Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les avis de - Ego Nemini Cedo

Visualiser les 1 avis postés dans la bedetheque
    Ego Nemini Cedo Le 06/03/2021 à 13:19:59
    Les passagers du vent - Tome 8 - Le Sang des cerises - Livre 1 - Rue de l'Abreuvoir

    Monsieur Bourgeon nous gratifie une fois de plus d'une œuvre. Compagnon du devoir tant historique qu'illustré, Monsieur Bourgeon (bis repetita semper placent...) se bonifie une fois de plus.
    Quelques remarques désobligeantes de profanes pourront objecter que les visages sont mal fait, que le style est lourd ? Leur inculture se révèlera avec le temps, peuchères, tant il est vrai qu'ils sont habitués à la correction photoshopique et la plastique parfaite. C'est oublier que sur toutes les expressions qui, sur un visage passent, Monsieur bourgeon choisit justement celles qui sont les plus éminemment expressives, sans pause excessive. C'est l'instant de l'instant présent, du pur carpe diem.
    Quant à la lourdeur supposée du style narratif, approchez et penchez-vous sur le 19e siècle, relisez Victor Hugo préalablement, pire Émile Zola, et peut-être constaterez-vous, que rien n'est plus lourd que le dix-neuvième, et que Monsieur Bourgeon, fidèle orfèvre se fait le témoin fidèle de l'Histoire, d'une époque, d'une période et d'un instant, jusque-boutiste tous les détails sont soignés y compris l'ambiance. Merci Monsieur Bourgeon pour cette perfection du détail, merci pour vos œuvres...