Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Fincher, David

Fincher, David

  • 34266
  • Fincher
  • David
  • le 28/08/1962 (ÉTATS-UNIS)

Sa biographie

David Fincher est né le 28 août 1962 à Denver, Colorado (États-Unis). Sa mère, Claire, était infirmière psychiatrique et travaillait dans des programmes de désintoxication. Son père, Howard, était chef de service pour le magazine Life, sous le nom de Jack Fincher. À l'âge de 2 ans, David et sa famille déménagèrent à Anselmo, en Californie. Ils déménagèrent ensuite à Ashland, dans l'Oregon, où il devint diplômé de l'Ashland High School. Inspiré par le film Butch Cassidy et le Kid, Fincher commence à faire des films avec une caméra 8mm dès l'âge de 8 ans. Il s'est ensuite éloigné de la voie scolaire, pour finalement travailler comme « technicien à tout faire » sur les films de John Korty. En 1980, il est engagé par Industrial Light et Magic, où il travaille sur des films comme Star Wars, épisode VI : Le Retour du Jedi et Indiana Jones et le Temple maudit. En 1984, il quitte ILM pour tourner une pub télé pour l'American Cancer Society. Cette publicité attire l'attention des producteurs d'Hollywood, et lui permet de diriger la réalisation du documentaire The Beat of the Live Drum en 1985. Il continua ensuite à réaliser des publicités pour Nike, Pepsi, Sony ou Levi's, et de nombreux vidéo-clips pour les plus grandes stars de la musique ; avant de se tourner vers le cinéma. De 1990 à 1995, il a été marié avec Donya Fiorentino, avec qui il a eu une fille, Phelix Imogen, en 1994. David Fincher est à classer parmi les réalisateurs « visuels », au même titre que Ridley Scott qui a comme lui débuté sa carrière de réalisateur dans la publicité. Issu aussi du monde des effets spéciaux et des vidéo-clips, Fincher maîtrise parfaitement les techniques permettant d'obtenir le rendu visuel qu'il désire, notamment en matière de photographie et de postproduction. À l'instar de Stanley Kubrick, il est réputé pour son perfectionnisme et pour tourner un très grand nombre de prises de ses plans et séquences (pour exemple, 99 prises lui ont été nécessaires pour tourner la scène d'introduction du film The Social Network). Les thèmes communs à tous ses films concernent la représentation de la douleur psychologique ou physique causées par l'aliénation, l'obsession, l'auto-enfermement ou encore l'usure du temps. Le héros fincherien est toujours un inadapté social mis à rude épreuve. Fight Club a été critiqué pour son orientation politique. On l'a accusé de propager un message fasciste, voire nihiliste, ou à l'inverse anarchiste, véhiculant un message libertaire. David Fincher a aussi été un membre actif de la demoscene, une sous-culture informatique ayant pour but la création artistique sous forme de programme, fondée sur les trois domaines que sont : la musique assistée par ordinateur, l’infographie et la programmation.

Texte © Wikipédia

David Fincher est né le 28 août 1962 à Denver, Colorado (États-Unis). Sa mère, Claire, était infirmière psychiatrique et travaillait dans des programmes de désintoxication. Son père, Howard, était chef de service pour le magazine Life, sous le nom de Jack Fincher. À l'âge de 2 ans, David et sa famille déménagèrent à Anselmo, en Californie. Ils déménagèrent ensuite à Ashland, dans l'Oregon, où il devint diplômé de l'Ashland High School. Inspiré par le film Butch Cassidy et le Kid, Fincher commence à faire des films avec une caméra 8mm dès l'âge de 8 ans. Il s'est ensuite éloigné de la voie scolaire, pour finalement travailler comme « technicien à tout faire » sur les films de John Korty. En 1980, il est engagé par Industrial Light et Magic, où il travaille sur des films comme Star Wars, épisode VI : Le Retour du Jedi et Indiana Jones et le Temple maudit. En 1984, il quitte ILM pour tourner une pub télé pour l'American Cancer Society. Cette publicité attire l'attention des producteurs d'Hollywood, et lui permet de diriger la réalisation du documentaire The Beat of the Live Drum en 1985. Il continua ensuite à réaliser des publicités pour Nike, Pepsi, Sony ou Levi's, et de nombreux vidéo-clips pour les plus grandes stars de la musique ; avant de se tourner vers le cinéma. De 1990 à 1995, il a été marié avec Donya Fiorentino, avec qui il a eu une fille, Phelix Imogen, en 1994. David Fincher est à classer parmi les réalisateurs « visuels », au même titre que Ridley Scott qui a comme lui débuté sa carrière de réalisateur dans la publicité. Issu aussi du monde des effets spéciaux et des vidéo-clips, Fincher maîtrise parfaitement les techniques permettant d'obtenir le rendu visuel qu'il désire, notamment en matière de photographie et de postproduction. À l'instar de Stanley Kubrick, il est réputé pour son perfectionnisme et pour tourner un très grand nombre de prises de ses plans et séquences (pour exemple, 99 prises lui ont été nécessaires pour tourner la scène d'introduction […]

Sa Bibliographie

Les tableaux synthéthiques ci-dessous peuvent être faussés par des éditions anniversaires (souvent post-mortem). Ils ne tiennent pas compte des autres pseudonymes sous lequel signe cet auteur.

Séries principales de à Rôle
Dahlia noir (Le) 2013