Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les avis de - Oncle Hermes

Visualiser les 7 avis postés dans la bedetheque
    Oncle Hermes Le 06/04/2013 à 09:15:30

    Un gros héritage de Pratt dans l'utilisation du noir et blanc (en particulier les décors), un scénario à la "Sin City chez les khmers"... Sur un sujet difficile et rarement traité en BD - la prostitution infantile dans l'Asie du Sud-Est, en l'occurrence au Cambodge -, les auteurs livrent un titre qui semble quand même avoir bien du mal à s'émanciper de jeux d'influence, et accumule au final les impressions de "déjà vu".

    Rien de déshonorant dans cet polar moite aux atmosphères bien travaillées et au dessin assez superbe, mais il est difficile de ne pas se dire qu'un tel sujet aurait pu appeler un peu plus d'originalité et surtout de subtilité du côté du récit - qui à vouloir traiter tous les sujets (prostitution, pédophilie, orphelinats, corruption, etc.) sans sacrifier à l'efficacité d'ensemble, donne en outre l'impression de mélanger un peu tout... Dommage.

    Oncle Hermes Le 17/01/2012 à 19:46:22
    Lucky Luke - Tome 28 - L'escorte

    "L'escorte" pâtit peut-être de la comparaison avec les albums qui l'entourent directement dans la série, extrêmement réussis et sans doute plus marquants : "Le 20e de cavalerie", "Des barbelés sur la prairie", "Calamity Jane"... Il est vrai également que l'argument du scénario tient sur un billet d'un dollar plié en deux - essentiellement prétexte à la traversée de plusieurs petites villes, comme autant de décors pour des saynètes qui auraient aussi bien pu être imaginées sans cela. Il n'empêche. En ce milieu des années 60, le tandem Goscinny / Morris est bien rôdé et carbure à fond : même avec une petite baisse de régime, il y a encore de quoi assurer le spectacle... et dégourdir les zygomatiques ! Même si tous les gags ne sont pas toujours "originaux", les auteurs les tirent jusqu'à de réjouissants sommets d'absurdité. Pour n'avoir pas offert à Billy the Kid son verre accompagné d'une paille, le tenancier d'un hôtel se retrouve par exemple, une chose en amenant une autre, à... entamer la construction d'un grenier ! Ailleurs, les personnages séjournent dans une ville strictement réduite aux trois bâtiments essentiels du western humoristique : le saloon, la prison, et les pompes funèbres... Bref : s'il n'en restait qu'un, ce ne serait pas celui-là, mais "L'escorte" mérite tout de même amplement de faire passer un bon moment aux amateurs du "poor lonesome cow-boy".

    Oncle Hermes Le 06/01/2012 à 15:08:57
    Soda - Tome 9 - Et délivre-nous du mal

    C'est paradoxalement en éloignant leur héros de son décor habituel, auquel on pouvait l'imaginer lié presque par essence, que Tome et Gazzotti ont offert à SODA ce qui restera probablement comme le sommet de la série. Laissant New York derrière eux pour quelques jours, David et Mary se rendent à Providence, Arizona, fleurir la tombe du père disparu. Le faux pasteur y retrouvera l'oncle Fortescue - déjà croisé dans "Tu ne buteras point" - mais aussi un tas de gens moins recommandables, ayant gardé de feu Joseph Solomon une image assez différente de celle que s'en était faite son fils. Les scènes marquantes s'enchaînent - le voyage en bus, la rencontre nocturne, le final dans le ravin sous l'orage... -, moins toutefois au sein d'un suspense à la mécanique rondement menée, comme dans d'autres albums, que dans une ambiance de plus en plus lourde, pesante, où les non-dits encouragent les quiproquos aux conséquences dramatiques. La peinture de cette Amérique provinciale inspire tout particulièrement Tome qui retrouve là une atmosphère qui n'est pas sans rappeler, quoique dans un autre registre, celle de SUR LA ROUTE DE SELMA dessiné par Berthet sept ans plus tôt. Un album à ne pas rater, que l'on soit déjà fan de la série ou que l'y on cherche une porte d'entrée assez idéale (malgré la quasi-absence du cadre new-yorkais emblématique et de la plupart des "seconds rôles" habituels). Surtout au faible prix de la réédition dans la collection "Les indispensables", qui montre ici qu'elle mérite bien son nom.

    Oncle Hermes Le 06/01/2012 à 12:43:39
    Soda - Tome 7 - Lève-toi et meurs

    Un des très bons albums de la série, marqué par l'incertitude qui plane jusqu'au bout sur les véritables intentions du personnage de l'ironiquement nommé Clearwater, qui manipule notre lieutenant de police préféré. Petits bémols : un "second couteau" un peu trop caricatural avec le tueur à rollers dont le look pourrait presque faire penser à une parodie de comics, et une fin un peu vite expédiée sur certains points. Mais un suspense bien orchestré, des scènes marquantes, et celui qui se révèle l'un des "méchants" les plus charismatiques de toute la série (peut-être même LE plus charismatique ?...), font amplement oublier ces quelques réserves.

    Oncle Hermes Le 04/01/2012 à 16:48:33
    Soda - Tome 6 - Confession express

    Le principe de l'album peut paraître un peu artificiel vu de l'extérieur (Soda doit courir à travers la ville pour une enquête en solitaire sous haute tension, avec obligation de repasser par l'hôpital en tenue de pasteur toutes les deux heures pour voir sa mère), mais une fois lancé dans la lecture, pas moyen d'y résister ! Dynamisme et humour se conjuguent efficacement pour constituer un très bon cru de cette série (hélas) irrégulière.

    Oncle Hermes Le 04/01/2012 à 16:31:12
    Soda - Tome 12 - Code Apocalypse

    Ce 12e album fait prendre un tour particulièrement politique à la série, que l'on peut s'attendre à voir confirmer pour la suite, avec la double annonce d'un scénario de Tome inspiré par les attentats du 11 septembre - et de la désapprobation de Gazzotti, jetant l'éponge. Pour ce qui apparaît rétrospectivement comme sa très probable dernière participation à la série, le dessinateur livre une fois encore un travail remarquable. Mais côté scénario, malgré des passages très réussis, il y a de quoi rester un peu de marbre devant les théories du complot développées ainsi qu'une construction par moments un peu bancale.

    Oncle Hermes Le 04/01/2012 à 16:01:49
    Soda - Tome 11 - Prières et balistique

    Le titre de toutes les remises en question ! Mary sort de l'appartement et flirte en cachette avec un galant... des plus mafieux, tandis que Soda et sa partenaire Linda se laissent tenter par l'idée de franchir la barrière de la Loi, et de se financer une retraite anticipée à plusieurs millions de dollars, sur le dos de gangsters mouillés dans une sale affaire... De tout ça, il ressort un suspense des plus efficaces (nos héros vont-ils vraiment passer du "mauvais côté" ?), ponctué de touches d'humour noir bien senti, et toujours remarquablement servi par Gazzotti côté dessin. Au final, probablement l'un des meilleurs albums de la série.