Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les derniers avis postés sur les albums de la série

    Pour poster un avis sur un album de cette série, rendez vous sur la page de l'album correspondand.

    kurdy1207 Le 17/02/2017 à 11:27:14

    Cette 2ème partie est assez bien résumée par cette bulle page 65 « A notre époque, le mépris des proverbes, c’est le commencement de la fortune. ».

    Topaze, prête-nom des affaires douteuses de M. Castel-Bénac va entrer dans le monde des affaires avec la peur au ventre avant de devenir maître en la matière.

    La morale en prend un coup dans cet album et en y regardant de près, les balayeuses de Topaze et Castel-Bénac ne sont que les emplois fictifs de la famille Fillon.

    Les proverbes et la morale ne sont là que pour protéger les crapules en tout genre en emprisonnant la conscience des personnes qui veulent encore y croire.

    Les dialogues de cette deuxième partie sont encore délicieux. Nicolas Pagnol a demandé aux auteurs de ne pas revoir les films pour laisser libre cours à leur imagination. En voyant le résultat, il a eu raison.

    kurdy1207 Le 02/08/2016 à 14:01:29

    Il y a eu les films avec Louis Jouvet puis avec Fernandel mais, comme l’écrivent les auteurs de la BD, jamais Marcel Pagnol ne fut pleinement satisfait des films. Alors, effectivement, quel meilleur support qu’une BD pour représenter les personnages de cette pièce géniale.

    Les dialogues sont absolument savoureux. Il y a ceux d’une baronne qui vient quémander des meilleures notes pour son fils, adepte des zéros, et qui tombe sur le mur d’honnêteté que représente l’instituteur Topaze. Il y a ceux d’un conseiller municipal, de sa maîtresse et M. de Castel-Bénac, qui sert de prête-nom, tous les trois adeptes d’affaires plus que douteuses. Le lecteur s’amuse beaucoup et le dessin épouse merveilleusement bien les dialogues.

    Ce premier volume traite de la partie de la pièce où Topaze, instituteur honnête, est confronté aux pires défauts de l’être humain. J’ai adoré la représentation de M. Muche, directeur de pension où enseigne Topaze, cet être méprisable et mesquin qui mettra son instituteur à la porte pour complaire à une notable.

    J’ai du mal à comprendre l’avis laissé par « biggyjay ». Au contraire, j’ai vraiment aimé le respect de l’œuvre et savouré pleinement les dialogues. C’est la représentation d’une époque révolue qui fait du bien à l’âme. La « démocratiser » (mais est-ce démocratiser que de dénaturer un texte ?) avec le langage d'aujourd’hui aurait rendu, je pense, le texte vulgaire voire même ordurier (il suffit d’écouter comment se comportent certains parents d’élèves de notre époque et comment s’expriment certaines personnalités de la politique).

    Non, le travail effectué par les auteurs est vraiment de qualité et j’espère que le tome 2, où Topaze cède à la corruption, arrivera très vite en librairie.

    biggyjay Le 06/03/2016 à 12:39:45

    Il est souvent difficile de faire un travail d'adaptation. Même si les ingrédients (ici, le dessin de Hübsch et l'œuvre de Pagnol) sont bons, le résultat final peut être perfectible.
    Le dessin et les couleurs ici, sont fort agréables.
    C'est sur les dialogues que portent mes reproches. La lecture des tirades des différents personnages est délicate, et on finit par s'y perdre et s'ennuyer. Le sujet, raconté en des termes de l'époque, respecte pleinement l'œuvre originelle mais marque une différence énorme avec l'époque actuelle. Il aurait peut-être été plus intéressant d'adopter un langage plus souple et contemporain. On y aurait gagné en fluidité et lisibilité et certainement en intérêt !
    Au final, le bilan est mitigé. Je ne dénigre pas ce travail d'adaptation mais je pense qu'il manque quelque chose au niveau de la narration pour démocratiser Pagnol aujourd'hui et le faire entrer dans le monde de la BD.