Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les derniers avis postés sur les albums de la série

    Pour poster un avis sur un album de cette série, rendez vous sur la page de l'album correspondand.

    sebastien01 Le 07/03/2021 à 15:48:04

    Lorsque l’on n’a guère apprécié DCeased, on ne devrait pas s’infliger la lecture de son premier spin-off. Si le concept reste inchangé – les héros DC Comics s’entredévorent joyeusement –, l’envergure donnée à cette histoire est en revanche drastiquement revue à la baisse, à tel point que celle-ci s’en trouve presque dénuée de tout intérêt (DCeased: Unkillables 2020, #1-3).

    Alors que DCeased cherchait à donner un temps d’exposition équitable aux principaux super-héros et super-vilains de l’univers DC Comics, ce spin-off se concentre sur une poignée de second couteaux (Deathstroke, Red Hood, Ravager, le Maitre des Miroirs, etc.). Il faut donc vraiment être mordu de zombies pour y trouver un quelconque intérêt. D’autant plus, qu’au fond, le scénario de Tom Taylor n’apporte aucun élément nouveau à la trame principale. Il s’agit juste d’observer ce petit groupe de héros / vilains, de second rang je le répète, sauver un orphelinat et s’entredévorer sur trois petits épisodes.

    Bref, ça se lit en un quart d’heure et ça s’oublie aussi vite. Les lecteurs qui auraient apprécié DCeased pourraient sans regret faire l’impasse sur cet album, ainsi que sur le second spin-off à venir en avril, et attendre patiemment sa véritable suite : DCeased: Dead Planet (dont la sortie en VF est probablement prévue pour la fin 2021).

    Seul point positif, le trait de Karl Mostert, qui m’était inconnu avant cette lecture et qui, par sa finesse, ressemble fortement à celui de Frank Quitely. Il n’a peut-être pas encore la même aisance sur les visages et les décors sont un peu légers mais la ressemblance est frappante.

    sebastien01 Le 17/01/2021 à 19:57:58

    Une quinzaine d’années après les séries Marvel Zombies ou The Walking Dead, toutes deux scénarisées par Robert Kirkman, DC Comics adapte à son tour le concept à son univers. Les morts-vivants ne sont malheureusement pas devenus plus intéressants ou intelligents entre temps et, bien que je m’y attendais quand même un peu en empruntant l’album, il doit s’agir d’une de mes lectures les plus faibles de 2020 (DCeased 2019, #1-6 et DCeased: A Good Day To Die 2019, #1).

    Tout d’abord, l’idée d’un virus qui se transmet au travers d’internet et des réseaux sociaux ressemble de très près au pitch du roman "Cellulaire" de Stephen King. Mais, au fond, ça n’a guère d’importance tant le scénario de Tom Taylor accorde peu d’intérêt à la justification de l’épidémie (un truc incompréhensible et évacué en quelques pages à propos de l’équation d’anti-vie de Darkseid). Ainsi, le scénario se contente de dérouler des scènes violentes et gores et de jongler avec le temps de présence d’une multitude de super-héros tout en ponctuant l’ensemble de quelques jolies scènes d’émotion notamment avec Robin ou Superboy.

    Ce n’est bien évidemment pas très étonnant au vu la thématique mais il ne me semblait pas nécessaire d’en faire une guerre totale et un minimum de finesse aurait été apprécié (mais à quoi s’attendre d’autre de la part de l’auteur d’Injustice…). Finalement, il n’y a que le titre – DCeased / DCédés – qui m’apparait bien pensé. Et comme autre point positif, je retiens le dessin de Trevor Hairsine. S’il n’est pas exceptionnel, il est tout à fait correct et constant sur les six épisodes ; dommage qu’il soit parfois secondé d’autres dessinateurs qui n’ont pas son niveau.

    En conclusion, c’est nul, ça ne renouvelle pas le genre mais c’est divertissant (n’est-ce pas là l’essentiel après tout ?). Et ça se vend apparemment très bien puisqu’Urban Comics a jugé bon d’éditer cet album sous pas moins de sept couvertures différentes et que deux spin-off (DCeased: Unkillables et DCeased: Hope at World's End) et une suite (DCeased: Dead Planet) ont depuis vu le jour.

    Shaddam4 Le 09/07/2020 à 13:37:32

    Toujours méfiant à l’arrivée d’une nouvelle mini-série chez DC, les premiers échos de lecteurs étaient plutôt bons, et le fait que Trevor Hairsine (que j’ai découvert sur Divinity et d’autres titres Valiant) soit sur toute la partie graphique était plutôt bon signe. En commençant ma lecture je n’avais pas repéré que le titre était écrit par Tom Taylor, celui qui me bluffe à chaque épisode depuis que j’ai commencé Injustice! Avec un dessinateur venu du catalogue Valiant, bien moins formaté et plus « adulte » que le Big Two et l’auteur du comic de Super-héros le plus gonflé lu depuis longtemps, il n’est pas surprenant que Dceased soit une bonne claque qui rafraîchit (… si je puis dire en parlant de Zombies…) le genre et surtout l’ambition scénaristique.

    Pour ceux qui ne connaissent pas Injustice, le concept est en gros de transposer le choc nécrologique d’un Game of Thrones sur la Justice League. Taylor reprend ce concept avec la propagation du virus à vitesse grand-V en tuant les uns après les autres un certain nombre de héros, sans aucune possibilité de savoir si les plus connus seront épargnés. A la différence de Injustice où la longueur nécessite de préserver certains héros et méchants, ici s’agissant d’un one-shot la liberté est totale. Et je dois dire que le morceau est sacrément gonflé si bien que jusqu’à la dernière page on se demande jusqu’où iront les auteurs… [...]

    Lire la suite sur le blog:
    https://etagereimaginaire.wordpress.com/2020/07/09/dceased/