Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Devos, Jean-Jacques

Devos, Jean-Jacques

  • 51763
  • Devos
  • Jean-Jacques
  • le 10/12/1949 (BELGIQUE)

Sa biographie

Jean-Jacques Devos, le fils de Jacques Devos, a étudié d'abord les Arts décoratifs à Bruxelles, avant d'entrer à l'Institut Saint-Luc, en section architecture d'intérieur. Sa première participation à la bande dessinée, c'est en scénariste pour son père dans le mini-récit "Bague à tel", paru dans l'hebdomadaire Spirou en 1964. Au long de la carrière de Jacques Devos, son fils va collaborer à maintes reprises, soit pour discuter de l'histoire, soit pour suggérer des titres : il a en effet hérité de sens de jeu de mots familial, comme "Si vis sachem para bellum" (dans Whamoka et Whikilowat en 1966), "Hi-Fi génie" (dans Génial Olivier en 1986) ou encore "Miss cils" (dans Génial Olivier encore en 1988). Parammèlement, Jean-Jacques Devos se lance dans la peinture (pour décorer son bureau d'architecte). On lui suggère de participer à une exposition et un ami l'inscrit au prix Anto Carte au palais des Beaux Arts de Bruxelles : il y est retenu, puis ce sera un deuxième, puis en France un troisième ! À ce dernier, il rencontre Bruno Brel, le neveu du chanteur poète... Devant ce premier succès, il se met en quête d'une bonne galerie à Bruxelles. Sa première exposition ira au-delà de ses espérances : il décide alors de se lancer dans cette nouvelle carrière. Après le décès de son père Jacques Devos, il s’est promis de prolonger l’œuvre de ce dernier : en 2007, il sort un portfolio qui regroupe de nombreux ex-libris dessinés par d’anciens collègues et amis de son père. Il vient en 2007 et 2008 de publier chez Bague-à-tel à La Hulpe un recueil d'histoires inédites de Génial Olivier : Le génie grand D (distribué par Le Coffre-à-BD de Tournefeuille près de Toulouse), ainsi que Les extraterrestres. En 2017, il publie toujours chez Le Coffre à BD "Le dernier tiroir de Jacques Devos", un recueil d'archives tirées des dessins de son père.

Jean-Jacques Devos, le fils de Jacques Devos, a étudié d'abord les Arts décoratifs à Bruxelles, avant d'entrer à l'Institut Saint-Luc, en section architecture d'intérieur. Sa première participation à la bande dessinée, c'est en scénariste pour son père dans le mini-récit "Bague à tel", paru dans l'hebdomadaire Spirou en 1964. Au long de la carrière de Jacques Devos, son fils va collaborer à maintes reprises, soit pour discuter de l'histoire, soit pour suggérer des titres : il a en effet hérité de sens de jeu de mots familial, comme "Si vis sachem para bellum" (dans Whamoka et Whikilowat en 1966), "Hi-Fi génie" (dans Génial Olivier en 1986) ou encore "Miss cils" (dans Génial Olivier encore en 1988). Parammèlement, Jean-Jacques Devos se lance dans la peinture (pour décorer son bureau d'architecte). On lui suggère de participer à une exposition et un ami l'inscrit au prix Anto Carte au palais des Beaux Arts de Bruxelles : il y est retenu, puis ce sera un deuxième, puis en France un troisième ! À ce dernier, il rencontre Bruno Brel, le neveu du chanteur poète... Devant ce premier succès, il se met en quête d'une bonne galerie à Bruxelles. Sa première exposition ira au-delà de ses espérances : il décide alors de se lancer dans cette nouvelle carrière. Après le décès de son père Jacques Devos, il s’est promis de prolonger l’œuvre de ce dernier : en 2007, il sort un portfolio qui regroupe de nombreux ex-libris dessinés par d’anciens collègues et amis de son père. Il vient en 2007 et 2008 de publier chez Bague-à-tel à La Hulpe un recueil d'histoires inédites de Génial Olivier : Le génie grand D (distribué par Le Coffre-à-BD de Tournefeuille près de Toulouse), ainsi que Les extraterrestres. En 2017, il publie toujours chez Le Coffre à BD "Le dernier tiroir de Jacques Devos", un recueil d'archives tirées des dessins de son père.

Sa Bibliographie

Les tableaux synthéthiques ci-dessous peuvent être faussés par des éditions anniversaires (souvent post-mortem). Ils ne tiennent pas compte des autres pseudonymes sous lequel signe cet auteur.

Documents, Monographies, Biographies de à Rôle
(AUT) Devos 2017