Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les derniers avis postés sur les albums de la série

    Pour poster un avis sur un album de cette série, rendez vous sur la page de l'album correspondand.

    Yovo Le 19/12/2018 à 19:02:11

    Œuvre pour bibliophile, ce troisième tome est à l’image des 2 précédents.
    La densité de l’ouvrage réclame de l’attention mais cette intégrale, exclusive et distinguée, mérite qu’on prenne le temps de s’y arrêter pour apprécier la précision millimétrique de certaines perspectives à trois points de fuite de Schuiten et la joliesse poétique des histoires de Peeters. Inclassable et génial !

    Yovo Le 12/08/2018 à 11:47:28

    Toujours aussi précieusement présenté, ce 2° tome de l’intégrale fait honneur à l’œuvre culte que sont "Les Cités obscures", malgré le format légèrement réduit. Une œuvre d’architectes du 9ème art, raffinée, intemporelle, à nulle autre pareille. Enrichi de nombreux bonus, le travail de Peeters et Schuiten y est méthodiquement détaillé et nous apparait dans sa pleine mesure; c’est un régal !
    Objets de collection plus que de lecture, ces recueils ont vraiment un truc en plus et font leur effet sur un rayon de bibliothèque…

    Yovo Le 16/12/2017 à 14:43:41

    Les éditions Casterman nous offrent un joyau avec cette première intégrale sur quatre prévues. Elle est certes chère mais superbe ! Attention, la maquette semble toutefois fragile. Gare aux couvertures non vernies exposant leur carton au moindre frottement…

    En dehors de ça, le contenu est à la hauteur du contenant. Le génie de Schuiten et Peeters s’y déploie et traverse confortablement les décennies. Quels auteurs d’ailleurs ont poursuivi aussi longtemps l’édification d’un univers à part entière ? Peu en tout cas ont atteint ce degré de cohérence et de complexité. L’écriture de Peeters est une œuvre littéraire en soi et dépasse largement le cadre de la seule Bande Dessinée. Quant au trait de Schuiten, les yeux s’ébahiront de (re)découvrir cette richesse graphique, cette précision architecturale, ces perspectives vertigineuses…

    Évidemment, l’ensemble privilégie, notamment par le jeu de références parfois pointues, la réflexion à l’action, la contemplation au mouvement, la surréalité à la logique. En bref, la poétique des auteurs n’a que faire des onomatopées.
    Par conséquent, une majorité de lecteurs ne pourra pas rentrer dedans et les portes des Cités Obscures leur demeureront closes... Mais grâce à l’obstination, le talent et l’intelligence de ces deux inlassables bâtisseurs, "Les Cités" existent ; et faisant partie des lecteurs aptes à visiter ces troublants mondes parallèles, je les remercie de m'y avoir fait pénétrer.
    Un impérissable chef d’œuvre.

    ALICECOOPER Le 15/11/2017 à 16:12:11

    Après la lecture de Brusel, je découvre ce tome "Les Murailles de Samaris" et en même temps je découvre Peeters et Schuiten. Les dessins sont exquis les couleurs concordent à l'intrigue. On part du clair coloré avec de belles palettes de pastels pour s'assombrir comme l'état de conscience de notre héros. Alors pour remettre l'église au milieu du village, pour un album de 1983, c'est sans contestation possible une petite perle, j'irai même jusqu'à dire un petit chef d'oeuvre.

    Toutefois, elle s'est lue trop vite, l'évolution de l'histoire est trop rapide et il n'y a jamais assez de pages. Le côté architectural est très présent estompant parfois le côté humain. Les dialogues sont d'une grande faiblesse.

    Excellent. Je recommande fortement.

    ALICECOOPER Le 07/11/2017 à 21:00:06

    Alors Brüsel j'ai beaucoup aimé. J'y ai ressenti un peu de Tardi, je ne sais pas comment l'expliquer mais également un peu de Docteur Knock. Une jolie histoire d'amour avec le portrait effroyable d'un progrès sans considération pour l'humain. Une couture d'événements tirés par les cheveux avec toute la mesure de grands artistes. Les dessins sont exquis. De surcroît 106 pages ce n'est pas rien, je recommande. La société est malade. N'est-ce pas un peu symétrique à notre société d'aujourd'hui remplie de kikools qui ne savent ni s'exprimer ni comprendre?

    minot Le 03/11/2016 à 10:36:46

    Le dessin est trop rigide et statique à mon goût. Quant à l'histoire, elle ne m'a absolument pas passionné, sans parler de la fin totalement incompréhensible. Bref, voilà une série unanimement reconnue qui me laisse totalement de marbre.

    davoustmassena Le 22/10/2016 à 22:38:27

    Je ne trouve pas ce volume extraordinaire mais néanmoins, je l’ai trouvé intéressant. Cette histoire me fait un peu penser à cette série de la 4ème dimension, un épisode étrange où à la fin on n’a pas toutes les réponses mais cependant laisse réfléchir sur cet univers. J’ai envie de voir la suite pour essayer de comprendre le pourquoi du comment. Les dessins ont une certaine élégance. Je vais tenter de trouver la suite.

    the cereal killer Le 03/05/2015 à 09:48:13

    Cette série est tout simplement MYTHIQUE et ce premier opus ,même si ce n'est pas le sommet de cette oeuvre gargantuesque ,n’en est pas moins impressionnant et plus que déroutant.........

    Le dessin de Schuiten est inimitable et fantastique à souhait !!!!!!!!!!!!!!!!! On voit la formation d’architecte du mec: L’architecture de Xhystos type art nouveau est formidable et jouissive à regarder !!!!!!!!!!!!!!!!!

    Bon c'est vrai que le scénar est pas facile d’accès et confus surtout vers la fin mais qu’est-ce qu'on serait si on attendait une histoire toute bien faite ,avec un début ,un élément perturbateur et un Happy End bien clair pour que le lecteur soit content? Hein? Alors 18,9/20 pour ce petit chef d’oeuvre.........

    TaRiSTiAN Le 06/02/2015 à 18:01:04

    Le tome que j'ai préféré (du moins pour le moment) dans les cités obscures. Cette impression vertigineuse - forcément ! - de découvrir que l'on appartient à un ensemble ou une structure dont le sens nous avait jusque là échappé. Et que cet ensemble a grandi jusqu'à nous oublier.
    Et pour ne rien gâcher je suis plus sensible aux ruines et autres vieilleries qu'aux boulevards haussmanniens, alors ce tome m'a aussi comblé visuellement !

    serpentaire Le 28/12/2014 à 12:02:30

    C'est difficile de parler des cités obscures, c'est comme le charme, c'est difficile à expliquer. L'album "La tour" est mon préféré.

    mykiwell Le 06/03/2014 à 08:50:35

    La Fièvre d'Urbicande est peut être la clef de voute des Cités Obscures, et à mon avis l'opus le plus réussi.

    Deux villes séparées par un fleuve sans pont forment Urbicande: D'un côté une cité orgueilleuse régie par la symétrie et le monumentalisme froid, de l'autre des quartiers populeux aux rues sinueuses et au plan anarchique. Planification contre improvisation.
    Le fleuve, comme un mur, achève d'isoler ces deux archétypes irréconciliables de l'architecture et de l'urbanisme.

    Au beau milieu de cette ville allégorique Eugène Robick entend uniformiser les deux rives en y appliquant la doctrine totalitaire qui prévaut de son côté: De grandes perspectives monumentales, des édifices aveugles démesurément hauts, des avenues trop grandes pour les individus qui y vivent. Son grand plan de réaménagement utopique passe par l'édification d'un pont, qui scellera l'union des contraires dans un ordre parfait.

    L'amorce est déjà passionnante, mais dans cette situation de départ presque balisée les auteurs font surgir une anomalie, une idée géniale, qui va totalement brouiller le jeu avant d'en redistribuer les cartes, et relativiser de manière spectaculaire ce désir d'une perfection illusoire.

    Le cube découvert par Robick se copie lui même en se ramifiant de manière exponentielle, comme une figure fractale, jusqu'à créer un réseau incontrôlable qui aboli les frontières et réorganise la société. Son irruption pose aussi la question de la représentation du territoire, qu'il finit par quadriller dans toutes ses échelles successives, vers l'infiniment grand.
    L'influence de Borges plane sur ce conte, notamment au travers de ses fameuses nouvelles "Tlön Uqbar Orbis Tertius" et "De la Rigueur de la Science", dans laquelle il évoque un empire vaniteux qui entreprend de dresser la carte de son territoire à l'échelle 1/1...

    Le travail rigoureux des deux auteurs conduit à une oeuvre sophistiquée et passionnante que l'on peut commenter sans fin. Avec ce livre en particulier, ils inscrivent leurs Cités Obscures dans la création littéraire aux côté de Casares, Calvino, et quelques autres grandes plumes.

    La classe.

    pulsar69 Le 02/11/2013 à 18:22:46

    Pour moi une série incontournable. Un dessin reflétant la formation d'architecte de l'auteur. Des histoires , certes parfois un peu obscures, mais intéressantes ,avec une vrai réflexion, et surtout un concept/univers extrêmement développé d'un monde miroir au notre. Une imagination et une créativité débordante..
    Les hors séries viennent compléter le sujet avec bonheur. Le seul tome de la série ou je met un bémol, c'est la route d'armilia que j'ai trouvé moyen. Pour moi un must de la bd à la fois graphiquement et au niveau scénario, mais tout le monde n'aimera pas.

    DamBDfan Le 04/08/2013 à 20:43:05

    Ouille, ouille, ouille, que tout cela est mystérieux mais surtout très confus. Les 32 premières pages sont pourtant très captivantes, intéressantes avec une ambiance très prenante mais au final, l’histoire se termine dans une complexité et incompréhension la plus totale. Déçu et grosse frustration donc, car je m’attendais à quelque chose de plus cohérent et facile d’accès. Reste les dessins qui sont vraiment très bien avec des décors architecturaux sublimes et originaux dont Schuiten a le secret. Bref, c’est pas le meilleur album pour rentrer dans l’univers de la série « les Cités obscures » car cela pourrait en rebuter plus d’un.

    Krompir Le 24/12/2011 à 03:31:04

    Une belle histoire sur la différence. Accessible aux enfants à partir de 7 ans, et néanmoins intéressante pour les adultes. Le format à l'italienne, le texte sans bulles, les images de style pastel concourent à en faire un fort beau interlude parmi les épisodes plus sombres des Cités obscures.
    Une bonne critique est donnée à http://www.coinbd.com/series-bd/les-cites-obscures/mary-la-penchee/

    willybouze Le 16/05/2011 à 16:12:05

    Après ce premier tome palpitant, j'attendais une fin à la hauteur...
    Force m'est de dire que j'ai été déçu. Ce n'est pas forcément que j'attendais d'avoir une réponse aux mystères soulevés au début de l'histoire, mais comme les auteurs tentent d'expliquer ce qui semblait inexplicable, je suis bien forcé de tenter de comprendre ce qu'ils ont voulu faire comprendre.
    Sans doute suis-je limité... je n'ai rien compris. Ou du moins n'ai-je pas compris pourquoi les phénomènes qui touchent Brüsel n'ont touché qu'un seul quartier de Brüsel alors que la cause semble suffisamment claire pour que de multiples endroits aient été affectés...
    Et tout ça est résolu par un coup de baguette magique, trop simple...

    Donc je dirais que ça se termine un peu en queue de poisson, avec des ficelles qui ressemblent plutôt à des cordes, sans subtilité...
    Oui, on a envie de tourner chaque page mais, à la fin, je trouve qu'on manque cruellement de fond...

    willybouze Le 16/05/2011 à 16:05:36

    Ce premier tome ne peut pas décevoir quand on aime l'univers de Schuiten et Peeters. Outre le graphisme, toujours aussi magistral, qui s'enrichit ici de nuances de blancs, on plonge dans une intrigue mystérieuse qui donne envie de lire le 2nd tome.
    Des personnages toujours aussi mystérieux, du fantastique... que de bons ingrédients pour lancer cette série...

    BIBI37 Le 18/07/2010 à 16:44:06

    Un deuxième tome tout aussi troublant que le premier.
    Ici on voit apparaitre sans raison un cube qui se met à grossir jusqu'à intégrer complètement une ville.
    L'oeuvre est matière à réflexion sur de nombreux sujets tel l'urbanisme ou la condition humaine.
    Mais cette BD est tout aussi déroutante que le tome 1.
    A réserver aux amateurs.
    4/10.

    BIBI37 Le 18/07/2010 à 16:41:10

    J'ai eu un peu de mal à comprendre le pourquoi de cette série.
    Visiblement on y parle de cité mystérieuse mais le thème de cette BD s'apparente plus à une oeuvre mysthicopoétique qu'à une oeuvre de science fiction.
    Pas d'action, un seul personnage et des dessins dépouillés.
    Il y a matière à aimer ou à détester.
    Pour amateurs uniquement.
    4/10.

    Noubealitas Le 08/06/2010 à 20:29:06

    Une curiosité dont je possède un exemplaire original. En la relisant aujourd'hui, j'éprouve les mêmes sensations qu'il y a 26 ans. Le dessin reste très original pour l'époque, le scénario est carrément déroutant et la fin beaucoup trop rapide et franchement incompréhensible... A tel point que dans une édition ultérieure, la fin a été étoffée de quelques pages et le dénouement quelque peu modifié (mais toujours aussi obscur...).
    Nous voilà donc en présence d'une BD expérimentale dont on se demande bien ce qui a pris aux éditions Casterman de vouloir la publier! A l'époque, ce genre d'essai graphique incombait plutôt aux Humanos...
    Les deux albums suivants seront en revanche de belles réussites.

    6350frederic Le 29/12/2009 à 17:21:02

    Nous voila devant une BD aux dessins , aux graphisme formidables ainsi qu'une histoire de diffrerence superbement traitee avec une fin surprenante mais tres reconfortante .A lire avec un plaisir non dissimule pour apprecier les differences .

    madlosa Le 11/11/2009 à 12:40:21

    La lecture des Cités obscures produit toujours un effet bénéfique car cette oeuvre allie poésie et contestation, chose plutôt rare de nos jours. Dans "l'ombre d'un homme" nous suivons les déboires et la chute sociale d'un homme, CHAMISSO, impitoyable dans son boulot d'assureur et installé dans une vie fausse et sans fondement. Harcelé de cauchemars, il prend un remède qui provoque un effet secondaire déstabilisant faisant passer son ombre du noir à la couleur. Véritable réflexion sur la différence, ce one shot souligne également la solitude de l'être humain lorsqu'il est marginalisé. Ici la solution est surprenante car c'est l'art qui arrive de façon imprévisible dans la vie du héros et lui fait rencontrer des gens différents, vivre une expérience où sa différence deviendra une force et lui fera rencontrer l'Amour. Le sujet est illustré par des planches de toute beauté qui nous emmène dans cette quête du bonheur. Superbe !

    mrpitoff Le 25/10/2009 à 11:38:21

    Nous sommes en 1983, et dans le contexte de l'époque, cette série des cités obscures me parait bien en avance.

    Poésie des personnages, des décors (bien entendu) et réalisation en nuance. Les personnages sont un peu androgynes et cela a peut être été voulu par les auteurs.

    L'histoire semble se réclamer de la série "la quatrième dimension" ou le personnage principal est manipulé du début à la fin de l'ouvrage.

    J'aime cette poésie, ce pouvoir de l'imaginaire des auteurs.. Bravo pour cette œuvre et bravo pour leurs travaux sur la bande dessinée.

    monsieur burp Le 06/03/2009 à 18:12:32

    Toujours aussi jouissif l'univers de Peeters et Schuiten.
    Nous suivons cette histoire avec plusieurs personnages différents, plusieurs pôles attractifs. Bien sur sans jamais complexifier ce parcours sableux...
    Histoire en apparence simple, avec des personnages qu'on aime, dans un Brüsel magnifiquement dessiné. Nos deux créateurs sont les maitres de la ligne de fuite et des perspectives maitrisées.
    Ça transpire d'architecture.


    A lire, et à relire.... les deux tomes bien sur.

    guppy Le 30/12/2008 à 10:23:09

    Mon avis vaut pour les deux tomes. Tomes que j'ai d'ailleurs dévoré en une seule soirée. C'est clair, on fait connaissance au fur et à mesure avec les 4,5 personnages qui représentent le fil de l'intrigue de cette nouvelle saga. Ca ressemble un peu à ce que les auteurs on déjà fait, mais il y a toujours ces nuances qui donnent envie de tourner chaque page.

    madlosa Le 12/11/2008 à 23:08:34

    Nous replongeons dans une frénésie brüselloise digne de Brüsel. La métropole semble à nouveau gagnée par la folie suite aux évènements incompréhensibles démarrés dans le tome 1. Constant et Mary ont fort à faire pour dénouer les fils d'autant que les politiques, comme à l'accoutumée, mettent la pression sans pour autant vouloir s'attaquer aux causes. On retrouve presque sans surprise l'univers décalé des auteurs où la place est laissée aux vrais sentiments humains tels que l'amour ou l'amitié. Les dernières planches avec la lettre d'Elisa de Bruxelles, le sable blanc et les cendres noires sont puissantes ... Schuiten et Peeters ont à nouveau réalisé une oeuvre très personnelle qui s'inscrit parfaitement dans le cycle des cités obscures.

    madlosa Le 12/11/2008 à 11:23:07

    Ce volume pourrait s'appeler la complainte du progrès. Tiré d'évènements réels il brosse de façon impitoyable les effets dévastateurs de la cupidité qui s'habille ici du vocable de la modernité. Rebatir une cité entièrement nouvelle en faisant table rase du passé. Tout est bon pour gagner de l'argent mais lorsqu'un qu'un grain de sable vient se glisser dans les rouages de la belle mécanique, tout se dérègle de façon systémique et s'écroule comme un château de cartes dans un chaos apocalyptique. Les personnages et les décors sont superbement dessinés et l'histoire d'amour entre Tina et Constant apporte la fraicheur et la touche d'espoir qui guérit de tous les maux.

    matignon Le 13/02/2008 à 19:26:57

    Oeuvre superbe par le graphisme mais aussi par la richesse et la profondeur des idées. A la première découverte le lecteur est transporté dans un autre univers, un de ces pays imaginaires qui marquent la littérature ou la pensée utopique. Un voyage par le regard mais devant un telle symphonie picturale, le lecture devient encore un voyage par le toucher: en feuilletant les pages ce sont les murs d'Urbicande que l'on effleure! Ignorant les grands auteurs de la bande dessinée j'ai tout d'abord cru entrer dans l'écriture fictive d'un architecte désabusé. Cette oeuvre en particulier oblige à s'interroger sur l'homme et la cité. Nous découvrons enfin et bien tardivement en France combien cette question est fondamentale.

    amadigi Le 13/09/2007 à 01:28:45

    J'ai retrouvé une partie du charme du Mystère d'Urbicande avec les événements surnaturels qui arrivent aux différents personnages
    On retrouve Mary Von Rathen en super détective des phénomènes paranormaux, cela la connaît et le fleuriste de Brüsel, un peu désoeuvré

    Comme tous (je crois) la suite est attendue avec impatience ...

    madlosa Le 02/09/2007 à 14:28:20

    Ce nouvel opus de SCHUITEN-PEETERS, nous emmène avec la même malice dans un univers en noir et blanc où la réponse aux questions semblent pourtant crever les yeux d'un éclat blanc. A l'intérieur de cette valse des nuances, nous recroisons avec plaisir Mary Van Rathen, l'enfant penchée. L'intrigue est menée comme une enquête policière, subtile et pleine d'humour subtil. Vivement le dénouement !!!

    chris24 Le 30/08/2007 à 15:09:23

    Dans la digne suite de l'oeuvre de Schuiten/peeters. Pas non plus surprenant remarquez, on est dans la même ambiance, on retrouve l'univers des auteurs avec le même plaisir. J'attends la suite (et fin) avec impatience...

    Par contre j'aurais apprécié que la couverture intérieure soit cartonnée plutôt que souple. C'est fragile comme ça et ça manque de classe... Pire encore le papier... Quel dommage de ne pas éditer ce travail noir et blanc sur un papier de qualité, comme chez Futuropolis par exemple... Y'en a marre de ces noirs brillants qui remontent !

    madlosa Le 17/12/2006 à 16:02:44

    Peut-être encore plus puissant que le tome 1, ce deuxième opus brille par son scénario, ses dialogues et la beauté de ses planches qui flirtent avec le génie et nous plongent dans un univers où le fantastique cotoie le quotidien. Les 3 grandes scènes que représentent le champs d'obus, de tombes et la barque survolant les engins de guerre nous renvoient à nos rêves où l'amour arrive pour finalement nous échapper comme une évidence et nous laisser nous trainer dans une réalité faite de réminiscences. Je vous renvoie à la dernière planche : renversant !!!

    madlosa Le 11/12/2006 à 11:28:22

    C'est la première fois que je prends vraiment le temps de rentrer dans l'univers de SCHUITEN & PEETERS. Je dois avouer que je me suis laissé embarquer sans hésitation dans ce voyage iniatique afin de rentrer dans ce monde hors du temps. N'étant pas un spécialiste de ce cycle je me contenterai de dire que les planches sont superbes et suréalistes, que j'ai suivi avec un vif plaisir les premiers pas de Roland dans cet univers, sa rencontre avec Monsieur Paul, son chien Kalin, Ismaël et surtout l'énigmatique Shkodrâ. Mais une menace planne déjà, la modernité au service de la politique personnalisée par le Maréchal... Superbe !

    Guyomar Le 13/11/2006 à 10:48:38

    Superbe ! Pour le geographe de formation que je suis et qui plus est, passionné par la cartographie, c'est un régal. On m'avait beaucoup parlé de Schuiten et Peeeters et je ne suis pas déçu. Tout est super, vivement que je lise tous les autres Cités Obscures...

    grimm Le 23/09/2006 à 23:36:41

    Cet album se base sur des faits historiques exposés en quelques pages au début : Un des bourgmestres de Bruxelles, enthousiasté par le Paris Hausmannien, lance des travaux pharaoniques, qui vont paralyser la ville et ruiner les finances.
    La Bande dessinée elle-même retrace cet épisode dans la ville parrallèle de Brüsel, en y ajoutant une bonne dose de dérision. On y voit un emballement urbanistique galvanisé par l'envie de "modernité" et de "progrès" générer un chaos imprescriptible et loufoque dont le personnage central peine à s'extirper finalement.
    Cette BD est la satire de l'aveuglement, et permet de passer un moment agréable à sa lecture.

    zazou99 Le 22/07/2005 à 11:43:52

    Toute la série est inoubliable, et cet album paraît ptresque classique dans l'ensemble!
    Comme d'habitude dans Les Cités Obscures, l'architecture, le lieu de vie est partie intégrante de l'histoire, et modèle les individus qui y vivent. Ici c'est l'histoire d'un homme à l'ombre.. colorée. Etre différent ou ne pas être?
    Au passage, un petit réquisitoire contre les assurances, jamais désagréable:-)
    Bravo!

    foretdambre Le 07/05/2005 à 19:56:54

    C'est très très bien. Moi qui aime les vieilles pierres, je n'ai pas été déçu avec le dessin très précis de Schuiten. L'histoire est aussi pleine de rebondissements avec le jeu du noir et blanc et des couleurs.
    A conseiller car Peeters et Schuiten nous emmène dans une autre forme de BD ...

    nexus4 Le 26/05/2004 à 21:16:35

    L’un des deux Chef d’œuvre de Schuiten et Peeters. Prix du meilleur album, Angoulême 86.
    Urbicande est une ville en pleine reconstruction.
    Tout est bien planifié. Les institutions et les riches sur une rive et les pauvres sur l’autre. Chacun chez soi. Et l’urbatecte E. Robick y veille avec la plus grande rigueur. Mais c’est compter sans la découverte d’un cube qui va bouleverser la tranquille perspective de la ville et la réunifier dans une fugitive utopie. C’est aussi le constat d’un échec, thème majeur des Cités.
    Graphiquement, Schuiten joue de la démultiplication du réseau dans sa mise en page pour fragmenter les cases, accroître le découpage en une sorte de BD dans la BD.
    Une grande œuvre.

    nexus4 Le 26/05/2004 à 20:06:34

    L’autre chef d’œuvre de Schuiten et Peeters.
    C’est aussi un livre à part dans l’univers des Cités car l’histoire semble se passer dans un temps bien antérieur par rapport aux autres albums.
    La Tour est l’incarnation d’une métaphore sociale. Comme dans « En attendant Godo », ou l’attente est plus importante que la rencontre, La tour est une initiation où l’ascension prime sur le but, le sommet. Schuiten, à l’apogée de son art, quitte la rigueur graphique d’Urbicande pour se perdre avec délectation dans les vieilles pierres, les arcs boutant effondrés, les clefs de voûtes en ruines. Un style qu’il n’a malheureusement jamais renouvelé…

    nexus4 Le 26/05/2004 à 19:37:10

    Petit ouvrage (16x13, dos toilé) d’un vingtaine de pages écrit par le savant Axel Wappendorf qui nous propose de retracer un historique des transports modernes, du tripode aquatique à la locomotive aérostatique. Offert gratuitement à l’époque par (a suivre) en échange d’une enveloppe timbrée. Numéroté, signé, 800 exemplaires.

    nexus4 Le 26/05/2004 à 19:35:43

    L’écho des cités est le titre d’une gazette d’information très prisée dans les Cités.
    Grâce à quelques numéros clefs, les auteurs nous brossent une galerie de portraits des figures charismatiques des Cités (le savant Axel Wappendorf, l’aventurier Michel Ardant, le capitaine Nemo, l’entrepreneur Freddy de Vroom). Au fils des gazettes s’égraine l’histoire récente des Cités ainsi que sa thématique récurrente : l’influence de l’architecture sur la sociologie et la vaine course à la modernité… Encore un ouvrage grand format (30x40), abondamment illustré, qui effleure des évènements qui nous seront contés ultérieurement en albums… L’univers se construit peu a peu.

    nexus4 Le 26/05/2004 à 19:34:12

    La mission d’Isidore Lovis est d’étudier différents dossiers relatifs aux Cités Obscures et de démontrer que ce n’est qu’une mystification. Il n’est pas au bout de ses surprises…L’occasion pour Schuiten et Peeters, a travers 21 illustrations, de mettre en perspective l’univers des Cités Obscures et d’éclairer d’un jour nouveau certaines villes que l’on ne connaissait que de nom et qu’on espère voir un jour traitées en albums. Le format de l’album (30x40) permet à Schuiten d’exprimer tout son talent, sans être bridé par les codes de la bande dessinée. Cependant, la qualité est parfois inégale, inhomogène.

    nexus4 Le 26/05/2004 à 19:32:55

    Si il est une preuve de l’existence des Cités Obscures, c’est bien cette thèse de R. de Brok. Illustrée de reproductions noir et blanc de certaines planches de l’Archiviste, cette thèse présente une mise en équation de la progression du réseau et démonte la supercherie.
    Mais l’ouvrage est accompagné d’une fiche de la bibliothèque de Brusel stipulant de ne pas prêter l’ouvrage à E. Robik qui l’a abondamment annoté. On y trouve aussi une lettre du professeur Von Scholz déplorant l’état de santé mentale de E. Robik.