Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les avis de - Cellophane

Visualiser les 100 avis postés dans la bedetheque
    Cellophane Le 21/05/2018 à 17:57:38
    Attache-moi ! - Tome 6 - Tome 6

    Ok, sérieusement ?

    Un tome complet à parler d’un suppositoire à mettre ??

    On frise le ridicule à ce niveau-là…

    Pourtant, le tome commençait bien à expliquer pourquoi tout ce qui était anal était tabou ; on était presque dans le pédagogique.

    Après quoi, les quatre cinquième nous montre comment une personne ne parvient pas à se mettre un suppositoire… Outre que c’est ridicule, c’est très long et j’ai rapidement feuilleté le tome sans y trouver le moindre intérêt.

    Ajouté à cela que Nana étant fiévreuse, les autres gênés, les dessins répétitifs sont constellés de petites bulles ressassant les mêmes phrases, rendant le tout chargé et moyennement lisible…

    Dispensable !

    Cellophane Le 21/05/2018 à 15:40:01
    Attache-moi ! - Tome 5 - Tome 5

    Je n’attendais rien de particulier en suivant cette série et, finalement, c’est aussi bien car je n’y trouve pas grand-chose de particulier…
    Ce nouveau tome offre peu de nouveauté (une situation déjà vécu dans je ne sais plus quel tome) pour un résultat assez bavard, qui se développe et s’éternise sur chaque scène.
    On sombre même presque, à un moment, dans une histoire d’amourette lycéenne qui ne présente pas beaucoup d’intérêt.
    Les dessins sont honnêtes mais là aussi, redondants – pas de cadrage particulier, pas de réelle folie. Et certaines scènes qui disent la même chose présentent la même chose à voir…
    Moyennement intéressant.

    Cellophane Le 15/05/2018 à 14:28:10
    Notes - Tome 5 - Quelques minutes avant la fin du monde

    C’est toujours très bon, drôle, déjanté, plein de bons mots, dynamique…

    Le dessin a cette agréable particularité de varier avec les histoires, rendant facile la lecture de ces scènes de la vie quotidienne et réflexion assez courtes.

    On tourne rapidement les pages, on rit, on sourit, on se questionne.

    Il y a dans ce tome, peut-être, à mon goût, plus de réflexion sur la vie, le monde, que d’anecdotes et je n’ai pas accroché à tout mais il reste d’excellentes trouvailles !

    On feuillette avec plaisir.

    Cellophane Le 15/05/2018 à 14:14:08
    Cédric - Tome 31 - Temps de chien !

    Les histoires se suivent et se ressemblent…
    Il faut reconnaître qu’après 31 tomes, s’il n’y a plus aucune surprise ou réelle nouveauté dans ce monde figé, Cauvin sait tout de même donner du charme à ses histoires redondantes.

    Le propos est toujours vif, le dessin toujours sympathique.

    On rentre facilement dans les petites saynètes de la vie quotidienne, avec toutefois le sentiment d’avoir déjà lu ça auparavant…

    Cellophane Le 15/05/2018 à 14:05:49
    Frnck - Tome 3 - Le sacrifice

    Bon, je dois avouer, je me lasse des aventures de Frnck…

    Si c’est toujours agréablement dessiné, la trame de l’histoire est assez basique et même les moments d’émotions n’ont pas fonctionné avec moi. Tout le côté décalé du premier tome ont disparu et si la vie n’est pas simple pour Frnck, elle n’a rien de particulièrement difficile…

    On aurait pu croire qu’il aurait paniqué, cherché à rentrer chez lui, vivre de folles histoires déjantées…

    Non.

    On se retrouve avec une histoire assez simple de chasse et de maladie, aussi simplement terminée…

    Sans plus.

    Cellophane Le 14/05/2018 à 22:03:07
    La boîte à musique - Tome 1 - Bienvenue à Pandorient

    Bon.

    C’est mignonnet.

    Les dessins ne sont pas mauvais mais souffrent d’un huis clos prononcé, de cadrage plutôt serré et frustrent un peu : on nous explique qu’il existe un monde de ouf et on reste coincé dans une chambre ou un grenier… Dommage.

    L’histoire se suit mais reste, de son côté, assez simpliste.
    Et au final, quand on a terminé l’ouvrage, on reste un peu sur sa faim…

    Cellophane Le 13/05/2018 à 17:14:42
    La vie secrète des jeunes - Tome 1 - La vie secrète des jeunes

    C’est probablement très agréable, une fois par semaine, dans Charlie Hebdo, mais ces petites bribes surprises dans les rues, le métro, divers endroits, regroupées en un seul opus, ça fait très blabla…

    Des petites phrases comme ça, j’en entend aussi à longueur de jour, les retrouver amalgamées dans un livre ne m’intéresse pas outre mesure – d’autant qu’elles sont sorties de leur contexte et n’ont souvent pas de réelle chute…

    Les situations peuvent être sociologiquement intéressantes, peuvent montrer le reflet de la société, mais des bribes d’une page qui s’alignent sans lien, ça ne m’a pas captivé…

    Surtout que j’ai du mal avec le dessin de Satouf qui ne me convainc pas du tout.

    Je passe mon chemin.

    Cellophane Le 08/05/2018 à 23:06:26

    Il y a deux idées de bases qui sont intéressantes et amusantes, même si la première est moins traitée que la seconde…

    La première, c’est ce pari de se trouver une copine en un week-end. Rien qu’avec ça, Trondheim aurait pu tenir un album. Il est d’ailleurs bien parti puisque les rencontres tiennent la première moitié de l’album.

    Et puis d’un coup, cette idée passe au second plan pour une autre, qui aurait elle aussi pu tenir un album complet : le coup de foudre que provoque Richard quand on le touche…

    Cette seconde idée commence en douceur et se développe tranquillement jusqu’au délire total.

    Hélas, si j’ai été assez emballé par l’album (même si je n’ai pas bien saisi l’intérêt de cette histoire de pari qui disparaît au fur et à mesure), j’ai été déçu par la chute « hop et pis voilà ».

    Dommage parce que j’étais bien emmené…

    Cellophane Le 08/05/2018 à 22:58:30
    Lapinot (Les formidables aventures sans) - Tome 3 - Cyberculture mon amour

    Cet opus est une suite de gags en une planche qui racontent une histoire sur l’album.

    Le principe, s’il marche avec les Nombrils, m’a paru bancal ici. J’ai senti une « limite » à l’idée : il faut quelque chose de percutant sur une page mais qui tienne aussi sur la longueur.

    Or, ni l’un ni l’autre de ces buts ne m’a paru atteint. Les gags ne fonctionnent pas toujours (pas souvent ?), avec des idées qui se traînent sur plusieurs cases pour arriver à une chute attendue et souvent basée sur le même principe de retournement de l’idée qu’on développe dans la planche.

    L’histoire sur la globalité n’a pas d’intérêt majeur…

    On est centré sur les deux protagonistes qui, je dois l’avouer, ne m’ont intéressé ni par leur caractère ni par leur envie de créer un jeu.

    J’ai donc mollement tourné les pages, sans conviction, peu porté par les décors assez identiques sur tout l’album.

    Cellophane Le 05/05/2018 à 15:44:37
    Lapinot (Les formidables aventures sans) - Tome 2 - Ordinateur mon ami

    Diverses scènes, autour du thème de l’ordinateur, souvent en une page, rarement en deux ou plus.

    Et du coup, ben évidemment, l’idée marche plus ou moins bien…

    Certains gags sont cyniques à souhait ; d’autres sont un peu plat ou répétitifs…

    Tout y passe, du langage geek à l’achat, des jeux au boulot, de façon presque exhaustive.

    On sent que Trondheim s’amuse de la situation mais on a également l’impression que c’est une sorte de dissection systématique où il cherche plus tout ce qu’il y a à dire, méthodiquement, plutôt qu’avec passion ou envie…

    Distrayant, voilà tout.

    Cellophane Le 03/05/2018 à 12:10:09
    Lapinot (Les formidables aventures sans) - Tome 1 - Les aventures de l'Univers

    Bon…
    Alors ben non, en fait…
    Je m’étais déjà fait avoir avec le coup du parapluie…
    Là, évidemment, j’ai pas cherché, je m’attendais à des aventures sans Lapinot mais avec le reste de la bande.
    Il s’avère que ce sont les états d’âmes de Trondheim, ses réflexions sur la vie…
    Et ça, ben j’en ai aussi, des réflexions sur la vie…
    Trondheim est fort sympathique, a un humour cynique dans ses œuvres mais là, c’est à mon niveau, je peux réfléchir aussi bien que lui…
    Ajoutons à ça que dès le départ, les cases sur 3 lignes au lieu de 4 m’ont désappointé et concluons que je n’ai pris aucun plaisir à lire ce livre…
    (daté qui plus est puisqu’il prévoyait que personne n’utiliserait « Euro » comme terme mais reviendrait à « eurofranc, euromark », ce qui s’avère faux des années après)

    Cellophane Le 03/05/2018 à 11:57:36
    Lapinot (Les formidables aventures de) - Tome 11 - L'accélérateur Atomique

    Bon, c’est bourré de rebondissement et d’aventure.
    Mais ça ressemble plus à un gros délire qu’à une vrai histoire d’aventure.
    On a tous les rebondissements poussés à leur paroxysme, jusqu’au peu crédible…
    Un hommage à Spirou, certes, mais si ses aventures étaient rocambolesques, elles restaient globalement réalistes.
    Là, on part dans l’excès au point que plus rien ne surprend vraiment au fil des pages.
    D’ailleurs, les dessins m’ont également moins convaincu…
    Pas super fan.

    Cellophane Le 03/05/2018 à 11:47:53
    Lapinot (Les formidables aventures de) - Tome 12 - La vie comme elle vient

    Un album intéressant dans l’ensemble, il se passe plein de chose et le tirage des cartes avant la soirée amène une accélération sympa de l’action.
    Les dessins restent bons et tous les détails contribuent à rendre l’histoire réaliste, même si ce sont des animaux qui parlent…
    Reste la fin qui m’a laissé un peu sur ma faim : je m’attendais à quelque chose de plus grandiloquent, surprenant…
    Mais l’album reste sympathique à lire.

    Cellophane Le 27/04/2018 à 11:54:49
    Lapinot (Les formidables aventures de) - Tome 10 - La couleur de l'enfer

    Voilà un bon album !

    Les dessins restent très sympas pour l’ambiance, foisonnant de détails.

    L’idée de base (chercher des originaux à interviewer) permet des scènes amusantes (comme l’homme aux apparts ou celui à casquette) et une trame sur la longueur qui fonctionne bien (avec les tagguers). Cela permet une histoire cohérente et qui monte en puissance sur la longueur.

    L’histoire parallèle, avec l’animal à nourrir, à un final un peu prévisible mais reste amusante tout du long.

    Bon tome.

    Cellophane Le 24/04/2018 à 07:43:27
    Lapinot (Les formidables aventures de) - Tome 9 - Pour de vrai

    Décidément, je pars toujours au quart de tour sur Lapinot et finit légèrement déçu à l’arrivée.

    Parce que c’est bourré de bonnes idées et à la fin, elles ne sont pas exploitées – ou alors, je n’ai rien compris.

    Le dessin nous met parfaitement dans l’ambiance de cette demeure bourgeoise, le marché est nickel, la nature fonctionne et j’ai parfaitement eu l’impression d’être quelque part, dans une petite bourgade de Province, totalement immergé.

    Et ça part à fond, la compet’ de jeu vidéo, le type qui veut faire un coup d’éclat avant de mourir, le tableau vivant, le gars qui ne veut pas être vu…

    Et au final, RIEN ne tient ses promesses.

    SPOIL SPOIL SPOIL
    La compet ne mène à rien, pas même un vainqueur ; le type finit par se faire piéger, semble-t-il, on ne sait pas, c’est traité à la va-vite, on n’aura jamais la résolution ; les fantômes, rien – ou alors, ils font vraiment halluciner à la fin, ça tombe tellement comme un cheveu sur la soupe que ça n’a aucun sens… ; le mec qui disparaît, on se demande quel intérêt ça avait…
    FIN SPOIL FIN SPOIL FIN SPOIL

    Bref, j’ai super bien marché à toutes ces histoires qui se croisent… mais qui ne font que se croiser et restent traitées en surface.

    Le ton est bon, il y a de l’humour, du cynisme, de l’inventivité mais ça manque de profondeur…

    Cellophane Le 20/04/2018 à 14:42:08
    Lapinot (Les formidables aventures de) - Tome 7 - Amour & Intérim

    J’ai l’impression de n’être jamais satisfait…

    Parce que l’histoire, globalement, est bien fichue : un point de départ original avec cette entreprise, le parcours de Lapinot est intéressant, la question de fond est bonne, le final fonctionne…

    Les dessins restent simples, comme du Trondheim mais suffisant pour nous immerger dans l’histoire…

    Les traits d’humour, l’ironie, fonctionnent bien…

    Même les à-côtés passent plutôt bien (la piscine, la fête entre amis, les trucs qui ne servent concrètement à rien)…

    Sauf que…

    Ben je ne sais pas, il manque de la tension, de l’action… On a l’impression que rien n’a d’importance ou n’est grave…

    Dans Walter, on sentait l’urgence, la course dans tous les sens, l’action.

    Là, il pourrait y avoir un poil plus de tension, un étau qui se resserre mais non, ça reste tranquille d’un bout à l’autre…

    Un détail, sûrement, mais qui m’a détaché un peu du récit…

    Cellophane Le 19/04/2018 à 21:38:55

    Il y a tout, dans cet album. Trop, peut-être…

    Des péripéties, des monstres, une hypothétique machine à voyager dans le temps, des méchants en veux-tu en voilà, des situations improbables dont on se sort finalement…

    C’est sympa à lire mais presque un poil étouffant tant on nous donne de rebondissements…

    J’ai d’ailleurs eu un peu de mal à entrer dedans, l’histoire du monstre ne m’ayant pas convaincu…

    Et puis les dessins ne m’ont pas aidé. Certes, c’est du Trondheim mais la reconstitution historique, ambiance 1900 n’a pas vraiment marché sur moi.

    Lu en me forçant un poil.

    Cellophane Le 19/04/2018 à 21:33:32

    J’avoue avoir passé un bon moment avec ce tome.
    La vie ordinaire est joliment retranscrite dans des dessins simples mais regorgeant de détails…
    C’est plein de traits d’humour, de petites répliques cyniques comme les maîtrise Trondheim, de situations décalées et amusantes (le peintre qui ne veut pas être connu par exemple)…
    L’histoire se tient bien sur la longueur – avec peut-être quelques petites longueurs ici et là, on se demande l’intérêt de la soirée jeu dans l’histoire, pourquoi passer autant de temps avec le peintre…
    Mais dans l’ensemble, c’est très distrayant.

    Cellophane Le 15/04/2018 à 18:55:51

    C’est original. Avec ses avantages et inconvénients.

    Au début, j’ai apprécié cette originalité, les deux couples qui se rencontrent sur le net, le symbolisme de leur rencontre…

    Cet artiste contemporain aussi, c’était original, décalé, rarement vu et sympathique à suivre…

    Et puis cette originalité a persisté pour me devenir plus qu’original : étrangère.

    Rapidement, je n’ai plus eu de repère, rien ne m’a plus semblé réellement logique, le but de cette femme, l’investissement de cet homme, le symbolisme ultra présent partout pour arriver où ? Quel est le but ?

    Le dessin assez simpliste a suivi le même trajet de réflexion : de simple, dépouillé au départ, il est devenu péniblement simpliste à mon œil.

    Du coup, j’étais assez bien parti mais au fil du tome, je me suis senti totalement dépassé et n’ai pas apprécié le tout outre mesure…

    Cellophane Le 13/04/2018 à 08:20:24

    Au départ, j'étais à fond dedans.

    J'aime bien Trondheim qui a toujours un cynisme réaliste, de l'humour dans le propos ou les situations quotidiennes qu'il croque à merveille.

    Et c'est le cas au début, dans plusieurs parties du livre...

    Mais au final, on a un assemblage de petits sketchs dans lesquels passent un loup effrayant, des filles à draguer, un pote un poil vachard... et rien.

    Les histoires passent sans un véritable liant, on ne saura rien du loup, des filles, du potes dont on veut se venger...

    Et au final, c'est amusant mais pas assez pertinent pour être totalement accrocheur.

    Cellophane Le 13/04/2018 à 08:15:51

    Il y a la verve de Trondheim, dans cet album, ses petites réparties cyniques, ses réflexions philosophiques ou paradoxales, sa cruauté bienveillante…

    Mais il y a aussi une histoire de western.

    Et les personnages ont beau être intéressants (le marshal, en particulier, avec son rapport au Prédisent), je ne marche pas vraiment.

    L’histoire est pourtant plutôt cohérente…

    Mais soit elle est trop chargée (une vengeance, un filon, un meurtre, un anti-violente, etc.) et se dilue un peu trop (même si tout est globalement bien traité) ; soit l’humour et l’action que met Trondheim dans le livre ne fonctionne pas complètement à mon goût pour un western.

    C’est certes très bien fait et la patte de l’auteur s’adapte parfaitement au genre mais je n’ai pas eu le sentiment d’être emporté dans l’Ouest américain ; plutôt celui de voir Lapinot et ses copains jouer aux cowboys et aux indiens (m’attendant presque à un moment que tout le monde tombe la veste d’époque pour se dire qu’ils s’étaient bien amusés…).

    Pas le meilleur pour moi.

    Cellophane Le 11/04/2018 à 09:38:28
    Ekhö monde miroir - Tome 6 - Deep South

    Il est plutôt pas mal, ce tome, également.
    Le sujet est assez intéressant, avec cette chanteuse osée qu’une bande de puritain veut faire taire… On est un peu moins dans l’histoire creuse de façade, un peu plus dans une très légère critique de la censure, des groupuscules qui pensent avoir la Vérité…
    Les personnages croisés sont intéressants aussi car ils changent de ceux rencontrés habituellement – au point que parfois, je me suis demandé si on était dans la même série tant on voit des gens qui ne ressemblent en rien à ce qu’on a déjà vu jusque là.
    Malgré tout, l’histoire reste assez simpliste et linéaire… Je ne sais pas comment fait Arleston mais tout paraît toujours abordé en surface et facile : viol, illuminés de secte, baston, tout paraît anecdotique. La résolution ? Ben on n’a qu’à faire ça, hop, c’est fini. Comme les héros des séries des années 80 qui se sortaient de tout sans une égratignure…
    Cela étant, l’histoire reste sympa, originale par le thème et surtout, le rapport entre Yuki et Fourmille se développe enfin !
    Barbucci reste épatant dans ses dessins, que ce soit pour les foules de personnages pleines de détails que ses formidables plans larges de ville ou bâtiment !

    Cellophane Le 11/04/2018 à 08:53:34
    Ekhö monde miroir - Tome 5 - Le Secret des Preshauns

    Ah ! Ben voilà un excellent tome !

    Bon, l’histoire entre Fourmille et Yuki n’avance pas beaucoup et manque d’intérêt mais le reste est original et intéressant.

    Original, d’abord, parce qu’il y a plein de petits changements : le duo a des alliés, on a droit à des combats qui nous change de la routine, le mort sait qu’il est mort…

    Mais intéressant également car on apprend la raison de la présence de Fourmille et Yuki sur ce monde, la raison de sa ressemblance avec le nôtre, pourquoi s’y trouve des Preshauns (même si on ne sait pas trop pourquoi ils sont ainsi dirigeant du monde…).

    En tout cas, tout s’explique de belle façon et j’ai trouvé des réponses justifiées à un paquet de question que je me posais. Au point que je me dis que ce tome aurait pu être très bien un peu plus tôt mais que logiquement, ça n’était pas possible, il fallait que les choses avancent un peu…

    Les dessins sont toujours magnifiques et Barbucci n’hésite jamais devant rien pour peupler ses cases de détails fascinants.

    Cellophane Le 10/04/2018 à 13:54:05
    Ekhö monde miroir - Tome 4 - Barcelona

    Nouveau tome, nouvelle ville, nouveau « meurtre » et, en gros, même schéma : une star connue (Dali) et une enquête parce que l’agence est dans le pétrin…

    Les dessins restent magnifiques, c’est vrai, mais il y a une habitude dans l’histoire qui rend l’ensemble un poil lent, inintéressant…

    Aucune évolution dans les personnages – on a droit à notre engueulade entre les protagonistes principaux à chaque fois – et les situations se ressemblent de tome en tome…

    Alors oui, c’es original, les fées dans la bulle mais le chat qui est mort/pas mort, j’ai pas trouvé ça palpitant et ce ne sont que les décors magnifiques qui m’ont tenu sur l’histoire…

    Cellophane Le 08/04/2018 à 18:40:52

    Les dessins sont très beaux. On dirait presque des tableaux, ils sont vivants, colorés selon le moment de l’histoire, l’ambiance.
    Mais j’ai eu énormément de mal avec cette histoire. Aussi tranquille que le cheminement du bateau sur la rivière, elle avance très tranquillement.

    J’ai vu le film Aguirre qui m’a bien plus interpellé parce que le comédien avait une énergie rageuse et folle qui m’hypnotisait.

    Là, le côté pépère bonhomme du héros ne m’a pas emballé et j’ai eu du mal à m’intéresser à ces IA, à comprendre leur but ou danger.

    Je ne suis hélas pas entré pleinement dans ce monde décalé et futuriste, pourtant assez réussi, mais qui m’aura été hermétique.

    Cellophane Le 08/04/2018 à 15:19:30

    J’ai emprunté le livre au pif, parce que la couverture me plaisait, me faisait penser au dessin d’après photo de Tito, qu’il me semblait avoir déjà apprécié Jim.
    Je fus donc décontenancé parce que j’ai mis du temps à capter qu’il s’agissait d’histoires indépendantes…
    Une fois la surprise passé, j’ai été assez facilement happé par le côté propre, réaliste des dessins, qui ont une vivacité, une crédibilité qui nous plonge dans l’histoire.
    Mais moi, je m’attendais à vivre de beaux moments…
    Las, la plus grande partie de la BD nous plonge dans une nostalgie pleine de tristesse et de regret.
    Je garde le souvenir, une fois le livre fermé, de beaux moments disparus, ne laissant pour les protagonistes que des moments moins beaux – pour les trois quarts des histoires.
    Et j’ai, au final, trouvé le truc plus pesant qu’emballant – mais bon, je déteste la nostalgie…
    Les fait que la majeure partie des histoires s’adresse à la fois au protagoniste et au lecteur, avec un « tu » qui convient aux deux, nous implique plus largement – mais dans des ambiances qui, moi, ne me conviennent pas…

    1. Ils grandissent
    Beaucoup trop nostalgique pour moi – j’ai horreur des regrets et de l’apitoiement sur le temps passé. Sans moi.

    2. Il y a certaines filles
    Là encore, le concept me dépasse. Quel beau moment que celui de tromper sa femme/son mari ? Je ne comprends même pas l’hésitation. Sans moi aussi.

    3. Tu penses à ta femme
    C’est globalement joli, cet amour intemporel… Mais on reste dans le souvenir nostalgique qui me laisse croire que ce recueil ne se focalisera que sur des beaux moments disparus (ou peu clair, comme la 2) plutôt que sur l’instant dont on profite…

    4. Tu n’as jamais aimé les cadeaux de Noël
    Décidément, je serai pas raccord avec Jim… Celle-ci, je la trouve très drôle, noire acide comme j’aime, sans tomber dans le pathos pour autant… Mais on m’a vendu du beau moment… Il est où le beau moment, là-dedans ???

    5. Tu avais plus de 3500 photos
    Pesante, cette nostalgie… Ok, ça commence bien mais la conclusion, rappelons-nous des instants pourris pour profiter de celui qu’on vit, non… Sans moi again. Profitons de chaque instant et rappelons-nous parfois des bons pour profiter du présent… Je ne cadre pas avec l’histoire.

    6. Au départ, tu t’es senti flatté
    La femme à l’aise dans sa vie, c’est pas mal – pas super intéressant mais ça passe bien. Ce n’était pas la peine de rajouter ce postlude encore une fois dans la douleur nostalgique…

    7. C’est con, on ne se connaît pas
    Bon, celle-là, c’est la première histoire pour laquelle, je marche vraiment. C’est un moment sympa, y’a pas de tristesse véritable derrière, ça se suit avec plaisir.

    8. Mon père ne m’a jamais dit je t’aime
    La première qui soit mignonne – un peu bavarde mais assez attendrissante. La seconde qui ne soit pas adressée au lecteur, qui en est juste témoin, mais extérieur – plus facile à vivre et moins étouffante que la première.

    9. Tu es toujours un peu gêné
    Une réflexion intéressante sur les moments de bonheur qui fonctionne bien sans être incroyablement révolutionnaire…

    10. Ils ne regardent même plus
    A ce stade, j’ai du mal… Même si le protagoniste vit de beaux moments, ceux-ci ont un côté triste, presque sordide et amené, pour en profiter, par une nostalgie désespérante…

    11. C’tait l’autre soir à Montpellier
    Voilà ! Celle-ci est drôle, décalée, originale, bien menée et amusante… Ça fait du bien !!

    12. Avec les filles, tu as toujours été béat d’admiration

    Epilogue
    L’épilogue est sympa, remettant en corrélation des histoires de l’album… mais de triste façon…

    Les bonus
    A vrai dire, les histoires supplémentaires ne m’ont pas pleinement intéressées.
    Le travail sur les couvertures, en revanche, plus – principalement parce que c’est argumenté.

    Cellophane Le 04/04/2018 à 20:46:01
    Ekhö monde miroir - Tome 3 - Hollywood Boulevard

    Les dessins sont toujours magnifiques.

    Alors peut-être moins inventifs que dans les deux premiers tomes où toute technologie se trouvait remplacée astucieusement par une machinerie, un dragon ou une personne.

    Là, tout est designé pour correspondre au monde d’Ekhö mais on a les caméras et à peu près tout ce qui fonctionne dans le monde du cinéma.

    Non, ce sont les personnages, toujours très vivants grâce au trait dynamique, les couleurs ocres, les caricatures ou presque qui fonctionne le mieux, les cases vastes aux cents détails alors que la paresse aurait pu pousser à faire un gros plan des personnages.

    Les dessins, donc, sont magnifiques et c’est heureux car l’histoire n’a rien de palpitant…

    Alors bien sûr, il y a tous ces clins d’œil à Marilyne, à sa vie, à Liz Tailor qui sont amusants. Et puis les situations cocasses car le don de Fourmille permet de mettre en relation des personnages qui ne devraient pas l’être.

    Mais c’est à peu près tout ; l’enquête est assez creuse et tarabiscotée quand on a la réponse… Et on finit par décrocher de cette enquête tant ce n’est pas le plus intéressant (comme j’ai laissé tomber l’idée de trouver une logique crédible à la venue du Preshaun Sigisberg : le prétexte est bidon et permet juste sa présence).

    Cellophane Le 04/04/2018 à 20:03:29
    Ekhö monde miroir - Tome 2 - Paris Empire

    Le principal intérêt de ce tome, finalement, c’est de découvrir un Paris steampunk super bien réalisé.

    Les dessins sont magnifiques, les couleurs rehaussent la qualité de l’ensemble et c’est un réel plaisir de parcourir les pages.

    D’autant que, toujours dans le dessin, on a un dynamisme des personnages extrêmement bien rendu qui entraîne, là aussi, par le mouvement, l’expression des visages.

    Après, l’histoire… Elle en devient presque accessoire. On court partout pour avoir une révélation assez simpliste et banale.

    C’est bien plus les situations cocasses et speed qui sont intéressante que cette recherche de coupable…

    Très distrayant.

    Cellophane Le 02/04/2018 à 18:06:04
    Attache-moi ! - Tome 4 - Tome 4

    On retourne à l’idée de base : Nana découvre son corps avec des accessoires SM, avec la fessée…

    Alors elle pense beaucoup, elle discute intensément et longuement avec elle-même, mais ça reste largement plus intéressant que le tome précédent – d’autant qu’on a aussi droit à un cours rappelant que ça doit faire mal sans blesser et qui met donc en garde contre les dérives de la pratique qui ne sert pas à blesser.

    Au final, ça ressemble presque plus à un guide pratique qu’à autre chose mais c’est plutôt bien fait et ça se suit rapidement.

    Cellophane Le 02/04/2018 à 17:10:46
    Attache-moi ! - Tome 3 - Tome 3

    Perplexe…
    L’histoire se dessinait tranquille, initiation au bondage soft, une trame simple… Et puis d’un coup, on précipite les choses avec une nouvelle venue qui fout sa zone (ouais, si ça me plaît pas, vous arrêtez) sans qu’on comprenne de trop ce qu’elle a à dire dans l’histoire…
    La trame prend donc un tour pour le moins inattendu et moyennement plaisant puisque pour satisfaire la nouvelle venue, Kaoru délaisse Nana…
    Par ailleurs, les dessins s’avèrent moins précis – plusieurs fois, j’ai laissé tomber l’idée de comprendre ce qu’ils représentaient pour passer à la page suivante.
    D’autant que bon, c’est long… Deux ou trois heures qui passent sans action représentées sur 40 pages quasi identiques… On finit par se lasser un peu.
    L’idée de base était sympa mais s’enlise déjà au troisième tome.

    Cellophane Le 01/04/2018 à 18:29:13
    Ekhö monde miroir - Tome 1 - New York

    Il y a beaucoup de bon, dans ce volume !

    D’abord, les dessins. Ils sont excellentissimes ! Une certaine rondeur caricaturale qui permet de mettre en avant ce monde différent tout en conservant un côté réaliste qui fonctionne. Mais c’est bel et bien dans le monde d’Ekhö (et non dans l’avion du début) qu’ils sont les meilleurs !

    Les idées steampunk sont également très réussies. Tout ce qui fait notre monde contemporain a un pendant inventif dans le monde miroir, du métro à l’avion en passant par les feux signalétiques.

    Il y a un bon dynamisme qui nous fait suivre les personnages avec plaisir – d’autant que c’est le premier tome, celui où on découvre tout.

    Et puis sans savoir pourquoi, tout s’emballe vers la moitié du récit, un peu après.

    On nous case une histoire de possession avec enquête pour Fourmille, un combat montruesque pour Yuri, un rapprochement des deux avec résolutions des deux histoires… Tout va alors super vite car si on a pris le temps de nous présenter le monde, il reste peu de place pour caser des histoires…

    Je crois que j’aurais préféré continuer à découvrir Ekhö, d’autant que l’histoire de possession ne semblait pas mauvais mais va trop vite à mon goût et aurait mérité un tome à part entière.

    Cellophane Le 01/04/2018 à 17:28:37
    Attache-moi ! - Tome 2 - Tome 2

    Le plus intéressant, dans ce tome, c’est les découvertes de Nana : son corps, les sensations, ce qu’elle ressent au fond d’elle psychologiquement.

    A la rigueur, Naoru qui veut bien faire est vaguement intéressant mais moins.

    Du coup, tous les à côtés – Nana qui veut empêcher deux types de voler, les mecs qui occupent la salle de musique pour faire joujou avec leur magazine, etc., ça manque de pertinence.

    Même les nouveaux jeux présentés dans ce volume (ne pas porter de culotte, prendre des photos pendant des plombes) ne sont pas particulièrement intéressants.

    Moins prenant que le précédent.

    Cellophane Le 31/03/2018 à 21:08:31
    Attache-moi ! - Tome 1 - Tome 1

    Histoire SM “mignonette” dans le sens où ça n’est pas très hard ; ce sont des jeux pour donner chaud en le lisant, de la même puissance que 50 nuances de grey (j’imagine, j’ai pas lu).

    Tout est assez soft et rien n’est montré pour rester abordable. De là à dire que c’est palpitant, il y a un grand pas mais c’est fait avec suffisamment de crédibilité pour fonctionner.

    Et au moins, le point important, c’est qu’il est rappelé moult fois que c’est la soumise qui maîtrise la situation et que c’est elle qui dit quand on doit s’arrêter, donnant à l’ensemble une notion de jeu consentant pour adultes appréciables.

    Les dessins sont des dessins de manga (qui, pour moi, sont assez souvent identiques) ; la fille est plutôt bien dessinée quand le garçon ressemble rarement à quoi que ce soit (au point que j’aurais du mal de quoi il a l’air réellement…).

    Cellophane Le 30/03/2018 à 14:31:49
    Bakuman. - Tome 11 - Titre et Character design

    Hop, après la recherche du tome précédent, on revient à une trame plus classique de "je continue à m'améliorer pour réaliser mon rêve".

    Cela reste donc prenant, surtout qu'Hattori fait plus bouger les choses que Miura, mais il y a peu de surprises - on se "contente" d'améliorer la dragonne, mettre des lunettes...

    Il y a aussi le retour de Fukuda avec son manga de moto (mais là encore, on revient à l'éternel "je vais faire de mon mieux et dépasser tout le monde").

    Miho qui hésite à doubler le rôle d'un concurrent, c'est mignon mais là encore, si le contexte est différent, il reste classique dans ce qu'on a déjà vu...

    Sur la fin, comme souvent, l'intérêt repart avec le crossover, la formule en cinq épisodes qui se dévoile...

    Mais l'ensemble manque de suspense par rapport au tome d'avant.

    Cellophane Le 30/03/2018 à 14:25:45
    Bakuman. - Tome 10 - Expression et imagination

    "Un excellent tome avec des rebondissements et beaucoup de suspense.

    Le suspense avec la recherche du manga qu'il faut, plein de nouvelles idées, trouvailles, avec un Hattori qui travaille dans l'ombre.

    Il y a, en plus de tout ce qui est bon jusqu'à maintenant, un excellent humour (ce qui est nouveau dans ce manga) distillé dans cet opus et on est en totale alchimie avec ces deux jeunes.

    La filature est très drôle, la réunion finale est prenante de suspense...

    Vraiment excellent !"

    Cellophane Le 30/03/2018 à 14:20:59
    Bakuman. - Tome 9 - Talent et fierté

    Question de culture, sûrement, tout le passage sur la demande en mariage m'a plus que moyennement intéressé, pas plus que le mariage…

    Le futur mangaka qui apparaît, asocial, ne me plaît pas outre mesure…

    Iwase qui veut draguer Hattori, ça m'intéresse guère...

    La recherche de gags sur le manga est fastidieux pour le duo et donc un poil fastidieux à lire...

    Reste le dernier chapitre qui remet tous les éléments précédents en évidence pour un final très bon. Un tome beaucoup moins prenant à mon goût mais les dernières pages relancent l'intérêt.

    Cellophane Le 30/03/2018 à 14:13:04
    Bakuman. - Tome 8 - Culottes entraperçues et messie

    On a beau suivre l'histoire du manga, les affaires de cœur prennent une sacré importance dans ce tome !

    Kaya qui se fâche à cause d'Iwase, très bien mené - même si Tagaki est étrange à ne pas vouloir s'excuser, sur le coup…

    Aoki qui récupère les confidences de ce dernier, ça tourne bien aussi...

    Nakai aussi, ses histoires amoureuses, ses échecs...

    Alors bien sûr, on suit également l'histoire du manga mais l'auteur a l'art d'être accrocheur avec ces histoires de cœur qui se révèlent suffisamment bien écrite pour retenir brillamment l'attention !

    Un poil d'humour ici et là finissent de donner un ton sympathique à l'ensemble.

    On ne s'ennuie pas.

    Cellophane Le 30/03/2018 à 14:01:57
    Bakuman. - Tome 7 - Gags et sérieux

    Deux axes majeurs sur ce tome :

    en arrière-plan, Aoki, les culottes à dessiner, son manque de confiance en les hommes, bien fait, charmant mais voilà tout.

    Mais surtout, la fin de Trap et la recherche d'un nouveau manga avec tout ce que ça implique de questionnement sur celui-ci, l'orientation à prendre, les capacités de M. Miura, etc.

    Moins palpitant que le tome précédent mais sympa.

    Cellophane Le 26/03/2018 à 22:22:22

    Mitigé.

    Certes, l’histoire se conclut plutôt bien – et encore, il n’y a pas grande différence, au final, entre le début et la fin. C’est un instant fugace – fugace de 174 pages tout de même. Peut-être trop de pages…

    Certes, tout est bien mené, justifié, mais pour parvenir à nous conter l’histoire, l’auteur fait pas mal de redites. Elles se justifient, sont justes, mais restent des redites…

    Il y a une ambiance glauque dans ce volume mais souvent, on en attend l’élément crucial qui nous en libérera, nous fera souffler, l’élément est passé. Là, il arrive mais n’a pas la puissance escomptée à mon goût.

    Les dessins fonctionnent bien, noir et blanc, déchirés, et contribuent bien à l’histoire. Les visions de nuits sont encore plus belles. Mais ces visions d’insomnie demeurent tout de même énigmatiques.

    C’est une belle histoire, bien racontée, mais qui ne m’a pas touché outre mesure.

    Cellophane Le 26/03/2018 à 21:02:37

    Un excellent album que celui-ci.
    Les dessins de Larcenet sont égaux à eux-mêmes, croquant les personnages dans les postures les plus loufoques pour servir l’humour des textes.
    Le sujet est aussi décalé que le traitement de chaque histoire : des super-héros qui ne servent à rien ou ont des pouvoirs super inutiles. Mais c’est à chaque fois bien décliné en quelques planches.
    Enfin, les textes sont souvent concis, allant à l’essentiel et permettant à tout l’humour de se déployer dans tout ce qu’il a d’absurde le plus souvent.
    Très bon.
    L’album dans le détail :
    Super scientifique man – 4/5
    Le principe est drôle et bien tourné du scientifique qui corrige les erreurs, bien exploité, drôle.

    Super timide boy – 3,5/5
    Là encore, farfelu de base, l’idée est super bien tournée. Le ridicule fonctionne à plein et jusqu’au bout.

    Wonder mécanicien – 4,5/5
    Excellente histoire, bien construite, presque touchante malgré l’humour incisif, avec une très bonne chute.

    Combustion man – 5/5
    Super bien tourné : non seulement, Larcenet donne une explication farfelue au cas Landru, mais l’humour absurde fonctionne à plein, avec des petits détails très drôles !

    Super drôle – 5/5
    Excellent : on se prend de tendresse pour le personnage, on y croit à son sauvetage, avec une fin aussi logique que cynique. Très bon !

    Hyper défoncé man
    Gentiment délirant mais moins accrocheur sur la fin que les autres.

    Agrikultor
    Cynique et décalé, très drôle.

    Cellophane Le 24/03/2018 à 18:48:41
    Les sales blagues de l'Echo - Tome 1 - Les sales blagues de l'Echo

    Premier opus des sales blagues.

    Le dessin de Vuillemin est déjà là même si je ne le trouve pas aussi « crade » que par la suite, dessin qui sert bien le propos « crade » des blagues.

    Celles-ci se révèlent pourtant souvent « gentillettes » par rapport à ce que ça deviendra.

    S’il n’y a pas de limite, on n’est pas encore dans l’excès qui ensuite fera rire ou dégoûtera.

    Là, plusieurs blagues ne sont, justement, que des blagues : situation amusante et voilà tout.

    Un début amusant mais gentillet.

    Cellophane Le 15/03/2018 à 21:18:57

    Un album à « l’ancienne », qui réintroduit l’oncle Paul et ses histoires pour raconter la création du personnage de Spirou, mêlant imaginaire et réel…
    Les dessins suivent cette option du « à l’ancienne », avec des traits et des couleurs volontairement « datées » qui donne un air particulier à cet opus, une véritable impression de lire une vieille bande dessinée…
    L’histoire prend le même tour : on a des gens d’une époque révolue avec des soucis et des vies d’un monde qu’on ne connaît pas.
    Si c’est agréable de se laisser emporter, il manque peut-être ces révélations typiques des ouvrages contemporains, une dynamique à laquelle on s’est habituée.
    Là, ça a beau bouger, on a tout de même un côté un peu statique dans les actions…
    Les problèmes semblent presque superflus – la fille qui peut mourir ou le bateau subir de lourds désagréments, ça ne prend pas aux tripes.
    On se contente de suivre l’histoire comme les enfants installés devant l’oncle Paul, c’est agréable, chaleureux mais (un peu trop ?) tranquille.

    Cellophane Le 12/03/2018 à 21:39:45
    Les tuniques Bleues - Tome 61 - L'étrange soldat Franklin

    Voilà un chouette album des tuniques bleues !

    Le dessin est toujours au top mais je regrettais les histoires qui tournaient un peu en rond.

    Nous voici dans une aventure plus mystérieuse où l’humour n’est qu’un plus à l’ensemble. Le mystère est joliment mené jusqu’au bout et nous pousse à tourner les pages avec avidité pour en savoir le dénouement !

    Un album réussi.

    Cellophane Le 12/03/2018 à 21:35:06
    Louca - Tome 5 - Les Phœnix

    Ça reste du Louca : c’est super bien fait, dynamique, ça se lit très vite car l’action est bien menée, on a envie de tourner les pages…

    Les dessins ronds sont agréables et les couleurs emmènent bien dans l’ambiance…

    On passe un bon moment à suivre l’histoire mais celle-ci n’avance jamais beaucoup. A la fin, on n’est guère plus avancé qu’au début – mais au moins a-t-on passé un agréable instant.

    Cellophane Le 12/03/2018 à 10:15:42

    Zidrou aborde là un sujet rare et grave.
    Certes.
    Mais je n’ai pas été convaincu car il l’effleure…
    Certes, il le raconte, il ne nous cache rien du sujet et le touche au plus près mais il en effleure les conséquences.
    Tout est finalement assez banalisé, dans cette histoire, jamais de réel hauts cris (hors la sœur), jamais de troubles des autres, de menaces, de dangers.
    Tout est banalisé au point d’en être presque aseptisé et on finirait presque par se demander où est le problème vu que seule la sœur le voit…
    Je n’ai pas vraiment accroché aux dessins que je trouvais parfois sommaire, me permettant certaines fois mal de reconnaître les personnages…
    Et puis le délire du bateau sur la mer, tout ça, m’a carrément échappé…
    Un thème fort, certes, mais je suis passé à côté du livre.

    Cellophane Le 11/03/2018 à 18:21:32

    Le dessin n’a rien d’exceptionnel – ni de mauvais, par ailleurs.
    Il est simple, les couleurs aussi…

    Mais au fil des pages, il permet de raconter avec simplicité l’histoire, sans attirer excessivement l’attention ou la détourner.
    Même si quelques plans vu du dessus sont très sympas, le tout passe facilement et on entre agréablement dans l’histoire.

    Celle-ci est à la fois simple (jamais rien de compliqué, une fille qui recherche son père, un homme qui cherche à se trouver un boulot, un autre qui cherche la sérénité…) et complexe.

    Parce que toutes ces histoires simples quand elles sont prises indépendamment, se croisent et rend le tout dense, riche, touffu, comme la vie réelle.

    Tout se croise et se retrouve.

    Si certaines choses peuvent passer au second plan (comme la mammectomie), le tout se révèle très agréable à lire !

    Fluide et crédible, chaque histoire se développe intelligemment, de façon réaliste, pour notre plus grand plaisir.

    D’auteur que l’auteur se plaît à poser des scènes, à nous faire croire à des choses, pour les démonter ensuite, nous montrer qu’on s’est trompé, que la vérité est toujours tout autre, inattendue et ce, jusqu’au bout…

    Un vrai plaisir à suivre !

    Cellophane Le 07/03/2018 à 18:47:50
    Bakuman. - Tome 6 - Tempérament et absurdité

    Hiramaru s’avère être un personnage humoristique fort.

    Mais l’opus tourne surtout autour de Mashiro et son hospitalisation, ce qui amène pas mal de rapprochement avec Miho, la solidarité du clan Fukuda…

    Ils ont beau nous avoir expliqué qu’un bon manga doit jouer sur l’amitié et la persévérance pour fonctionner, ils le font et ça marche dans ce manga (comme Scream qui s’autoanalyse…).

    C’est très juste, parfois drôle, souvent touchant, motivant et déterminé – avec un excellent suspense sur la dernière page, qui démontre que l’auteur réfléchit décidément énormément pour arriver sur ce cliffhanger non pas à la fin d’un chapitre mais à la fin du tome !

    Cellophane Le 07/03/2018 à 18:45:41
    Bakuman. - Tome 5 - Anthologie et album

    Que de changements dans ce tome ! Un nouvel éditeur, des assistants qui arrivent et que l’on découvre (dont Takamaha qui se révèle, même s’il n’est encore ni important ni très intéressant), la soirée d’auteur et le personnage de Hiramaru qui s’avère de plus en plus drôle avec son côté décalé, les excès de monsieur Nakai et ses dessins sous la neige, Aoki qui se révèle avoir un cœur, les essais pour améliorer le manga… Bref, on est vraiment plongé dans l’univers de la création du manga, c’est super bien fait, plein de rebondissements et très intéressant !

    Cellophane Le 04/03/2018 à 20:59:09
    Incognito (Mardon) - Tome 1 - Victimes parfaites

    Bon, en gros, je suis déçu…

    Le type qui a un « don » d’invisibilité, ça ne sert strictement à rien. C’est juste quelqu'un, voilà tout ; son « don » n’est absolument pas exploité…

    Ça ressemble beaucoup plus à l’histoire d’une rencontre entre un homme et une femme.

    Cette rencontre est bien traité mais le plus intéressant reste le frère, dans cette histoire, sa souffrance d’être handicapé et sa maltraitance psychologique sur sa sœur.

    Hélas, ce n’est pas ça qui est traité mais la relation de cet homme et sa rencontre avec Béatrice, ce qui reste un poil anecdotique, un poil étrange sur la fin, psychédélique…

    Comme ce n’est pas ce qui m’intéressait le plus, je suis un peu passé à côté de l’album dont les dessins un poil simpliste, un poil maladroit, reste néanmoins très doux et accrocheurs.

    Cellophane Le 04/03/2018 à 20:04:03
    Music box - Tome 1 - Sa fille n'a pas de nom... elle va s'en trouver un!

    Quelque chose doit m’échapper dans cette bande dessinée…
    Les dessins sont excellents, certes. Plutôt ronds, agréables, ils restent assez réalistes et décrivent plutôt bien l’ambiance de l’époque.
    Mais l’album a beau être découpé en chapitre, on a l’impression qu’il raconte une histoire complète. Hors, j’ai peiné à trouvé un véritable lien dans tout ça. La fille qui cherche son père, s’en occupe, le vend pour finir comme ça ? C’est quoi le lien entre tout, la morale, la base de l’histoire ?
    On a vraiment l’impression que chaque partie de l’histoire raconte un morceau de la vie de cette femme, sans lien avec les autres. Au point que ça pourrait être même cinq personnages tellement le lien entre chaque chapitre est ténu…
    Donc, bien fait, un peu linéaire dans l’ensemble mais surtout, tellement décousu sur la globalité que quand le tome a été fini, je n’ai pas réellement su ce que j’avais lu…

    Cellophane Le 04/03/2018 à 19:40:00
    Bakuman. - Tome 4 - Téléphone et veille au soir

    L’album de la réconciliation qui mène sur une réunion super intéressante pour voir comment ils choisissent les mangas qui seront choisis pour le magazine ou non.

    Le tome en devient presque un documentaire sur le sujet tellement c’est précis, pointu, prenant.

    On a donc, en plus de ce côté intéressant, le côté attente, seront-ils choisis ou non, tous autant qu’ils sont ?

    Un tome prenant dans lequel on entre facilement pour ne plus en sortir.

    Cellophane Le 04/03/2018 à 19:04:13
    Bakuman. - Tome 3 - Débuts et impatience

    Toujours dessiné avec force, dynamisme et précision, l’histoire voit la scission dans le duo. Alors bon, c’est pas ultra palpitant parce qu’on se doute bien que ça va s’arranger mais ça fonctionne tout de même. Et puis les concurrents prennent de la consistance, on s’habitue à eux, on prend plaisir à les voir et les suivre – ce qui découle sur la création du clan Fukuda où, finalement, la force du scénariste nous fera apprécier tous les « ennemis » du duo.. Une réflexion sur le manga en général parsème aussi les discussions de ces dessinateurs, intéressante. Un tome sympa à suivre.

    Cellophane Le 27/02/2018 à 14:54:18
    Bakuman. - Tome 2 - Chocolats et Akamaru

    Un second tome qui s’emballe sur les bases du premier. Désormais, on sait tout ; c’est toujours explicatif mais moins bavard et plus prenant. On part avec nos deux héros dans ces tentatives, craintes, joies, échecs, réussites et ça marche super bien. Et puis Eiji arrive…

    Cellophane Le 26/02/2018 à 19:44:03

    Le style d’une époque (année 70-80), le style d’un auteur, je ne sais pas, mais il y a un style.

    Des dessins précis, soignés, avec des ombrages partout fait de petits traits ou points, magnifiquement réalisés.

    Un joli travail sur les couleurs, aussi, qui donne plus qu’une ambiance à l’ensemble ; du relief.

    Les histoires courtes sont certes inégales mais possèdent toutes leur monde, une force particulière et bien vue.

    Un chouette ouvrage.

    La BD dans le détail :

    Romance – 3,5/5
    Pas forcément super original mais très bien travaillé dans les dessins, les ambiances, les noirs et blancs ou couleur… Une triste réalité, finalement, parce que ça marcherait super bien ce truc !

    Pavillon noir – 3,5/5
    Les dessins sont superbes. Le texte est un peu imposant, alourdissant le rythme, mais quelques idées visuelle (le naufrage par exemple) et le final qui fait froid dans le dos, donne de la teneur et de l’intérêt

    Du bruit au plafond – 5/5
    Waaaaaah ! J’ai marché à fond dans celle-là ! Les couleurs, les ombrages, le dessin plein de détail ! Et puis l’ambiance, l’idée… Très bon !

    Le troupeau aveugle – 4/5
    Très bon, décalé, bizarre, mais très réussi, là encore aussi bien dans le dessin, les ombrages et les couleurs. L’histoire est improbable mais fort agréable à suivre.

    Un soir – 4/5
    Caza a l’art de nous emmener dans ses histoires sans que l’on sache trop où on va… mais en parvenant toujours à retomber sur ses pieds. Là encore, il fait mouche (si je puis dire) avec cette histoire étrange qui mène à une chute efficace.

    Metropolitan Opera – 4,5/5
    L’ambiance reste excellente par les couleurs, la force et le mouvement des dessins, le découpage des pages. Caza n’hésite pas à se prendre la tête pour dessiner foule, embouteillage ou carrelage infini de métro, ce qui donne une belle teneur à chaque page. Et puis l’histoire, très bonne, qui va jusqu’au bout, du Kafka, presque… Réussi.

    Hachélème blues – 3,5
    Intéressant, encore une fois, pour l’ambiance, l’idée, le mouvement, le flip dans lequel on se glisse… La chute n’est cependant hélas pas à la hauteur de l’idée à mon goût…

    Ultra non violence - 3/5
    Certes, le propos est bien tenu et bien traité mais la chute manque d’intérêt…

    L’archélème - 4/5
    Sympathique revisitation du mythe que je n’ai pas vu venir, malgré tout… Bien fait et superbement bien dessiné.

    Cellophane Le 26/02/2018 à 18:38:36
    Les casseurs - Al & Brock - Tome 6 - Hauts et bas à San Francisco

    Plusieurs histoires dans ce tome, une fausse liaison entre chaque, pour faire croire que c’est une aventure continue mais en fait, ce sont bien de petites histoires indépendantes…
    Chacune d’elle s’avère totalement anecdotique et sans réel intérêt. Les dessins, comme d’hab’, offrent de jolis véhicules et des visages approximatifs.
    L’accent est majoritairement mis sur l’humour…
    Ça fait passer un moment sans être mémorable.

    Cellophane Le 26/02/2018 à 18:14:53
    Bakuman. - Tome 1 - Rêve et réalité

    Un premier tome agréable. Il y a du dynamisme dans le dessin plein de détails et de précision, c’est assez impressionnant à lire. Bien sûr, premier tome, exposition des personnages et situations ; c’est parfois un peu chargé et étouffant, toutes ces explications… Mais intéressant et prenant !

    Cellophane Le 23/02/2018 à 19:53:12
    Golden City - Tome 5 - Le Dossier Harrison

    Un tome plus intéressant à suivre que le précédent car l’action est de retour, l’étau ne cesse de se resserrer autour du héros qui veut s’en échapper…
    Et puis il y a des révélations, on sent qu’on tend vers quelque chose, qu’on approche de vérités et de réponses…
    Le dessin est toujours clair, soft, et les couleurs assez simples fonctionnent très bien dans l’univers de Golden City.
    Agréable à lire avec l’envie de tourner les pages.

    Cellophane Le 23/02/2018 à 19:45:12
    Golden City - Tome 4 - Goldy

    Toujours bien dessiné, agréable à suivre, mais l’histoire paraît singulièrement facile…
    Il y a bien sûr quelques bonnes idées mais tout se résout à chaque fois assez vite.
    La trame de base reste intéressante, les personnages posés sont utiles et l’univers créé fonctionne globalement bien, mais le tout manque d’intensité, de tension, de suspense…

    Cellophane Le 15/02/2018 à 15:10:33
    Golden City - Tome 3 - Nuit Polaire

    Bon, au début, je trouvais ça un poil excessivement caricatural… Les méchants sont très méchants, les gentils très gentils… Aucun juste milieu…

    Et puis on se laisse entraîner dans l’histoire – elle a beau ne pas être beaucoup plus subtile dans le bien/mal, c’est assez sympa de suivre les avancements de manipulation…
    (même si je me demande d’où sort ce milliardaire qui vit à l’abri de tout danger pour être solide et battant à ce point physiquement…)

    Les dessins sont sobres, efficaces, et les couleurs mettent parfaitement en valeur l’histoire.

    Comme dans le tome précédent, des personnages ont disparu, la sœur revient… Je reste donc convaincu que le premier, s’il était nécessaire pour tout poser, reste assez chargé…

    Là, c’est fluide, efficace… Peut-être trop prévisible à cause du côté noir/blanc de l’âme des personnages mais agréable à suivre avec un cliffhanger bien fait.

    Cellophane Le 15/02/2018 à 15:01:44
    Litteul Kévin - Tome 7 - Tome 7

    Ma foi, je ne sais pas… Les dessins sont toujours sympas, même si parfois, j’ai l’impression que Coyote a dessiné sur d’immenses planches qu’il a réduite et certaines cases sont pleines de très petits détails, voire trop petit…

    Mais ce sont surtout les histoires qui m’ont moins convaincu…

    Il y a certes une ambiance festive de bon pote, en général, un côté délirant, grognon humoristique…

    Mais j’y ai trouvé pas mal de blabla, parfois, pour le plaisir du mot, certes, mais qui casse un peu le rythme des histoires.

    D’ailleurs, pour certaines, j’ai l’impression qu’on avance à l’aveuglette, que Coyote ne savait pas forcément où il allait quand il commençait ; ou alors qu’on se perd dans des méandres et au final, on se dit tout ça pour ça (genre, Indépendance Day…).

    J’aime bien mais je ne retrouve pas la fraîcheur du début…

    Cellophane Le 11/02/2018 à 20:06:23
    Golden City - Tome 2 - Banks contre Banks

    Plus d’action, moins de personnage, plus de réponses que dans le tome 1…

    Les dessins sont toujours agréable à suivre, on s’y plonge avec plaisir et le rythme, la dynamique de ceux-ci incitent à tourner les pages.

    Notre héroïne est un peu naïve à suivre le président en escomptant récupérer son argent mais qu’importe, on suit leurs aventures sans se poser de question.

    Plus linéaire et moins éparpillée, celle-ci est plus simple et (donc) plus agréable à suivre. La preuve qu’il y avait trop de monde dans le premier, on ne suit plus autant de personne – exit la sœur, le tueur, son frère…

    On se resserre sur le « strict minimum », ce qui permet de mieux profiter de chaque scène, de l’évolution de l’aventure et des idées du scénaristes.

    Mieux : là où l’absence de réponses dans le premier tome m’avait laissé perplexe, ne sachant où on allait, cette absence est intrigante et intéressante dans ce tome. Là, je ne me demande plus où je vais mais pourquoi j’y fais, ce qu’on me cache.

    Du coup, j’ai passé un bon moment avec ce second volume.

    Cellophane Le 11/02/2018 à 10:10:44

    Mmmm…

    Ok, le dessin simpliste, à la Sempé, fonctionne bien.

    Ok, les touches de couleur, en général bleu pour le boulot, jaune pour l’intimité, ça marche aussi.

    Ok, l’histoire se déroule et on la suit aisément, sans vraiment décrocher parce que c’est la vie, simple, dans laquelle tout le monde peut se retrouver.

    Ok, le boulot de Claire est original dans une BD.

    Mais…

    Bon, le côté tranche de vie, rien de particulier, c’est la vie qui passe, ça plaît ou ça ne plaît pas. Perso, ça me branche moyennement dans le sens où des tranches de vies, j’ai les miennes, on m’en raconte… Faut vraiment que ce soit original pour que je marche, palpitant, différent, intéressant, décalé…

    Là, non.

    Classique.

    La recherche d’amour, à plus de 30 ans, entre une femme qui enchaîne les relations et un homme qui en fait autant.

    Ce qui m’a le plus gêné, c’est que ça ressemble à un pamphlet contre la connerie masculine universelle et le dépit de toutes les femmes.

    Il y a UN seul mec bien dans les 150 pages : un père qui vient voir son enfant prématuré et aide sa femme a accepter. TOUS les autres mecs sont des machos misogyne (Frank, ses potes, son beauf) ou des mecs incapables et glandeur (Khader)…

    Alors oui, on tacle un peu sur les femmes (ouuuuh, la mère de Frank n’est pas très gentil mais comme son mari non plus, ça va… Et deux phrases sur la femme qui reprend tout le temps son mari).

    Mais globalement, les mecs sont des cons qui ne pensent qu’à baiser, qui se mettent en couple parce qu’il le faut et que pourquoi pas celle-là, elle en vaut une autre et suce bien, laisse couler en attendant que l’hystérie féminine passe, qui ne fait pas à manger, ne met pas la table, ne débarrasse pas, ne fait pas la vaisselle, ne sort pas les poubelles, ne s’occupe que de son plaisir sexuel avant de s’endormir sans penser à celui de madame…

    Alors que la pauvre femme doit endurer la pilule à prendre toute seule (ben mets une alarme… prend là à heure régulière quand ton mec est là, comme ça il verra si tu ne l’as pas prise…), qui fait tout toute seule, qui ne peut compter que sur elle-même.

    Je ne dis pas que ça n’arrive pas mais il ressort de cette BD que c’est une morale universelle, tous les mecs sont comme ça… C’est rappelé plusieurs fois, histoire qu’on n’oublie pas…
    Je trouve donc le trait simpliste et caricatural, sans subtilité et grossier (si tu as moins de 15 ans et que tu ne comprends pas l’utilisation de cet adjectif, cherche toi-même dans le dico les deux premiers sens du mot)…

    Bref, ça aurait pu être une lecture sympathique si elle n’était pas si ouvertement appuyé dans un seul sens.

    Cellophane Le 09/02/2018 à 18:57:31
    (AUT) Serre - Tome 11 - Zoo au logis

    Ahhhh !
    On retrouve la qualité des dessins de Serre, que ce soit dans les ombrages détaillés ou dans les détails des corps, des visages ou des animaux eux-mêmes très expressifs.
    Les décors sont souvent sommaires et ne nécessitent pas plus : tout tient dans la subtilité du trait qui met en avant un humour tendre, absurde, gore, cynique, cruel selon les pages mais qui a fonctionné à chaque fois avec moi.
    Un excellent opus.

    Cellophane Le 09/02/2018 à 08:22:51
    Golden City - Tome 1 - Pilleurs d'épaves

    Amusant : en un tome, les auteurs réussissent à nous créer un monde qui fonctionne autant qu’il reste « bancal » avec plein de choses qui se passent et en même temps, pas grand-chose…

    A savoir : on nous présente de nombreux personnages, les pilleurs, le président, la secrétaire, la sœur, l’ultra-méchant, le méchant, son frère, le Chacal, etc.

    Ça fait un paquet de monde pour une BD de 46 pages ! Et si on tourne avec délectation, un paquet de mystères sont posés sans réponse (à qui veulent-ils vendre l’eau ? Les milliardaires de Golden City ? Ben pourquoi faire de la pub, alors ? Et si elle est si pure, pourquoi demander à la sœur de la faire ? Et qu’est-ce qu’elle vient faire dans cette histoire ? Et pourquoi on en veut au président ? Et qu’est-ce que le Chacal fait ? Et c’est quoi ces filles qui manquent se faire tuer par des crocodiles, elles doivent bien savoir qu’il y en a ? Et d’où ce milliardaire qui gère sûrement que de l’argent sait se battre à ce point ? Et que, et qui, et quoi ?).

    Alors je ne dis pas, l’histoire est intéressante, c’est juste que je la vois partir dans tous les sens sans trop savoir à quoi me raccrocher…

    J’ai aussi trouvé que les dialogues étaient parfois un peu explicatifs ou manquant de naturel. Ils ont un côté un peu froid, impersonnel, ce qui fait que tout le monde parle pareil…

    Mais les dessins sont agréables, assez vifs et les postures, elles, sont plutôt naturelles. C’est donc assez facile de se glisser dedans, en espérant que le tome suivant me permettra de mieux comprendre si je vais dans l’histoire d’un milliardaire aventureux, l’attaque d’une cité de riches ou l’exploitation d’un ressource rare – ou les trois à la fois…

    Cellophane Le 08/02/2018 à 11:31:25

    Oui…
    Je ne sais trop que penser de ce livre…
    On a des dessins aux contours un peu flou, fluctuant, avec des couleurs en nuances de noir et gris, des traits doux et ronds… C’est agréable à suivre, comme un rêve, un souvenir, un dessin qui correspond bien au récit…
    Celui-ci, pourtant, reste une tranche de vie, quelques semaines avec un gamin et ses premiers émois pendant les vacances, la découverte d’un monde adulte…
    Et si c’est bien fait, je dois avouer avoir lu ça comme une anecdote qu’on me raconte et qui ne m’intéresse pas beaucoup…
    Plein de thèmes sont abordés : la fausse couche, les premières amours, la découverte du monde des adultes, la mort au final… Et pourtant, tout semble glisser sur le protagoniste.
    Jamais de grands cris, de drames, de pleurs…
    Antoine reste globalement très passif dans tout ce qui se passe et, du coup, rien ne m’a vraiment touché, ému, interpellé.
    Je l’ai lu et puis voilà, un peu comme un fait divers…
    Bien mais sans plus.

    Cellophane Le 07/02/2018 à 09:45:33
    Junk - Tome 2 - Pay back

    Bon, ben j’ai dû passer à côté…

    Les dessins restent identiques à ceux du premier tome, quelque chose entre la simplicité enfantine et une stylisation adulte que j’ai du mal à nommer – et un petit de mal à apprécier également…

    Quant à l’histoire, s’il y a des rebondissements, j’ai eu l’impression de lire un western à petit budget… D’accord, il y a un méchant, une attaque, des poursuites, des tirs, plein de trucs…
    Mais en même temps, un côté « facile » : ah ben on va mourir dans la glace, ah ben non, on s’en sort, ah ben on va mourir en se faisant tirer dessus, ah ben non… Voilà voilà…

    Me demande si c’est le genre de dessins « comiques » qui ne cadre pas avec un western « sérieux »…

    Pour autant, j’avais beaucoup aimé Inner Blues qui suit la même veine, histoire sombre, dessin léger…

    Non, je crois que l’histoire m’a semblé manquer de profondeur, de sentiment, d’intériorité, d’excès… Tout leur paraît banal, là-dedans alors moi aussi, je me suis détaché…

    Et puis outre que je n’ai pas totalement capté la fin (ok, donc c’est une sorte d’oiseau qui tout ça tout ça… ???), je me suis surtout dit « tout ça pour ça »…

    Non, passé à côté.

    Cellophane Le 07/02/2018 à 09:44:09
    Junk - Tome 1 - Come back

    Junk, tome 1 : Come Back – 3
    Ça commence super bien.
    Une fois que je me suis fait au trait de Brüno, à la fois carré mais pas vraiment, stylisé mais pas totalement, enfantin mais non… Bref, un style à part que j’ai eu un peu de mal à appréhender…
    Bref, une fois que je me suis fait au dessin, j’ai beaucoup aimé la première moitié, l’idée tordue de la réunion, la remise du pli à chacun, les personnages…
    Et puis la seconde moitié devient un peu banale. On les suit et voilà tout, moins de suspense, de surprise, du classique…
    Dommage.

    Cellophane Le 04/02/2018 à 18:16:37
    Le journal d'Henriette - Tome 1 - Le journal d'Henriette

    On suit les déboires qu’Henriette livre à son journal.

    On pourrait y voir ses joies, ses peines, ses doutes, ses découvertes… Mais non. On voit principalement tout ce qui ne va pas.

    A peu près rien ne change au fil du tome : elle est malheureuse et ses parents sont de pauvres nazes.

    Sur une histoire, deux, ça pourrait passer.

    Sur tout un tome, sachant que rien ne change (vaguement la fin où un cauchemar se transforme en rêve) durant tout le volume, ben c’est long et lourd à force.

    Pas d’humour, pas d’espoir, juste la tristesse et l’incompréhension de cette jeune fille.

    Je n’ai pas trouvé ça distrayant pour un rond et je trouvais plus d’humour, de subtilité ou d’analyse chez Monsieur Jean…

    Comme en plus, je n’ai pas foncièrement adhéré aux dessins, là aussi moins intéressant à mon goût que Monsieur Jean, je suis passé à côté de l’album…

    Cellophane Le 04/02/2018 à 17:45:25
    Litteul Kévin - Tome 5 - Tome 5

    Le dessin de Coyote est somptueux. Il n’hésite jamais à mettre des détails dans toutes les cases et en soigner les moindres aspects (dans la chambre de Kevin, il s’amuse à poser un vaisseau spatial qu’il dessine dans trois cases, sous des angles différents, alors qu’il pouvait se contenter de dessiner un tapis).
    On revient au style des premiers albums, surtout le second : des histoires simples, une bonne chute, beaucoup de tendre dans l’ensemble, de la subtilité.
    Les personnages sont exploités au mieux, Chacal, bourrin benêt au grand cœur, Sophie, mère attendrissante, tendre et possessive, Kevin, jeune rebelle mais qui reste un enfant (n’osant pas mettre de la cire sur le torse de son père parce que c’est chaud et qu’il a peur de lui faire mal…).
    Et l’arrivée du chien permet encore d’élargir le potentiel de la famille.
    Un excellent cinquième tome.

    Cellophane Le 04/02/2018 à 17:44:26
    Litteul Kévin - Tome 4 - Booooorn to be Houaaïïïld

    Pour le dessin, il n’y a toujours rien à dire : pour moi, il est parfait, entre réalisme et caricature, ne tombant pas dans la facilité grâce à des détails partout… Je suis terriblement fan.

    Pour les histoires, je les ai moins aimées que dans le tome précédent…

    Alors d’accord, l’humour de Coyote est toujours là, mais il m’a généralement moins convaincu pour diverses raisons…

    Pour des histoires dont la chute ne me convainc pas pleinement pour beaucoup, arrivant comme ça, parce qu’il faut finir, manquant des points d’orgue qu’il savait faire auparavant ( les deux sur le ski, les uns corruptibles, Faute de Frappe)…
    Pour des cases ou histoire qui, contrairement aux précédents opus, manquent d’intérêt (trois cases pour allumer sa pipe, par exemple, ou tenter de mettre ou non une casquette, Les Bottés de l’Argot Tiquent qui s’étale un peu…).
    Ou surtout, l’humour vachard qui parsème l’album alors que c’était toujours tendre entre chacun (cours de rattrape-âge, surtout, Du Rififi, un peu)…

    Alors je ne dis pas, le niveau est toujours très haut mais j’ai un poil moins adhéré…

    Cellophane Le 04/02/2018 à 17:43:54
    Litteul Kévin - Tome 3 - Hasta la bista... Baby!

    Toujours aussi bien dessiné : je bave devant la précision des corps, des attitudes, des expressions du visage, par la foule de détails ajoutés avec netteté et lisibilité, par ces ombrages de oufs qui ne surchargent pas le dessin…
    Le monde de Kevin se développe largement, avec l’arrivée d’un paquet de nouveaux personnages (Vanessa, le black, la copine deHulk), le développement des autres (en particulier Frida et le pote de Kevin) et surtout, l’exploration de lieux plus variés qu’auparavant (devant la salle de concert ou le club naturiste).
    Toujours imaginatif et blindé d’humour ; un excellent moment – qui m’a un tout petit peu moins accroché que le tome 2 où c’était vraiment une vie de famille, d’amitié dans laquelle j’aimais à me retrouver alors que là, du bar où ça va commencer au camping, tout n’est pas mon monde (où alors, je n’ai pas forcément envie de m’y retrouver…).
    Mais excellent moment tout de même !

    Cellophane Le 04/02/2018 à 17:43:19
    Litteul Kévin - Tome 2 - Épique et sauvage

    Toujours aussi bien dessiné, avec foison de détails dans les cases et des ombrages qui me plongent dans des états d’admiration hébétée infinis.
    Les histoires, toujours sur le format de 5 planches environ, sont plus drôles que dans le premier opus. On suit une idée sur quelques pages, bien développées, souvent entre action, délire et petites remarques…
    La vie quotidienne devient drôle grâce au don d’observation de Coyote, aux répliques bien senties et surtout, à ce mélange d’humour testostéroné et de tendre familiale et amicale.

    Cellophane Le 04/02/2018 à 17:42:54
    Litteul Kévin - Tome 1 - Litteul Kevin

    Les dessins sont magnifiques.
    J’adore ce style, caricatural mais à tendance réaliste, blindé d’humour et de détails. La dame au caddie avec son fils et son chien qui égaye toutes les cases ou presque de l’histoire au supermarché, les playmobils qui envahissent la chambre de Kevin, les élèves en arrière-plan dans la cour de l’école…
    Et j’adore les ombrages de Coyote, j’adore m’attarder sur les cases pour regarder comment il leur donne du relief…
    Le personnage de Kevin, principalement, évolue physiquement au fil des pages pour trouver le physique qu’il aura par la suite vers la moitié du tome.
    J’ai aussi l’impression que Coyote cherche son style : les premières histoires sont excessives dans les personnages, le gamin qui parle comme un dur et conduit sa bécane, les bonnes grosses histoires pleines de testostérone…
    C’est au fil de l’album que les sujets et traitements deviennent plus subtil, moins rentre-dedans mais un poil plus tendre et imaginatif.
    Un tome pour prendre ses marques et poser les personnages.

    Cellophane Le 04/02/2018 à 17:36:47
    Litteul Kévin - Tome 6 - Tome 6

    Je ne cesserai de m’esbaudir sur les dessins, caricatures très réalistes, pleines de détails et d’ombrages finement ciselés.

    Les textes le sont tout autant, ciselé, même s’ils m’ont paru plus conséquent que précédemment, en étant écrit plus petits dans les bulles.

    Mais l’humour n’est pas totalement le même. On a bien sûr, toujours, les situations cocasses et familiales. Mais « Ma cavale au Canada », si elle est amusante, ressemble plus à un « reportage » souvenir de vacances, sans véritable chute. Je n’ai pas marché à « Les pieds dans le star-ter » malgré les jeux de mots ni à « Projection privée », ne parvenant pas à reconnaître Kevin grand…

    Les histoires ont des chutes moins prononcées (le Vide Gros-niais ou une Morale élastique) et certaines, comme « Scène de ménages » ou « Parlez-moi d’humour » semble partir sur un sujet pour bifurquer vers un autre en cours de route…

    J’adore toujours Coyote mais je suis moins convaincu par ce tome.

    Cellophane Le 04/02/2018 à 17:27:15
    Sword (The) - Tome 1 - Le Feu

    Le moins qu’on puisse dire, c’est que je ne suis pas convaincu du tout…

    L’histoire n’est pas particulièrement originale de l’épée qui donne des pouvoirs, les représentants des quatre éléments qui usent et abusent de leur pouvoir…

    Ça pourrait passer mais plein de détails ont gêné ma lecture.
    La rigidité et la froideur des dessins pour le visuel – je ne suis pas super fan de manga mais j’en ai lu plusieurs où l’action était super bien représentée par les mouvements et lignes de vitesse. Là, il faut faire un gros effort pour imaginer l’action…

    L’histoire, outre qu’elle n’est pas super originale, est particulièrement bavarde… Il y a des kilomètres de texte pour expliquer ce qui tiendrait en cinq fois moins de place, alourdissant le tout.

    Au final, je me suis forcé à tourner les pages pour au moins finir ce premier tome qui ne m’a franchement pas emballé…

    Cellophane Le 03/02/2018 à 19:13:54
    Carthago - Tome 1 - Le Lagon de Fortuna

    Au début, j'étais un peu perdu dans ces multiples histoires à différentes époques, avec des gens qui veulent on ne sait trop quoi...

    Et tranquillement, tout se met en place pour offrir une histoire assez flippante à mon goût (oui, j'ai pris le livre au titre et la couverture sombre mais je ne suis pas fan des bestioles qui vivent sous l'eau, donc la, j'ai été servi...).

    Le tout s'avère après lecture très réussi dans l'ambiance, le scénario, avec des dessins qui accompagnent bien.

    Cellophane Le 03/02/2018 à 19:11:40
    Carthago - Tome 2 - L'Abysse Challenger

    J’ai trouvé ce tome encore plus palpitant que le premier.

    Peut-être parce que les flashs dans le passé sont moins nombreux, un peu plus long ou que sachant déjà la base de l’histoire, ils sont plus clairs…

    En tout cas, ils fonctionnent très bien et se recoupent parfaitement.

    En plus, ils sont moins anecdotiques et nous donnent plus d’indications sur certains personnages, originaux et bien construits.

    Et puis ça va vraiment dans l’excès (tout est fait à fond) en restant pourtant crédible…

    Très sympa de s’y immerger !

    Cellophane Le 03/02/2018 à 19:08:46
    Carthago - Tome 3 - Le monstre de Djibouti

    Un peu comme les deux premiers tomes : sans savoir pourquoi, je suis totalement attiré par cette BD.

    Pourtant, elle a certains « défauts »…

    Celui de consacrer plusieurs pages à rien, par exemple, comme la première plongée… Alors d’accord, ça montre qu’ils ne réussissent pas du premier coup mais une bulle comme « J’espère que cette fois, ça marchera » suffit… Ou toute l’installation dans le château : pourquoi puisqu’ils s’en vont ???

    Bref, pas mal de planche s’appesantissent sur des choses qui me paraissent inutiles… Et pourtant, ça met une ambiance…

    Il y a aussi pas mal de planches qui entrecoupent l’histoire pour nous montrer quelque chose qui se passe ailleurs. Pourquoi ? Plusieurs fois, on ne sait pas vraiment – ou on le découvre plus tard, en se disant que ça pouvait être supprimé… Et pourtant, au final, une toile se tisse…

    Mais c’est surtout la démesure qui me happe dans cette BD, ce requin géant assez flippant, le yéti, les moyens tape-à-l’œil mis en œuvre…

    Il ne semble avoir aucune limite et j’avoue avoir ressenti comme des bouffées d’angoisse en tournant une page et me retrouvant dans les profondeurs face à ce monstre marin !

    Alors malgré ces longueurs (pas très dérangeantes au final), je marche plutôt bien.

    Cellophane Le 03/02/2018 à 19:08:21
    Carthago - Tome 3 - Le monstre de Djibouti

    "Un peu comme les deux premiers tomes : sans savoir pourquoi, je suis totalement attiré par cette BD.

    Pourtant, elle a certains « défauts »…

    Celui de consacrer plusieurs pages à rien, par exemple, comme la première plongée… Alors d’accord, ça montre qu’ils ne réussissent pas du premier coup mais une bulle comme « J’espère que cette fois, ça marchera » suffit… Ou toute l’installation dans le château : pourquoi puisqu’ils s’en vont ???

    Bref, pas mal de planche s’appesantissent sur des choses qui me paraissent inutiles… Et pourtant, ça met une ambiance…

    Il y a aussi pas mal de planches qui entrecoupent l’histoire pour nous montrer quelque chose qui se passe ailleurs. Pourquoi ? Plusieurs fois, on ne sait pas vraiment – ou on le découvre plus tard, en se disant que ça pouvait être supprimé… Et pourtant, au final, une toile se tisse…

    Mais c’est surtout la démesure qui me happe dans cette BD, ce requin géant assez flippant, le yéti, les moyens tape-à-l’œil mis en œuvre…

    Il ne semble avoir aucune limite et j’avoue avoir ressenti comme des bouffées d’angoisse en tournant une page et me retrouvant dans les profondeurs face à ce monstre marin !

    Alors malgré ces longueurs (pas très dérangeantes au final), je marche plutôt bien.
    "

    Cellophane Le 03/02/2018 à 19:07:17
    Carthago - Tome 4 - Les monolithes de Koubé

    Un peu pareil que le précédent, sauf que je me lasse aussi un peu…

    Les histoires s’étalent sur des périodes de plus en plus longues : s’il se passait quelques trucs dans le tome 3, je n’ai pas vraiment eu l’impression que c’était le cas sur ce tome 4…

    Elle est serveuse puis non ; ils naviguent puis elle arrête ; il y a le mégaloshow et puis non ; il y a un tsunami et puis c’est fini…

    La découverte sous-marine de l’épisode précédent revient ici sans nous en apprendre plus…

    Bref, très joli, des scènes bien réalisées mais un album qui m’a donné une impression de remplissage…

    Cellophane Le 03/02/2018 à 14:21:18
    Sept - Tome 16 - Sept frères

    Je suis pas fan du tout des histoires sur la Seconde Guerre, pas plus que des histoires de fratries plus ou moins obscures.

    Pourtant, ici, j'ai marché.

    Le huis clos est bien écrit, les flash-back aère parfaitement le récit.

    Si j'ai parfois un peu confondu les personnages, la trame et le final restent assez solides pour faire de ce volume un très bon moment.

    Cellophane Le 03/02/2018 à 14:20:42
    Sept - Tome 13 - Sept détectives

    On se pose pas mal de question au fil du tome en trouvant ça pas mal tordu la plupart du temps...

    Et puis les dernières pages qui expliquent tout satisfont notre curiosité - même si on peut considérer ça carrément tordu quand même mais au moins, tout est très bien justifié...

    Cela dit, l'ambiance est excellemment posée, les dessins sombres et aux traits secs restituent parfaitement l'époque, les personnages (bien qu'un peu nombreux, avec une vingtaine de noms, on s'y perd un peu) sont bien campés et sympa à suivre...

    Les textes sont bons et l'ouvrage est dense - malgré les premières pages où on se dit (à tort) qu'ils ne se sont pas foulé (un seul dessin par page sur sept pages).

    Bref, une enquête typique du whodunnit ambiance Agatha Christie très réussie.

    Cellophane Le 03/02/2018 à 14:19:39
    Sept - Tome 9 - Sept personnages

    D'accord, il y a les personnages de Molière, plutôt bien utilisés, un texte mystérieux...

    Mais d'une part, tout cela est assez confus et donne l'impression d'empilement de plein de choses qui compliquées qui enchevêtrent de façon plus complexe qu'il n'y paraît.

    Ensuite, il y a plein de mélanges - réel et irréel (des gens de chair qui conversent vraiment avec des personnages inexistants mais si, un Scapin qui en est finalement plusieurs, la vraie vie de Molière et la fausse) - qui m'ont un peu perdu puisque je n'ai pas réussi à m'accrocher vraiment à quelque chose : réaliste ? Onirique ? Vrai ? Faux ? Fantômes ? Réalité ?

    Enfin, c'est bien dessiné, j'en suis incapable, mais il y a un petit côté raide dans le trait qui ne m'a pas pleinement attiré...

    Je suis donc globalement passé à côté de cette oeuvre.

    Cellophane Le 03/02/2018 à 14:18:40
    Sept - Tome 8 - Sept Survivants

    Il loupe pour deux "détails" le 5/5 à mon goût.

    Le premier, très bête, parce que vu le titre, je m'attendais à suivre 7 survivants...

    Le décès d'au moins l'un d'eux fait qu'ils ne sont plus sept à survivre...

    C'est bête, certes, mais le titre n'est pas cohérent avec l'histoire...

    Le second, c'est que tout n'est pas pleinement exploité.

    L'idée est bonne (même si elle reste un peu classique), l'ambiance est là et les personnages plutôt bien marqué.

    Mais cela ne va pas au bout : des visions sont censées leur parvenir mais les deux criminels n'en ont pas du tout, le fils non plus, le flic à peine...

    Reste le triangle amoureux ; et c'est plutôt bien fait mais on aurait aimé en avoir autant avec les autres...

    Cela dit, le final est sympa.

    Cellophane Le 03/02/2018 à 14:17:04
    Sept - Tome 4 - Sept missionnaires

    Il est très bon, ce tome !

    Les 7 moines qui ont chacun un pêché capital, c’est drôle et non seulement bien traité sur tout le long du tome mais en plus, utile au dénouement.

    Ce n’est pas une simple plaisanterie posé là, c’est une excellente trouvaille qui tient toute l’histoire.

    Du coup, celle-ci se suit avec plaisir – d’autant qu’elle va beaucoup plus loin que ce que j’avais imaginé.

    L’idée des défauts qui permettent la victoire est très bonne et traitée avec pertinence, sans rien qui paraisse trop exagéré dans les réactions…

    Les dessins sont très beaux : les personnages sont variés, reconnaissables et crédibles quand les décors sont réussis et dépaysant.

    Un bon tome.

    Cellophane Le 03/02/2018 à 14:15:57
    Sept - Tome 3 - Sept pirates

    C’est assez bien fait mais plusieurs choses m’ont gêné.

    La première, c’est qu’après le recrutement des nains et des psychopathes dans les deux premiers tomes, on recrute à nouveau dans celui-ci…

    Cela devient banal – même si la lecture indépendante de ce livre ne gêne pas…

    Après, je m’y suis un peu perdu dans les personnages : trop de noms, trop de personnes se ressemblant…

    Si j’ai globalement tout compris, ce mélange a diminué l’intérêt que je pouvais porter au tout.

    Enfin, les dessins ne m’ont pas totalement emporté, un poil trop pastels, non délimités, gentils pour une aventure de pirates…

    Je n’ai donc pas entièrement fonctionné au tout même si quelques idées narratives ou de découvertes restent sympas.

    Cellophane Le 03/02/2018 à 14:14:29
    Sept - Tome 2 - Sept voleurs

    Globalement, l’histoire se suit bien : les dessins sont bons et nous emmènent parfaitement dans ce monde de fantaisy, les personnages sont bien campés, il y a de l’action et un petit poil d’humour…

    Pour le reste, ce n’est pas très original, de la conception de l’équipe, classique, à la traversée des bois jusqu’aux salles et leur piège assez communs…

    Très peu de surprises dans cette histoire mais on peut suivre si on la prend avec légèreté.

    Cellophane Le 03/02/2018 à 14:13:36
    Sept - Tome 1 - Sept psychopathes

    Même si le sujet de la seconde guerre mondiale m'intéresse rarement, je me suis pris à lire ce livre avec plaisir car la trame principale est intéressante, comme le caractère des personnages...

    Un peu eu le sentiment, parfois, que le nombre 7 ne servait à rien tant les destinées de chacun sont indépendantes mais pour le recrutement, l'idée finale et le traitement des scènes généralement bien fichu (même si on peut parfois se demander pourquoi s'intéresser plus longtemps à l'un qu'à l'autre), cette BD se lit avec plaisir.

    Cellophane Le 03/02/2018 à 14:11:23
    (AUT) Serre - Tome 1 - Humour noir et hommes en blanc

    Le trait est drôle, un fond de réalisme enrobé d’une bonne dose de caricature. Les ombrages sont finement travaillés et l’ensemble donne un style qu’on ne retrouve nulle part ailleurs.

    Pour les dessins, on ausculte une grande partie du corps médical, des urgences à la médecine générale avec souvent beaucoup d’humour noir, parfois de l’humour absurde…

    Les dessins en une page, ça fonctionne ou pas, selon l’humour de chacun – quid, par exemple, de ce type qui a un nez à la place du sexe ? Oui, c’est incongru et donc amusant, oui, la tête du médecin est drôle mais quoi ???

    Je préfère largement les dessins d’humour ravageur (entrée/sortie de l’hôpital, cruel mais juste), les dessins « symboliques » (ce médecin qui « remonte » son patient »), voir l’humour décalé (l’ophtalmo pour aveugles) avec parfois un petit regret de voir qu’une idée a amené la suivante (flagrant sur les seringues, par exemple), ce qui donne l’impression de voir un peu la même blague sous différents angles mais pas différentes blagues.

    Cellophane Le 03/02/2018 à 14:10:45
    (AUT) Serre - Tome 2 - Le Sport

    Toujours aussi bien dessiné, souvent en gros plan ou plan assez serré pour isoler la scène, mettre le lecteur devant le truc drôle, c’est parfaitement réalisé.

    Plus inventif, à mon goût, que le premier – ici, Serre cherche tout ce qu’il peut faire sur les différents sports, sans forcément tourner autour d’une même idée. C’est plus vaste.

    Si c’est peut-être un peu moins gore, vaguement moins noir que l’humour noir des hommes en blancs, c’est souvent absurdement drôle et cette fois, tous les gags font mouche.

    J’ai également apprécié le fait de devoir bien observer les dessins – on comprend puis on le regarde à nouveau pour apprécier la subtilité.

    Très sympa et toujours aussi rapide à lire.

    Cellophane Le 03/02/2018 à 14:10:11
    (AUT) Serre - Tome 3 - L'automobile

    Les dessins sont toujours aussi bons, parsemé ici et là d’un peu plus de couleur qu’auparavant, pour mettre en avant les contours de la route, l’humour de l’éléphant rose ou du détail à voir en particulier, le personnage principal, etc. sans que je trouve que cela ajoute grandement à l’ensemble.

    Au contraire, même, il me semble que ces points de couleur font perdre un peu à la qualité du dessin, des ombrages, de l’humour noir, même (je peux me tromper mais la couleur sur les pervenche qui exécute le contrevenant fait perdre à mon sens le côté sombre du dessins)…

    Si pas mal de gag fonctionnent bien, il y en a (pas mal) d’autres (trop ?) qui ne sont même pas drôle, juste à la Dali, pour faire quelque chose d’original, de décalé, d’absurde sans être drôle (les voitures qui poussent la route par exemple), sans sens particulier, auxquels je n’ai pas adhéré.

    Nouveauté également : les gags en plusieurs pages auxquels, là non plus, je n’adhère pas. A chaque fois, arrivé au bout, je me suis dit « tout ça pour ça ? » et je trouve que la force de Serre tient plus dans ses cases en une planche.

    Beaucoup moins convaincu que par les deux premiers tomes. Déçu, presque…

    Cellophane Le 03/02/2018 à 14:09:26
    (AUT) Serre - Tome 4 - Serre ...vice compris

    De l’humour sexuel qui, un peu comme les blagues coquines que l’on peut se raconter dans le même genre, son amusantes mais s’arrêtent là.

    Contrairement aux précédents opus où il y avait du cynisme, du noir, du second degré, là, il n’y a pas grand-chose qu’une blague sexuelle et puis voilà tout.

    On peut donc sourire de temps en temps mais ça ne va guère plus loin.

    Le dessin s’est épuré à ce quatrième tome, les personnages et décors sont plus « lisses », avec moins de détails.

    Plus de couleurs également, ce que je trouve dommage puisque du coup, Serre ne travaille plus autant les ombrages et je trouve les dessins moins fouillés.

    Sympa, en passant.

    Cellophane Le 03/02/2018 à 14:08:56
    (AUT) Serre - Tome 5 - Savoir vivre

    Les plus symboliques me semblent les plus efficaces – une fois encore, quand il part dans le surréalisme (les marionnettes, le culbuto crâne/humain, l’homme horloge), ça me dépasse. Je trouve ça à peu près joli, dans ces cas-là, mais je ne saisis ni message ni humour.

    L’humour absurde (l’arroseur d’arbre, SOS suicide), l’humour noir (le parachutiste, l’abus dangereux), l’humour décalé (le cercueil et le tourniquet, le centaure), le symbolisme (la semeuse, le sablier), je marche plutôt bien.

    Mais pour certains gags, je cherche encore ce qui est vraiment drôle…

    J’ai donc été pris par presque les trois quarts des pages.

    Quant à la couleur, je trouve toujours qu’elle simplifie les ombrages et je préfère ceux en noir et blanc.

    Cellophane Le 03/02/2018 à 14:07:52
    (AUT) Serre - Tome 6 - La Bouffe

    Beaucoup de cynisme dans cet opus, une critique de la société de consommation.

    Ça tacle également sur la religion plusieurs fois.

    Enfin, pas mal de planches qui nécessite de bien y regarder car le gag est subtilement mis dans le dessin qui paraît « normal » au premier coup d’œil, jusqu’à ce que l’on aperçoive le détail…

    Si la majeure partie de l’opus fonctionne bien, certains gags m’échappe tout de même, dont je ne perçois ni le message ni l’humour…

    Mais c’est toujours bien dessiné avec force de détails.

    Très sympa – même si ça se lit très vite.

    Cellophane Le 03/02/2018 à 14:07:21
    (AUT) Serre - Tome 7 - Le bricolage

    A part le dessin du dos de couverture, peu de gore dans ce volume.

    Serre tourne vers plus d’humour absurde ou de dérision.

    Parfois répétitif (que ce soit « tout faire soi-même » ou l’échelle avec quelque chose de coincé dedans, des idées reviennent), voire déjà vu (la Vénus de Gault et Millau dans le précédent, le ponseur de Rodin ici), l’ensemble m’a moins convaincu.

    D’accord, on sourit souvent mais ça ressemble plus à du dessin humoristique de magazine que l’analyse cynisque faite avant…

    Quelques dessins à texte, ce qui n’apporte pas souvent grand-chose, Serre étant meilleur à mon goût dans le one-shot silencieux…

    Et puis des dessins qui, souvent ceux en couleurs, offrent moins de détails ou d’ombrage…

    Pas le meilleur.

    Cellophane Le 03/02/2018 à 14:06:58
    (AUT) Serre - Tome 8 - Les vacances

    Beaucoup moins percutant que ce qu’il a pu faire au début, Serre s’attaque aux vacances.

    Le découpage en mer-montagne-ailleurs-souvenirs pourrait, comme dans le premier et les hommes en blanc, permettre un découpage ingénieux. Ça donne plus l’impression que ça oblige le dessinateur à faire moins de dessins par thème.

    Car s’il y a quelques idées originales (la plage et la bouche dégoût), un peu de gore (le type qui ferme sa valise) ou de noir (le cul de jatte double manchot au retour de vacances), on tape souvent dans la blague légère.

    Ça marche ou ça marche pas – avec moi, pas trop…

    Et les dessins, même quand il ombre comme au début, me semble moins poussés, moins aboutis qu’au début.

    Ni bon, ni mauvais, ça prend dix minutes à lire à peine…

    Cellophane Le 03/02/2018 à 14:03:51
    (AUT) Serre - Tome 9 - Serre ...Petits Anges

    On retrouve pour beaucoup le Serre des débuts.

    Ces petits anges sont cyniques, méchants et plein de mauvaises idées – et Serre s’en donne à cœur joie pour les étaler pages après pages.

    On retrouve de l’humour bien noir parsemé de quelques gags gores…

    Il reste bien encore quelques dessins d’un style plus épuré, presque banal, qui fonctionnent moins à mon goût…
    Mais globalement, on a retrouvé l’esprit qui me plaisait tant chez cet auteur et les dessins soignés, pleins de détails sur les visages et les corps, avec des ombrages riches.

    Bon retour après les tomes précédents.

    Cellophane Le 03/02/2018 à 13:37:04
    14-18 (Corbeyran/Le Roux) - Tome 1 - Le Petit Soldat (août 1914)

    Autant je n'aime pas l'Histoire avec un grand H et encore moins les histoires de guerre, autant cet album est somptueux.

    D'abord parce qu'on ne part pas dans une histoire comme on en voit d'habitude mais aux prémisses de la Grande Guerre, avec une bande d'amis qui apprend que la guerre éclate et qu'ils vont aller au front, persuadés qu'il n'y en a que pour quelques mois au plus.

    Le désenchantement arrive dès les premiers jours et les réactions humaines (peur, envie de fuir, tentative de faire face et d'y croire) sont magnifiquement décrites.

    Ensuite, parce que le dessin est somptueux, à la fois réaliste mais accompagné d'une certaine rondeur qui lui donne un côté plus vivant, plus humain.

    Excellente BD !

    Cellophane Le 03/02/2018 à 13:30:13
    Giant - Tome 2 - Giant 2/2

    Déception.

    Autant le premier tome mais en place une histoire qui se développe malgré elle, au sein d’une époque, autant dans ce tome, ça m’a paru être le contraire.

    La photographe, le journaliste, les deux mettent l’accent sur les travailleurs des buildings, les indiens, etc., ce qui donne un côté plus didactique à une partie du volume que dans le premier où l’action se situait à une époque : là, on nous l’explique.

    Il y a d’ailleurs beaucoup moins d’action puisqu’une bonne partie du temps, Giant attend (quand il agissait, que tout le monde agissait dans le premier) et reste passif plus des trois quarts de l’album.

    Et puis soyons honnête : le premier tome nous fait miroiter une relation. Le second nous l’apporte et que se passe-t-il ? Rien…
    Hop, on emballe tout ça dans un mouchoir, comme le dit Mary, et on range ça au fond de sa poche.

    Il me semble que toute l’attente déçue de Giant, la quarantaine du petit, ne servent pas à grand-chose et qu’il aurait été plus intéressant de rentrer dans le vif du sujet plus tôt (la rencontre).

    Du coup, si le premier tome m’avait emballé et que les dessins restent bon, ici, j’ai trouvé que le temps s’étirait et que le final n’était pas à la hauteur de mes attentes…

    Cellophane Le 03/02/2018 à 13:28:00
    Giant - Tome 1 - Giant 1/2

    Eh ! Ben voilà un bel ouvrage !

    Alors au début, j’ai trouvé ça gentillet.

    Ok, on suit un type qui arrive dans la construction de building, dans les années 30, pour glisser lentement vers un autre personnage, Giant.

    C’est très bien fait mais ça donne plus l’impression de voir un documentaire BD sur l’époque, tout est simple, c’est la vie, voilà tout.

    Et puis quand vient le premier rebondissement, on se dit que c’est assez classique, déjà vu – ce qui n’empêche pas de continuer à tourner les pages parce que c’est bien réalisé.

    Mais on s’y glisse, dans cette force tranquille, cette vie « banale » qui s’écoule. Lentement, on se prend d’affection pour Giant, pour les autres personnages.

    Tout ce qui se passe, si ça reste classique, n’en est pas moins logique. Et on s’enfonce inexorablement dans cette histoire, réagissant à chaque nouvelle révélation.

    Au final, j’ai passé un très agréable moment à suivre cette histoire.

    Le trait vif rend parfaitement les mouvements et postures des personnages. Plus encore, la couleur et les cadrages nous immerge totalement dans l’époque.

    Très bon.