Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les derniers avis postés sur les albums de la série

    Pour poster un avis sur un album de cette série, rendez vous sur la page de l'album correspondand.

    edgarmint Le 23/03/2008 à 15:18:47

    Ceux qui ont apprécié Le cadavre et le sofa ne devraient pas être déstabilisés. Juste que la recette a été poussée encore plus profondément dans les méandres torturés de l’esprit du sieur Sandoval. Plus onirique, plus en symboles. L’histoire de façade mettant en scène amour et haine dans l’univers musical du métal cache en réalité une figuration plus prompte à attirer du gothique. Il y a un décalage amusant, si l’on peut s’exprimer ainsi sur cet album plutôt noir, entre la futilité apparente du premier degré de lecture et le drame qui se joue en toile de fond. C'est bien ce point qui pourrait rebuter certains lecteurs.

    Le dessin de Sandoval se démarque de la production classique, avec un je ne sais quoi de Templesmith dans cette mise sur planche de l’horrifique. La mise en couleur est à l’avenant, tout en nuances et variée, au service d’une atmosphère qui résonne comme un air à la frontière de l’opéra et de la tragédie et règne en maître dans l’air de Nocturno.