Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Maadiar

  • 37711
  • Maadiar
  • le 01/01/1985 (FRANCE)
  • http://maadiar.com

Sa biographie

Dessinateur professionnel depuis 2006, il publie dessins satyriques, illustrations et reportages en bande-dessinée dans divers titres de presse dont Vice Magazine France, Gonzaï.com ou Mégalopolis. En mars 2009, à la faveur d’un reportage sur la gare de Pantin il découvre un wagon de marchandise abandonné. Il en fait son atelier le mois suivant. Le wagon est vide, vaste, immobile & isolé, propice à la réalisation de grands formats ; d’abord de grands fusains, des dessins à la plume ou au pinceau, de simples « agrandissements » au format raisin de figures personnelles réalisées antérieurement. Au bout de quelques mois il récupère des fonds de pots de peintures sur les chantiers. Maadiar peint sagement, verticalement. Ses supports sont des feuilles de papiers solitaires, puis fixées entre elles par du scotch, de plus en plus grand. Fouillant les poubelles il rassemble plusieurs chauffe-eau qu’il démonte pour peindre sur leurs parois de tôle. Nouveau support. Pour peindre sur la tôle émaillée il cherche une peinture noire épaisse, bitumeuse. La peinture liquide coule vite sur l’émail alors Maadiar peint support couché. Bon élève il s’interdit les accidents, évite toute coulures. Quand celles-ci surgissent au gré de sa peinture nerveuse il essuie le plus vite possible, à l’éponge, pour ressusciter la tôle blanche et tout recommencer. Mais petit à petit les coulures imposent leur flux. Leur matière brillante et leur surface lisse, épaisse, exempte de toute pression, belle, vierge, le fascine. Désormais, il ne s’agira plus que de domestiquer le flot qui s’écoule, le pinceau ne touchant le support que rarement, pour des effets très légers. Alors le processus se fixe, qui mêle peinture et dessin. Un fond blanc découpé, un trait noir redessine sans redondance. Les influences sont multiples : les kakémonos de Sengaï Gibon, les premiers Soulages au brou de noix, le « flop graffiti » ou le céramiste grec Nicosthène. Les thèmes aussi : mythes personnels, légendes partagées, animaux audacieux. En Janvier 2011 la Sureté Générale des Réseaux Ferrés de France l’expulse, détruisant une partie de ses œuvres et tout son matériel. Privé d’atelier, il peint dans divers squats, parfois chez des amis, des gens rencontrés au gré de ses errances. En février 2011 la de Decker Contemporary Art Gallery, qui suit le travail de l’artiste depuis 2010, accueille dans ses locaux bruxellois la première exposition personnelle de Maadiar. La même année elle expose à l’Affordable Art Fair de Bruxelles une toile de l’artiste.

Texte et photo © Les éditions du Pélimantin

Dessinateur professionnel depuis 2006, il publie dessins satyriques, illustrations et reportages en bande-dessinée dans divers titres de presse dont Vice Magazine France, Gonzaï.com ou Mégalopolis. En mars 2009, à la faveur d’un reportage sur la gare de Pantin il découvre un wagon de marchandise abandonné. Il en fait son atelier le mois suivant. Le wagon est vide, vaste, immobile & isolé, propice à la réalisation de grands formats ; d’abord de grands fusains, des dessins à la plume ou au pinceau, de simples « agrandissements » au format raisin de figures personnelles réalisées antérieurement. Au bout de quelques mois il récupère des fonds de pots de peintures sur les chantiers. Maadiar peint sagement, verticalement. Ses supports sont des feuilles de papiers solitaires, puis fixées entre elles par du scotch, de plus en plus grand. Fouillant les poubelles il rassemble plusieurs chauffe-eau qu’il démonte pour peindre sur leurs parois de tôle. Nouveau support. Pour peindre sur la tôle émaillée il cherche une peinture noire épaisse, bitumeuse. La peinture liquide coule vite sur l’émail alors Maadiar peint support couché. Bon élève il s’interdit les accidents, évite toute coulures. Quand celles-ci surgissent au gré de sa peinture nerveuse il essuie le plus vite possible, à l’éponge, pour ressusciter la tôle blanche et tout recommencer. Mais petit à petit les coulures imposent leur flux. Leur matière brillante et leur surface lisse, épaisse, exempte de toute pression, belle, vierge, le fascine. Désormais, il ne s’agira plus que de domestiquer le flot qui s’écoule, le pinceau ne touchant le support que rarement, pour des effets très légers. Alors le processus se fixe, qui mêle peinture et dessin. Un fond blanc découpé, un trait noir redessine sans redondance. Les influences sont multiples : les kakémonos de Sengaï Gibon, les premiers Soulages au brou de noix, le « flop graffiti » ou le céramiste grec Nicosthène. […]

Sa Bibliographie

Les tableaux synthéthiques ci-dessous peuvent être faussés par des éditions anniversaires (souvent post-mortem). Ils ne tiennent pas compte des autres pseudonymes sous lequel signe cet auteur.

Séries principales de à Rôle
Mathurin soldat 2014