Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Tamiazzo, Stefano

Tamiazzo, Stefano

  • 577
  • Tamiazzo
  • Stefano
  • le 30/07/1968 (ITALIE)

Sa biographie

Né le 30 juillet 1968 à Padoue (Italie), Stefano Tamiazzo rencontre le dessin dès 4 ans. C’est seulement à 14 ans qu’il découvre sa première bande dessinée, un premier choc qui orientera sa vie. À 17 ans, il arrête ses études et décide d’embrasser, sans passer par une école d’art, la carrière de dessinateur de bande dessinée. À ses débuts, il adopte un dessin hyperréaliste, son trait prend rapidement des courbes «grotesques». Guidé par les œuvres de Tardi, Pratt, Giardino, Bilal ou encore Miyazaki, il se forge alors un style très personnel. Dès 1994, il reçoit le prix du meilleur auteur au Festival du fantastique de Prato grâce à une histoire courte. Ce récit de neuf pages sera publié en Italie et aussi aux États-Unis dans le mensuel Animerica. Trois ans plus tard, Stefano Tamiazzo est, grâce à un récit de science fiction, l’unique occidental finaliste du prix Shikisho décerné chaque année à un jeune dessinateur par la maison d’édition japonaise Kodansha. Ses sources d’inspiration sont diverses : livres d’histoire et récits sur la 1re guerre mondiale. Passionné de cinéma, il apprécie particulièrement les œuvres d’Orson Welles, Serguei Eisenstein, Akira Kurosawa, Martin Scorsese, Stanley Kubrick, Quentin Tarantino et les vieux films d’animation japonaise. Avant de signer La Mandiguerre, Stefano Tamiazzo a d’ailleurs réalisé le premier story-board jamais réalisé dans l’histoire du cinéma italien pour le film La langue des Saints de Carlo Mazzacurati. Lorsque Morvan découvre ce jeune dessinateur, il a deux projets en tête, l’un d’héroïc-fantasy, le second de steampunk. Ils s’accordent sur le deuxième, et le destinent immédiatement à la série B, dirigée par Fred Blanchard et Olivier Vatine. Stefano Tamiazzo s’avoue ravi, Morvan lui laissant une grande liberté dans le scénario et lui fournissant une énorme documentation. «Il m’envoyait les pages du scénario, je les exécutais et nous argumentions comme deux animaux pour produire le meilleur album possible. Tout cela parce que nous sommes deux fanatiques de notre travail.» Pour ce jeune artiste, vivre sans bande dessinée est mission impossible !

Texte et photo © Delcourt

Né le 30 juillet 1968 à Padoue (Italie), Stefano Tamiazzo rencontre le dessin dès 4 ans. C’est seulement à 14 ans qu’il découvre sa première bande dessinée, un premier choc qui orientera sa vie. À 17 ans, il arrête ses études et décide d’embrasser, sans passer par une école d’art, la carrière de dessinateur de bande dessinée. À ses débuts, il adopte un dessin hyperréaliste, son trait prend rapidement des courbes «grotesques». Guidé par les œuvres de Tardi, Pratt, Giardino, Bilal ou encore Miyazaki, il se forge alors un style très personnel. Dès 1994, il reçoit le prix du meilleur auteur au Festival du fantastique de Prato grâce à une histoire courte. Ce récit de neuf pages sera publié en Italie et aussi aux États-Unis dans le mensuel Animerica. Trois ans plus tard, Stefano Tamiazzo est, grâce à un récit de science fiction, l’unique occidental finaliste du prix Shikisho décerné chaque année à un jeune dessinateur par la maison d’édition japonaise Kodansha. Ses sources d’inspiration sont diverses : livres d’histoire et récits sur la 1re guerre mondiale. Passionné de cinéma, il apprécie particulièrement les œuvres d’Orson Welles, Serguei Eisenstein, Akira Kurosawa, Martin Scorsese, Stanley Kubrick, Quentin Tarantino et les vieux films d’animation japonaise. Avant de signer La Mandiguerre, Stefano Tamiazzo a d’ailleurs réalisé le premier story-board jamais réalisé dans l’histoire du cinéma italien pour le film La langue des Saints de Carlo Mazzacurati. Lorsque Morvan découvre ce jeune dessinateur, il a deux projets en tête, l’un d’héroïc-fantasy, le second de steampunk. Ils s’accordent sur le deuxième, et le destinent immédiatement à la série B, dirigée par Fred Blanchard et Olivier Vatine. Stefano Tamiazzo s’avoue ravi, Morvan lui laissant une grande liberté dans le scénario et lui fournissant une énorme documentation. «Il m’envoyait les pages du scénario, je les exécutais […]

Sa Bibliographie

Les tableaux synthéthiques ci-dessous peuvent être faussés par des éditions anniversaires (souvent post-mortem). Ils ne tiennent pas compte des autres pseudonymes sous lequel signe cet auteur.

Séries principales de à Rôle
Cynocéphales 2017     
Mandiguerre (La) 2001 2007