Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les avis de - Doud'

Visualiser les 13 avis postés dans la bedetheque
    Doud' Le 18/05/2018 à 07:28:44
    Arthus Trivium - Tome 2 - Le Troisième Magicien

    Une série dont on entendra tjrs le même compliment : le dessin, les couleurs sont sublimes !!. C'est exact et c'est plaisant...
    Mais côté scénario... c'est une énième fois sans profondeur, ni richesse. C'est lent et entrecoupé de scènes de bagaaarre et de dialogues très light. Ca traîne la patte et les ressorts de l'histoire sont distendus, sans un objectif narratif bien clair et captivant. Une BD divertissante le temps d'un trajet TGV, ou vite fait si t'as pas cours l'aprèm, ou pendant que l'ouvrier patiente dans la salle d'attente de la médecine du Travail pour son contrôle d'amiante annuel, etc... mais une BD sûrement vite oubliée au bout de 6 mois... j'en ai marre de me faire avoir, de faire confiance aux scénaristes, j'achète, je consomme (...voyelles) et les mecs offrent des histoires pour ados :(

    Doud' Le 09/09/2017 à 08:44:31
    Outcast - Tome 2 - Souffrance

    Je partage tout à fait l'avis de Fantasy30, plus de 260 pages ou il ne se passe pas de grands rebondissements narratifs : les 2er albums souffrent de longueurs en plus. Le tome 1 "Possession" a la narration hachée dans le temps, tout en flash back, ce qui est sympa et l'on peut aisément accepter que cela ne décolle pas, pouvant voir ce premier volume tel un Prologue à l'histoire. Mais en refermant le tome 2 "Souffrance" j'ai eu la MEME sensation de prologue là ça fait peur (pas l'histoire en revanche) en terme de longueur. Moi qui possède qu'un petit rayonnage de Comics US dans ma bédéthèque, j'ai voulu m'essayer sur "Outcast" (n'ayant pas lu T.W.D.) et bien ça commence mal. Seul l'avis de Fantasy30 sur le tome 3 me fera acheter la suite...
    je ne suis pas fan du dessin d'Azaceta ou j'y vois en plus des maladresses de proportion (mains) dans certaines cases j'apprécie son clair obscur en revanche. Mention super pour Elisabeth BREITWEISER la coloriste.
    Voilà je ne comprend ni l'engouement, ni la hauteur des notes ni le paquet de coeur autour de ces 2 ouvrages. à suivre.

    Doud' Le 26/08/2015 à 14:10:33

    Superbe planches, superbes couleurs, dynamisme des personnages excellents, le rythme, le côté "documentaire" qui nourrit sans s'imposer encyclopédique. Les codes Western habituels ne sont pas au rendez-vous (pas de duels, pas de sergio léone, pas de Blueberry) ça change pour une fois, c'est agréable de lire un autre western.
    Bref QUE-du-bonheur !
    A lire et indispensable !

    Doud' Le 26/08/2015 à 14:05:51

    bof bof... subjectivement le dessin est hideux. Le récit est basé sur le racisme de communautés ayant vécues ensemble et qui se bouffent le nez depuis des millénaires. Bref rien de nouveau sous le soleil à part... le personnage Daniel qui essai de raisonner toute sa famille afin que chacun puisse vivre avec la différence de l'autre, et un mélange des cultures, etc...
    Il est plein de bons sentiments mais c'est pas gagné et cette BD propose un bon fond mais reste fade. A emprunter et à rendre.

    Doud' Le 26/08/2015 à 13:33:36

    Mouais.... j'aime beaucoup le dessin de Baru, les couleurs, l'ensemble de son travail sur cet album est bon sauf que cette histoire est creuse et sans grand intérêt. Ajoutez que cela se lit a grande vitesse et au final pour un scénario rachitique.
    Seule la galerie de personnage est croustillante, à part ça je ne vois pas "Canicule" trôner parmis les indispensables dans votre BéDéthèque. A emprunter et à rendre.

    Doud' Le 26/08/2015 à 13:26:23

    Des petites histoires plus ou moins longues chacunes mais dont leur fin laissent à désirer. On reste un peu "sur le pas de la porte" sans y entrer à chaque fin de récit, parfois les derniers strip se terminent trop brutalement laissant vide d'imcompréhension ou un plein de doutes. Dessin, couleur très bons. Le sommaire en graphique orthonormé est original.
    Bref une lecture qui s'avère frustrante le plus souvent et parfois plaisante...mais bon... hein.

    Doud' Le 14/09/2014 à 14:29:13

    Je ne partage pas un des avis précédent qui mentionne "...une lecture fluide, agréable etc..." car personnellement si ma lecture n'a pas été désagréable, pour autant elle n'a pas été fluide du tout ! Et ça c'est pas agréable...
    On passe de 1964 à 5-6 pages après en 1958 puis très vite en 1950 ensuite 1956 puis retour en 1958 pour quelques pages après 1953 puis a nouveau 1956, 1950,58,64,53,68,54631584 (dans le désordre et j'exagère bien sur) et.... OHLA OOOHALOLALAOLAAAH chuuuut duuuu caaaalme...ça s'emballe...à quelle date sommes nous dans le récit ? faut relire en arrière, puis reprendre après, jouer du marque-page voir de différents post-it colorés sur des zones différentes du récit.
    Sinon le Dessin d'Alexandre est nickel les couleurs les insert de magazine de référence et autres participe a cette ambiance fif'tiz'
    L'histoire est sympa et nous fait penser bien sur à Zorglub, le scénar les personnages sont bien campés, on sent que l'histoire est bien maintenue mais pas présentée assez fluide justement. Necessite au moins 2 lectures moi j'vois pas moins.... et c'est tant mieux j'dirais !

    P.S. pour avoir rencontré Thierry et Alexandre hier (dédicaces "A Tours de Bulles") Thierry conseille aux lecteurs le vieux film américain "THIS ISLAND EARTH" qui pour lui est le plus représentatif de l'univers qu'il a voulu pour "Souvenirs de l'Empire..." j'passes le mot à tous...à voir donc ;)

    Doud' Le 03/09/2014 à 18:11:18

    Une bande-dessinée superbe, de par sa forme comme bien souvent avec De CRECY mais aussi comme à son habitude je trouve ses fins de scénar' un peu "à-la-va-vite" et c'est toujours un départ vers un "ailleurs" (v."Le bibendum céleste", "Léon la came"). Les dernières planches sont toujours un départ, cadré en plans larges, "bye-bye"...
    Et parfois j'ai espéré une fin différente qu'à ses habitudes pour moins ressentir le côté bâclé.
    Les dessins sont superbes, comme toujours en couleur et tracés, les pages ont un grammage des plus agréables (peut-être proche d'un papier aquarelles) les repro' des oeuvres du Louvre sont nickel et pertinentes. L'histoire est passionnante : cette idée d'une France submergée de glace tel B.WILLIS sortant de sa prison dans "L'ARMEE des 12 SINGES" de Guilliam ou encore autre clin d'oeil au mythique BD "Transperceneige".
    Donc dans un tel cadre les explorateurs vont découvrir l'Histoire de l'art européen (et autre) et en fournir une explication tout à fait étonnante et riche de réflexion. MAIS OUALA !! Patatras les personnages ne sont pas assez fouillés, leur contours sont superficiels, leur histoire, leur buts sont survolés dans cette BD qui manifestement aurait du contenir le double de planches pour offrir un récit dense, fouillé, solide et en profondeur et notamment pour ses personnages. LE Père de "Madame" qui est visionnaire de génie (et qui finance l'expédition) aurait mérité être développé, cette sorte de jalousie de Grégor pour Joseph d'ou vient-elle ? Pourquoi ? Dommage...je note "Très bien" et refuse l'appellation de Chef d'Oeuvre. Le scénar est trop léger même si l'objet est magnifique dans la forme le fond n'y est pas tant que ça...
    A lire c'est indéniable...indispensable dans vos étagères ? ça l'est moins je pense...
    Je l'ai lu comme une BD publicitaire au Musée du LOUVRE, une négociation commerciale entre futuropolis et Le Louvre Editions et quelques auteurs, pas plus convaincu que cela par "Période Glacière".

    Doud' Le 03/09/2014 à 16:07:56
    Ric Hochet - Tome 12 - Les spectres de la nuit

    Comment ressentir une lecture qui retombe comme soufflet, ou un feu d'artifice mouillé, ou tout autre frustration ?
    Il s'agit de cela ici car la lecture est captivante durant ces 44 planches, on est embarqué dans le mystère et sans lassitude avec un très bon dessin Franco-belge, un rythme et sommes toutes une bonne histoire fantastico-policère.

    Ma note de 2 étoiles est pour tout cela. MAIS VENONS EN à voir le dénouement : lorsque l'on lit une enquête policière, même si l'on ne pense pas "à la fin", il faut avouer que l'on est motivé par elle et que le dénouement va apparaitre comme un des but principal de notre lecture (heureusement que je prends plaisir a regarder les planches, les couleurs, la découpe des cases parce que sinon il n'y aurait plus rien !) autant dire que celle-ci doit être béton ou au pire pas ridicule et incohérente...
    ET BIEN C'EST CE QUI SE PASSE ICI...dans ce 12ème Tome que j'ai souvent entendu comme un Chef d'Oeuvre et le meilleur de la série.
    Planche 29, quand Ric VOIS les pas invisibles avancer tout seul et plus tard (planche 41) lorsqu'il donne sa RI-DI-CU-LE explication et conclusion des faits on est obligé de se dire "ouaip bon d'accord...les auteurs nous ont tenus en haleine via une histoire fantastique dont il n'ont AUCUN moyen de la rendre crédible à la fin et nous ont servit un dénouement pour hydrocéphales". TOUTE son explication finale (planche 41 et la planche 44 ultra-baclée ("allez tout l'monde dehors on ferme !") montre que le seul intérêt de ce volume est le pendant du mystère mais à la fin ce qui se dévoile est baclé, ridicule, incohérent, d'une naïveté à faire rire un mouton...donc conclusion je remarque que comme 75% des BD les fins sont décevantes, baclées à la va vite...
    Je vais tester 2-3 Ric HOCHET et si c'est comme ça tout le temps ca va partir au bon coin, si mes gosses tombe sur cette série il vont me tailler grand format !

    Doud' Le 29/08/2014 à 14:34:46
    Alix - Tome 5 - La griffe noire

    Une très bonne BD en 2 volets : On cogite puis on s'bouge !
    Bonne intrigue et enquête à Pompëi, qui démarre dès la première page mais qui prendra fin vers la 30ème pour changer de décor : direction Afrique !
    Ainsi on est pris dès le début, par cette histoire de Griffe Noire, c'est halletant et nous garde en éveil ! Arrivé en Afrique place à l'action !! Des torrents, une montagne assiégée, des fortifications, des alliances inter-tribus et puis aussi la rareté des pluies qui entraîne la trop grande sécheresse en Afrique avec les conséquences. A ce moment charnière (pages 30-31) on entendra ni verra plus cette fameuse griffe noire mais la course poursuite entre les protagonistes demeure. Et même lorsque l'on croit que tout est fini et bien à nouveau un rebondissement apparait !!
    TOP 5 INDISPENSABLE DANS VOS RAYONNAGES ======> "L'île Maudite" "La Tiare d'Orbital" " La griffe Noire" "Les légions perdues" "Le Dernier spartiate"

    Doud' Le 31/03/2014 à 19:51:53

    Franch'ment ??
    Une intégrale qui relate bien dans les premières pages ("Deux dingos" bien écrit par Marie-Ange GUILLAUME.), la culture de l'époque mi-sixties mi-seventies et qui apporte des points biographique intéressants des deux auteurs (photos et documents à l'appui).
    Ensuite les doubles pages des (lourDingu)odossiers s'enchaînent jusqu'à la 285ème page (...'tain les sadiques).
    Le dessin de GOTLIB est succulent, précis, chirurgical et avec du "métier" (passer des heures de cours à calligraphier les lettres de l'alphabet) , drôle, avec tout un panel d'expressions physiques-visages différentes et cocasses les unes des autres : de quoi donner vie à tous ces dingo-personnages. Et puis son horreur du vide, toujours à combler les espaces libres des cases autour du sujet principal. GOTLIB et sa rhétorique, sa logorrhée mais pas encore sa coccinelle.
    En Pilote principal du projet et au scénar'-idées humoristiques (?hum) on a GOSCINNY.
    Personnellement, il faut m'expliquer quelle substance permettra au lecteur en 2014 de se taper des palettes de rires avec ces 285 pages (les 3 Tomes) ?
    Pareil pour Gaston Lagaffe et autres personnages de cette période historique de "vent de liberté créatrice" (il faut bien le dire et le reconnaître)... "Les Idées Noires" de Franquin, les (LourDingu)odossiers relus 40 ans après , tout ça ne me décroche PAS UN SEUL, non pas explosion de rire, ni même rire, sourire, mais pire encore ... pas un seul rictus d'indulgence. °_°
    C'est pas drôle ou plutôt ça ne l'est plus...
    ...mais dans l'Histoire du 9ème Art il est important d'avoir ces 3 Tomes en tant que résultat final de deux Français qui ont voulu insuffler leur esprit "MAD"... bon...
    Je le fais lire à plusieurs (voisin, ados, mon gosse de 8 ans, adultes, pote, belle-soeur, etc...) à chaque fois "mmmouais...bon...hein ? ...arf arf c'est humour pour Maison de Retraite un peu nan ?" t'en a pas un qui trouve ça drôle :(
    Parsemé dans cette belle intégrale très bien faite (mais inefficace dans le but visé de faire rire) on trouve plusieurs pages d'inédits en fin de volume. La couverture cartonnée est superbe et propose un côté générique à la Monthy Python et puis on retrouve déjà l'esprit de "Les Nuls" plagieurs à succès, dès la mi-eighties, des Anglais sus-nommés + celle des DingoDoss'....
    ouala...

    Doud' Le 24/03/2014 à 14:38:38
    Noé (Aronofsky/Handel/Henrichon) - Tome 4 - Celui qui verse le sang

    Une tétralogie qui m'a offert un plaisir de lecture davantage par le dessin de Niko HENRICHON que par le scénario/dialogue.
    Les pages titre/générique présentent une case centrale représentant à chaques tomes un objet symbolique au creux de la main de l'Homme.
    Tome 1 : la Graine en tant que "Nouvel Espoir".
    Tome 2 : l'Outil en tant que "Bâtisseur".
    Tome 3 : la Dent en tant que "Rancune" (Akkad l'ennemi de Noé) et enfin le Tome 4 : le poignard en tant que "Crime-sacrificiel".
    Ainsi les deux premiers tomes nous gonflent d'espoir pour nous amener au coeur des conflits (externe et interne) aux deux derniers et jusqu'à la fin proposée par Darren ARONOFSKY.
    Les albums superbement colorés par Niko HENRICHON, tous en dominante chaude rouge et couleur sable seront jalonnés par les visions Divine de Noé toutes en monochrome vert. Visions qui disparaîtront pour laisser place aux conflits et scènes de combats en teintes bleu-gris et toutes pleines de dynamisme (le troisième tome s'ouvrira d'ailleurs sur une double page très éloquente en ce sens). Fréquemment durant la lecture le dessinateur nous offre de superbes planches riches en couleur et détails, en pleine page qui révèlera l'intérêt majeur, personnellement, de cette tétralogie.
    Au niveau scénario, il reste sans surprises remarquables et les dialogues parcimonieux. La voix-off du récit d'Ila (la fille adoptive de Noé) amène à un rythme de lecture assez rapide. La psychologie des personnages est peu développée ou aurait mérité davantage de profondeur ; le cas de conscience de Noé, divisé entre son devoir de Prophète et son statut de Père au naturel aimant auprès des siens, introduit une tragédie intéressante presque "Antigonesque": le choix.
    A noter l'imposant bestiaire (et c'est sans surprise concernant l'Arche de Noé) superbement dessiné par Niko HENRICHON tant dans le détail que dans la variété (volatiles, insectes, rampants, mammifères) et haut en couleur une fois de plus.
    Pour résumer, une lecture agréable, un rythme rapide, de belles prouesses couleur/dessin jusqu'à sa générosité de format (pleine page) pour une histoire et personnages en superficie qui méritait davantage de profondeur à mon avis, surtout de par un auteur motivé par une réécriture libre du récit Biblique. Une tétralogie qui ne l'introduira pas parmi les Chef-d'Oeuvre du 9ème Art comme il en compte de nombreux déjà et même parmi les récentes publications.
    Sa sortie en salle le 9 avril en France, par ailleurs s'est vu subir les foudres des comités de censure islamiques du Quatar, du Bahreïn et Emirats arabes avec l'interdiction de projeter en salles pour violation de la Charia, le réalisateur ayant osé donner un visage au Prophète (Russel CROWE).
    Le long-métrage propose (je crois ?) une fin différente de ce quatrième tome. Donc à voir ... sur le siège pliant, loin des planches et des phylactères pour un version Hollywoodienne.

    Doud' Le 14/01/2014 à 18:08:19
    Tintin - Tome 20 - Tintin au Tibet

    HERGé et Tintin en lutte contre le Destin ; pas de "Méchant" à poursuivre seule la perte d'un être cher (Tchang) et cette intuition qui nous relie à lui en toute circonstances qu'elles soient favorables ou non pendant le récit et qui maintient notre Aventurier dans cette détermination persévérante que l'ami est encore en vie.
    Album épuré et imposant (omniprésence du blanc ---> voir les cauchemars d'Hergé au moment de sa Psychanalyse) épuré, aussi, dans les personnages : un trio et tout juste une apparition du Pr Tournesol sur cette case mythique (page 2) ou enfant mes yeux erraient de longues minutes sur les menus détails..."Où est Charly ?". Et toujours une découpe et un rythme à séduire le 7ème Art (pages 15, 35 par exemple). Chef d'oeuvre Humaniste, sentimental et de foi, intimité au centre des grands espaces Hymalayien, Haddock dans le rôle du "J'veux pas y aller mais j'peux pas vous laisser tout seul" révèle sous ses airs bougon une amitié fidèle et forte à Tintin, qui lui, cherche un "autre" ami. Haddock drôle et qui nourrit le suspense en frôlant le danger jusqu'à l'honneur du Grand courage sacrificiel (page 40 "larguons les amarres"). Enfin le "Yéti" cet "Autre" (soi) que l'on croise sur le chemin (psychanalyse) qui effraie et pourtant non motivé par des pulsions de Mort mais bien de vie et d'altruisme (flashback page 58-59).
    Une Aventure ou HERGé se livre lui-même et nous entraîne en compagnon de cordée dans sa propre aventure.
    ALBUM INDISPENSABLE dans vos étagères.