Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Son actu

Chevalier Brayard

A paraître le 01/09/2017
  • Dargaud
  • 09/2017
  • 978-2-505-06667-5
  • 76

Sa biographie

Aussi loin qu’il se souvienne, Francis Porcel (il est né en 1977) a toujours aimé le jeu. « Pour moi, chaque jouet était le prétexte à une évasion dans un monde imaginaire. Cela m’a plongé dans des conflits familiaux et scolaires considérables. Parce que les adultes confisquaient mes jouets de plus en plus souvent, j’ai trouvé dans le dessin une manière de continuer à « jouer » en laissant vagabonder mon imagination ». Le dessin est devenu rapidement de la bande dessinée. Les premiers essais se présentaient sous la forme d’histoires courtes inspirées de Bruguera, Mortadel et Philemon. Par ailleurs le jeune Francis Porcel se sentait fasciné par l’art d’Albert Uderzo et d’un autre grand pro, espagnol celui-là, Gimenez. C’est en découvrant « L’Etoile noire » de ce dernier que la décision tomba : Francis Porcel deviendrait dessinateur de bandes dessinées. Il venait d’avoir 16 ans. À 19 ans, il entra à l’école des Beaux-Arts de Barcelone dont il suivit les cours pendant trois ans. Il y prit conscience de ses propres limites et tenta de les surmonter. Il y rencontra de jeunes étudiants, tels que Sergio Garcia, qui devinrent des amis et sont considérés aujourd’hui comme l’avenir de la b.d. ibérique. À 22 ans, il publiait chez Magemultimedia (Espagne) la b.d. qu’il considère comme son premier effort de quelque valeur : « La Cité des Morts ». Remarqué pour sa virtuosité, Francis Porcel entra en contact avec Dargaud, qui lui présenta Jean-David Morvan. De cette rencontre devait naître « REALITY SHOW ». « Depuis lors, avoue-t-il, je me considère comme le type le plus chanceux de la planète ! ». Et, sans doute, un des plus talentueux.

Texte et photo © Dargaud

Aussi loin qu’il se souvienne, Francis Porcel (il est né en 1977) a toujours aimé le jeu. « Pour moi, chaque jouet était le prétexte à une évasion dans un monde imaginaire. Cela m’a plongé dans des conflits familiaux et scolaires considérables. Parce que les adultes confisquaient mes jouets de plus en plus souvent, j’ai trouvé dans le dessin une manière de continuer à « jouer » en laissant vagabonder mon imagination ». Le dessin est devenu rapidement de la bande dessinée. Les premiers essais se présentaient sous la forme d’histoires courtes inspirées de Bruguera, Mortadel et Philemon. Par ailleurs le jeune Francis Porcel se sentait fasciné par l’art d’Albert Uderzo et d’un autre grand pro, espagnol celui-là, Gimenez. C’est en découvrant « L’Etoile noire » de ce dernier que la décision tomba : Francis Porcel deviendrait dessinateur de bandes dessinées. Il venait d’avoir 16 ans. À 19 ans, il entra à l’école des Beaux-Arts de Barcelone dont il suivit les cours pendant trois ans. Il y prit conscience de ses propres limites et tenta de les surmonter. Il y rencontra de jeunes étudiants, tels que Sergio Garcia, qui devinrent des amis et sont considérés aujourd’hui comme l’avenir de la b.d. ibérique. À 22 ans, il publiait chez Magemultimedia (Espagne) la b.d. qu’il considère comme son premier effort de quelque valeur : « La Cité des Morts ». Remarqué pour sa virtuosité, Francis Porcel entra en contact avec Dargaud, qui lui présenta Jean-David Morvan. De cette rencontre devait naître « REALITY SHOW ». « Depuis lors, avoue-t-il, je me considère comme le type le plus chanceux de la planète ! ». Et, sans doute, un des plus talentueux.

Texte et photo © Dargaud

Sa Bibliographie