Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Sabato, Ernesto

Sabato, Ernesto

  • 8880
  • Sabato
  • Ernesto
  • le 24/06/1911 (ARGENTINE)
  • le 30/04/2011

Sa biographie

Ernesto Sabato est un écrivain argentin né à Rojas, dans la province de Buenos Aires le 24 juin 1911 et mort à Buenos Aires, le 30 avril 2011. Physicien, romancier, essayiste et critique littéraire, son œuvre d’inspiration mêle réalisme et métaphysique, et témoigne de la difficulté de vivre dans le monde moderne. Il est également auteur d’essais sociopolitiques (Sartre contre Sartre, 1968) Ernesto Sabato allie à une réflexion sur le monde une puissante créativité. Son influence est remarquable, en regard du nombre limité de ses œuvres. Après des études de sciences physiques et de philosophie et la soutenance de son doctorat en physique à l’université de La Plata, il se rend à Paris où il séjournera deux années dans les années 1930, interrompues par un bref retour en Argentine. Deux années décisives de l’avant-guerre durant lesquelles il mène une double vie: il assiste aux cours à la Sorbonne, travaillant en tant que chercheur en sciences le jour, au sein du prestigieux Institut Curie aux côtés d’Irène et Frédéric Joliot-Curie, et devient poète le soir à Montparnasse, en compagnie des surréalistes dont il a fait connaissance. De retour en Argentine, après un passage au M.I.T. de Cambridge (États-Unis), il continue de mener ses travaux sur la relativité. En 1940 il enseigne à l’université de La Plata. Il abandonnera définitivement les sciences physiques en 1945 afin de se consacrer exclusivement à la littérature. En 1945, il écrit des articles littéraires pour le journal la Nación qui mécontentent le régime de Perón et l’obligent à quitter son poste d’enseignant. Il entreprend alors la rédaction de Uno y el Universo, un recueil de réflexions et d’observations sur la politique, la société et la philosophie, dans lequel il déplore la neutralité morale de la science. Directeur pendant un an de l’hebdomadaire Mundo argentino, collaborateur de divers périodiques américains et européens, il a publié trois romans et de nombreux essais généralement polémiques. Nommé par le gouvernement de Raúl Alfonsín, où il est président de la Commission d’enquête sur les personnes disparues en Argentine pendant la dictature (Conadep), il recueille des milliers de témoignages de tortures, d’enlèvements, de viols et de crimes perpétrés par les militaires qui seront publiés à Buenos Aires en 1985 dans le livre. Atteint d’une grave maladie oculaire, il cesse d’écrire et se consacre à la peinture (exposition au Centre national d’art et de culture Georges-Pompidou en 1989). Il meurt le 30 avril 2011 à 99 ans dans sa maison de Santos Lugares, dans la province de Buenos Aires.

Texte et photo © Vertige Graphic

Ernesto Sabato est un écrivain argentin né à Rojas, dans la province de Buenos Aires le 24 juin 1911 et mort à Buenos Aires, le 30 avril 2011. Physicien, romancier, essayiste et critique littéraire, son œuvre d’inspiration mêle réalisme et métaphysique, et témoigne de la difficulté de vivre dans le monde moderne. Il est également auteur d’essais sociopolitiques (Sartre contre Sartre, 1968) Ernesto Sabato allie à une réflexion sur le monde une puissante créativité. Son influence est remarquable, en regard du nombre limité de ses œuvres. Après des études de sciences physiques et de philosophie et la soutenance de son doctorat en physique à l’université de La Plata, il se rend à Paris où il séjournera deux années dans les années 1930, interrompues par un bref retour en Argentine. Deux années décisives de l’avant-guerre durant lesquelles il mène une double vie: il assiste aux cours à la Sorbonne, travaillant en tant que chercheur en sciences le jour, au sein du prestigieux Institut Curie aux côtés d’Irène et Frédéric Joliot-Curie, et devient poète le soir à Montparnasse, en compagnie des surréalistes dont il a fait connaissance. De retour en Argentine, après un passage au M.I.T. de Cambridge (États-Unis), il continue de mener ses travaux sur la relativité. En 1940 il enseigne à l’université de La Plata. Il abandonnera définitivement les sciences physiques en 1945 afin de se consacrer exclusivement à la littérature. En 1945, il écrit des articles littéraires pour le journal la Nación qui mécontentent le régime de Perón et l’obligent à quitter son poste d’enseignant. Il entreprend alors la rédaction de Uno y el Universo, un recueil de réflexions et d’observations sur la politique, la société et la philosophie, dans lequel il déplore la neutralité morale de la science. Directeur pendant un an de l’hebdomadaire Mundo argentino, collaborateur de divers périodiques américains et européens, il a […]

Sa Bibliographie

Les tableaux synthéthiques ci-dessous peuvent être faussés par des éditions anniversaires (souvent post-mortem). Ils ne tiennent pas compte des autres pseudonymes sous lequel signe cet auteur.

Séries principales de à Rôle
Rapport sur les aveugles 1993