Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les derniers avis postés sur les albums de la série

    Pour poster un avis sur un album de cette série, rendez vous sur la page de l'album correspondand.

    Shaddam4 Le 20/04/2021 à 09:53:41

    Si la couverture reflète très bien ce one-shot de SF « temporelle » (genre que j’adore, au même titre que Brane Zéro, Unité Z ou Alter), présentant les cinq « enfants » mutants, un ton gris bien froid qui habille toutes les cent pages du volume, et la grosse bébête… elle en résume aussi les limites comme pas mal de blockbusters ciné qui mettent tout dans leur affiche. Bon public, j’ai beaucoup aimé le trait épuré mais précis de Clarke qui rappelle les bonnes SF Delcourt des années 2000 (la seule première page montre la maîtrise technique du dessinateur sur les éléments mécaniques et architecturaux) et n’ai pas souffert d’une certaine monotonie des décors de destruction du fait de cadrages serrés provoquant le huis-clos et mettant en valeur des encrages profonds très chouettes. Les quelques séquences d’action pas du tout centrales donnent une respiration à une narration construite sur le mystère constant, la technique scientifique et les allusions cryptiques des scientifiques. Les codes du récit conspirationniste sont maîtrisés et le tout est heureusement porté par un art des dialogues tout à fait percutant. Et bien tout ça semble bien sympa vous dites vous! Oui, avec les limites inhérentes au genre et au format. Tout le monde n’est pas Bajram et à ma connaissance hormis quelques adaptations de romans SF magistraux, UW1 reste une singularité dans un genre qui exige une maîtrise scientifique et scénaristique très élevée. Comme les volumes cités plus haut Akkad jouit des mêmes atouts pour qui aime les concepts SF sophistiqués mais aussi des mêmes manques à savoir une conclusion frustrante qui fait tirer la moue devant le nombre de questions laissées en suspens et quelques facilités dans la résolution d’une intrigue par définition compliquée. Reste pourtant une réalisation sans faute, élégante, rythmée, fort alléchante et assez lisible qui titille suffisamment notre envie d’énigmes spatio-temporelles.

    Lire sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2021/04/20/bd-en-vrac-18/

    yannzeman Le 06/04/2021 à 10:29:19

    Ce dernier projet de Clarke seul est un peu moins mauvais que son précédent ("les danois"). Mais ce n'est pas plus satisfaisant au final.

    Le dessin pêche toujours, les décors sont moyens, c'est efficace mais pas très beau, et ça ne donne pas envie de s'y replonger par la suite.

    Le scenario est décevant. Oui, il y a une fin. Est-ce qu'elle est logique ? Je n'en sais rien.

    Mais par contre, l'auteur utilise un ennemi dont au final on ne connaitra pas les motivations, ni ce qu'il advient de cette terre soumise à cette invasion. On reste là, à la fin de l'album, comme des cons. Tout ça pour ça...

    Quand je compare avec ce petit bijou qu'est "ION MUD", qui est un peu comparable quelque part, la comparaison fait mal pour "AKKAD"...

    Au final, je déconseille fortement l'achat de cet album. Il vous laissera frustré.

    sega1708 Le 02/03/2021 à 16:08:45

    Le dessin de Clarke est toujours aussi efficace.
    Le scénario un peu moins. Comme (presque) toutes les histoires basées sur la manipulation temporelle, la logique est un peu tiré par les cheveux ... Et le twist final peine à convaincre. Un album sympathique malgré tout.

    DamBDfan Le 02/02/2021 à 12:15:11

    Bon, j'ai relu deux fois l'album avant d'exprimer mon ressenti mais c'est bien la déception qui l'emporte. L'atmosphère avec envahissement extraterrestre et tout le toutim, ça m'amuse et c'est souvent intrigant mais il y a un truc qui cloche dans cette histoire. Déjà, la manière dont c'est raconté, avec des termes scientifiques pénibles, la vitesse d'exécution des faits et l'absence de sympathie envers les protagonistes à peine esquissés. Ensuite, les dessins même si correctes dans l'ensemble, font preuve d'une grande pauvreté au niveau des décors et les créatures ne marquent pas, ne sont jamais excitantes pour la rétine. En fait, c'est mou du genoux. Le dernier quart a fini par m'achever puisque ça part dans tout les sens (la machine à remonter le temps réalisée à la six-quatre-deux, les tirades incompréhensibles autour du "temps"...) si bien que je ne suis pas sûre d'avoir compris grand chose à cette histoire confuse qui se finit dans une indifférence totale de ma part.

    thieuthieu79 Le 30/01/2021 à 16:04:49

    Encore une fois, Clarke nous livre un très beau récit intelligemment mis en scène.
    Nous sommes projetés sur une Terre envahie par les extraterrestres contre lesquels, l'homme a bien du mal à faire face.
    Ca c'est pour le décor, car l'histoire qui s'y déroule nous emmène dans une tout autre direction. Elle nous conduit à la rencontre de 5 adolescents, qui ont été choisis pour trouver LA solution face à cette invasion. Seulement, ces ados vont souffrir et risquent de ne jamais s'en remettre.
    A travers cette fiction, aussi post apocalyptique soit elle, Clarke soulève un tout autre problème : jusqu'où l'homme est prêt à pousser ses limites ? Entre souffrance, torture et exploitation, AKKAD se veut porte parole d'un monde qui va mal et dont l'homme, même s'il cherche des solutions, en est le principal responsable.
    C'est intelligemment écrit, brillamment mis en scène et bonifié par un graphisme toujours aussi percutant.
    Encore un très bon ouvrage de Clarke.