Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Frère, Paul

Frère, Paul

  • 27552
  • Frère
  • Paul
  • le 30/01/1917 (FRANCE)
  • le 23/02/2008

Sa biographie

Paul Frère, né le 30 janvier 1917 au Havre (France) et mort le 23 février 2008 est un ancien journaliste et pilote automobile belge. Fils de Germaine Schimp et de Maurice Frère, Paul Frère achève ses études secondaires à Vienne, après avoir passé une partie de sa jeunesse en France et en Allemagne. Il s’inscrit à l’École de commerce bruxelloise de Solvay en 1935 et en sort diplômé ingénieur commercial en 1940. À cette époque, sa passion pour le monde de l’automobile est déjà vivante. Ainsi, son examen de fin d'études concerne les développements du moteur à explosion et son mémoire traite de L’Influence de la forme des chambres de combustion sur le rendement d’un moteur à combustion interne. Dès 1942, Paul Frère assure les charges de secrétaire au sein de la Fédération belge de l'industrie de l'automobile et du cycle (Febiac). De 1947 à 1952, il travaille pour les firmes d’importation automobile Kaiser-Frazer et Jaguar et pour General Motors Continental à Anvers. En plus de ces activités, il dispense, de 1950 à 1954, un cours de mécanique automobile à l’École technique de l’État à Anderlecht. Sportif accompli, il remporte, de 1945 à 1947, cinq titres de Champion de Belgique d’aviron (Sport nautique universitaire) et représente la Belgique aux Championnats d’Europe d’aviron en 1947. Son amour pour les sports motorisés se concrétisera dès 1946 où il participera comme amateur et sous le pseudonyme de Frepau à des courses de motos. En 1948, il entame une carrière de pilote de course automobile. Pilote officiel d’équipes aussi prestigieuses que HWM, Gordini, Porsche, Aston Martin, Jaguar ou Ferrari, il remporte le Grand Prix des Frontières (1952), le Grand Prix de Spa (1955 et 1960), les 12 Heures de Reims (avec Olivier Gendebien en 1957 et en 1958), le Grand Prix d'Afrique du Sud (1960) et avec Olivier Gendebien, les 24 Heures du Mans (1960). Enfin, il occupe deux fois la seconde place du podium pour cette dernière course (1955 et 1959) et devient champion de Belgique en 1955. Il décroche une deuxième place au Grand Prix de Belgique en 1956 (après une quatrième place en 1955). Sa vocation de journaliste, il l'exerce dès 1945 et elle se traduit par de nombreuses publications, ces dernières étant traduites dans plusieurs langues. De 1962 à 1980, il préside l'Association des journalistes belges de l'Automobile (A.J.B.A.). Président du jury de la voiture de l'année (1970-1985), il présente, de 1978 à 1987, l'émission Der Autotest sur la chaîne de télévision allemande ZDF. À la fin de sa vie, il assure encore la charge d'European Editor pour la revue américaine Road et Track et contribue régulièrement au Moniteur Automobile, et aux revues japonaise Car Graphic et coréenne Car Vision. En 1993, il est nommé vice-président à vie de l’association britannique : “The Guild of Motoring Writers”. Par ailleurs, Paul Frère assure les charges de vice-président de la Société belge des ingénieurs de l’Automobile de 1964 à 1968 et est membre et vice-président de la Commission Technique de la Fédération internationale du sport automobile (FISA) de 1972 à 1984. Expert reconnu internationalement, il effectue de nombreuses missions en tant que consultant auprès de plusieurs constructeurs de l’industrie automobile aussi bien en Europe qu’au Japon ou aux États-Unis. Il est décédé le 23 février 2008 à Nice, à quelques kilomètres de Saint-Paul-de-Vence où il vivait depuis de très nombreuses années avec sa femme Suzanne. En hommage à Paul Frère, le virage no 15 du Circuit de Spa-Francorchamps, qui raccorde l'actuelle piste à l'ancien tracé de 14 kilomètres, a été rebaptisée "Courbe Paul Frère" à l'occasion du Grand Prix de Belgique de Formule 1 2008.

Texte © Wikipédia

Paul Frère, né le 30 janvier 1917 au Havre (France) et mort le 23 février 2008 est un ancien journaliste et pilote automobile belge. Fils de Germaine Schimp et de Maurice Frère, Paul Frère achève ses études secondaires à Vienne, après avoir passé une partie de sa jeunesse en France et en Allemagne. Il s’inscrit à l’École de commerce bruxelloise de Solvay en 1935 et en sort diplômé ingénieur commercial en 1940. À cette époque, sa passion pour le monde de l’automobile est déjà vivante. Ainsi, son examen de fin d'études concerne les développements du moteur à explosion et son mémoire traite de L’Influence de la forme des chambres de combustion sur le rendement d’un moteur à combustion interne. Dès 1942, Paul Frère assure les charges de secrétaire au sein de la Fédération belge de l'industrie de l'automobile et du cycle (Febiac). De 1947 à 1952, il travaille pour les firmes d’importation automobile Kaiser-Frazer et Jaguar et pour General Motors Continental à Anvers. En plus de ces activités, il dispense, de 1950 à 1954, un cours de mécanique automobile à l’École technique de l’État à Anderlecht. Sportif accompli, il remporte, de 1945 à 1947, cinq titres de Champion de Belgique d’aviron (Sport nautique universitaire) et représente la Belgique aux Championnats d’Europe d’aviron en 1947. Son amour pour les sports motorisés se concrétisera dès 1946 où il participera comme amateur et sous le pseudonyme de Frepau à des courses de motos. En 1948, il entame une carrière de pilote de course automobile. Pilote officiel d’équipes aussi prestigieuses que HWM, Gordini, Porsche, Aston Martin, Jaguar ou Ferrari, il remporte le Grand Prix des Frontières (1952), le Grand Prix de Spa (1955 et 1960), les 12 Heures de Reims (avec Olivier Gendebien en 1957 et en 1958), le Grand Prix d'Afrique du Sud (1960) et avec Olivier Gendebien, les 24 Heures du Mans (1960). Enfin, il occupe deux fois la seconde place du podium pour […]

Sa Bibliographie

Les tableaux synthéthiques ci-dessous peuvent être faussés par des éditions anniversaires (souvent post-mortem). Ils ne tiennent pas compte des autres pseudonymes sous lequel signe cet auteur.

Autres collaborations de à Rôle
Michel Vaillant - La Collection (Cobra) 2011 Préface