfois, au hasard des vignettes, de fâcheuses faiblesses. Citons le visage de Kina, pas toujours aussi joli qu’on le souhaiterait. Ou bien les vêtements qui manquent de recherche, à l’image de la robe de cérémonie de la reine mère (curieux titre, soit dit en passant, pour une princesse). Quelle différence avec Nävis dans Sillage ou encore Morgana ! D’ailleurs, les décors eux-mêmes restent froids, austères, pas assez fouillés (à l’image de la salle du trône, désespérément vide, exempte de toute décoration). Là encore, on regrette le foisonnement de détails dans l’architecture et le mobilier qu’on trouve par exemple dans une série comme Myrkos. Ceci dit, il faut reconnaître à Jaouen le talent qui est le sien, l’élégance de son trait qui ne demande qu’à s’affirmer. Si vous en doutiez, je vous engage à aller jeter un œil sur son site http://www.salaunjaouen.com/ où vous pourrez notamment découvrir les crayonnés des premières planches de Nova.
    Espérons donc que les promesses de cet album ne seront pas démenties par le second tome...

    Rebel Le 15/10/2006 à 11:24:10
    Tiffany - Tome 1 - Escrime et châtiment

    Cet album est un petit bijou ! Le dessin est d’une élégance rare, les couleurs aussi lumineuses que l’héroïne, le scénario parfaitement maîtrisé. On cherche vainement des défauts, à moins de se montrer mesquin. Tiffany est une descendante de Jeanne d’Arc (de son frère plus exactement puisque l’illustre Pucelle n’a évidemment jamais eu d’enfant). Elle a hérité de sa lointaine ancêtre un goût pour l’escrime et à défaut d’entendre des voix, elle est capable de lire les pensées. Un don avec lequel Yann s’amuse beaucoup. L’humour est d’ailleurs omniprésent dans l’histoire. On se régale de répliques bien senties et de clins d’œil au lecteur (« Jacob ! Richter ! Une échelle, vite ! »). Mais on ne rit pas toujours. Le ton général est très sérieux, dramatique même. Tiffany va sortir meurtrie de cette histoire qui lui laissera des blessures qu’on imagine douloureuses à cicatriser. Mais elle a une force de caractère qui laisse à penser qu’elle s’en remettra. Et l’on a hâte de connaître la suite de ses aventures !

    Rebel Le 22/03/2006 à 12:11:20
    Magasin général - Tome 1 - Marie

    Une merveille de sensibilité et de tendresse.
    Avec talent, les trois auteurs de cette magnifique histoire nous plongent dans l’univers dur et simple d’un village du Québec avec ses personnages pittoresques : le curé, le charpentier anticlérical, l’institutrice, les grenouilles de bénitier, le simple d’esprit, les frères trappeurs, etc.

    Tout est juste, réaliste. La vie du village est merveilleusement rendue grâce à l’habile mariage des dialogues savoureux et des occupations de chacun. Ainsi, sur deux planches, on assiste à l’accablement de Marie, débordée par les sollicitations de ses clients, mais le regard se porte aussi sur un chat qui surveille un oiseau, puis qui l’attrape, indifférent à l’agitation des humains.

    Les dialogues savent se taire quand toute parole est superflue : une planche muette évoque de façon poignante la mort d’un nouveau-né. La planche suivante résume en six cases muettes les activités d’une journée. La vie s’écoule malgré tout, reprend ses droits ; le chagrin s’efface. C’est magistral !

    Les couleurs riches et sensuelles renforcent le côté charnel du récit en lui donnant l’épaisseur du pastel. J’avais été séduit par le style particulier de François Lapierre en lisant Sagah-Nah où il peint ses cases comme des enluminures. On est à mi-chemin du pastel et de la craie. Ici, son style a évolué, plus sobre mais tout aussi généreux dans l’éventail de sa palette.
    Bref ! une totale réussite !

    Rebel Le 19/02/2006 à 18:21:17
    NYX - Tome 1 - Tome 1

    Sur le plan visuel, cet album est une véritable claque ! N’étant pas particulièrement friand de comics, je ne connaissais pas l’éblouissant dessinateur qu’est Middleton mais ce fut un ravissement de découvrir son trait élégant et ses couleurs lumineuses. Si vous voulez avoir une idée de son talent, je ne saurais trop vous conseiller d’aller jeter un coup d’œil sur son site (http://joshuamiddleton.com/) où se trouve une généreuse galerie d’images. Je n’ai pas vu les comics originaux mais cet album qui les adapte au format de la BD européenne est une vraie réussite. Même si l’on ressent encore les influences du support de départ (vignettes pleine page ou sur deux pages).
    En ce qui concerne le scénario de Joe Quesada (éditeur en chef de Marvel Comics), on se retrouve en plein dans l’univers des X-Men mais sans la débauche d’effets spéciaux à laquelle on pourrait s’attendre. L’action reste sobre et réaliste. L’héroïne est une adolescente en révolte, mal dans sa peau, et qui ne s’est jamais remise de l’assassinat de son père. Fragile et tout près de sombrer dans la drogue et la délinquance, sa vie va basculer en découvrant qu’elle est une mutante et a le pouvoir de figer le temps. Elle rencontrera une autre mutante, autre adolescente paumée qui se prostitue. (Pour les connaisseurs, il s’agit de X-23, clone de Wolverine, qui apparaît dans X-Men : Evolution). L’aspect psychologique des personnages est richement traité. Leurs destins amers s’entrecroisent au sein d’une histoire tragique qui ne peut laisser indifférent.
    Un magnifique album à découvrir !

    Rebel Le 15/02/2006 à 12:35:26
    Zone sinistrée - Tome 1 - La communauté

    Zalozabal a encore frappé ! J’avais découvert cet auteur hors normes avec l’excellente série « Du Grunge en génétique », avec Bayeto au scénario. Cette fois, il se lance seul dans une série de science fiction déjantée avec ce style inimitable qui l’identifie immédiatement : corps déformés aux membres disproportionnés,muscles saillants, décors torturés… On aime ou pas. Moi, j’adore. Les couleurs sont magnifiques, la mise en page brillante. L’histoire se déroule en 2018, sur une terre ravagée par les catastrophes naturelles et humaines. Un monde où se débattent des personnages meurtris par la vie : Doug, policier recherché par plusieurs gangs pour rembourser des dettes de jeu, et Laura, danseuse dans un bar sordide, qui doit s’occuper seule de son fils Andy, atteint de la « peste baveuse ». Cette nouvelle maladie étrange est au cœur de ce premier tome envoûtant auquel on espère une suite très prochaine.

    Rebel Le 15/02/2006 à 12:25:19
    Du grunge en génétique - Tome 2 - Time out

    Ce tome 2 est aussi sensationnel que le premier. Meilleur même. Les couleurs sont extraordinaires, avec un travail sur les reflets particulièrement soigné. Certaines planches sont de purs chefs-d’œuvre : découpage irréprochable, design inventif, action… sanglante ! L’histoire est violente, certes, mais non dénuée d’humour. Comme en témoigne la planche finale. On y apprend, entre autres, les circonstances de la mort des auteurs eux-mêmes, Zalozabal et Bayeto. Une façon de laisser entendre que cette série est terminée ? Dommage, j’aurais dégusté avec plaisir un tome 3…

    Rebel Le 15/02/2006 à 12:24:11
    Du grunge en génétique - Tome 1 - Révélations

    Quel choc ! Au-delà de son titre, cette BD de science-fiction est effectivement une révélation. Le dessin est particulièrement original. Dérangeant, diront certains puristes. Car Zalozabal fait voler en éclats les canons du dessin académique. Son héroïne a un visage anguleux, un cou interminable, un corps élastique à la taille de guêpe, mais tout fonctionne : Umma est terriblement sexy. Les couleurs sont magnifiques. Le scénario est captivant. Peut-être un peu trop complexe quand même. Mais là aussi, ça fonctionne. On croise des personnages délirants, des monstres impitoyables. Umma se retrouve aux prises avec une multinationale de la génétique, une église totalitaire, une secte mystérieuse, la mafia russe, et j’en passe. Bref ! On s’amuse beaucoup. Un régal !

    Rebel Le 12/10/2005 à 14:55:24
    Sillage - Tome 8 - Nature Humaine

    Nävis n’est plus seule dans l’univers ! D’autres humains subsistent, naufragés sur une planète hostile et perdue. Et notre héroïne va découvrir ces derniers échantillons (représentatifs ?) de sa propre espèce en voie d’extinction... Et l’on reste navré pour elle de ses cruelles désillusions. Morvan a-t-il un compte à régler avec l’Humanité ? Car si l’on excepte le personnage si lumineux et attachant de Nävis, il semblerait que tous les Hommes ne soient que des pantins falots, méprisables, et qu’aucun d’entre eux ne soit digne de respect. Qu’aucun d’eux ne puisse se hisser à la hauteur de Nävis, à l’image des extra-terrestres aussi nobles qui ont gagné son amitié : le défunt Mackel-Loos, le fidèle Bobo, le paternel et exemplaire Snivel (un robot, pourtant !). Même le froid magister et l’inquiétant Atsukau font preuve de noblesse d’âme. Alors pourquoi Nävis ne rencontrerait-elle pas un Homme qui, pour une fois, illustrerait autre chose que les défauts et les bassesses d’une espèce à laquelle on n’ait pas honte d’appartenir ? Mais bon ! Espérons que Morvan nous réserve des lendemains moins déprimants et que son héroïne retrouve foi en la « Nature Humaine ». Elle mérite bien cela.
    En ce qui concerne le travail de Buchet, il est tout simplement d’une qualité extraordinaire. Le dessin, les couleurs, le design des décors et des costumes (la planche 20, notamment, nous permet d’admirer les tenues et coiffures diverses de notre charmante héroïne), tout est parfait !

    Rebel Le 05/10/2005 à 10:38:55

    Noir et dérangeant. Voilà les mots qui me semblent caractériser ce cycle fantastique en 5 tomes. Le dessin (on a envie de dire la peinture), la mise en page, les couleurs volontairement ternes et à la palette réduite, tout cela forme un ensemble cohérent et original qui plonge le lecteur dans un univers oppressant... où il ne tarde pas à s’égarer ! Car le scénario est d’une complexité qui s’apparente à un puzzle dans lequel viennent s’imbriquer des références à Lovecraft (le mythe de Cthulhu) et à la légende du Hollandais Volant (le Vaisseau fantôme). Alors, on aime ou pas, on se laisse prendre ou non. Pour ma part, à partir du tome 3, j’ai commencé à décrocher pour finir par ne plus rien comprendre à l’histoire que j’étais en train de lire, confondant même certains personnages. Le style nerveux de Sorel contribue à cette confusion tout comme le télescopage des lieux et des époques. On ne sait plus très bien où l’on est (Venise, Ostende, la Mer du Nord, l’Ile des Morts...), ni quand. Et l’histoire se « termine » de la façon la plus nébuleuse qui soit, avec des phylactères flottants qui ne se relient plus aux personnages, laissant au lecteur le soin d’imaginer ce qu’il veut. En conclusion, l’Ile des Morts est une œuvre atypique et forte. Mais il me semble que ses auteurs n’ont pas réussi à la maîtriser suffisamment. Peut-être, après tout, est-ce cela qui plaira à certains ?

    Rebel Le 21/07/2005 à 21:49:11
    Okko - Tome 1 - Le cycle de l'eau I

    La couverture, superbe, laissait déjà entrevoir chez Hub (dessinateur que je ne connaissais pas) un sens de la composition remarquable. La première planche le confirme aussitôt, et plus encore ! Je suis resté longtemps avant de tourner la page, me régalant de la beauté de chaque vignette : découpage soigné, élégance du trait, minutie des détails, richesse des couleurs… On en prend plein les yeux. Le scénario est à la hauteur du dessin : Okko, samouraï sans maître et chasseur de démons (l’histoire se déroule dans un univers oriental parallèle et fantastique), se lance à la recherche d’une jeune geisha au dos tatoué d’un poisson. Celle-ci a été enlevée par une femme mystérieuse et cruelle, qui dissimule son visage. Okko est le héros, si l’on se réfère au titre de la série, mais les personnages dits secondaires qui l’accompagnent dans sa quête sont aussi forts. Mention spéciale pour les couleurs (les clairs de lune sont particulièrement réussis). Bref ! Une totale réussite et un coup de cœur mérité. Vivement la suite et fin annoncée !

    Rebel Le 16/07/2005 à 12:12:58
    Galata - Tome 1 - Le poète assassiné

    Une couverture réussie, un marque-page offert, une première planche engageante, un prix correct. Je feuillette l'album sans trop vouloir déflorer l'intrigue ni le plaisir de la découverte: ça m'a l'air plein d'action et d'exotisme. J'achète!... Mais quelle déception une fois parvenu au terme de ce premier tome fade et mal maîtrisé! On n'entre jamais vraiment dans cette histoire de complot dont le héros découvre le coupable à peine débarqué (à moins qu'il ne soit sur une mauvaise piste tant il paraît aussi développé des muscles que léger du cerveau). Et le dessin n'aide pas à prendre au sérieux le décor historique d'Istambul, trop anguleux et glacé, sans poussière, sans vie, sans un seul oiseau dans le ciel. La caraque vénitienne qui arrive en dérapage contrôlé (pl.9) et qui éclabousse les quais comme un hors-bord est à hurler de rire. Les proportions sont mal respectées: le héros se coltine avec une autre brute qui, en l'espace de 3 planches consécutives, paraît à peine plus grand que lui, puis faire trois fois sa taille pour finir par n'arriver qu'à la croupe d'un cheval. On pourrait penser que je pinaille mais cette accumulation de maladresses finit vite par agacer le lecteur attentif. Cependant, les couleurs sont plutôt réussies, sans être à tomber, et certaines scènes d'action sont bien rendues. Ce qui est maigre pour inciter à acheter la suite. Mis à part, peut-être, le mystère d'une épouse séquestrée et cachée par son mari. Cachée, à l'image de la gent féminine extraordinairement absente de ce tome.

    Rebel Le 09/01/2005 à 10:36:23
    L'ennemi - Tome 2 - Sorcière

    La couverture, cette fois-ci beaucoup plus réussie, laisse penser que les auteurs maîtrisent davantage leur talent. La première planche, très originale, nous le confirme en nous replongeant directement dans l'ambiance très angoissante de cette série qui oscille entre thriller et occultisme. Le dessin et la couleur sont beaucoup plus travaillés que le premier tome. Il n'y a qu'à voir le soin porté aux décors, les motifs des tapisseries. Le scénario reste on ne peut plus noir. Noir et... rouge sang!

    Rebel Le 09/01/2005 à 10:27:15
    L'ennemi - Tome 1 - Les mouches

    J'ai acheté cette BD malgré sa couverture que je trouve ratée. Le dessin des planches intérieures est cependant prometteur, très élégant, très lisible. Des défauts apparaissent ici et là : certains visages anguleux, les voitures schématisées... et les mouches qui, à l'instar de celle de la couverture, ressemblent à tout sauf à des mouches. Le travail sur la couleur est aussi inégal que le dessin: certaines planches sont bien rendues, d'autres banales. Reste l'histoire qui accroche suffisamment pour avoir envie de connaître la suite. Car ce tome met seulement en place les personnages et laisse juste entrevoir les ressorts de l'intrigue.

    Rebel Le 12/07/2004 à 20:04:30
    Ring Circus - Tome 4 - Les Révoltés

    Je suis un fan de cette série exceptionnelle au dessin original, aux couleurs chaudes, aux décors soignés, aux dialogues savoureux et vivants. Chaque vignette est un petit chef d’œuvre de composition où l’on ne se lasse pas d’admirer chaque détail.
    Oui mais voilà : ce dernier tome casse un peu la magie !
    D’abord, le coloriste n’est plus Pedrosa mais Christophe Araldi qui, s’il fait ici un boulot très correct, livre un résultat qui n’est pas à la hauteur des teintes raffinées des tomes précédents. Les couleurs sont glacées, sans nuances, informatisées. Il y manque le « grain » du papier qui donnait au travail de Pedrosa une vibration proche de l’aquarelle.
    Ensuite, le scénario nous laisse vraiment sur notre faim. On tourne en rond, sans que se résolvent les mystères qui planaient sur le récit. Jerold et Blanche n’en finissent pas de se brouiller et de se réconcilier. Lunaire garde son secret sur l’origine de ses pouvoirs magiques et sur son rôle aussi trouble qu’énigmatique. (On se contentera juste de savoir qu’il a un lien avec un maître aussi obscur que lui, sorte de Raspoutine qui vient précisément de mourir). On ne saura rien non plus du destin de l’enfant de Blanche, ni de celui de Jerold. Et le Ring Circus vient à peine de parvenir enfin à destination qu’il lui faut faire demi-tour… Bref ! L’histoire s’achève en queue-de-poisson et il m’a fallu relire plusieurs fois le mot « Fin » pour me convaincre qu’il n’y aurait pas un cinquième tome.
    Pour reprendre les propres mots d’Anthonin : « Pour une déception, c’en était une, et pas des moindres. »
    Je ne voudrais pas me montrer trop sévère, toutefois, avec ce que je considère comme une des plus novatrices séries de BD qui soient ! C’est justement parce que j’ai adoré le charme et l’atmosphère qui se dégagent de cette histoire aux personnages attachants que je fais ces quelques réserves sur sa fin au goût d’inachevé. Et si je donne la note de 7 à ce dernier tome, la série mérite largement les 9/10 !