Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les derniers avis postés sur les albums de la série

    Pour poster un avis sur un album de cette série, rendez vous sur la page de l'album correspondand.

    thieuthieu79 Le 26/10/2018 à 21:36:34

    Un excellent dyptique Cubano-Américain, porté par 2 auteurs au sommet de leur art.
    Le scénario, sur fond de crise Castrique, est mené de façon très intelligente et nous emmène avec les 2 protagonistes dans leur Road Trip.
    De multiples rebondissement viennent alimentés l'histoire déjà très prenante et divertissante.
    L'ambiance Seventies est très bien retranscrite à travers la patte graphique de Berthet.
    Perico est un cocktail explosif, exotique et dépaysant qui mérite d'être lu tout en sirotant un bon cocktail cubain.

    FUM2014 Le 06/02/2015 à 14:15:38

    Très bon diptyque au scénario solide, au dessin très agréable avec des couleurs qui décrivent l’ambiance de Cuba et des USA des années 50 et 60 au plus juste. Les automobiles sont superbes (les filles aussi) et les sentiments des protagonistes sont parfaitement déclinés, pour un final cruel mais très bien orchestré.

    Moka Le 09/10/2014 à 20:50:08

    Point final du dyptique de Régis Hautière et Berthet, cet album s’inscrit parfaitement dans l’esprit de cette collection ligne noire. Tout au long de ce voyage aux allures de chasse à l’homme, le jeune Joaquin grandit très vite et prend une belle et sombre envergure, déployant toutes ses forces pour assurer la protection de la belle Livia. Ainsi, il tentera par tous les moyens de s’affranchir de cette image un peu trop lisse dans laquelle il était enfermé dans le premier opus. Il s’affirme et prend les décisions que la course-poursuite leur impose dans un combat où tout semble pourtant perdu d’avance. Tenace, intrépide, il file droit. Le lecteur est emporté avec lui dans cette course folle et sentira tout comme lui le poids du danger qui rôde et le souffle chaud des prédateurs qui guettent leur proie, dans un silence que seuls les coups de feu savent rompre sans scrupule. Le scénario tissé par Hautière est efficace, sombre et tranchant et me réconcilierait presque avec le polar. Les dessins de Berthet sont, quitte à me répéter, assez éloignés de ma sensibilité graphique, mais force est de constater qu’ils servent à merveille l’univers et les codes du genre. Berthet joue sur les nuances, s’amuse des contrastes. Des parkings sordides noyés sous une pluie glaciale qui se mélange au sang des cadavres aux paysages désertiques où les corps sont enfouis sous un soleil de plomb, les décors se succèdent au rythme de cette diabolique fuite en avant et confèrent au récit un rythme vif et haletant. Il y a juste ce qu’il faut de ce trait un peu surannée qui transporte le lecteur dans une Amérique en pleine mutation, déjà nécrosée par une poignée d’hommes de pouvoir qui ne jurent que par la grisante corruption et les billets verts tachés de sang tout en se délectant de leur sale or blanc dans l’ombre et la sueur des étreintes coupables.

    http://aumilieudeslivres.wordpress.com/2014/10/08/perico-t2-hautiere-et-berthet/

    Moka Le 14/05/2014 à 15:35:46

    L‘empire des mains sales. Catins, drogue et argent: la sainte trinité revisitée. Une nouvelle fois, Régis Hautière a réussi à m’emmener là où je ne souhaite guère aller en matière de lecture.
    Nous voilà, lecteurs, plongés dans un milieu bien obscur où seules les règles imposées par les puissantes familles de la mafia cubaine ont droit de cité. Les codes sont clairs et les manquements à ces codes sans appel. L’absence de loyauté déclenche des gâchettes et les coups bas deviennent la norme pour obtenir la moindre miette d’information afin de nuire à ceux qui voudraient sortir des sentiers tracés par les "décideurs". Dans ce microcosme mafieux, les hommes mènent le jeu. Les femmes sont marchandise, monnaie d’échange ou de objet de convoitise.

    http://aumilieudeslivres.wordpress.com/2014/05/14/perico-t1-hautiere-et-berthet/

    FUM2014 Le 19/03/2014 à 14:48:24

    Cuba et son exotisme nous sont servis sur un plateau d’argent avec un bon scénario et des héros attachants. Très belle présentation pour un très bon album dont la suite peut être attendue avec impatience.

    herve26 Le 04/03/2014 à 17:45:40

    Avec les noms de Berthet & d'Hautière, ,je ne pouvais passer à côté de cet album qui inaugure une nouvelle collection "ligne noire", constitué de one shot de polar (sauf pour cet opus), chez Dargaud.
    Pari réussi, en tout cas.
    Avec son style très ligne claire, Berthet nous offre de splendides planches.En outre, les couleurs de Dominique David, donnent à cette histoire un ton plus réaliste. (Sur la série Nico, les couleurs étaient plus fashies)
    Quant à Hautière, il nous a concocté un bon polar, sur fonds de révolution cubaine et de rêve américain, avec une fausse garce qui mérité vraiment le détour.
    Cette rencontre, qui n' a rien d'explosive mais qui est assez maitrisée des deux côtés, entre Joaquim, modeste serveur, et Elena, arriviste avant tout, est très bien servie dans ce premier opus.
    Scénario et dessin sont en parfaire symbiose pour cet album.
    Classique mais efficace.
    A lire évidemment