Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Zorglub : la série du Z !

Sa biographie

Photo © Daniel Maghen

Né en Espagne le 21 avril 1972, José-Luis Munuera ne réfute pas sa forte imprégnation par la BD franco-belge, principalement humoristique, dans ses traductions locales ou les magazines parvenant au-delà des Pyrénées. Après ses études aux Beaux-Arts de Grenade, il tente de percer dans son pays, mais se rend vite compte que le goût éditorial y est surtout porté ves les séries américaines, les mangas et un réalisme esthétisant fort éloigné de son penchant naturel pour l'humour. Il cite volontiers parmi ses lectures préférées Spirou et Fantasio ou l'oeuvre d'Uderzo. Jugé trop "français" par ses pairs, il se rend en pélerinage à Angoulême où il a la chance de se lier avec Sfar qui lui scénarise trois albums des "Potamoks" pour les éditions Delcourt en 1996-1997 ("Terra incognita", "Les Fontaines rouges", "Nous et le désert"). Après ce premier essai en commun dont le résultat commercial ne les satisfait guère, ils se tournent vers Dargaud et content l'enfance de l'enchanteur Merlin à partir de 1999 ("Jambon et Tartine", "Merlin contre le Père Noël", "Merlin va à la plage", "Le Roman de la mère Renart"). Tout comme le regretté Franquin, Munuera insiste sur le fait qu'il trouve en fait son plaisir à illustrer des histoires qu'il aurait aimé lire étant jeune... Habitant à Murcie, Munuera use de l'internet et de l'informatique pour étendre sa toile vers la France. La rencontre de Jean-David Morvan va le mener un étage plus haut dans le fantastique humoristique avec "Sir Pyle" chez Soleil Productions. Etrange personnage que ce médecin auquel font appel les monstres et autres créatures de l'ombre lorsqu'ils souffrent d'une maladie physique ou psychique. "Mythecin généraliste" (1999) et "Mauvais Souvenirs" (2000) vont être fort remarqués pour leur exubérance graphique et le fait que c'est un gamin d'une douzaine d'années qui expose des histoires vieilles de plusieurs siècles. Seul, il publiera en 2000 chez Dargaud "La route d'Eldorado", une adaptation BD d'un dessin animé du studio Dreamworks. Ce travail de commande l'aidera à maîtriser son dessin foisonnant et compulsif. Plutôt père tranquille dans la vie courante, il avoue travailler dans la surexcitation : "Je fume comme une cheminée, je saute de ma table à dessin pour faire des grimaces et les dessiner devant le miroir, je cherche la documentation au fur et à mesure et les photos, les gravures anciennes et les livres s'accumulent à la fin de la journée. Je me réveille tous les jours en me disant à moi-même que je vais faire un chef d'oeuvre et, après, j'ai un trac pas possible." Sa reprise des mythiques "Spirou et Fantasio" n'a certainement rien pour apaiser son enthousiasme méditerranéen, mais il y donne tout ce qu'il peut, réalisant ainsi un de ses rêves de jeunesse et à peine conscient de la gageure que constitue cette renaissance de personnages aussi ancrés dans la mémoire collective. Il les mènera assurément très loin dans ce nouveau millénaire en les modernisant graduellement avec l'aide de son scénariste favori. Leur première histoire, "Paris-sous-Seine", révèle un tempérament exceptionnel et une mise en pages moderniste jouant sur la multiplicité des cases et des détails singuliers.

Texte © Dupuis

Photo © Daniel Maghen

Né en Espagne le 21 avril 1972, José-Luis Munuera ne réfute pas sa forte imprégnation par la BD franco-belge, principalement humoristique, dans ses traductions locales ou les magazines parvenant au-delà des Pyrénées. Après ses études aux Beaux-Arts de Grenade, il tente de percer dans son pays, mais se rend vite compte que le goût éditorial y est surtout porté ves les séries américaines, les mangas et un réalisme esthétisant fort éloigné de son penchant naturel pour l'humour. Il cite volontiers parmi ses lectures préférées Spirou et Fantasio ou l'oeuvre d'Uderzo. Jugé trop "français" par ses pairs, il se rend en pélerinage à Angoulême où il a la chance de se lier avec Sfar qui lui scénarise trois albums des "Potamoks" pour les éditions Delcourt en 1996-1997 ("Terra incognita", "Les Fontaines rouges", "Nous et le désert"). Après ce premier essai en commun dont le résultat commercial ne les satisfait guère, ils se tournent vers Dargaud et content l'enfance de l'enchanteur Merlin à partir de 1999 ("Jambon et Tartine", "Merlin contre le Père Noël", "Merlin va à la plage", "Le Roman de la mère Renart"). Tout comme le regretté Franquin, Munuera insiste sur le fait qu'il trouve en fait son plaisir à illustrer des histoires qu'il aurait aimé lire étant jeune... Habitant à Murcie, Munuera use de l'internet et de l'informatique pour étendre sa toile vers la France. La rencontre de Jean-David Morvan va le mener un étage plus haut dans le fantastique humoristique avec "Sir Pyle" chez Soleil Productions. Etrange personnage que ce médecin auquel font appel les monstres et autres créatures de l'ombre lorsqu'ils souffrent d'une maladie physique ou psychique. "Mythecin généraliste" (1999) et "Mauvais Souvenirs" (2000) vont être fort remarqués pour leur exubérance graphique et le […]

Sa Bibliographie