Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Bourgoin, Stéphane

Bourgoin, Stéphane

  • 34302
  • Bourgoin
  • Stéphane
  • le 14/03/1953 (FRANCE)

Sa biographie

Stéphane Bourgoin, né le 14 mars 1953 à Paris, est un écrivain français et libraire spécialisé dans la criminologie et le roman policier, notamment dans l'étude du tueur en série (voir profilage criminel). Le viol et le meurtre de la compagne de Stéphane Bourgoin par un serial killer en 1976 est à l'origine de son intérêt pour ce type de criminel. Depuis 1979 , Stéphane Bourgoin a interrogé plus de 70 serial killers différents sur tous les continents. Il a enseigné au C.N.F.P.J. (Centre national de formation de la police judiciaire) de l’école de la Gendarmerie nationale à Fontainebleau pendant plus de 12 ans et est membre fondateur de l’association Victimes en Série (ViES). Il publie des ouvrages consacrés à ce phénomène sous son propre nom ainsi que sous le pseudonyme collectif d'Étienne Jallieu qu'il partage avec Isabelle Longuet. Ils ont ainsi coécrit Les Crimes cannibales (2004), L'Année du Crime (2006) et Infanticides (2007). Il fut – entre autres – membre du jury lors du festival Fantastic'Arts en 1999. Concernant les Attentats en Norvège de 2011 et une polémique qui a jailli autour de la responsabilité des jeux vidéo dans les actes commis par les tueurs de masse, certains propos de Stéphane Bourgoin dans la presse ont été tronqués ou déformés, ce qui a pu susciter de la colère et des propos menaçants chez certains adeptes de jeux vidéo. La teneur exacte des déclarations de Stéphane Bourgoin est la suivante : « Ces meurtriers sont fascinés par des jeux vidéo violents. Ces jeux consommés à haute dose provoquent une désensibilisation par rapport à l’acte criminel. Dans certains jeux, pour franchir les différents niveaux, il faut parfois tuer un policier ou une femme enceinte. Celui qui joue est par définition acteur, il n’est pas passif. Certains jeux japonais, accessibles gratuitement en ligne, permettent d’incarner un violeur en série. Le joueur devient un participant actif et exprime ses fantasmes. Là, c’est le véritable danger. ». Sur le site www.citazine.fr, il a en outre déclaré : « Une agence de presse a quelque peu exagéré et déformé mes propos. Ce que j’ai exactement dit sur le profil-type du tueur de masse, c’est que sur les 113 cas en vingt ans, 108 s’adonnaient quotidiennement voire parfois des heures entières à des jeux vidéo violents. Mais j’ajoutais, bien sûr, que ce n’est pas le fait de jouer à des jeux vidéo violents qui fait qu’on devient un tueur de masse. ».

Texte et photo © Wikipédia

Stéphane Bourgoin, né le 14 mars 1953 à Paris, est un écrivain français et libraire spécialisé dans la criminologie et le roman policier, notamment dans l'étude du tueur en série (voir profilage criminel). Le viol et le meurtre de la compagne de Stéphane Bourgoin par un serial killer en 1976 est à l'origine de son intérêt pour ce type de criminel. Depuis 1979 , Stéphane Bourgoin a interrogé plus de 70 serial killers différents sur tous les continents. Il a enseigné au C.N.F.P.J. (Centre national de formation de la police judiciaire) de l’école de la Gendarmerie nationale à Fontainebleau pendant plus de 12 ans et est membre fondateur de l’association Victimes en Série (ViES). Il publie des ouvrages consacrés à ce phénomène sous son propre nom ainsi que sous le pseudonyme collectif d'Étienne Jallieu qu'il partage avec Isabelle Longuet. Ils ont ainsi coécrit Les Crimes cannibales (2004), L'Année du Crime (2006) et Infanticides (2007). Il fut – entre autres – membre du jury lors du festival Fantastic'Arts en 1999. Concernant les Attentats en Norvège de 2011 et une polémique qui a jailli autour de la responsabilité des jeux vidéo dans les actes commis par les tueurs de masse, certains propos de Stéphane Bourgoin dans la presse ont été tronqués ou déformés, ce qui a pu susciter de la colère et des propos menaçants chez certains adeptes de jeux vidéo. La teneur exacte des déclarations de Stéphane Bourgoin est la suivante : « Ces meurtriers sont fascinés par des jeux vidéo violents. Ces jeux consommés à haute dose provoquent une désensibilisation par rapport à l’acte criminel. Dans certains jeux, pour franchir les différents niveaux, il faut parfois tuer un policier ou une femme enceinte. Celui qui joue est par définition acteur, il n’est pas passif. Certains jeux japonais, accessibles gratuitement en ligne, permettent d’incarner un violeur en série. Le joueur devient un participant actif et exprime ses fantasmes. Là, c’est le véritable danger. ». Sur le site www.citazine.fr, […]

Sa Bibliographie

Les tableaux synthéthiques ci-dessous peuvent être faussés par des éditions anniversaires (souvent post-mortem). Ils ne tiennent pas compte des autres pseudonymes sous lequel signe cet auteur.

Autres collaborations de à Rôle
Stéphane Bourgoin présente les serial killers 2020 2021 Préface
Tueur de la Green River (Le) 2012 Préface