Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les derniers avis postés sur les albums de la série

    Pour poster un avis sur un album de cette série, rendez vous sur la page de l'album correspondand.

    zaaor Le 08/12/2004 à 02:00:53

    On voit que l'auteur a tenté, par cette oeuvre, d'exorciser la mort de son frangin ainsi que les événements du onze septembre.

    Le dessin est correct sans plus. Ça se lit en 15 minutes et se digère aussi vite. J'aurais aimé garder une impression plus intense de cette bd. Malheureusement, l'émotion n'était pas au rendez-vous.

    Jo shape Le 16/11/2004 à 22:30:15

    Sandrine revel nous fait part de son témoignage sur le 11/09, le dessin est minimaliste mais sympa. J'avoue que je m'attendais à une image différente de ce jour noir, une image comme on a pu en voir à la télévision...Et bien pas du tout, ici ce qui nous marque c'est le fait de ne rien voir des horreurs, on en rigolerait presque... Dommage que ce soit si court.