Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Bonnet, Marie-Jo

Bonnet, Marie-Jo

  • 51529
  • Bonnet
  • Marie-Josèphe
  • Bonnet, Marie-Jo
  • le 01/01/1949 (FRANCE)
  • https://mariejobon.net

Sa biographie

Marie-Josèphe Bonnet, dite Marie-Jo Bonnet, née à Deauville (Calvados) en 1949, est une spécialiste de l'histoire des femmes, de l'histoire de l'art et de l'homosexualité féminine. Elle publie aussi des ouvrages sur l'histoire de la résistance et de l'occupation. Marie-Jo Bonnet a suivi ses études en Normandie, puis au lycée Romain Rolland d'Ivry (94) et en classes préparatoires à l'École normale supérieure au lycée Claude-Monet. Elle obtient sa licence d'histoire à l'université Paris-1 Panthéon-Sorbonne, puis sa maîtrise et son doctorat à l'université Paris VII - Diderot. Elle fut la première en 1979 à soutenir une thèse d'histoire sur l'amour entre femmes en 1979, sous la direction de Michelle Perrot. Sa thèse, publiée une première fois en 1981, a été rééditée sous le titre Les relations amoureuses entre les femmes du xvie au xxe siècle en 1995. Docteure en histoire, Marie-Jo Bonnet a enseigné l'histoire de l'art à l'université Columbia, et à Carleton College (à Paris). Le sujet de son cours était : Les femmes artistes à Paris au xxe siècle, Amour et art au xxe siècle). Elle a participé à de nombreux colloques et conférences en France et à l'étranger, ainsi qu'à plusieurs émissions de radio et de télévision sur France Culture, France Inter, Arte et France 2. Historienne d'art, elle a écrit plusieurs livres1 et de nombreux articles, participé à de nombreuses conférences et colloques sur le thème de l'art, des artistes femmes, les questions de représentation du couple de femmes en art et de l'inscription d'une symbolique nouvelle dans la cité. Depuis quelques années, elle travaille sur l'histoire de la Résistance et de l'Occupation. En 1971, elle participe au Mouvement de libération des femmes (MLF)3 et à la fondation du Front homosexuel d'action révolutionnaire (FHAR) et des Gouines rouges. Membre du groupe musique (guitare), elle a participé à l'enregistrement de 5 chants du MLF, dont L'hymne des femmes. En 1974, elle adhère à l'association La Spirale fondée par la peintre et poète Charlotte Calmis. Elle est cofondatrice de l'Association Charlotte Calmis en 1984 qui a réalisé une exposition-hommage à la peintre disparue en 1982 au Ministère des Droits des femmes (1984). Elle participe au Groupe d'Etudes Féministes (GEF) de l'Université Paris VII de 1975 à 1981, et au groupe d'historiennes réuni par Simone de Beauvoir. Elle est présidente fondatrice de l'association Souffles d'Elles qui organise le premier Café des femmes à la Coupole depuis 2005. Elle est membre de l'association Artemisia pour la promotion de la bande dessinée de création féminine, sociétaire de la Société des gens de lettres, membre titulaire de la Société des auteurs de Normandie (SADN), présidente de la délégation territoriale de Paris (DT 75) des Amis de la Fondation pour la mémoire de la déportation (AFMD) de 2013 à 2015 et depuis juillet 2015 présidente de l'association Lire à Pont-L'Evêque. Elle a été commissaire de l'exposition Lutetia 1945, Le retour des déportés, réalisée par l'AFMD-Paris. Elle est membre du CoRP (Collectif du respect de la personne) opposée à la GPA.

Texte et photo © Wikipédeia

Marie-Josèphe Bonnet, dite Marie-Jo Bonnet, née à Deauville (Calvados) en 1949, est une spécialiste de l'histoire des femmes, de l'histoire de l'art et de l'homosexualité féminine. Elle publie aussi des ouvrages sur l'histoire de la résistance et de l'occupation. Marie-Jo Bonnet a suivi ses études en Normandie, puis au lycée Romain Rolland d'Ivry (94) et en classes préparatoires à l'École normale supérieure au lycée Claude-Monet. Elle obtient sa licence d'histoire à l'université Paris-1 Panthéon-Sorbonne, puis sa maîtrise et son doctorat à l'université Paris VII - Diderot. Elle fut la première en 1979 à soutenir une thèse d'histoire sur l'amour entre femmes en 1979, sous la direction de Michelle Perrot. Sa thèse, publiée une première fois en 1981, a été rééditée sous le titre Les relations amoureuses entre les femmes du xvie au xxe siècle en 1995. Docteure en histoire, Marie-Jo Bonnet a enseigné l'histoire de l'art à l'université Columbia, et à Carleton College (à Paris). Le sujet de son cours était : Les femmes artistes à Paris au xxe siècle, Amour et art au xxe siècle). Elle a participé à de nombreux colloques et conférences en France et à l'étranger, ainsi qu'à plusieurs émissions de radio et de télévision sur France Culture, France Inter, Arte et France 2. Historienne d'art, elle a écrit plusieurs livres1 et de nombreux articles, participé à de nombreuses conférences et colloques sur le thème de l'art, des artistes femmes, les questions de représentation du couple de femmes en art et de l'inscription d'une symbolique nouvelle dans la cité. Depuis quelques années, elle travaille sur l'histoire de la Résistance et de l'Occupation. En 1971, elle participe au Mouvement de libération des femmes (MLF)3 et à la fondation du Front homosexuel d'action révolutionnaire (FHAR) et des Gouines rouges. Membre du groupe musique (guitare), elle a participé à l'enregistrement de 5 chants du MLF, dont L'hymne des femmes. En 1974, elle adhère à l'association La Spirale fondée par la […]

Sa Bibliographie

Les tableaux synthéthiques ci-dessous peuvent être faussés par des éditions anniversaires (souvent post-mortem). Ils ne tiennent pas compte des autres pseudonymes sous lequel signe cet auteur.

Autres collaborations de à Rôle
Violette Morris, à abattre par tous moyens 2018 2019 Autres