Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Salet, Marc

Salet, Marc

  • 32921
  • Salet
  • Marc
  • le 01/01/1974 (FRANCE)

Sa biographie

Marc Salet est né en 1974. Enseignant, il a travaillé depuis une dizaine d’années entre le Vietnam, le Tchad et la Turquie. Il s’est installé à Grenoble depuis peu. Je crois que tous les enfants dessinent et puis un jour ils arrêtent… moi j’ai continué. J’ai revu des dessins faits en maternelle : je dessinais des rondes en montrant des enfants de face, de dos, de profils gauche et droit. Et je me souviens des institutrices de l’époque qui se passaient mes dessins d’enfant qui les représentaient avec des chaussures à talons. Mes premiers souvenirs de BD sont dans Chlorophylle et les conspirateurs de Raymond Macherot à qui j’ai toujours voué un culte immense. Très naturellement j’ai dessiné des souris, des souris et des souris. Plus tard, j’ai copié d’autres BD inlassablement. J’ai appris en copiant. Beaucoup de « Blueberry ». Et puis je me suis rendu compte que ne dessinerais jamais comme Giraud. Et donc il fallait trouver autre chose. Trouver un style un peu personnel (qui masquerait un peu mes maladresses). J’ai beaucoup appris en dessinant avec d’autres dessinateurs. Le noir est blanc est venu très naturellement, car ce qui m’intéresse, c’ est de travailler des contrastes, faire ressortir des ombres et des endroits plus éclairés. Il y a un exercice qui consiste à partir d’un fond noir et à dessiner ce qui ressort en blanc. C’est un peu comme ça que j’ai dessiné cet album. J’ai mis quelques années à dessiner Le Crime de Lord Arthur Savile certaines périodes ayant été plus productives que d’autres. Je l’ai commencé au retour d’un séjour de trois ans au Tchad, puis je l’ai continué à Istanbul pendant deux ans avant de le terminer à mon retour en France… ensuite, je pensais le ranger dans des cartons… et puis on m’a incité à l’envoyer aux éditeurs pour « ne rien regretter ». Et voilà.

Texte et photo © Roymodus

Marc Salet est né en 1974. Enseignant, il a travaillé depuis une dizaine d’années entre le Vietnam, le Tchad et la Turquie. Il s’est installé à Grenoble depuis peu. Je crois que tous les enfants dessinent et puis un jour ils arrêtent… moi j’ai continué. J’ai revu des dessins faits en maternelle : je dessinais des rondes en montrant des enfants de face, de dos, de profils gauche et droit. Et je me souviens des institutrices de l’époque qui se passaient mes dessins d’enfant qui les représentaient avec des chaussures à talons. Mes premiers souvenirs de BD sont dans Chlorophylle et les conspirateurs de Raymond Macherot à qui j’ai toujours voué un culte immense. Très naturellement j’ai dessiné des souris, des souris et des souris. Plus tard, j’ai copié d’autres BD inlassablement. J’ai appris en copiant. Beaucoup de « Blueberry ». Et puis je me suis rendu compte que ne dessinerais jamais comme Giraud. Et donc il fallait trouver autre chose. Trouver un style un peu personnel (qui masquerait un peu mes maladresses). J’ai beaucoup appris en dessinant avec d’autres dessinateurs. Le noir est blanc est venu très naturellement, car ce qui m’intéresse, c’ est de travailler des contrastes, faire ressortir des ombres et des endroits plus éclairés. Il y a un exercice qui consiste à partir d’un fond noir et à dessiner ce qui ressort en blanc. C’est un peu comme ça que j’ai dessiné cet album. J’ai mis quelques années à dessiner Le Crime de Lord Arthur Savile certaines périodes ayant été plus productives que d’autres. Je l’ai commencé au retour d’un séjour de trois ans au Tchad, puis je l’ai continué à Istanbul pendant deux ans avant de le terminer à mon retour en France… ensuite, je pensais le ranger dans des cartons… et puis on m’a incité à l’envoyer aux éditeurs pour « ne rien regretter ». Et voilà.

Texte et photo © Roymodus

Sa Bibliographie

Les tableaux synthéthiques ci-dessous peuvent être faussés par des éditions anniversaires (souvent post-mortem). Ils ne tiennent pas compte des autres pseudonymes sous lequel signe cet auteur.

Séries principales de à Rôle
Crime de Lord Arthur Savile (Le) 2012