Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Crespin, Michel

Crespin, Michel

  • 1607
  • Crespin
  • Michel
  • le 28/04/1955 (FRANCE)
  • le 14/02/2001

Sa biographie

Michel Crespin naît en avril 1955 à Gap. Après une enfance et une adolescence vécues à St Bonnet en Champsaur, il quitte la vallée pour deux années aux Arts-Déco de Nice, puis fait le pari de se lancer dans la Bande-Dessinée… et pour cela regagne ses montagnes : pari gagné, il travaillera à raconter des « histoires dessinées » jusqu’à sa mort, en février 2001. Grand marcheur en sandales, amoureux de la montagne qu’il parcourt en dehors des sentiers battus, il s’inspire de ce qu’il voit, revisitant à l’aquarelle les lieux qu’il fréquente depuis l’enfance, et piochant dans son entourage les personnages qu’il dote de destins épiques… Il gardera toute sa vie le goût de la solitude et de l’espace nécessaires à sa création, et le besoin de s’imprégner sans cesse des paysages qui l’ont construit. Dans le Champsaur, avec la troupe de théâtre Pierre Folle, il s’engage avec sa famille et ses amis dans l’aventure des créations partagées. Il « fait l’acteur », les décors et les affiches … avec humour et humilité. Il laisse en héritage à ses enfants et à ceux qui l’ont connu, outre son œuvre graphique, ses valeurs humanistes et de sensibilité au monde, ainsi que le refus de toute compromission, fils conducteurs de son existence. Publié dans les pages du magazine « Métal Hurlant », Michel Crespin sort son premier album de BD en 1979 aux Humanoïdes Associés : « Marseil », premier de la série Armalite 16 , qui comporte quatre albums chez le même éditeur. Plantés dans le décor des montagnes des Hautes-Alpes, ces albums racontent la résistance d’un groupe de jeunes montagnards contre l’envahisseur totalitaire. Chez le même éditeur suit « Attentes » , recueil d’ histoires brèves où il met en scène les dérives d’un monde moderne, prédateur et pragmatique, qui met l’homme et la nature en péril. À partir de 1991, Michel Crespin ,qui se définissait comme un « raconteur d’histoires dessinées » explore le moyen-Age avec « Troubadour », série en trois « brins », publiés chez Vent d’Ouest : Là encore apparaissent ses thèmes de prédilection : sur fond de lutte fratricide, c’est le passage d’un monde ancien où la nature délivrait ses secrets aux hommes attentifs, à un nouvel ordre sourd et brutal, obsédé par le pouvoir temporel. Et là encore, le décor des aventures est tout proche, puisque le château où se noue et se dénoue le drame est le château de St Firmin en Valgaudemar … Chez Vent d’Ouest toujours, et pour la première fois avec un scénariste, Karel Dhoyen, il publie le premier tome de « Faust - Le remords de Dieu », puis chez Casterman « Faust - L’étudiant » second tome de la série. Publié au japon chez Kodansha, le manga « Elie » paraîtra en France chez Casterman en 1996 : Album en noir et blanc où la nature est plus bavarde que les hommes, « Élie » puise son inspiration dans l’enfance : observateur quotidien de ses propres enfants dans leur hameau du Champsaur, Michel Crespin dessine l’enfance des rêves et des chagrins, mêlée aux souvenirs qui lui sont propres : ici, la solitude, terreau de croissance pour la sensibilité, exalte la familiarité avec les rochers et l’eau, la neige et la lumière ; « Elie » rend hommage à la nature et aux être aimés, et évoque les premiers déchirements de l’enfance face au monde des adultes. En parallèle, Michel illustre des textes de « Je Bouquine » et des livres pour enfants d’Eric Boisset chez Magnard. Il travaille aussi pour un grand nombre d’ouvrages collectifs contre le nucléaire, pour Greenpeace, pour Amnesty International, pour l’aide aux Taulards, pour les innus, pour les enfants des cités, sans oublier la défense de ses montagne et de sa région. Il reçoit des prix aux festivals d’Angoulême, d’Audincourt, de Saint-Malo, de Pertuis et de Blois, où des expositions lui sont consacrées. Il laisse inachevée l’œuvre sur laquelle il travaillait, « Ruisseau de sable », avec la scénariste de BD, journaliste et amie : Laurence Harlé. Pour ce projet signé chez les éditions Dargaud, et toujours dans ce souci de s’imprégner de la lumière et des paysages où se situerait l’aventure, il avait, avec sa scénariste et sa compagne, fait un voyage aux États-Unis sur la piste des rares Cheyennes réchappés du massacre de Sand Creek, Colorado. En février 2001, Michel était également en résidence d’artiste à la Motte du Caire, pour le projet « Les pierres qui parlent ». Son œuvre très personnelle a été saluée de façon unanime par la profession : hommage à l’artiste de grand talent, solitaire et sans concession, loin des modes et des « airs du temps », mais aussi à l’homme sensible et doux, à « l’humilité orgueilleuse », convaincu que la fréquentation joyeuse et libre de la nature est le plus sûr moyen d’éveiller l’homme à la Beauté.

Texte © "Association Michel Crespin, auteur de BD"

Michel Crespin naît en avril 1955 à Gap. Après une enfance et une adolescence vécues à St Bonnet en Champsaur, il quitte la vallée pour deux années aux Arts-Déco de Nice, puis fait le pari de se lancer dans la Bande-Dessinée… et pour cela regagne ses montagnes : pari gagné, il travaillera à raconter des « histoires dessinées » jusqu’à sa mort, en février 2001. Grand marcheur en sandales, amoureux de la montagne qu’il parcourt en dehors des sentiers battus, il s’inspire de ce qu’il voit, revisitant à l’aquarelle les lieux qu’il fréquente depuis l’enfance, et piochant dans son entourage les personnages qu’il dote de destins épiques… Il gardera toute sa vie le goût de la solitude et de l’espace nécessaires à sa création, et le besoin de s’imprégner sans cesse des paysages qui l’ont construit. Dans le Champsaur, avec la troupe de théâtre Pierre Folle, il s’engage avec sa famille et ses amis dans l’aventure des créations partagées. Il « fait l’acteur », les décors et les affiches … avec humour et humilité. Il laisse en héritage à ses enfants et à ceux qui l’ont connu, outre son œuvre graphique, ses valeurs humanistes et de sensibilité au monde, ainsi que le refus de toute compromission, fils conducteurs de son existence. Publié dans les pages du magazine « Métal Hurlant », Michel Crespin sort son premier album de BD en 1979 aux Humanoïdes Associés : « Marseil », premier de la série Armalite 16 , qui comporte quatre albums chez le même éditeur. Plantés dans le décor des montagnes des Hautes-Alpes, ces albums racontent la résistance d’un groupe de jeunes montagnards contre l’envahisseur totalitaire. Chez le même éditeur suit « Attentes » , recueil d’ histoires brèves où il met en scène les dérives d’un monde moderne, prédateur et pragmatique, qui met l’homme et la nature en péril. À partir de 1991, Michel Crespin ,qui se définissait comme un « raconteur d’histoires […]

Sa Bibliographie

Les tableaux synthéthiques ci-dessous peuvent être faussés par des éditions anniversaires (souvent post-mortem). Ils ne tiennent pas compte des autres pseudonymes sous lequel signe cet auteur.

Séries principales de à Rôle
A la recherche des noms du Champsaur Valgaudemar 1987
A ma mer 1983
Agathe et Lucas 1998
Amnésia (Sorel) 1998 1999
Armalite 16 1980 1987     
Attentes 1982   
Au secours ! 1994
Chant du loup-cervier (Le) 1983     
Désert est plus beau que tout... (Le) 1987
Elie 1996   
Faust d'Heidelberg 1995 1998   
Histoires d'œuf 1989
Innuat 2000
Marseil 1979   
On a retrouvé la forêt perdue 1988
Robe sans Couture (La) 1993
Sixty blocs 1996
Terre à chaos 1994
Troubadour 1991 1993     
Villa Toscane 2008   
Zodiaque 1983
Evangile de Marc 1995