Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les avis de - PEB

Visualiser les 121 avis postés dans la bedetheque
    PEB Le 23/07/2020 à 21:09:09
    Bernard Prince - Tome 1 - Le Général Satan

    Le premier album de Bernard Prince fleure bon la nostalgie des années 60 (voir la blonde Burma Diego, physiquement caricaturale, ou encore la représentation des sauvages africains, aux relents vaguement racistes). Le scénario est typique des bédés d'aventure de l'époque, avec un héros sans peur et sans reproche confronté à mille péripéties, et dont il parvient toujours à triompher avec astuce et le minimum de violence.

    Clairement démodé, à réserver aux fans de la première heure (la nostalgie des bédés de son enfance, c'est comme les goûts: ça ne se discute pas!), et aux fans de Hermann, qui débute dans la bande dessinée avec cette série.

    PEB Le 22/07/2020 à 23:04:35
    Durango - Tome 1 - Les chiens meurent en hiver

    Un western très classique, clairement sous influence des westerns spaghettis (Durango ressemble à Clint Eastwood aussi bien physiquement que par son mutisme, et les personnages féminins sont également manifestement très inspirées des héroïnes de Sergio Leone). La neige donne une saveur particulière à cette histoire dont le scénario très convenu. Le dessin de Swolfs est clairement le point fort de cet album, aussi bien les personnages que les décors.

    Un bon divertissement.

    PEB Le 22/07/2020 à 21:17:42
    Djinn (Dufaux/Mirallès) - Tome 3 - Le tatouage

    Je n'ai pas pu aller plus loin dans la lecture de cette série. Je n'ai même pas réussi à finir ce volume tant c'est mauvais. Et c'est même de pire en pire avec chaque album successif.

    je vous renvois à ma chrnoqie du premier volume pour une critique plus complète.

    PEB Le 22/07/2020 à 21:16:01
    Djinn (Dufaux/Mirallès) - Tome 2 - Les 30 clochettes

    Il semble que je sois le seul avec Bibi 37 (et avec Chris, au commentaire duquel je souscris) à ne pas apprécier cette série. Dufaux et Mirallès ont créé la première bédé érotique qui vous fera bailler (un comble!) ou hausser les sourcils devant une telle accumulation de clichés et d'invraisemblances. Voir ma chronique du premier volume pour des commentaires plus détaillés!

    PEB Le 22/07/2020 à 21:10:21
    Djinn (Dufaux/Mirallès) - Tome 1 - La Favorite

    Dufaux est auteur extrêmement prolifique, touche à tout. Trop sans doute: il y a dans sa bibliographie des œuvres majeures (Murena, Giacomo C), des œuvres mineures… et il y a Djinn.

    Je n'ai pas cité Murena et Giacomo C en référence sans raison. Dufaux excelle dans les reconstitutions historiques soignées. Aussi, je m'attendait à découvrir avec ce Djinn la cour du sultan ottoman en 1912, une découverte du mystérieux harem, des intrigues de cour documentées et sophistiquées… Il n'en est rien. L'introduction de l'auteur laisse d'ailleurs planer le doute: entre fidélité historique et clichés (sic), de quel côté la balance va-t-elle pencher?

    L’ambiguïté ne dure pas: la reconstitution historique est inexistante. Le fameux harem n'apparait que sur quelques rares pages. Tout le reste n'est qu'un salmigondis mêlant une chasse au trésor aux temps modernes (prétexte pour soumettre l'héroïne à toutes sortes de sévices soit-disant érotiques) et un vague complot à l'époque du "sultan noir" Murati, lequel n'a jamais existé (en 1912 le sultan ottoman est Mehmed V et il n'a plus guère de pouvoir).

    Bref, loin d'une reconstitution historique soignée, Dufaux nous sert une ratatouille inintéressante, prétexte à dénuder non pas une mais deux héroïnes à deux époques différentes. Pourquoi pas, après tout. Le problème, c'est que si Dufaux est très bon pour les intrigues historiques, il ne brille manifestement pas dans le style érotique… Le trait de Mirallès (au passage, comment une femme a-t-elle pu accepter de dessiner un ouvrage aussi caricaturalement machiste, ça me dépasse!), n'aide guère. Autant ses personnages masculins sont soignés et leurs traits variés, autant les personnages féminins se ressemblent un peu tous… Les dialogues ne sont pas non plus très inspirés… Du coup, on baille (et ce n'est pas vraiment le but recherché par une série censément érotique), on se gratte la tête devant l'accumulation de clichés, et au final on s'ennuie ferme.

    J'ai tenu jusqu'au milieu du 3e album. Et vous?

    PEB Le 22/07/2020 à 20:42:53
    Les Écluses du ciel - Tome 1 - La marque de Morgane

    Voilà un album qui fleure bon les années soixante : des gentils très gentils, des méchants très méchants, un déroulé un peu mou et très convenu… Comment ça, cet album a été publié en 1983 ???

    Bon, c'est franchement désuet. Pas mauvais, juste gentiment désuet… Le dessin lui-même, très conventionnel, fleure bon les années soixante…

    Pour être honnête, on s'ennuie un peu…

    PEB Le 13/06/2020 à 18:37:31
    Le dernier Templier - Tome 5 - L'œuvre du démon

    Ce premier volume du deuxième cycle débute 3 ans après la fin du premier cycle. On reprend les mêmes personnages… et la même thématique… et le même mécanisme d'alternance entre scènes contemporaines et de l'époque des templiers. Une nouvelle resucée du Triangle secret, donc.

    Ce deuxième cycle suscite toutefois un peu plus d'intérêt que le premier. Le rythme est plus enlevé, avec une plongée immédiate dans l'action. Les personnages prennent un peu d"épaisseur, le découpage est meilleur et le suspens au rendez-vous. Sans aucun doute, le remplacement de Miguel Lalor par Bruno Rocco au dessin a fait le plus grand bien.

    Au final, une série qui ne brille pas par son originalité, mais qui se montre divertissante.

    PEB Le 13/06/2020 à 18:00:18
    Le dernier Templier - Tome 4 - Le faucon du temple

    Le dénouement de ce premier cycle laisse pantois: un ultime retournement est expédié en quelques cases de la dernière page?! Le moins qu'on puisse dire est qu'on reste sur sa faim. D'autant que les invraisemblances et les coïncidences forcées s'accumulent avant cette ultime pirouette scénaristique.

    Ce dernier templier ne restera pas dans les annales de la bédé…

    PEB Le 13/06/2020 à 17:58:25
    Le dernier Templier - Tome 3 - L'Église engloutie

    Le principal intérêt de ce troisième tome est de nous rapprocher du dénouement, et de jouer au jeu des sept erreurs avec le Triangle secret de Convard.

    PEB Le 13/06/2020 à 17:57:45
    Le dernier Templier - Tome 2 - Le chevalier de la crypte

    Le deuxième tome ne fait qu'accentuer l'impression du premier. Aux défauts déjà énoncés (manque de rythme, personnages superficiels, dessin impersonnel), s'ajoute le fait que l'histoire reprend maintenant vraiment tous les poncifs du Triangle secret, on frôle le plagiat: recherche d'un secret sur la vie de Jésus, affrontement avec entre l'église et les templiers, et entre l'église et ceux qui cherchent la vérité, alternance de flashbacks et d'épisodes contemporains…

    Noter que cette bédé est tirée d'un roman de 2005, donc postérieur à la publication du Triangle secret de Convard…

    PEB Le 13/06/2020 à 17:53:05
    Le dernier Templier - Tome 1 - L'encodeur

    Une bédé qui surfe sur le succès du Triangle secret.

    L'histoire est peu rythmée, le dessin de personnalité. Les personnages manquent de profondeur. A voir dans la durée…

    PEB Le 04/04/2020 à 16:26:57
    Philip et Francis (Les Aventures de) - Tome 2 - Le Piège machiavélique

    Une amusante parodie du Piège Diabolique. La trame est plus construite que dans "Menaces sur l'empire", le récit plus fluide, mais l'humour est plus mou, moins caustique. Quelques redites même.

    Pas désagréable, mais pas un chef d’œuvre.

    PEB Le 04/04/2020 à 10:56:52
    Philip et Francis (Les Aventures de) - Tome 1 - Menaces sur l'Empire

    Parodie sympathique de Blake et Mortimer. Des références appuyées aux véritables aventures (la Marque Jaune, notamment), un humour pas toujours très subtil mais qui fait parfois mouche. La parodie du côté British des véritables aventures est particulièrement réussi. Le dessin est dynamique, le scénario rythmé.

    Pas un chef d’œuvre mais une bonne lecture.

    PEB Le 03/04/2020 à 23:14:12
    Largo Winch - Tome 22 - Les Voiles écarlates

    Ce 22e volume conclut le premier diptyque de l'ère post Van Hamme. La construction de ce diptyque est parfaitement fidèle à ce que pratiquait Van Hamme: un premier volume qui met l'intrigue en place, et un deuxième volume qui la dénoue. Il en résulte, comme presque à chaque fois, un 2e volet où s'enchaînent scènes d'actions et rebondissements.

    Cet album clôt toutes les pistes ouvertes dans l’album précédent de manière fort classique. Rien de révolutionnaire, c'est plaisant à défaut d'être surprenant. En tout cas, c'est fidèle à l'esprit qu'avait insufflé Van Hamme à la série! Côté dessin, le même regret qu'au volume précédent: les top modèles blondes de Francq se ressemblent tellement qu'elles en deviennent difficiles à distinguer autrement que par leurs vêtements!!

    PEB Le 03/04/2020 à 22:28:15
    Largo Winch - Tome 21 - L'Étoile du matin

    Giacometti succédant à Van Hamme comme scénariste de Largo Winch, c'est peu de choses de dire qu'il était attendu au tournant.

    De fait, depuis plusieurs tomes, la mécanique Largo Winch tournait un peu au ralenti, ronronnait tranquillement, en mode "pilotage automatique". Seul le dernier tome avait créé une certaine surprise, reléguant Winch à l'arrière plan de sa propre histoire. Giacometti avait donc le choix, sans qu'on puisse l'accuser de trahir le maître: soit continuer cette nouvelle inflexion et creuser la piste d'un Largo nouveau, soit revenir aux fondamentaux.

    Ce nouvel opus est clairement un retour aux sources. Les personnages du diptyque précédent sont vite expédiés, et voilà Largo confronté à une bonne grosse machination financière façon "O.P.A.". On retrouve les scénarios documentés, nourris de l'actualité politico-économique du moment (les altermondialistes, le mouvement 99%, les opérations boursières automatiques, l'influence nouvelle de Twitter/Facebook), une approche que Van Hamme avait peu à peu délaissée. Quelques évolutions toutefois: l'ambiance de séduction légère, un brin misogyne, s'efface; Largo est plus sérieux, Simon effacé, quant à Silky Song, elle a carrément disparu. Autre différence, l'intrigue est moins foisonnante, le rythme un peu plus lent.

    Côté dessin, aucune surprise, Francq est égal à lui-même, tant dans ses qualités (magnifiques décors!) que dans ses défauts (pourquoi ses blondes se ressemblent-elles toutes? Il y a trois personnages féminins que je peine à distinguer!).

    Malgré ces quelques changements donc, Van Hamme ou pas, Largo reste Largo, et ce 21e opus est le meilleur depuis longtemps.

    PEB Le 03/04/2020 à 20:42:48
    Largo Winch - Tome 20 - 20 secondes

    Le 20e et dernier Largo Winch scénarisé par Van Hamme est finalement assez… contrasté. Certes, on retrouve les ingrédients qui ont fait le succès de la série: intrigues complexes, action, jolies filles, séduction, gros sous… Mais cette fois l'intrigue est un peu molle, les histoires se terminent sans grand panache, c'est moins haletant qu'à l'accoutumée. En fait, on a l'ipression que ce n'est pas vraiment l'histoire qui importe ici. En effet, alors que la série peinait à se renouveler, recyclant album après album les mêmes poncifs, cet épisode est surprenant à plus d'un titre. Ce qui saute aux yeux, d'abord, c'est que Largo est complètement dépassé dans cette aventure! Il ne contrôle rien, il est balloté d'une case à l'autre et d'une page à la suivante, sans brio ni relief! Il n'est pas le héros de ce 20e volume, il en est le décor… En fait, ceux qui mènent cet épisode d'un bout à l'autre, ce sont… les femmes! Les nouvelles venues bien sûr (Naheen et le Commandant), et les anciennes aussi (Silky, Pennywinkle, sans oublier Leone). Les hommes, qui ont dominé de la tête et des épaules les 19 épisodes précédents sont ici falots, dominés, chahutés, manipulés: Largo, mais aussi et surtout Simon, Cochrane, et ême les méchants — l'imam, Reynolds…

    Est-ce un clin d’œil volontaire de de la part de Van Hamme? A-t-il délibérément choisi de conclure son dernier scénario pour cette série, taxée (parfois à raison) de machisme, par la revanche des femmes? Et sur une note amère pour nos héros masculins, Largo, amoureux solitaire, Simon, rejeté par ses amis?…

    Francq, en revanche, est égal à lui-même… lui peine à se détacher d'une certaine tendance machiste: ses femmes sont toutes, blondes ou brunes, uniformément calibrées comme des couvertures de magazines…

    Un bon album au final… le plus atypique de la série!

    PEB Le 03/04/2020 à 13:29:11
    Largo Winch - Tome 19 - Chassé-Croisé

    Après un tome 18 franchement décevant, Van Hamme concocte une intrigue mêlant cette fois-ci espionnage industriel, terrorisme islamique et agents doubles (triples? quadruples? on s'y perd). C'est à nouveau efficace, à défaut de renouveler la série.
    Le changement de format n'apporte pas grand chose, à part une augmentation de prix... et plus de place dans la bibliothèque!

    PEB Le 02/04/2020 à 20:10:05
    Largo Winch - Tome 18 - Colère rouge

    Hmmmm… Fin peu inspiré de ce diptyque qui ramène Largo en Turquie , sur les pas de ses premières aventures. Une trame laborieuse et peu convaincante, des scènes d'action sans conviction et peu crédibles, un dénouement franchement rapide (pour ne pas dire bâclé)… Quant à la partie de l'intrigue qui suit les tribulations de Simon, déjà pas très enthousiasmante dans le premier tome, elle vire carrément au ridicule dans celui-ci: ce n'est pas drôle, c'est grotesque… Même le dessin de Francq n'échappe pas à la critique: la nouvelle Winch Tower qui apparait à la dernière page n'a pas grand chose à voir avec le même bâtiment à la page précédente!

    De très loin le volume le plus faible depuis le début d'une série qui peine à se renouveler.

    PEB Le 02/04/2020 à 13:31:00
    Largo Winch - Tome 17 - Mer noire

    Nouvel album plaisant et sans surprise. Cette fois, Largo est confronté à des difficultés avec sa division marine marchande.

    Quelques facilités scénaristiques (l'enquête de Simon en Suisse, la douanière turque qui tombe à point nommé...).

    On reprend les mêmes ingrédients set on recommence. Pas révolutionnaire, mais plaisant.

    PEB Le 01/04/2020 à 23:23:30
    Largo Winch - Tome 16 - La voie et la vertu

    Un album fort divertissant, malgré quelques approximations étonnantes de la part de van Hamme (par exemple, le système judiciaire de Hong-Kong étant indépendant de celui de la Chine populaire, une extradition de Largo vers la Chine n'est pas possible!).

    Classique et efficace, mais sans surprise majeure.

    PEB Le 01/04/2020 à 22:57:04
    Largo Winch - Tome 15 - Les trois yeux des gardiens du Tao

    Largo entre Saint-Tropez et Hong-Kong.

    Une fois de plus le cahier des charges est rempli. Sans surprise, l'intrigue est pleine… de surprises! Ce nouveau tome ravira les aficionados et laissera les autres de marbre, tant la recette qui a fait le succès et les qualités de la série sont au rendez-vous — mais sans s'en écarter d'un iota.

    Rien de nouveau sous le soleil de Largo Winch, donc, mais une nouvelle aventure où l'on retrouve notre héros, entouré de ses amis, confronté aux fantômes de son passé… et à de nouveaux méchants bien machiavéliques… comme il convient!

    PEB Le 01/04/2020 à 22:25:04
    Largo Winch - Tome 14 - La loi du dollar

    Fin de l'aventure débutée dans le tome précédent, "Le Prix de l'argent". Ce diptyque met en valeurs un certain nombre de personnages secondaires, dont la caricaturale Silky Song. Le cahier des charges est rempli: action, rebondissements, complots, sur fond de magouilles financières.

    Rien à redire, c'est du solide.

    PEB Le 01/04/2020 à 20:44:52
    Largo Winch - Tome 13 - Le prix de l'argent

    Intéressant album, dans lequel Van Hamme, par l'intermédiaire de son héros, s'attaque aux dérives du capitalisme moderne. Une nouvelle fois l'intrigue est bien construite t maitrisée, on apprécie quelques variations dans le comportements des seconds rôles (Freddy et Simon). Quelques personnages secondaires originaux (l'aveugle) ou caricaturaux (l'asiatique championne d'arts martiaux).

    Malgré ces poncifs, on s'amuse bien. Un bon cru.

    PEB Le 01/04/2020 à 14:59:15
    Largo Winch - Tome 12 - Shadow

    De fait, Francq et Van Hamme assurent avec constance. On ne s'ennuie pas, les rebondissements et l'action abondent toujours.

    Finit-on par se lasser? Où bien la série peine-t-elle à se renouveler?

    Ça ronronne tranquillement, la surprise n'est plus vraiment là. Mais on ne s'ennuie pas!

    PEB Le 01/04/2020 à 13:16:31
    Largo Winch - Tome 11 - Golden Gate

    Retour à une machination d'ordre financière. Désormais classique avec cette série, une intrigue rocambolesque et pleine de surprises. Largo et Simon évoluent cette fois dans le monde de la télévision, entre San Francisco et Reno, toujours entourés de demoiselles plus pulpeuses les unes que les autres.

    Classique mais efficace.

    PEB Le 31/03/2020 à 22:54:55
    Largo Winch - Tome 10 - ... Et mourir

    Un Largo Winch qui se lit comme on regarde un James Bond: poursuite et fusillades, complots et jolies filles, retournements de situation improbables et bombes désamorcées à l'ultime seconde…

    Du grand spectacle, magnifiquement illustré par la plume, toujours très cinématographique, de Francq.

    PEB Le 31/03/2020 à 22:14:42
    Largo Winch - Tome 9 - Voir Venise...

    Venise, du pétrole, des terroristes, un majordome d'élite… Largo Winch se retrouve à nouveau mêlé à un imbroglio des plus louches…

    Bien que le rythme reste enlevé et le dessin de Francq irréprochable, on reste un peu sur notre faim, avec le sentiment que, finalement, il ne s'est pas passé grand chose… Mais comme on ne s'est pas ennuyé une minute, on attend la suite avec impatience!

    PEB Le 31/03/2020 à 20:47:33
    Largo Winch - Tome 8 - L'heure du tigre

    Ce huitième tome permet de conclure l'histoire débutée lors du précédent; Largo Winch achève sa promenade en treillis dans la jungle birmane après de nouveaux rebondissements. Et encore une machination machiavélique de déjouée!

    Francq se délecte au dessin, nous régalant une fois de plus de ses plans cinématographiques (plongées et contre-plongées vertigineuses, poses dynamiques, visages expressifs…).

    Francq et Van Hamme au sommet de leur art.

    PEB Le 31/03/2020 à 19:25:35
    Largo Winch - Tome 7 - La forteresse de Makiling

    Septième tome et première partie de la quatrième aventure de Largo Winch. Cette fois, adieu costards/cravates et machinations bancaires, et bienvenue dans la jungle birmane!

    Van Hamme concocte ici une aventure somme toutes assez classique, mais tout à fait efficace, avec pléthore d'action. Philippe Francq est aussi à l'aide avec le vert de la jungle qu'avec le gris des buildings new new-yorkais, et s'en donne à cœur joie pour donner corps à d'exotiques beautés orientales.

    Magnifique album.

    PEB Le 31/03/2020 à 13:06:34
    Largo Winch - Tome 6 - Dutch connection

    "Dutch Connection" conclut (en beauté) l'histoire débutée dans le volume précédent, "H"; Largo Winch est aux prises avec un réseau de trafiquants d'héroïne implanté dans son propre groupe. De cascade en rebondissement, de coup d'éclat en morceau de bravoure, Van Hamme mène sa barque tambour battant sans laisser une seconde (une page?) de répit au lecteur.

    Les dessins de Francq dont parfaitement adaptés pour traduire en images cette aventure capitaliste des temps modernes.

    PEB Le 30/03/2020 à 23:01:41
    Largo Winch - Tome 5 - H

    Une nouvelle fois, Largo Winch se retrouve empêtré dans une situation impossible. Van Hamme nous gâte avec une intrigue machiavélique, des rebondissements inattendus et une histoire sans temps mort, sur fond de trafic de drogue. Et, comme d'habitude, le scénario est solidement documenté, ce qui ne fait qu'augmenter sa crédibilité.

    Une fois de plus, le dessin de Philippe Francq est à la hauteur.

    Excellent premier volet pour ce troisième diptyque de la série.

    PEB Le 30/03/2020 à 20:57:35
    Largo Winch - Tome 4 - Business Blues

    Plus c'est gros, plus ça passe… Les multiples intrigues débutées dans le tome précédent, "O.P.A.", trouvent ici leur dénouement. C'est tellement ordu et brillant que l'on ne peut que fermer les yeux devant les artifices scénaristiques par lesquels le héros sans peur et sans reproche parvient toujours à s'en sortir in extremis avec panache. Van Hamme nous manipule et nous balade pour notre plus grand plaisir, secondé par le dessin irréprochable de Philippe Francq.
    Un classique.

    PEB Le 30/03/2020 à 18:59:12
    Largo Winch - Tome 3 - O.P.A.

    Impressionnant.

    Van Hamme réussit à passionner le lecteur avec une histoire d'OPA... Qui l'eût cru possible??? L'intrigue, complexe, mène au moins 4 histoires de front dans le premier volet d'un diptyque encore plus prenant que le premier.

    Le dessin de Francq pue l'argent facile (qui a dit que l'argent n'a pas d'odeur?) et le mauvais goût.

    Une œuvre majeure du début des années 90.

    PEB Le 30/03/2020 à 13:49:42
    Largo Winch - Tome 2 - Le groupe W

    Ce deuxième volume termine l'histoire commencée avec "L'Héritier". Il permet d'en savoir plus sur Largo et ses origines, et lève le voile sur les machinations dont il a été victime.

    Van Hamme est au sommet de son art. Le rythme est haletant, les retournements de situation s'enchaînent, et le dessin de Francq, riche, précis, illustre à merveille cette aventure rocambolesque.

    Très recommandé.

    PEB Le 30/03/2020 à 13:08:34
    Largo Winch - Tome 1 - L'héritier

    Dans ce premier volume de cette série à succès, on retrouve un peu tous les poncifs et clichés, ainsi que les tics propres à Van Hamme: un héros séduisant et séducteur, généreux et plein d'humour, doué pour à peu près tout, qui se retrouve dans des situations invraisemblables dont il parvient toujours à s'extraire. Mais comme c'est narré avec talent, fort bien dessiné par Francq, et pimenté par l'idée originale d'installer l'intrigue dans le monde des affaires, on ne peut que se laisser prendre au jeu.

    Une série à suivre.

    PEB Le 29/03/2020 à 23:00:36
    Giacomo C. - Retour à Venise - Tome 1 - Tome 1

    Douze ans après la fin de la brillante série mère, Giacomo C fait son "Retour à Venise". Au menu, les mêmes ingrédients que ceux qui ont fait la qualité de la suite originale: complots, humour et séduction, dans la Venise du XVIIIe siècle. La nouveauté? Les complots ont maintenant une dimension internationale…

    Une intrigue inattendue et réussie par Maître Dufaux, qui n'a aucun mal à ressusciter son personnage. A noter que le dessin de Griffo a substantiellement évolué: plus épais, moins nerveux, il peine quelque peu à traduire les années qui ont passé (cinq) sur les traits des personnages. Mais compte tenu de la somptuosité des décors et de la chaleur des couleurs, c'est tout pardonné!

    PEB Le 29/03/2020 à 19:21:38
    Giacomo C. - Tome 15 - La Chanson des guenilles

    Qu'il est difficile de conclure une telle série… Après 14 ans et autant d'albums, Dufaux et Griffo terminent donc avec ce 15e opus les aventures de Giacomo C.

    Ce dernier album ressemble à un hommage au théâtre, tragique mais surtout comique: récitatifs et chœurs (les gueux, les femmes, les maris…) rythment cette dernière aventure de Giacomo à Venise. Dufaux a choisi de terminer de manière grandiloquente, au risque de mettre en péril le fragile équilibre entre histoire, réalisme, et aventure qui faisait le charme de al série. C'est du grand spectacle, et c'est parfois trop…

    Même si l'on adhère pas à cet ultime scénario, il reste le dessin magnifique et les chaudes couleurs de Griffo.

    Recommandé.

    PEB Le 29/03/2020 à 19:14:23
    Giacomo C. - Tome 14 - Boucle d'or

    A nouveau un album formidable. Parmeno tient le devant de la scène, mais Giacomo n'est pas en reste. C'est drôle, c'est léger, c'est beau, c'est l'Aventure!

    PEB Le 29/03/2020 à 16:57:30
    Giacomo C. - Tome 13 - La fuite

    "La Fuite" conclut l'histoire entamée dans "La Fiammina". Le niveau reste formidablement élevée. Les décors vénitiens s'estompent quelque peu pour laisser place à quelques scènes à la campagne, voire en mer. On ressent également l'influence des grandes histoires de cape et d'épées, aussi bien pour les nombreux duels qui émaillent cette histoire que pour les histoires de famille alambiquées.

    Toujours aussi bon.

    PEB Le 29/03/2020 à 16:54:30
    Giacomo C. - Tome 12 - La Fiammina

    Dufaux et Griffo nous offrent le premier tome d'un nouveau diptyque. A nouveau, Giacomo est contraint d'aider son meilleur ennemi, San Vere.

    De nouveaux personnages savoureux (dont l'inénarrable Bonbon), des duels, de la comédie, de la tragédie… Une nouvelle aventure formidablement scénarisée par Dufaux et excellemment dessinée par Griffo.

    PEB Le 29/03/2020 à 15:34:05
    De silence et de sang - Tome 10 - Dans le courant sans fin

    Ce 10e opus clôt la saga. La fin ne manque pas d'originalité, redonnant de la saveur à une histoire qui commençait à tourner en rond (scénario répétitif, règlements de compte à gogo).

    PEB Le 29/03/2020 à 15:32:07
    De silence et de sang - Tome 8 - Les 4 provinces de l'Ave Maria

    La mafia s'invite dans le débarquement anglo-américain en Sicile, en 1943. Je ne sais pas quelle est la part de vérité dans cette histoire, mais il est intéressant de trouver nos héros dans un autre environnement que les USA, où les règlements de compte entre mafieux commençaient à lasser.

    Le dessin de Mitton est très classique et un peu daté, mais efficace.

    PEB Le 29/03/2020 à 15:30:29
    De silence et de sang - Tome 1 - La nuit du tueur de loups

    Une histoire de mafia, qui débute… en Sicile, que doivent fuir deux garçons poursuivis par un caïd local.

    Le trait de Malès est correct, malgré quelques perspectives douteuses.

    Une histoire intéressante.

    PEB Le 29/03/2020 à 13:32:36
    Giacomo C. - Tome 11 - Des lettres...

    Magnifique histoire… Chantage et poésie, police et imprimerie, adultère et pouvoir…

    Dufaux se surpasse, Griffo est au sommet.

    Un des meilleurs volumes de la série.

    PEB Le 29/03/2020 à 09:08:46
    Giacomo C. - Tome 10 - L'ombre de la tour

    Le tome 10 achève le diptyque commencé au tome précédent, relatif à la rénovation de l'horloge. Le scénario de Dufaux, malin, réserve nombre de surprises et de rebondissements. Humour, aventure, dessins et couleurs magnifiques continuent de pimenter cette série qui parvient à garder son niveau, 11 ans et 10 tomes après la publication du premier opus.

    Bravo!

    PEB Le 29/03/2020 à 09:05:47
    Giacomo C. - Tome 9 - L'heure qui tue

    Le 9e volume des aventures de Giacomo C est à la hauteur des précédents. Dufaux y imagine une intrigue autour de la rénovation d'une horloge et Griffo en profite pour représenter Venise sous toutes ses coutures, pour le plus grand plaisir des yeux du lecteur. A nouveau, l'aventure se décline en 2 volumes, la chute étant donc attendue pour le tome 10.

    Peu de nouveaux personnages marquants dans ce nouvel opus, mais un rythme enlevé, de l'aventure et de l'humour, avec la poursuite de la narration par le valet Parmeno, entamée à l'occasion des deux volumes précédents, qui pimente l'histoire d'une touche comique.

    Recommandé.

    PEB Le 28/03/2020 à 21:00:32
    Giacomo C. - Tome 8 - La non-belle

    Cette "Non-belle" conclut brillamment le diptyque entamé avec le volume précédent "Angelina". Une fois de plus, Dufaux prend un malin plaisir à plonger son malheureux héros Giacomo dans les pires ennuis avant de l'en sortir in extremis.

    Les personnages secondaires sont toujours aussi bien dépeints. Le trait de Griffo est encore plus fin, notamment pour les visages.

    Une belle réussite!

    PEB Le 28/03/2020 à 20:26:06
    Giacomo C. - Tome 7 - Angélina

    Après un album en demi-teinte, le duo Dufaux/Griffo revient pour un nouveau diptyque apparemment plus inspiré; il semble que le format d'un aventure en 2 albums siée mieux aux scénarios de Dufaux, un peu à l'étroit sur un seul volume.

    La trame n'est pas originale: comme pour les deux premiers tomes, Giacomo et San Vere sont confrontés à une série de meurtres. Mais le rythme est là, l'intrigue crédible, le dessin de Griffo toujours magnifique…

    Un excellent cru.

    PEB Le 28/03/2020 à 19:50:00
    Giacomo C. - Tome 6 - La bague des Fosca

    Les aventures de Giacomo et Parmeno se poursuivent. L'intrigue reprend peu après là où la conclusion du tome 5 avait laissé nos héros.

    Si l'histoire reste intéressante, si les décors de Griffo sont toujours aussi somptueux, l'intrigue imaginée par Dufaux pour cet opus semble un peu forcée. la volonté de recycler à tout prix les personnages rencontrés lors des tomes précédents sonne faux, et surtout le dénouement de l'histoire, avec plusieurs rebondissements en quelques pages et une conclusion hors champ, nous laissent un peu sur notre fin.

    Le moins bon volume d'une série jusque là irréprochable. Il n'en reste pas moins fort plaisant à lire!

    PEB Le 28/03/2020 à 19:44:50
    Giacomo C. - Tome 5 - Pour l'amour d'une cousine

    Ce volume conclut avec brio l'intrigue posée dans l'album précédent. On y retrouve avec plaisir les différents protagonistes, anciens et nouveaux.

    Le dessin de Griffo, la langue de Dufaux… Cette série conserve un excellent niveau.

    PEB Le 28/03/2020 à 19:43:32
    Giacomo C. - Tome 4 - Le maître et son valet

    La série continue sur sa lancée, avecun nouveau complot au centre duquel se trouve propulsé le valet de Giacomo, l'infortuné Parmeno.

    Humour, aventure, rebondissements, érotisme, complots politiques, tout y passe, dans les décors toujours grandioses peints avec talent par Griffo.

    Classique, brillant, efficace.

    PEB Le 28/03/2020 à 17:02:26
    Le troisième Testament - Tome 4 - Jean ou le jour du corbeau

    Le plus dur était de conclure…

    Après trois tomes d'une quête épique, gothique, ésotérique, pleine de rebondissements, à l'intrigue complexe et parfois confuse, comment ne pas décevoir? Et bien ce n'est pas cet album qui permettra de répondre…

    Un épisode nordique qui se traine dans la brume, à travers laquelle on ne voit ni ne comprends grand'chose… des scènes qui s’étirent sans que le récit n'avance… D’ailleurs, que sont-ils venus faire dans cette galère?

    Quant au dénouement, il m'a fallu le relire trois fois pour le comprendre. Et franchement,… tout ça pour ça?

    PEB Le 28/03/2020 à 16:59:14
    Le troisième Testament - Tome 3 - Luc ou le souffle du taureau

    Le troisième opus retrouve plus de rythme que le second, mais sans retrouver la grâce du premier volume, l'effet de surprise ayant disparu. Le dessin semble également meilleur, ce qui aide certainement à dissiper l'impression de confusion ressentie à l'issue du 2e tome.
    Le plus dur reste à faire: conclure de manière satisfaisante cette quête ésotérico-épique…

    PEB Le 28/03/2020 à 16:56:14
    Le troisième Testament - Tome 2 - Matthieu ou le visage de l'Ange

    Le deuxième tome démarre sur le même rythme que le premier. Malheureusement, le charme commence assez rapidement à s'effriter. De haletante, l'intrigue devient confuse, notamment lors de l'épisode écossais. On se perd dans des protagonistes que l'on peine parfois à reconnaitre d'une case à l'autre.
    La curiosité aidant, difficile cependant de ne pas poursuivre la lecture jusqu'au tome 3.

    PEB Le 28/03/2020 à 16:54:25
    Le troisième Testament - Tome 1 - Marc ou le réveil du Lion

    Un thriller ésotérique et gothique… Cette œuvre d'une grande originalité en a inspiré beaucoup d'autres!

    Ici, pas de réalisme. Tout est extrême: les personnages: des héros sans faille, des méchants aux pouvoirs semble-t-il infinis… même les décors semblent plus grands que nature! L'ambiance est sombre et gothique, le rythme haletant.

    Difficile de ne pas attendre la suite!

    PEB Le 28/03/2020 à 15:00:45
    Giacomo C. - Tome 3 - La dame au cœur de suie

    Cet album suit de près le précédent. Giacomo est désespéré. San Vere vient le trouver pour déjouer une machination machiavélique.

    Ce nouvel épisode, centré sur le jeu de hasard, introduit un élément de mystère, presque magique, avec un personnage féminin mystérieux qui, en tirant les cartes, semble tirer les fils du destin des protagonistes.

    L'intrigue est mojns convaincante que celles des deux tomes précédents, mais le rythme reste enlevé et le dessin de Griffo, plus fin et brillant que jamais, illumine cette représentation inspirée de la Venise du XVIIIe Siècle.

    A lire absolument.

    PEB Le 28/03/2020 à 14:17:08
    Giacomo C. - Tome 2 - La chute de l'ange

    Après un premier volume brillant, le duo Dufaux/Griffo clôt avec maestria ce premier diptyque des aventures de Giacomo. On retrouve la même brochette de personnages bien troussés, augmentée, entre autres, de la voluptueuse Angelina et de l'écrivain public français Blanc-Seing.

    Dufaux brille au scénario, les enchainements sont fluides; les dialogues, finement ciselés, et le dessin toujours précis et vif animent brillamment cette histoire, qui alterne moments comiques et dramatiques dans des décors toujours aussi superbes.

    A lire et à relire, sans retenue.

    PEB Le 28/03/2020 à 10:29:36
    Giacomo C. - Tome 1 - Le masque dans la bouche d'ombre

    L'aventure dans la Venise du XVIIIe siècle, sur les pas d'un aventurier ambigu inspiré de Casanova…

    L'intrigue policière, classique mais solide, est prétexte à dépeindre les mœurs de la Sérénissime, alors dans sa phase de déclin. Sur la trame offerte par Dufaux au sommet de son art, le dessin réaliste de Griffo donne vie à une galerie de personnages pittoresques (Giacomo bien sûr, mais aussi son valet Parmeno, le policier San Vere, le Chevalier brigand, la mystérieuse et séduisante Milady…) au milieu de décors somptueux, aux couleurs vives et chaudes.

    C'est classique, c'est efficace, c'est passionnant. C'est de l'excellente bande dessinée.

    PEB Le 27/03/2020 à 22:35:17

    Ce dernier volume de l'intégrale des Innommables regroupent la trilogie américaine ("A l'Est de Roswell", "Au Nord de White Sands" et au "Sud-Ouest de Moscou").

    Les Innommables sont de retour aux USA… et ils sont en pleine forme. A la poursuite de sa fille, Mac entraîne ses comparses dans un ranch du Nouveau-Mexique où se déroulent des histoires peu catholiques…

    A nouveau, Yann et Conrad se déchainent. Le scénario, superbement construit, repose sur une galerie de personnages hauts en couleur et plus farfelus les uns que les autres. La provocation est toujours au rendez-vous, même si l'effet de surprise ne joue plus autant qu'aux premiers temps. Mais on se marre bien quand même!

    Ce cycle USA conclue brillamment une série incontournable de la bande dessinée humoristique trash. Clairement, à réserver à un public averti…

    PEB Le 27/03/2020 à 10:22:02
    Les innommables (Premières maquettes) - Tome 10 - "Pas-de-mâchoire"

    Le cycle coréen se conclut en beauté avec cet album.

    Mac cherche à guérir Alix, et les Innommables échouent sur une île coréenne peuplée exclusivement de femmes. Autant vous dire que ça va partir en c... pardon, en vrille...

    En plus d'être toujours aussi drôle et provocateur, avec des personnages secondaires magnifiques, cette série est sérieusement documentée: le Coréen est vraiment du coréen (enfin, souvent...), une mudang est bien une prêtresse chamaniste, et ainsi de suite...

    A ne manquer sous aucun prétexte (mais pour public averti seulement).

    PEB Le 27/03/2020 à 10:15:24
    Les innommables (Série actuelle) - Tome 8 - Poupée de bronze

    Les Innommables sont de retour en Asie, cette fois-ci en Corée.

    Après un "Cloaques" en demi-teinte, Yann et Conrad semblent retrouver l'inspiration, à croire que l'Extrême Orient les inspire!

    C'est à nouveau provocateur et drôle, bête, pornographique et impitoyable.

    A ne pas mettre entre toutes les mains...

    PEB Le 27/03/2020 à 09:53:03
    Les innommables (Série actuelle) - Tome 7 - Cloaques

    Les Innommables sont de retour aux USA, dans une base militaire, sur fond de déclenchement de la guerre de Corée.

    Après le brillantissime cycle de Hongkong, cette aventure, éloge de la bêtise et nouvelle charge antimilitariste, tombe un peu à plat. Nos deux auteurs semblent manquer d'inspiration.

    Ça se lit avec plaisir, mais on ne rit plus autant...

    PEB Le 27/03/2020 à 09:41:52
    Les innommables (Premières maquettes) - Tome 3 - Le crâne du Père Zé

    Les aventures des trois Innommables à Hongkong, depuis leur bordel "le Lotus Pourpre", prennent de l'ampleur. La galerie de personnages secondaires s'enrichit de nouvelles caricatures impayables: d'un prêtre amoral (le fameux Père Zé), une pirate nymphomane...

    Drôle, provocateur, à ne pas mettre en toutes les mains!

    PEB Le 27/03/2020 à 09:35:22
    Les innommables (Premières maquettes) - Tome 1 - Aventure en jaune

    Les Innommables, démobilisés, débarquent à Hong Kong. Débute une aventure riche et foisonnante mettant en scène de multiples personnages secondaires, tous plus caricaturaux les uns que les autres.
    Le duo d'auteurs s'en donne à cœur joie. Sur fond de guère civile chinoise, les auteurs se livrent à une charge antiraciste après deux premiers tomes antimilitaristes: racisme anti-noir (divin capitaine O'Rourke, l'Irlandais noir), anti-asiatique (la caricature des personnages britanniques est impayable), antisémite (le marin juif est dessiné suivant tous les poncifs antisémites.

    Très, très bon.

    PEB Le 27/03/2020 à 09:28:40
    Les innommables (Série actuelle) - Tome 1 - Shukumeï

    "Les Innommables" est une série culte d'humour trash. "Shukumei" est la deuxième histoire, après "Matricule Triple Zéro".

    Ce volume est une charge anti-militariste dans la lignée de "Matricule Triple Zéro", en plus subtil (si l'on peut parler de subtilité pour cette série du duo...).

    C'est bête, c'est drôle, les trois personnages principaux prennent de l'épaisseur.

    Le meilleur reste à venir!

    PEB Le 23/03/2020 à 23:05:15
    Le torte - Tome 5 - Le veneur noir

    Cet album clôt cette série comme elle l'a commencée, sombrement. Le retour du Torte sur sa terre d'origine se fait à nouveau dans le sang.

    Cette saga bretonne laisse un goût mitigé. Incontestablement, c'est une œuvre originale, violente, et néanmoins poétique. Elle est de mon point de vue desservie par le dessin de Lucien Rollin qui, même s'il gagne en précision au fil des albums, ne convainc pas totalement.

    PEB Le 23/03/2020 à 22:37:07
    Le torte - Tome 4 - Tréo Fall

    Les tortes prennent la mer, direction l'Irlande.

    Ce tome est de mon point de vue le plus abouti, le plus poétique aussi, même si la violence rerste omniprésente dans ce Moyen-Âge fantasmé, celui des druides et des religions païennes, du Christianisme intolérant et des pillards vikings.

    Je reste rétif au dessin de Lucien Rollin, mais les couleurs sont moins ternes.

    C'est avec intérêt que j'attends le dénouement de cette étonnante histoire.

    PEB Le 23/03/2020 à 19:54:03
    Le torte - Tome 3 - Eon de l'étoile

    Le troisième volume de cette étrange série nous mène sur le terrain, de la religion, du fanatisme. Une chrétienté corrompue affronte un paganisme druidique extrémiste.

    La série conserve un rythme à peu près constant. La lecture reste plaisante, même s'il lui manque un petit quelque chose pour être vraiment marquante.

    PEB Le 23/03/2020 à 17:31:49
    Le torte - Tome 2 - La geste sombre

    Après un premier tome intrigant et dérangeant, le deuxième est plus convenu. On y parle vengeance, affrontement de deux mondes, chevalerie, liberté… Je trouve toutefois le rebondissement final forcé, et il me laisse perplexe…

    Je ne suis toujours pas convaincu par le dessin de Lucien Rollin, et par les couleurs un peu ternes (alors que les costumes des tortes, chatoyants, appellent des couleurs vives!).

    L'album reste toutefois d'un bon niveau, et on attend la suite !

    PEB Le 23/03/2020 à 17:28:05
    Le torte - Tome 1 - L'œuvre du fou

    Voilà un album assez étrange… L'histoire, franchement originale, se déroule en Bretagne ou Grande-Bretagne du Haut Moyen-Âge. La cruauté est de mise, quoique quelque peu atténué par le dessin de Lucien Rollin auquel je n'accroche pas trop.

    Une lecture assez inconfortable; où les auteurs veulent-ils nous emmener? A suivre...

    PEB Le 22/03/2020 à 20:25:41
    Lefranc - Tome 18 - La momie bleue

    Jacques Martin ayant pris sa retraite, d'autres auteurs poursuivent son œuvre. Après Michel jacquemart, auteur d'un très honorable "Maître de l'atome" l'année précédente, Patrick Weber et Francis Carin poursuivent le cycle amorcé avec l'album "La Colonne" et poursuivi dans les deux albums suivants: Axel Borg a un grand projet auquel il veut associer Lefranc.

    S’ensuit une histoire de momie qui n'est pas sans rappeler le Triangle Secret (source d'inspiration inavouée?), pas dépourvue d'intérêt, mais qui est parfois confuse (à forces de trahisons, on ne sait plus très bien qui fait ou veut quoi!).

    Le dessin de Francis Carin est plutôt moins bon que pour l'Ultimatum, trop statique, et Lefranc ne se ressemble pas toujours (voir la couverture).

    Divertissant, mais pas inoubliable.

    PEB Le 22/03/2020 à 20:16:04
    Lefranc - Tome 16 - L'ultimatum

    L'illusion dure… 7 pages. Après plusieurs aventures exotiques, Lefranc se trouve à Bruges avec une petite cousine surgissant de nulle part (après 16 albums, quand même!), charmante au demeurant, pour enquêter sur le vol d'un tableau de maître. Le décor est somptueux. Les deux journalistes assistent par hasard à un meurtre et se lancent à la poursuite du coupable.

    Le reste de l'album oscille entre le consternant, le ridicule et l'affligeant. Une conspiration sans queue ni tête, des rebondissements qui n'en sont pas vraiment, de l'action et des péripéties dignes d'un Derrick des mauvais jours, un scénario incompréhensible, des personnages secondaires aussi épais que la feuille de papier sur laquelle ils sont dessinés… Francis Carin, qui succède à Chritophe SImon au dessin, s'en sort honorablement — mais qu'est-il venu faire dans cette galère!

    Jacques Martin, 83 ans (!), signe là son dernier scénario. Le pire de tous, et de loin. Il aurait malheureusement dû prendre sa retraite 15 ans plus tôt…

    PEB Le 22/03/2020 à 14:26:56
    Lefranc - Tome 15 - El Paradisio

    Au cours des 10 premiers albums, qui ont fait la gloire de la série, Lefranc ne s'est jamais aventuré plus loin que la Suisse, l'Italie ou l'Afrique du Nord (sauf pour l'Opération Thor, qui se déroule entre la Norvège et les USA). Depuis, Jacques Martin entreprend de faire voyager son héros aux quatre coins du monde: Canada, île du Pacifique, USA, Thaïlande et Cambodge… et maintenant les Andes et l'Amazonie!

    Après trois épisodes franchement décevants, ce nouvel album est plutôt plaisant. Une intrigue simple, des dialogues plus sobres et moins niais, et une intrigue crédible (même si Borg, avec son trafic de pantalons de contrebande, est tombé bien bas!). Certes ce n'est pas époustouflants, les rebondissements ne sont pas légions et le suspense n'est pas insoutenable, mais ça se lit plaisamment et sans ennui.

    Le dessin de Christophe Simon, sans égaler celui de Gilles Chaillet, est lui aussi plus qu'honorable.

    Alors oui, on est très loin de la qualité des 10 premiers volumes, mais cet album est incontestablement le meilleur Lefranc parmi les 4 opus publiés depuis la Cible, 13 ans plus tôt!

    PEB Le 22/03/2020 à 11:40:37
    Lefranc - Tome 14 - La colonne

    Cet album confirme le déclin de la série, amorcé depuis le début des années 1990. Cette fois-ci, Lefranc voyage en Asie du Sud-Est, victime d'une machination inutilement compliquée (si quelqu'un comprend pourquoi Lefranc s'y retrouve mêlé, qu'il m'explique!).

    Les défauts sont similaires à ceux des volumes précédents: des situations absurdes (toute l'histoire du jeune démineur cambodgien, par exemple, ou cette histoire de mallette explosive), des dialogues artificiels et qui sonnent faux… Lefranc ressemblent à un touriste en vadrouille, loi du héros conquérant des débuts… De manière générale, le récit est un peu confus et manque de rythme.

    Au dessin, Christophe Simon a le redoutable honneur de succéder à Gilles Chaillet. Il s'en sort honorablement.

    Pas le pire album de la série, mais on est très loin des sommets…

    PEB Le 22/03/2020 à 09:55:36
    Kéos - Tome 1 - Osiris

    La critique de Krompir est tout à fait juste.

    Au début des années 1990, Jacques Martin, qui a 70 ans, se lance dans trois nouvelles séries: Arno, Kéos et Orion. Est-ce parce qu'il sent que l'inspiration le fuit pour ses trois séries majeures, et qu'il espère ainsi se renouveler?

    Toujours est-il que le résultat n'est pas à la hauteur. Les dialogues et récitatifs grandiloquents et pontifiants, qui passaient bien dans Alix grâce à des histoires solides et à une maîtrise scénaristique aboutie, tombent ici à plat et ne font qu'alourdir un scénario poussif.

    Le naufrage est évité grâce au travail de Pleyers, déjà épatant avec la série Jhen. Mais si un mauvais dessin peut ruiner une bonne histoire, un dessin magnifique ne transformera jamais une histoire médiocre en chef d’œuvre de la bédé…

    Malheureusement, après 5 années de tâtonnement créatif, le retour de Jacques Martin à ses trois séries phares (Alix en 1996, Lefranc en 1997, et Jhen en 2000) ne feront que confirmer la triste vérité: le maître a perdu sa verve créative… il eût mieux fait de s'arrêter…

    PEB Le 22/03/2020 à 09:43:35
    Orion (Martin) - Tome 2 - Le Styx

    Orion est de loin la série la plus faible dans l’œuvre de Jacques Martin. Elle concentre tous les défauts des précédentes séries sans en garder aucune des qualités.

    Les dialogues d'Alix, souvent critiqués pour leur emphase excessive, sonnent ici pompeux et franchement gnangnan. Le scénario, qui veut s'inspirer de la mythologie grecque, est parfaitement ridicule.

    Cet album ressemble à une auto-caricature de l’œuvre de Jacques Martin. Seul échappe au naufrage Christophe Simon, dont le dessin, bien dans la ligne martinienne, est plus qu'honorable.

    Triste, triste, triste…

    PEB Le 22/03/2020 à 09:36:59
    Lefranc - Tome 13 - Le vol du spirit

    Après huit d'ans d'absence, Lefranc était revenu avec un album désastreux, la Camarilla. Moins d'un an plus tard (du jamais vu pour cette série), le vénérable Jacques Martin publie un nouvel album.

    Incontestablement, l'histoire, assez originale, est mieux maîtrisée que la précédente dans son découpage et ses enchaînements. On retrouve quelques défauts apparus dans le précédent album, notamment un excès de dialogues ampoulés et quelques scènes particulièrement faibles (la rencontre avec Maureen, notamment, est absolument grotesque!). Certaines ficelles scénaristiques sont un peu grosses (Lefranc retrouvant Borg par hasard sur une route de campagne irlandaise, l'incompétence des services US, le vol de retour presque improvisé…). Mais au moins on ne s'ennuie pas, et le dessin de Gilles Chaillet, dans son nouveau registre, a retrouvé de la qualité (et une colorisation à la hauteur de son talent).

    On est quand même très loin du niveau des 11 premiers volumes…

    PEB Le 22/03/2020 à 09:27:24
    Lefranc - Tome 12 - La Camarilla

    8 ans s'écoulent entre la sortie du 11e Lefranc, "La Cible", et ce 12e album. A la sortie de celui-ci, Jacques Martin est âgé de 76 ans. Depuis 1990, il n'a publié qu'un seul Alix (en 1996) et aucun Jhen (ni Lefranc, donc). Il s'est consacré à ses séries les plus récentes (et les plus faibles): Kéos, Orion et Arno. Autant dire que ce nouveau Lefranc était attendu!

    Et la déception est à la hauteur de l'attente! Le thème ne manquait pourtant pas d'originalité: les magouilles dans le milieu de la Formule 1. Mais que ce scénario est poussif!… Les dialogues sont envahissants, grandiloquents, ampoulés. Les personnages manquent de profondeur (Graziella, la Comtesse…). Des scènes entières sont dépourvues d'intérêt: celle du ski nautique, par exemple. Et les amourettes de Graziella: on s'en fiche! L'actions e traine, le pilote au centre du récit se comporte de façon incohérente… Même Borg semble se demander ce qu'il est venu faire dans cette galère! Pour la première fois depuis le début de la série des Lefranc, on attend la fin avec impatience…

    Quant au dessin de Gilles Chaillet, il a considérablement évolué depuis le dernier volume, pas forcément pour le meilleur. On reconnait à peine Lefranc. Et ces couleurs criardes… Même la couverture, avec sa perspective improbable, est ratée!

    On a souvent critiqué les auteurs qui ont poursuivi l’œuvre de Jacques Martin pour la médiocrité de leurs reprises. Force est de constater que le Maître lui-même ne s'est pas arrêté quand il l'aurait dû…

    PEB Le 21/03/2020 à 22:06:26
    Lefranc - Tome 11 - La cible

    Incontestablement, ce Lefranc version 1989 (le dernier de la grande époque du duo Martin/Chaillet) nous laisse sur notre faim.

    Après un Apocalypse complètement atypique, Lefranc renoue avec son métier, le journalisme d’investigation. La première partie de cette histoire est à ce titre très convaincante. La suite tient par contre de l'artifice: afin de l'éliminer, les ennemis de Lefranc ont l'idé bizarre de l'expédier sur cette île, cible d'un tir de missile intercontinental tiré par… personne ne sait qui?!… non sansl'avoir soigné de ses blessures auparavant?! Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué? Et pourquoi est-ce la Royal Navy britannique qui vole au secours de notre héros journaliste français?

    Le dessin de Gilles Chaillet reste somptueux, et on ne s'ennuie pas, mais on sort de cette lecture dubitatif et frustré par l'invraisemblance de la 2e partie du récit.

    Clairement, un album un ton en-dessous des 10 précédents.

    PEB Le 21/03/2020 à 20:02:09
    Lefranc - Tome 10 - L'apocalypse

    Album étonnant. Il s'inscrit dans la continuité des précédents pour ce qui concerne la qualité des dessins de Gilles Chaillet et de la construction narrative du maître; de même, les relations entre Lefranc et Borg sont dans la lignée des deux tomes précédents, ambigües à souhait!

    Pour le reste cet album est complètement atypique. Il souffre de quelques défauts: des dialogues parfois un peu faibles, notamment; mais l'ambiance générale, SF/futuriste très datée années 80, qui se teinte d'un message malthusien très sombre, assez inhabituel pour l'univers de Jacques Martin, injecte un nouveau souffle à la série, loin des complots à déjouer pour sauver le monde.

    Pas le meilleur album de la série, mais très intéressant néanmoins.

    PEB Le 21/03/2020 à 15:05:18
    Lefranc - Tome 9 - La crypte

    Ce Lefranc cuvée 1984 est un bon cru. Certes, il n'atteint pas les sommets des premiers opus, la faute à des raccourcis scénaristiques excessifs (par exemple: comment Lefranc et Julia sortent-ils de la crypte après l'effondrement?). Néanmoins, une histoire originale (comme d'habitude bien rythmée) et le dessin magnifique de Gilles Chaillet permettent de passer un agréable moment en compagnie de Lefranc et de Borg.

    A ce titre, la relation entre Lefranc et Borg continue à gagner en complexité, dans la lignée de l'évolution entrevue dans l'Opération Thor et fortement accentuée dans l'Arme Absolue. Et une nouveauté notable dans l'univers de Lefranc période Jacques Martin: les femmes font leur apparition et prennent de l'importance!

    Lecture fortement recommandée.

    PEB Le 21/03/2020 à 13:48:20
    Lefranc - Tome 8 - L'arme absolue

    Pour ce huitième opus, retour aux intrigues dignes des débuts de la série (et retour sur les lieux du premier tome). Le scénario, toutefois, est peu crédible, les rebondissements et raccourcis de l'histoire parfois tirés par les cheveux, et l'on se force à y croire pour ne pas gâcher le plaisir de la lecture. (Par rapport aux trois premiers volumes, le passage de 68 à 46 planches n'aide pas pour la construction d'intrigues complexes). On note même des approximations inhabituelles pour Jacques Martin (l'avion du début n'a rien à voir, de près ou de loin avec un SPAD XIII !). Mais l'action est au rendez-vous, et surtout le dessin de Gilles Chaillet somptueux — le dessin et les couleurs sont même nettement supérieurs à ceux des premiers albums.

    Hormis cette qualité du dessin, l'intérêt principal de l'intrigue est l'évolution inattendue de la relation entre Lefranc et Borg, déjà amorcée avec l'Opération Thor.

    En conclusion, un album un peu en-dessous des six premiers. Il serait toutefois sévère de parler de déclin, ça se lit et se relit avec plaisir!

    PEB Le 21/03/2020 à 11:31:14
    Lefranc - Tome 7 - L'oasis

    Premier Lefranc des années 1980. Côté dessin, Gilles Chaillet, aux manettes, est au sommet de son art. Côté scénario, par contre, la trame est un peu faible: Lefranc en freelance pour délivrer les victimes d'un détournement d'avion en plein désert, avec la caution de son journal et tous frais payés par celui-ci, on a du mal à y croire!
    La construction du récit n'en reste pas moins très solide, le suspens est là, et on ne s'ennuie pas.

    Même si cet opus n'est pas au niveau des six premiers, cela reste de la très bonne bédé.

    PEB Le 21/03/2020 à 10:54:36
    Lefranc - Tome 6 - Opération Thor

    Le grand retour d'Axel Borg, après deux épisodes pendant lesquelles il croupissait dans une geôle italienne.

    Le scénario renoue avec les machinations des trois premiers volumes, sauf que l'on est maintenant à la fin des années soixante-dix. Certes la surprise n'est plus là, mais la magie opère toujours, et on reste captivé d'un bout à l'autre de cette intrigue parfaitement maîtrisée. Et Gilles Chaillet, dessinateur pour le deuxième album consécutif, maîtrise parfaitement son sujet. Les couleurs notamment, sont nettement supérieures à celles des trois premiers opus - sans doute grâce aux avancées techniques.

    La série Lefranc se maintient au sommet. Pour combien de temps encore?…

    PEB Le 21/03/2020 à 09:47:38
    Lefranc - Tome 5 - Les portes de l'enfer

    "Les Portes de l'enfer" est un album atypique dans la série Lefranc, puisque Jacques Martin puisait jusqu'alors dans la veine scientifique et réaliste pour bâtir ses intrigues.

    Incontestablement, ce volume a été influencé par le "Malevil" de Robert Merle, publié quelques années auparavant. Mais si le postulat de départ est le même, le développement qu'en fait Jacques Martin est complètement différent: religion, mystique et sorcellerie peuplent cette histoire, une nouvelle fois formidablement scénarisée.

    Ce volume marque également la première apparition au dessin de Gilles Chaillet. Et c'est magnifique!

    Un chef d’œuvre. Peut-être mon album préféré de la série.

    PEB Le 21/03/2020 à 09:39:45
    Lefranc - Tome 4 - Le repaire du loup

    Après le triptyque initial, au cours duquel s'affrontent Lefranc et Borg, voici une aventure bien plus modeste, où Lefranc ne sauve pas le monde.
    Autres changements majeurs: le dessin est repris par Bob de Moor, et l'album passe à 46 planches au lieu de 62 pour les trois premiers albums.
    Tous ces changements n'empêchent pas le duo Jacques Martin / Bob de Moor de nous offrir un nouvel opus magistral, scénarisé de main de maître.

    PEB Le 20/03/2020 à 13:48:46
    Lefranc - Tome 27 - L'Homme-oiseau

    Cette deuxième tentative du duo Seiter/Régric s'avère plus décevante que la précédente, "Cuba libre". L'idée de base du scénario tient la route, mais l'histoire manque de rythme et les personnages secondaires d'épaisseur.
    De plus, le dessin de Régric se fait plus approximatif, avec des postures de personnages parfois un peu bizarres.
    Bref, une déception, sans toutefois être un désastre.

    PEB Le 20/03/2020 à 09:39:44
    Lefranc - Tome 30 - Lune rouge

    Ce troisième opus de Lefranc par le duo Alves/Corteggiani est certainement le plus faible.

    Comme les autres commentateurs l'ont relevé, le démarrage est poussif, mais surtout l'intrigue ne tient pas la route (la jungle en Corée, la CIA qui partage ses secrets et collabore avec un journaliste français, un officier soviétique qui aide les agents de la CIA après que les Américains aient détruit sa base!…). L'album se lit quand même, Corteggiani étant un bon professionnel, mais il ne s'est vraiment pas foulé sur ce coup-là.

    Le dessin d'Alves est bon, mais suis-je le seul à avoir été gêné par cette bande blanche systématique entre le sujet et son ombre??? C'est très désagréable (et nouveau, car absent du précédent album dessiné par Alves, "Le Principe d'Heisenberg").

    Même si cet album n'est pas aussi mauvais que "Le Châtiment" ou l'abominable "Londres en péril", c'est quand même une sacrée déception… Il me semble vraiment que Casterman manque à son devoir éditorial en publiant des albums aussi médiocres. Et pourtant, réaliser des albums de Lefranc qui tiennent la route, c'est encore possible ("Noël noir", "Cuba Libre", et à un degré moindre "Le Principe d'Heisenberg", l'Enfant Staline"…). Messieurs les éditeurs, prenez vos responsabilités !!!

    PEB Le 19/03/2020 à 19:24:50
    Lefranc - Tome 25 - Cuba libre

    Première apparition de Roger Seiter au scénario d'une reprise de Lefranc, avec Régric au dessin.

    Cette cuvée est plutôt une bonne surprise. Le scénario, de facture classique, est bien amené: les intrigues parallèles progressent et convergent de manière équilibrée, même si Lefranc n'a finalement qu'un rôle assez mineur dans cette histoire assez complexe; Seiter convoquent pléthore de personnages historiques (le Che, Castro, Hemingway, le mafieux Lansky), et ça marche plutôt pas mal.

    Régric est à l'aise au dessin, les décors sont somptueux.

    Après un "Eternel Shogun" plutôt raté et un "Enfant Staline" assez réussi, ce "Cuba Libre", qui ne révolutionnera pas le genre, est finalement fort divertissant et incontestablement réussi.

    PEB Le 19/03/2020 à 19:13:48
    Lefranc - Tome 21 - Le châtiment

    S'il y a un album de Lefranc qui souffre d'une mauvaise réputation c'est bien celui-ci!

    Le duo Drèze/Taymans avait déjà pondu le lamentable "Londres en Péril", ils commettent maintenant ce "Châtiment" indigne…

    L'idée de base n'était pourtant pas si mauvaise: la secte américaine menaçante, ça change un peu des dictateurs, des nazis ou des milliardaires mégalomanes qui veulent faire péter la planète… Mais alors quelle tristesse… L'intrigue se traine sans fin, les personnages sont falots et inintéressants, les dialogues d'une pauvreté indiqgne, et même le dessin semble approximatif…

    Un raté total…

    Quand on pense que c'est le premier album publié après le décès de Jacques Martin… heureusement qu'il n'a pas vu ça…

    PEB Le 19/03/2020 à 13:22:55
    Lefranc - Tome 28 - Le Principe d'Heisenberg

    Une histoire d'espionnage sous fond de guerre froide où les gentils et les méchants ne sont pas forcément ceux que l'on pense (ce qui est souvent le cas dans l'univers de Jacques Martin!).

    Un bon album de la période post-Jacques Martin. Scénario solide de Corteggiani, bien construit, précis et documenté. Le dessin d'Alvès est à la hauteur. (Je trouve d'ailleurs le duo plus inspiré que pour leur précédente reprise de Lefranc, "Mission Antarctique".) Le scénario n'est pas d'une grande originalité (comme remarqué ci-dessous, il est très inspiré par l'Ouragan de Feu) mais, sans révolutionner le style, ça reste divertissant.

    Un album qui, sans être indispensable, se lit fort bien!

    PEB Le 19/03/2020 à 09:41:55
    Lefranc - Tome 29 - La Stratégie du chaos

    Les critiques de cet album sont bien sévères…

    Une fois de plus Lefranc sauve le monde d'une machination pas super crédible. Le scénario est un peu faible; les dialogues ne sont pas non plus très inspirés, et je suis même gêné par certains récitatifs dans les cartouches (il faut dire que les cartouches riches (parfois trop!) des premiers albums de Jacques Martin sont une référence difficilement surpassables!). Les dessins, plutôt réussis, rehaussent l'ensemble.

    Ça reste plus solide que le nullissime "Londres en péril" mais c'est loin d'être le meilleur album de l'ère post-Martin.

    Au final, on ne s'ennuie pas vraiment, mais on ne garde pas un souvenir impérissable de cet album.

    PEB Le 18/03/2020 à 22:48:59
    Lefranc - Tome 22 - Les enfants du bunker

    Incontestablement, Michel Jacquemart est le scénariste qui s'avère le plus convaincant dans la reprise de la série Lefranc. Après l'excellent "Noël Noir" et le très honorable "Maître de l'atome", il signe cet étrange "Les Enfants du bunker".

    Cet album est un peu étonnant. Ici, Jeanjean est le personnage central et Lefranc n'apparait finalement qu'assez peu. Jacquemart semble moins à l'aise qu'avec le réalisme social de son précédent opus, "Noël Noir"; l'intrigue mêle ici fantasmes, rêves et réalité, parfois maladroitement, dans une Normandie de l'après-guerre hantée par les traumatismes liés à celle-ci.

    Un album plus proche du mystique (et mythique!) "Portes de l'Enfer" que des classiques affrontements avec Axel Borg.

    PEB Le 18/03/2020 à 21:59:07
    Lefranc - Tome 20 - Noël noir

    Après le navrant "Londres en péril", ce "Noël Noir" est d'une toute autre trempe! Adieu les aventures rocambolesques et les rebondissements invraisemblables, voici Lefranc (qui pour une fois effectue son travail de journaliste!) projeté dans l'enfer d'un accident minier.

    L'approche de Jacquemart est quasi documentaire, les mineurs parlent le patois ch'ti, l'italien, ou le français avec l'accent polonais. On parle technique avec le jargon du milieu. L'aventure s'inscrit dans un cadre social décrit avec subtilité, et les histoires individuelles se fondent bien dans ce cadre.

    L'ambiance générale de l'album est très sombre (sans mauvais jeu de mot), âpre, étouffante, presque désespérée. Finalement, Michel Jacquemart n'essaie pas vraiment de faire du Jacques Martin: ce Lefranc est un album original, qui reprend le personnage du maître sans chercher à recopier les mêmes recettes.

    Et ça marche.

    PEB Le 18/03/2020 à 21:49:55
    Lefranc - Tome 26 - Mission Antarctique

    J'ai deux reproches à faire à cet album: 1) Borg ne ressemble pas vraiment à Borg (ni pas le dessin, ni par sa manière de s'exprimer); 2) pourquoi diable confie-t-on cette mission commando à Lefranc, dont le métier est le journalisme???

    Ces deux réserves évacuées, cet album est plaisant. Certes, ce n'est pas le meilleur album de la série et il ne révolutionnera pas l'histoire de la bande dessinée, mais le scénario et le dessin sont parfaitement maitrisés et l'on referme cet album satisfait d'avoir passé un bon moment.

    Que demander de plus?

    PEB Le 18/03/2020 à 13:37:55
    Lefranc - Tome 19 - Londres en péril

    Est-ce vraiment Jacques Martin qui a scénarisé cet album????
    Parce que… Dieu que c'est pauvre! Comme l'écrit fort justement yannzeman, l'album est truffé de "situations trop invraisemblables frisant la plupart du temps le ridicule". Si le début se tient à peu près, la deuxième moitié de l'album est franchement indigente, avec des dialogues affligeants, des retournements de situation grotesques, et un dessin d'une grande médiocrité (Taymans officiant pourtant honorablement sur le "Maître de l'atome", plutôt réussi). Pitié!
    A réserver aux collectionneurs indécrottables…

    PEB Le 17/03/2020 à 20:41:21
    Lefranc - Tome 17 - Le maître de l'atome

    Cet album est le premier Lefranc qui n'a pas été scénarisé par Jacques Martin. Apparemment, il est tiré d'un synopsis abandonné par Jacques Martin lui-même dans un tiroir. Et ça se ressent. L'intrigue est très classique (on prend les mêmes que dans "La grande Menace" et on recommence); Le comportement de Lefranc est parfaitement en phase avec le personnage de Jacques Martin. Le dessin est lui aussi maitrisé. Le découpage est solide, le scénario documenté (bravo Michel Jacquemart, la base scientifique est crédible, ce qui est rare dans ce type de livres!).
    Pas un chef d’œuvre, mais à lire et à relire avec plaisir.

    Incontestablement, le meilleur album de Lefranc depuis La Cible, à la fin des années 1980.

    PEB Le 17/03/2020 à 20:34:51
    Lefranc - Tome 24 - L'enfant Staline

    Après un Eternel Shogun franchement décevant, le duo Robberecht/Régric enchaine avec cet Enfant Staline. Le dessin, rare point fort de l'Eternel Shogun, reste solide. Mais la bonne surprise, c'est que le scénario tient la route. Malgré quelques invraisemblances, le découpage est mieux maitrisé, l'intrigue s'enchaine et on se laisse prendre par cette histoire mettant en scène un Lefranc finalement très Martinien.
    Un album plaisant.

    PEB Le 17/03/2020 à 20:32:21
    Lefranc - Tome 23 - L'éternel shogun

    Il semble que, hormis Michel Jacquemart, auteur de trois Lefranc plus qu'honorables, les autres équipes en charge de poursuivre l’œuvre de Jacques Martin soient ) la peine. Taymans et Delperdange s'étant disqualifiés avec les affligeants "Londres en péril" et "Le Châtiment", c'est maintenant Robberecht qui relève le défi, avec Régric au crayon.

    L’œuvre de Martin était riche et documentée; or manifestement, les auteurs ne savent pas grand'chose du Japon des années 50. Le scénario est truffé d'approximations, les rebondissements sont peu crédibles et le dénouement est carrément bâclé… C'est dommage, car le dessin est plutôt bon et l'idée de base est finalement intéressante.

    Dommage…

    PEB Le 25/02/2020 à 22:18:01
    Neige - Tome 1 - Les brumes aveugles

    Voilà une série qui a bien mal vieilli… J'ai beaucoup de mal avec le dessin, les couleurs criardes… Beaucoup de mal à accrocher avec un scénario, peu dynamique, et avec les dialogues.
    Je n'ai pas réussi à finir le tome 2…